10 03 17

Grossesse.com

9782714458063.jpg

 

Un  événement majeur se présente ce jour - et demain - au sein de la Foire du Livre de Bruxelles, à savoir, la présence d'Harlan Coben, le célèbre "boss du thriller" , la rencontre avec ses innombrables fans,  ce vendredi, de 18h à 20h et de 21h à 22h, samedi, de 11h à 12h30 et de 15h à 16h30 ( détails dans le programme de la foire: www.flb.be)

Harlan Coben sera également l'invité d'honneur du blog du Pavillon de la Littérature tout le week-end durant

La raison vous en sera donnée rapidement

Le temps de ménager, à notre tour,  quelque suspens.. de bonne guerre , d'heureuse augure

Pour l'heure, penchons-nous sur Intimidation ( Ed Belfond noir, oct.2016),  le  dernier thriller, traduit en français, qu'il nous vient dédicacer.

En voici l'intrigue:

Marié à la belle, intelligente, efficace Corinne, Adam Price mène la vie paisible et comblée d'un père de famille, attentif au bien-être des siens. Il est abordé par un inconnu tandis qu'il assiste à une épreuve qualificative  de crosse pour ses fils, Thomas et Ryan et se voit asséner une absurde vérité:  Corinne aurait feint sa dernière grossesse.. De là à imaginer qu'elle a d'autres secrets enfouis en travers de leur couple,  qu'Adam n'est peut-être pas le père de ses fils.. il n'y a qu'un pas, qu'Adam refuse de franchir

Mais le ver du doute est introduit dans le fruit. Difficile de l'en déloger. Il ronge lentement et sûrement la relation du couple , d'autant que Corinne, mutique, implore un délai pour révéler la vérité à Adam... , aussitôt disparaît. Sans guère laisser de traces...

Basé sur le tracé des secrets révélés par la toile (Internet) et le chantage auquel peuvent se livrer d'odieux défenseurs de vertus, vils redresseurs de torts .. le thriller suspend, une nouvelle fois, le lecteur à sa respiration haletante..

Apolline Elter

Intimidation, Harlan Coben, thriller traduit de l'américain par Roxane Azimi, Ed Belfond noir, octobre 2016, 380 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Harlan Coben | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 03 17

S'il n'y en a qu'un

 41zT0VUGv2L._SX195_.jpg

"Les quelques milliers de chômeurs restés en souffrance étaient sa cible numéro 1 et il fallait leur mettre une pression considérable pour qu'ils se trouvent un travail. (…) l'État avait donc créé des brigades spéciales antichômeurs, soit des unités de police formées et entraînées à les pourchasser dans les parcs, aux terrasses des cafés, dans les piscines, les salles de cinéma en semaine, dans les rues en train de flâner. Elles contrôlaient leur identité partout à tout instant. Chaque contrôleur était muni du portrait dépeignant le chômeur type afin de l'aider à repérer les « têtes de glandeur», les «je-m'en-foutistes ». Ces parasites étaient ciblés en priorité et soumis à des interrogatoires. On guettait leur moindre faute pour les abattre à coups de radiation, cherchant l'extinction totale de cette espèce naguère protégée et dont dorénavant la chasse était ouverte et autorisée toute l'année."

 Président de la République, Verley entend gérer celle-ci comme une entreprise.....

N"'établissons aucun rapport avec un certain Donald, nanti d'une (chou-) croute capillaire

Et encore moins avec l'enjeu des élections présidentielles françaises

Toujours est-il qu'un certain Meurchaud ( je n'ai pas dit "cadavre froid") - à ne point confondre avec l'étrange(r) Meursault de Camus- fait de la résistance. il est et entend rester "le dernier chômeur"

S'ensuit un combat à grande échelle e à froid, une politique-fiction qui pose certaines bonnes questions...

Le dernier chômeur,  DJF Audebert, roman, Ed. Albin Michel, février 2017, 366 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 03 17

Jeanne-Antoinette Poisson

 Couv_Hann_ReineOk.jpg

S'il est majeur  exploit dont Jeanne-Antoinette POISSON, célèbre marquise (et même duchesse) de Pompadour (1721-1764) peut se targuer, c'est d'être restée dans le coeur, les faveurs du Roi - Louis XV- plus de vingt ans durant.  La première rencontre avec le souverain date de 1743; leur amitié ne s'éteint qu'au décès de la Reine des Lumières,  mi-avril 1764.

Mariée au disgracieux Charles-Guillaume Le Normant d'Etiolles  lorsqu'elle s'éprend du Roi,  Jeanne-Antoinette sera royalement déliée de cette union encombrante, dotée du marquisat, puis du titre, de Pompadour, de châteaux, ermitages, hôtels successifs... dont  l'élégant hôtel d'Everux, futur palais de l'Elysée.  Belle, pétillante, éprise d'arts, de philosophie et de littérature, la marquise soutient ses amis Jean-Jacques (Rousseau), Voltaire, ... favorise la publication des deux premiers tomes de L'Encyclopédie ( Diderot et d'Alembert), ...tandis qu'elle tente de préserver son statut ô combien précaire de favorite.

Jalousée de nombreuses parts pour son ascension sociale fulgurante, la marquise entretient avec la Reine (Marie Leszynska) des relations correctes, sinon relativement cordiales. Cette dernière sait qu'elle peut trouver pire rivale...

Conclu d'une précieuse annexe, ce roman historique nous mène au coeur d'une femme mythique, somme toute sympathique

Reine des Lumières, Karin Hann, roman historique, Ed. du Rocher, mars 2017, 426 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 03 17

Une lettre d'amour

alexisjenni.jpg

 

 

Le nom d'Alexis Jenni vous évoquera, à coup sûr, le Prix Goncourt 2011 pour son roman, L'art français de la guerre ( Ed Gallimard) 

Nous le retrouvons dans un contexte différent. ...

Parce qu'il ne trouve pas les mots, l'expression juste, pour qualifier les sensations qu'il éprouve  à la vue, au contact de la femme qu'il aime, le narrateur lui écrit une longue lettre, convoquant la peinture -  Pierre Bonnard (et Maria Boursin..) , Pablo Picasso, Georges  de la Tour, Jean-Honoré Fragonard et même quelque esquisse d'Auguste Rodin, .... au secours de sa plume .

Et de la beauté

"Le sentiment de la beauté est très particulier, il donne à boire et étanche la soif, il entretient la soif et il redonne toujours à boire. La beauté emporte dans un ravissement profond et paradoxal, qui reste identique à lui-même, et n'arrête jamais."

Dans l'attente de toi, Alexis Jenni,  Lettre, Ed L'iconoclaste, sept.2016, 272 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 02 17

Ode à l'écriture

JK.jpg

Primée, en 2016,  par le prestigieux prix de la Closerie des Lilas ... et par notre blog, pour son merveilleux Dernier amour d'Attila Kiss (Ed du Rouergue- billet de ferveur en vitrine du blog), Julia Kerninon est déjà, bien que fraîche trentenaire, une grande romancière. Une vraie, pure, de la race de ceux qui ne trichent pas, qui enveloppent  les lecteurs d'une musique, d'une ambiance à nulle autre pareille.

Il est  intéressant,  dès lors,  de connaître la genèse de son écriture.

Née de parents bibliophages, Julia contracte dès sa prime enfance la passion de la lecture. Rien n'échappe à son intérêt, ni la composition des shampoings, ni les étiquettes des vêtements... Un rythme de vie s'installe tôt qui la structure maintenant encore, stimulée par ses précieux mentors.

Alternant jobs alimentaires, de "serveuse par accident"  et longues retraites d'écriture -  telle l'année 2007 vécue en solitude extrême à Budapest -  Julia Kerninon se révèle peu à peu à elle -même, aux lecteurs fascinés..

"... et je suis exactement ça, je suis aussi les fille des cinq étés écrasants d'amour et d'alcool, celle qui fait des choses, et qui sait que c'est seulement pour cela que je peux écrire des livres."

Ode à la littérature, au travail physique, aux racines familiales et expériences fondatrices de l'écriture, cet essai est lui aussi un bijou de lecture.

Je vous le recommande.

Apolline Elter

Une activité respectable, Julia Kerninon, récit, Ed Brume au Rouergue, janvier 2017, 64 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 02 17

INstructif

 9782367622903-001-X (1).jpeg

La langue est claire, factuelle et sans tabou.

D'un dialogue vivant avec sa fille, musulmane aussi, le célèbre écrivain, philosophe, Prix Goncourt 1987 pour sa célèbre Nuit sacrée (Ed. Seuil), explique le terrorisme, ses faits, méfaits, exactions, sans aucunement le justifier.

Il remonte à son origine - le régime de la Terreur imposé sitôt après la Révolution - fustige la rupture du contrat social que le terrorisme implique, l'interprétation fallacieuse du dogme islamique qu'il entraîne.

Né à Fès, Tahar Ben Jelloun a appris le Coran par coeur. Il sait ce dont il parle. Il parle aussi merveilleusement aux enfants,  pleinement conscient de leur faculté à saisir la réalité, pleinement convaincu que le seul salut réside dans l'éducation. 

Un dialogue qui place les événements dans une juste perspective historique

Très instructif pour les adultes que nous sommes

Apolline Elter

Le terrorisme expliqué aux enfants, Tahar Ben Jelloun, Ed. Seuil , août 201, - Audiolib, janvier 2017, texte intégral lu par Jean-Paul Solal et Astrid Roos, durée 3h06

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 02 17

Sacré, sacré, sacré Henri IV

9782226325976-j (1).jpg

 

   Point n'est fortuit que de produire, en ce jour valentinesque,  l'extrait d'une lettre d'amour adressée par Henri IV à sa chère maîtresse Gabrielle d'Estrées (1573-1599) .

   Séduit par la beauté, la grâce et la fraîcheur de la jeune fille -  à l'heure de leur première rencontre, Gabrielle n'a pas 17 ans, Henri en a vingt de plus - le volage souverain en tombe éperdument amoureux, lui conçoit quatre enfants et songe à l'épouser.  La mort,en (suite de)  couches, de Gabrielle, le 10 avril 1599, l'empêchera de conclure l'union.

Séparé de ses "Belles Amours", le roi lui envoie des missives passionnées:

"J’ai vu par votre lettre la hâte qu’avez d’aller Germain. Je suis fort aise qu'aimiez bien ma sœur: c'est un des plus assurés témoignages que vous me pouvez me rendre de votre bonne grâce,  que je chéris plus que ma vie, encore que je m'aime bien. C'est trop causé, pour vous voir si tôt. Bonjour,  mon tout. Je baise vos beaux yeux des millions de fois.

              Ce douzième septembre,  de nos délicieux déserts de Fontainebleau."

 

 Gabrielle d'Estrées ou les belles amours, Isaure de Saint Pierre, Ed Albin Michel, février 2017, 400 pp

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 02 17

Emil-Joseph: une épopée remarquable

Zinc.jpg"C'est peut-être même là qu'elle commence, l'histoire de l'homme perdu dans ses pensées devant la fenêtre, avec les gisements de zinc de Germanie auxquels Pline fait allusion. Mais l'histoire ne connaît pas de signal de départ,seulement un entrelacement de bouts de ficelle à travers les siècles, de corde usée, de haillons imbriqués."

On dirait une fable; c'est un récit Il repose sur des faits avérés, peu connus, hallucinants: la constitution, en 1816,  d''une curiosité de Droit national , minuscule zone neutre,  jouxtant les frontières des Pays-Bas et Prusse, baptisée Moresnet-Neutre, actuelle commune belge,  Kelmis ou, si vous préférerez,  La Calamine, de son appellation franzôsisch.

La faute à qui donc, la faute à Napoléon.....

 Défaite de Napoléon à Waterloo (1815), Congrès de Vienne (1816) redessinent les frontières de la Prusse et des Pays-Bas; le village de Moresnet est l'enjeu de tous les débats, il se voit coupé en trois, réparti entre Prusse, Pays-Bas et une zone minière particulièrement convoitée, Kelmis, riche d'une mine de zinc. Or le XIXe siècle, Paris, Haussmann et compagnie sont particulièrement friands de ce minerai léger et malléable. Il est donc décidé de doter Kelmis d'un statut neutre et temporaire, de baptiser la zone "Moresnet-Neutre". Elle conservera le statut près d'un siècle, un an après l'entrée en guerre de 1914.

" (...), le 27 juin 1915, l'occupant décrétait que Moresnet serait désormais du ressort exclusif des autorités allemandes. Cette situation devait durer trois ans."

Fief de la société Vieille-Montagne (Altenberg), fondée en 1837, le territoire va prospérer. Les directeurs de la célèbre entreprise, dont un certain Saint-Paul de Sinçay (père) ,  "maire" de 'l'entité, ont particulièrement à coeur de soigner leurs administrés, créant une sorte d'utopie de gestion sociale et de personnel,  avec création d'école, souci du bien-être, du bien vivre général. Eldorado de vente d'alcool, Moresnet-Neutre devient aussi foyer actif de pratique de l'esperanto.

Cette singularité historique, David Van Reybrouck a décidé de la décrire par la vie emblématique d'un homme,  Emil Pauly,né Joseph Rixen (1903-1971) ,  illustration vivante - si l'on peut dire - du destin mouvementé de l'entité. Conçu d'un amour ancillaire et d'une mère prussienne, Joseph est recueilli par la famille Pauly, changeant conjointement d'identité et de statut national; la guerre 14 lui vaut une nouvelle nationalité; l'Armistice de 1918 le fait Belge: c'est donc sous les drapeaux de sa nouvelle patrie que Joseph effectue son service militaire en 1923 , "cantonné dans une caserne de Krefeld, sur la rive gauche du Rhin."

Démobilisé en 1926, Emil épouse Jeanne, une Néerlandaise. Le couple conçoit 11 enfants, 9 garçons et 2 filles.

 L'invasion de la Belgique par Hitler, le 10 mai 1940 aura pour effet immédiat d'annexer au Reich les Cantons de l'Est, en ce compris, Moresnet-Neutre, aux motifs et principe idéologique d'un "retour à la patrie", d'entraîner la fracture de nombreuses familles.

" Dans une même famille, on pouvait avoir des garçons qui s'engageaient avec enthousiasme au service du Fürher, tandis que leurs frères se tenaient cachés pendant cinq ans quelque part dans une grange."

Boulanger, quadragénaire et père d'une famille déjà nombreuse, Emil est mobilisé en 1943, envoyé sur le front en 1944, sous uniforme allemand.. et sera donc fait prisonnier allemand, à la Libération, réquisitionné  par De Gaulle comme main-d'oeuvre au service de la reconstruction de la France

 "Et le voilà, Emil, au milieu de soldats allemands et d'anciens nazis, lui qui a donné à son fils le prénom du roi des Belges, et dont la femme a refusé la Mutterkreuz. Le voilà, lui,l'homme qui a participé à l'occupation de l'Allemagne sous l'uniforme belge et à celle de la Belgique sous l'uniforme allemand, lui, l'enfant adultérin, l'homme dont l'identité, tel un bloc de minerai de zinc, a été fondue et refondue si souvent qu'il en est résulté détachement et résignation. Un moderne Job, frappé et éprouvé par l'histoire. Le voilà, Emil, un vieil homme de quarante-deux ans, grelottant et toussant sous une couverture."

Souffrant d'une double affection pulmonaire et cardiaque, Emil doit cesser toute activité professionnelle dès 1952.

Nourrissant ce récit court,  dense, prodigieux, de précisions historiques, documentaires et  du fruit de nombreux entretiens, David Van Reybrouck offre à notre culture, à notre réflexion.. une mine d'or.

Une lecture absolument recommandée

Apolline Elter

Zinc, David Van Reybrouck, récit, Ed. Actes-Sud,  nov. 2016, 76 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 02 17

Un combat singulier

"Les faits que vous lirez ici sont réels. Leur mise en mouvement révélera sans doute autant l'auteur que le sujet, puisqu'on ne parle jamais que de soi."

 De_bruit_et_de_fureur.jpg Thierry Le Luron mourait voici trente ans,  le 13 novembre 1986.

On l'avait dit atteint d'un cancer des voies pulmonaires; il décède du SIDA, ce "cancer gay" longtemps considéré comme honteux.

Nièce d'Hervé Hubert, manager et intime du célèbre humoriste, Virginie de Clausade nous fait vivre ses dix derniers mois , depuis révélation de la maladie. Elle engage, pour ce faire, un dialogue poignant entre le SIDA, personnifié en séquences italiques et le combat du courageux trentenaire.

Révélé par la scène dès l'âge de 17 ans, Thierry le Luron s'éteint  à 34 ans, au terme de 17 ans de carrière

Bosseur invétéré, il saisit la vie comme une fête perpétuelle et , innombrables,  les amants d'un soir défilent en son lit; mais il est discret sur sa vie privée et tait son homosexualité, à une époque où le sujet est encore grandement tabou.

Il vit, dans la terreur et grande solitude,  le diagnostic qui se présente à lui, ce mercredi 8 janvier 1986.

C'en est fini du déni. Il lui faut affronter la maladie,  les espoirs qui s'offrent à lui: avec l'aide amicale et généreuse de Line Renaud, Thierry Le Luron participe à un programme-pilote, aux USA, de mise en veilleuse du mal. Mais le rythme effréné de son retour sur scène aura tôt fait de raviver l'ennemi assoupi.

Symptomatique de la perception malveillante du SIDA qui sévit à l'époque,  de la culpabilité induite sur les porteurs du virus, le récit de Virginie de Clausade est empreint de  sobriété, de respect et d'une attraction posthume envers l'imitateur.

Je vous en conseille la lecture

Apolline Elter

De bruit et de fureur, Virginie de Clausade, hommage, Ed Plon, octobre 2016, 270 pp

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 02 17

Pamela Churchill

pamela_01.jpg"Pamela Churchill est totalement amorale, bien au-delà du bien et du mal. Elle joue avec la mort et les sentiments, complotant ou sanglotant, choisissant avec application les tenues appropriées et le bras sur lequel elle s'appuiera pour la prochaine sauterie macabre. Car autour d'elle les gens tombent comme des mouches. Il y a la mort qui dévaste, qui assomme, comme celle de Winston Churchill, il y a la mort qui fracasse puis laisse terriblement désemparée, comme celle de Leland, il y a la mort injuste et frivole d'Ali Khan au volant de sa Lancia alors qu'il va dîner chez Lorraine Bonnet, il y a la mort bruyante de Martin Luther King, et soudain voici venue la mort guillerette, courtoise et gracieuse de Marie Harriman."

 Née Pamela Beryl DIGBY, le 20 mars 1920, cette aristocrate anglaise n'aura de cesse, sa vie durant, d'offrir son corps au plus offrant.. d'argent et de gloire. Belle, rousse, flamboyante, elle fascine, séduit, materne, règne sur les hommes bien nés et puissants. Si elle épouse, en premières noces, Randolph Churchill, le fils déjà déclinant du célèbre Winston, elle ne le supporte pas longtemps et passe dans les bras et lits dorés d 'Averell Harriman, Ed Murrow, Ali Khan, Gianni Agnelli, Elie de Rothschild, Maurice Druobn, Leland Haymard....

Sitôt la citoyenneté américaine acquise - nous sommes en 1984 - Pamela crée, avec Averell Harriman, son mari de l'époque,  la PamPAC, fonds d'investissement à fins politiques. Des événements mondains outrageusement payants financeront ses actions. C'est ainsi qu'elle soutient le démocrate Bill Clinton dans sa campagne présidentielle. Ce dernier la remercie en lui offrant le poste d'ambassadrice des Etats-Unis, à Paris. Elle décède le 5 février 1997, dans la piscine du Ritz.

Femme scandaleuse, Pamela intrigue, fascine.. elle éprouve une réelle affection - partagée - pour Winston Churchill, son dear papa, un vrai amour pour Gianni Agnelli, richissime héritier de l'empire Fiat. 

Avec la plume alerte, vive, enjouée  qu'on lui connaît, Stéphanie des Horts fait virevolter, d'un "roman vrai", la vie extraordinaire de cette personnalité ..hors normes

Pamela, Stéphanie des Horts, Ed. Albin Michel, février 2017, 286 pp

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |