08 10 13

Belgica fashionista

Mode Anvers L'Académie 50.jpgLe 8 septembre 2013, l'Académie d'Anvers fêtait ses 350 ans d’existence ainsi que les 50 ans de sa section mode par l'inauguration, en ce qui concerne celle-ci, d'une fort belle exposition qui se tiendra au MOMU jusqu’au 16 février 2014 et dont le somptueux catalogue a paru en version française chez Flammarion à Paris sous le titre Mode Anvers L'Académie 50 avec un avant-propos de Jean Paul Gaultier.

En voici la présentation par les commissaires de l'exposition :

« La section mode de l'Académie royale des Beaux-Arts d'Anvers compte assurément parmi les écoles de stylisme les plus prestigieuses au monde.

Créée il y a cinquante ans par Mary Prijot comme section mode et costume de théâtre, l'école connut une internationalisation et une professionnalisation sans précédent à partir des années 1980, sous la direction inspirante de Linda Loppa, puis de Walter Van Beirendonck. La génération des Martin Margiela et des Six d'Anvers – Ann Demeulemeester, Dries Van Noten, Dirk Van Saene, Dirk Bikkembergs, Walter Van Beirendonck et Marina Yee –  y ont largement contribué.

Cet ouvrage invite à explorer ces cinquante années d'histoire de la section mode, sa méthodologie spécifique, son défilé de mode annuel et le parcours de plusieurs générations d'étudiants, parmi lesquels certains créateurs d'exception : An Vandevorst et Filip Arickx (A.F.Vandevorst), Veronique Branquinho, Bernhard Willhelm, Peter Philips, Olivier Rizzo, Bruno Pieters, Kris Van Assche, Christian Wijnants, Peter Piotto ou Haider Ackermann. Bon nombre d'entre eux mènent une carrière internationale en tant que créateur de haute couture, styliste, directeur artistique, artiste maquilleur, d'autres occupent des fonctions influentes sur le devant de la scène ou dans les coulisses de prestigieuses maisons de couture.

Au travers d'archives inédites portant sur la section mode anversoise, ce livre démontre par le texte et par l'image comment l'Académie de mode d'Anvers a su attirer les regards de l'univers de la mode internationale, et ce, depuis plus de cinquante ans. »

Avis aux amateurs de belles choses !

Bernard DELCORD

Mode Anvers L'Académie 50, ouvrage collectif, avant-propos de Jean Paul Gaultier, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2013, 280 pp. en quadrichromie au format 22 x 28,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 10 13

Aux origines de l'art...

Art pariétal.jpgDans Art pariétal, un somptueux ouvrage extraordinairement documenté paru aux Éditions du Rouergue à Rodez, Michel Lorblanchet, un éminent spécialiste de l'art préhistorique (il est directeur de recherches honoraire au CNRS), fait l'inventaire des grottes ornées du Quercy en détaillant les grands sanctuaires archaïques [1] et les petits [2] ainsi que les onze sanctuaires magadaléniens du « groupe de Sainte-Eulalie » des vallées du Lot et du Célé [3].

Aboutissement de 45 années de travaux sur le terrain et œuvre de toute une vie, cet album magnifique à la maquette spectaculaire reproduit certes des documents précieux – analyses, relevés, photographies – et pour beaucoup inédits, mais il constitue surtout un témoignage scientifique exceptionnel portant sur la méthodologie des recherches paléographiques au sens large.

Écoutons son éditeur qui en parle avec flamme :

« Suivre ce guide passionné, c'est pénétrer dans les recoins secrets des cavités où souvent se cachent les œuvres pariétales ; c'est voir ce lion de Roucadour émerger soudain au milieu d'une centaine de figurations, après quatre années d'étude ; c'est partager les surprises et les joies de l'archéologue lorsque son dessin lui apprend peu à peu que tel petit animal est un cheval porteur de caractères particuliers tissant aussitôt des relations avec d'autres œuvres dans d'autres cavités, ou que tel autre motif impossible à identifier au premier abord se révèle finalement, par son relevé, un bouquetin allongeant sa tête pour rejoindre la concrétion qui le caractérise en lui servant de cornes ; c'est apprendre que dans telle étroite fissure de Pergouset se loge depuis quinze mille ans un cheval à l'œil incroyablement précis, dessiné en "aveugle", à bout de bras...

Ce livre ambitieux rassemble un texte scientifique, mais abordable par le grand public, faisant état des connaissances sur les grottes ornées de la région, fournissant des inventaires précis des motifs et des relevés infiniment précieux pour toutes les recherches à venir ; des photographies d’ambiance restituant les figures dans leur environnement naturel, en situation dans la grotte ; des relevés en couleur, présentant le détail des figures et des reliefs sur la paroi ; des photographies sur les détails des peintures illustrant et complétant les relevés d’ensemble. »

Pour rappel, l’histoire de l’art commence avec celle de l’homme, il y a 3 millions d’années. Mais entre 35 000 et 12 000 ans avant notre ère, l’expression artistique a connu un essor sans précédent en Europe, voyant naître un grand art animalier. Le Quercy compte à lui seul 28 grottes ornées (sur 150 sites d’art pariétal paléolithique connus en France) et une quarantaine de sites d’art mobilier. Il constitue par ailleurs un centre d’art préhistorique indépendant et original.

Un livre hors des sentiers battus !

Bernard DELCORD

Art pariétal – Grottes ornées du Quercy par Michel Lorblanchet, Rodez, Éditions du Rouergue, septembre 2010, 445 pp. en quadrichromie au format 29 x 26 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 49,70 € (prix France)



[1] Pech-Merle, Marcenac, Cougnac, Les Fieux, Roucadour, Les Merveilles.

[2] Grottes de Combe-Nègre, de Janoye, de Mayrière Supérieure, du Cantal, du Cuzoul des Brasconies, des Escabasses, du moulin de Laguenay et de Foissac.

[3] Les rottes ornées de Sainte-Eulalie, Pergouset, Le Moulin, Christian, les rennes de la Bigourdane et du Bougnetou, les bas-reliefs de la Magdeleine-des-Albis, les figurations pariétales des grottes et abris de Carriot, Lagrave et Pestillac ainsi que celles de Murat.

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 09 13

Un artiste aux mille talents !

Marcel Broodthaers Livre d'images.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 28/09/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Les Éditions Flammarion à Paris ont publié, conçu par sa fille Marie-Puck, un splendide album en couleurs intitulé Marcel Broodthaers – Livre d'images consacré à l'œuvre du grand artiste plasticien bruxellois qui aurait eu 90 ans le 28 janvier prochain (né en 1924, il est décédé en 1976).

L'immense talent et l'humour bien belge de ce météore du surréalisme s'exprimèrent de cent façons (poésies, manuscrits, typographies, gravures, sculptures, peintures, assemblages, accumulations, ready-mades, photographies, montages de diapositives, films...), en ce compris les expositions qu'il concevait comme des happenings tout à la fois forts et éphémères, occasions de réfléchir à l'art de montrer et de voir.

Ses variations sur des casseroles de moules – l'une de ces casseroles devenant à l'occasion Moule de moules –ou bien sa platée de frites noires en bois, par exemple, ou encore son fémur d'homme belge (un os aux couleurs du drapeau de Ce Pays), frappèrent le public et demeurent désormais dans les musées internationaux – ainsi que dans toutes les mémoires.

Et les 500 magnifiques illustrations de cet ouvrage sont, elles aussi, très bellement et très joyeusement percutantes !

Une bien agréable façon de muser dans un musée imaginaire...

Bernard DELCORD

Marcel Broodthaers – Livre d'images, par Marie-Puck Broodthaers, textes de Wilfried Dickhoff et Bernard Marcadé, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2013, 280 pp. en quadrichromie au format 22 x 28,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 65 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 06 13

« Il ne s'agit pas de peindre la vie. Il s'agit de rendre vivante la peinture. » (Pierre Bonnard)

Van Gogh à l'œuvre.jpgVersion en langue française (l'originale, en néerlandais, a paru au Fonds Mercator à Bruxelles) du catalogue de l'exposition Van Gogh at work présentée au Van Gogh Museum d'Amsterdam, le magnifique ouvrage paru en Arles chez Actes Sud sous le titre Van Gogh à l'œuvre et sous la direction de Marije Vellekoop, conservatrice des dessins et estampes de l'institution hollandaise, constitue un événement considérable qui fournit un éclairage nouveau sur le travail du peintre.

Il s'agit en effet d'une étude approfondie des méthodes de travail de van Gogh et de la grande variété d'artistes qui l'ont influencé.

En voici la présentation de l'éditeur :

« Vincent van Gogh (1853-1890) est souvent rangé dans une classe à part, ce peintre autodidacte de génie étant considéré comme indifférent à la scène artistique de son temps. Or, en réalité, van Gogh a beaucoup appris des autres, échangé des idées avec ses contemporains et utilisé, pour affiner son savoir-faire, des méthodes et des techniques en vogue.

Point culminant d'un vaste projet de recherche entrepris par le musée Van Gogh, ce livre explore la maîtrise derrière le talent. Plusieurs essais détaillent la pratique quotidienne de van Gogh et le montrent adoptant différentes techniques de dessin et de peinture, assimilant les caractéristiques physiques des toiles, peinture, papier, craie et autres fournitures, et abordant le travail sur papier et sur toile. La comparaison de ses œuvres avec celles d'autres artistes révèle combien il était sensible aux exemples de ses contemporains. En outre, l'examen des méthodes de travail de van Gogh a conduit certains auteurs à se pencher sur le travail et les recherches des conservateurs modernes. L'ouvrage détaille les changements que les tableaux subissent avec le temps, comme la décoloration de la peinture et de l'encre, et insiste sur l'importance de l'entretien et de la restauration des œuvres d'art. »

Quant à l'exposition, qui présente l’évolution chronologique de son art, elle rassemble plus de 200 tableaux, créations sur papier, carnets à croquis et lettres de Vincent van Gogh et d’autres peintres (dont Eugène Delacroix, Paul Gauguin, Frans Hals, Jean-François Millet, Claude Monet, Pierre Puvis de Chavannes, Pierre-Paul Rubens, Georges Seurat, Paul Signac, Henri de Toulouse-Lautrec, Théo Van Rysselberghe...) – auxquels ont été ajoutés du matériel de peinture et des manuels d’artistes du XIXe siècle –et permet d'admirer une sélection d’œuvres en provenance du monde entier, rarement réunies, comme les deux versions des Tournesols et de La chambre.

Une raison supplémentaire de ne pas rater l'événement !

Bernard DELCORD

Van Gogh à l'œuvre, ouvrage collectif sous la direction de Marije Vellekoop, Arles, coéditions Actes Sud/Van Gogh Museum, juin 2013, 304 pp. en quadrichromie au format 29,5 x 24,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 55 € (prix France)

Renseignements pratiques :

Le Musée Van Gogh est situé sur la Museumplein d'Amsterdam. L’entrée se trouve au numéro 7 de la Paulus Potterstraat.

Le musée est facilement joignable par les transports en commun (lignes de tramway 2, 3, 5 et 12 ; bus 170, 171 et 172) et il est accessible aux moins valides. Un ascenseur dessert tous les étages ; des fauteuils roulants et des poussettes sont mis gratuitement à la disposition du public.

Adresse postale :

P.O Box 75366

NL 1070 AJ Amsterdam

Tél. +31 (0)20 570 52 00

Fax +31 (0)20 570 52 22

info@vangoghmuseum.nl

Heures d'ouverture :

2 mai – 1 septembre 2013 : 9-18h, vendredi 9-22h

2 septembre – 26 décembre 2013 : 9-17h, vendredi 9-22h

27 décembre 2013 – 5 janvier 2014 : 9-18h, vendredi 9-22h

À partir du 6 janvier 2014 : 9-17h, vendredi 9-22h

Écrit par Brice dans Arts, Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 06 13

Un panorama de beautés immortelles...

Le Musée d'Orsay à 360 degrés.gifProposant, pour son 25e anniversaire et à l'occasion de sa rénovation de fond en comble, un parcours chronologique de présentation de 300 chefs-d'œuvre de ses collections, le Musée d'Orsay à Paris a coédité avec Skira/Flammarion un magnifique ouvrage collectif intitulé Le Musée d'Orsay à 360 degrés, dans lequel on peut admirer de superbes reproductions commentées par des spécialistes, mais dans un langage accessible à tous, de merveilles produites au XIXe siècle.

Parmi les plus importantes, épinglons Un enterrement à Ornans, L'Atelier du peintre et L'Origine du monde de Gustave Courbet, la Chasse aux lions d'Eugène Delacroix, Ce qu'on appelle le vagabondage et Le Bain d'Alfred Stevens, L'Angélus de Jean-François Millet, le Portrait de famille, La Classe de danse, L'Absinthe, Repasseuses et Danseuses bleues d'Edgar Degas, Ugolin et La Danse de Jean-Baptiste Carpeaux, Le Déjeuner sur l'herbe, Olympia, Le Fifre et Le Balcon d'Édouard Manet, Le Pont – un somptueux dessin de Victor Hugo –, Le Déjeuner sur l'herbe, Femmes au jardin, La Pie, Coquelicots, La Gare Saint-Lazare, La Cathédrale de Rouen et Nymphéas bleus de Claude Monet, Le Garçon au chat, L'Orchestre de l'Opéra, Bal du Moulin de la Galette, Danse à la campagne et Les Baigneuses d'Auguste Renoir, Le Berceau de Berthe Morisot, La Maison du pendu à Auvers-sur-Oise, Montagne Sainte-Victoire et Pommes et oranges de Paul Cézanne, Raboteurs de parquet de Gustave Caillebotte, L'Âge d'airain et Balzac d'Auguste Rodin, La Bergère de Camille Pissarro, L'Italienne, La Nuit étoilée, La Chambre à Arles, Portrait de l'artiste, L'Église d'Auvers-sur-Oise et Portrait du docteur Gachet de Vincent van Gogh, Poseuse de face et Cirque de Georges Seurat, La Toilette, Jane Avril dansant et Le Lit d'Henri de Toulouse-Lautrec, Au Lit d'Édouard Vuillard, Sur la plage, Arearea et Le Cheval blanc de Paul Gauguin, Les îles d'or d'Henri Edmond Cross, Femme à l'ombrelle et La Bouée rouge de Paul Signac, Les Muses de Maurice Denis, La Guerre du Douanier Rousseau, Le Maçon et Agenouillé à la fontaine de George Minne, Les Âges de l'ouvrier de Léon Frédéric, Le Gynécée et Le Dîner de Félix Vallotton, Une jeune femme anglaise de Fernand Khnopff, Plante verte dans une urne d'Odilon Redon, L'Âge mûr de Camille Claudel, Luxe, calme et volupté d'Henri Matisse, Rosiers sous les arbres de Gustav Klimt, Restaurant de la Machine à Bougival de Maurice de Vlaminck, Pont de Charing Cross d'André Derain, Digue la nuit de Léon Spilliaert, Héraklès archer d'Antoine Bourdelle, Méditerranée d'Aristide Maillol...

À quoi il faut ajouter des photographies anciennes (de Lewis Carroll, des frères Lumière...) et actuelles (de représentations d'opéras) ainsi que des objets divers, comme des vases de Sèvres et de Baccarat, un Pavot de René Lalique, une écritoire d'Henry Van de Velde, une table de salle à manger de Paul Hankar ou une applique murale à deux bras pour éclairage électrique de Victor Horta.

Une telle richesse ne peut que laisser pantois !

Bernard DELCORD

Le Musée d'Orsay à 360 degrés, ouvrage collectif, Paris, coédition Skira/Flammarion et Musée d'Orsay, février 2013, 360 pp. en quadrichromie au format 16 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 24,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 06 13

Art solaire...

Les ateliers du Midi.jpgDu 13 juin au 13 octobre 2013 se tiendra une superbe exposition intitulée « Le Grand Atelier du Midi » articulée en deux volets (« De van Gogh à Bonnard » et « De Cézanne à Matisse ») présentés respectivement au Musée des Beaux-arts de Marseille, Palais Longchamp, et au Musée Granet à Aix-en-Provence, à propos des artistes que le Midi de la France inspira.

À cette occasion, Marie-Paule Vial, ancienne directrice du Musée des Beaux-arts à Marseille, fait paraître un fort joli petit ouvrage à modules pliants (pour mieux voir les œuvres) intitulé Les ateliers du Midi, dans lequel on trouve d'excellentes reproductions d'œuvres remarquables de Monet, Renoir, Gauguin, Derain, Maillol, Maurice Denis, Friesz, Braque, Signac, Cross, Van Rysselberghe, Le Sidaner et Picasso, en plus des artistes cités dans le titre des deux expositions.

De quoi se mettre, quel que soit le temps, du soleil plein les yeux !

Bernard DELCORD

Les ateliers du Midi  par Marie-Paule Vial, Paris, coédition Gallimard/RMN-Grand Palais, collection « Découvertes Gallimard », numéro hors-série, juin 2013, 36 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,5 cm avec 8 modules pliants sous couverture cartonnée en couleurs, 8,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 06 13

Feux intérieurs...

Georges de La Tour.jpgS'inscrivant dans le sillage du Caravage (1571-1610) pour ce qui concerne la maîtrise du clair-obscur et les thèmes véristes, l'œuvre du peintre lorrain Georges de La Tour (1593-1652) connut le succès sous Louis XIII avant de sombrer dans le purgatoire et renaître au XXe siècle.

Ses compositions picturales (Le Tricheur à l'as de carreau, Rixe de musiciens, La Diseuse de bonne aventure, Job raillé par sa femme, Le Reniement de Saint-Pierre, L'Apparition de l'ange à Joseph, Le Nouveau-né, La Femme à la puce...) se jouent de la lumière avec une dextérité qui laisse pantois, dans des scènes nocturnes et des portraits où le réalisme de la figuration est transcendé par une aspiration à représenter ce qui est invisible pour les yeux mais accessible par l'esprit.

Professeur au Collège de France et immense spécialiste de ce poète des pinceaux, l'historien d'art Jacques Thuillier (1928-2011), Lorrain lui aussi, a consacré au maître des illuminations une magnifique monographie parue cette année chez Flammarion – avec plus de 200 superbes illustrations –, benoîtement intitulée Georges de La Tour, pour la rédaction de laquelle il s'est appuyé sur une documentation considérable (des correspondances, des archives, des figures de comparaison...) afin de livrer au lecteur les clés du plus fascinant artiste français de son siècle.

Cet ouvrage magistral est en outre accompagné d'un catalogue raisonné et d'une bibliographie mise à jour.

Une merveille !

Bernard DELCORD

Georges de La Tour par Jacques Thuillier, Paris, Éditions Flammarion, collection « Les grandes monographies », janvier 2013, 320 pp. en quadrichromie au format 19,5 x 25,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 35 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 05 13

Un événement à ne pas manquer !

Signac Les couleurs de l'eau.gifCoédité par Gallimard à Paris, le Musée des impressionnistes à Giverny et le Musée Fabre à Montpellier, le fort beau livre intitulé Signac Les couleurs de l'eau constitue le catalogue de la magnifique exposition présentée à Giverny jusqu'au 2 juillet 2013 puis à Montpellier du 13 juillet au 27 octobre.

On peut y admirer des œuvres venues non seulement de France, mais aussi prêtées  par des musées allemands, chypriotes, américains, finlandais, irlandais, japonais, néerlandais, anglais, russes et suisses, c'est dire si l'événement est d'importance pour les admirateurs de la production picturale de Paul Signac (1863-1935), le grand paysagiste français qui donna naissance au pointillisme avec le peintre Seurat et qui mit par ailleurs au point la technique du divisionnisme.

Avec Seurat et Pissarro, il formera aussi le groupe des « impressionnistes dits scientifiques » avant de devenir l’ami de Van Gogh peu de temps avant le suicide de ce dernier, et il sympathisera avec le symbolisme littéraire, surtout en Belgique.

Il fut en outre nommé peintre officiel de la Marine en 1915, ce qui explique la thématique de l'exposition de 2013.

Car, comme l'explique sa commissaire générale, Marina Ferretti Bocquillon :

« Depuis les premières marines peintes avec une vigueur et une liberté impressionnistes jusqu'aux amples architectures portuaires aux couleurs quasi fluorescentes d'après-guerre, la description de l'eau et du ciel offrirent à Paul Signac un inépuisable prétexte à multiplier les variations chromatiques. Comme Monet, Signac a en effet trouvé une source d'inspiration constante dans l'évocation de l'eau et de ses couleurs.

La réflexion de la lumière à la surface du fleuve et de la mer y fragmente le réel, et l'artiste, ardent défenseur de la couleur pure, trouva dans ce motif une illustration naturelle de la théorie néo-impressionniste de la division des tons. Épris de plein air, Signac fut aussi un marin averti. Il sut conférer au genre de la marine une rigoureuse modernité formelle sans renoncer à sa force d'évocation.

Car, au-delà de l'exigeante technique de la division des couleurs qui tend naturellement à l'abstraction, son œuvre véhicule une puissante poétique du voyage et de l'évasion ».

L'ouvrage qu'elle a dirigé contient bien entendu de somptueuses reproductions de tableaux, d'aquarelles et de dessins (environ 120), mais aussi de lettres, de photographies et de documents divers ainsi qu'un appareil documentaire et critique fourmillant d'informations passionnantes.

Un régal pour les yeux !

Bernard DELCORD

Signac Les couleurs de l'eau, ouvrage collectif sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon, Paris, Éditions Gallimard, collection « Les grandes monographies », mars 2013, 237 pp. en quadrichromie au format 23 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 35 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Expositions | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 05 13

Vive les femmes rondes !

La gloire de Rubens.jpgChantant à nouveau et d'outre-tombe (l'ouvrage avait paru chez Grasset en 1991) aux Belles Lettres à Paris La gloire de Rubens avec beaucoup de lyrisme ironique, l'essayiste français Philippe Muray (1945-2006) secoue comme à son habitude de « néo-réactionnaire » (à en croire ses détracteurs) joyeusement anarchisant (selon nous) le cocotier par une approche éminemment personnelle en affirmant tout de go que l'art et les femmes, pour lui, c'est kif-kif et donc ça se prend au débotté avant de les oublier.

Il n'empêche que ses fulgurances langagières à la Céline mâtiné de Jarry font souvent mouche, en raison de son empathie pour la représentation des corps féminins – glorieux et bien en chair – par le maître baroque flamand (1577-1640) dont il donne ici une biographie décapante assortie de considérations décoiffées sur son œuvre.

Tout en réglant son compte au féminisme d'aujourd'hui, consternant de maigreur corporelle et intellectuelle...

Une imagination de la femme que, lecture faite, on n'est en tout cas pas près d'oublier !

Bernard DELCORD

La gloire de Rubens par Philippe Muray, Paris, Éditions Les Belles Lettres, avril 2013, 245 pp. en noir et blanc et 16 pages en quadrichromie au format 14,8x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 23 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 05 13

« L'art véritable est anticipateur » (Saint-Pol-Roux)

 

Autour du Chat noir.jpgFondé en 1881 par Rodolphe Salis (1851-1897) et fréquenté notamment par Toulouse-Lautrec, Edgar Degas, Édouard Manet, Vuillard, Pierre Bonnard, Maurice Denis, Juan Gris, Alfred Jarry, Aristide Bruant, Erik Satie ou Claude Debussy, le Chat noir à Montmartre fut notamment un haut lieu de la vie de bohème entre 1880 et 1910, comme le montre le magnifique ouvrage intitulé Autour du Chat noir Arts et plaisirs à Montmartre 1880-1910 (Éditions Skira/Flammarion, Paris) qui présente de nombreuses reproductions de dessins, de toiles, de photographies et de d'affiches permettant de découvrir à quel point ce cabaret artistique fut un creuset de la création « underground » de l'époque, dont les expérimentations fortement teintées d'humour anticipèrent les mouvements dadaïstes et surréalistes.

Ainsi en alla-t-il par exemple du Mona Lisa avec une pipe (1887) d'Eugène Bataille qui préfigure la fameuse Joconde à moustaches de Marcel Duchamp (L.H.O.O.Q., 1919) et des monochromes d’Alphonse Allais – un rectangle rouge intitulé Récolte de tomate par des cardinaux apoplectiques au bord de la mer Rouge (1884) ou un autre, blanc, Première communion de jeunes filles chlorotiques par temps de neige (1883), annonçant le Carré blanc sur fond blanc de Malevitch (1918) [1].

Si ces tableaux ne sont pas reproduits dans l'ouvrage, on peut en admirer d'autres, comme un étonnant Christ noir de Paul Gauguin (1893) ou une surprenante affiche d'Édouard Vuillard pour un spectacle du Théâtre libre (Monsieur Bute, 1890).

Bravo, les artistes !

Bernard DELCORD

Autour du Chat noir Arts et plaisirs à Montmartre 1880-1910, ouvrage collectif, Milan-Paris, Éditions Skira/Flammarion, octobre 2012, 192 pp. en quadrichromie au format 23,5 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 25,50 € (prix France)



[1]Pour de plus amples informations : http://savatier.blog.lemonde.fr/2012/11/30/exposition-autour-du-chat-noir-au-musee-de-montmartre/

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |