21 12 12

Orsay porté aux nu(e)s

Après une  visite équestre du Louvre  en compagnie de Jean Rochefort ( Le Louvre à cheval - voir chronique sur notre blog,)le journaliste Edwart Vignot, historien de l'art, collectionneur, spécialiste du XIXe siècle, .. .remet le couvert, si l'on peut dire, en nous proposant une visite du musée d'Orsay via ses "nus peints, dessinés ou sculptés, des plus académiques aux plus modernes."

Cette visite, il la fait en compagnie de l'actrice Louise Bourgoin, qui au-delà de sa belle plastique d'actrice, est dotée d'un sens esthétique avéré - diplômée des Beaux-Arts, elle dessine  - et d'un sens de l'humour tonique.

Et c'est tant mieux, en ce mois de décembre frileux , porté sur l'ambiance coin de feu...

Et puis, il est des nus, chaleureux et radieux, tels les Etude, Torse, effet de soleil (Renoir), Et l'or de leur corps (Gauguin) , Jugement de Pâris (haut-relief en plâtre patiné co-signé de Renoir), Désir (Aristide Maillol), Flore (Jean-Baptiste Carpeaux) .. d'autres, curieux, tel cette Femme au bain (Alfred Stenves),  portrait de Charlotte Corday, en "meurtrière" et miroir du célèbre Marat assassiné...

Percutées d'un titre souvent humoristique, les oeuvres sont présentées dans le contexte de leur réalisation et  celui de l'oeuvre de l'artiste. C'est un intérêt didactique majeur de ce parti-pris très...dépouillé et d'une visite intéressante et , somme toute, haute en couleurs.

Magnfiquement illustré des oeuvres et de certains détails, ce bel ouvrage prendra une place avantageuse sous le sapin, assorti, qui sait, d'un double billet d'entrée pour le musée d'Orsay..

Apolline Elter

Orsay mis à nu, Louise Bourgoin et Edwart Vignot, beau livre, Ed. Place des Victoires, octobre 2012, 210 pp, 39,95 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Arts, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 12 12

Beatlemania

url.jpg

Il est des vies de fans intégralement tendues vers leurs idoles.  Telle celle de Jacques Volcouve, collectionneur invétéré, depuis quatre décennies, de tout ce qui a trait au célèbre groupe de Liverpool:  " 15.000 disques vinyles, plusieurs milliers de CD et des centaines de livres, sans oublier les coupures de presse " occupent son appartement, innombrables  pièces du puzzle historique qu'il tente de reconstituer.

Ouvrant aux journalistes Ersin Leibowitch et Dominique Loriou, les portes de son antre, Jacques Volcouve trace la chronologie de sa passion, depuis le jour béni de 1967 où il contracte le "virus de la Beatlemania"

" Je me suis donné une mission impossible: tout avoir sur les Beatles"

Magnifiquement illustré de coupures de presse,  photos,  covers de vinyles,  de magazines, pubs, l'ouvrage opère par un jeu de renvois bien négocié le parallèle entre la vie de Jacques Volcouve - fondateur du "Club des Quatre de Liverpool -, ses acquisitions incessantes et celle du quatuor.

Cet angle de vue offre un regard neuf, inédit et incroyablement nourri sur le destin d'un groupe de légende, offre surtout de partager la passion généreuse d'un "monomaniaque" passionnant.

A glisser sous le sapin.

AE

Beatles collector. La fabuleuse collection de Jacques Volcouve, Ersin Leibowitch et Dominique Loriou, beau livre, Ed Jacob-Duvernet, octobre 2012, 200 pp, 30 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 12 12

Sid-érant

url.jpgParmi les belles parutions de cette fin d'année, réjouissons-nous de l'édition, par Gérard Bonal, de quelques 400 lettres que Sidonie Landoy - la fameuse "Sido", mère de Colette - envoya à sa fille, de 1903 à 1912, année de son décès.

Si la célèbre romancière a  puisé dans la correspondance de sa mère pour retranscrire certaines lettres dans ses romans - voir La Naissance du jour, notamment -  quitte à en dénaturer le sens, elle a aussi créé un mythe de sa personnalité, qu'il est intéressant de confronter à la vraie tonalité de ses écrits.

"Sido écrit facilement, vite, labourant son papier de grandes balafres énergiques, boucles des D, barres des T, l'écriture penchée d'une dame du XIXe siècle: (...)"

Mère attentive, affectueuse,  interventionniste, sévignéenne par moments, Sido cultive dès sa jeunesse - bruxelloise..! - cette culture littéraire et musicale, cette ouverture d'esprit et même libre-pensée qu'elle transmettra à sa fille cadette.

Et puis, surtout, la surprise majeure de ce recueil est de constater que si Sido écrit dans l'urgence de l'instant, de sa spontanéïté, négligeant quelque peu l'orthographe et la ponctuation, ... elle le fait bien et même très bien.

Bon sang ne veut décidément mentir!

AE

Sido. Lettres à Colette (1903-1912) suivies de vingt-trois lettres à Juliette, Texte établi, présenté et annoté par Gérard Bonal, Ed.  Phébus, septembre 2012, 568 pp, 25 €

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 12 12

C'est pour rire tout de suite et pour emballer...

url.jpg

Actualité des beaux livres oblige, nous remplaçons cette semaine encorel'édition de nos blondes pensées du lundi, par la chronique d'un ouvrage qui les remplace avantageusement.

 

De tous les peuples de la Gaule, les Belges ne sont pas les moins rieurs.  Ils rient même de très bon coeur. 

"L'humour belge existe bel et bien: les francophones septentrionaux, séparés de l'Hexagone au motif que Bonaparte et Grouchy n'utilisaient pas de téléphones portables à Waterloo, se sont façonné une manière d'être, de penser et de rire qui n'appartient qu'à eux."

Des illustres "classiques" de l'humour belge, Bossemans et Koppenolle, Beuuulemans et compagnie, à la génération qui sévit aujourd'hui, Geluck, "Taloches" et ..compagnie, Bernard Marlière recueille un florilège d'extraits, sketchs, aphorismes, .....dont certaines nous reviennent à l'esprit, hilarantes madeleines enfouies dans  nos zygomatiques.

"L'humour est une façon de se tirer d'embarras sans se tirer d'affaire" 

affirmait Scutenaire. Est-il meilleure défintion de notre manière de vivre, de gouverner.

Jef Kazak, Hergé, Manu Thoreau (le faux Monsieur Sécurité), Stéphane Steeman, Paolo Doss, Jannin et Liberski, Bruno Coppens, Raymond Devos, Thomaz Gunzig ... et Tiyl Uilenspiegel ne diront pas le contraire qui vous convient en une joyeuse "Absurdie" de bons mots.

AE

Anthologie de l'humour belge. Du Prince de Ligne à Philippe Geluck, Bernard Marlière, ed. Jourdan, novembre 2012, 544 pp, 21,9 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 12 12

Pimpants & Piiin - pon

couverture-pompier-web-3.jpg

 

 Ils sont rouges, beaux, belges  et pimpants (Piiiiin-¨Pon?) ces véhicules,  pompes à bras, à vapeur, camions, ..dotés d'échelles hippomobiles, à coulisse, auto-élevées...qu parcourent l'histoire de la lutte contre le feu et le magnifique ouvrage que leur consacre Serge Amores y Martinez Amoré (ed. Weyrich)

Depuis l'Antiquité, l'homme lutte contre les incendies, à coup d'amphores, de "sipho", pompes à bras plus ou moins perfectionnées. 

Le XIXe marque un tournant important dans l'évolution technologique qui remplace peu à peu les pompes à bras par des modèles à vapeur.  Les XXe et XXIe siècles poursuivront cette belle avancée dotant les véhicules autopompes de moyens de plus en plus perfectionnés.

Au-delà du florilège de photos (noir et blanc / rouge rutilant) que l'ouvrage donne à voir, des fiches techniques élaborées permettent aux passionnés - il en est! - d'identifier les véhicules et leurs performances associées. Des schéma et coupe transversale d'un camion parachèvent cette approche didactique, tandis qu'un chapitre se penche sur les véhicules d'aide médicale.

Une découverte ...flamboyante

AE

Pompier. Camions & Véhicules. 150 ans d'histoire. Serge Amores y Martinez Amoré,  beau livre cartonné, Ed. Weyrich, novembre 2012, 184 pp, 30 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 12 12

Jamais deux sans trois

url (42).jpg


Les rendez-vous de cette fin d'année sont décidément ...historiques qui nous proposent d'aborder l'Histoire, la grande, par le biais de ses petits secrets. 

Fort du succès de ses deux précédents tomes (blanc et bleu), Stéphane Bern nous revient, avec un recueil tout de rouge paré.

Le passionné d'Histoire a l'éloquence fougueuse, la fièvre, contagieuse.

Il nous propose de traverser les siècles à travers le Louvre et l'Hôtel d'Evreux, actuel Palais de l'Elysée,  de suivre Victor Hugo en un exil somme toute assez gratifiant,  d'assister aux trépas - provoqués? - de Gabrielle d'Estrées , Vincent Van Gogh et d'Alexandre Ier de Russie. A celui d'Eva Braun, maitresse d'Adolf Hitler.

Qu'est devenu le fabuleux trésor de Blanche de Castille?

Je vous certifie ne pas y avoir touché. (Le vase de Soisson, je ne l'ai pas davantage cassé) 

Shakespeare, Einstein étaient-ils des imposteurs, Talleyrand, un opportuniste,  le  général de Gaulle, le vrai libérateur de Paris? 

Sans trancher d'emporte-pièce.. à conviction, Stéphane Bern pose les (bonnes) questions, à la lueur des découvertes historiques les plus récentes. 

Il en résulte une lecture passionnantes, à grignoter au gré de chapitres scindés et de vos propres affinités.

Apolline Elter

Secrets d'Histoire 3, Stéphane Bern, beau livre, Ed Albin Michel, octobre 2012, 360 pp, 24 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 12 12

N'ont guère pris de rides...

Poursuivons notre exploration des belles parutions de fin d'année par la_television_des_annees_80_01.jpgla nostalgie joyeuse et passablement active encore des vedettes du petit écran qui l'irradiaient, voici trois décennies.

 Si Léon Zitrone,  Guy Lux, Jacques Martin, Yves Mourousi, Denise Fabre et Jacques Chancel paraissent un peu enfouis dans l'histoire mythique  de l'écran cathodique, il est des vedettes de l'époque encore singulièrement présentes sur les ondes. Songeons à Michel Drucker, Anne Sinclair, Patrick Sabatier, Julien Lepers, Jean-Pierre Foucault, Christophe Dechavanne, Jean-Pierre Pernaut et même Patrick Sébastien et  Maïté, qui ont surfé sur les vagues des ans sans (trop) rides contracter.

Saisissant.

Illustré de superbes photos, l'ouvrage est soutenu d'encadrés de présentation des vedettes, truffé de textes concis et d'anecdotes qui placent judicieusement les événements dans la perspective générationnelle de la télévision et d'une pépinière particulièrement féconde.

A placer sans conteste sous le sapin.

AE

Télé Génération 80, Gilbert Jouin (textes) et Pascal Baril (photos) ,  beau livre, MA Editions, novembre 2012, 232 pp, 25 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 12 12

Quand l'argot s'en mêle

 DicoErotiqueArgot-C1[1].png

Passionné de la langue sous tous ses aspects - nous lui devons  une quarantaine d'ouvrages consacrés au français, à la sémantique, au parler bruxellois, espagnol, italien,  au cinéma, à Bruxelles, ... - notre ami Georges Lebouc s'est penché sur l'argot parisien , qu'il décline via les feux de l'amour.

Tempérant d'humour et d'exercices linguistiques pratiques  un tour d'horizon assez exhaustif du sujet-quand on aime, on ne compte pas -  l'auteur prend l'Histoire à témoin, Villon, Rabelais et belle  compagnie,  de métaphores  qui ne sont pas piquées des vers.

Certaines sont même  truculentes qui  permirent à plus d'un scribouillard fripon d'échapper à la répression de la censure.

L'atout majeur de la publication est de situer dans leur contexte, l'origine des expressions. Georges Lebouc le fait avec la bonne humeur, la verve qu'on lui connaît.

Et puis, ceux qui voudront pratiquer ce verlan spécifque, trouveront matière à échanger en un lexique franco-argot érotique, didactique et précieux.

AE

Dictionnaire érotique de l'argot, Georges Lebouc, Ed. Avant-propos, septembre 2012, 225 pp, 16,98 €

 

 De l'amour à la prison, il n'y a (pas) qu'un pas....

 armand-dictionnaire-argot-des-prisons-2012-000b.jpg

"Issu du verlan, mâtiné de largonji et de javanais, le langage pénitentiaire reste avant tout un comportement linguistique qui affirme son appartenance aux milieux. Chacun, selon son âge, ses origines géographiques, sa culture, son dialecte, apporte son capital lexical et l'ensemble se tricote au fil des échanges."

Abondamment illustré, commenté, le dictionnaire de Jean-Michel Armand, directeur de formation formation à l'Ecole Nationale d'Administration Pénitentiaire, rejoint la sympathique collection "Cabinet de curiosité" des éditions Horay.

Imagés, parlants, éminemment créatifs  les termes révèlent des conditions de détention,  de cohabitation, de vie... pour le moins éloquents : aboyeurs, archers, argousins, castors, mengaves, saurets, taupes  et autres hôtes se côtoient ainsi en toute promiscuité, darasse, parfois, dans ces schilibems, jetards, lazaros, payots...... qui ont rarement le faciès d'un hôtel quatre étoiles

L'argot des prisons,  Dictionnaire du jargon taulard & maton du bagne à nos jours, Jean-Michel Armand, Ed. Horay, Cabinets de curiosités,  nov. 2012, 240 pp, 18 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Dictionnaires, Langues | Commentaires (1) |  Facebook | |

08 12 12

Alexandre n'est pas Alexandre, ...

images.jpg

 

"Et ce refrain dit "Le Bouddha n'est pas le Bouddha, c'est pourquoi je l'appelle le Bouddha." Tout ce qu'on croit savoir sur la réalité, ce ne sont que des étiquettes qui la figent. Il s'agit de laisser aller la vie, de danser avec elle sans vouloir l'immobiliser. Alexandre n'est pas Alexandre, c'est pourquoi je l'appelle Alexandre. L'Alexandre qui a commencé ce livre n'est plus le même que celui qui le termine."

Tout est dit.

Alexandre Jollien, nous l'avions rencontré, en juillet dernier,  à Grignan (Festival de la correspondance 2012: http://editionsdelermitage.skynetblogs.be/archive/2012/07...),avions hâte de découvrir ce Petit traité de l'abandon dont il nous annonçait la parution.

Faisant sien, le mantra énoncé plus haut, le philosophe suisse se fait apôtre de l'abandon, à savoir,  la non-fixation, la confiance redevenue pure en la vie, un certain lâcher-prise qui n'a rien à voir, entendez-le,  avec la résignation.

 « Or l’abandon, ce n’est pas du tout la résignation, mais plutôt l’action d’action en action. (…) Je crois que  la détermination, c’est conjuguer l’abandon et une infinie confiance en la vie. »

Refusant de figer ses proches, ses pensées, ses actions et lui-même dans des étiquettes aussitôt réductrices, Alexandre Jollien propose tout simplement - encore faut-il y arriver - de vivre le présent, intensément, sans le plomber de pensées parasites.

Héritière de la philosophie bouddhiste et d'une pratique sensée du zen, cette attitude aide l'écrivain dans sa vie quotidienne et lui permet, tant bien que mal, de surmonter les soucis d'un handicap moteur congénital, d'une réalité corporelle difficile à vivre.

"Ce n'est pas compliqué"

Bienveillance, rire,  joie immédiate, désir adéquat,  dépouillement,  rencontre de l'autre, foi, prière, patience, gratitude, gratuité, regard sans cesse renouvelé...sont thèmes et  têtes de chapitres courts, écrits de façon vivante, non dénués d'humour qui se proposent d'agir sur nous en une  ascèse, véritable "pharmacopée" de maximes et mantras. 

Un abandon  tonique et qui fait du bien.

AE

Petit traité de l’abandon. Pensées pour accueillir la vie telle qu’elle se propose, Alexandre Jollien, essai, Le Seuil, oct.2012, 125 pp, 14,5 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Philosophie | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 12 12

Dialogue avec un lapin

une_partie_de_chasse.jpg"L'habitude. Le quotidien. La vie nouvelle chasse la vie ancienne. Il arrive à Tristan d'oublier qu'il n'a pas toujours vécu à Londres, qu'il n'est pas né à Seven Sisters. Il prononce mentalement les deux syllabes "ma-man". Il est si bien habitué à sa mort que c'est presque comme si elle n'avait jamais existé. [...] La perte de la perte, voilà ce qui le menace. Un chagrin immatériel, sans frontières, à l'empire infini."

Convié à une..partie de chasse, Tristan tente de s'intégrer à cette mâle équipée. Dumestre, l'un des compères, tombe dans un trou abyssal. Tristan lui tient compagnie tandis que les deux autres vont chercher du secours.

C'est compter sans la tempète qui se soulève, se déchaîne, entraînant le déluge et une atmosphère d'apocalypse. Reclus au fond de cette sorte de caverne, Tristan fait le point sur sa vie,  son couple, sur la relation qui l'attachait à sa mère défunte, engageant avec un lapin mourant, au fond de sa gibecière, un dialogue sur le sens de l'existence.

Onirique, dramatique, instrospectif,  étrange, ... le roman d'Agnès Desarthe nous transporte dans un univers "carollien" et initiatique à la fois, qui  permettra à Tristan de pénétrer le monde des adultes, des hommes.

AE

Une partie de chasse, Agnès Desarthe, roman, Editions de l'Olivier, août 2012, 154 pp, 16,5 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire | Commentaires (0) |  Facebook | |