12 11 14

Deux enquêtes d'Obélix...

L'affaire Arcane.jpgVoici que paraît, aux Éditions de l’Élan à Waterloo et illustré par Olsen (les précédents le furent successivement par les bédéistes Walthéry, Derib, Follet et Dany, excusez du peu !), le cinquième tome des aventures culinaro-policières de Monsieur Baudruche, un détective atypique, gros mangeur de victuailles, grand descendeur de bouteilles de bière ou de vin et avide dévoreur de livres – en particulier ceux de Thomas Owen au sujet desquels il est incollable – affublé d’une moustache considérable et d’un ventre qui ne l’est pas moins.

Constitué de deux nouvelles, L’affaire Arcane et Squelette aux Bories ainsi que d’un carnet de croquis, l’ouvrage s’avère fort plaisamment rédigé sur un ton primesautier soutenant allègrement les intrigues dont, bien entendu, nous ne fournirons pas ici la clé.

Sachez toutefois que la première se déroule en Franche-Comté en passant par le Gabon et qu’il y est question d’un empoisonnement aux champignons tandis que la seconde s’articule autour d’un tibia retrouvé dans les Corbières, que leur récit est joliment ficelé, que les illustrations sont de qualité (of course!) et que l’on en termine la lecture le sourire aux lèvres.

Extraits :

« Sans style, avec une absence totale d’élégance, peinant à trouver tout à la fois son équilibre, la pédale adéquate et le bon chemin, Baudruche prit sur le vif son premier cours de pilotage moto. Il fut aussi efficace qu’un hippopotame sur un tricycle. Néanmoins, sa vitesse de déplacement supplantait la moyenne qu’il aurait pu atteindre en se fiant à ses seules guibolles. »

Baudruche moto.jpg

« Baudruche aurait pu mettre cette diversion à profit pour pousser ses formes dans la forêt. (…) Le risque de prendre un suppositoire de feu dans le derrière lui semblait minime. Mais un sentiment inexpliqué le maintenait là… »

« Fédérés par le drame, les badauds s’agglutinèrent. Les forces de l’ordre eurent toutes les peines du monde à les décramponner. C’est qu’ils se nourrissaient du spectacle de cette vie absente. On leur retirait le pain de la bouche… »

Funny, isn’t it?

Bernard DELCORD

Baudruche – L'affaire Arcane par Bruno Senny, illustrations d’Olsen, Waterloo, Éditions de l’Élan, septembre 2014, 128 pp. en noir et blanc au format 16 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 16 €

11 11 14

Une synthèse remarquable...

Art – Les grands mouvements et chefs-d'œuvre.jpg

Consacré principalement à la peinture, l’ouvrage somptueux de Ian Chilvers, Iain Zaczek, Jude Welton, Caroline Bugler et Lorrie Mack paru chez Flammarion à Paris sous le titre Art, les grands mouvements et les chefs-d’œuvre suit les principales évolutions de l'histoire de l'art à travers les œuvres les plus influentes et les plus prestigieuses allant de la période glaciaire (34 000 ans avant Jésus-Christ) à l'expressionnisme abstrait.

Roublev Icône de la Trinité.jpg

Art paléochrétien : Andreï Roublev, Icône de la Trinité (v. 1425),

Galerie Tretiakov, Moscou.

Des chronologies richement illustrées y expliquent très clairement les mouvements majeurs et les grands chefs-d'œuvre y sont associés aux vies des artistes et aux événements contemporains, tandis qu’un glossaire, un index des artistes et un index général en facilitent la consultation.

 Les époux Arnolfini.jpg

Le naturalisme flamand : Jan van Eyck, Les époux Arnofini (1434),

huile sur bois, 82,2 x 60 cm, Londres, National Gallery.

De la très, très belle vulgarisation culturelle [1] !

Bernard DELCORD

Art – Les grands mouvements et chefs-d'œuvre par Ian Chilvers, Iain Zaczek, Jude Welton, Caroline Bugler & Lorrie Mack, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2014, 400 pp. en quadrichromie au format 25,8 x 30,7 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 32 € (prix France)

Les deux Frida.jpg

Dadaïsme et surréalisme – en route vers l’absurde : Les deux Frida par Frida Kahlo (1939),

Musée d’art Moderne, Mexico.


[1] Table des matières : Partie 1. De la préhistoire à l’art médiéval (arts de la préhistoire, égyptien, grec, romain, paléochrétien, byzantin, médiéval des « siècles obscurs », roman et gothique). Partie 2. Renaissance et maniérisme (éclosion et épanouissement de la Renaissance, la haute Renaissance, Renaissance à Venise, Renaissance nordique, maniérisme en Italie et hors d’Italie). Partie 3. Du baroque au néoclassicisme (baroque en Italie, en Flandre, en Espagne, aux Pays-Bas, en France, rococo en France et hors de France, néoclassicisme). Partie 4. XIXe siècle (romantisme, paysages romantiques, préraphaélisme, réalisme, impressionnisme, post-impressionnisme, symbolisme). Partie 5. Ère moderne (expressionnisme, cubisme, naissance de l’art abstrait, dadaïsme et surréalisme, expressionnisme abstrait, pop art et op art, abstraction contemporaine, tradition figurative).

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 11 14

Hisse et ho !

Aventures en mer.jpgSurtout connu pour L’appel de la forêt (1903) et Croc-Blanc (1906), l’écrivain californien Jack London (1876-1916), aussi autodidacte qu’aventurier et vagabond, est également l’auteur de plus de cinquante autres nouvelles, romans et essais (Les vagabonds du rail [1907], Une odyssée au Klondike [1909], Contes des mers du sud [1911], Le Cabaret de la dernière chance [1913]), Le Vagabond des étoiles [1915]…) dont certains, comme Le Peuple de l’abîme (1903), sont des dénonciations en règle du libéralisme anglais et de ses méfaits sociaux.

Les Éditions Omnibus à Paris ont récemment rassemblé cinq de ses meilleurs romans maritimes (La Croisière du Dazzler ; Le Loup des mers ; Les Pirates de San Francisco ; La Croisière du Snark ; Les Mutinés de l'Elseneur) dans un recueil intitulé Aventures en mer qui passionnera les amateurs d’actions viriles sur des mers déchaînées et sous des cieux lointains.

En voici les résumés succincts, fournis par l’éditeur :

La Croisière du Dazzler (1902) : un jeune garçon en échec scolaire fuit la déception de son père en s'embarquant.

Les Pirates de San Francisco (1905) : les souvenirs du jeune Jack London, qui, âgé de quinze ans, pillait les parcs à huîtres dans la baie de San Francisco.

Le Loup des mers (1904) : l'histoire du sulfureux Loup Larsen, un capitaine qui ne connaît que la violence.

La Croisière du Snark (1911) : l'histoire d'un voyage autour du monde de sept années – celui de Jack London lui-même, à travers l'océan Pacifique, d'île en île.

Les Mutinés de l'Elseneur (1914) : embarqué avec un équipage de repris de justice, le dandy Pathurst découvre le déchaînement des éléments, qui n'est rien à côté de celui des passions humaines...

Pour les cœurs sensibles, gare au mal de mer !

Bernard DELCORD

Aventures en mer (La Croisière du Dazzler ; Le Loup des mers ; Les Pirates de San Francisco ; La Croisière du Snark ; Les Mutinés de l'Elseneur) par Jack London, présentation d’Olivier Péretié, Paris, Éditions Omnibus, octobre 2014, 1024 pp. en noir et blanc au format 13 x 19,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie et à rabats, 26 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 11 14

Les grands bâtisseurs…

Tout sur l'architecture.jpgDécoupé en six parties (du néolithique à 900 après Jésus-Christ, de 900 à 1400, de 1400 à 1700, de 1700 à 1870, de 1870 à 1950 et de 1950 à nos jours), l’ouvrage collectif paru chez Flammarion sous le titre Tout sur l’architecture présente et décrit avec précision tout en restant accessible au grand public l’histoire et l’évolution du premier des arts.

Pour ce faire, il se penche sur 150 monuments et emmène le lecteur à la découverte du temple de Louxor, du Taj Mahal, de la Cité interdite, de la basilique Saint-Pierre à Rome, du palais de Westminster, de l'Empire State Building, de la Cité Radieuse de Le Corbusier, des constructions Art Nouveau d'Antôn Gaudi, de « l'architecture numérique » de Frank Gehry, mais aussi de l’usine Van Nelle construite en 1929 à Rotterdam, du dortoir Golconde bâti à Pondichéry en 1935, de la station-service Fiat Tagliero érigée en 1938 à Asmara en Érythrée, du Swift II élevé en 1989 par Ricardo Bofill à La Hulpe en Belgique, du palais de justice et de la mosquée Qasr-al-Hokm sortis de terre en 1992 à Riyad en Arabie Saoudite ou encore de The Shard à Londres en 2012.

Fort complets, les auteurs abordent tous les mouvements clés de l'histoire de l'architecture, expliquent les grandes révolutions techniques, commentent plus de 1600 illustrations et fournissent la biographie des architectes ainsi que tous les outils indispensables à la compréhension de leur propos : repères chronologiques, détails, glossaire, index.

Tous les salons Batibouw de partout et de toujours, en quelque sorte…

Bernard DELCORD

Tout sur l'architecture, ouvrage collectif sous la direction de Denna Jones, ouvrage traduit de l’anglais par Delphine Chartier, Serge Paul, Maïca Sanconie, Danièle Thévenin & Francine Tolron, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2014, 574 pp. en quadrichromie au format 17,7 x 25,2 cm sous couverture Intégra en couleurs, 32 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 11 14

Maréchal ? Le voilà…

Pétain.jpgDocteure en histoire de l'Institut d'Études politiques de Paris et grande spécialiste de la Seconde Guerre mondiale en France, Bénédicte Vergez-Chaignon a contribué, de 1989 à 1999, à la monumentale biographie de Jean Moulin par Jean Cordier, avant de publier une biographie de Bernard Ménétrel, le médecin et secrétaire particulier de Pétain, suivie de Les Vichysto-résistants, consacré à ces résistants qui ont cru, plus ou moins longtemps, trouver en Pétain l'inspiration de leur engagement. Elle a aussi consacré plusieurs livres à l'épuration et écrit avec Éric Alary sur la vie quotidienne des Français dans les années 1940.

Sous le simple titre Pétain, elle a fait paraître à Paris aux Éditions Perrin une biographie monumentale du maréchal (1856-1951) dont l’image commune, écrit-elle, « se résume souvent à Vichy, sa rivalité avec de Gaulle, Verdun, sa condamnation à mort, sa réputation d'homme à femmes », c’est-à-dire peu de chose au regard de la réalité.

Se fondant sur une documentation gigantesque nourrie d’éléments nouveaux, Bénédicte Vergez-Chaignon restitue dans son ouvrage toute la destinée de celui qui fut aussi un orphelin triste, un jeune homme sportif épris d'études, un officier de carrière, un professeur à l’École supérieure de Guerre de Paris, le premier chef d’unité du sous-lieutenant Charles de Gaulle, un stratège, un chef de guerre, un héros adulé, un ministre, un ambassadeur de France, un chef d’État collaborateur des nazis, un antisémite patenté, un semi-otage exilé en Allemagne, un condamné à mort puis un vieillard égrotant décédé et enterré sur l’île d’Yeu.

« Août 14 changea sa destinée : en quatre ans, le colonel à la veille de la retraite devient le chef des armées françaises, tout en menant une vie amoureuse active. Dès lors commence un lien particulier avec les Français, qui durera jusqu'à l'été 1944, et parfois après », écrit l’auteure.

Les titres des 25 chapitres de son ouvrage donnent un aperçu éclairant du contenu :

1. Le fils de la morte, 1856-1878

2. L’officier, 1878-1914

3. Le général, août 1914-décembre 1916

4. Le commandant en chef, janvier 1917-novembre 1918

5. Le maréchal, 1919-1931

6. Le ministre, 1931-1935

7. Le retraité providentiel, 1935-1939

8. L’ambassadeur, mars1939-mai 1940

9. Le recours, mai-juin 1940

10. Le chef de l’État, juillet-septembre 1940

11. Le réformateur, 1940-1942

12. L’antisémite, 1940-1943

13. Le diplomate, 1940

14. L’audacieux, 1940

15. L’icône, 1941

16. Le rempart chancelant, 1941

17. L’otage indécis, 1941

18. L’imprudent, 1942

19. Le chef dépouillé, 1942

20. Le plaignant, 1943

21. Le gréviste, 1943

22. Le semi-captif, 1944

23. L’exilé, août 1944-avril 1945

24. L’accusé, avril-août 1945

25. Le condamné, 1945-1951

« À la fois politique, militaire, intellectuel, physique et psychologique, le portrait évolutif auquel aboutit l'auteur est bien différent des images d'Épinal en noir et blanc », indique l’éditeur de cette somme colossale.

C’est peu de le dire !

Bernard DELCORD

Pétain par Bénédicte Vergez-Chaignon, Paris, Éditions Perrin, août 2014, 1039 pp. en noir et blanc au format 15,5 x 24 cm + un cahier photos de 16 pages sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 11 14

Rock'n roll & bande dessinée

BOURHIS 1.jpg

BOURHIS 2.jpg

 

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Expositions | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 11 14

FOIRE DU LIVRE BELGE : 12e ÉDITION !

Foire du Livre Belge 2014 (affiche).jpg

La 12e Foire du Livre Belge, dédiée exclusivement aux auteurs, aux éditeurs, aux livres belges, est annoncée pour le week-end des 21, 22 et 23 novembre 2014 à Bruxelles, au Centre Culturel d’Uccle sous la présidence de Jacqueline Rousseaux.

Le thème de cette année, « Le Pouvoir », sera le fil rouge des nombreuses interviews lors de la Foire et sera décliné à l’infini.

L’espace d’un WE, le public découvrira des milliers de livres, sur tous les sujets et pour tous les âges, côtoiera des auteurs d’horizons très différents, assistera lors de moments exceptionnels à des rencontres, des débats et des séances de dédicaces.

Près de 80 auteurs, prix littéraires, académiciens, auteurs connus ou auteurs de premier roman, ou encore stars de la BD y seront interviewés sur leur dernier ouvrage. En 12 ans, ce sont 500 auteurs belges qui auront pris la parole au cours de cette Foire du Livre Belge, unique en son genre.

PROGRAMME :

Vendredi 21 novembre : inauguration

17h : ouverture et visite des stands.

18h30 : soirée d'inauguration (les prix littéraires de l'année s'expriment).

Samedi 22 et dimanche 23 de 10h à 18h :

Roman : Vincent Engel (Les Diaboliques), Francis Dannemark (Aux Anges), Véronique Biefnot (Là où la Lumière se pose), Valentine de le Court (Explosion de particules), Gauthier Hiernaux (Tribu silencieuse), Patrick Delperdange (Delperdange est un sale type), Claudine Clabots (De Louise de Keroual à Lady Di), Valérie Cohen (Alice et l’homme-perle), Joan Condijts (L'homme qui ne voulait plus être roi), Geneviève Damas (Histoire du bonheur), Jacques Mercier (Son parfum), Jean-Luc Fonck (Dream, dream... qui sonne à la porte de mon rêve ?), Évelyne Wilwerth (Miteux et magnifiques), Miss EMMA (L'abécédaire du Norfolk), Éric Russon (Crispations).

Récit : André Hankar (Confidences africaines), Jean-Pol Baras (En lisant le nouvel Obs).

Histoire : Laurence van Ypersele et Emmanuel Debruyne (Je serai fusillé demain), Yves Vander Cruysen (Waterloo démythifié), Joseph Tordoir (Des Libéraux de pierre et de bronze, 60 bâtiments à Bruxelles et en Wallonie), Georges Lebouc (Bruxelles occupée), Jacques Rifflet (L'Islam dans tous ses états), Louise-Marie Libert (Les plus mauvaises mères de l'histoire).

Témoignages : Marc Pirlet (Histoire de Bruma), Yves Wellens (Vert bouteille), Mike (Par terre), Isabelle Bary (Zébraska), Chantal Bauwens (Divorcée malgré moi), Xavier Magnée (Somme toute, mémoire à la barre).

Politique : Michel Peffer (Bruxelles : un défi citoyen), Pascal Delwit (Nouvelle gauche, vieille recette), Claude Moniquet (La menace terroriste).

Justice : Michel Claise (Les poches cousues).

Caricatures : Patrick Delcord (La Grande Guerre en caricatures).

Cuisine : Nathalie Uffner et Sébastien Ministru (La cuisine juive expliquée à mon ami goy).

Essai : France Guwy (Sur les chemins de la passion, Suzanne Lilar, Françoise Mallet-Joris, Elisabeth Badinter).

Médecine : Françoise Meunier (Quel avenir pour la cancérologie ? Les défis pour la recherche clinique en Europe), Jean Louis Vanherweghem (Les médecins de Molière au chevet de Louis XIV).

BD : Bernard Swysen (Victor Hugo), Johan De Moor et Gilles Dal (Cœur glacé), Jean Van Hamme (Largo Winch – Chassé-croisé et Wayne Shelton – T12 No return), Yves Sente (Kriss de Valnor n°5 : Rouge comme le Rahebor, XIII, Le message du martyr et Blake et Mortimer n°23 : le Bâton de Plutarque), Jean Duffaux et Olivier Grenson (Niklos Koda), Pascale Bourgaux, Campi et Zabus (Les larmes du Seigneur afghan), Dominique Maricq (Les trésors de Tintin).

Art : Stéphane Lambert (Nicolas de Staël - Le vertige et la foi), André Querton (La chambre d'art), Thierry Bosquet (Léa de Belgique).

Cinéma : Daniel Couvreur (Belvision. Le Hollywood européen du dessin animé).

Jazz : Marc Danval (Histoire du jazz en Belgique).

Nouvelles : Isabelle Bielecki (Les déracinés).

Sociologie : Guibert del Marmol (Sans plus attendre).

Littérature jeunesse : Bou Boinader (L'enfant qui courait/Napoléon Bonaparte), Gokhan Izci et Kavopoulos Yotis (Kaos Genesis), Marie de Salle et Sandrine Place (Pipo, Chien de guerre), Colette Rautier (Les petits amis de la forêt).

Poésie : Michel Van den Bogaerde (Métaphores), Stephan Van Puyvelde (Projet Ela), Silvana Minchella (Dicomique), Bernard De Commer (Dans la pénombre de nos draps), Patrick Devaux (Les mouettes d'Ostende).

Foire du Livre Belge 2014 (logo).jpeg Informations :

12e Foire du Livre Belge

Adresse : Centre Culturel d’Uccle à 1180 Bruxelles, rue Rouge, 47.

Dates : 21, 22, 23 novembre 2014

Événement gratuit.

Programme :

Ouverture des stands, le vendredi 21 novembre à 17h. Inauguration et soirée des prix littéraires dès 18h15.

Samedi 22 et dimanche 23/11 de 10h à 18h : interviews, débats, dédicaces.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Evénements | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 14

Le bateau livre...

Dictionnaire Rimbaud.JPGGrand spécialiste de la vie et de l’œuvre de Charles Baudelaire (1821-1867), de Paul Verlaine (1844-1896) et d’Arthur Rimbaud (1854-1891) – ses biographies de ces trois poètes sorties naguère (chez Folio/Gallimard) ont fait date –, l’académicien belge Jean-Baptiste Baronian a dirigé avec maestria les 35 spécialistes internationaux qui l’ont assisté dans la publication d’un Dictionnaire Rimbaud paru chez Robert Laffont dans la prestigieuse collection « Bouquins », un ouvrage pour lequel il a lui-même rédigé de nombreuses notices.

Voici ce qu’il nous dit de cette somme extraordinaire :

« Avec Victor Hugo et Charles Baudelaire, Arthur Rimbaud est probablement le poète français sur lequel on a le plus écrit. On ne compte plus les livres, les brochures et les articles qui lui ont été consacrés depuis la fin du XIXe siècle. Mais en dépit de ce flot ininterrompu de commentaires, de réflexions, de controverses et d’interprétations que son personnage, sa destinée et son œuvre ont suscité, il n’existait à ce jour aucun ouvrage tel que ce Dictionnaire, dont l’ambition est de faire un large "état des lieux rimbaldiens" et d’opérer la synthèse de tout ce qui a été dit d’important ou d’incongru, voire de fantaisiste à leur propos.

Ce Dictionnaire Rimbaud se veut un outil de référence pour approcher au plus près le poète dans sa vie et dans ses écrits (lesquels comprennent ses devoirs d’écolier et sa correspondance), pour connaître les auteurs qu’il a lus ou qui l’ont peu ou prou influencé, les personnes qu’il a connues et qu’il a rencontrées en France et ailleurs, les lieux les plus mémorables où il s’est rendu et où il a séjourné, les écrivains, les critiques et les exégètes qui se sont intéressés à lui.

Les multiples facettes de l’homme et de ses œuvres sont étudiées dans des perspectives tour à tour biographiques, littéraires, analytiques, historiques, politiques et géographiques. Le Dictionnaire aborde aussi des sujets souvent négligés dans ce genre d’entreprise, comme l’influence du poète dans la chanson française, le rock ou la bande-dessinée : autant d’approches inédites qui démontrent le rayonnement de Rimbaud à travers le temps et par-delà les modes.

Les entrées du Dictionnaire s’organisent autour de quatre axes : les noms, les lieux, les œuvres et les thèmes. Ceux-ci sont divisés en deux catégories. La première a trait aux grands sujets, aux principales notions et idées qu’on trouve chez le poète et à leur interprétation (la Commune, les pastiches ou la sexualité) ; la seconde aux divers aspects de la postérité ou de l’héritage littéraire de Rimbaud (à travers la peinture, le surréalisme ou les revues littéraires).

Cet ouvrage fait ainsi le tour le plus exhaustif possible de l’univers rimbaldien. »

Une bible que s’arracheront tous les fans de l’auteur du Bateau ivre, de Voyelles et d’On n’est pas sérieux quand on a dix-sept ans !

Bernard DELCORD

Dictionnaire Rimbaud sous la direction de Jean-Baptiste Baronian, Paris, Éditions Robert Laffont, collection « Bouquins », septembre 2014, 768 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 29,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 14

Bons mots...

Bouvard de A à Z.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 24/10/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

On ne présente plus Philippe Bouvard, journaliste, écrivain, mémorialiste et moraliste prolixe, qui vient de faire paraître chez Flammarion, sous le titre Bouvard de A à Z, un abécédaire de 2 000 réflexions thématiques bien ficelées, fruit de sa longue expérience d'homme des médias et d'homme tout court.

Florilège :

Artisanat : production locale de récipients divers, souvent laids et heureusement fragiles.

Congé : intervalle compris entre un arrêt maladie et une grève.

Envoyé (spécial) : journaliste qui, à l'occasion d'un événement important, va interviewer le correspondant local avant d'écrire son papier.

Idéologies : convictions de l’adversaire.

Parti : indispensable pour arriver.

Tante : mot péjoratif qui a longtemps désigné un homme changeant souvent de neveu.

Urètre : canal qui prolonge ceux de Venise lors des nuits de noce.

Les aphorismes d’une grosse tête bien faite et bien pleine !

Bernard DELCORD

Bouvard de A à Z par Philippe Bouvard, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 430 pp. en noir et blanc au format 15,2 x 24 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 19,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 10 14

Un râleur de génie...

Émile Bernard cover.jpgLe superbe catalogue (paru chez Flammarion) de l’exposition Émile Bernard - La peinture en colère qui se tient au musée de l’Orangerie à Paris jusqu’au 5 janvier 2015 – et qui sera également présentée à la Kunsthalle de Brême, du 7 février au 31 mai 2015 – est une magnifique occasion de découvrir l’œuvre picturale largement méconnue d’une personnalité majeure dans l'élaboration de l'art moderne, qui fut également peintre, graveur, critique d’art, écrivain et poète.

Écoutons les commissaires de ce grand événement :

« À la fin des années 1880, il inaugure le style cloisonniste, dont on sait l'importance qu'il revêtira chez Gauguin et Van Gogh, mais aussi chez les Nabis. Après la controverse sur l'invention du symbolisme en peinture, qui l'oppose violemment à Gauguin, Bernard s'installe au Caire où il reconsidère la stylisation schématique et la recherche de primitivisme symboliste. La découverte des maîtres anciens l'incitera cependant à renouer avec la tradition.

De retour en France, il publie des témoignages fondamentaux sur Cézanne et des écrits esthétiques remettant en cause les avant-gardes au nom de la tradition picturale. Mais, loin de se définir par un traditionalisme suranné, son art porte toujours la marque d'une personnalité curieuse et tourmentée, à la recherche de l'absolu artistique. » 

 

Émile Bernard (Chiffonnières – Clichy).jpg

Chiffonnières – Clichy (1887), musée de Brest.

Ajoutons que le titre de l’exposition s’explique par le fait qu’Émile Bernard, qui explora aussi la création symboliste, tachiste et orientaliste, était doté d’un fameux caractère qui marqua ses échanges – néanmoins fructueux – avec les plus grands artistes de son temps…

Bernard DELCORD

Émile Bernard, 1868-1941, ouvrage collectif, Paris, Éditions Flammarion, septembre 2014, 248 pp. en quadrichromie au format 22 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 39 € (prix France)

Émile Bernard (Après-midi à Saint-Briac).jpg

Émile Bernard (1868-1941), Après-midi à Saint-Briac (1887),

huile sur toile, Aarau, Aargauer Kunsthaus© Jörg Müller, Aarau.

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |