06 12 14

« Cléopold » dans tous ses États…

Léopold II – Caricatures d'un roi.jpg

Collectionneur passionné, Éric Van den Abeele est l’arrière-arrière-petit-fils de Jules Thiriar, médecin du roi Léopold II de Belgique (1835-1909), de son épouse, la reine Marie-Henriette, et de leur fille, la princesse Clémentine. Il est également maître de conférences à l’Université de Mons-Hainaut et chargé d’enseignement à l’IHECS.

 Léopold II – Caricatures d'un roi (Cléo de Mérode).jpg

 Carte postale signée Espinasse, ca 1902, à propos de la liaison du roi avec la danseuse Cléo de Mérode.. Les caricaturistes parisiens aimaient, en plus de se moquer ouvertement de Léopold II, railler le parler bruxellois.

Parti d’une trentaine de documents hérités de son trisaïeul, l’auteur a rassemblé dans Léopold II – Caricatures d’un roi, un fort beau livre paru aux Éditions Luc Pire à Liège, une remarquable sélection de nombreuses affiches, cartes postales, dessins de presse et photos d’objets datant de 1865 à 1909 par laquelle il aborde la vie du souverain belge en huit chapitres aux titres révélateurs.[1]

Ces nombreuses archives, rares et souvent inédites, constituent un véritable florilège représentatif de l’art de la caricature au XIXe siècle, une époque où les dessinateurs de presse, déjà, n’hésitaient pas à traiter les sujets d’actualité dans des portraits critiques, moqueurs et souvent cinglants.

Léopold II – Caricatures d'un roi (cake-walk).jpg

Carte postale anonyme montrant le ministre français de la Marine, Camille Pelletan, Yvette Guilbert, Léopold II et Cléo de Mérode exécutant le cake-walk, une danse populaire venue de Virginie (USA), imitant avec ironie l’attitude des Blancs se rendant au bal.

 Il est vrai que la vie quelque peu dissolue et menée sur un grand pied à Paris par le souverain fortuné de ce qui était alors, bien que minuscule, l’un des pays les plus riches du monde (à cette époque, le PIB de la Wallonie excédait celui des États-Unis – sic transit gloria mundi…) constituait un sujet en or pour les ironistes de tout poil, qui s’en sont donné à cœur joie à propos de ses maîtresses en vue (Cléo de Mérode, la baronne de Vaughan…) ou pas, de ses réparties subtiles et mordantes, de ses automobiles rutilantes, de sa table ouverte chez Maxim’s et dans les théâtres montmartrois, de sa barbe imposante, de ses chapeaux buses, de ses cigares de luxe, de son monocle, de son Congo personnel, de son héritage mirobolant disputé à son décès par ses filles...

Léopold II – Caricatures d'un roi (cigare).jpg

Un album qui, allez savoir, n’aurait peut-être pas déplu à ce grand prince ironique et joyeux qui n’en faisait qu’à sa  tête couronnée !

Bernard DELCORD

Léopold II – Caricatures d'un roi par Éric Van den Abeele, dédicace de Pierre Kroll, Liège, Éditions Luc Pire, novembre 2014, 160 pp. en quadrichromie au format 24 x 28,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29 €


[1] Portraits de Léopold II ; Léopold II dans son royaume ; Léopold II et ses pairs ; Léopold II et le Congo ; Amours et frasques royales ; Léopold II et les automobiles ; Léopold II dans la publicité ; La mort de Léopold II.

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 11 14

Les havres du bonheur…

Les jardins préférés des Français jpg.jpgIllustré de photographies somptueuses, le splendide album de Stéphane Bern intitulé Les jardins préférés des Français paru chez Flammarion à Paris emmène le lecteur, région par région, à la découverte des plus beaux jardins privés de l’Hexagone, dans une merveilleuse débauche de roseraies luxuriantes, d’arbres vénérables, de jardins de buis taillés à la française, d’allées gazonnées, de pergolas fleuries, de portes végétales aux accents romantiques, de kiosques au soleil, de massifs colorés, d’escaliers de verdure, de jardins zen, de plantations aromatiques et tinctoriales, de ruisseaux pétillants, de fontaines vivaces, de bassins exubérants et d’herbes en folie...

Fruits de l'imagination de propriétaires passionnés, ces édens patiemment composés au fil des ans sont accessibles au public et ils constituent pour les amateurs de clématites, de seringats, de glycines, de nymphéas, de pavots d’Orient et autres inflorescences multicolores une magnifique source d'inspiration pour aménager son propre écrin de verdure.

L’ouvrage se clôt par un carnet d'adresses qui permettra à chacun d'organiser à la belle saison la visite de ses jardins préférés.

Un pur ravissement !

Bernard DELCORD

Les jardins préférés des Français par Stéphane Bern, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2014, 256 pp. en quadrichromie au format 25,3 x 31,7 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 29,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 11 14

Le nectar pour pirates…

Atlas du rhum.jpgPhotographe, collectionneur (il possède la plus grande collection de bouteilles de la planète) et amateur éclairé, l’Italien Luca Gargano est un spécialiste mondial de la boisson préférée des marins à voile.

Il est donc tout naturel qu’il ait rédigé et illustré un magnifique Atlas mondial du rhum dont la version française a paru chez Flammarion à Paris, un ouvrage dans lequel il partage ses connaissances avec enthousiasme.

Écoutons-le :

« Fruit des Caraïbes, le rhum est inévitablement lié à l'histoire et aux cultures de ces îles. Aujourd'hui associé à la fête, ce spiritueux ne saurait exister sans les hommes qui ont participé à l'émergence de ces nouvelles terres. Il n'est point de rhum sans grands découvreurs, sans esclaves, sans corsaires et flibustiers, sans prohibition, sans entrepreneurs, sans héritiers, sans passionnés. Tout comme pour les plus grands alcools, le soin apporté aux matières premières, le temps de fermentation, la distillation et le vieillissement sont indispensables pour faire naître des rhums aux arômes incomparables. »

L’auteur se livre dans son ouvrage à une présentation détaillée de toutes les distilleries des Caraïbes encore en activité (à Antigua, à la Martinique, en Guadeloupe, à Marie-Galante, à Saint-Vincent, à Sainte-Lucie, à Sainte-Croix, à la Dominique, à la Barbade, à Cuba, à Grenade, en République dominicaine, en Haïti, à la Jamaïque, à Porto Rico, à Tortola, à Trinidad…) et il fournit les clés pour apprendre à mieux connaître les différentes variantes de leurs productions.

Un beau livre qui transporte sous les alizés !

Bernard DELCORD

Atlas du rhum par Luca Gargano, traduction et adaptation d’Éric Chenebier, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 224 pp. en quadrichromie au format 23,6 x 28,7 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 29,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié les quelques lignes suivantes, traitant d’un excellent rhum produit en Haïti :

Barbancourt

Originaire de Bordeaux, la famille Barbancourt s'installe en 1736 à l'Archaie, une propriété de 133 hectares. En 1862, la famille se déplace à Damien et se découvre une vocation pour la distillation. Elle procède alors selon la méthode charentaise traditionnelle.

Les deux frères, Dupré et Labbé, se séparent en 1906, le premier conservant la distillerie jusqu'à son décès, date à laquelle la société est héritée par sa femme, Nathalie Gardère, et gérée par son neveu, Paul Gardère.

C'est Jean Gardère, le fils de ce dernier, qui, en tant que Président directeur général de 1946 à 1990, se charge de développer Barbancourt dans l'immédiat après-guerre.

La renommée de la distillerie devient internationale. En 1949, la nouvelle distillerie est construite dans la plaine du Cul-de-Sac. Dans les années 1960, la Réserve du Domaine, affichant 15 ans d'âge et traditionnellement réservée à la famille, est mise sur le marché et devient instantanément une référence mondiale en termes de qualité. Parmi les bouteilles mythiques, on signale notamment le Barbancourt Réserve Veronelli, à 25 ans d'âge. En 1990, la société est reprise par le fils de Jean, Thierry Gardère. La même année, les alambics sont remplacés par un système de colonne continue.

Barbancourt est un rhum fait à partir du sirop et du jus de la canne à sucre cultivée à la plaine du Cul­de-Sac et récoltée de novembre à juin sur 600 hectares dont 120 appartiennent à la distillerie. La fermentation dure 3 jours, ce qui reste long relativement aux normes en vigueur en Martinique et en Guadeloupe. La distillation s'effectue dans des colonnes continues, dont le distillat sort à 90°.

La société produit plus de 3 millions de bouteilles par an en quatre versions : blanc, 3 étoiles, 4 ans d'âge, 5 étoiles, 8 ans d'âge et le rare Réserve du Domaine à 15 ans d'âge. Courant 2011, la société a modernisé ses étiquettes, ce qui lui a valu la colère des plus fidèles, particulièrement attachés à sa présentation traditionnelle.

Coordonnées :

16 rue Bonne Foi, boîte postale 33, Port-au-Prince

www.barbancourt.net

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 11 14

Une royale union

9782873868864.jpg

Deux prénoms - certes royaux - unis d'une simple esperluette,  affichent le parti-pris  jeune, tonique, singulièrement vivant de ce portrait de couple que S.A.R la Princesse Esmeralda de Belgique dédie à ses grands-parents paternels, avec la complicité de notre confrère, Christophe Vachaudez,  bien connu des lecteurs de L'Eventail. 

Richement illustré de photos officielles mais aussi intimes, instantanées et denses, ce beau livre trace le destin d'un couple uni d'amour mais aussi d'un sens du devoir hautement éprouvé en ces années de Grande Guerre. Le peuple belge célébrera l'ardeur guerrière de son "Roi-Chevalier" occultant quelque peu le pacifisme qui était sa vraie nature. Bavaroise de naissance, Elisabeth Wittelsbach épouse,  avec le futur roi des Belges, le destin de son peuple d'adoption. Qui ne se souvient des clichés qui la présentent proche des tranchées ou vêtue d'une tenue d'infimière. 

Musicienne, présidente du célèbre concours international éponyme, la souveraine peignait, sculptait, tissait skiait, patinait - une magnifique photo illustre ses prouesses - s'adonnait au golf, à la chasse,  aux voyages lointains, à sa  passion pour l'égyptologie, les philosophies orientales .. mais aussi multipliait les rencontres scientifiques, culturelles et amicales avec  ces grands de l'époque que furent Albert Einstein, Albert Schweitzer, Jean Cocteau, Romain Rolland, Camille Huysmans et Colette; quand il pouvait s'échapper, le Roi Albert assouvissait sa passion pour l'alpinisme, passion qui le rapprochait de son fils aîné, le futur Roi Léopold III et de sa belle-fille , Astrid, sa " Linda nueva",  conjointement épris de courses en montagne. C'est au cours d'une échappée solitaire, qu'il trouve la mort, le 17 février 1934,  chutant du tristement célèbre rocher de Marche-les-Dames, près de Namur.

Abordant sans tabou mais avec tact, sobriété et une joyeuse affection,  l'histoire d'une royale union et d'une lignée qui régna tout le XXe siècle, S.A.R la Princesse Esmeralda et Christophe Vachaudez  offrent, à la lecture et au regard, un très beau livre.

De ceux qui trouveront place chaleureuse, bien avantageuse sous le sapin..

Apolline Elter

Albert & Elisabeth, Esmeralda de Belgique- Christophe Vachaudez, beau livre, édition Racine, octobre 2014, 196 pp + illustrations.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 11 14

Quand l'écrit se joint au geste...

 Tandis que s'approchent fin d'année et listes de beaux livres à offrir, pointons ce très bel album de photos sportives  - et lesquelles ..- figées dans l'éternité d'exploits fabuleux, de rencontres exceptionnelles,  mises en lumière par la sensibilité d'un passionné de sport, écrivain magistral et généreux, Philippe Delerm.

Difficile de paraphraser des commentaires mais il est tant de photos saisissantes... celle qui unit , de franche complicité, l'athlète noir américain Jesse Owens au blond aryen Luz Long tandis que se déroulent les JO de Berlin (août 1936) et l'irrépressible fureur du Fürhrer.

Celle d'une Nadia Comaneci, déployée en plein salto, sur poutre ensorcelée : " Et malgré tous ses pièges de silence brut, la poutre ne peut rien, vaincue par ce feu follet d'insolence idéale."

La beauté du geste, Philippe Delerm, beau livre, Ed. Seuil, octobre 2014, 152 pages et illustrations.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 10 14

« Tous les chats sont mortels, or Socrate est mortel, donc Socrate est un chat. » (Eugène Ionesco)

Chats – Une histoire illustrée des races.jpg« Énigmatiques, séduisants, mystérieux, les chats ne laissent jamais indifférent ; on les adore, ou on les déteste. Leur gracieuse beauté, leur discrète intelligence et leur farouche indépendance ont marqué leur longue histoire d'épisodes tour à tour glorieux et tragiques. Au cours des millénaires, ils furent tantôt hissés au rang de dieux et de déesses, tantôt vilipendés et massacrés par milliers. »

Ainsi s’exprime Tamsin Pickeral pour présenter son ouvrage splendide fort joliment illustré paru chez Flammarion sous le titre Chats – Une histoire illustrée des races dans lequel il célèbre le chat sous toutes ses formes, à travers l'histoire (de l’antiquité à nos jours) d’une sélection de 55 races plus ou moins connues et d'origines diverses : abyssin, angora turc, balinais, bengal, bleu russe, bobtail japonais, British shorthair, chartreux, Devon rex, donkskoy, maine coon, ocicat, nebelung, oriental, persan, sacré de Birmanie, savannah siamois, sibérien, singapura, tonkinois, toyger,...

Un ouvrage qui aurait passionné Paul Léautaud, Louis-Ferdinand Céline et Georges Brassens !

Bernard DELCORD

Chats – Une histoire illustrée des races par Tamsin Pickeral, photos d’Astrid Harrisson, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 288 pp. en quadrichromie au format 24,6 x 29,7 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 29,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 09 14

« Quand le vin est tiré, il faut le boire, surtout s'il est bon. » (Marcel Pagnol)

Atlas mondial du vin 2014.jpgLa version en langue française de la 7e édition (la première date de 1971) entièrement revue et mise à jour de l’Atlas mondial du vin par Hugh Johnson & Jancis Robinson vient de paraître chez Flammarion à Paris, et c’est un événement pour les amateurs de dives bouteilles autant que pour les œnologues avertis.

Accompagné de cartes détaillées de tous les vignobles décrits ainsi que d’un index des noms et d’un index géographique, cet ouvrage monumental et prestigieux dont les versions précédentes ont été vendues à plus de cinq millions d’exemplaires cumulés, offre une vue panoramique de ce que les viticulteurs produisent aujourd’hui de meilleur tout autour de la planète.

En France, bien entendu, où nos auteurs sillonnent la Bourgogne, le Mâconnais, ainsi que les alentours de Chablis, du Beaujolais, de la Champagne, de Pomerol, de Chinon et de Bourgueil, de Bandol, de Margaux, de Saint-Émilion ou de la Savoie.

En Italie aussi, et en Espagne, au Portugal, en Allemagne, en Angleterre, au Pays de Galles, en Suisse, en Autriche, en Hongrie, en République tchèque et en Slovaquie, dans les Balkans occidentaux, en Croatie, en Slovénie, en Bulgarie, en Roumanie, dans la région de la mer Noire, en Géorgie, en Grèce, en Turquie, en Méditerranée orientale, en Amérique du Nord et du Sud, en Australie, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud, ainsi qu’en Inde, en Chine et au Japon.

Un tour du monde magnifiquement enivrant !

Bernard DELCORD

Atlas mondial du vin par Hugh Johnson & Jancis Robinson, 7e édition entièrement revue et mise à jour traduite de l’anglais par Christine Mignot, Paris, Éditions Flammarion, août 2014, 400 pp. en quadrichromie au format 23,7 x 29,9 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 45 € (prix France)

10 05 14

Un ouvrage éblouissant !

La Grand-Place de Bruxelles, sculpture de lumière.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 09/05/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

Véritable Michel-Ange des effets lumineux nocturnes, le « sculpteur de lumière » parisien Patrick Rimoux présente dans La Grand-Place de Bruxelles, sculpture de lumière –  un somptueux album trilingue (en français, néerlandais et anglais) paru chez Racine –, le fruit photographique de son travail appliqué à la plus belle place gothique du monde.

Le résultat est époustouflant et fait voir dans le détail l'Hôtel de ville et les maisons qui l'entourent (de l'Étoile, des Brasseurs, du Cygne, des Ducs de Brabant, du Roi...) avec une subtilité qui laisse pantois.

Le tout est accompagné d'un texte historique de Roel Jacobs qui fournit des informations propres à éclairer encore davantage le sujet scintillant de ce livre brillant.

Une mine de diamants !

Bernard DELCORD

La Grand-Place de Bruxelles, sculpture de lumière par Patrick Rimoux & Roel Jacobs, Bruxelles, Éditions Racine, décembre 2013, 146 pp en quadrichromie au format 30 x 30 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 45 €

La Grand-Place de Bruxelles, sculpture de lumière (La Maison du Roi).jpg

La Maison du Roi

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 03 14

C'est l'Doudou, c'est l'mama !

La Ducasse rituelle de Mons.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 28/03/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

Inscrite par l'UNESCO au patrimoine oral et immatériel de l'Humanité, la Ducasse rituelle de Mons à laquelle les Éditions Racine à Bruxelles consacrent un fort beau livre au titre éponyme rédigé par une large équipe de spécialistes du folklore placés sous la houlette du professeur Benoît Kanabus, (UCL), se déroule immuablement depuis huit siècles en quatre temps : la descente de la châsse de sainte Waudru, patronne de la cité ; la procession, suivie de la montée du Car d'or et, enfin, le combat dit Lumeçon qui oppose saint Georges au dragon.

L'occasion, pour les habitants de la capitale du Hainaut, le temps du week-end de la Trinité, d'une liesse collective formidable dans laquelle s'unissent tous les âges et toutes les classes sociales pour admirer un immense cortège en costumes somptueux, écouter la musique du Montois Roland de Lassus, vibrer au combat que se livrent saint Georges et le diable et, pour les plus téméraires, de pousser le Car d'or dans son ascension de la rampe Sainte-Waudru ou d'arracher au dragon dans l'arène quelques crins porte-bonheur...

Le tout accompagné d'une profusion de bières, de côtelettes al berdouille et de tartes diverses savourées dans la bonne humeur et le respect pointilleux des traditions.

L'ouvrage, magnifiquement illustré, retrace l'histoire, décrit les gestes et explique le rôle social de ce rituel collectif venu du fond des âges. Qui était sainte Waudru ? Que sait-on de saint Georges ? Pourquoi une fête de dédicace à Mons ? D'où vient l'air du Doudou ? Quelle est la symbolique du Dragon ?

Une belle plongée dans les racines profondes de la culture hainuyère et wallonne !

Bernard DELCORD

La Ducasse rituelle de Mons sous la direction de Benoît Kanabus, préface d'Elio Di Rupo, Bruxelles, Éditions Racine, octobre 2013, 242 pp. en quadrichromie au format 26 x 30 cm sous couverture cartonnée blanche et jaquette bicolore, 39,95 €

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 02 14

Time is money...

Breitling.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la newsletter de janvier 2014 des guides gastronomiques belges DELTA avant d'être mise en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Initiateur des ventes à thèmes Montres d'aventures au Cercle des Officiers à Paris, Jean-Christophe Guyon est un acteur incontournable des ventes horlogères depuis une dizaine d'années. Il est également passionné de photographie. Didier Gottardini quant à lui est le fondateur du site l'Argus des Montres.

Par ailleurs, c'est en 1884 que le Jurassien Léon Breitling a fondé la marque éponyme, devenue mondialement connue. A l'origine spécialisé dans les chronographes et les compteurs, Breitling devient peu avant la Seconde Guerre mondiale le fournisseur officiel de la Royal Air Force britannique, puis pendant la guerre celui des forces aériennes américaines, renforçant ainsi sa position dans le monde de l'aviation. L'année 1952 voit apparaître le chronographe Navitimer, qui deviendra la montre-instrument des pilotes du monde entier.

Dans un fort bel album intitulé Vintage watch collection: Breitling paru chez Fabre à Lausanne, Jean-Christophe Guyon et Didier Gottardini présentent les modèles mythiques de la marque au « B » ailé à travers une sélection personnelle et non exhaustive de très belles photos ainsi que, notamment, des interviews de grands collectionneurs, d'un pilote de la Patrouille de France, des photos d'archives inédites et des publicités avec, en toile de fond, le contexte historique des années 1960, 1970 et 1980.

Une riche façon de voir le temps passer !

Bernard DELCORD

Vintage watch collection: Breitling par Didier Gottardini & Jean-Christophe Guyon, Lausanne, Éditions Favre, septembre 2013, 219 pp. en quadrichromie au format 17,9 x 17,9 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29 € (prix France)

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |