20 06 15

Famille décomposée…

Ces morts qui se tiennent par la taille .jpgDans Ces morts qui se tiennent par la taille paru aux Éditions du Rocher, l’écrivain belge Frank Andriat aborde un sujet particulièrement touchy, celui de l’inceste, à travers le regard jeté avec insistance par une jeune femme sur une photographie de ses grands-parents défunts, retrouvée par hasard.

« Vous avez l'air de beaucoup vous aimer, appuyés tendrement l'un contre l'autre, le bras de Fred serrant la taille d'Élise, celui d'Élise s'arrimant à Fred, son homme, son amour. Fred a tout d'un dominateur : de sa présence sur la photo, c'est surtout cela qui se dégage. Je vous observe. Tout est dit dans ce cliché de vous deux et, en même temps, tout est caché. On ne voit de vous qu'une apparence. Vous êtes là, figés en un éternel instant qui ne raconte rien des soubresauts de votre existence future. De celle-ci, je ne connais pas tout, mais l'essentiel est gravé en moi (…). Pour toujours. »

Perdue dans un labyrinthe de questions sans réponses et de sentiments contradictoires – elle aime sa grand-mère et déteste sa mère –, la narratrice se cramponne à ses souvenirs comme un naufragé à une bouée, pour finalement accéder à la vérité… qui l’emporte par le fond.

Un roman subtil et grave, ciselé comme un bijou de famille…

Bernard DELCORD

Ces morts qui se tiennent par la taille par Frank Andriat, Monaco, Éditions du Rocher, avril 2015, 212 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 16,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 06 15

Mort, où en est ta victoire ?

La Mort de Napoléon par Simon Leys.jpgParu en 1986, le seul texte de fiction du grand sinologue – et remarquable historien d’art – qu’était notre compatriote Simon Leys (1935-2014), La Mort de Napoléon, a été réédité ces jours-ci aux Impressions Nouvelles dans la collection « Espace Nord » et c’est fort bien, car il s’agit d’un conte philosophique qui eût séduit Voltaire tant sur la forme – parfaite, comme toujours chez cet auteur – que sur le fond, qui s’avère aussi grinçant  qu’hilarant.

En voici l’argument :

« Messieurs-dames, hélas ! l’Empereur vient de mourir ! »

La nouvelle se répand rapidement à travers toute l’Europe. Pourtant, Napoléon n’est pas mort. Après une ingénieuse évasion, il a réussi à regagner la France, laissant un sosie occuper sa place à Sainte-Hélène – et ce n’est que ce dernier qui vient de trépasser. Mal ajusté à son incognito, Napoléon va traverser une série d’étranges épreuves. Confronté à son propre mythe, saura-t-il recouvrer son identité ? Et qui est-il donc, maintenant que l’Empereur est mort ?

Époustouflant d’intelligence et de drôlerie !

Bernard DELCORD

La Mort de Napoléon par Simon Leys, postface de Françoise Chatelain, Bruxelles, Les Impressions Nouvelles, collection « Espace Nord », avril 2015, 144 pp. en noir et blanc au format 12, x 18,5 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 8 €

13 06 15

C’est arrivé près de chez vous…

Meurtre à Waterloo 2.jpgParu en 2011 aux Éditions Luc Pire à Liège et toujours disponible en librairie, Meurtre à Waterloo de l’écrivain et académicien belge Jean-Baptiste Baronian fourmille de rebondissements, de traits ironiques et d’allusions diverses propres à réjouir ceux qui connaissent la Butte du Lion et son Panorama, et à inciter les autres à se fendre d’une petite visite bien d’actualité…

La trame de ce polar ?

Un détective privé (qui partage bien des passions avec l’auteur, les beaux livres et le bon vin, notamment) enquête sur un, puis deux meurtres commis parmi les membres du Cercle belge des amis de Napoléon, un cénacle dont le moins que l’on puisse dire est que l’attrait du passé y débouche sur des passions toujours bien contemporaines : le sexe, l’argent, la jalousie et le pouvoir.

L’intrigue est rondement menée, le cadre parfaitement restitué (les lieux touristiques, bien sûr, mais aussi la ville elle-même, avec ses restaurants, ses commerces et son urbanisme chic) et la solution constitue un clin d’œil envers l’un des plus célèbres romans d’Agatha Christie – le lecteur nous aura compris en refermant l’ouvrage…

Bernard DELCORD

Meurtre à Waterloo par Jean-Baptiste Baronian, Liège, coédition SNCB & Éditions Luc Pire, collection « Romans de gare – Kill and read », octobre 2011, 143 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 €

13 06 15

Naissance d’une épopée…

Waterloo - Acteurs, historiens, écrivains.jpgLa défaite de Waterloo sonne le glas du Premier Empire et marque la fin des guerres qui secouaient l’Europe depuis 1791. C’est aussi le début d’une légende dorée née sous la plume d’auteurs du XIXe siècle comme Victor Hugo, Lamartine, Balzac, Stendhal, Nerval, Chateaubriand, mais aussi Walter Scott, lord Byron, Conan Doyle ou William Thackeray, et d’historiens comme Lenotre, Guizot ou Albert Sorel sans oublier Las Cases ni Napoléon lui-même qui, depuis son exil de Sainte-Hélène, décrivit par le menu la « bataille de Mont-Saint-Jean ».

C’est ce qu’on lit dans la remarquable anthologie Waterloo – Acteurs, historiens, écrivains établie par l’historien Loris Chavanette qui y a compilé, rédigés aussi bien par des vainqueurs que par des vaincus, de nombreux témoignages, extraits biographiques et textes d’histoire militaire ou politique en plus d’extraits des auteurs cités plus haut, d’une chronologie, de notes explicatives et de cartes de la bataille.

Une mine d’informations aux meilleures sources !

Bernard DELCORD

Waterloo – Acteurs, historiens, écrivains, textes choisis et annotés par Loris Chavanette, préface de Patrice Gueniffey, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio classique », avril 2015, 882 pp. en noir et blanc au format 10,8, x 17,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 9,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 06 15

De Charybde en Scylla…

Napoléon – Du soleil d'Austerlitz au crépuscule de Waterloo.jpgS’adressant aux grands adolescents, mais aussi à un public plus vaste en raison de la qualité de ses illustrations et de la clarté de ses commentaires, l’ouvrage collectif intitulé Napoléon – Du soleil d'Austerlitz au crépuscule de Waterloo, s’il fait la part belle à l’esprit hagiographique en vogue depuis longtemps dans l’Hexagone s’agissant des hauts faits du Petit Caporal – pas un mot, en revanche, sur les sujets qui fâchent comme le pillage de l’Italie, les massacres en Espagne ou le rétablissement de l’esclavage aux Antilles –, trouvera tout naturellement sa place dans la bibliothèque des nombreuses personnes venues assister à la reconstitution de la bataille qui vit la chute de l’Aigle aux griffes acérées…

Bernard DELCORD

Napoléon – Du soleil d'Austerlitz au crépuscule de Waterloo, ouvrage collectif, Paris, Éditions Larousse, collection « Les dossiers de l’histoire », mai 2015, 96 pp. en quadrichromie au format 15,5 x 21,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 9,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 06 15

Musée à domicile...

Le Louvre en 100 chefs-d'œuvre.jpgLe Louvre est, comme chacun sait, le musée le plus visité au monde et il héberge de multiples chefs-d'œuvre, parmi les plus renommés de tous les temps.

Pour préparer – ou prolonger – la visite que vous ne manquerez pas de lui rendre, les Éditions Flammarion à Paris proposent un remarquable boîtier intitulé Le Louvre en 100 chefs-d'œuvre dans lequel le photographe allemand Erich Lessing et sa compatriote l’historienne d’art Anja Grebe présentent les œuvres majeures exposées dans ses galeries.

Elles incluent 90 tableaux, glanés parmi une riche production de grands peintres européens : Fra Angelico, Tiepolo, Léonard de Vinci, le Titien, le Caravage, Bruegel, Bosch, Memling, Van Eyck, Van Dyck, Cranach l’Ancien, Teniers le Jeune, Vermeer, Gainsborough, Turner, Reynolds, Boucher, Chardin, Poussin, Watteau, David, Delacroix, de La Tour, Greuze, Fragonard, Géricault, Ingres, Millet, Corot, le Greco, Goya, Zurbaran, et bien d'autres encore.

On y trouvera aussi une dizaine de sculptures exceptionnelles comme la Vénus de Milo, la Victoire de Samothrace ou L'Esclave rebelle de Michel-Ange, aux côtés d’œuvres originaires d'Égypte et d’antiquités du Proche-Orient, ainsi que de la pyramide de verre édifiée par I. M. Pei.

Chaque fiche fournit une photographie du chef-d'œuvre ainsi que sa description, une légende spécifiant son titre de l'œuvre, le nom de l'artiste, leurs dates, la technique utilisée, les dimensions de l'œuvre, son numéro de collection et la pièce du Louvre où elle est exposée.

Bouclez les valises !

Bernard DELCORD

Le Louvre en 100 chefs-d'œuvre par Erich Lessing (photographies) et Anja Grebe (légendes), traduction française de Camille Fort, Paris, Éditions Flammarion, avril 2015, 100 fiches r°/v° en quadrichromie sous boîtier cartonné en couleurs au format 17 x 16,8 x 6 cm, 24,95 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 06 15

Horresco referens [1] !

Petite galerie des horreurs culinaires (cover).jpgLa collection « Petite galerie des horreurs », dirigée aux Éditions Tana à Paris par Raphaële Vidaling, constitue un catalogue humoristique d'images désuètes ou de cartes postales de mauvais goût qui circulaient sans complexe au siècle passé ou qui sévissaient ingénument dans les pages publicitaires des magazines d’alors.

Elle rassemble quelques ouvrages aux titres évocateurs : Petite galerie des horreurs capillaires, Petite galerie des horreurs postales, Petite galerie des horreurs romantiques, Petite galerie des horreurs musicales… ainsi qu’une Petite galerie des horreurs culinaires où 120 images vintage sont présentées comme s'il s'agissait d'un vrai livre pratique pour apprendre à cuisiner de façon ringarde en 80 leçons.

Les reproductions photographiques sont drôles et le texte qui les commente totalement décalé : « Les menus de grands soirs se moulent au Tupperware », « aligne tes petits roulés comme ta raie sur le côté », « si ton plat à l'air dégueulasse, dispose-le en rosace », « la vie serait un conte de fée si tout pouvait être en gelée », « bénie soit la mayo qui rend les plats plus beaux » (voir infra)…

De précieux conseils pour réaliser des plats bien peu appétissants !

Bernard DELCORD

Petite galerie des horreurs culinaires par Raphaële Vidaling, Paris, Éditions Tana, collection « Petite galerie des horreurs », novembre 2014, 96 pp. en quadrichromie au format 11 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 7,95 € (prix France)

En voici deux extraits :

Petite galerie des horreurs culinaires (mayo).jpg

 

Petite galerie des horreurs culinaires (gelée).jpg

 

[1] Citation latine : « Je frémis en le racontant ! »

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 05 15

Le cours de l'histoire...

Histoire 1re Hatier (2015).jpgParu chez Hatier à Paris sous la direction de Marielle Chevallier (qui œuvre au Centre national de documentation pédagogique) et de Xavier Lapray (professeur au Lycée Paul Eluard à Saint-Denis dans le célèbre « 9-3 » aux portes de la capitale française), le manuel scolaire intitulé Histoire 1re L/ES/S – Questions pour comprendre le XXe siècle devrait retenir toute l’attention des enseignants belges des classes de rhétorique, non seulement parce qu’il n’est guère éloigné de leur programme, mais aussi parce qu’ils y trouveront :

– Une mise en valeur de la chronologie pour donner des repères aux élèves.

– Des cartes, des dossiers, des documents concrets et des exposés de cours en très grand nombre.

– La mise en avant des documents majeurs en vue de leur exploitation pédagogique.

– Plus d’une centaine d’exercices et de méthodes pour se préparer aux examens (des mises en activité tout au long des chapitres et des conseils méthodologiques spécifiques à chaque série de documents).

 

– Une matière répartie en dix chapitres :

• Croissance et mondialisation depuis 1850

• La Première Guerre mondiale sous l’angle de l’expérience combattante dans une guerre totale

• Genèse et affirmation des régimes totalitaires (soviétique, fasciste et nazi)

• La Seconde Guerre mondiale, une guerre d’anéantissement

• Les espoirs d’un ordre mondial au lendemain des conflits

• La guerre froide, conflit idéologique, conflit de puissances

• De nouvelles conflictualités depuis 1991

• La République, trois républiques

• La République et les évolutions de la société française

• La République et la question coloniale

 

De plus, et nous insistons sur ce point, le manuel se complétera prochainement de deux outils particulièrement dynamiques et intéressants :

 

♦ Un Manuel numérique interactif standard pour l’élève intégrant :

 – un outil d'annotation ;

– un marque-page ;

– un mode d’affichage en plein écran des doubles pages et un « zoom » pour agrandir une zone de la page.

 

♦ Un Manuel numérique interactif pour le professeur enrichi :

– D'outils pour vidéo-projeter et personnaliser.

– D’un affichage plein écran de chaque document et de la possibilité de zoomer sur celui-ci.

– D’une navigation facilitée (sommaire interactif, recherche par mots-clés, marque-pages).

– D’une personnalisation possible grâce aux annotations et au comparateur de documents.

– D’un outil de création de cours à partir de documents personnels de l’enseignant et de ceux du manuel.

 

– De vidéos avec des archives pour introduire ou construire des séquences de cours :

• Les combattants de la Grande Guerre.

• L’encadrement des jeunes lors d’un rassemblement à Nuremberg (1934).

• L’ONU à Londres (1946).

• La crise de Cuba (1962)

• Le siège de Sarajevo, 13 juin 1992.

• L’ouverture du procès de Nuremberg (1945).

• La présentation de la Constitution de la Ve République par le général de Gaulle (1958).

• Les usines Renault de Flins en 1952.

• L’immigration polonaise en France.

• Le discours de Simone Weil sur le projet de loi relatif à l’avortement.

• « Si la France perdait l’Algérie » (JT du 11 septembre 1957).

 

– De séquences animées d'histoire des arts pour l’étude interactive des œuvres du manuel afin d’intégrer l’histoire des arts de manière dynamique :

• Le monde du travail dans l’objectif du photographe.

• Les artistes représentent la société de consommation.

• Un artiste en guerre : Paul Nash.

• Photographier la guerre du Vietnam.

• Dalou sculpte Le Triomphe de la République.

• La sculpture au service de l’imaginaire colonial.

 

– De cartes et de documents interactifs (en cliquant sur des éléments de légende, les documents se construisent pas à pas pour expliquer des éléments-clés du cours).

 

– De quiz et résumés sonores :

• Des quiz sur les repères historiques et les notions à retenir.

• Des résumés sonores sur les éléments importants du cours.

 

– De compléments pédagogiques : livre du professeur...

 

Tout ce qu’il faut pour dynamiser un cours considéré à tort comme poussiéreux par bien des élèves et leurs parents !

 

Bernard DELCORD

 

Histoire 1re L/ES/S – Questions pour comprendre le XXe siècle, ouvrage collectif sous la direction de Marielle Chevallier et de Xavier Lapray, Paris, Éditions Hatier, collection « Histoire Lycée » avril 2015, 366 pp. en quadrichromie au format 19,7 x 28,5 cm sous couverture Integra en couleurs, 29 € (prix France).

Manuel numérique interactif standard pour l’élève disponible en ligne avec téléchargement et version tablette incluse au prix de 5 € (prix France).

Date de parution : 30/06/2015.

Manuel numérique interactif pour le professeur : sous condition d'achat d’au moins 25 manuels papier, pour 1 licence en ligne avec téléchargement et version tablette incluse (1 an : 29 € ; illimité : 69 € – prix France).

Date de parution : 15/07/2015.

30 05 15

Science non infuse…

Brèves de copies de Bac (tome 2).jpgL’hilarant petit ouvrage intitulé Brèves de copies de Bac publié chez Chiflet & Cie à Paris en mai 2013 ayant remporté un vif succès, la maison d’édition a remis le couvert cette année avec un deuxième tome proposant une large sélection de bourdes, boulettes, bévues et autres cancreries ayant suscité la joie des correcteurs d’examens et prouvant que les jeunes ont chaque année davantage d’appétit que d’instruction.

Qu’on en juge :

On appelle bisexuels ceux qui se reproduisent deux fois par an.

Le lièvre et la torture.

Les bateliers de la vodka.

L’abri ne fait pas le moine.

Les tremblements de terre comme celui de Haïti ravagent et ruinent l’Afrique et font qu’elle a dû mal à émerger.

Le plus grand peintre allemand est Jérôme Boche.

En justice, le pourvoi en castration permet d’aller à la cour.

La Chine a trois religions : le taoïsme, le kungfusianisme et le bouddhisme.

On voit bien le racisme dans le nom que l’on a donné aux pays africains comme le Monte-negro.

On l’a appelée bombe H car elle a été inventée par l’ingénieur Hiroshima.

Au début, on aurait donné à Hitler le bon dieu sans profession.

Le cheval transpirait et faisait de la vapeur quand il tirait les wagons, d’où le cheval-vapeur.

Jacques Chirac a dit que le gouvernement précédent a été laxatif dans la conduite de l’État.

Et enfin, dans ma conclusion, je serai circoncis.

Bigre !

Bernard DELCORD

Brèves de copies de Bac (tome 2)sous la direction de Sophie Le Flour, Paris, Éditions Chiflet et Cie, mai 2015, 126 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 17,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

30 05 15

Halte aux faux prophètes de la diététique !

Les nouvelles religions alimentaires.jpgNutritionniste réputé sur le plan international, le docteur Jean-Michel Cohen a déjà publié de nombreux best-sellers chez Flammarion à Paris, dont Savoir maigrir, Le Bonheur de maigrir, Maigrir, le grand mensonge et, avec le docteur Patrick Sérog, Savoir manger.

Chez le même éditeur, dans Les nouvelles religions alimentaires, il se penche cette fois sur les peurs relayées par les médias, sur les craintes quant à la qualité des plats et sur les messages de prévention inapplicables qui nous viennent de partout et qui font que plus personne ne s'y retrouve.

L’un des résultats de cet imbroglio a été l’émergence de nouvelles « religions alimentaires » dont les zélateurs (végétariens, végétaliens, partisans du sans gluten et du bio, ennemis des aliments cuits, du lait ou des produits de synthèse…) assènent leurs certitudes avec autant de passion que, souvent, d’ignorance, si bien que leurs pratiques, loin de nos traditions, en sont venues à susciter débats, polémiques et interrogations.

Car les modifications alimentaires qu’ils préconisent sont-elles bonnes pour la santé, efficaces même ?

Pour aider le lecteur à y voir clair, à balayer les mensonges et les idées reçues, l’auteur décrit dans son ouvrage les raisons de l'apparition de ces modes de vie, dévoile leurs répercussions sur nos organismes, indique leurs conséquences sur nos manières d'être, tout en livrant des recommandations pratiques à la fois scientifiquement étayées et de bon sens.

« Bien manger, vivre plus vieux, aimer plus fort est possible », assure-t-il.

Et il le prouve !

Bernard DELCORD

Les nouvelles religions alimentaires par Jean-Michel Cohen, Paris, Éditions Flammarion, mars 2014, 301 pp. en noir et blanc au format 15,4 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié ces quelques lignes, à propos des aliments « magiques » :

Les fruits et légumes, la panacée actuelle

La mode du moment a jeté son dévolu sur les fruits et légumes. Il faut en manger cinq par jour, on l'a vu, parce qu'ils soignent tout, évitent de grossir, diffusent des minéraux, offrent des oligo-éléments, ne dispensent aucune graisse, sont peu caloriques, apportent des fibres et sont rassasiants, donc empêchent de ressentir la faim (ou la fin, diraient les psychanalystes...), etc., etc.)

Mieux : ils contiennent des anti-oxy-dants. Ah, quel mot magique, quel terme formidable ! Quelle association efficace et limpide que ce préfixe « anti » accolé à « oxy­ dant », formule digne de l'alchimie donc du miracle puisqu'on l'associe à l'oxydation d'un métal, phénomène dont tout le monde comprend le sens. Les fruits et légumes ? En un mot, l'aliment parfait.

Cependant, même si nous les connaissons de mieux en mieux, nous sommes encore loin de tout savoir d'eux. Si nous comprenons que consommer du chou, grâce aux indols, aiderait à prévenir des cancers aussi variés que ceux du poumon, de la vessie ou de l'œsophage ; que la consommation de produits contenant les précurseurs de la vitamine A pourrait agir sur le cancer de l'utérus ; que déguster des tomates prémunirait du cancer de la prostate... quid des interactions entre les uns et les autres ? Un homme mange une quinzaine d'aliments quotidiennement, contenant chacun a minima une centaine de constituants, lesquels vont parfois s'associer, parfois se combattre, devoir composer aussi avec son niveau de stress, son goût ou pas pour l'alcool, le tabac, l'influence de l'environnement... Eh bien, comment ce cocktail va-t-il se comporter ? Nous l'ignorons. Ce qui prouve bien que la notion même d'« aliment magique » est erronée !

Dès lors, pourquoi avons-nous adopté aussi aisément cette nouvelle religion alimentaire ? Parce que les produits évoqués sont à la base sains, évidemment, mais aussi parce qu'ils correspondent idéalement à l'air du temps. Écolos, comme ils viennent de la terre, donc de la nature, on ne les pense pas ou peu souillés par la main de l'homme (malgré les pesticides, mais c'est un autre débat) ; comme ils sont pauvres en calories, ils sont vertueux ; et comme ils ont des saveurs agréables (mais modestes), ils n'effraient ni ne divisent. Quand on ajoute à ces « qualités » la bénédiction des pouvoirs publics et la grande satisfaction des producteurs de cette branche, le succès n'est pas surprenant.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Société | Commentaires (0) |  Facebook | |