25 04 16

« Et si l'Histoire plaisantait ? » (Milan Kundera)

La Petite Histoire – 60 faits insolites de l'histoire de France.jpgD’où vient le mot « chauvinisme » ? Et la tradition du « poisson d’avril » ? Pourquoi dit-on qu’« il y a plus d’un âne à la foire qui s’appelle Martin » ? Au Moyen Âge, quel serment prononçait un chevalier lors de son adoubement ? Qui sont les dix Prix Nobel de la paix français ? Quelle est l'origine des bouchées aphrodisiaques dites « à la reine » ? Et celle du veau Orlov ? À quel prix la France a-t-elle vendu la Louisiane aux États-Unis ? Quels étaient les maréchaux d’empire ? Pourquoi « limoger » quelqu'un est-ce le renvoyer, et quel est le lien avec la capitale du Limousin ? Comment fut choisi le soldat inconnu ? Pourquoi La Vache qui Rit n’est-elle pas seulement une belle aventure industrielle, mais surtout le fruit d’un esprit très français de dérision pendant la Première Guerre mondiale ?

C’est ce que vous saurez, et bien d’autres choses encore, à la lecture de La Petite Histoire – 60 faits insolites de l'histoire de France paru sous la plume de Marie et Hubert Deveaux chez Flammarion au sein de la collection de poche « Librio », des anecdotes savoureuses qu’ils exposent avec précision en deux pages et un encadré.

Une version nouvelle du gai savoir cher à Frédéric Nietzsche !

Bernard DELCORD

La Petite Histoire – 60 faits insolites de l'histoire de France par Marie et Hubert Deveaux, Paris, Éditions Flammarion, collection « Librio », avril 2016, 96 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 3 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 04 16

Le pouvoir des fleurs…

1953-O.jpg

Frans Ykens (1601-1692)

Couronne de fleurs avec La Sainte Famille (Huile sur toile)

Le MSK Gand achève les préparatifs de l’exposition Flower Power présentée dans le cadre des Floralies de Gand.

FLOWER POWER

Floralies : 22.04 - 01.05.2016

Bonne nouvelle pour les visiteurs qui souhaitent découvrir Flower Power au MSK en toute quiétude : la durée des installations sera prolongée au-delà des Floralies.

Cette année, les Floralies retournent au centre-ville de Gand après une absence de 26 ans. Dans le cadre de l’événement, le Musée des Beaux-Arts présente Flower Power – fusion parfaite entre l’art et le pouvoir et la beauté de la nature.

L’ART ANCIEN ET NOUVEAU

Flower Power réunit des œuvres d’art ancien et des installations contemporaines. Dans la grande salle, le MSK présente des peintures de fleurs datant du XVIIe au XXe siècle auxquelles font écho les créations florales de Frederiek Van Pamel disposées sur une table d’apparat.

Quatre artistes contemporains proposent des créations s’inspirant de la nature.

 atherine de Zegher, directrice du MSK, a invité quatre artistes contemporains à présenter leurs installations s’articulant autour de plantes et de fleurs qui explorent l’interaction entre l’art et la nature.

Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger proposent une magnifique installation organique qui invite les visiteurs à se laisser aller à la rêverie dans un univers imaginaire. Simryn Gill décrit comment la plante se fait papier et, inversement, comment le papier se fait matière organique. Gert Robijns crée un tourbillon magique de pétales au sein de la grandeur historique de la collection du musée.

 

Gerda Steiner et Jörg Lenzlinger

MÉTAFLORISTIQUE

RÊVER DANS UN PAYSAGE IMAGINAIRE

22.04 - 22.10.2017

Les artistes suisses Gerda Steiner (née en 1964) et Jörg Lenzlinger (né en 1967) sont connus pour leurs installations hors du commun où s’enchevêtrent plantes, branches et objets. Ils créent des paysages fantastiques dans lesquels une multitude d’éléments apparaissent comme autant de produits d’une croissance spontanée. Leur paysage imaginaire occupera l’hémicycle du MSK.

Steiner et Lenzlinger brouillent les frontières entre le rêve et la réalité. Ils imaginent un processus évolutif au sein duquel tous les aspects de la réalité se sont spontanément enchevêtrés, affranchis de toutes contradictions apparentes. Un enchevêtrement de fils métalliques et de branches se fond dans une structure cristalline, tandis que d’étranges champignons émergent de flaques d’engrais liquides. En permettant aux visiteurs de déambuler dans l’installation, les artistes les encouragent à renoncer à la réalité et, tout simplement, à s’abandonner à leurs rêves. Ils invitent quiconque entre dans ce paysage à entreprendre un voyage lyrique.

IMG_9720.JPG

© Gerda Steiner & Jörg Lenzlinger

 

Simryn Gill

L’(HÉMI)CYCLE DE FEUILLES ET PAPIER

LE PAPIER ET L’ÉPHÉMÈRE

22.04 - 04.09.2016

En 2014, Simryn Gill (Malaisie/Australie, née en 1959) a fait don au MSK de son monumental dessin Let Go, Lets Go. Les douze panneaux, qui faisaient partie de son installation dans le pavillon de l’Australie lors de la 55e Biennale de Venise, sont présentés au public belge pour la première fois.

Plusieurs œuvres de Gill rendent compte de la suppression ou de la transformation de l’écrit en tant que critique poétique des textes qui font autorité. Ainsi, dans Pearls (en cours depuis 2000), Gill transforme des pages de ses livres préférés en perles de pâte à papier. Elle commence généralement sur une petite échelle, utilisant des objets de tous les jours. Elle réunit ses minuscules interventions dans un ensemble encyclopédique, la répétition et l’amplification prêtant au message sa pleine résonance.

UN CYCLE ORGANIQUE

Let Go, Lets Go s’inscrit dans le cadre cette démarche. L’œuvre se présente comme un collage organique de minuscules bouts de papier imprimé représentant une nuée de petits insectes. L’artiste met ici l’accent sur la nature organique et éphémère du papier.

L’œuvre est née d’une matière végétale et finira par retourner à l’état végétal dans un cycle organique qui joue un rôle essentiel dans l’imaginaire non linéaire de Simryn Gill.

DB3A5247.jpg

 © Simryn Gill

 

L’ART DU XVIIe AU XXe SIÈCLE PREND VIE

De nombreuses peintures dans la collection représentent des assemblages de fleurs qui en réalité fleurissaient à des saisons différentes ou venaient d’autres continents. Du XVIIe au XXe siècle, les artistes ont donc peint, sur panneau ou sur toile, des bouquets idéalisés en s’inspirant de traités de botanique.

2015-JM.jpg

Gustave Van de Woestyne (1881-1947)

Balcon aux cinéraires, 1929 (Huile sur toile)

 

Les bouquets qui jadis étaient le fruit de l’imaginaire de l’artiste sont aujourd’hui monnaie courante grâce aux serres et au transport international.

Les bouquets imaginaires d’antan sont une source d’inspiration pour le décorateur floral Frederiek Van Pamel. Dans la grande salle du musée, il dresse une table d’apparat chargée de fleurs et de plantes qui amorcent un dialogue avec les peintures de fleurs.

Gerrie SOETAERT

 

Renseignements pratiques :

Pour la durée des Floralies, exceptionnellement, le MSK est ouvert de 8h30 à 17h30 (dernière entrée : 30 minutes avant la fermeture). Les heures d’ouverture du musée restent inchangées pour les autres visiteurs.

Pour des raisons de sécurité et de confort, nous recommandons aux visiteurs d’éviter de porter des sacs volumineux.

Renseignements et billets : http://www.floralien.be/fr

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Expositions | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 04 16

Archétype de l'écrivain libre...

Aymé Qui suis-je.jpgMichel Lécureur a enseigné en primaire, collège et lycée avant de terminer sa carrière à l'université du Havre. Depuis 1985, il a publié des ouvrages de régionalisme ou des études littéraires. Dans le premier domaine, il s'est notamment intéressé aux Manoirs et Châteaux du Pays de Caux (Les Falaises, 2004), aux Normands pionniers du sport (Les Falaises, 2007), aux Corsaires et pirates de Normandie (Magellan, 2011).

Dans le second, il a édité les œuvres de Marcel Aymé (1902-1967) chez Gallimard, dans la Pléiade, en 2001. Co-fondateur de la Société des Amis de Marcel Aymé, qu’il a présidée pendant vingt ans, il a par conséquent dirigé la publication des Cahiers Marcel Aymé.

Il est aussi l'auteur de quatre biographies de référence : Marcel Aymé (Les Belles Lettres,1997), Raymond Queneau (Les Belles Lettres, 2002), René Fallet (Les Belles Lettres, 2005), Barbey d'Aurevilly (Fayard, 2008), et d'un essai sur Guy de Maupassant (Orep, 2009).

Il a également sorti, aux Éditions Pardès à Grez-sur-Loing, un savoureux et passionnant petit essai intitulé Aymé Qui suis-je ?, une synthèse biographique du meilleur aloi consacrée à l’un des plus grands et des plus inclassables écrivains français, dont les prises de position littéraires et politiques, à tout le moins libertaires si pas libertariennes, lui ont valu des haines pugnaces, en raison du fait qu’elles se fichaient de la bien-pensance et du politiquement correct comme un poisson d’une pomme.

C’est ainsi qu’au début de l’occupation allemande, Marcel Aymé fit paraître, en septembre et octobre 1940, quatre articles dans la version à l’esprit anticonformiste du journal Aujourd’hui alors dirigé par Henri Jeanson (un ancien du Canard enchaîné), publication qu’il quittera lors de l’éviction de Jeanson et son remplacement par le collaborationniste Georges Suarez en novembre de la même année.

Marcel Aymé avait proposé à Jeanson un article contre les mesures antisémites de Vichy, texte qui fut interdit par la censure allemande.

Notre auteur donna alors trois articles aux Temps nouveaux, dirigés par le sulfureux Jean Luchaire, dans lesquels il s’opposa notamment à la fermeture des Écoles normales, mesure emblématique du régime de Vichy.

Entre 1942 et 1943, Marcel Aymé publia cinq articles dans les colonnes de Je suis partout, l’organe de Doriot et Brasillach, des papiers consacrés à des peintres de ses amis (Chas Laborde, Paul Bourg, Ralph Soupault et Jodelet) où il éreinte au passage les crédos des publicistes collaborationnistes Lucien Rebatet et Pierre-Antoine Cousteau, deux piliers centraux de… Je suis partout !

À la même époque, Marcel Aymé prêta son appartement montmartrois pour des réunions du réseau de résistance communiste de Frédéric Joliot-Curie (1900-1958), prix Nobel de chimie en 1935.

Interrogé en 1944 par le journal ultra-collaborationniste La Gerbe sur les bombardements alliés dénoncés notamment par Philippe Henriot, ministre de la Propagande de Pétain, notre écrivain déclare sans ciller que ceux-ci obéissent aux lois de la guerre.

En 1945, Marcel Aymé fit circuler une pétition auprès des gens de lettres pour obtenir la grâce de Robert Brasillach, condamné à mort à l’issue d’un procès impensable aujourd’hui, au cours duquel le procureur Marcel Reboul n’avait eu de cesse de dénoncer l’homosexualité de l’accusé, en plus de sa trahison.

Ce dernier fut tout de même exécuté, après un refus de grâce de Charles de Gaulle contre qui Marcel Aymé garda désormais une dent – particulièrement dure – ainsi que contre la magistrature qu’il éreinta joyeusement dans La Tête des autres en 1952.

Après la Seconde Guerre mondiale, Marcel Aymé, qui avait voyagé aux États-Unis, afficha un antiaméricanisme constant, en raison du matérialisme et de la ségrégation des Noirs qui sévissaient dans la patrie de l’Oncle Sam.

Il soutint aussi Louis-Ferdinand Céline dans les pages du Libertaire, préconisa le retrait de la France de l’OTAN et défendit la cause de l’Algérie algérienne dans L’Esprit public, revue partisane de l’Algérie française.

En 1950, on lui proposa d’être candidat à la Légion d’honneur et de recevoir par conséquent une invitation à la Présidence de la République, offre qu’il déclina en expliquant plus tard dans Le Crapouillot que s’il avait eu à motiver sa décision, il aurait suggéré aux très hauts personnages qui lui faisaient cette demande « qu’ils voulussent bien, leur Légion d’honneur, se la carrer dans le train, comme aussi leurs plaisirs élyséens. »

Voici la présentation que Michel Lécureur donne de son excellent livre :

« Dès le prix Renaudot de 1929, obtenu pour La-Table-aux-Crevés, Marcel Aymé a connu la célébrité. Dès lors, il s'est affirmé comme romancier avec des réussites aussi éclatantes que La Jument verte (1933), Le Moulin de la Sourdine (1936) ou La Vouivre (1943). Sa trilogie composée de Travelingue (1941), Le Chemin des écoliers (1946) et Uranus (1948) est fréquemment citée par les historiens pour évoquer l'histoire de la France avant, pendant et après la Seconde Guerre mondiale.

Parallèlement à cette production romanesque, Marcel Aymé a publié plusieurs recueils de nouvelles, comme Le Nain (1934), Derrière chez Martin (1938) ou Le Passe-Muraille (1943). Dans le domaine des histoires brèves, il a connu un succès exceptionnel avec Les Contes du chat perché (1934-1946).

Ce Marcel Aymé Qui suis-je ? montre qu'il s'est également révélé comme un journaliste de talent dont on a sollicité les articles les plus divers dans différents journaux et revues. Cependant, son désir le plus cher était probablement de devenir auteur dramatique et il a atteint cet objectif avec des pièces comme Lucienne et le boucher (1948), Clérambard (1950) et La Tête des autres (1952).

Observateur lucide de la nature humaine, il a confié ses réflexions dans toute son œuvre et, en particulier, dans Le Confort intellectuel (1949). Son goût peu commun pour la liberté de penser et de s'exprimer lui attire encore l'opprobre de certains qui le connaissent mal, car son humanisme et son humour restent à découvrir. »

Soulignons encore que l’ouvrage de Michel Lécureur fournit une bibliographie et une filmographie très complètes.

Car Marcel Aymé fut aussi le scénariste, l’adaptateur et/ou le dialoguiste de nombreux films, dont certains sont restés cultes, comme La Traversée de Paris (1956) avec Jean Gabin, Bourvil et Louis de Funès ou La Jument verte (1959) avec Bourvil, Yves Robert et Francis Blanche.

Un homme formidable, donc…

Bernard DELCORD

Aymé Qui suis-je ? par Michel Lécureur, Grez-sur-Loing, Éditions Pardès, collection « Qui suis-je ? », février 2016, 128 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 04 16

Scouts du (tiers) monde…

La Patrouille des Castors, l'intégrale 7.jpgLa Patrouille des Castors, l’intégrale 7 parue aux Éditions Dupuis à Marcinelle reprend les albums suivants : L'empreinte (histoire courte), L'île du crabe, Blocus, Le calvaire du mort pendu et Les conseils de Tapir (récits parus dans Télémoustique n°3142 à 3156).

Seul aux commandes de La Patrouille des Castors le temps de deux albums, après le départ du scénariste Jean-Michel Charlier, MiTacq apporte un nouveau souffle à la série. Les cinq scouts inséparables vivent désormais des aventures dans lesquelles se révèlent les préoccupations humanitaires de leur auteur.

Ce virage amorcé dans le volume précédent s'intensifie dans les épisodes présentés dans cette intégrale. L'association de MiTacq avec Marc Wasterlain au scénario achève d'embarquer Poulain, Mouche, Chat, Faucon et Tapir vers des thématiques davantage en phase avec leur époque.

Avec la préface d'une soixantaine de pages écrite par Gilles Ratier et richement illustrée de dessins, crayonnés ou projets de couvertures issus des archives de l'auteur, cette intégrale propose une véritable relecture d'une des œuvres majeures du Journal de Spirou, créée il y a plus de 60 ans ! [1]

Bernard DELCORD

La Patrouille des Castors, l’intégrale 7 par MiTacq et Wasterlain, Marcinelle, Éditions Dupuis, avril 2016, 264 pp. en quadrichromie au format 21,8 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 28 €

 

[1] Source : http://www.dupuis.com/la-patrouille-des-castors-l-integra...

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 04 16

Ce que parler veut dire au pays de Brel, de Simenon et du Manneken-Pis…

Dictionnaire des belgicismes (2e édition) .jpgToujours préfacée par le magicien des mots Bruno Coppens, la deuxième édition, revue et enrichie de propositions de lecteurs, du Dictionnaire des belgicismes rédigé sous la direction du linguiste Michel Francard parue à Louvain-la-Neuve aux Éditions De Boeck Supérieur-Duculot rassemble 2000 mots, tournures et expressions typiques du français aux couleurs de la Wallonie et de Bruxelles, des particularismes le plus souvent savoureux qui enrichissent une fois, et même 2000 fois la langue de Voltaire.

Si certains d’entre eux, comme septante et nonante, s’avèrent étymologiquement corrects – les Belges, pour le coup plus modernes que les Français, n’ayant conservé que le quatre-vingt de la numération vicésimale gauloise… –, d’autres relèvent du folklore, sont des wallonismes, des germanismes ou des flandricismes ou ont été créés avec un sens de l’humour bien souvent volontaire, mais pas toujours…

Toujours est-il qu’en Belgique, un avaloir n’a rien de commun avec un à-valoir, quand il fait mourant c’est plutôt bon signe, mais quand on ramasse un cigare, cela l’est moins, tandis qu’un lèche-plat n’a pas de langue et que les mitraillettes, on les mange, tout comme les américains et, à Liège, les cartouches ou les spéculations

Surréaliste, n’est-il pas ?

Bernard DELCORD

Dictionnaire des belgicismes (2e édition revue et augmentée) par Michel Francard, Geneviève Geron, Régine Wilmet et Aude Wirth, préface de Bruno Coppens, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur-Duculot, février 2015, 409 pp. en noir et blanc au format 13 x 19 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 24,50 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 04 16

Un pastiche impayable à 8 euros…

Un humour impossible.jpgExemple parfait de l’imposture littéraire germanopratine, Christine Angot (1959-) a pondu une « œuvre » à la fois lamentable, horripilante et involontairement désopilante en publiant des livres tordus portant exclusivement sur elle-même (Sujet Angot, 1998, L'Inceste, 1999, Pourquoi le Brésil ?, 2002, Rendez-vous [1], 2006, Une semaine de vacances, 2012 ou encore Un amour impossible, 2015), des textes mal fichus et sans grand intérêt dont le succès commercial – indéniable, celui-là – résulte essentiellement de l’agressivité et de la morgue dont leur auteure fait régulièrement preuve dans la presse et sur les plateaux de télévision.

De leur côté, les Éditions Onlit à Bruxelles ont fait paraître, sous la plume de « Christine Anglot » et sous le titre Un humour impossible, un pastiche admirable et en tout point réussi de son dernier factum, dans lequel on retrouve le « style » chaotique et laborieux, les tics d’écriture, la ponctuation indigente, la logorrhée monomaniaque et le vide intellectuel abyssal caractéristiques des productions de la fée Carabosse qui se prend pour Cendrillon.

Un intense moment de franche rigolade !

Bernard DELCORD

Un humour impossible par Christine Anglot, Bruxelles, Éditions Onlit, mars 2016, 52 pp. en noir et blanc au format 12 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 8 €

Extrait :

Sans mon père, je serais pas été devenu un écrivain. UNE aigrie vaine. Je serais été à la sécurité sociale comme ma mère qui y était. Et mon père se moquait d’elle. Il faisait des blagues pas très fines sur le trou de la sécu. Le trou de la sécu c’est cochon disait-il. Quand ma mère me l’avait raconté, sur le moment j’avais pas compris l’alluvion.

Mais là, à ce moment du livre, je suis encore la petite fille. La narratrice c’est Christine, la petite fille c’est Moi. Quand je dis je, c’est la narratrice qui parle mais moi c’est la petite fille. Elle s’appelle Christine aussi. C’est compliqué. On se mélange. C’est rapport à l’imagination, j’en ai aucune alors je donne toujours les noms des gens vrais. Et quand je, la narratrice, parle de la petite fille, je dis elle pour pas confondre. Avec Moi qui est je. Mais elle pourrait dire je puisque elle, c’est moi. Et le pire c’est quand je dis Christine. Personne comprend si je parle d’elle, de moi, de je ou de la narratrice. Ou de Christine !

J’aurais pu appeler la narratrice Charlotte, Christelle ou Sophie. Parce que je peux pas changer le nom de moi. Moi c’est Christine. J’aurais dit la narratrice c’est Charlotte (ou Christelle ou Sophie ou Elisabeth ou Albert, non pas Albert, Albert ça pourrait être un narrateur mais pas une narratrice) mais là pour faire plus simple je dis la narratrice c’est Christine, mais c’est pas plus simple parce que tout le monde confond la narratrice avec Moi qui est je et la petite fille. C’est grave ? Non, c’est pas grave parce que tout le monde s’en fout.

En plus c’est de plus en plus compliqué parce que le temps passe et que la petite fille est plus si petite, elle grandit et elle devient chiante, comme moi, c’est normal puisque c’est je que je suis moi Christine la narratrice.

Mais la petite fille est plus petite mais elle est restée une fille. Heureusement, si elle avait changé de sexe, je, elle, moi, Christine, la narratrice et nous, personne y comprendrait encore moins que rien si c’est possible.

Donc quand je dis je, moi, la narratrice, Christine c’est la petite fille mais c’est plus la petite fille parce qu’elle, je, moi, en fait est devenue moins petite, elle est une préadolescente, parce qu’elle va bientôt avoir mes règles. Pas mes règles de français, bien sûr, celles-là je les ai jamais eues. Mais les autres, là, je les ai. Comme le temps pax !

 

[1] Nous avons à l’époque rendu compte de la parution de cet ouvrage en intitulant notre chronique : N’y allez pas !

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 04 16

« Mon rêve : être joué n'importe où, mais pas à l'Opéra. » (Erik Satie)

Erik Satie.jpgRomaric Gergorin est critique littéraire et musical. Il a collaboré à de nombreuses publications, notamment Le Monde des livres, Le Nouvel Observateur, Les Inrockuptibles, Paris Match, L'Événement du jeudi et Classica.

Il a fait paraître récemment chez Actes Sud une biographie d’Erik Satie (né il y a 150 ans) d’une belle originalité et d’une grande profondeur, mettant en lumière le génie provocateur d’un compositeur hors normes, alliant maestria et sens de la modernité, ironie féroce et douceur musicale, inventivité et alcoolisme, engagement politique et dandysme, lumière et misère…

Écoutons Romaric Gergorin :

« Erik Satie (1866-1925) demeure à jamais l'auteur d'une poignée d'œuvres phares, les Gnossiennes, les Gymnopédies ou Parade. Après avoir trouvé dans de courtes pièces pour piano une simplicité radicale qui annonce l'épure d'un certain XXe siècle, Satie s'enfonce dans les mystères de l'ésotérisme, vu comme un terrain d'expérimentation, puis s'éclipse à Arcueil. Relancé par Ravel, cherchant une esthétique hors de l'influence de son ami Debussy, il devient progressivement, à partir des années 1910 et jusqu'à sa mort, un chef de file de la modernité, inventeur de la musique d'ameublement, compagnon de route de Picasso, Picabia, Cocteau, Tzara ou Duchamp. »

Et voici la conclusion de son ouvrage :

« [Satie] avait vécu de nombreuses vies, de Honfleur à Arcueil. Il avait connu la bohème de Montmartre, le symbolisme, les Arts incohérents, les barbichus fin de siècle, l'ésotérisme, les rosicruciens, l'alchimie, l'impressionnisme, la Belle Époque, la guerre de 1914, l'humorisme, le communisme, le fauvisme, le music-hall, le jazz, le dodécaphonisme, le cubisme, Montparnasse, les Ballets russes, les Années folles, les Ballets suédois, le dadaïsme, le cinéma.

Du Chat Noir au Bœuf Sur le Toit, il avait traversé bien des époques et connu toutes les modes, mais n'avait jamais inscrit sa musique dans celles de son temps, et c'est peut-être ce qui la fait ne pas vieillir. Toujours il était reparti de zéro, et avait su trouver par un renouvellement complet de son écriture à chaque fois de nouvelles formes musicales inattendues.

Après avoir connu l'échec, l'indifférence, déchaîné les haines, les sarcasmes, les passions démesurées, après être tombé dans l'oubli, le mépris, être redevenu à la mode, après avoir été sous-évalué, surévalué, ignoré, adoré, récupéré, Satie est aujourd'hui devenu un mythe errant, sans identité propre. Ayant cherché à pénétrer l'épaisseur du temps comme sa surface, ayant construit des durées pour le déboîter, le diffracter, il a réussi à sortir sa musique de l'histoire ; et, le temps retrouvé, il était parti. »

Ajoutons que bien des titres du catalogue de ses œuvres, que nous reproduisons ci-dessous, sont extrêmement parlants…

À l'instar de tous les volumes de la collection « Classica », cette biographie passionnante est en outre enrichie d'un double index, de repères bibliographiques et d'une discographie.

Bernard DELCORD

Erik Satie par Romaric Gergorin, Arles, Actes Sud, collection « Classica », mars 2016, 171 pp. en noir et blanc au format 10 x 19 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 18 € (prix France)

Catalogue des œuvres d’Erik Satie [1]

Musique pour piano :

Allegro (1884)

Fantaisie-valse (1884)

Valse-ballet (1884)

Ogives I, II, III, IV pour piano (1886)

Trois sarabandes I, II, III (1887)

Gymnopédies (en grec « fêtes des enfants nus ») I, II et III (1888)

Gnossiennes I, II, III, IV, V, VI, VII (1890)

Fête donnée par des chevaliers normands en l’honneur d’une jeune demoiselle (1892)

Prélude d’Éginhard (1892)

Préludes du Fils des étoiles (1892)

Danses gothiques (1893)

Prière (1893)

Vexations (1893)

Pièces froides – trois airs à fuir (1897)

Pièces froides – trois danses de travers (1897)

Prélude de la porte héroïque du ciel (1897)

Jack in the Box (1899)

Rêverie du pauvre (1900)

The Angora Ox (1901)

The Dreamy Fisch (1901)

Poudre d’or (1902)

Trois morceaux en forme de poire, pour piano à quatre mains (1903)

Le Piccadilly (1904)

Prélude en tapisserie (1906)

Nouvelles pièces froides (1907)

Aperçus désagréables (Pastorale, Choral, Fugue), pour piano à 4 mains (1908-1912)

Deux rêveries nocturnes (1910)

En habits de cheval, pour piano à 4 mains (1911)

Véritables préludes flasques (pour un chien) (1912)

Croquis et agaceries d’un gros bonhomme en bois (1913)

Vieux Sequins et Vieilles Cuirasses (1913)

Embryons desséchés (1913)

Descriptions automatiques (1913)

Enfantines (1913)

Les pantins dansent (1913)

Sports et Divertissements (1914)

Choses vues à droite et à gauche (sans lunettes) (1914)

Heures séculaires (1914)

Les Trois Valses distinguées du précieux dégoûté (1914)

Avant-dernières Pensées (1915)

Sonatine bureaucratique (1917)

Trois petites pièces montées, pour piano à quatre mains (1919)

Nocturnes I, II, III, IV, V (1919)

Verset laïque et somptueux (1920)

Musique vocale :

Le Fils des étoiles, drame symphonique (1891)

Messe des pauvres, pour grand orgue et chœur (1895)

Socrate, drame symphonique pour soliste et orchestre (1918)

Mélodies :

Trois mélodies : Les Anges, Élégie, Sylvie (1886-1887)

Trois autres mélodies : Chanson, Chanson médiévale, Les Fleurs (1886-1887)

Je te veux, valse chantée (1897)

Tendrement (1902)

La Diva de l'Empire. Intermezzo américain (1904)

Allons-y Chochotte (1905)

L'omnibus automobile (1905)

Chez le docteur (1905)

Trois mélodies sans paroles : Rambouillet, Les Oiseaux, Marienbad (1905)

Trois poèmes d'amour : Ne suis que grain de sable, Suis chauve de naissance, Ta parure est secrète (1914)

Trois mélodies : La Statue de bronze, Daphénéo, Le Chapelier (1916)

Quatre petites mélodies : Élégie, Danseuse, Chanson, Adieu (1920)

Les Ludions : Air du rat, Spleen, La Grenouille américaine, Air du poète, Chanson du chat (1923)

Musique de scène :

Parade, ballet de Léonide Massine pour les Ballets russes (1917)

Le Piège de Méduse, théâtre (1914)

Mercure, ballet (1924)

Relâche, ballet de Jean Börlin pour les Ballets suédois, incluant le film de René Clair Entr’acte dont la musique a été composée par Satie (1924)

Jack in the Box, ballet (1926)

Musique d'ameublement :

Chez le bistrot (1920)

Un salon (1920)

Carrelage phonique (1923)

Tapisserie en fer forgé (1923)

Tenture de cabinet préfectoral (1923)

Autres :

Sonneries de la Rose + Croix, pour harpes et trompettes (1892)

Upsud, ballet chrétien pour théâtre d’ombres (1892)

Geneviève de Brabant, musique pour théâtre d’ombres (1899)

La Belle Excentrique (1920-1921)

Sonnerie pour réveiller le bon gros Roi des Singes (lequel ne dort toujours que d’un œil pour deux trompettes (1921)

La Statue retrouvée, divertissement pour orgue et trompette (1923)

 

[1] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Erik_Satie#.C3.89crits... et l’ouvrage de Romaric Gerorin.

13 04 16

Retour aux sources...

Lire et relire les classiques.jpgSous la direction de Geneviève Simon, Éric de Bellefroid, Guy Duplat, Jacques Franck, Francis Matthys et Monique Verdussen, tous journalistes ou collaborateurs de La Libre Belgique, signent des critiques dans le cahier « Lire » publié chaque semaine dans le quotidien bruxellois.

Depuis 2011, chaque été, ils ont rédigé des articles de fond sur les grands textes de la littérature occidentale et, après cinq saisons, ils les ont rassemblés dans un ouvrage intitulé Lire et relire les classiques, paru aux Éditions Avant-Propos à Waterloo.

Au total, trente titres sont présentés en profondeur pour donner à chacun l’envie de les (re)découvrir.

Une belle synthèse !

Bernard DELCORD

Lire et relire les classiques, ouvrage collectif sous la direction de Geneviève Simon, Waterloo, Éditions Avant-Propos en collaboration avec La Libre Belgique, mars 2016, 221 pp. en couleurs au format 22 x 24 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 24,95 €

 

Liste des ouvrages présentés :

Un des Baumugnes par Jean Giono

Illusions perdues par Honoré de Balzac

Tendre est la nuit par Francis Scott Fitzgerald

Les Trois Mousquetaires par Alexandre Dumas

À la recherche du temps perdu par Marcel Proust

 

Lettres de Madame de Sévigné

L’Homme sans qualités par Robert Musil

Homme invisible, pour qui chantes-tu ? par Ralph Ellison

La Duchesse de Langeais par Honoré de Balzac

Belle du Seigneur par Albert Cohen

 

Les Réprouvés par Ernst von Salomon

La Lettre écarlate par Nathaniel Hawthorne

La Chartreuse de Parme par Stendhal

Le Misanthrope de Molière

Crime et châtiment par Fédor Dostoïevski

 

Childe Harold par Lord Byron

Les Grandes Espérances par Charles Dickens

Bel-Ami par Guy de Maupassant

Thérèse Desqueyroux par François Mauriac

Voyage au bout de la nuit par Louis-Ferdinand Céline

 

Mémoires d’outre-tombe par François-René de Châteaubriand

Le cœur est un chasseur solitaire par Carson McCullers

Climats par André Maurois

Aurélien par Louis Aragon

La Promesse de l’aube par Romain Gary

 

Le Ravissement de Lol V. Stein par Marguerite Duras

Le Docteur Faustus par Thomas Mann

Le Portrait de Dorian Gray par Oscar Wilde

Le Dernier jour d’un condamné par Victor Hugo

Lettres à son Frère Théo par Vincent van Gogh

13 04 16

Des hommes et des mots…

Vous avez dit kafkaïen.jpgGilles Vervisch, agrégé de philosophie et professeur en lycée, ancien chroniqueur radio dans la matinale du Mouv’, est l'auteur, notamment, de Comment ai-je pu croire au Père Noël ? Quelques grammes de philo dans un monde de pub et Puis-je vraiment rire de tout ?

Docteur en chimie, Olivier Talon est chercheur spécialisé dans les bioplastiques et les études d'impact environnemental. Ils sont tous deux auteurs du Dico des mots qui n'existent pas (Paris, Éditions Omnibus, collection « Bibliomnibus », 2014).

Ils ont fait paraître, chez le même éditeur et dans la même collection un autre petit essai philologique amusant intitulé Vous avez dit kafkaïen ? – Dictionnaire des mots tirés de noms propres (réels ou fictifs, célèbres ou un peu moins) dans lequel ils se penchent sur 173 mots usuels (noms communs et adjectifs) de la langue française issus de personnages réels ou fictifs, célèbres ou un peu moins.

Si l'on sait communément que les adjectifs « cartésien » et « kafkaïen » nous viennent respectivement du philosophe René Descartes et du romancier tchèque Franz Kafka tandis que le mot « sadisme » résulte des turpitudes du marquis de Sade, il est moins connu que la poubelle tient son nom d'un préfet de la Seine qui, pour des raisons d'hygiène, imposa son usage en 1884 ou que le jeu de colin-maillard se réfère à un chevalier du XIe siècle originaire de Huy (en Belgique) nommé Colin qui combattait armé d’un maillet.

Et personne ou presque ne s’est entendu expliquer que le mot rustine est dû à son inventeur, un certain Louis Rustin, que jacuzzi était le nom de son inventeur, que les magnolias sont un hommage rendu au botaniste français Pierre Magnol (1638-1715), que le verbe turlupiner évoque le nom de scène d’un comédien du XVIIe siècle, que le doberman doit son nom à l’éleveur qui a mis au point sa race en procédant à des croisements judicieux ou encore que Bluetooth était le surnom d'un Viking du Xe siècle…

Une belle infirmation de la phrase d’Alphonse Allais qui disait « qu’il vaut mieux aller hériter à la poste qu’aller à la postérité » !

Bernard DELCORD

Vous avez dit kafkaïen ? – Dictionnaire des mots tirés de noms propres (réels ou fictifs, célèbres ou un peu moins) par Gilles Vervisch & Olivier Talon, Paris, Éditions Omnibus, collection « Bibliomnibus », mars 2016, 196 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 12 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 04 16

Éloge de la trahison…

Degrelle Qui suis-je.jpgSe qualifiant lui-même de militant de divers groupuscules « solidaristes », dans sa jeunesse, après un séjour dans les prisons de Moscou (1975) et dans les troupes phalangistes chrétiennes du Liban (1976), Francis Bergeron s’est essentiellement consacré depuis lors à l’action culturelle et à l’écriture. Il préside l’association littéraire des Amis d’Henri Béraud (500 adhérents). Auteur de livres pour enfants, il a vendu 300 000 exemplaires de la série du « Clan des Bordesoule ». Sur un plan purement professionnel, il participe à la direction d’un groupe industriel international de premier plan.

Il a fait paraître récemment aux Éditions Pardès à Grez-sur-Loing un petit essai intitulé Degrelle Qui suis-je ?

Voici la présentation qu’il en donne :

« Degrelle a été un vrai héros de roman à la Alexandre Dumas, un personnage fascinant, digne des plus grandes épopées, avec sa part de faconde, de farce, de grandiloquence, d’auto- justifications, d’aveuglement, d’échecs, mais aussi d’héroïsme, de grandeur, de tragédie.

Écrivain précoce, curieux de tout, Léon Degrelle a effectué son premier reportage au Mexique à 23 ans. Puis, ce militant catholique, ami d’Hergé, polémiste dans l’âme, s’est lancé bruyamment dans la politique en faisant de Rex, journal et maison d’édition de l’Action catholique belge, un parti qui obtiendra vingt et un députés et onze sénateurs en mai 1936. Député de Bruxelles en avril 1939, son immunité parlementaire est bafouée par une arrestation arbitraire en mai 1940.

Méprisé par les autorités allemandes d’occupation de la Belgique, il prendra sa revanche sur le front de l’Est : engagé comme simple soldat sous uniforme allemand, en août 1941, il terminera la guerre, à 38 ans, avec le titre de commandeur de la division SS Wallonie. Par sa force de conviction, sa lecture de l’Histoire et son talent d’écrivain (La Campagne de Russie 1941-1945), il s’efforcera de nous convaincre que la croisade antibolchevique était une guerre juste, faite d’esprit de sacrifice et de don de soi.

Ce Degrelle Qui suis-je ? retrace la vie tumultueuse de cet ancien militant de la jeunesse catholique belge, personnage à multiples facettes et au destin exceptionnel, qui, après 1945, de son exil en Espagne, se fera le metteur en scène de sa propre gloire. »

Si tous ces faits sont globalement exacts et leur interprétation plus ou moins discutable (dans son ouvrage, Francis Bergeron qualifie Pierre Daye de « Bainville belge », comparaison qui ne nous a pas sauté aux yeux à la lecture de ses reportages à la Tintin dans le vaste monde ou de sa biographie de Rubens…), mais fort bien rédigée, on regrettera surtout la perspective adoptée par l’auteur, et son silence plutôt grand – voire total – sur ce qui entraîna la condamnation à mort de Léon Degrelle (par contumace), à savoir :

– Son implication directe ou indirecte dans de nombreux crimes de sang, comme la déportation et la mort en Allemagne de son ancien ami rexiste Robert du Bois de Vroylande [1], l’assassinat du bourgmestre de Namur, François Bovesse, le 1er février 1944, avant celui d’Alexandre Galopin, gouverneur de la Société Générale de Belgique – le 28 février 1944 à Etterbeek –, la désignation (par Léon Degrelle himself) d’une centaine d’otages dont certains seront abattus par la police allemande le 21 juillet 1944 ou encore la tuerie de Courcelles les 17 et 18 août 1944 qui fit 27 victimes et, à Bruxelles, l’assassinat de Louis Braffort, bâtonnier de l'ordre des avocats, le 24 août 1944.

Pour notre part, nous considérons avec l’historien Jean-Michel Étienne que « Degrelle qui, même lorsqu'il est au front de l'Est, ne peut ignorer ce que font les rexistes en Belgique, n'aura jamais un mot de blâme pour leur activité. [...] Il couvrira de son autorité tous les meurtres et tous les sévices perpétrés par les rexistes. Certes, Degrelle n'est pas un criminel de guerre [...], il n'en reste pas moins qu'il a laissé se faire en son nom et au nom de son mouvement une politique passablement immonde » [2].

– Sa trahison de la Belgique, amorcée par son discours du 17 janvier 1943 au Palais des Sports de Bruxelles, une diatribe dans laquelle il affirmait la germanité des Wallons en vue d’intégrer la Légion Wallonie à la Waffen SS (ce qui sera chose faite le 1er juin 1943), mais aussi moyen de s’ouvrir la voie au poste de Gauleiter des Wallons au sein du Reich après la victoire des nazis et une probable partition de la Belgique. Le simple fait de fournir en temps de guerre des hommes à l’ennemi constitue d’ailleurs, partout dans le monde, un cas de haute trahison.

Bien sûr, le « Beau Léon » avait une « grande et belle gueule [3] » et l’art de tourner l’Histoire à son avantage, mais ce n’est pas une raison suffisante pour donner foi à ses imprécations ou d’en faire un modèle de vertu, fût-elle guerrière !

Bernard DELCORD

Degrelle Qui suis-je ? par Francis Bergeron, Grez-sur-Loing, Éditions Pardès, collection « Qui suis-je ? », février 2016, 126 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)

Sommaire :

Introduction : Pourquoi Degrelle ?

I. Léon de Bouillon
 
II. Le farceur de Louvain

III. Au pays des Cristeros

IV. Tintin mon copain
 
V. Lisez Rex !
 
VI. Votez Rex !

VII. Pierre Daye, le Bainville belge

VIII. Le coup de crosse de Malines

IX. La guerre en prison
 
X. La Légion Wallonie
 
XI.Hitler pour 1000 ans

XII. Front de l’Est

XIII. Arriba España !

XIV. Exil et tentatives d’enlèvement

XV. La persécution des témoins

XVI. Paix à ses cendres !

Conclusion : au panthéon des très grands soldats

ANNEXES

  1. Chronologie
  2. Citations de Léon Degrelle
  3. Opinions sur Léon Degrelle
  4. Une bibliographie de Léon Degrelle
  5. Études sur Léon Degrelle et le rexisme
  6. Le grand Léon a toujours la cote
  7. Les compagnons de Léon Degrelle

 

[1] Après avoir quitté le mouvement rexiste (dont il était un compagnon de la première heure à Louvain) après le « coup de crosse de Malines » en 1936, Robert du Bois de Vroylande publia la même année Quand Rex était petit, dans lequel il se moquait des combines et de la vanité de Léon Degrelle qualifié de « Monsieur Bluff, » ce que celui-ci ne pardonna jamais…

[2] Jean-Michel Étienne, Le mouvement rexiste jusqu'en 1940, Paris, Armand Colin, Cahiers de la Fondation nationale des Sciences politiques, n°195, 1968, p. 171

[3] On parlait même de son Rex appeal durant la campagne électorale de 1936…

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |