14 02 17

« Tout persécute nos idées, à commencer par notre cerveau. » (Emil Michel Cioran)

Traité de neurolinguistique.jpgLa neurolinguistique étudie le fonctionnement cérébral des grandes fonctions langagières.

S’adressant au public des professionnels et des étudiants en médecine, en neurosciences, en sciences du langage, en psychologie, en sciences cognitives, et en orthophonie, le Traité de neurolinguistique – Du cerveau au langage, un ouvrage collectif sous la direction de Serge Pinto [1] & Marc Sato [2] paru à Louvain-la-Neuve aux Éditions De Boeck Supérieur en explore tous les aspects, chez le sujet sain et pathologique, depuis l'anatomie jusqu'à la clinique.

Cette science vise à comprendre les liens entre le fonctionnement cérébral et le comportement langagier. En étudiant les relations entre le cerveau et le langage, les chercheurs en neurolinguistique tentent de comprendre l’architecture anatomo-fonctionnelle des grandes fonctions langagières.

Grâce à l’avènement des techniques d’imagerie cérébrale fonctionnelle, au développement des neurochirurgies fonctionnelles et à la modélisation neuromimétique, la neurolinguistique est une discipline en perpétuelle évolution.

Rédigé par les meilleurs spécialistes francophones œuvrant dans l’Hexagone, en Belgique, en Suisse, au Québec et en Espagne, cet ouvrage de référence présente de manière exhaustive les différentes thématiques et les récentes découvertes en neurolinguistique.

Les auteurs reviennent sur l’histoire de cette discipline, abordent les bases anatomiques, physiologiques et cérébrales indispensables en neurolinguistique et présentent les principaux axes de recherche fondamentale avant de décrire les troubles de la parole et du langage (en lien avec le vieillissement, la surdité, le bégaiement, l’apraxie, l’aphasie, la dyslexie, les dysgraphies, les troubles de la communication, les hallucinations auditives, les démences corticales…)

La table des matières de l’ouvrage est consultable à l’adresse suivante : http://fr.calameo.com/read/000015856ffca8acf914f

Bernard DELCORD

Traité de neurolinguistique – Du cerveau au langage, ouvrage collectif sous la direction de Serge Pinto & Marc Sato, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur, collection « Neuropsychologie », décembre 2016, 396 pp. en noir et blanc au format 21 x 27 cm sous couverture brochée en couleurs, 59 €

Liste des auteurs :

François-Xavier ALARIO, Jean-Michel ALBARET, Luc H. ARNAL, Monica BACIU, Jean-Michel BADIER, Lorraine BOUQUÉ, Emmanuel BARBEAU, Pascal BARONE, Mireille BESSON, Henny-Annie BIJLEVELD, Maud CHAMPAGNE-LAVAU, Valérie CHANOINE, Mélody COURSON, Jérémy DANNA, Ghislaine DEHAENE-LAMBERTZ, Isabelle DESCHAMPS, Béatrice DESGRANGES, Julien DIARD, Eva DITTINGER, Marion DOHEN, Sophie DUFOUR, Francis EUSTACHE, Murielle FABRE, Anne-Lise GIRAUD, Krystyna GRABSKI, Romain GRANDCHAMP, Bérengère GUILLERY-GIRARD, Michel HABIB, Michel HOEN, Elena HOYAU, Mariapaola D'lMPERIO, Claire KABDEBON, Sonia KANDEL, Jean-Philippe LACHAUX, Rémi LAILLIER, Mickaël LAISNEY, Vincent DE LA SAYETTE, Yohana LÉVÊQUE, Hélène LŒVENBRUCK, Mathieu MARX, Bernard MAZOYEr, Marie-Claude MONFRAIS-PFAUWADEL, Jean-Luc NESPOULOUS, Christophe PALLIER, Chotiga PATTAMADILOK, Pascal PERRIER, Marcela PERRONE-BERTOLOTTI, Laurent PETIT, Thierry PHÉNIX, Serge PINTO, Samuel PLANTON, Peggy QUINETTE, Lucile RAPIN, Véronique ROLLAND-MONNOURY, Halima SAHRAOUI, Marc SATO, Jean-Luc SCHWARTZ, Daniele SCHÖN, Emmanuelle TACHÉ, Barbara TILLMANN, Pascale TREMBLAY, Nathalie TZOURIO-MAZOYER, Sylviane VALDOIS, Jean-Luc VELAY, Johannes ZIEGLER

 

[1] Serge Pinto est titulaire d'un DEA de neurosciences et docteur en neurosciences. Il est chargé de recherche par le CNRS au laboratoire Parole & Langage de l'université d'Aix-Marseille.

[2] Marc Sato est ingénieur-maître en génie informatique, titulaire d'un DEA de sciences cognitives et d'un autre en neuropsychologie, et docteur en sciences cognitives. Il est actuellement chargé de recherche par le CNRS au laboratoire Parole & langage de l'université d'Aix-Marseille.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Sciences | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 02 17

Un hapax littéraire…

L'Homme caramel.jpgCurieux, impressionnant – et passionnant – roman que L’Homme-caramel de Pascal Vrebos réédité à Waterloo chez Avant-propos dans une version revue et augmentée [1], dont l’auteur imagine qu’il a paru en 6988 après que le manuscrit a été retrouvé dans une mallette blindée sur une plage de ce qui fut le Pérou.

On y suit, commenté par les hommes du futur pour les hommes du futur [2], le récit tantôt en « je » tantôt en « il » d’un narrateur belge appelé Marc Morelle, prix Nobel de la paix 1998 (il en fut le récipiendaire un an avant « l’apocalypse bio-nucléo-chimique de 1999 » qui raya notre civilisation de la carte), publiciste globe-trotter, écrivain friqué, amant des actrices Isabelle Adjani et Diane Keaton, tout à la fois halluciné et désespéré.

L’occasion pour l’auteur de brosser à travers son double (Morelle-Vrebos, même sauce caramel !), un portrait de notre temps à faire frémir les grands contempteurs littéraires que furent ou que sont Diogène, saint Jean, Frédéric Nietzsche, James Joyce, Louis-Ferdinand Céline, Lucien Rebatet, Boris Vian, Antoine Volodine et Chuck Palahniuk.

Car il y a l’essence de tous ces auteurs dans ce roman, excusez du peu !

Et toute notre époque s’y retrouve submergée par un tsunami de passions irrépressibles, de cynisme affolé, de mœurs débridées, de violence glacée… et d’humour décalé.

Le tout dans un style inclassable, mais efficace, mêlant à des considérations terre-à-terre des moments d’anthologie qui désarçonnent le lecteur pour le remettre aussitôt en selle.

Un magnifique pavé dans la mare… et dans la tronche de l’insipide politiquement correct !

Bernard DELCORD

L'Homme-caramel par Pascal Vrebos, nouvelle édition revue et augmentée, préface de Jacques De Decker, Waterloo, Éditions Avant-propos, janvier 2017, 413 pp. en noir et blanc au format 15 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 23 €

 

[1] La version princeps avait paru aux défuntes Éditions Le Cri à Bruxelles en 1995.

[2] L’ouvrage est émaillé de notes infra-paginales censées avoir été rédigées à la fin du sixième millénaire pour expliquer aux lecteurs d’alors ce que fut notre « civilisation », un grand exercice d’ironie et de détachement…

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 02 17

Plats exotiques…

Wok me up.jpgParu aux Éditions Larousse à Paris sous la plume de Valéry Drouet avec des photographies de Pierre-Louis Viel, Wok me up ! propose 40 recettes faciles à réaliser, qui vous emmènent au bout du monde en quelques minutes.

Il vous suffira d’assembler les ingrédients photographiés, de les faire sauter quelques minutes au wok et vous pourrez passer à table pour savourer des recettes au goût d’ailleurs :

Woks de la terre :

Bœuf thaï

Bœuf à l’oignon et aux poivrons

Bœuf aux pois gourmands

Bœuf au poivre

Bœuf citronné aux petits oignons

Bœuf au concombre

Bœuf au curry et aux petits légumes

Lard au saté

Porc au bambou

Filet mignon et shiitakés caramélisés

Porc à l’ananas et aux champignons

Porc caramélisé au chou

Porc, ciboule et sésame

Porc thaï à la citronnelle

Porc, riz frit et pois gourmands

Poulet citronné, brocolis et pignons

Poulet et poivrons au curry rouge

Poulet aux épinards et aux cacahuètes

Magrets de canard à l’orange

Canard au miel et à la menthe

Magrets de canard caramélisés au gingembre

Woks de la mer :

Dorade aigre-douce

Cabillaud aux épices

Calamar à l’oignon et au combawa

Lotte aux petits pois et au lard

Coquillages à la pâte de galanga

Palourdes à la pâte de piment

Crevettes et chou à la grenade

Crevettes et mangues au pak choï

Crabe et céleri au curry

Crevettes et nouilles au thé vert

Fenouil et gambas à l’ail et au gingembre

Woks végétariens :

Curry de légumes aux graines

Riz cantonais aux algues

Riz grillé aux brocolis et au soja

Pak choï et nouilles aux shiitakés

Pleurotes et pois gourmands

Soja et poivrons au piment

Chou rouge au tofu

Woks sucrés :

Ananas et mangue au sésame noir

Des préparations pour faire voyager vos papilles !

Bernard DELCORD

Wok me up ! par Valéry Drouet, photographies de Pierre-Louis Viel, Paris, Éditions Larousse, collection « Tout en 1 plat », août 2016, 96 pp. en quadrichromie au format 23,5 x 23,8 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 8,95 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil la recette maritime suivante :

Dorade aigre-douce

Pour 4 personnes

Préparation : 30 minutes

Cuisson : 15 minutes

Ingrédients :

4 filets de dorade en morceaux

12 oignons nouveaux coupés en deux

2 carottes en cubes

10 feuilles de basilic

2 cuillers à soupe de sauce aigre-douce au piment

5 cl de vinaigre de riz

5 cl d’huile d’olive

Sel et poivre

Recette :

Faites cuire les carottes 5 minutes dans le wok avec la moitié de l’huile sur feu moyen.

Ajoutez les oignons, salez, poivrez, laissez cuire 5 minutes et réservez.

Saisissez la dorade 2 minutes sur feu vif dans le wok avec l’huile restante, salez et poivrez.

Remettez les légumes dans le wok, ajoutez le vinaigre de riz, la sauce aigre-douce, et faites sauter le tout 1 minute sur feu vif.

Ajoutez le basilic ciselé et servez aussitôt.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 02 17

Brusque retour aux sources…

Outre-Mère.jpgNouvelliste très talentueuse [1], Dominique Costermans a fait paraître à Avin chez Luce Wilquin son premier roman, Outre-Mère qui est tout à la fois le récit de la véritable histoire de Charles Morgenstern (nom d’emprunt), un Juif bruxellois enrôlé volontairement dans l’armée allemande et devenu par la suite indicateur très actif de la Gestapo [2], et celui, sans pathos, de la découverte progressive des faits par sa petite-fille Lucie, malgré le tabou régnant dans la parentèle depuis deux générations.

Un texte fort, remarquablement rédigé, autour des secrets de famille, en l’occurrence particulièrement indicibles et monstrueux, mais aussi de la notion d’identité – ici, la découverte de sa judéité par la narratrice, masquée jusque-là « pour la bonne cause » – au-delà du silence et de la honte maternelle…

Une brillante réussite !

Bernard DELCORD

Outre-Mère par Dominique Costermans, Avin, Éditions Luce Wilquin, janvier 2017, 172 pp. en noir et blanc au format 14 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 17 €

 

[1] On lui doit une demi-douzaine de recueils, C’est moderne.com, Y a pas photo, Nous dormirons ensemble, Je ne sais pas dire non, Des provisions de bonheur (chez Luce Wilquin) et Petites coupures (chez Quadrature à Louvain-la-Neuve), dont nous ne saurions trop vous recommander la lecture.

[2] L’auteure se fonde sur des dossiers judiciaires authentiques.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 02 17

Un riche patrimoine…

Les Pauvres Sœurs de Mons.jpg

Les Pauvres Sœurs de Mons et la Maison de la Mémoire de Mons organisent aux Ateliers des FUCaM [1] une passionnante exposition – en 4 jalons historiques et 7 modules patrimoniaux présentant de nombreux manuscrits et objets d’art religieux – intitulée PSM - Les Pauvres Sœurs de Mons.

Les Pauvres Sœurs de Mons sont les vivantes héritières du béguinage de Cantimpret [2].

Leur histoire, d'une particulière richesse, est donc liée à celle de la ville depuis le XIIIe siècle.

Car leur congrégation, née à Mons en 1350, a fortement marqué l'histoire du quartier de Messine et de la Ville tout entière.

Cette exposition se double de la publication d’un fort beau livre, Les Pauvres Sœurs de Mons depuis 1350, un charisme, une histoire, un patrimoine, un ouvrage collectif tiré à 1 000 exemplaires [3] dans lequel les textes d’historiens voisinent avec 190 illustrations somptueuses.

Détail d'une chasuble.jpg

 Détail d’une chasuble

La maison des Pauvres Sœurs de Mons, entre la rue de Bertaimont et la place Nervienne, apparaît ainsi dans ses murs, ses œuvres d'art, ses meubles et ses archives, comme une pièce non négligeable du patrimoine local et régional.

Aujourd'hui, il reste très peu de religieuses, mais les activités autour du couvent sont en pleine expansion avec une maison de repos, des résidences services ou encore la distribution de vivres aux plus démunis.

Et le lieu demeure, encore et toujours, le périmètre d'épanouissement d'un charisme alimenté par la spiritualité de saint Augustin.

Il est enfin l'outil d'une mission de service qui plonge ses racines jusqu'au Moyen Âge.

Bernard DELCORD

Les Pauvres Sœurs de Mons depuis 1350, un charisme, une histoire, un patrimoine, ouvrage collectif, Mons, Les Pauvres Sœurs de Mons et la Maison de la Mémoire de Mons, décembre 2016, 208 pp. en quadrichromie au format 22 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 25 €

Sommaire

Partie I : Au fil de l’Histoire

  1. La traversée des siècles
  2. Patrimoine et pauvreté
  3. Pauvres Sœurs contre Chanoinesses
  4. Réponses à des appels

Partie II : Une vie consacrée

  1. La spiritualité augustinienne
  2. La Règle et les Constitutions
  3. Aime et dis-le par ta vie
  4. Portraits de religieuses
  5. Notre charisme
  6. Face aux grandes épidémies

Partie III : À la découverte d’un patrimoine

  1. Topographie de la mémoire
  2. La nature au cœur du couvent
  3. Objets de célébration
  4. Le patrimoine artistique
  5. Au détour des couloirs

Partie IV : Une œuvre en expansion

  1. Trente années de croissance
  2. Vivre au quotidien avec les personnes âgées
  3. « Vivre le reste de son âge »

Archiver le présent ?

 

Informations pratiques :

L’exposition est accessible jusqu’au 25 février 2017 en semaine de 9h à 12h et de 13h30 à 16h30, le samedi de 14 h à 17 h.

La totalité de l'exposition n'est visible que les mercredis et samedis de 14 à 17 h et sur demande.

Visite guidée chaque samedi à 14h30 et sur demande pour les groupes au 065/66.69.14.

 

[1] Facultés Universitaires Catholiques de Mons, rue des Sœurs Noires, 2 (entrée rue du Grand Trou Oudart) à 7000 Mons.

[2] Le béguinage de Cantimpret était sous la direction de l'église Sainte-Waudru et se trouvait sur le territoire de Cuesmes. En 1295, Jean d'Avesnes incorpore le béguinage de Cantimpret dans l'enceinte de Mons. 

En novembre 1792, les révolutionnaires français envahissent la Belgique et exigent une somme de 18 140 livres aux chanoinesses à titre d'impôt. Le 2 mars 1793, après la victoire de l'armée autrichienne, les chanoinesses retrouvent leur statut, mais, en juin 1794, après la bataille de Fleurus gagnée par les Français, le chapitre cesse d'exister.

Après le rétablissement du culte sous le règne de Napoléon Ier, quelques chanoinesses reviennent à Mons, entre autres Henriette-Bernardine-Josèphe, comtesse de Spangen, qui meurt le 15 août 1855. Elle était la dernière survivante du chapitre. (Source : http://home.scarlet.be/heraldus/Chanoinessehistorique.htm)

[3] Il peut être commandé à ladresse suivante : http://www.mmemoire.be/les-pauvres-soeurs-de-mons-depuis-...

30 01 17

Galerie de félons…

Ces Français qui ont collaboré avec le IIIe Reich.jpgSurnommé « le détective de l'histoire », Jean-Paul Lefebvre-Filleau, ancien colonel de gendarmerie, diplômé de l'université en droit, criminologie et théologie, a publié une vingtaine d'ouvrages, dont le dernier, réédité aux éditions De Borée en 2016, s’intitule La Franc-maçonnerie au cœur de la République, de 1870 à nos jours.

Il vient de faire paraître aux Éditions du Rocher à Paris Ces Français qui ont collaboré avec le IIIe Reich, un véritable Who’s who de la trahison – le parcours personnel particulièrement significatif de 77 idéologues, naïfs, antisémites, opportunistes, affairistes, stipendiés, renégats ou bandits de grands chemin – fondé sur une documentation abondante et étayé d’un impressionnant appareil de notes.

On y voit pourquoi et comment ces individus d’origines fort diverses ont basculé dans le camp de l’ennemi, allant parfois jusqu’à s’en asperger les mains de sang.

Une impressionnante enquête au cœur des ténèbres de l’âme humaine !

Bernard DELCORD

Ces Français qui ont collaboré avec le IIIe Reich par Jean-Paul Lefebvre-Filleau, préface de Gilles Perrault, Paris, Éditions du Rocher, janvier 2017, 550 pp. en noir et blanc au format 15,3 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 22 € (prix France)

 

LISTE DES COLLABORATEURS

Les politiques :

ALIBERT Raphaël

BAUDOUIN Paul

BEUGRAS Albert

BONNARD Abel

BOUT DE L'AN Francis

BUCARD Marcel

DÉAT Marcel

DORIOT Jacques

GABOLDE Maurice

HENRIOT Philippe, le « Goebbels » français

MARION Paul

PUCHEU Pierre

VALLAT Xavier

 

Les intellectuels :

ALGARRON André

BEAUPLAN Robert de

BENOIST-MÉCHIN Jacques

BERAUD Henri

BRASILLACH Robert

BRINON Fernand de

CÉLINE, Louis-Ferdinand

CHACK Paul

CHÂTEAUBRIANT Alphonse de

COUSTEAU Pierre-Antoine

FERDONNET Paul

HÉROLD Jean-Auguste, dit HÉROLD-PAQUIS

JEANTET Claude

LAUBREAU Alain

LUCHAIRE Jean

REBATET Lucien

SUAREZ Georges

 

Les militaires :

BASSOMPIERRE Jean

BRIDOUX Eugène

DAGOSTINI Raoul

DARNAND Joseph

DENTZ Henri

DUGÉ DE BERNONVILLE Jacques

FENET Henri

KNIPPING Max

LABORDE Jean de

LÉCUSSAN Joseph

MAYOL DE LUPÉ Jean de

PLATON Charles

PUAUD Edgar

RAYBAUD Émile

TISSOT Noël de

VAUGELAS Jean de

 

Les hauts fonctionnaires :

ANGELI Alexandre

BOUSQUET René

CHIAPPE Angelo

CUSSONAC René

DARQUIER DE PELLEPOIX Louis

FAY Bernard

LABROUE Henri

LELONG Georges

MARION Charles

SÉZILLE Paul

TOUVIER Paul

 

Les chefs d'entreprise :

BERLIET Marius

BICHELONNE Jean

BRUNETON Gaston

DEWOITINE Émile

JOANOVICI Joseph

LAGARDELLE Hubert

LESCA Charles

SZKOLNIKOFF Mandel

 

Les repris de justice :

ANDRÉ Francis, dit « Gueule-Tordue »

BONNY Pierre

CARRÉ Mathilde

DANOS Abel

DELFANNE Georges, dit Christian MASUY

FILIOL Jean

GLÈBE D'EU Guy

LAFONT Henri

MARTIN Frédéric, alias Rudy de MÉRODE

PAOLI Pierre-Marie

SOLNLEN Maurice, alias Jean MANSUY

VILLAPLANA Alexandre

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 01 17

Bataille pour un château-fort…

Vengeance.jpg« Un château médiéval, un parc boisé, trois propriétaires, une indivision...

Louis d'Érezée vit seul avec sa mère agonisante dans cette forteresse familiale, mais son frère Maximilien et sa sœur Colienne, tenus à l'écart de sa gestion, en exigent la vente. Ils s'affrontent avec dureté, persuadés chacun que leur avenir dépend de l'issue du combat.

L’aîné s'accroche à une vision digne de l'Ancien Régime, les deux autres ne cherchent qu'à vivre avec leur temps. Ce conflit violent, lié aux particularités de letur éducation singulière, mobilise toute leur énergie. En pure perte, comme dans la majorité des conflits. »

Tel est le texte de la quatrième de couverture du passionnant roman Vengeance rédigé et publié par le marquis Charles de Trazegnies né à Bruxelles en 1946 [1].

On s’en voudrait de déflorer le scénario de cet excellent livre et ses multiples rebondissements, mais on ne peut s’empêcher d’établir un lien avec la longue bataille juridique que mena l’auteur, entre 1997 et 2008, contre son frère et sa sœur pour obtenir la sortie d’indivision et la mise en vente de la forteresse médiévale de Corroy-le-Château, finalement acquise par l’artiste Wim Delvoye [2].

Charles de Trazegnies ne dit d’ailleurs pas vraiment le contraire dans son avertissement : « Bien qu’il décrive une réalité – c’est nous qui soulignons –, ce roman est une œuvre de fiction peuplée de personnages imaginaires ».

Des fantômes fort agressifs…

Bernard DELCORD

Vengeance par Charles de Trazegnies, Bruxelles, Éditions Le Roseau vert [3], mai 2016, 314 pp. en noir et blanc au format 15 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 25 €

 

[1] Il a longtemps exercé la profession d'éditeur (plus de 120 livres publiés, dont certains “best sellers” en Belgique) et de traducteur (une vingtaine de livres traduits du néerlandais et de l'anglais). Il est par ailleurs l'auteur de poèmes, de récits et de nombreux contes imaginaires.

[2] http://www.lavenir.net/cnt/112576 &

http://archives.lesoir.be/wim-delvoye-se-paye-corroy_t-20080923-00J2QY.html

[3] Rue de la Tulipe, 2 à 1050 Bruxelles.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 01 17

Fiction nucléaire…

Le cauhemar du Président.jpgLe premier roman du Belge Denis Ralet, Le cauchemar du Président, paru à Bruxelles aux Éditions Telarcom, décrit avec force détail et d’une plume alerte l’univers post-apocalyptique qui pourrait résulter d’une explosion nucléaire dans un futur proche.

En voici le pitch :

« Né en 1963, Charles Chabrolles est élu Président de la République française en 2022. Peu après, une explosion nucléaire en Antarctique place les hommes politiques et les consommateurs devant leurs responsabilités.

Le Président Chabrolles est alors confronté à des troubles climatiques, sécuritaires et économiques et, en 2027, l’Elysée est brièvement prise d’assaut.

En 2046, depuis sa retraite à Banon dans les Alpes de Haute-Provence, le Président Chabrolles observe la vie de ses contemporains à partir de 2027 : politique, éducation, économie, loisirs, violence, migrants…

Sur un ton parfois cynique ou désabusé, il décrit les dérives d’un monde en quête d’équilibre.

Ses dernières paroles, en 2047, furent “Honte à ma génération” ».

Avis aux amateurs du genre !

Bernard DELCORD

Le cauchemar du Président par Denis Ralet, Bruxelles, Éditions Telarcom, diffusion Éditions Weyrich, novembre 2016, 240 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,50 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 01 17

« Plus les éléments employés sont purs, plus l'œuvre est pure. » (Édouard Vuillard)

Bonnard & Vuillard – Donation Zeïneb et Jean-Pierre Marcie-Rivière .jpg

Les « Nabis » est le nom que se sont donné les jeunes peintres qui se regroupent autour de Paul Sérusier vers 1888. Le terme Nabi, ou nebiim signifie en hébreu, dans un sens actif « orateur » ou « annonciateur », ou dans un sens passif, « celui qui est ravi dans une extase » ou « appelé par l'esprit ». En Occident, Nabi a été traduit par « prophète » « illuminé » ou encore « celui qui reçoit les paroles de l'au-delà », « l'inspiré de Dieu ».

Ce cercle naît d'une controverse autour d'une peinture de Paul Sérusier, Le Talisman, l'Aven au Bois d'Amour, réalisée sous la direction de Paul Gauguin, durant l'été 1888. Gauguin encourage Sérusier à se débarrasser de la contrainte imitative de la peinture, à user de couleurs pures et vives, à ne pas hésiter à exagérer ses visions, et à donner à ses peintures sa propre logique décorative et symbolique.

Lorsque Sérusier revient à Paris, son tableau fait naître des débats enflammés avec les autres étudiants de l'Académie Julian et de l'École des Beaux-Arts, sur le rôle sacré de l'art et de la peinture. Sérusier forme alors le groupe des Nabis, avec ses proches amis Pierre Bonnard, Édouard Vuillard, René Piot, Henri-Gabriel Ibels, Maurice Denis, Ker-Xavier Roussel, Paul Ranson. En 1891, le Hollandais Jan Verkade, en 1892, le Suisse Félix Vallotton, puis Georges Lacombe, Mogens Ballin, József Rippl-Rónai, Charles Filiger, Adolf Robbi ainsi que le sculpteur Aristide Maillol les rejoignent.

Ils se donnent tous un surnom, signe de leur initiation, et paraphent les lettres qu'ils échangent du sigle ETPMVMP (« en ta paume mon verbe et ma pensée ») [1].

Vuillard Jeune fille.jpg

 

Édouard Vuillard, Jeune fille la main sur la poignée de la porte (1891)

© Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais/Patrice Schmidt

Jusqu’à la fin mars 2017, le musée d'Orsay présente pour la première fois dans ses murs l'ensemble de la donation de Zeineb et Jean-Pierre Marcie-Rivière consentie au cours de l'année 2010 et dont l'usufruit est tombé avec la disparition de Jean-Pierre Marcie-Rivière, le 6 janvier 2016.

Cette libéralité constitue un événement majeur dans l'histoire des collections publiques françaises qui coïncide avec la célébration des trente ans d'ouverture du musée.

La donation comprend 25 tableaux et 94 dessins de Pierre Bonnard [2] ; 24 tableaux, 3 pastels et 2 dessins d’Édouard Vuillard [3].

Commencée dans les années 1960 par André Levy-Despas, le premier mari de Zeineb Kebaïli, la collection a été poursuivie pendant plus de quarante ans par Zeineb et Jean-Pierre Marcie-Rivière.

Elle exprime une sensibilité aux sujets intimes et aux compositions mystérieuses parfois jusqu'à l'hermétisme ou la caricature. Soirées musicales, portraits saisis sur le vif, intérieurs avec personnages, scènes urbaines, témoignent des correspondances étroites entre Bonnard et Vuillard au temps des Nabis. Des tableaux de la maturité des deux artistes complètent cet ensemble d'œuvres créées dans les années 1890. À cette époque, Bonnard et Vuillard s'intéressent aux mêmes sujets avec une prédilection pour les scènes intimistes représentant leur univers familier [4].

Bonnard Chien sur la terrasse.jpg

Pierre Bonnard, Chien sur la terrasse (1917)

© Adagp - Musée d'Orsay, Dist. RMN-Grand Palais/Patrice Schmidt

Le superbe catalogue de cette exposition, publié par les Éditions Flammarion et le Musée d’Orsay, s’intitule Bonnard/Vuillard – Donation Zeïneb et Jean-Pierre Marcie-Rivière, rassemble 160 illustrations ainsi que des textes remarquables de Guy Cogeval, Isabelle Cahn et Leïla Jarbouai, des as de la vulgarisation artistique.

Un ouvrage somptueux !

Bernard DELCORD

Bonnard / Vuillard – Donation Zeïneb et Jean-Pierre Marcie-Rivière, catalogue d’exposition avec des textes de Guy Cogeval, Isabelle Cahn et Leïla Jarbouai, Paris, Éditions Flammarion & Musée d’Orsay, novembre 2016, 172 pp. en quadrichromie au format 19 x 27 cm sous couverture brochée en couleurs, 35 € (prix France)

Informations pratiques :

Musée d’Orsay

1 rue de la Légion d'honneur

75007 Paris

Salles 67, 68 et 69

Informations téléphoniques : 00 33 1 40 49 48 14

Métro : ligne 12, station Solferino

RER : ligne C, station Musée d'Orsay

Bus : 24, 63, 68, 69, 73, 83, 84, 94

Horaires :

Ouverture de 9h30 à 18h le mardi, le mercredi, le vendredi, le samedi et le dimanche de 9h30 à 21h45 le jeudi.

Vente des billets jusqu'à 17h, 21h le jeudi.

Évacuation à partir de 17h15, 21h15 le jeudi.

Groupes admis sur réservation uniquement du mardi au samedi de 9h30 à 16h, jusqu'à 20h le jeudi.

Fermeture tous les lundis.

Tarifs :

Plein tarif : 12 €

Tarif réduit : 9 €

– Pour les 18-25 ans non ressortissants et non résidents de longue durée d'un pays de l'Union européenne.

– Pour tous à partir de 16h30 (sauf le jeudi).

– Pour tous, le jeudi en nocturne, à partir de 18h.

Gratuit

– Pour tous le premier dimanche de chaque mois.

– Moins de 18 ans.

– 18-25 ans ressortissants ou résidents de longue durée d'un pays de l'Union européenne.

– Enseignants des établissements français du primaire au secondaire, munis d'un Pass éducation en cours de validité.

– L'entrée du musée est gratuite et prioritaire par la porte C pour la personne handicapée (mobilité réduite, déficience auditive, intellectuelle ou visuelle) et son éventuel accompagnateur, sur présentation d'un justificatif : cartes délivrées par une MDPH (maison départementale des personnes handicapées) ou attestation étrangère équivalente, accompagnée d'une pièce d'identité avec photographie.

 

[1] [1] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Nabi_(peinture)

[2] Peintre de personnages, figures, nus, portraits, paysages animés, intérieurs, natures mortes, fleurs et fruits, Pierre Bonnard (1867-1947) est un artiste postimpressionniste membre du groupe des Nabis.

[3] Jean Édouard Vuillard (1868-1940) est un peintre, dessinateur, graveur et illustrateur français. Membre fondateur du mouvement nabi, il s'est illustré dans la peinture de figures, de portraits, d'intérieurs, de natures mortes, de scènes intimistes, de compositions murales et de décors de théâtre.

[4] Plus d’informations sur http://www.musee-orsay.fr/fr/collections/bonnard-vuillard...

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Expositions | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 01 17

« La révolution russe, c'est la révolution française qui arrive en retard, à cause du froid. » (Salvador Dali)

Tintin au pays des Soviets.jpgTintin au pays des Soviets (titre complet sur la couverture : Les Aventures de Tintin, reporter du « Petit Vingtième », au pays des Soviets) est le premier album de la série de bande dessinée Les Aventures de Tintin, créée par Hergé (1907-1983).

Alors responsable du Petit Vingtième, le supplément jeunesse du journal belge Le Vingtième Siècle, Hergé reçoit, de son rédacteur en chef l'abbé Norbert Wallez, la commande d'une bande dessinée dont le héros ferait un reportage en URSS. L'abbé fournit à Hergé le pamphlet Moscou sans voilesNeuf ans de travail au pays des Soviets publié en 1928 par Joseph Douillet (1878-1954), ambassadeur de Belgique en Russie [1], dont l'auteur s'inspire très fortement, ce qui fait de cette aventure une critique particulièrement virulente du régime communiste.

Hergé considère cette œuvre comme une « erreur de jeunesse ». En effet, il fait preuve d'inconstance dans le caractère des personnages et dans le ton anticommuniste, mais il introduit néanmoins l'usage exclusif du dessin et des phylactères dans la bande dessinée européenne, comme Alain Saint-Ogan avant lui, et il montre un réel talent pour représenter le mouvement et le son. Outre la première apparition des célèbres personnages Tintin et Milou, plusieurs moments de l'album sont passés à la postérité, par exemple la scène de la manipulation des élections.

L’histoire est prépubliée dans Le Petit Vingtième du 10 janvier 1929 au 8 mai 1930, puis paraît en album en septembre 1930. Elle est également publiée dans le magazine français Cœurs vaillants à partir d'octobre 1930. Rapidement introuvable en librairie et victime de la contrefaçon sur le marché noir, l'album n'est réédité par les éditions Casterman qu'en 1973, au sein des Archives Hergé. Jamais redessinée par les Studios Hergé, cette histoire reste dans son format original, en noir et blanc, jusqu'en 2017 [2], quand les éditions Casterman et la société Moulinsart SA, chargée de l’exploitation commerciale de l’œuvre d’Hergé, en publient une version colorisée [3].

La mise en couleurs amplifie la lisibilité du récit, la clarté des dessins et surprend par sa modernité, comme s'il s'agissait d'un nouvel album. Elle a été confiée dans le cadre des Studios Hergé à Michel Bareau, assisté de Nadège Rombaux [4].

Bien que cette publication se fonde sur des motifs purement commerciaux, le filon des aventures de Tintin et Milou s’épuisant, et qu’elle s’apparente fortement à un raclage de fonds de tiroir, force est de constater qu’elle constitue une belle réussite graphique…

Bernard DELCORD

Tintin au pays des Soviets par Hergé, Bruxelles, Éditions Casterman-Moulinsart, janvier 2017, 137 pp. en noir et blanc au format 22,6 x 30,4 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,95 €

Moscou sans voiles.jpg

[1] Douillet lived in Russia from 1891 to 1926. He served as the Belgian consul in Rostov-on-Don. It has been said that he "had spent so long in the country that he was almost more Russian than Belgian." In 1925 he was arrested in the USSR and was imprisoned for nine months before being expelled from the country.

In 1928 he published a book Moscou sans Voiles Neuf ans de travail au pays des Soviets, which condemned the Bolshevik regime. Among the charges recorded in the book are that the Soviet government created false factories to deceive foreign visitors. "The first part of Douillet's book was called: 'How the red paradise is portrayed', and is full of examples of how foreign visitors are deceived.

Another part of the book recorded how one Oebijkon coerced people into assenting for Communist rule during an election. "We see the communist comrade Oebijkon (who is resigning from the presidency) delivering a speech. This is what he says: 'We have three lists: one of these comes from the communist party. Let anyone who is against this list raise their hand!' At the same moment Oebijkon and four of his comrades pull their revolvers and direct them menacingly at the peasant audience. Oebijkon continued: 'Who votes against this list? No one? Then I declare that anyone voted for the communist list. There is no need to vote for the other two lists anymore.'" This episode would later be used in Tintin in the Land of the Soviets. (Source – en anglais uniquement : https://en.wikipedia.org/wiki/Joseph_Douillet)

[2] Année du centenaire de la Révolution d’Octobre.

[3] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Tintin_au_pays_des_Soviets

[4] Source : http://www.decitre.fr/livres/les-aventures-de-tintin-tint...

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |