18 04 13

Ce fut comme une apparition

41phUVAPKLL._SL500_AA300_.jpg"Ce fut comme une apparition."

Ça c'est Gustave Flaubert

"Les hommes sont méchants, méchants, et pour les faire disparaître, c'est moi qui dois disparaître."

Ça c'est Grégoire Delacourt et l'amorce d'une tendre, sensuelle, loufoque, faussement  légère, à l'humour triste, parfois plombé, ...une déconcertante Éducation sentimentale.

Pas facile, terriblement ingrat même d'afficher les beauté, sensualité et mensurations affolantes d'une Scarlett Johansson, star universelle de la beauté, d'éveiller, partant  un regard autre que celui du désir - primaire - et de la concupiscence masculine sordide.

Surgie chez Arthur Dreyfuss, un garagiste de vingt ans, orphelin de père, de sa jeune soeur et bientôt de sa mère, Jeanine Foucamprez joue dans un premier temps de sa ressemblance avec la star américaine Un scenario qui rappelle celui de  La Doublure (Francis Weber) mais qui, surtout et avant tout, pose la question du regard réducteur que les hommes, la société, posent sur les femmes trop désirables.

Prisonnière d'un corps, objet depuis sa tendre enfance de tous les désirs, de toutes les dérives, Jeanine cherche l'amour, le vrai, fait de respect et d'une authentique  compréhension. Elle le découvre en la personne d'Arthur, réveillant   toute la poésie qui sommeille en lui et cet amour qu'il n'a jamais pu exprimer à sa mère, devenue sénile avant l'âge.

Une belle histoire d'amour, qui dure... six jours

"Et ce fut tout" (Flaubert, L'Education sentimentale)

AE

La première chose qu'on regarde, Grégoire Delacourt, roman, JC Lattès, 268 pp, 17 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 04 13

César, Juliette et Hippolyte

url.gif" Les études sont une suspension du temps entre l'enfance et l'âge adulte, un moment différé avant de plonger dans le bain définitif de la vie."

Trois étudiants, Hippolyte, César et Juliette participent aux tumultes et vents de contestation qui marquent la fin des années soixante. Appréhendés par les forces de l'ordre, ils ont le loisir de faire connaissance et de sceller le début d'une amitié et d'un projet communautaire majeur: la création d'une école pour élèves  en décrochage scolaire.

" Il y avait là toute une petite bande qui refaisait le monde en rigolant beaucoup. Qui aurait pu prétendre en les voyant qu'elle est triste la révolution? La révolution, comme le martelait César, il fallait bien qu'elle commençât quelque part. Et pourquoi pas dans cette maison de l'Hôtel des Monnaies à Saint-Gilles."

Plongeant avec humour, subtillité et acuité dans la mentalité estudiantine soixante-huitarde , Jean-Luc Outers nous offre, une nouvelle fois, un petit bijou de lecture.

Je vous la recommande

Apolline Elter

De jour comme de nuit, Jean-Luc Outers, roman, Ed. Actes Sud, mars 2013, 350 pp, 20 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 04 13

Entretiens sur la musique

la_raison_des_sortileges_01.jpgSaluons la sortie, ce jour, d'un essai consacré à la musique et surtout à la façon dont nous la percevons.

Abordant le sujet sous forme d'entretiens, avec le philosophe Jean-Yves Clément, Michel Onfray, philosophe lui-même, illustre fondateur de l'Université du goût, féru de musique, ... décortique les fondements de sa passion pour les mieux partager.

Qu'est-ce qui fait que la musique touche certaines personnes plus que d'autres, certains airs également ?

"Tâchons de nous défaire du faux tropisme expressif. La musique n'exprime rien, ni une chose ni le contraire d'une chose, ni la matérialité du monde ni son essence, ni le phénoménal ni le nouménal, ni l'intelligible, ni le sensible. Elle ne se dit pas, elle ne dit rien, elle est l'une des modalités du monde. Comme la lumière. Le soleil. Ou les étoiles - qui n'expriment rien..."

La raison des sortilèges, Entretiens sur la musique. Michel Onfray avec Jean-Yves Clément, Ed. autrement - coll. "Universités populaires & Cie", 10 avril 2013, 188 pp, 16 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 04 13

Arsène est revenu

url.jpgHeureuse nouvelle pour les "Lupinophiles"... et les autres: le plus grand des voleurs, célèbre  "gentleman-cambrioleur" nous revient, sous la plume d'un écrivain belge, Louis Gendebien.

Quelque 70 ans après le décès de Maurice Leblanc, son père spirituel, Arsène Lupin, alias Bernard d'Andrésy, alias.... je ne vous le dirai pas - renaît, plus fougueux, séducteur, élégant que jamais, traqué par une menace de mort terrifiante et le poids d'une révélation stupéfiante.

"Qui pouvait haïr Lupin au point de recourir à des procédés aussi inhumains pour le détruire? "

L'occasion  est ainsi donnée de renouer avec l'inspecteur Ganimard, dépêché au château de Landeuil (Brive-la-Gaillarde) pour élucider le double meurtre du châtelain et de sa mère et le suffisant Herlock Scholmes dépêché de Londres, sur les traces de Ganimard...

Menée avec rythme et brio, l'enquête distille savamment ses révélations , rendant la lecture de ce thriller proprement passionnante.

Un bel  hommage conjoint à Maurice Leblanc et au plus grand des seigneurs....

Prolongation de lecture, interview de l'auteur dans votre Eventail d'avril ...

AE

Arsène Lupin et le secret des Lys, Louis Gendebien, roman, Ed. de Montpézat, oct. 2012, 200 pp, 16 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 03 13

Les coulisses de la haute couture

url (56).jpg

" La couture n'est pas un art mais une école de patience où le hasard fait des pieds de nez au génie"

Avocat à Paris et New York, ancien directeur juridique d'Yves Saint-Laurent, directeur général délégué du Groupe Gucci, Yann Kerlau connaît on ne peut mieux le milieu du luxe, de la mode et de la haute couture.

D'une plume alerte, précise, élégante, en un mot, magnifique, soutenue de recherches bibliographiques impressionnantes, il trace le destin de dix-huit noms mythiques de la mode. Père de la haute couture, Charles-Frederic Worth habille Sissi, invente le défilé de mode; avec panache,  fastes et ...démesure, Paul Poiret fait connaître le milieu de la (haute) couture, invente la gaine si précieuse à la femme; avec ses pull-over, bonnets, vestes fortement épaulées, ses idées géniales et paradoxales, Elsa Schiaparelli ouvre l'ère du prêt-à-porter et des prix ..raisonnés.

Qu'y a t-il de commun entre l'austère, méticuleux  Cristóbal Balenciaga, le "pape de la couture "  et Amancio Ortega, fondateur de Zara?

 Fondée sur l'intemporalité, la structure de ses coupes et les copies de grandes maisons,  Zara ouvrait sa première boutique à La Corogne, en 1975; depuis, la société a accompli un parcours colossal, plaçant Ortega à la troisième place des plus grandes fortunes mondiales.

Velléitaire notoire, Christian Dior doit à sa rencontre avec le richissime Marcel Boussac l'avènement à la gloire.  Yves Saint-Laurent, quant à lui, doit à Pierre Bergé, la gestion avisée de son génie. L'homme qui habilla la femme, lui offrit le pantalon et un style unisexe très...sexy connut un succès planétaire. Au point que des rétrospectives de son art furent organisées, de son vivant,  dans des lieux mythiques, à commencer par le Metropolitean museum de New York.

Côté anglais, si Mary Quant et Vivienne Westwood, conceptrice de la mode punk et des crêtes sur tête, ruent dans les brancards  d'un certain establishment, Stella Mc Cartney, fille de Paul, opère une "révolution de velours", misant sur des valeurs authentiques et une simplicité d'approche tout à fait sympathique.

L'Amérique et le Japon se partagent les destins féérique, de Ralph Lauren,  en dents de scie de Diane von Furstenberg - née en notre pays-  contrastés d'Issey Miyake, "l'homme d'un ballet lent", Kenzo   et Yohji Yamamoto.

Que la Ville-Lumière se rassure:

"Qu'on le veuille ou non, Paris reste en Europe le lieu de toute consécration. Aux yeux du monde entier, la Ville lumière brille de tous ses feux et sert d'aimant aux ambitieux. Joailliers de la place Vendôme, maisons de haute couture de l'avenue Montaigne ou de la rue du Faubourg-Saint-Honoré, la capitale française demeure l'un des plus beaux écrins que les hommes aient jamais conçus."

Une épopée décidément  fabuleuse, une lecture riche, instructive, délicieuse.

A découvrir sans restriction!

AE

 Les secrets de la mode, Yann Kerlau, essai, Ed. Perrin, février 2013, 440 pp, 23 e

Billet de faveur

AE :  Combien de temps a pris la gestation de pareil ouvrage, Yann Kerlau :

Yann Kerlau : Quinze mois, sans compter les quinze années passées professionnellement dans des sociétés qui avaient le culte du beau comme de l'excellence.  

AE :  Votre sympathie pour Stella Mc Cartney transperce les pages ; contre toute attente, vous ne parlez guère de Gabrielle Chanel : aucun chapitre ne lui est consacré.

Yann Kerlau : Je n'ai pas voulu reparler dans ce livre de Chanel même si la maison y est largement évoquée, via Karl Lagerfeld car j'avais consacré un très long chapitre à l'histoire de Gabrielle Chanel dans mon précédent ouvrage "Les dynasties du luxe". Je l'ai d'ailleurs précisé dans l'avant-propos des "Secrets de la mode".

 AE :  Avez-vous rencontré personnellement quelques-unes des figures que vous décrivez si subtilement ?

Yann Kerlau : Oui, j'ai bien sûr rencontré nombre de couturiers dont Stella Mc Cartney, Alexander Mc Queen, Yves Saint Laurent, et quelques autres.

 


Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 03 13

On se tait, on se tient

9782221131466.jpg" Aujourd'hui, je suis fière d'être  la petite-fille d'Edmond de Saint Junien, tête haute, cheveux et moustaches grisonnants, costume, cravate et souliers cirés, (...) Et de Delphine, ma grand-mère, toujours belle malgré ses soixante-six ans, collier de perles, tailleur-jupe ou pantalon, (...) . En m'appelant Fine, je porte un peu de son prénom et de l'honneur de la famille. Car on dit "fine" pour le cognac."

Rassemblée autour du couple patriarcal d'Edmond et Delphine, la famille Saint Junien vit dans un château près de Cognac. 

Surgit Nils, dix-huit ans,  fils de Rosalyne, inconnu au régiment du clan.

Surgit, peu après,  le meurtre d'une enfant, Maria, fille des concierges...

La culpabilité de Nils ne fait aucun pli pour la moitié de la famille; son innocence rassemble l'autre moitié autour de sa défense et de...l'amélioration de ses conditions de détention.

Jonglant allègrement avec les points de vue du narrateur et de Fine, observatrice interne du fonctionnement du clan, Janine Boissard nous offre une fresque familiale pétrie , certes, de quelques rancoeurs, mais surtout de fraicheur, tendresse, amour et d'une belle dignité.

Découvrant rapidement la source de la machination dont il est victime, Nils saura faire passer l'intérêt supérieur de la famille avant son salut immédiat.

Bon sang ne peut mentir

Bonne plume non plus.

Janine Boissard nous offre un moment de lecture tonique et ravigorant

Apolline Elter

Chuuut!, Janine Boissard, roman, Robert Laffont/ Best-Sellers,  mars 2013, 320 pp, 20 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 03 13

Un souverain éclairé

url (56).jpg

" Pourquoi les Français se sont-ils toujours mépris sur la taille du roi ? (...) Louis XIV était grand, et encore aujourd'hui, il serait grand puisqu'il mesurait plus de 1,80 mètre"

Soucieux d'éclairer les parts d'ombre, de transcender les visions figées, voire sclérosées, du Roi-Soleil, Gonzague Saint-Bris  parcourt la vie du célèbre souverain, sous un angle humain, singulièrement contemporain.

Un souverain dont l'autorité - absolue, après le décès du Cardinal Mazarin, en 1661 -  se double d'une courtoisie innée et d'une importante faculté d'écoute.

Maladies, guerres, fêtes, frasques amoureuses, chantier de Versailles et celui des jardins conçus par Le Nôtre, conduite de l'Etat , d'une Cour à sa merci... Louis XIV est de tous les fronts, incarnant l'image d'une France forte, respectée de tous les pays.

" Le règne de Louis XIV offre certes une face sombre, avec le Code noir, les galères, l'affaire des Poisons, Port-Royal, les dragonnades, la guerre des Camisards, la révocation de l'Edit de Nantes, le "grand hiver" ou l'invasion du Palatinat, mais  il offre aussi une face lumineuse, avec l'équipe des grands commis, de  Colbert à Louvois, les manufactures et l'encadrement économique, l'Académie des Sciences, le "pré carré" , les écrivains, les musiciens, les prêtres (...) et surtout Versailles , qui non seulement clame toujours haut et fort le génie de la France, mais encore celui de son inventeur, maître d'ouvrage exceptionnel , qui savait avec précision ce qu'il voulait et pourquoi il le voulait . Loin d'un absolutisme monolithique, le règne de Louis XIV est une aventure collective."'

Entrecoupé de synthèses thématiques et portraits, la biographie se dévore comme un roman.

AE

Louis XIV et le grand siècle, Gonzague Saint Bris, essai, éditions Télémaque, octobre 2012, 320 pp, 21,5 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 03 13

Ilsa Schaffner

Elle se nomme Ilsa Schaffner, et se meurt, centenaire, chambre 313 de l'hôpital d'Hadamar.

téléchargement.jpg

 Revenu sur les lieux où il échappa, quelque 70 ans plus tôt, à la sinistre inauguration du système de douches à gaz, imaginé par les nazis pour épurer la société des débiles et handicapés,  le narrateur, le célèbre  physicien David Rosfeld,  entreprend de réhabiliter, aux yeux de Marianne Le Bret,  la mémoire passablement malmenée de sa grand-mère.

Un dîner au restaurant, arrosé de vin blanc,  contitue le cadre et le prétexte  de ce flash back , long monologue par lequel le narrateur dévoile le stupéfiant sacrifice d'un compagnon de chambrée,  David Rosfeld et l'échange de matricule qui lui valut vie sauve.

"C'était fait. Notre échange était consommé. David ne s'était pas trompé: quand les gens ne sont plus que des numéros, il suffit de changer un chiffre pour devenir un autre."

Pas tout à fait. L'ex-"bouseux" rejeté par ses parents et placé en institution  doit désormais se montrer digne de l'âme de son défunt ami, enfant surdoué repéré par Ilsa Schaffner. Et surtout, il ne peut decevoir sa protectrice, qui misant sur sa science nucléaire, entend l'arracher, ainsi que quelques camarades semblables,  au programme d'extermination prévu à leur encontre.

"J'ai incarné le plus grand défi de sa vie. Le point culminant de ce travail sur l'intelligence auquel elle consacrait toute sa vie." 

Ancré sur l'imposture initiale d'une identité usurpée, les exigences scientifiques et celles d'une vie rendue double, le nouveau roman de Didier van Cauwelaert semble renouer avec la veine stylistique de ses premiers écrits (Un aller simple, La demi-pensionnaire...)

Apolline Elter

La femme de nos vies, Didier van Cauwelart, roman, Albin Michel, 300 pp, 19,5 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Didier van Cauwelaert | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 03 13

L'innocence en question

url (56).jpg

17 juillet 1960: Clara Kersten, une fillette de 10 ans est mortellement projetée, de la grand-route de Malmaison, un village des Ardennes luxembourgeoises, sur les marches d'une habitation. Le chauffard ne s'est pas arrêté. D'emblée, les soupçons se portent sur Carlo Mazure, un sexagénaire imbibé d'alcool et frappé d'amnésie, suite à l'immersion de sa jeep, ce même jour, dans un proche ruisseau.

Ce délit de fuite place le thème de la responsabilité, de l'innocence coupable au coeur du nouveau roman d'Armel Job. Explorant sans concession les affres de la conscience, dans le chef du coupable, de l'inconscience, dans celui de l'accusé, l'écrivain en mesure les effets au sein des relations conjugales, amicales et professionnelles.

Et le lecteur de retrouver la gouaille, la précision, la  fluidité du style et de l'enchaînement des situations qui font d'Armel Job un conteur imparable. 

AE

Le bon coupable, Armel Job, roman, Ed. Robert Laffont, février 2013, 304 pp, 19,5 €.

  Billet de faveur

AE: Armel Job, vous êtes l'un des plus célèbres et néanmoins très apprécié, écrivain belge contemporain. On vous voit partout, en ce moment, sur les ondes télévisuelles, radiophoniques, les pages de la presse et celles des salons littéraires...  Par  égard pour  cet agenda  chargé et à la joie de vous retrouver, le jeudi 23 mai, invité du déjeuner littéraire de L'Eventail, je ne vous poserai qu'une question :  Le "bon coupable", c'est celui dont l'innocence n'est qu'"occasionnelle"....est-ce bien moral, tout cela ?

Armel Job: Le bon coupable est un titre volontairement ambigu, comme je les aime. En effet, on peut comprendre l’expression de deux façons. Le bon coupable, c’est le vrai coupable, comme dans le bon numéro au loto. Mais c’est aussi le bon coupable, comme dans le bon larron, le méchant touché par la rédemption. De la sorte, le titre s’applique aux deux protagonistes du roman. Tous les deux sont confrontés au mal dont ils se sont rendus coupables dans leur vie. L’un est bien sûr réellement coupable de la mort de la petite fille, mais l’autre aurait pu très bien l’être à quelques minutes près. De toute façon, il est coupable de bien d’autres errements dans sa vie.

Les deux sont violemment interpellés par le drame qui s’est produit. L’un rentre en lui-même et saisit l’occasion pour une véritable conversion qu’il concrétise en assumant le drame. L’autre est prêt à la même conversion, mais au dernier moment, il choisit de s’esquiver. Si le roman se terminait par les aveux du vrai coupable, on aurait une sorte de happy end réconfortant pour le lecteur, mais superficiel. Ouf, tout rentre dans l’ordre. Le lecteur n’a plus à se poser de questions. La justice triomphe et le lecteur se place spontanément dans le camp des justes. C’est son camp qui l’emporte.

Le magazine L'Eventail du mois de mai consacrera le portrait d'Armel Job, l'argument de son nouveau roman et une invitation à participer au déjeuner littéraire organisé, en son honneur, le jeudi 23 mai à midi.  Les places seront comptées - 12 lecteurs conviés: inscrivez-vous,  dès parution du magazine, selon les modalités requises...

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 03 13

Grand siècle

le_siecle_de_dieu_01.jpg" Anne-Sophie songea à sa cousine. A la recherche du bonheur, toutes deux avaient emprunté des chemins différents. Celui de Viviane menait au village de Soumission, le sien allait-il vers la mer Dangereuse? C'était cependant cette route qui l'attirait. Les marins n'esperaient-ils pas tous échapper au naufrage? "

C'est sur fond de Grand Siècle, du règne de Louis XIV, de Cour et de salons que Catherine Hermary-Vieille signe son nouveau roman historique. En mire, le destin comparé de deux cousines, issues de la haute noblesse bretonne: Anne-Sophie et Viviane. L'une épouse le marquis de Vieilleville, une vie de fastes et de (violentes) tentations;  pauvre et idéaliste, Viviane se voue aux enfants misérables , auprès des Filles de la Charité et en particulier au sort de Marie-Aimée, sa petite protégée.

En toile de fond, aussi, la vie (réelle) de Jeanne Guyon, fondatrice de la confrérie du Pur Amour.

Nourrie d'événements, habitée de personnages historiques-  Louis XIV, Ninon de Lenclos, Madeleine de Scudéry, Jeanne Guyon, Madame de Maintenon...- la fresque couvre, au-delà du règne du Roi-Soleil, les années 1664 à 1730.

Chaleureuse et vive, la plume de la romancière rend le Grand Siècle, singulièrement présent.

AE

Le siècle de Dieu, Catherine Hermary-Vieille, roman historique, Albin Michel, février 2013, 360 pp, 20,9 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |