19 03 15

Sidération

 Ce fut un ouvrage-phare de la rentrée littéraire, un grand  succès de librairie.

Abrégé en concertation avec l'auteur qui prête sa voix, une diction sobre et engageante,  à la lecture du texte, l'essai tient de l'enquête historique, de la confession et du questionnement métaphysique à la fois.  Du dialogue aussi, tant le narrateur implique le lecteur (l'auditeur) dans son cheminement verbal.

Remis d'une dépression qui le précipita, fragile, dans une ferveur religieuse suspecte, Emmanuel Carrère se veut fervent agnostique.  Ce qui ne l'empêche de s'interroger sur le mystère de la foi et d'envier, ceux qui en sont pourvus. Il décide alors de se pencher sur les premières années de la chrétienté, sur les parcours de (Saint) Paul et de (Saint)  Luc, d'analyser leurs actes, paroles et écrits avec objectivité.

C'est déroutant, intéressant, fascinant, sidérant... en un mot, assez.. passionnant.

Et de pointer, tout simplement, "quelque chose d'essentiel et tragique."

AE

Le Royaume, Emmanuel Carrère, essai, Ed. P.O.L, 2014 - Ecoutez/Lire (Gallimard), mars 2015, 2 CD (MP3) 13h30 minutes d'écoute (texte abrégé en collaboration avec l'auteur) 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 03 15

Sublime

Suite française, de Irène Némirovsky, lu par Dominique Reymond C'est l'une de mes plus belles lectures, un des plus beaux récits de la littérature française. De ceux que vous emporteriez sur une île déserte s'il vous fallait choisir votre matériel de survie...

Inachevé, publié en 2004 - 62 ans après la disparition de l'écrivain juive, d'ascendance ukrainienne , morte en déportation à Auschwitz - le témoignage, romancé,  restitue le quotidien des Français aux premières heures de la guerre 40-45,  de l'exode qui précipite tant de familles, toutes conditions confondues, sur les routes tandis que l'Occupant prend peu à peu possession de la France. 

L'écriture est sublime:  on a peine à croire que le récit était inachevé tant il  frôle la perfection. La publication vaudra à son auteur le Prix Renaudot 2004.

Tout frais paru en audio-livre, soutenu par la voix grave et chaude de Dominique Raymond, Suite française est portée aux écrans et sort en salle... le 1er avril. Gageons que je vous en reparle bientôt

AE

Suite française, Irène Némirovski, récit. Texte intégral lui par Dominique Raymond, Ed. Denoël 2004 - Audiolib, février 2015,2 CD - durée 13h50

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 03 15

Un petit..bijou d'audition

Résultat de recherche d'images pour "la petite bijou livre audio" C'est Le Modiano qui me touche le plus...

Un titre merveilleux et la quête d' une jeune fille qui croit avoir aperçu sa Maman, dans la station de métro Châtelet.  Pistant, tranquant  cette femme, Thérèse voit rejaillir enfance et  souvenirs, à la surface de sa conscience ..

 

Du vrai, du " Modiano" en son ampleur (, Prix Nobel de Littérature, 2014 ). Un texte soutenu par lecture engagée et engageante  de l'actrice Valérie Karsenty .

Un petit... bijou

La Petite Bijou, Patrick Modiano, roman, Ed. Gallimard  2001 - Ed. Folio n°3766- ED .Ecoutez Lire 2015, texte lu par Valérie Karsenty- durée 3h 21min.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 03 15

Séisme

Résultat de recherche d'images pour "Danser les ombres"

Du [flamboyant] soleil des Scorta (Prix Goncourt 1994) à l'épique, incantatoire Pour seul cortège (Actes Sud, 2012la plume de Laurent Gaudé rassemble et  exprime, en ce nouveau roman,la quintessence de son style.

Personne n'avait remarqué que les oiseaux s'étaient tu, que les poules, inquiètes, s'étaient figées de peur. 

Personne n'avait remarqué que le monde animal tendait l'oreille, tandis que les hommes, eux, continuaient à vivre."

 Centrale et bouleversante- par essence-  la description du séisme qui frappe Haïti en janvier 2010 semble jaillir de la plume d'un témoin, tant elle est minutieuse, épousant seconde par seconde, la pénétration des esprits:

"Hommes, trente-cinq secondes, c'est un temps infini et vos yeux s'ouvrent autant que les crevasses qui lézardent les routes et les murs des maisons.

En ce jour, à cet instant, tous les oiseaux de Port-au-Prince s'envolent en même temps, heureux d'avoir des ailes, sentant que rien ne tiendra plus sous leurs pattes et que, pour les minutes à venir, l'air est plus solide que le sol."

En point de mire, le destin de Lucine - prénom de lumière - revenue à Port-au-Prince pour y trouver l'amour, mais aussi celui de ces milliers de survivants qui doivent s'affranchir des morts - victimes d'une terre cannibale - afin de conserver leur salut.

Un  Laurent Gaudé d' ampleur, d'amplitude.

Apolline Elter

Danser les ombres, Laurent Gaudé, roman, Ed. Actes Sud, janvier 2015, 256 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 03 15

Lumineux

"

" J'ai voulu écrire ce livre non seulement pour réparer une injustice et donner, dans mon énigmatique musée imaginaire, un frère d'armes au capitaine Goderville, un frère spirituel à Jean Prévost, le stendhalien du Vercors, mais aussi pour tenter de comprendre ce qui, dans l'accomplissement de cette existence brève et empêchée, échappe encore à l'entendement. Autant pour l'éclairer que pour m'éclairer."

Telle est la vocation de ce somptueux récit de vie, de force et de lumière, portrait de Jacques Lusseyran (1924-1971) devenu aveugle à 8 ans, l'oeil percé par une branche de lunettes. Un choc qui entraîne la cécité immédiate et solidaire du second oeil.

"On me dit que j'étais aveugle: je n'en fis pas l'expérience. J'étais aveugle pour les autres. Moi,  je l'ignorais et l'ai toujours ignoré, sinon par concession envers eux."

Habité d'une lumière intérieure,  d'un "troisième oeil", soutenu par une maman qui fait de l'éducation de son fils un "sacerdoce", l'enfant va rapidement développer des capacités sensorielles (ouïe, odorat, 6e sens, ...) exceptionnelles, cumuler les apprentissages, cultiver l'excellence.

Vient la guerre.

Brimé par les règles discriminatoires du régime pétainiste qui interdit aux handicapés d'intégrer Normal Sup, il s'engage tôt dans la résistance au sein du mouvement des Volontaires de la Liberté. Une liberté dont la privation résonne en lui comme une seconde cécité. Cet engagement lui vaut dénonciation en 1943, emprisonnement à Fresnes et déportation à Buchenwald - au matricule 41.978-   dont il ne sort que mi-avril, à la libération du camp par les Américains.

Paradoxalement - ou peut-être logiquement - la  réintégration à la vie normale, le recouvrement d'un" statut d'invalide que (...)la Résistance et la déportation avaient réussi à faire disparaître"  sèment  en lui les germes d'une dépression, d'une insatiabilité existentielles. Il fait montre, envers Jacqueline Pardon, épousée au lendemain de la guerre, d'une possessivité qui frise l'étouffement et se lie bientôt de fascination et d'amitié avec Georges Saint-Bonnet, un gourou énigmatique, leader du Groupe Unitiste. Après Jacqueline, il se marie deux fois encore.

La découverte des Etats-Unis qu'il vit comme une troisième naissance - le deuxième correspondant au choc de la cécité - lui permet d'enseigner enfin et de s'adonner à l'écriture, passion vitale. Il constate rapidement que le récit de sa vie intéresse davantage les éditeurs que les fictions qu'il leur propose.

Une vie qui prend fin tragiquement et de façon inexpliquée, le 22 juillet 1971, tandis que Jacques et sa troisième épouse, Marie Berger, se tuent près d'Ancenis (Loire atlantique)  dans un accident de voiture.

Laissons  à Jérôme Garcin, à sa plume enchanteresse, le mot de la fin:

" Il ne reste pas grand-chose de la vie brève de Jacques Lusseyran, dont la philosophie et l'éthique reposent sur un principe élémentaire: c'est au-dedans que le regard exerce son vrai pouvoir, que le vaste monde se donne à voir et que vivent, en harmonie, se tenant par la main, les vivants et les morts. S'exercer à fermer les yeux est aussi important qu'apprendre à  les ouvrir."

 Une lecture recommandée

Apolline Elter

Le voyant, Jérôme Garcin, Ed. Gallimard, janvier 2015, 192 pp

 

Billet de faveur

AE  Claire Lusseyran, une des quatre enfants de Jacques, se consacre à la mémoire de son père. A-t-elle participé peu ou prou à l’élaboration du récit ?

 Jérôme Garcin : " Non, Claire Lusseyran n’a pas du tout participé à l’élaboration de mon livre – elle ne l’a d’ailleurs découvert qu’à sa sortie.

En revanche, elle a mis généreusement à ma disposition des photos, des archives (lettres, exemplaires du journal « Défense de la France ») et surtout les manuscrits de son père qui n’ont pas été publiés. »

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 03 15

Aimer par contagion

18964311625412f9620fedf.jpg

" Parce que Jacques a transformé les lieux par ses chansons, au moins autant que par sa présence vive."

Rencontre entre un "grand Jacques" romanesque et un narrateur attributaire imaginaire de Rossinante, sa  bicyclette,   ce récit artistiquement  illustré n'est pas, à proprement parler, une biographie.

 Soutenu d'aquarelles magnifiques, de portraits qui vont au coeur de l'intimité - soulignons une nouvelle fois, le talent imparable du pinceau de Philippe Lorin -  le texte vise à reconstituer les états d'âme d'un chanteur aimé,  de son dernier récital au Colisée de Roubaix - il se savait condamné - au départ de sa vie, en 1929, en sa maison natale de Schaerbeek (Bruxelles) 

 Du Paris "de la vache maigre" aux Iles Marquise où il est enterré, le chanteur conquiert autant de pays que de coeurs féminins..., lui qui "[aimepar contagion, par tentation immédiate." 

 Il fera une carrière au cinéma, des années 1967 à 1973,  comme acteur (Les risques du métier, Les assassins de l'ordre, Mont-Dragon et le fabuleux Emmerdeur ..) mais également comme réalisateur (Franz et Far West

Longue lettre adressée d'un "tu  belge" à Jacques Brel, l'ouvrage et ses précieuses illustrations offrent un regard neuf et émouvant sur son parcours

AE

Brel, L'inaccessible rêve, Michel Quint (texte) et Philippe Lorin (illustrations), beau livre illustré, Ed. Hoëbeke, nov. 2014, 128 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 03 15

L'Absent

9782246856085-X_0.jpg"Ni ma famille, ni mes plus proches amis ne savent ce qui m'est arrivé au printemps 1984. Honte, gêne, tristesse..je n'ai jamais raconté comment, par accident, je suis entrée dans le monde des adultes."

Récit court,  sobre et factuel, radioscopie d'une grossesse-surprise survenue quand elle avait..dix-sept ans et de son interruption volontaire, le témoignage de Colombe Schneck frappe avant tout par son honnêteté.

" J'étais si insouciante. J'avais un corps de femme, c'était nouveau, je ne savais pas encore que ce corps limite gestes, mouvements, libertés, impose des règles. Il ne vous appartient pas entièrement, peut devenir celui d'un autre. Je me suis sentie trahie par lui. Il m'a dépossédée de ma liberté."

De cette liberté dont ses parents confiants, aimants, forgés aux principes de mai '68 et à la loi Weil, la laisse user à sa guise. 

Pratiqué dans les meilleures conditions, l'avortement n'est cependant jamais un acte anodin. Il laisse des traces indélébiles - celle de l'Absent, de l'enfant qui n'aura pas de prénom - aîné d'une fratrie, aimée et vivante.

Evoquant les réactions des lecteurs au cours l'émission "Livrés à domicile" (La Deux- RTBF) dont elle était l'invitée, ce lundi 23 février,  Colombe Schneck s'étonnait du nombre de témoignages masculins déplorant ce même absent, cet enfant qui leur fut parfois refusé de façon unilatérale, par la seule décision de leur partenaire.

Enfant sacrificiel, enfant remercié, l'Absent  révèle cette"expérience humaine totale de la vie et de la mort, du temps, de la morale et de l'interdit."(L'Evénement) 

Dix-sept ans, Colombe Schneck, récit, Ed. Grasset, janvier 2015, 94 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 03 15

Le système Poutine

9782221156469.jpg

"Il y a oligarchie quand les détenteurs de la fortune ont l'autorité suprême dans l'Etat." 

D'entrée de jeu et d'exergue - empruntée à La Politique d'Aristote - la célèbre journaliste campe le propos: il s'agit d'analyser l'émergence d'une nouvelle classe, celle  des oligarques russes, de leurs fortunes colossales sauvagement constituées dans les années '90 et le chaos qui succède au démantèlement de l'URSS. L'accession de Vladimir Poutine au pouvoir suprême, en 2000, sonnera le glas  de la récréation, des ambitions politiques de cette classe de nouvoricci.

"Voilà vingt-cinq ans, depuis l'écroulement du système communiste, qu'ils doivent leur fortune aux richesses souterraines de leur immense pays, aux privatisations sauvages, à l'élasticité - pour ne pas dire à l'absence - de toute règle de droit.(...) Vingt-cinq ans que lui, Vladimir Poutine, né à Leningrad dans la misère, ancien officier du KGB, les observe, les craint, les combat, les flatte, les rabroue et les utilise."

Tout est dit. 

A la classe rebelle, exposée,  des oligarques Boris Berezovski, Mikhaïl Khodorkovski, Roman Abramovitch, ..., malins fonceurs dotés de flair qui ont fait main basse sur les entreprises que l'Etat, en déroute,  soldait,  et constitué partant, des fortunes exponentielles durant les années 1990-2000 (ère de Boris Eltsine) se greffe un peloton  sage, "orthodoxe ,patriote, cadrée par Vladimir Poutine, désormais Maître du Kremlin.  Le message est clair: Interdiction formelle de se mêler de politique. Ceux qui ne l'ont pas compris à temps le paieront de la confiscation de leurs biens, du bagne et de l'exil - c'est le cas de Mikhaïl Khodorkovski - ou même de leur vie.

Brossant avec brio le portrait de personnalités hors normes et en filigranes, celui de l'énigmatique Président russe, Christine Ockrent  dévoile les arcanes, interactions économiques, judiciaires, internationales.... de cette partie d'échecs gigantesque orchestrée par un grand maître en la matière. Partant, elle nous révèle les enjeux de la crise ukrainienne et cette incompréhension majeure qui fausse notre interprétation de l'âme russe.

Un essai passionnant.

 Les oligarques, Christine Ockrent, essai, Ed. Robert Laffont, oct. 2014, 376 pp

Christine Ockrent sera, ce mardi 3 mars, midi  l'invitée du déjeuner littéraire rassemblant une centaine de lecteurs du magazine L'Eventail. J'aurai l'honneur de l'interviewer.

Copyright photo: Jeff Lanet

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 02 15

Louis II de Bavière- Un portrait attachant

le_roi_des_reves_louis_ii_de_baviere_01.jpg

De ce monarque sensuel, mélomane, mégalomane,  homosexuel et fantasque, Isaure de Saint-Pierre dresse un portrait attachant, en tous points fabuleux.

Quelque peu dépassé par son tempérament, ses affections, folles dépenses et constructions pharaoniques, ce souverain romantique était néanmoins très investi de sa fonction,  attaché au bien de ses sujets bavarois, qui en majorité lui en savaient gré: il était très aimé.

Soucieux de construire le mieux possible l'indépendance de la Bavière, de lui préserver la paix, composant avec l'autorité centralisatrice inéluctable d'un Bismarck, Louis II apparaît sous un jour plus favorable que prévu, plus sincère aussi.

 C’est à contre-cœur qu’il se voit entraîner dans la guerre de 1870 aux côtés de la Prusse, pour  combattre ces Français dont il admire la culture.  Louis II écrit à son cousin, le Kronprinz Frédéric de Prusse: 

"Je pense pouvoir être assuré encore, par le jugement éclairé de ton auguste père, qu'il est aussi dans sa volonté de conserver à la Bavière, à l'égard de la tendance "nationale-allemande", son intégrité gouvernementale, que cette guerre ne doit en aucun cas entamer, mais au contraire fortifier." 

 Mais il n’aura pas gain de cause : le nouvel empire allemand, auréolé de sa victoire sur la France,  inclura la Bavière parmi les 25 états qui le composent.

"C'est aujourd'hui ma première chevauchée de vassal"  confie le roi, déconfit, à son secrétaire.

Platoniquement épris du génie de Richard Wagner, divin mentor placé sur son chemin, le jeune roi fera au compositeur  quinquagénaire en déroute, un pont d'or pour ses créations.  Plus tard, il le soutiendra dans sa grande entreprise de Bayreuth. Fougueux dans ses passions successives – ses amants sont des hommes- Louis II est aussi lié d'une grande affection à sa cousine, l'impératrice Sissi, de huit ans son aînée.

Abondamment étayée de correspondances, la biographie du royal résident de Berg, Hohenschwangau, Neuschwanstein, Linderhof et de Herrenchiemsee, ...se dévore comme un roman passionnant.

 Je vous en recommande vivement la lecture.

Apolline Elter

Le roi des rêves, Louis II de Bavière, Isaure de Saint-Pierre, biographie, Ed. Albin Michel, février 2015, 236 pp

 

Billet de faveur

 AE: Nous l'évoquions, le fil de la narration se nourrit d'abondants extraits de correspondances, avec Wagner, Sissi,  la baronne von Leonrod, .... Quelles ont été vos sources?  En avez-vous opéré vous-même les traductions? 

 Isaure de Saint Pierre: J'ai une bonne bibliothèque concernant Louis II, Sissi, Napoléon III, j'ai déjà d'ailleurs écrit plusieurs bouquins sur cette période, dont "La dame de cœur", mettant en scène un amour de Napoléon, la très belle comtesse de Castiglione, et "L'impératrice aux chimères", retraçant la vie tragique de Charlotte de Belgique devenue impératrice du Mexique. Et j'ai été chaque fois frappée par l'extrême sensiblerie de cette époque. On emploie des termes excessifs, on verse des torrents de larmes à tout propos, mais nul n'égale en ce domaine les excès épistolaires de Louis II. J'ai donc glané dans tous les livres que je cite dans ma bibliographie ses lettres et ai gardé les plus significatives. Ne parlant hélas pas un mot d'allemand, je me suis fiée aux traductions existantes.

  

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 02 15

Enigma

9782221156193.jpg "Il n'est jamais trop tard pour la vérité. Alan mérite cette reconnaissance posthume"

Retrouvé mort en 1954 dans sa chambre d'hôtel, une pomme - empoisonnée au cyanure- croquée,  laissée à  son chevet, Alan Turing est Le génial inventeur de l'ordinateur. Le logo bien connu d'Apple serait une allusion directe mais non assumée à ce drame.

Il a aussi aidé les services secrets alliés, durant la guerre à décoder les messages secrets allemands, cryptés sous le nom d' Enigma et à déjouer partant les plans de l'ennemi.

Portant ces faits avérés à la rédaction d'un roman futuriste, d'espionnage et de réhabilitation historique, Laurent Alexandre et David Angevin, allient médecine et journalisme d'investigation scientifique pour revisiter le portrait - malmené- du génie des mathématiques, sujet britannique de sa Royale Majesté

Un roman qui se dévore tel un thriller

AE

L'homme qui en savait trop, Laurent Alexandre et David Angevin, roman, Ed. Robert Laffont, janvier 2015, 336 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies, Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |