17 08 12

Un grand bonheur de lecture : Amélie !

 

nothomb.jpgLe bonheur de lecture ne s'est pas émoussé, il est resté le même depuis son premier roman. Chaqué été, je ressens le même plaisir fou à découvrir le nouvel ouvrage d'Amélie Nothomb ! « Barbe bleue » m'a accroché dès la première ligne ! On comprend le sens du titre dès qu'on rencontre le propriétaire des lieux : « don Elemirio Nibal y Milcar », un nom à la Nothomb, mais qui fait aussi songer à Hergé. C'est un conte, c'est le bonheur de l'enfance, mais sublimés par l'écriture et le talent de l'auteure. Sans dévoiler quoi que ce soit (oh, que je déteste ces critiques en télé qui passent leur temps – comme pour les films d'ailleurs – à nous raconter l'histoire ; je ne sais si c'est pour prouver qu'ils ont vu et lu ou pour nous gâcher le plaisir de la découverte !), je vous dirai par exemple que le personnage s'appelle Saturnine, qu'elle est belle et belge ! Les allusions parsèment l'ouvrage : l'athénée, « faits divers » de la télé belge, Walibi, les « oiseaux sans tête »... J'ajoute que j'adore l'humour que saupoudre toujours avec volupté, j'imagine, Amélie en écrivant : « nous avons « fait » les chutes du Niagara »... « Par où l'on voir que » à la manière des anciens romans français, etc. On retrouve bien sûr l'univers de Nothomb, comme le champagne ou les noms magiques (ceux des huit femmes). Quelques extraits picorés pour vous : « La cuisine est un art et un pouvoir : il est hors de question que je me soumette à celui de qui que ce soit » (P.14), « Je me méfie de ceux qui se déclarent secrets. Ce sont les mêmes qui, cinq minutes plus tard, vous révèlent les moindres détails de leur vie privée. » (P.41), « A chaque fois, l'amour est neuf. Il faudrait un verbe nouveau à chaque fois. » (P.105), « La béatitude de l'amour ressemble à celle que chacun éprouve en présence de sa couleur préférée. » Mais enfin et surtout une des choses les plus belles qu'il m'ait été donné de lire sur l'amour : « Aimer, c'est accepter d'être Dieu ».

 

Jacques MERCIER

 

« Barbe bleue », Amélie Nothomb, roman. Edition Albin Michel. 174 pp. 16,50 euros.

05 08 11

Tuer le père, le nouvel Amélie Nothomb

 

nothomb, rentree litteraire, pèreUne rentrée littéraire sans Amélie Nothomb se révèlerait aussi incongrue qu'un pain sans sel,  une vigne sans raisin, un beaujolais sans  mention de nouveauté. Notre compatriote ne faillit pas à ses obligations, qui propose, ce 18 août, la parution d'un nouvel opus,  au titre assassin, "Tuer le père"

Et le lecteur d'appréhender  le pire (scénario), Oedipe et compagnie. ...

Mais encore.

 

Rejeté par Cassandra,  sa mère, le jeune Joe Whip se fait aussitôt adopter par un jeune couple, Norman, célèbre magicien et Christina, sa délicieuse compagne, au demeurant, danseuse du feu. Il apprendra aux côtés de Norman, l'art de la magie et les principes éthiques qui le soutiennent.

"...la magie déforme la réalité dans l'intérêt de l'autre, afin de provoquer en lui un doute libérateur."

Les années pourraient s'écouler paisibles et sans arrière-pensées; ce serait faire fi de la complexité mentale de Joe, l'(anti-)héros et de sa décision inébranlable" de construire [sa] vie sur une parole"

 

Les lecteurs seront partagés en deux camps  les uns jugeant qu'Amélie Nothomb joue par trop avec... le feu et la logique de thèmes sophistiqués, les autres saluant le côté implacable du même raisonnement, la divine plume qui le sous-tend et l'approche fascinée de disciplines peu usuelles: la magie et la danse du feu; sans oublier le côté planant de substances hallucinogènes.... Bien qu'ancré dans la ville de Reno - USA, Etat du Nevada -  et une époque récente, le récit revêt des allures de conte qui échappe à la temporalité. C'est la magie nothombienne, celle même qui ne se contente pas de ne tuer le père ...qu'une seule fois.

 

Apolline Elter

 

Tuer le père, Amélie Nothomb, roman, Albin Michel, 17 août 2011, 152 pp, 16 €

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb, Romans | Commentaires (7) |  Facebook | |

08 01 11

Traité épistolaire

Une forme de vie.gifIl est entre nos mains, le nouvel Amélie Nothomb, qui chaque année sonne le glas de la rentrée et la jubilatoire découverte d'un cru attendu. Aussi, je vous l'annonce tout... cru : la vendange est supérieure. L'auteur s'y dévoile, à plus d'un titre, adressant les filigranes d'une lettre ouverte à ses nombreux correspondants.

 

« Melvin était loin d'être le premier à avoir besoin d'exister pour moi et à sentir qu'avec moi tout était possible. Néanmoins, il était rare que cela me soit dit si simplement et si clairement.

Quand je reçois ce genre de propos, je ne sais pas très bien quel effet cela me fait : un mélange d'émotion et d'inquiétude. Pour comparer de tels mots à un cadeau, c'est comme offrir un chien. On est touché par l'animal, mais on pense qu'il va falloir s'en occuper et qu'on n'a rien demandé de pareil. »

 

Embarquée, à sa plume défendante, dans une correspondance avec Melvin, un soldat américain de deuxième classe posté à Bagdad et affublé d'une sidérante obésité, la narratrice se prend au jeu. L'occasion pour l'auteur, qui se définit comme une épistolière de la première heure –« Je suis épistolière depuis bien plus longtemps que je ne suis écrivain »– d'ébaucher, à l'intention des lecteurs, un traité de correspondance, assorti de nombreuses réflexions et surtout de consignes pour le courrier qui lui est adressé... : « Ainsi, j'ai observé que les meilleures lettres ne dépassent jamais deux feuilles A4 recto verso (j'insiste sur le recto verso : l'amour des forêts contraint à l'opistographie. Ceux qui s'y refusent au nom d'une vieille règle de politesse ont d'étranges priorités) ».

 

Non moins intéressante est la réflexion sur l'obésité et le sabotage kamikaze qu'elle introduit dans la vie quotidienne et les rapports sociaux. Barrière adipeuse, qui permet de tenir les événements tragiques et l'entourage à distance, l'obésité est décrite dans son ampleur pathologique, poussée dans une logique de destruction prétendument artistique.

 

Sans oublier les précieuses confidences que l'auteur distille, à travers les pages, révélant son désarroi quand il s'agit d'établir des frontières dans les contacts : « Je suis cet être poreux à qui les gens font jouer un rôle écrasant dans leur vie ».

 

Un grand cru, je vous le certifie.

 

Apolline ELTER

 

Une forme de vie par Amélie Nothomb, Paris, Albin Michel, août 2010, 168 pp. en noir et blanc au format 13,5 x 20 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 15,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 11 10

Une forme d'Amélie Nothomb

28 10 10

Bande annonce !


POP CULTURE avec AMELIE NOTHOMB
envoyé par nostalgie. - Futurs lauréats du Sundance.

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

06 09 09

La musique des mots (40) : Le nouveau Nothomb et l'ancien Stranglers

NOTHOMB_voyageC'est à la rencontre d'un trio alphabétique bien énigmatique - Aliénor, Astrolabe et Zoïle - qu'Amélie Nothomb convie ses fidèles - lecteurs - pour son rendez-vous annuel de la fin août.
Aliéné par Aliénor, la Neuneu, écrivain aussi inspirée qu' handicapée et encombrante, l'amour que porte Zoïle à Astrolabe sera frappé de glace et d'interdits. Il se déclinera dès lors sur le mode inversé d'aversion universelle. Le héros se fait terroriste et prend pour cible le symbole le plus parisien de l'Amour que voua Gustave Eiffel à une certaine ... Amélie.
"Le printemps va pouvoir commencer".
Apolline Elter

L'avis de Brice Depasse en direct sur l'antenne de Nostalgie qui d'ailleurs associe à la lecture du livre d'Amélie, la musique des Stranglers :

  La musique des mots - Amélie Nothomb & The Stranglers

Le Voyage d'hiver, Amélie Nothomb, Albin Michel, août 2009, 134 pp, 15 €.

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (1) |  Facebook | |

11 12 08

La cuisine des anges

NOTHOMB_JULIETTEPurée de marrons au thé vert, soupe au chocolat, minuterie "sois belle et tais-toi", la palme de l'originalité, du bien-vivre, du savoir-se-faire-plaisir et de l'humour revient au livre de cuisine de Juliette Nothomb. La soeur d'Amélie livre au public dans un livre débridé les recettes, sérieuses, qui font le délice de sa soeur Amélie.
Lire est un plaisir, manger en est un autre. Et que dire de cet entretien à bâtons rompus avec les deux excellentes soeurs Nothomb à propos de cette cuisine surréaliste ... comme la Belgique.
Bon appétit et bon amusement.

  JULIETTE & AMELIE NOTHOMB - Nicky Depasse 1
  JULIETTE & AMELIE NOTHOMB - Nicky Depasse 2
  JULIETTE & AMELIE NOTHOMB - Nicky Depasse 3

La Cuisine d' Amélie : 80 Recettes de Derrière les Fagots, Juliette Nothomb, Illustrations (excellentes) de Jul, Albin Michel, novembre 2008, 144p., 16€00.

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (5) |  Facebook | |

17 07 08

Charmant prince scandinave cherche moquette pour mourir dessus

PRINCEComme chaque année, le magazine Lire publie dans un supplément de son numéro de juillet le premier chapitre du nouvel Amélie Nothomb à paraître fin août. Et après cela, son éditeur Albin Michel, nous demande à nous, journalistes de maintenir un embargo jusqu’à la sortie du livre.
La pression médiatique dans une main, un mauvais roman dans l’autre, je comprendrais commercialement leur attitude. Mais il n’en est rien. Bien au contraire. Alors pourquoi mettre sous le boisseau mon désir de vous recommander cet agréable et intimiste thriller (mais oui !) finement ciselé par notre compatriote récemment nommée Commandeur de l'Ordre de la Couronne ?
Un quidam appelé à aucune postérité cède à la tentation d’endosser l’identité d’un homme venu inopinément mourir sur la moquette de sa salle de séjour. Une identité aux apparences enviables mais à la vérité dangereuse.
De l’humour, de l’espoir, du suspense dans un roman d’Amélie Nothomb, ce n’est pas banal. Et vous savez quoi ? J’en redemande.
Le précédent récit autobiographique Ni d’Eve ni d’Adam m’avait enchanté. Le romanesque Fait du prince confirme l’excellent retour d'Amélie après les décevants Acide sulfurique et Journal d’hirondelle.
En attendant d’y revenir, je vous propose ci-dessous l’incipit du Fait du prince. Pour lire l’entièreté du premier chapitre, cliquez sur la couverture.

Si un invité meurt inopinément chez vous, ne prévenez surtout pas la police. Appelez un taxi et dites-lui de vous conduire à l'hôpital avec cet ami qui a un malaise. Le décès sera constaté en arrivant aux urgences et vous pourrez assurer, témoin à l'appui, que l'individu a trépassé en chemin. Moyennant quoi, on vous fichera la paix.
- Pour ma part, je n'aurais pas songé à appeler la police, mais un médecin.
- Cela revient au même. Ces gens-là sont de mèche. Si quelqu'un à qui vous ne tenez pas a une crise cardiaque à votre domicile, vous êtes le premier suspect.
- Suspect de quoi, si c'est une crise cardiaque?


«Le fait du prince»,Amélie Nothomb, Albin Michel, 21 août 2008, 160p, 15€90

Acheter «Le fait du prince»

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 04 08

Nothomb et Kennedy

KENEDY AudiolibCe n'est pas l'auteur, l'américain Douglas Kennedy qui s'exprime parfaitement en Français, qui vous fait lecture de l'excellent La femme du V° sur ce livre audio mp3 de 10 heures 25 minutes mais le Bruxellois Jean-Marc Delhausse. L'ensemble est parfait.
Quant à Sylvie Testud, l'interprète du rôle d'Amélie Nothomb dans l'autobiographique Stupeur et tremblements mis en images par Alain Corneau, elle vous fait la lecture de Ni d'Eve ni d'Adam, la suite parue l'an dernier.

  DOUGLAS KENNEDY lu par J-M DELHAUSSE
  AMELIE NOTHOMB lue par SYLVIE TESTUD

NOTHHOMB audiolib

La femme du V°, Douglas Kennedy, lu par Jean-Marc Delhausse, Audiolib, mars 2008, 23€90

Commander «La femme du V° en audiolivre»

Ni d’Eve ni d’Adam, Amélie Nothomb, lu par Sylvie Testud, Audiolib, mars 2008, 19€00

Commander «Ni d’Eve ni d’Adam en audiolivre»

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 11 07

Amélie Nothomb, Prix de Flore 2007

NOTHOMB Ni d'eve ni d'adamParce qu'elle le vaut bien. Parce qu'il le valait bien ce "Ni d'Eve ni d'Adam". La référence à la pub de ce début d'article est aussi consternante que la majorité des articles fleurissant sur le Prix de Flore 2007. On invoque la ratio du prix à sa création par Beigbeder en 1994, les ventes astronomiques des livres d'Amélie, bref un tas de raisons pour lesquelles elle ne devrait pas recevoir ce prix. Et le roman dans tout ça ?
Au cas où cela intéresserait quelqu'un, nous l'avons trouvé enthousiasmant (voir notre chronique en cliquant sur la couverture), digne séquelle de celui qui lui valut le Prix de l'Académie Française et deux millions d'exemplaires vendus. Un pari difficile et réussi. Un rendez-vous et un ton inattendus. Voilà le livre qui méritait bien un Prix. Proficiat Amelieke.

  AMELIE NOTHOMB - Brice Depasse 1
  AMELIE NOTHOMB - Brice Depasse 2
Amélie Nothomb 01
Photos : (c) Marianne Rosenstiehl / H&K

Achetez Ni d'Eve ni d'Adam

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |