06 01 16

Vous avez dit "Kafka"?

La poupée de Kafka.jpg Connaissez-vous cette belle histoire attribuée à l'écrivain Franz Kafka? 

Tandis qu'il séjourne à Berlin auprès de sa chère Dora Diamant, fatigué par la maladie  - nous sommes en 1923, à un an de son décès- l'écrivain tchèque rencontre, dans un parc, une enfant désespérée par la disparition de sa poupée.  Kafka entreprend de la consoler, lui révélant que sa poupée est justement partie en voyage et qu'elle va écrire à la petite fille.

Trois semaines durant l'écrivain remettra à la petite fille les lettres quotidiennes de sa chère poupée; un jour, il lui faudra arrêter le commerce: il annonce alors à l'enfant que la poupée s'est mariée et qu'il lui devient difficile de poursuivre la correspondance; la petite accepte l'explication sans autre forme de procès.

Vérité ou légende?  Les lettres n'ont jamais été retrouvées et leur existence tient  au seul témoignage de Dora Diamant et aux confidences faites à deux personnes de son entourage.

Qu'importe, il y a matière à prolongation romanesque.

Fabrice Colin ne s'en prive pas qui imagine retrouver l'attributaire des lettres de la fameuse poupée. Elle s'appelle Else Fechtenberg, nonagénaire aussi alerte que revêche, juive allemande "blessée aux couleurs de la vie" et d'une guerre 40-45 particulièrement cruelle pour les siens.

Tandis qu'elle séjourne à Berlin, Julie Spileler découvre l'existence de la vieille dame et entreprend de l'apprivoiser -la tâche est abyssale- afin qu'elle lui révèle le secret des missives kafkaïennes.  L'enjeu pour la jeune fille est de faire part de ce prodige à son père, obsessionnel passionné de l'écrivain et de conduire partant leurs relations distendues vers de plus favorables horizons.

La poupée de Kafka, Fabrice Colin, roman, Ed. Actes Sud, janvier 2016, 272 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 12 15

Cachez ces saints...

1540-1.jpgCachez ces saints que je ne peux honorer, semble affirmer l'Eglise

Erudit ès bibliothèques et calendriers, Daniel-Charles Luytens nous offre un abécédaire de saints plus singuliers - voire incongrus - les uns que les autres.

De Sainte Apolline, patron des dentistes à Saint Willibrord, fondateur de l'abbaye d'Echternach (mais pas de sa procession) ce sont quelque quatre cents saints qui défilent, joyeusement campés sous vos yeux ébahis. Une mine également pour le choix des prénoms de vos enfants:

Jugez-en: 

Sainte Andouille, sainte Broche, sainte cheville, saint Concombre, saint Expédit, sainte Monégonde, sainte Ragenulfe suivie suivie au pas de charge par saint Rapide, saint Connebert et  saint Violet...

Ayons une pensée particulière pour les saints du jour et les personnes qui voient fêter leur anniversaire, dans un élan conjoint et sincère...

A.Elter

Les saints cachés du calendrier, D.-C. Luytens, essai, Ed. Jourdan,oct. 2015, 320 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 12 15

A vos crayons

plat1_la_bande_a_dessiner_hd.jpg

On connaissait les (contre-) interviews de l'humoriste Raphaël Mezrahi, pures modèles de ratés, décalages... bref tout ce qu'il ne faut pas faire quand on interroge des stars...  (régalez-vous, si ce n'est fait, des entretiens menés avec Alexandre Jardin, Jean-Pierre Pernaut, Charlotte Rampling, ..diffusés sur You Tube; vêtu de son sempiternel gilet brun Lacoste, le pseudo-journaliste défie avec une absence de charisme stupéfiante la courtoisie de ses interlocuteurs) ),  on  le découvre scénariste de "bande à dessiner" à savoir, la BD dont il ne fournit que les bulles et leurs cadres, à vous d'en réaliser les dessins...

On n'en attendait pas moins de lui, voire pas davantage

A votre crayon - du reste fourni avec le (chantier d')ouvrage ... , doté d'une gomme, cela s'entend..!

Bon exercice pour nos têtes blondes (ou dégarnies, adeptes du surréalisme)...

Quelques bulles pour vous encourager  - après tout c'est Noël:

" Je crois que j'ai compris ce que c'est le langage BD! " (p  48)

" Tu penses que demain ça ira mieux? "

" Laisse tomber c'est pas mon genre."

" S'il vous plaît, dessine-moi un mouton"...

Des assertions dignes de chefs d'oeuvre en herbe, vous l'aurez saisi...

La bande à dessiner, Raphaël Mezrahi, 70 histoires drôles (ou pas) à illustrer!, Ed Kero, nov. 2015, 160 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, B.D. | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 12 15

Qui ne badine avec l'amitié

" La fidélité en amitié est une des plus belles qualités de Benoît Poelvoorde."

téléchargement (2).jpg

Fort d'une complicité - sans complaisance, il insiste - de quelque vingt ans avec l'acteur belge Benoît Poelvoorde, Hugues Dayez aurait certainement pu esquisser sa biographie. Il ne l'a pas voulu, préférant nous restituer les entretiens significatifs  menés depuis 1922, à Cannes-  année de sortie du film-culte, Ca s'est passé près de chez vous, jusqu'à ces derniers mois, à l'occasion de la sortie conjointe du Tout nouveau Testament et d' Une famille à louer.

Une façon de laisser libre et intéressante parole à l'acteur, sans effaroucher sa pudeur, ni s'égarer dans les méandres de sa vie privée.

Les rencontres réalisées lors de L'Intime Festival - dont le Namurois Bernard Poelvoorde est l'instigateur - nous avaient déjà révélé un être sensé, sensible,  lecteur éclectique et pointu, sous sa carapace encombrante de joyeux luron; les entretiens, finement menés par notre Monsieur Cinéma belge,  révèlent l'être généreux et l'authenticité de ses choix de vie. Des réponses franches, sans tabou qui transpercent les entretiens de régulières remises en question.

" Benoît se pose beaucoup de questions mais n'a pas de plan de carrière. C'est ce qui fait son charmer...et son talon d'Achille."

Le  portrait  subtil d'un acteur qui a su rendre le Belge "tendance" à Paris sans perte d'identité, ni fusion dans un moule.

Poelvoorde, L'inclassable, Entretiens (1992-2015), Hugues Dayez, Ed. La Renaissance du Livre, nov. 2015, 274 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 12 15

Harper Lee en audiolivre

9782367620367-001-G.jpeg Petit conseil (d'amie) en cette fin d'année: 

Avant d'acquérir un Audiolib, rendez-vous sur le site de l'éditeur : www.audiolib.fr et écoutez l'extrait qui vous est proposé. 

Cette précaution vous permettra de déterminer si vous êtes prêt(e) à passer de nombreuses heures en compagnie de l'interprète choisi pour la lecture du texte.

La voix de Catchou Kirsch, ses modulations graves, sobres  et inflexions chaleureuses vous séduira, je crois.  La comédienne est bruxelloise, également musicienne; elle capte à merveille l'attention, entraînant  magistralement l'esprit dans les atmosphères qu'elle décrit. 

Une motion appuyée pour son interprétation.

Traduit de l'anglais, le best-seller d'Harper Lee - vendu à près de 40 millions d'exemplaires à travers le monde - lui valut , un an après sa publication, le Prix Pulitzer 1961. 

Il nous plonge dans l'univers raciste de Maycomb, petite ville - imaginaire - de l'Alabama et des années trente. 

Fillette d'une dizaine d'années, orpheline de mère,  "Scout" la narratrice observe l'univers des adultes, leurs préjugés patents,  de son prisme de compréhension enfantine. Elle assiste au procès de Tom Robinson, un noir intègre, accusé de tentative de viol par une jeune mythomane.  C'est son père, Atticus, avocat épris de justice - cela arrive - qui est chargé de sa défense...

Si la traduction du texte, opérée par Isabelle Stoïanov abuse visiblement de l'emploi du passé simple, la lourdeur induite est heureusement compensée par la magnifique lecture opérée.

L'actualité de résurgence de la publication- elle affiche plus de 55 printemps -  est rendue d'autant plus urgente qu'Harper Lee  (1926) vient de lui offrir une suite Va et poste une sentinelle, disponible en version audiolivresque dès janvier 2016.  Scout n'aura pris, elle, que 20 ans: elle s'en retourne en son Maycomb d'enfance rendre visite à son père Atticus

Ne tirez pas sur l'oiseau moqueur, Harper Lee, roman traduit de l'anglais par Isabelle Stoïanov,  texte intégral lu par Catchou Kirsch, Ed. Audiolib, oct. 2015, 11h35 min d'écouter

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 12 15

Fascinant Giordano Bruno

La Nuit du bûcher

" Le bois de châtaigner sec prit feu en crépitant et, avant que le nuage de fumée ne recouvre la silhouette dénudée, je vis encore le visage de l'hérétique quelques instants. Ce n'était pas l'enfer ou le ciel qu'il fixait en regardant devant lui, non , ce qu'il regardait était le Néant, comme s'il avait compris que le Néant était la seule réalité et que le reste n'était qu'illusion. Et ce regard était plus terrifiant que s'il s'était lancé dans des malédictions."

Le texte n'est pas neuf, il fut écrit en 1974 par le célèbre écrivain hongrois;  l'actualité en est la traduction par Catherine Fay, pour compte des éditions Albin Michel.

Le propos est saisissant.

Dépêché de son couvent d'Avila aux fins d'observer les pratiques de l'Inquisition romaine  - nous sommes en 1598 - le narrateur ne sortira pas indemne de cet "audit". Et même  il ne rentrera pas à Avila, dépêchant à un de ses frères en religion une longue missive- confession qui occupe tout le roman- qu'il envoie d'Helvétie, sa terre d'exil.

Que s'est-il passé ?

La rencontre avec le célèbre hérétique, Giordano Bruno (1548-1600),  ancien dominicain et la stupéfaction devant son irréductible refus d'amendement par-delà les flammes du bûcher feront vaciller la foi du moine, auront raison de toutes ses certitudes...

Impossible pour lui de s'en retourner à Avila.

Sorte de documentaire incisif sur les pratiques de l'Inquisition, le roman de Sándor Márai pose de façon singulièrement contemporaine la question du doute et de sa nécessaire humilité.

La nuit du bûcher, Sándor Márai, roman traduit du hongrois par Catherine Fay, Ed. Albin Michel, nov. 2015, 260 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 12 15

Mot pour mot

9782356419965-001-G.jpeg

L'effet Goncourt

Agit aussi à rebours

 L'occasion de (re)découvrir le thriller particulièrement terrifiant, maîtrisé, magistral qui signa l'entrée de Pierre Lemaître en littérature, en 2006 et l'attribution quasi immédiate du Prix Cognac. 

L'occasion d'écouter l'excellente lecture qu'en opère Jacques Frantz.  Troquant pour l'occasion le pardessus du Fred Vargassien  commissaire Adamsberg pour celui du commandant Camille Verhoeven, héros désormais récurrent des thrillers de Pierre Lemaître, le comédien habille de chair et d'humanité l'enquête qui exposera le quadragénaire dans sa plus douloureuse intimité.

Découvrant avec une répulsion sans nom,  les cadavres atrocement mutilés, saccagés, sectionnés de deux  jeunes prostituées, Camille Verhoeven saisit assez rapidement  le lien "littéraire" qui unit plusieurs affaires du même acabit: obsessionnel, maniaque et perfectionniste - forcément - l'assassin reproduit ligne pour ligne des scènes de crimes particulièrement sordides de thrillers à la petite semaine.

Décidé à ne pas faire les choses à moitié - écoutez l'excellent entretien que Pierre Lemaître accorde à Valérie Lévy - Soussan en dernière plage du CD-  Pierre Lemaître offre d'une intrigue imparable, écriture... soignée et tension impeccable,  un thriller ... effroyable.  Oreilles sensibles... s'accrocher..

Travail soigné, Pierre Lemaître, thriller, Ed. Jean-Claude Lattès, 2006 - Audiolib 2015, texte intégral lu par Jacques Frantz, 1 CD MP3 - durée 12h 33 mn

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres, Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 12 15

Jésus

9782259217965.gif Il vient de paraître, extrême fin d'octobre, rédigé par un historien de talent, Jean-Chistian Petitfils (hautement apprécié de notre blog pour ses essais relatifs au Grand siècle) Le

Dictionnaire amoureux de Jésus.

Précisons d'emblée que l'historien est chrétien et l'assume fort bien.

Il soutient son propos - ses entrées -  d'un précieux glossaire, d'une impressionnante "bibliographie sommaire" .

Et nous invite à voguer au gré de nos attentes, de l'infirmation de nos doutes, ... à travers concepts et portraits singulièrement vivants; 

Je ne lirai pas l'ouvrage dans son intégralité mais me promets de le consulter, lorsqu'une question surgira en mon esprit; pour l'heure et cette matinée dominicale, j'ai lu avec intérêt le chapitre - les entrées sont généreusement étoffées - consacré à la validité historique de la vie de Jésus, si malmenée par les mythistes.

A suivre donc

Dictionnaire amoureux de Jésus, Jean-Christian Petitfils, essai, Ed. Plon, oct. 2015, 758 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 12 15

Mise en scène

 Il est volumineux. Il est amoureux. Il est ..fabuleux.

" Si le théâtre n'est pas mon métier, il est ma vie."

Croyez-moi, cela se sent.

Journaliste politique, Christophe Barbier n'en est pas moins passionné de la scène depuis son adolescence.  Il nous offre -  le travail  relève du cadeau - pas moins de 1178 pages et des centaines d'entrées classées par ordre alphabétique - dictionnaire oblige - qui nous ouvrent les portraits de monstres sacrés , Gérard Philippe, Marie Dorval,  Yvonne Printemps,  Raimu, Jean-Louis Barrault dont beaucoup sont gaillardement vivants, Jean Piat, Francis Huster, Jacques Weber, etc...

Il y a des absents, certes : où est passé André Dussolier? - mon monstre sacré -mais il faut l'admettre: le principe du dictionnaire amoureux est d'opérer une sélection subjective pleinement assumée par l'auteur.  Nous aurions mauvaise grâce à traquer les lacunes tant le parcours à travers les  principaux théâtres (parisiens), pièces mythiques,  termes techniques, galeries de portraits .. procure du plaisir à l'état pur.  

Les entrées sont vivantes, engagées - écoutez Christophe Barbier vous parler des oreillettes qu'il exècre, de la perruque, itou, fustiger le cérémonial des saluts et frapper votre esprit et votre mémoire de quelque formule lapidaire du meilleur effet....- 

De quelque passage de haute voltige également, tant il est dit qu'en plus d'être intéressant, le dictionnaire est vivant, magistralement rédigé.

Plongeons dans le trou (de mémoire): 

" Il est d'ailleurs remarquable qu'une des choses au théâtre dont on se souvient le mieux, c'est des trous de mémoire. (...) Le trou de mémoire dépasse l'entendement, il est une mite à mythe, il perce là où on ne l'attend pas, c'est-à-dire dans les passages les plus fameux. "

Un ouvrage de référence qui trouvera scène de choix au pied du sapin

Apolline Elter

Dictionnaire amoureux du théâtre, Christophe Barbier, essai, Ed. Plon, septembre 2015, 1178 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 12 15

Lire est un délice

téléchargement (3).jpg Tandis que se dresse peu à peu le couvert des fêtes de fin d'année, les éditions Perrrin ont le bon goût de publier une nouvelle édition de l'abécédaire historico- gourmand du regretté André Castelot (1911- 2004)

Grands noms de la cuisine, grandes cuisines du monde, lieux mythiques, revue des principaux mets, moeurs et usages aux différentes époques de la convivialité, références littéraires, onomastiques, miscellanées et croustillantes anecdotes parcourent ce dictionnaire, riche de 704 pages.

A déguster au gré de notre appétit et de révélations découvertes surprenantes, tel le "menu coupable " que l'effronté Sainte-Beuve fit servir à ses invités et non des moindres; le prince Napoléon, Flaubert, Renan, Taine..- en plein jeun de vendredi saint (1863)

l'histoire à table- Si la cuisine m'était contée, Alain Castelot, essai, Ed.  Perrin, 2015 pour la nouvelle édition, 706 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |