05 01 13

Promenades au coeur de Namur

9782873867874_0.jpg


 C'est une promenade au coeur de Namur que je - et surtout Fabien De Roose, vous propose pour clore en beauté ces vacances de Noël 

Après Bruxelles ( 1 et 2) et Liège vue(s) par les peintres (Ed Racine 2010 - 2011),  le fondateur de l'asbl Dédale, guide passionné, organisateur de nombreuses promenades picturales à travers France et Belgique, propose cinq parcours pédestres, autour de la cathédrale Saint-Aubain, dans la vieille ville,  aux fils de la Sambre dont Namur consacre le "chant du cygne", de la Meuse et de la belle vallée mosane jusqu'à Profondeville...

Pétries de répères historiques, les présentations d'oeuvres sont assorties de photos actuelles prises selon l'exact angle de vue du tableau. Cela rend le propos particulièrement intéressant, invitant les autochtones à considérer leur ville d'un regard neuf, les visiteurs à en admirer les vestiges du passé. Quelques anecdotes pimentent les propos qui le rendent particulièrement savoureux. Les noms d'Albert Dandoy, "peintre le plus prolifique du XXe siècle", Eugène Colignon, Jean Legrand, Franz Kegeljan, Félicien Rops... bien connus des natifs de la ville, résonnent désormais comme les révélateurs d'un magnifique patrimoine.

Apolline Elter

Namur vue par les peintres, Promenades au coeur de la ville, Fabien De Roose, beau livre, Editions Racine, décembre 2012, 152 pp, 24,95 € 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres, Patrimoine | Commentaires (1) |  Facebook | |

30 12 12

Une Maison du Moulin truffée de bonnes recettes

9782873868246.jpg

S'il est un pari que Bénédicte Appels réussit en cette fin d'année, ...truffée de belles parutions, c'est d'à la fois nous donner envie de cuisiner cette rabasse qui fleure la bonne chère, jusqu'à nos oreilles mais aussi de découvrir la "Maison du Moulin", sise à Grignan (Drôme Provençale) , haut lieu de ses exploits....

Avec la complicité de Mireille Roobaert, qui signe une mise en images belle et raffinée, Bénédicte Appels nous livre les secrets du diamant noir,  ses différentes variétés, les façons de les accommoder. En vedette, bien sûr,  la Tuber Melanosporum, la fameuse truffe du Périgord,produite principalement dans le Sud-Est de la France....(+/- 2/3 de sa production) , "moelleuse en bouche", exhalant "un parfum de radis noir et de noisette."  L'hôtesse de la maison d'hôtes de charme les connaît bien, qui organise régulièrement des  séjours dédiés au précieux champignons, cours de cuisine, dégustations et promenades quêtes de truffes à la clef.

Sitôt le précieux tubercule acheté - encore faut-il ne pas se faire rouler dans la farine - il est aisé de réaliser les recettes proposées. Elles se déclinent, royales de simplicité, de l'entrée au dessert et même aux truffes..truffées. Ma sélection perso: la crème de mascarpone truffée, le croque-truffe, le paillasson d'asperges vertes, le carpaccio de rates et de saint-jacques, le tartare, la brouillade d'oeufs, les pâtes..... tous de truffes parés.

Des desserts sont aussi proposés qui marient la truffe aux glace, crème brûlée, coulant au chocolat, tiramisu, nage aux fraises et même l'affogato....

On ne demande qu'à tester...

Si possible avant la fin de l'année...

AE

Petites leçons de cuisine à la truffe. 50 recettes à la portée de tous, Bénédicte Appels - Mireille Roobaert (mise en   images), ed. Racine, novembre 2012, 144 pp, 22,5 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Cuisine | Commentaires (1) |  Facebook | |

29 12 12

Le camion qui fume

cv camion qui fume.jpgCertains concepts font recette, tel ce "street food" importé des Etats-Unis par la Californienne Kristin Frederick.

Lancé depuis un an à travers les rues parisiennes , le Camion qui fume programme l'agenda de ses escales, via les réseaux sociaux.

 Et l'on se bouscule sous l'auvent de fortune pour déguster des hamburgers aux goûts variés et le plaisir d'une convivialité improvisée.

Des hamburgers dont la recette est désormais consignée dans un sympathique recueil, joliment illustré, déclinant à l'envi des saveurs nouvelles et parfois très raffinées , tels ces miniburgers à la truffe et brie de Meaux, ces burgers libanais, chiliens, végétariens.. d'agneau ou de homard farci...

Une fumée décidément bien savoureuse..

 AE

 Burgers. Les recettes du Camion qui fume, Kristin Frederick, Ed Tana, octobre 2012, 144 pp , 20 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 12 12

Sang pour sang historique

url.jpg

Fin d'année sanglante pour le sympathique animateur de l'émission "Au coeur de l'Histoire" ( chaque jour de la semaine, de 13 h à 14h, sur Europe 1) . Persuadé que "le sang versé atteste de l'humanité du récit ", nous en rend les protagonistes plus proches parce que plus humains, Franck Ferrand prend son bâton de pélerin pour évoquer quelque trente  - vingt-huit précisément - épisodes de notre Histoire, écrits à l'encre écarlate.

La mort suspecte d'Emile Zola, le meurtre de Jean-Paul Marat par Charlotte Corday, La fameuse nuit des longs couteaux (juillet 1934) qui ne doit ni à la nuit ni aux couteaux  l'extermination des chefs SA, le massacre de la Saint- Bathélemy dont Catherine de Médicis se repentira,  la "ratonnade"parisienne d'octobre 1961, qui précipita des dizaines d'Algériens dans la Seine ...sont tant d'hémorragies qui, aujourd'hui encore, posent question. 

La relation des faits se conclut, à chaque chapitre, d'une analyse des plus intéressante.

A découvrir sang restriction..

 

AE

Du sang sur l'Histoire. Petits et grands meurtres de l'émission "Au coeur de l'Histoire", Franck Ferrand, Flammation, octobre  2012, 352 pp, 21 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 12 12

Sans angle mort

 

url.jpg

"Le commissaire Kermeur avait pour habitude, et pour méthode, de ne jamais rater les dates anniversaires des familles dont il n'avait pas sondé les opacités. Rien ne l'intéressait comme ces moments où la clarté tombe dans les esprits et où les loyautés se rompent. Le mutisme des fratries l'avait toujours inquiété, même si celle-ci, en trompe l'oeil et si singulière, paraissait avoir inventé la gaieté."

 Noël , fête de naissance, d'avénement à la vérité...


Réuni sur l' île bretonne patriarcale, à l'occasion de Noël et de l'anniversaire  de Gwen, sa doyenne, le clan Diskredapl  ( " Impensable" en breton) est saisi d'une fulgurante levée de tabous, sorte de transe collective d'aveux de secrets enfouis. L'instigatrice de l'événement se nomme  Norma: "étrange vestale de la transparence", elle a décidé de vivre sa vie sans angle mort et entend mettre à nu, les exactions commises par les "Impensables",  aïeuls,  membres de la famille et pièces rapportées.

L'épopée de cette famille jardinesque, écho flagrant des Gens très bien dont l'écrivain avait levé le secret, au prix d'un récit courageux et percutant (voir notre chronique sur ce blog) permet à ce dernier de renaître des cendres, de la mort littéraire qu'avait suscitée la révélation de son propre passé familial.

"Vivre pour ces gens-là, c'était exagérer. Et vaincre la normalité, en concassant les habitudes. Peut-être était-ce pour cela qu'ils circulaient pieds nus sur leur île, en été surtout mais aussi en hiver - équipés de sandalettes ou de chaussons-, comme s'ils avaient confondu cette île et leur domicile. De même refusaient-ils de mettre des points sur les i lorsqu'ils envoyaient des cartes postales, pour signifier leur mépris de la clarté."

Autopsie d'une tribu qui vit à la surface de dénis accumulés et qui paie de morts l'expression de la vérité.

Eloge  de la vérité dont Alexandre Jardin affirme qu'il lui a été inspiré par la vraie rencontre de Norma, au cours d'une séance de signature et de la démonstration sidérante d'une intégrité inaltérable.

Et toujours la  quête de l'expression juste, la maîtrise du style , le recours aux métaphores neuves et suggestives qui trempent d'encre précieux la plume de l'écrivain.

Une lecture recommandée.

AE

Joyeux Noël, Alexandre Jardin, roman, novembre 2012, 298 pp, 19,8 €


 

Écrit par Apolline Elter dans Alexandre Jardin, Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 12 12

De Berlin à Buenos Aires

EVA-EVITA-C1_0.png

"L'élégance et la beauté leur étaient communes. Elles paraissaient toutes deux humaines et, pourtant, chacune était tombée sous le charme d'un homme de pouvoir. Un homme à poigne qui faisait passer ses ambitions avant toute chose."

Au-delà d'un prénom commun - Evita Perón, se prénommait Eva - d'une contemporanéité  et d'une passion furieuse  pour un dictateur - Hitler, dans le cas d'Eva Braun,  Juan Perón, le président argentin, dans le cas d'Evita - existe-il un lien entre les deux femmes?  

C'est la question que se pose et la réalité que suppose Patrick Weber, le journaliste, historien, spécialiste des têtes couronnées, ... au fil d'un roman en tous points palpitants. 

Basé sur des faits avérés, le roman met en scène les deux femmes - qui jamais ne se rencontreront - en parallèle, leur destin, usant comme fil conducteur, fictif et gourmand, celui d'une Konditorei (pâtisserie) berlinoise et de sa succursale argentine d'après-guerre.

Dépassé par une guerre et des événements qui échappent à son entendement, Karl Freienhof, le narrateur, voit s'abattre sur lui, savamment distillés, les effets d'une machination dont il ne perçoit pas l'origine.

Echappé de Berlin, avec sa famille, il débarque à Buenos Aires où il ouvre une nouvelle enseigne de la Konditorei Freienhof. Sa tranquillité sera de courte durée, interrompue par la détermination sans faille d'Evita Perón et de son périple européen, historique , de 1947, le célèbre Gira del Arco Iris.

 Conteur hors pair, Patrick Weber imprime à l'Histoire ce piment de fiction qui lui confère l'allure d'un roman d'espionnage...

Une lecture recommandée

Apolline Elter

Eva – Evita. Pour l’amour du diable. Patrick Weber, roman, Ed. Avant-propos,  novembre 2012,  304 pp, 18,95 €

 

Billet de faveur

AE : Dites-nous, Patrick Weber, elle est vraiment fictive,  cette Konditorei Freihenhof,  dont  les  célèbres Apfelstrüdel percent  les pages de leurs effluves de cannelle ?


Patrick Weber : Oui... elle est fictive. Mais je suis inspiré de la célèbre Postdamer Platz de Berlin qui était l’un des lieux les plus trépidants de la capitale avant guerre. On s’y promenait, on y dansait, on y mangeait... Longtemps abandonnée dans un no man’s land de la mémoire, elle est devenue le symbole du renouveau de Berlin. Je m’y suis souvent installé pour écrire mon roman. Et j’ai succombé aux délices de l’Apfelstrüdel!


AE :   « Eva Braun n’était pas née  pour le drame » 
A comparer  les deux femmes, belles, blondes et éprises, on a l’impression qu’Eva Braun est une victime,  soumise, sacrifiée à son amour pour le Fürher,  tandis qu’ Evita Perón fait plutôt figure de conquérante.


Patrick Weber : Oui... Très clairement, la première était beaucoup moins intelligente que la deuxième. Et surtout, elles n’avaient pas le même charisme. Eva Braun était une femme égocentrée. Elle a toujours manqué de maturité. Mais les deux femmes ont aimé des hommes qui incarnaient le pouvoir et qui, d’une certaine manière, se sont servis d’elles. Elle ont volontairement aimé le diable en croyant accéder au paradis.


AE :   Piliers du récit, Berlin et Buenos Aires sont presque personnifiées tant les descriptions sont précises. Avez-vous parcouru ces villes ?


Patrick Weber : Je vais régulièrement à Berlin... Cette ville qui me fascine m’a donné envie d’écrire ce livre. Et j’ai franchi l’océan pour aller écrire une partie du roman à Buenos Aires. La capitale argentine est la plus européenne des villes sud-américaines.


AE : Terre accueillante pour émigrés de tous bords, dans les années ’40, l’Argentine a absorbé  nombre d’Allemands et de Nazis, en fuite, après la débâcle. A-t-on des chiffres à ce sujet ?  Peut-on en mesurer l’impact sur l’atmosphère du pays ?


Patrick Weber : Il n’y a pas de chiffres précis mais le fait historique est indéniable. L’argent des nazis a contribué à financer le régime peroniste. Aujourd’hui, quand on se promène à Buenos Aires, on sent encore les lointains échos de cette histoire que certains voudraient oublier. Comme toujours dans mes romans, je m’attache à retranscrire l’histoire de manière authentique pour bâtir une fiction. C’est pour cette raison que j’ai étudié les personnalités de ces deux femmes qui sentent encore le soufre, Eva et Evita. Les fiancées du diable.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 12 12

Orsay porté aux nu(e)s

Après une  visite équestre du Louvre  en compagnie de Jean Rochefort ( Le Louvre à cheval - voir chronique sur notre blog,)le journaliste Edwart Vignot, historien de l'art, collectionneur, spécialiste du XIXe siècle, .. .remet le couvert, si l'on peut dire, en nous proposant une visite du musée d'Orsay via ses "nus peints, dessinés ou sculptés, des plus académiques aux plus modernes."

Cette visite, il la fait en compagnie de l'actrice Louise Bourgoin, qui au-delà de sa belle plastique d'actrice, est dotée d'un sens esthétique avéré - diplômée des Beaux-Arts, elle dessine  - et d'un sens de l'humour tonique.

Et c'est tant mieux, en ce mois de décembre frileux , porté sur l'ambiance coin de feu...

Et puis, il est des nus, chaleureux et radieux, tels les Etude, Torse, effet de soleil (Renoir), Et l'or de leur corps (Gauguin) , Jugement de Pâris (haut-relief en plâtre patiné co-signé de Renoir), Désir (Aristide Maillol), Flore (Jean-Baptiste Carpeaux) .. d'autres, curieux, tel cette Femme au bain (Alfred Stenves),  portrait de Charlotte Corday, en "meurtrière" et miroir du célèbre Marat assassiné...

Percutées d'un titre souvent humoristique, les oeuvres sont présentées dans le contexte de leur réalisation et  celui de l'oeuvre de l'artiste. C'est un intérêt didactique majeur de ce parti-pris très...dépouillé et d'une visite intéressante et , somme toute, haute en couleurs.

Magnfiquement illustré des oeuvres et de certains détails, ce bel ouvrage prendra une place avantageuse sous le sapin, assorti, qui sait, d'un double billet d'entrée pour le musée d'Orsay..

Apolline Elter

Orsay mis à nu, Louise Bourgoin et Edwart Vignot, beau livre, Ed. Place des Victoires, octobre 2012, 210 pp, 39,95 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Arts, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 12 12

Beatlemania

url.jpg

Il est des vies de fans intégralement tendues vers leurs idoles.  Telle celle de Jacques Volcouve, collectionneur invétéré, depuis quatre décennies, de tout ce qui a trait au célèbre groupe de Liverpool:  " 15.000 disques vinyles, plusieurs milliers de CD et des centaines de livres, sans oublier les coupures de presse " occupent son appartement, innombrables  pièces du puzzle historique qu'il tente de reconstituer.

Ouvrant aux journalistes Ersin Leibowitch et Dominique Loriou, les portes de son antre, Jacques Volcouve trace la chronologie de sa passion, depuis le jour béni de 1967 où il contracte le "virus de la Beatlemania"

" Je me suis donné une mission impossible: tout avoir sur les Beatles"

Magnifiquement illustré de coupures de presse,  photos,  covers de vinyles,  de magazines, pubs, l'ouvrage opère par un jeu de renvois bien négocié le parallèle entre la vie de Jacques Volcouve - fondateur du "Club des Quatre de Liverpool -, ses acquisitions incessantes et celle du quatuor.

Cet angle de vue offre un regard neuf, inédit et incroyablement nourri sur le destin d'un groupe de légende, offre surtout de partager la passion généreuse d'un "monomaniaque" passionnant.

A glisser sous le sapin.

AE

Beatles collector. La fabuleuse collection de Jacques Volcouve, Ersin Leibowitch et Dominique Loriou, beau livre, Ed Jacob-Duvernet, octobre 2012, 200 pp, 30 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 12 12

Sid-érant

url.jpgParmi les belles parutions de cette fin d'année, réjouissons-nous de l'édition, par Gérard Bonal, de quelques 400 lettres que Sidonie Landoy - la fameuse "Sido", mère de Colette - envoya à sa fille, de 1903 à 1912, année de son décès.

Si la célèbre romancière a  puisé dans la correspondance de sa mère pour retranscrire certaines lettres dans ses romans - voir La Naissance du jour, notamment -  quitte à en dénaturer le sens, elle a aussi créé un mythe de sa personnalité, qu'il est intéressant de confronter à la vraie tonalité de ses écrits.

"Sido écrit facilement, vite, labourant son papier de grandes balafres énergiques, boucles des D, barres des T, l'écriture penchée d'une dame du XIXe siècle: (...)"

Mère attentive, affectueuse,  interventionniste, sévignéenne par moments, Sido cultive dès sa jeunesse - bruxelloise..! - cette culture littéraire et musicale, cette ouverture d'esprit et même libre-pensée qu'elle transmettra à sa fille cadette.

Et puis, surtout, la surprise majeure de ce recueil est de constater que si Sido écrit dans l'urgence de l'instant, de sa spontanéïté, négligeant quelque peu l'orthographe et la ponctuation, ... elle le fait bien et même très bien.

Bon sang ne veut décidément mentir!

AE

Sido. Lettres à Colette (1903-1912) suivies de vingt-trois lettres à Juliette, Texte établi, présenté et annoté par Gérard Bonal, Ed.  Phébus, septembre 2012, 568 pp, 25 €

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 12 12

C'est pour rire tout de suite et pour emballer...

url.jpg

Actualité des beaux livres oblige, nous remplaçons cette semaine encorel'édition de nos blondes pensées du lundi, par la chronique d'un ouvrage qui les remplace avantageusement.

 

De tous les peuples de la Gaule, les Belges ne sont pas les moins rieurs.  Ils rient même de très bon coeur. 

"L'humour belge existe bel et bien: les francophones septentrionaux, séparés de l'Hexagone au motif que Bonaparte et Grouchy n'utilisaient pas de téléphones portables à Waterloo, se sont façonné une manière d'être, de penser et de rire qui n'appartient qu'à eux."

Des illustres "classiques" de l'humour belge, Bossemans et Koppenolle, Beuuulemans et compagnie, à la génération qui sévit aujourd'hui, Geluck, "Taloches" et ..compagnie, Bernard Marlière recueille un florilège d'extraits, sketchs, aphorismes, .....dont certaines nous reviennent à l'esprit, hilarantes madeleines enfouies dans  nos zygomatiques.

"L'humour est une façon de se tirer d'embarras sans se tirer d'affaire" 

affirmait Scutenaire. Est-il meilleure défintion de notre manière de vivre, de gouverner.

Jef Kazak, Hergé, Manu Thoreau (le faux Monsieur Sécurité), Stéphane Steeman, Paolo Doss, Jannin et Liberski, Bruno Coppens, Raymond Devos, Thomaz Gunzig ... et Tiyl Uilenspiegel ne diront pas le contraire qui vous convient en une joyeuse "Absurdie" de bons mots.

AE

Anthologie de l'humour belge. Du Prince de Ligne à Philippe Geluck, Bernard Marlière, ed. Jourdan, novembre 2012, 544 pp, 21,9 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |