30 09 14

Sublime lecture

Lettre d'une inconnue, de Stefan Zweig, lu par Léa Drucker et Elsa Zylberstein 

" J'ai toujours été fascinée par la force de ce texte, par sa beauté désespérée, par sa profondeur et sa maturité" Elsa Zylberstein

 En effet.

Stefan Zweig aime sonder les sentiments jusque dans leurs plus intimes expressions. Il y excelle. 

Sûrement vous souvient-il de ce petit chef d'oeuvre d'amour à sens unique porté par une jeune fille (l"inconnue") à un fringant et affable écrivain, quadragenaire... aimé des femmes.

Alors qu'elle se meurt, anéantie  par le décès de son petit garçon, l'inconnue écrit une longue lettre à son amant d'un soir, amour de toujours. Elle lui explique la genèse de son sentiment, l'enfant qu'elle conçut de lui, l'envoi annuel et anonyme  de ce bouquet de roses à l'occasion de son anniversaire.

La sobriété presque factuelle du texte l'empêche de verser dans le pathos.

La lecture sublime qu'en opère Léa Drucker lui donne son juste relief. 

Saisissant

Je vous en recommande l'écoute

Apolline Elter

Lettre d'une inconnue, Stefan Zweig, 1922. Texte intégral traduit de l'allemand par Alzir Hella et Olivier Bournac et révisé par Françoise Toraille. Audiolib, 2009. Lu par Léa Drucker, 2 CD -  durée 1h40- Préface écrite et lue par Elsa Zylberstein.

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 09 14

Machiavélique

Qui étais-je?  Pervers amnésique ou bouc émissaire piégé? "

N'oublier jamais, de Michel Bussi, lu par François Tavares

Parce qu'il tend la main à une beauté fatale, prête à s'élancer d'une falaise - et qui accomplit son dessein - Jamal, le narrateur, handicapé de la jambe, est saisi dans l'engrenage infernal d'une enquête policière: présumé coupable de viols et de meurtres exécutés selon un modus operandi similaire,   il se débat tant que s'enfonce la prothèse pour prouver son innocence.

Serré lui aussi dans l'étau implacable des révélations troublantes, le lecteur a du mal à lâcher prise. Il en perd son latin - c'est le but. 

Véritable maître du polar, Michel Bussi distille savamment les effets avec ce léger bémol qu'il complique un peu trop la résolution de l'énigme, rendant, à notre goût, les deux chapitres finaux superflus...

L'interprétation de François Tavares  génère à merveille l'atmosphère machiavélique et  haletante de la fiction

AE

N'oublier jamais, Michel Bussi, polar, Presses de la cité, mai 2014,  audiolib, mai 2014, durée 12h 23 (58 plages + 1 entretien avec l'auteur) 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres, Thriller, Polar | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 09 14

Convignité

Elle signe présente, à chaque rentrée littéraire, combinant la rigueur d'agenda du métronome, l'élégance jubilatoire d'une plume rompue aux plus belles tournures syntaxiques,  le pétillant champenois d'un imaginaire incongru quand il n'est délirant.

Avec Pétronille, Amélie Nothomb publie un 23e roman ...gémellaire.

"Pendant des années, j'ai bu comme tout le monde, au gré des soirées, des choses plus ou moins fortes, dans l'espoir d'atteindre la griserie qui aurait rendu l'existence acceptable: (...)"

Soucieuse de se trouver un(e) complice, "convignon ou convigne" avec qui partager la "si agréable société" de ses griseries au champagne, la narratrice - très confondue en  la célèbre écrivain -  fait, fin 1997,  la connaissance de Pétronille Fanto, une étrange gamine, lectrice et même correspondante, lors d'une séance de dédicaces en librairie.

"Je me trouvais dans le cas où la découverte du physique du destinataire ne nuit pas à la correspondance. Relire les lettres de vieille philosophe ténébreuse de Pétronille Fanto, en sachant qu'elles avaient été écrites par un petit garçon bagarreur aux yeux vifs, les rendait formidablement piquantes."

S'instaure une relation amicale que - ô surprise et intérêt du roman - Pétronille semble  d'emblée dominer, nantie d'un caractère bien trempé..de champagne.

"Je la regardais avec l'admiration stupide qu'ont les gens de mon espèce quand ils rencontrent un prolétaire véritable."

Fenêtre d'une amitié-fantôme, fantasmée  ou  fantastique selon l'interprétation donnée au patronyme de Pétronille, le roman invite le lecteur à (re)découvrir une face touchante d'Amélie Nothomb,  celle de l' humilité, de l'asservissement en amitié. Ajoutez une bonne dose d'auto-dérision - ça on le savait - noyée dans les meilleures coupes champenoises, ...ce n'est pas un scoop non plus et prêtez attention à ces pistes nombreuses que l'écrivain fournit sur son mode de fonctionnement. De questionnement. De vie, tout simplement.

Beaucoup de réflexions, miroirs d'une gémellité décidément "convigne", amicale et littéraire.

Apolline Elter

Pétronille, Amélie Nothomb, roman, Albin Michel, août 2014, 170 pp

Logo Audiolib.png9782356417787-G.jpg

Parue conjointement avec la publication du livre, la version Audiolib de Pétronille, est un petit bijou d'écoute, tant la voix, l'intonation de Pulchérie Gadmer - cela ne s'invente pas - se prêtent idoines aux propos de l'écrivain.

Audiolib, août 2014,  2 CD (Mp3) , durée: 2h27

22 08 14

Retour aux sources

"A première vue, la tâche consistait à déplacer la montagne"

En proie à une crise conjugale larvée, Sonia accompagne une amie à Grenade. Ce faisant, elle se prend de passion pour la danse ...

C'est par ce biais, et celui de longues conversations avec le patron du café "El Baril", que revient à la surface un passé familial dont elle n'avait connaissance, celui de la famille Ramirez et d'une Espagne des années '30 déchirée par le franquisme et la guerre civile.

Lue d'une voix mélodieuse par Laetitia Lefebvre, cette fresque, certes un peu longue, d'une époque effroyable, revêt un intérêt historique évident. Impeccable,  prononciation des patronymes et toponymes espagnols ajoute un charme imparable à l'audition du roman

Une "audio-lecture" recommandée

AE

Une dernière danse, Victoria Hisloop, roman traduit de l'anglais par Séverine Quelet, texte intégral lu par Laetitia Lefebvre,  Audiolib 2014,  2 CD - durée :14h50 

 

 

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 08 14

L'elisir d'amore

L'Elixir d'amour, de Eric-Emmanuel Schmitt, lu par Odile Cohen et Adrien Antoine

"(...) s'il y a des amours qui meurent de doute, le mien est mort de certitude. J'ai rompu"

 

Eric-Emmanuel Schmitt aime la correspondance - Le Festival de Grignan aussi, qui constitue pour lui une étape récurrente vers son Avignon estival . L'échange de lettres entre Adam et Louise, anciens amants,  séparés par un Océan  constitue la matière de son nouveau roman. 

Soucieux de transformer une passion de cinq ans,  morte abruptement, Adam, psychiatre de son état,  propose à Louise de la convertir en amitié durable. Cette dernière le  refuse , qui n'arrive visiblement pas à faire le deuil de son amour.

lls se lancent dès lors le défi de trouver chacun la personne idoine, conférant à l'échange épistolaire des allures de Liaisons dangereuses (Choderlos de Laclos) ou plus simplement de relations  libres et assumées  à la Jean-Paul Sartre et Simon de Beauvoir.

Lue à deux voix, celles d'Odile Cohen et d'Adrien Antoine, la version audio de ce court roman  (2 CD pour 1h24 d'audition totale) évoque  décidément  l'atmosphère des lectures du Festival de la correspondance ... L'occasion de s'y essayer..

 

AE

L'élixir d'amour, Eric-Emmanuel Schmitt, roman épistolaire, Ed. Albin Michel avril 2014, Audiolib, juin 2014 - 1h24 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 06 14

Surtout pas !

Demain j'arrête !, de Gilles Legardinier, lu par Ingrid Donnadieu 

 

Pas question !

Vous connaissez ma nouvelle passion pour les livres audio....

Un mode de lecture qui accompagne  depuis peu de nombreux trajets en voiture - quand je suis seule - et les interminables séances de repassage hebdomadaire...

Alors, pour la longue route des vacances qui se profile à votre horizon, je me fais une joie de vous conseiller un petit bijou d'audition, d'humour, de tendresse, de bien-être au monde, tout simplement.

Intriguée par le patronyme incongru d'un nouvel habitant de l'immeuble - Ricardo Patatras - Julie,  la narratrice, une jeune femme de 29 ans tente d'en percer l'identité et  d'en sonder  la  personnalité. Elle en tombe raide amoureuse, habitée par cet aimable et beau jeune homme, jusque dans ses moindres pensées.  Pour lui plaire, elle se sent prête à gravir des montagnes,  à enchaîner, dans une même foulée..de jogging, gaffes et actes héroïques.

Mené avec brio, le récit défile plans, chapitres courts  et situations cocasses  selon un rythme sautillant, merveilleusement négocié.   Mélodieuse, pourvue de registres adaptés à chacun des protagonistes, la voix d'Ingrid Donnadieu nourrit le texte d'intonations idoines... Elle nous devient amie. Gilles Legardinier aussi qui trace le portrait loufoque et attachant d'une si belle humanité...

 Apolline Elter

Demain j'arrête , Gilles Legardiner, roman, Ed. Fleuve noir, 2011, Audiolib, janvier 2014 - interprétation d'Ingrid Donnadieu  - 78 plages - durée 8h50

Billet de faveur

AE : Gilles Legardinier, votre roman entier se déroule dans la tête de Julie, une jeune femme. Nous pourrions toutes nous retrouver en elle.Comment faites-vous pour restituer à ce point la psychologie féminine, dans ses méandres, ses hyperboles ?

Gilles Legardinier :Mon roman est effectivement écrit à la première personne par une jeune femme. J’ai reçu beaucoup de questions et de commentaires à ce sujet. Cela me touche et m’honore. Les hommes ont la réputation de ne pas comprendre les femmes… Le métier d’un auteur consiste pourtant à se glisser dans la peau de personnages qu’il n’est pas. Tous mes valeureux confrères qui écrivent sur des tueurs psychopathes n’en sont pas – enfin pas toujours ! Pour comprendre un personnage, il faut se placer de son point de vue, observer, écouter et aimer. S’agissant des femmes, ce n’est pas un problème pour moi, au contraire. Depuis que je suis petit, je vous regarde, avec bonheur. Et puis je crois que même si nos codes d’expression sont différents, sur le fond, les femmes et les hommes ont besoin des mêmes bases : affection, loyauté, sécurité… Nous ne l’explicitons pas du tout de la même manière mais nous ne sommes pas aussi opposés que certains le prétendent. Je l’ai découvert grâce au regard des lectrices sur mon livre, et c’est une découverte fantastique !

 AE : Vous publiez un livre à la rentrée, sur la vengeance, au féminin… Pouvez-vous nous en toucher un mot ?

Gilles Legardinier :« Ça peut pas rater ! » raconte l’histoire de Marie, qui a toujours été une femme gentille, tournée vers les autres, toujours prête à se servir en dernier et à qui cela n’a rapporté qu’une rupture injuste. Elle a tout donné à un sale type. Elle est arrivée au bout de ses illusions, elle se prend tout dans la figure. Maintenant qu’elle ne croit plus en rien, elle règle ses comptes, avec son ex à qui elle ne va rien épargner, et avec les hommes en général. Mais la nature d’une femme ne peut pas se résumerà la guerre, et puisque ses rêves sont morts, elle va enfin pouvoir découvrir ce qui compte vraiment… J’espère que vous allez rire et ressentir autant que moi en l’écrivant. Écrire ce livre a été un bonheur. 

 AE : Quelle est votre madeleine de Proust ?

Gilles Legardinier :Très franchement, je ne crois pas en avoir. J’ai besoin du présent, du vivant, des gens. Je ne suis pas du tout tourné vers le passé même si je n’oublie rien. Ma madeleine de Proust, c’est le futur. Je suis impatient de ressentir, de partager, et je crois que la fin commence à venir lorsque l’on se dit que c’était mieux avant. J’ai eu une enfance heureuse mais je n’ai pas eu une vie simple. Tout a été riche, fort, structurant, douloureux souvent. Je n’oublie jamais que si on se donne à fond, demain sera meilleur.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (2) |  Facebook | |

27 06 14

Nadia C.

 

Couverture"

 "L'échange entre la narratrice du roman et la gymnase reste une fiction rêvée, une façon de redonner la voix à ce film presque muet qu'a été le parcours de Nadia C. entre 1969 et 1990"
 

Fascinée par la prouesse historique de la gymnase roumaine durant les J.O de Montréal en 1976, Lola Lafon se glisse dans son enfance, ses chaussons et l'entraînement intensif, nourri d'obéissance et d'une volonté hors pair qu'elle suivit, dès l'âge de 8 ans, auprès de Bela Karoly. Ce faisant, elle confronte son enquête, ses doutes, son processus d'écriture même à des mails et conversations fictives entreprises avec Nadia C.

" Ces premières années, c'est son organisme qu'elle construit méticuleusement, s'assurant de l'efficacité des jointures et des détails avant utilisation. Si on la réprimande, elle écoute, une ingénieure soucieuse de corriger les défauts de l'installation, sérieuse jusqu'à en paraître terne"

Adulée d'un public qui ne veut pas la voir grandir, se féminiser, Nadia Comaneci souffre son ingratitude en même temps que la puberté. 

Icône du régime communiste dirigé par Nicolas Ceaucescu , Nadia consacre la réussite suprême des méthodes éducatives. Et de fait,la vie occidentale et ses innombrables tentations ne lui auraient peut-être pas permis cet ascétisme implacable.

Il en demeure qu'en décembre 1989  Nadia quitte la Roumanie précipitamment, quelques jours seulement avant l'exécution conjointe d'Eelena et Nicolas Ceaucescu..

Subtilement orchestré, cette biographie romancée nous semble digne du plus grand intérêt..

Le roman a obtenu, en avril, le prix convoité de La Closerie des Lilas.

Je vous en recommande vivement la lecture audiolibresque, soutenue par la voix harmonieuse, posée -on croit entendre Brigitte Fossey - délicieusement scandée de Chloé  Lambert

La petite communiste qui ne souriait jamais, Lola Lafon, roman, Ed. Actes Sud, janvier 2014, 318 pp - Audiolib, juin 2014, 7h21

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 05 14

14 ...raisons de l'écouter

 Tandis que foisonnent à souhait les commémorations de l'entrée d'août 1914 en la Grande guerre, je vous conseille vivement l'écoute du court roman de Jean Echenoz, 14 (Ed. de Minuit, oct .2012, 128 pp) édité en version CD auprès d'Audiolib (prix conseillé 18 € - durée 2h30)

Opérée par l'auteur lui-même, la lecture du roman paraît habillée de sa voix, sobre et chaude,  offrant une nouvelle fois à l'imagination une puissance suggestive étonnante.

Mobilisés dès les premiers jours d'août 14, cinq jeunes poilus, Anthime, Charles, son frère aîné, Pardioleau, Bossis et Arcenel partent au front. Le focus est porté sur Anthime, sa découverte progressive des conditions de combat, la section de son bras droit, tranché par un obus, et sa lente réintégration de la société civile.

Descriptions minutieuses, fouillées, poétiques, parfois humoristiques se succèdent, véritable radioscopie des premiers mois des combats La langue est soignée, marquée de l'emploi du passé composé et du futur antérieur qui teintent la relation d'une atmosphère singulière

Apolline Elter 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 02 12

Une voix d'or

L'étrange voyage de Monsieur Daldry.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de février 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Remarquablement lu, sur un CD audio MP3 sorti aux Éditions Audiolib à Paris, par notre compatriote Valérie Muzzi (il est vrai que cette comédienne belle et talentueuse, voix-off de Be TV, a fait de brillantes études à l'INSAS et est en outre diplômée de la section cinéma de l'Université Libre de Bruxelles, ce qui explique pourquoi elle a écrit et réalisé plusieurs courts-métrages), L'étrange voyage de Monsieur Daldry de Marc Lévy débute à Londres en 1950.

En voici le pitch :

« Alice mène une existence tranquille, entre son travail, qui la passionne, et sa bande d'amis, tous artistes à leurs heures. Pourtant, la veille de Noël, sa vie va être bouleversée. Au cours d'une virée à la fête foraine de Brighton, une voyante lui prédit un mystérieux avenir : "L'homme qui va le plus compter dans ta vie vient de passer dans ton dos. Pour le retrouver, tu devras entreprendre un long voyage et rencontrer six personnes qui te mèneront jusqu'à lui... Il y a deux vies en toi, Alice. Celle que tu connais et une autre, qui t'attend depuis toujours". Alice n'a jamais cru à la voyance, mais elle n'arrive pas à chasser ces paroles de son esprit, et ses nuits se peuplent de cauchemars qui semblent aussi réels qu'incompréhensibles. Son voisin de palier, Monsieur Daldry, célibataire endurci, gentleman excentrique et drôle, aux motivations ambiguës, la persuade de prendre au sérieux la prédiction de la voyante et de retrouver les six personnes qui la mèneront vers son destin. De Londres à Istanbul, il décide de l'accompagner dans un étrange voyage... ».

L’interprétation de Valérie Muzzi, qui alterne le sérieux et la cocasserie, l’inquiétude et l’insolence, ravira autant les fans – innombrables – de Marc Lévy qu'il séduira les – rares –auditeurs qui ne le connaissent pas.

Et il transportera même, tant l'adaptation transcende le roman, les lecteurs qui ne l'apprécient guère !

Bernard DELCORD

L'étrange voyage de Monsieur Daldry de Marc Lévy lu par Valérie Muzzi, Paris, Éditions Audiolib, juillet 2011, 1 CD audio MP3 de 8h45 sous pochette cartonnée en quadrichromie au format 14 x 19 cm, 21,50 € (prix France)

L'étrange voyage de Monsieur Daldry (Valérie Muzzi).jpg

Valérie MUZZI

Écrit par Brice dans Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 02 09

Ecoutez Montechiarro

montechiarroL'extraordinaire Retour à Montechiarro de Vincent Engel peut aujourd'hui être écouté grâce à la version audio des éditions Autrement dit.
Deux formats sont disponibles : 6 CD audio ou un CD mp3.
Nous avons maintes fois l'occasion de dire et d'écrire le bonheur que nous a procuré ce grand livre (cela nous a d'ailleurs permis de rencontrer son auteur et de faire un petit bout de chemin avec lui).

Retour à Montechiarro, 1ère partie (1849-1889), Vincent Engel, Lecture intégrale, Autrement dit, 25€ (mp3), 35€ (6 CD audio).


Écrit par Brice dans Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |