22 07 14

La cuisine des débutants...

Basiques.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 11/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

S'adressant aux novices des fourneaux, Basiques, le best-seller de Keda Black, vient de ressortir chez Marabout dans une version revue et enrichie où l'on trouve, expliquées pas à pas et illustrées avec un grand sens didactique, une centaine de recettes allant des classiques (sauces, œufs, pizzas, soufflés, quiches..) aux desserts (gâteaux, tartes, aux fruits, au chocolat...) en passant par les pâtes (à la bolognaise, aux tomates, au pesto...), le riz (pilaf, risotto), les viandes (hamburgers, carpaccios, magrets, plats mijotés ou au four...), les poissons (en entrées, en steaks, panés ou en ceviche...) et les légumes (en soupes, en salades, en purées, en gratins, en mix, mijotés...).

Un ouvrage d'une succulente simplicité !

Bernard DELCORD

Basiques par Keda Black, photographies de Frédéric Lucano, édition de 2007  revue et enrichie, Paris, Éditions Marabout, collection « Mon cours de cuisine », mai 2014, 159 pp. en quadrichromie au format 22 x 27,5 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 15,90 € (prix France)

Voici une recette bien de saison :

Minestrone d'été

Pour 6 personnes

Préparation : 35 minutes

Cuisson : 3h30

Ingrédients :

4 à 6 cuillerées à soupe d'huile d'olive

1 oignon

2 gousses d'ail

3 pommes de terre moyennes

1 bulbe de fenouil

2 petites courgettes

1 quart de chou

250 g de tomates cerises

50 g de parmesan

1 croûte de parmesan

4 brins de basilic

100 g de pâtes courtes (penne, orechiette)

100 g de haricots blancs secs (ou en boîte)

3 cubes de bouillon de poulet ou de légumes (à dissoudre dans 1,5 litre d'eau)

Sel et poivre

Recette :

La veille, mettre les haricots à tremper dans de l'eau froide.

Le lendemain, les mettre dans une casserole, couvrir d'eau et cuire 30-40 minutes.

Couper en dés les pommes de terre, le fenouil, les courgettes.

Couper le chou en lanières.

Hacher l'oignon, émincer l'ail.

Faire revenir ail et oignon, sans cesser de remuer.

Puis les pommes de terre, 2-3 minutes.

Faire la même chose avec le fenouil et le chou, puis les courgettes et les tomates.

Réserver un quart des courgettes et des tomates?

Verser le bouillon.

Ajouter la croûte de parmesan.

Porter à ébullition, puis baisser le feu.

Laisser cuire 2 heures avec un couvercle.

Mélanger de temps en temps.

Rectifier l'assaisonnement si nécessaire.

Ajouter les pâtes, les courgettes et les tomates restantes.

Ajouter les haricots cuits puis prolonger la cuisson 20 minutes.

Servir avec du pesto, du parmesan râpé et du bon pain.

La touch' terroir :

Le minestrone est encore meilleur si l'on ajoute un talon de jambon sec en même temps que le bouillon.

Conseil :

Faire suivre d'un dessert léger : salade d'agrumes ou de fraises, selon la saison.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 07 14

Destin de femme...

L'Effacement.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 04/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

 Véritable coup de poing asséné à l'estomac par une jolie main artistement gantée de velours noir comme son scénario, L'Effacement de Pascale Dewambrechies paru à Dax aux Éditions Passiflore est l'un de ces romans qui ne laisse ni indifférent ni indemne

En voici l'intrigue :

« Durant les années 1950, dans un petit village pyrénéen, Gilda Maurel subit sa destinée d'institutrice. Les jours s'écoulent et se ressemblent. Pourtant, l'arrivée de Luis, âgé de 20 ans, lui offrira la passion, l'ardeur, un souffle de vie encore inconnus. Mais elle a 36 ans. Elle vit cette passion hors-la-loi et sans issue comme une intolérable torture psychologique. Quand elle laisse partir Luis sans lui révéler qu'elle est enceinte, Gilda laisse s'envoler tout espoir de bonheur et donne naissance à Louise, leur enfant. Celle-ci ramène inlassablement sa mère dans le passé et la plonge dans une profonde mélancolie. Dans son journal, Gilda livre sa solitude, ses angoisses, son incapacité à se ressaisir et ce combat qu'elle mène contre elle-même sans jamais le gagner. Cette vie devenue vide dont elle veut s'éloigner. S'effacer. »

Composé de nombreux chapitres très brefs qui sont autant de petites touches pointillistes, cet ouvrage frise la perfection formelle, celle des dentelles de Bruxelles ou de Bruges, pour tisser un récit poignant et lucide, de la condition si souvent faite aux femmes par leur famille, leur éducation, leur surmoi ainsi que leur environnement social, historique et professionnel.

De la belle ouvrage !

Bernard DELCORD

L'Effacement par Pascale Dewambrechies, Dax, Éditions Passiflore, mai 2014, 215 pp. en noir et blanc au format 13 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 19 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 07 14

Come on, baby!

Nutrition gourmande autour de la naissance.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 04/07/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

 Dans Nutrition gourmande autour de la naissance, un ouvragediffusé par les Éditions Soliflor à Bruxelles, Françoise de Keuleneer, Héloïse Coppée (toutes deux nutrithérapeutes) et Corinne Hubinont (médecin-obstétricien) adressent aux futurs parents des conseils clairs, simples et précis, mis en pratique dans 101 recettes de cuisine, pour une approche nutritionnelle équilibrée et agréable dès le désir de grossesse, durant celle-ci et au cours de la période d'allaitement, ainsi que l'énoncé des principes diététiques favorables à la fertilité, à la grossesse et à l'allaitement, le tout complété par des tableaux de menus de saisons correspondant à ces trois phases, mais aussi pour éviter la toxoplasmose.

De quoi bien préparer les générations futures...

Bernard DELCORD

Nutrition gourmande autour de la naissance par Françoise de Keuleneer, Corinne Hubinont et Héloïse Coppée, photographies de Julie Grégoire, Bruxelles, Éditions Françoise Blouard (diffusées par les Éditions Soliflor), décembre 2013, 240 pp. en quadrichromie au format 20 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 29 €

Voici une recette conseillée pour les grossesses gémellaires :

Raie a la crème de cresson, spaghetti de légumes

Pour 4 personnes

Matériel :

Blender

Cuit-vapeur

Mandoline

Ingrédients :

2 ailes de raie, environ 700 g

4 courgettes moyennes

3 grosses carottes

2 oignons, rouges si possible

Pour la crème de cresson :

1 avocat mûr

1 ravier de cresson ou de cerfeuil

1 demi-citron

1 cube de bouillon de légumes bio

Fleur de sel marin

Recette :

À l'aide de la mandoline, détailler les courgettes et les carottes en spaghetti.

Peler les oignons, les couper en deux, puis les détailler en demi-rondelles.

Placer les ailes de raie dans le panier inférieur du cuit-­vapeur et les légumes dans le panier supérieur.

Faire cuire 10 a 12 minutes à la vapeur.

Rassembler dans le bol du blender la chair de l'avocat, le cresson ou le cerfeuil bien nettoyé (sauf quelques feuilles réservées pour la décoration), le cube de bouillon, un filet de jus de citron et un demi-verre d'eau bouillante.

Mixer.

Goûter et ajouter éventuellement une pincée de fleur de sel.

Étaler 2 cuillers à soupe de crème de cresson dans le fond de 4 assiettes préchauffées, disposer une portion de spaghetti de légumes, déposer par-dessus la raie débarrassée de son cartilage, arroser d'un filet d'huile d'olive et garnir avec les feuilles de cresson restant.

Conseil :

Pour éviter la toxoplasmose, blanchir le cresson.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

Livres-chocs...

Violence et vérité dans les littératures francophones.jpgRéunissant, sous la direction de Marc Quaghebeur, les transcriptions des entretiens ainsi que divers textes issus du colloque éponyme qui s'est tenu à Paris du 19 au 21 novembre 2008, organisé par l'Association européenne d'Études francophones (AEEF) et par le Centre Wallonie-Bruxelles en collaboration avec les Archives & Musée de la Littérature (AML, Bruxelles), les actes intitulés Violence et vérité dans les littératures francophones traitent en profondeur de douze livres, de douze auteurs [1].

Ces ouvrages concernent la Belgique, la Suisse, l'Europe centrale, le Québec, le Congo (avec l'excellent Mathématiques congolaises de notre ami In Koli Jean Bofane, auteur cette année d'un éblouissant Congo Inc. qui casse la baraque...), le Cameroun, les Antilles et le Maghreb dans une partie de sa grande diversité.

« Les conflits israélo-arabes, les séquelles coloniales au Maghreb, l'occupation américaine en Irak, le 11 septembre 2001, la mémoire européenne d'après le génocide, les guerres interafricaines ou les situations postcoloniales dans les Caraïbes y sont évoqués, comme la violence des éléments ou celle de l'univers avec lequel l'homme contemporain tente de rompre.

Quelque chose donc qui est l'Histoire, et qui est plus que l'Histoire telle qu'elle prétend se raconter ou se considérer [2] », écrit Marc Quaghebeur.

Et il a bien raison !

Tant le dynamisme, l'intelligence et la créativité sont grands parmi les écrivains des marches linguistiques de la France...

Bernard DELCORD

Violence et vérité dans les littératures francophones sous la direction de Marc Quaghebeur, Bruxelles, Éditions PIE Peter Lang, collection « Documents pour l'Histoire des Francophonies/Théorie », n°31, août 2013, 181 pp. en noir et blanc au format 15 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 42,80 €


[1] Nabile Fahrès, Mémoire de l'Absent, Valentin Yves Mudimbe, Shaba deux, Jean-Claude Pirotte, Absent de Bagdad, Hubert Haddad, Palestine, Daniel Maximin, L'Île et une nuit, Nourredine Saadi, La Nuit des origines, Bouthaïna Azami-Tawil, Le Cénacle des solitudes, Arezki Mellal, Maintenant, ils peuvent venir, Patrice Nganang, Temps de chien, Marie-Claire Dewarrat, Célébration, lois et coutumes de la guerre, In Koli Jean Bofane, Mathématiques congolaises, Régine Robin, L'Immense fatigue des pierres.

[2] Table des matières : 1. Rencontre de Fabien Honoré Kabeya Mukamba, Patrice Nganang et Marc Quaghebeur avec Nabile Farès et Valentin Yves Mudimbe. 2. À propos d'Absent de Bagdad par Marc Quaghebeur. 3. À propos de Shaba deux par Valentin Yves Mudimbe et Marc Quaghebeur. 4. À propos de Mémoire de l'Absent par Nabile Farès et Marc Quaghebeur. 5. Rencontre de Catherine Pont-Humbert avec Hubert Haddad, Daniel Maximin et Nourredine Saadi . 6. « Simple éloge de la paix ou les guerres du romancier » par Hubert Haddad. 7. « Histoire, violence, écriture » par Nourredine Saadi. 8. Rencontre d'Yves Chemla et Arezki Mellal avec Bouthaïna Azami-Tawil, Areski Mellal et Patrice Nganang. 9. « Dérouter la mort » par Bouthaïna Azami. 10. « Le doute nécessaire » par Patrice Nganang. 10. Rencontre de Bernadette Desorbay, Marie-Claire Dewarrat et Peter Klaus avec Jean In Koli Bofane, Marie-Claire Dewarrat et Régine Robin. 11. Rencontre de Peter Klaus avec Marie-Claire Dewarrat.

28 06 14

« Je sais que je ne sais rien. » (Jean Gabin après Socrate)

Brèves de cancres.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 20/06/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

Paru chez Chiflet et Cie à Paris Brèves de cancres est une hilarante compilation d'erreurs et d'inepties relevées dans des copies d'élèves, bel échantillon de ces pataquès dont débordent les tiroirs de nombreux enseignants.

Exemples :

– Qu'est-ce qu'un homophone ? C'est quelqu'un qui est contre le mariage gay. Et un embargo ? Une maladie du dos. Une icône ? Un truc dans la barre des tâches. Une racine carrée ? Un album de Stromae. Et l'abstention ? C'est quand on ne veut pas faire l'amour avec son mari... – – Pour voter, on est obligé de passer avant dans l'urinoir, sans ça le vote n'est pas valable.

– Pendant la Première Guerre mondiale, le président français était Raymond Pointvirgule. Et Edith Salade, est la seule femme à avoir été Premier ministre de l'hexagone.

– Le sens qui permet de percevoir le goût des aliments est l'ouïe.

– La première cause de l'alcoolisme est la soif.

– L'angle du cercle est de 360°.

– Le big bang est un orchestre de jazz.

– Le taux de fécondité dépend des allocations familiales...

– L'information est analysée dans le cerveau grâce à un neurone.

Autant (ne pas) le savoir, non ?

Bernard DELCORD

Brèves de cancres, ouvrage dirigé par Sophie Le Flour, Paris, Éditions Chiflet et Cie, mai 2014, 125 pp. en noir et blanc au format 12,6 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 14

La cuisine de Popeye...

Protéines vertes.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 20/06/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

S'adressant aux végétariens, mais aussi aux curieux que tenterait la cuisine « désincarnée », la styliste culinaire Catherine Moreau et le docteur Florence Solsona, diététicienne, ont réuni dans Protéines vertes paru chez Larousse une cinquantaine de recettes de cuisine saine et colorée pour profiter des bienfaits des lentilles, des pois, des haricots en grains, des épinards, du soja, du tofu, du quinoa et d'autres sources de protéines végétales, toutes choses que l'on pourra consommer à l'apéritif ou en entrées, en soupes, en petits plats chauds, en salades, en sandwichs, en tartes et gratins ainsi qu'au petit déjeuner ou au goûter.

Des préparations pour se tailler en hercule du matin jusqu'au soir !

Bernard DELCORD

Protéines vertes par Catherine Moreau & le docteur Florence Solsona, nutritionniste, photographies de Marie-José Jarry, Paris, Éditions Larousse, collection « Saveurs & bien-être », février 2014, 96 pp. en quadrichromie au format 17 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 8,90 € (prix France)

Voici une recette tout indiquée pour les beaux jours :

Minestrone d'été

Pour 4 personnes

Trempage : 12h

Préparation : 10 minutes

Cuisson : 1h15

Ingrédients :

200 g de haricots blancs

2 cubes de bouillon de légumes

2 courgettes

200 g de tomates cerises

100 g de petits pois, frais ou surgelés

10 brins de persil plat

1 gousse d'ail

1cuiller à soupe d'huile d'olive

Sel et poivre

Recette :

La veille, mettez les haricots à tremper pendant 12 heures.

Le lendemain, rincez-les et faites-les cuire dans un grand volume d'eau bouillante avec 1 cube de bouillon pendant 1 heure.

Égouttez-les puis rafraîchissez-les sous un filet d'eau froide.

Diluez le deuxième cube de bouillon dans 1,5 litre d'eau bouillante.

Coupez les courgettes en dés et mettez-les dans une casserole.

Ajoutez les tomates et les petits pois.

Versez le bouillon sur les légumes, portez à ébullition, puis mettez les haricots.

Salez et poivrez, ajoutez les feuilles de persil, l'ail pelé et l'huile d'olive.

Poursuivez la cuisson 15 minutes à feu moyen.

Servez aussitôt.

Variante :

Pour un minestrone d'hiver, remplacez les tomates cerises et les courgettes par des carottes et du céleri branche.

L'avis de la nutritionniste :

Une recette intéressante pour ceux qui veulent augmenter leurs apports en fer sans consommer de viande. En effet, les haricots blancs sont très riches en fer : leur association au persil et, dans une moindre mesure, à l'ail et aux petits pois, bonnes sources de vitamines C, permet d'optimiser l'absorption du fer par l'organisme. À recommander en particulier aux adolescentes et aux jeunes femmes, souvent carencées en fer.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 06 14

Une bande d'en foire...

Les Larrons.jpgPublié en 1962, Les Larrons, qui vient de ressortir chez Gallimard à Paris dans un reprint de l'édition française de 1964, est le dernier roman de l'écrivain américain William Faulkner (septembre 1897-juillet 1962, prix Nobel 1949), un des poids lourds de la littérature mondiale d'avant et d'après la Seconde Guerre mondiale.

Contrairement à l'essentiel de ses œuvres précédentes douloureusement dramatiques (Le bruit et la fureur, Sartoris, Tandis que j'agonise, Lumière d'août, Sanctuaire, Parabole...), ce roman joyeux ne recourt pas à des techniques littéraires complexes. C'est pourquoi il est souvent ignoré par les exégètes de Faulkner ou considéré comme un ouvrage mineur dans lequel le grand romancier dit un adieu souriant aux personnages qui, pendant tant d'années, ont été ses compagnons de chaque jour.

Faulkner avait déclaré vouloir finir sa carrière littéraire en écrivant le livre d'or du comté de Yoknapatawpha (nom qu'il donnait dans ses livres au comté de Lafayette, dans l'État du Mississipi, où il passa la plus grande partie de son existence). Il est probable que Les Larrons constitue ce « livre de l'âge d'or ».

Ce roman fut adapté au cinéma en 1969 dans un film réalisé par Mark Rydell avec Steve McQueen et Rupert Crosse.

En voici l'intrigue :

En 1905, le grand-père de Lucius Priest achète une automobile qui sera parmi les premières à apparaître dans la ville de Jefferson (en réalité Oxford, dans le Mississipi). Pendant une absence de son grand-père, le petit garçon et le chauffeur s'emparent de la voiture et partent pour Memphis. Un passager clandestin apparaît en cours de route : Ned, un domestique noir de la famille. Arrivés à Memphis, Lucien et Boon, le chauffeur, s'installent dans une étrange « pension de famille », dont la tenancière est la Miss Reba de Sanctuaire.

S'ensuivront mille péripéties dans un imbroglio de situations hilarantes et paradoxales amenées avec autant de malice que de talent narratif.

Une véritable pinte de bon sang !

Bernard DELCORD

Les Larrons par William Faulkner, traduction de l'anglais par Maurice-Edgar Coindreau et Raymond Girard, Paris, Éditions Gallimard, collection « L'imaginaire », mars 2014, 409 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,90 € (prix France)

25 06 14

Moments cruciaux...

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition.jpgAuteur ou coauteur de nombreux articles et ouvrages sur les fusions-acquisitions, la finance et le management, David Brault est diplômé de Sciences Po Paris et titulaire d'une maîtrise en droit des affaires. Il a débuté sa carrière dans un grand cabinet d'audit anglo-saxon avant d'occuper plusieurs postes de directeur administratif et financier/CFO dans un groupe international ou de direction générale/direction du développement dans des PME/PMI ou des filiales de groupes.

Fondateur d'Objectif Cash, un cabinet spécialisé dans la direction financière opérationnelle et le management de transition, il a mené depuis 10 ans plus de 400 missions en France et dans plus de 20 pays, avec une équipe de 60 personnes.

Il a aussi accompagné sur le terrain plus de 200 entreprises de tous secteurs et de toutes tailles dans des phases d’intégration post-acquisition.

La plupart de ces missions ont été réalisées dans des participations de fonds d'investissement (PME/PMI) ou dans des filiales de grands groupes toujours sous performantes en termes de gestion du cash et du BFR, parfois en crise de trésorerie.

C'est fort de ce curriculum vitae en acier trempé qu'il a fait paraître chez De Boeck Supérieur à Louvain-la-Neuve un essai particulièrement limpide intitulé Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition dans lequel il partage son expérience, rappelle un certain nombre de fondamentaux méthodologiques et fait bénéficier le lecteur d’un large panorama de situations concrètes rencontrées par des équipes opérationnelles sur le terrain.

Écoutons la présentation de sa démarche :

« Il existe une littérature abondante sur les opérations de fusion-acquisition. Malgré la diffusion régulière de bonnes pratiques dans la presse ou dans les ouvrages spécialisés, chaque année d’éminents instituts publient des statistiques qui démontrent qu’une opération de fusion-acquisition sur deux se solde par un échec, détruisant ainsi de la valeur au lieu d’en créer.

Quels enseignements tirer de la crise sur le plan des opérations de fusion-acquisition ? La sortie de crise est-elle propice aux opérations de fusion-acquisition ? Pour certaines entreprises la réponse est sans aucun doute positive : liquidités abondantes, endettement maîtrisé, concurrents affaiblis… Pour d’autres, la réponse est plus mitigée : encaisses de sécurité non encore complètement reconstituées, faible expérience en interne des opérations de M&A, nécessité pour croître de s’intéresser aux pays émergents, prix d’acquisitions encore très élevés, raréfaction du crédit, etc.

La plupart des responsables d’entreprises ont déjà rencontré à plusieurs reprises ces problématiques. Il n’en demeure pas moins que dans un monde qui évolue de plus en plus vite, ils ont en permanence besoin de repères sur le sujet des opérations de fusion-acquisition, de confronter leurs expériences à celles de professionnels aguerris et d’enrichir leurs bonnes pratiques. »

Clairement rédigé et aisément accessible à un public non initié, ce vade-mecum est complété par 16 vidéos, l'approche de deux cas concrets et un test d'autoévaluation.

Une référence indiscutable en la matière !

Bernard DELCORD

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition par David Brault, préface de Denis Dubois, postface de Jacques Tierny, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur, collection « Comptabilité, contrôle & finance »,  mai 2012, 182 pp. en noir et blanc au format 17,5 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 36 €

25 06 14

Morts au champ d'horreur...

Charleroi – 21-23 août 1914.jpgDocteur en histoire, Emmanuel Saint-Fuscien enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il a publié, rédigé avec Damien Baldin qui donne des cours sur l'histoire de la Première Guerre mondiale dans la même institution, un remarquable essai intitulé Charleroi – 21-23 août 1914 paru chez Tallandier en 2012, mais toujours disponible à la vente.

On se souviendra que Pierre Drieu la Rochelle, qui avait participé à la bataille dite des frontières entre la 5e armée française commandée par le général Lanrezac et la IIe armée allemande sous les ordres du Generaloberst von Bülow, en avait fourni une relation dantesque dans La Comédie de Charleroi, un texte qui pointait avec cynisme et désespoir aussi bien l'incurie de l'état-major de Joffre que l'impréparation des troupes françaises dont les pantalons garance, hérités de 1870, faisaient des cibles de choix et dont l'armement vétuste était inefficace contre les mitrailleuses et les canons allemands.

Nos deux historiens appuient ses dires quant à la puissance de feu des troupes du Reich et ils démontrent en outre la supériorité tactique des généraux du Kaiser en matière de progression systématique et d'engagement au combat.

 

Karl von Bülow.jpg

                                                                                 Karl von Bülow (1846-1921)

Avec un grand sens pédagogique et dans un style d'une belle limpidité, ils décrivent par ailleurs les événements dans les moindres détails, expliquent les erreurs, les aveuglements ou les traits de génie de l'un et l'autre camp tout en rendant justice au général Charles Lanrezac qui, parce qu'il avait compris que son armée risquait de se faire encercler par trois armées allemandes, décida seul le 23 août, en dépit des ordres de Joffre – (adepte passéiste de l'offensive à tout prix), le recul de ses troupes qui purent ensuite enrayer la progression de l'ennemi à l'issue de la bataille de Guise.

Charles Lanrezac.jpg

Charles Lanrezac (1852-1925)

Lanrezac contribua ainsi indirectement à la victoire ô combien décisive sur la Marne, quelques jours plus tard. Il fut néanmoins limogé le 3 septembre 1914 et remplacé par Louis Franchet d'Esperey. On lui reprochait entre autres son esprit critique et sa mésentente avec le maréchal anglais French. Désabusé, Lanrezac refusa en 1917 le poste de major général des armées que lui proposait Paul Painlevé, alors ministre de la Guerre.

Il y a 100 ans, la bataille de Charleroi se solda par la mort d'au moins 20 000 soldats français et allemands...

Une commémoration s'impose, à tout le moins par la lecture de l'ouvrage magistral d'Emmanuel Saint-Fuscien et Damien Baldin !

Bernard DELCORD

Charleroi – 21-23 août 1914 par Damien Baldin et Emmanuel Saint-Fuscien, Paris, Éditions Tallandier, collection « L'histoire en batailles », août 2012, 224 pp. en noir et blanc au format 13 x 20 cm sous couverture brochée en couleurs, 18,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 06 14

Pour marcher les yeux grands ouverts...

Atlas du street art et du graffiti.jpgFaisant le point sur des pratiques créatrices en plein essor à l'échelle mondiale, l'Atlas du street art et du graffiti de Rafael Schacter paru chez Flammarion à Paris en décrit les apparentements multiples (le spray can art, le pixâçao brésilien, le pop art et le land art américains, les pochoirs politiques argentins...) et les manifestations diverses, du graffiti traditionnel à l'intervention sculpturale, de l'affiche à la performance et de l'abstraction géométrique à la figuration photo-réaliste.

Très complet avec ses 750 illustrations, son focus sur 16 villes, ses 12 cartes originales créées par 12 artistes et son glossaire, ce fort bel ouvrage montre comment cet art populaire s'est développé dans des environnements très divers, de la métropole surpeuplée au désert perdu, et a été produit par des créateurs de toute nationalité, origine, religion ou culture, en présentant 113 artistes de 25 pays ainsi que le contexte historique de leur production et les influences qu'ils ont subies.

Après le road movie, voici donc le road museum...

Et son catalogue somptueux !

Bernard DELCORD

Atlas du street art et du graffiti par Rafael Schacter, préface de John Fekner, traduit de l'anglais par Denis-Armand Canal, Paris, Éditions Flammarion, mars 2014, 400 pp. en quadrichromie au format 22,8 x 24 cm sous couverture Intégra en couleurs, 39,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |