19 11 12

Un voyage initiatique...

Cordoue La Grande Mosquée et l'Espagne mozarabe.gifGrand spécialiste des arts de l'islam, Henri Stierlin invite, dans un magnifique beau livre intitulé Cordoue La Grande Mosquée et l'Espagne mozarabe paru aux Éditions de l'Imprimerie nationale à Paris, à la découverte d'une histoire singulière, celle d' un ancien temple romain qui devint église puis mosquée, avant de devenir cathédrale.

Inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis 1984, ce bijou de pierre est l'un des monuments majeurs de l'architecture islamique, et le témoin le plus admirable de l'art des Omeyyades.

Lorsque les musulmans s'établirent à Cordoue, ils exproprièrent les chrétiens du terrain de l'église Saint-Vincent, non loin du Guadalquivir, construite en 584 par les Wisigoths sur le site d'un temple romain dédié à Janus. L'émir Abd-Al-Rahman Ier ordonna d'y faire construire à la place une mosquée. Elle fut agrandie trois fois de suite par ses successeurs, pour finir par couvrir 23 000 m2 et devenir ainsi la plus grande mosquée du monde après celle de La Mecque. Elle se présente aujourd'hui sous la forme d'un vaste quadrilatère d'environ 180 m de long sur 130 m de large, comptant dix-neuf nefs et plus de 850 colonnes, toutes de marbre différent, surmontées par des chapiteaux de styles divers.

Lorsque Cordoue fut reprise par les chrétiens en 1236, ceux-ci en firent à nouveau une église, comme à l'origine, puis une cathédrale. Ils murèrent l'ouverture entre la cour et la salle de prière, ne conservant qu'une porte d'entrée . Ils abattirent quelques rangs de colonnes pour dégager la place de la Chapelle Royale décorée de stucs mudéjars. Ils divisèrent également la dernière travée d'Al Mansour, à l'est, pour y délimiter des chapelles.

Au XVe siècle, les chanoines du chapitre décidèrent de doter leur cité d'un édifice beaucoup plus somptueux et dans le goût du jour. Ils firent démolir une partie importante du centre de l'édifice pour y édifier une cathédrale qui apparaît comme incrustée dans la mosquée, rompant les perspectives de la forêt de colonnes. Ce monument allie les styles gothique, renaissance et baroque et est magnifiquement décoré ; pourtant, par la suite, Charles Quint regretta la transformation de cet édifice en adressant un reproche amer aux autorités ecclésiastiques du lieu : « Vous avez détruit ce qui était unique au monde pour faire ce que tout le monde fait » [1].

En raison des commentaires avertis d'Henri Stierlin et grâce aux superbes photographies qui les soutiennent, l'amateur de voyages initiatiques dans le temps et dans l'espace ne pourra qu'être comblé par tant d'élégance, d'harmonie et de beauté.

Bernard DELCORD

Cordoue La Grande Mosquée et l'Espagne mozarabe  par Henri Stierlin, photographies d'Anne et Henri Stierlin & de Sébastien Buchet, Paris, Éditions de l'Imprimerie nationale, octobre 2012, 231 pp. en quadrichromie au format 27 x 31 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 54 € (prix France)



[1] http://fr.wikipedia.org/wiki/Cath%C3%A9drale_de_Cordoue

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 10 12

Tous en selle !

Cheval en majesté.gifNoblesse des origines, grâce martiale, puissance sublime, fougue grandiose, agilité prodigieuse : telles sont les caractéristiques des animaux décrits et racontés dans le magnifique ouvrage intitulé Cheval en majesté, paru récemment chez Flammarion à Paris sous la plume de Tamsin Pickeral, expert équestre, et d'Astrid Harrisson, photographe de renom dans le monde anglo-saxon.

Fruit de leur ambitieux projet, ce beau livre rend un vibrant hommage à la splendeur du cheval, son élégance, sa puissance, sa remarquable adaptabilité et il met en lumière son extraordinaire diversité en présentant près de 80 races différentes (pur-sang arabe, andalou ou anglais, poney Shetland ou Welsh, mustang, camarguais, percheron, Paso Fino argentin, mais aussi Stock Horse australien, American Saddlebred, Suffolk Punch, Manipuri indien, Trotteur Orlov, Cob normand, Kladruber tchèque, Belge à sang chaud...).

Au fil des pages, on découvre le rôle central que cet être intelligent a joué dans nos sociétés : tour à tour animal de trait, partenaire de guerre et de sport ou compagnon de voyage, le cheval est demeuré notre plus fidèle allié par-delà les siècles et sur tous les continents.

Et sans rechigner à la tâche...

Bernard DELCORD

Cheval en majesté par Tamsin Pickeral, photographies d'Astrid Harrisson, avant-propos de Pat Parelli, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2012, 288 pp. en quadrichromie au format 24,5 x 29,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 10 12

Des textes « hors de toute littérature » (Félix Fénéon, 1886)

Cent poèmes d'Arthur Rimbaud.jpgVoilà que paraît ces jours-ci aux Éditions Omnibus à Paris, établi et présenté par Jean-Baptiste Baronian, un magnifique ouvrage intitulé Cent poèmes d'Arthur Rimbaud qui met en équation une centaine de textes de « L'homme aux semelles de vent » avec de nombreux chefs-d'œuvre de la peinture, connus ou méconnus, dont certains sont de stupéfiantes révélations.

Il faut dire que Jean-Baptiste Baronian est l'un des meilleurs spécialistes actuels des inspirateurs de la poésie symboliste (on lui doit, publiées chez Gallimard, de remarquables biographies de Baudelaire en 2006, de Verlaine en 2008 et de Rimbaud en 2009) et que ses connaissances intimes de leur production littéraire constituent un avantage décisif pour leur mise en perspective auprès du public.

Il propose ici un choix de textes particulièrement éclairants, en vers et en prose, accompagnés d'un appareil iconographique original et très étoffé (des photographies, des manuscrits et des reproductions de tableaux de Rembrandt, de Delacroix, de Courbet, de Rops, de Toulouse-Lautrec, de Cézanne, de Van Gogh, de Puvis de Chavannes, de Goya, de Monet, de Gustave Doré... mais aussi de Malerba, de Fortuny, de Lebasque, de Séon...), propice à la mise en lumière des fulgurances, rageuses ou non, du jeune poète maudit.

Un exercice d'empathie d'une immense virtuosité !

Bernard DELCORD

Cent poèmes d'Arthur Rimbaud. Édition établie et présentée par Jean-Baptiste Baronian, Paris, Éditions Omnibus, octobre 2012, 216 pp. en quadrichromie au format 19 x 25,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29,50 € (prix France)

22 08 12

Des îles au trésor !

Petites îles de la Méditerranée 2.gifFort justement sous-titré Les sentinelles de la diversité, le bel album de photos commentées intitulé Petites îles de la Méditerranée qui a paru aux Éditions Gallimard à Paris sous la plume de Sébastien Renou, chargé de mission au sein du Conservatoire français du littoral, et qui rassemble des prises de vue de Louis-Marie Préau et Laurent Bellesta, deux très grands professionnels de la capture d'images, présente les joyaux naturels et les sanctuaires naturels que sont Porquerolles, If, Frioul, Port-Cros, l'Île d'Or et Grand Rouveau pour la France continentale, Giraglia, Finocchiarola, Cerbicales et Lavezzi pour la Corse, Tavolara et Molara pour la Sardaigne, Stromboli et Comino au large de la Sicile, Gozo et Filfla près de Malte, Sazani pour la Croatie, Milos et Santorin pour la Grèce, Galite, Zembra, Zembretta, Kuriat, Kerkennah pour la Tunisie, Garah pour la Libye, Dragonera et Cabrera devant Majorque, les Habibas pour l'Algérie ou les îlots d'Essaouira pour le Maroc, entre autres...

Un merveilleux festival de ciels, de plages, de paysages, de panoramas, de fonds marins, de roches, de plantes, de fleurs, d'arbres, d'oiseaux, de poissons, de crustacés, de cétacés...

De paradis terrestres !

Bernard DELCORD

Petites îles de la Méditerranée Les sentinelles de la diversité par Sébastien Renou, photographies de Louis-Marie Préau & Laurent Ballesta, préface de Daniel Rondeau, Paris, Éditions Gallimard, mars 2012, 173 pp. en quadrichromie au format 25,5 x 27 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 29 € (prix France)

Pour vous, nous avons repris dans ce somptueux album la très belle photo suivante :

Petites îles de la Méditerranée 3.jpg

 L'îlot de la Cathédrale, sur l'archipel de Zembra, est un gros bloc de calcaire cristallin du Crétacé supérieur.

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 08 12

Pour mener grand train...

Roulez carrosses 2.gifÉdité à l'occasion de l'exposition éponyme organisée par l'Établissement public du château de Versailles en partenariat avec la région Nord-Pas-de-Calais et la Ville d'Arras (et présentée au musée des Beaux-Arts d'Arras du 17 mars 2012 au 10 novembre 2013), le fort bel ouvrage intitulé Roulez carrosses ! paru chez Skira Flammarion à Paris ravira, comme l'indiquent les auteurs, les passionnés « de voitures hippomobiles et, en l'occurrence, de voitures historiques, toutes du plus grand luxe et toutes différentes : voitures de promenade des enfants de Louis XVI, berlines du mariage de Napoléon Ier, char funèbre de Louis XVIII, carrosse du sacre de Charles X... »

« D'autres chefs-d'œuvre, fleurons des collections versaillaises, les accompagnent : un ensemble de peintures de Van der Meulen dont la célèbre Entrée de Louis XIV à Arras, de grands portraits royaux, ou des pièces uniques comme ces traîneaux de fantaisie dans lesquels Louis XV puis Marie-Antoinette sillonnaient en hiver les allées enneigées du parc de Versailles. Ce rassemblement est l'occasion d'un discours où s'enchevêtrent épisodes de la grande histoire, entrées des souverains dans la capitale artésienne, événements dynastiques et usages de cour, rapportés et commentés par d'éminents historiens. »

« Grâce à la contribution des meilleurs spécialistes des voitures hippomobiles, les amateurs de belles voitures, quant à eux, découvriront ce qu'étaient les grands carrosses d'apparat – du "carrosse moderne" inventé sous Louis XIV jusqu'aux voitures de gala de la présidence de la République –, quels en étaient les innovations techniques, le raffinement de leurs accessoires et l'extrême richesse de leur ornementation, en un temps où l'art de la carrosserie française connaissait son apogée. »

Cette première exposition hippomobile française qui rassemble aussi des tableaux, des sculptures, des chaises à porteurs et des harnachements de chevaux, grâce aux véhicules méconnus qu'elle présente, permet à ses visiteurs –et aux lecteurs de son catalogue – de parcourir l'Histoire de France de Louis XIV à la IIIRépublique... à bride abattue !

Bernard DELCORD

« Roulez carrosses ! », ouvrage collectif, Paris, Éditions Skira Flammarion, mars 2012, 256 pp. en quadrichromie au format 26 x 26 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 39,90 € (prix France)

Roulez carrosses 3.jpg

Coupé de ville de forme boule par Aubry, carrossier à Paris, vers 1805

(Compiègne, Musée national de la voiture et du tourisme)

 

Informations pratiques :

ARRAS MUSÉE DES BEAUX-ARTS

22, rue Paul-Doumer - 62000 Arras (France)

Tél. + 33 (0)3 21 71 26 43

www.versaillesarras.com

Tarifs :

Tarif plein : 7 euros

Tarif réduit : 4 euros (plus de 65 ans, étudiants, enseignants, détenteurs d'une carte d'invalidité ou d'une carte famille nombreuse et détenteurs d'un billet du château de Versailles)

16 07 12

Vive le sport mondialisé !

Un siècle d'Olympisme (2012).jpgLes Jeux olympiques modernes ont été relancés en 1896 par le baron Pierre de Coubertin à Athènes, berceau des jeux dans l'Antiquité. Le plus grand événement sportif du monde est devenu – tous les quatre ans – le rendez-vous incontournable de tous les amateurs de sport sous toutes ses formes.

En prévision de ceux qui se dérouleront prochainement à Londres, les Éditions de la Renaissance du Livre à Waterloo ont fait paraître une version mise à jour d'Un siècle d'Olympisme, le best-seller de Geoffroy Deffrennes qui présente, avec une très riche iconographie (plus de 1000 photographies reproduisant compétitions, documents d'époque, affiches...), tous les jeux de 1896 à nos jours.

Chacun d'entre eux est resitué dans son contexte historique et local (la ville d'accueil, le stade, les installations...) tandis que tous les sports sont évoqués par l'image et à travers les résultats.

Portraits de grands athlètes, nouvelles disciplines, évolution des techniques, description des performances, anecdotes et événements historiques complètent ce vaste tableau riche en découvertes.

« Le sport est l'espéranto des races », écrivait Jean Giraudoux (1882-1944) – le mot « race » étant à prendre dans l'acception de « peuple », bien entendu...

Comme il avait raison !

Bernard DELCORD

Un siècle d'Olympisme - Les J.O. de 1896 à nos jours par Geoffroy Deffrennes, Waterloo, La Renaissance du Livre, mai 2012, 367 pp. en quadrichromie au format 24,5 x 31,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 39,50 €

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 07 12

La province méconnue

Province du Limbourg.jpgLa collection « Histoire et patrimoine des communes de Belgique », coéditée par les Éditions Dexia et Racine à Bruxelles, constitue par le texte et l'iconographie une magnifique carte d'identité des onze provinces belges et le volume consacré à la Province du Limbourg répertorie et décrit le patrimoine culturel et naturel des 44 communes [1] de cette province trop peu connue du Nord de notre pays, dont la plus grande partie du territoire regroupe l'ancien comté de Looz et la partie thioise (usant d'un dialecte germanique) du quartier de Hesbaye.

La rédaction, dirigée et supervisée par Omer Vandeputte, en a été confiée à une large palette d’auteurs locaux, différents pour chaque commune, tandis que l’iconographie (400 prises de vue inédites et véritablement superbes) a été spécialement créée pour cette publication par le photographe Johan De Meester.

Une série de thèmes transversaux –l'histoire de l'exploitation houillière, les différents courants artistiques, les surnoms typiques ou l'impact des croyances populaires sur la vie quotidienne– sont en outre traités par des auteurs spécialisés sous forme d'encadrés hors texte.

Par ailleurs et à cette occasion, l'Institut Géographique National a réalisé, au format du livre, un cahier de cartes de la province du Limbourg à l'échelle 1/100 000, reprenant toutes les communes et localités fusionnées.

Last but not least, un index détaillé reprend en fin d’ouvrage, à côté des noms des communes et localités, ceux des principales curiosités et de tous les monuments et sites classés de la province, qu’il s’agisse d’abbayes, d'aérodromes, d'agglomérations, d'auberges, de bâtiments, de béguinages, de bois, de bras de la Meuse, de brasseries, de buffets d'orgues, de cafés, de calvaires, de camps militaires, de caveaux, de cathédrales, de casinos, de centres d'apiculture, de centres culturels, de centres de visiteurs, de champignonnières, de chapelles, de châteaux, de châteaux d'eau, de chocolateries, de cimetières y compris militaires, de cloîtres, de commanderies de l'ordre teutonique, de cours épiscopales et seigneuriales, de couvents, de croix, de demeures, de domaines, d'écomusées, d’églises, d'étangs, de fermes, de fontaines, de forêts, de gares, de géorama, de grands-places, de grottes, de halles, de hameaux, d'hôpitaux, d'hôtels, d’hôtels de ville, de jardins, de lacs, de maisons communales, professionnelles ou corporatives, de maisons natales, de manoirs, de marchés, de mémorial, de mines, de monuments, de moulins à vent, à eau et banals, de musées, de palais de justice, de panoramas, de parcs, de pavillons de chasse, de places, de planétariums, de ponts, de portes, de presbytères, de prieurés, de puits, de refuges, de remparts, de réserves naturelles, de routes, de rues, de ruines, de séminaires, de statues, de tombes anciennes, de tours, de trésors d'église, de tumulus, de vallées, de vergers, de villas et, bien entendu, de villages reconstitués.

À découvrir absolument !

Bernard DELCORD

Province du Limbourg, ouvrage collectif sous la direction d’Omer Vandeputte, photographies de Johan De Meester, Bruxelles, coédition Dexia/Racine, collection « Histoire et patrimoine des communes de Belgique », janvier 2012, 375 pp. en quadrichromie au format 21 x 29 cm sous couverture cartonnée et jaquette en quadrichromie, 34,95 €


[1] Arrondissement de Hasselt  As, Beringen, Bourg-Léopold (Leopoldsburg), Diepenbeek, Genk, Gingelom, Halen, Ham, Hasselt, Herck-la-Ville (Herk-de-Stad), Heusden-Zolder, Lummen, Nieuwerkerken, Opglabbeek, Saint-Trond (Sint-Truiden), Tessenderlo, Zonhoven, Zutendaal.

Arrondissement de Maaseik : Bocholt, Bree, Dilsen-Stokkem, Hamont-Achel, Hechtel-Eksel, Houthalen-Helchteren, Kinrooi, Lommel, Maaseik, Meeuwen-Gruitrode, Neerpelt, Overpelt, Peer.

Arrondissement de Tongres Alken, Bilzen, Fourons (Voeren), Heers, Herstappe, Hoeselt, Kortessem, Lanaken, Looz (Borgloon), Maasmechelen, Riemst, Tongres (Tongeren), Wellen.

Écrit par Brice dans Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 07 12

L'effet de l'amour sur les femmes intelligentes

url (4).jpg" Voilà l'effet de l'amour sur les femmes intellligentes. Elles ne savent plus écrire de lettres" déclare Anaïs Nin à son cher Henry Miller (juin 1932)

Que du contraire.

Sont-elles amoureuses, amantes, amies, soeurs, mères, filles, femmes d'engagement, de combat, d'influence, libres, voyageuses ou incarcérées, ... ces femmes dont Laure Adler* et Stefan Bollmann nous tracent les portraits, partagent à de degrés de conscience divers,  une conception commune de l'épistolaire : " ... la lettre est un apprentissage qui devient, imperceptiblement, un agrandissement de soi-même, une croyance en ses propres possibilités."

Les  lettres d'amour "revisitées" de George Sand  à Alfred de Musset , de  Sido à sa fille, Colette, la correspondance passionnée de Juliette Drouet à son amant poète Victor Hugo, le ton direct et cru des lettres de La Palatine, seconde épouse de Monsieur (frère de Louis XIV), l'argumentaire que la grande Mademoiselle adresse à son cousin Louis XIV pour qu'il lui accorde la main de Lauzun,  la tendresse lucide de la Dame de Nohant pour son jeune ami Flaubert, celle de Françoise Dolto pour son père,  l'admiration de Colette de Jouvenel pour Marcel Proust, l'amertume de Camille Claudel envers sa mère...traversent les pages d'un bel ouvrage, joliment illustré  et qui a le mérite majeur de situer chaque trait  de plume dans son contexte biographique précis.

Une mine !

Apolline Elter

Les plus belles lettres de femmes, Laure Adler & Stefan Bollmann, Ed. Flammarion, beau livre, mars 2012, 176 pp - 150 illustrations en couleur - 29,9 €

Journaliste, écrivain et historienne du féminisme aux XIXe et XXe siècle, Laure Adler nous a  déjà ravis d'une somptueuse biographie de Françoise Giroud (2011 - voir chronique sur ce blog). Elle a publié, chez Flammarion, Les femmes qui lisent sonr dangereuses et Les femmes qui écrivent vivent dangereusement.

 Elle était présente, vendredi 6 juillet passé au Festival de la correspondance de Grignan, pour tracer un portrait des femmes philosophes, Hannah Arendt et Simone Weil, en particulier.

AE

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 07 12

Un superbe "beau-livre" poétique !

matieres grises.jpgTout est beau et poétique dans ce "beau-livre" !Jusqu'à l'idée même de réunir un père et son fils. "Matières grises" ce sont deux cents pages de photographies de la Mer du Nord, des poèmes courts qui correspondent si bien ! Le poète est Michel Joiret, qui avoue devoir beaucoup à la "mère-mer" : "Si les Hommes du Nord se taisent plus souvent que leurs voisins du Sud, c'est peut-être que la mer leur a coupé la parole et que les mots du quotidien pèsent plus lourdement leur poids de sel", écrit-il dans une des préfaces. Les photos ont été faites (comme un artiste) par le fils de Michel, Thomas Joiret et par Romain Mallet. Werner Lambersy, dans un autre texte d'introduction explique : "... il est temps de dire combien Michel et Thomas Joiret ont, dans cette (ré) partition à deux entre poèmes et photos, entre échos croisés du dedans et du dehors l'un vers l'autre, pris le risque et gagné le pari de faire entendre, voir et découvrir ce que chacun croyait connaître et savoir de soi, et des paysages en soi, souvent si familiers, que d'habitude notre confort et la peur de le perdre nous les font parcourir aveugles, sourds et muets".Dès les premières pages, la magie opère. Les mots et les paysages se répondent. Nous sommes en effet plongés dans des profondeurs insoupçonnées. Des textes concis, gorgés d'émotion et de réflexion, de sensibilité et de sens. Les plus courts ne sont pas les moins "évidents" : "Lacéré de mer comme / Fouetté / De mon eau de naissance." Mais comme est forte aussi cette image qui nous ressemble tous à un moment de notre propre vie, et c'est là le miracle de l'oeuvre poétique : "Sur la table grasse du sable un enfant triste assemble / Les pièces du ciel et celles de la mer // L'ouvrage sans cesse recommencé finit par effacer les figures // Les toutes dernières diluent la table grasse et l'enfant triste / N'a rien pu retenir." Ajoutons que c'est le premier livre de la maison d'édition Opium.

Jacques MERCIER

"Matières grises" Textes de Michel Joiret et photographies de Thomas Joiret et Romain Mallet. Préface de Werner Lambersy. Opium éditions. Beau-Livre cartonné. 53cm/53cm. 200 pp. 34,90 euros. www.opium-editions.com

Écrit par Jacques Mercier dans Beaux Livres, Belge, Jacques Mercier, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 07 12

Tout voir et tout savoir sur un siècle de J.O.

9782874159152.jpgLes J.O. de Londres, c'est pour bient䢹ot. A cette occasion, bien s䢹ur, une palette de livres sont édités présentant l'événement sous toutes ses coutures. Celui de Guy Defrennes est hautement instructif et divertissant puisqu'il présente chaque olympiade depuis 1896, remise dans son contexte et diablement bien illustrée.

Un grand livre dans tous les sens du terme avec de multiples entrées qui vous permettra d'avoir le sujet de conversation le plus brillant de l'ère olympique qui s'annonce.


podcast


podcast