25 06 14

Moments cruciaux...

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition.jpgAuteur ou coauteur de nombreux articles et ouvrages sur les fusions-acquisitions, la finance et le management, David Brault est diplômé de Sciences Po Paris et titulaire d'une maîtrise en droit des affaires. Il a débuté sa carrière dans un grand cabinet d'audit anglo-saxon avant d'occuper plusieurs postes de directeur administratif et financier/CFO dans un groupe international ou de direction générale/direction du développement dans des PME/PMI ou des filiales de groupes.

Fondateur d'Objectif Cash, un cabinet spécialisé dans la direction financière opérationnelle et le management de transition, il a mené depuis 10 ans plus de 400 missions en France et dans plus de 20 pays, avec une équipe de 60 personnes.

Il a aussi accompagné sur le terrain plus de 200 entreprises de tous secteurs et de toutes tailles dans des phases d’intégration post-acquisition.

La plupart de ces missions ont été réalisées dans des participations de fonds d'investissement (PME/PMI) ou dans des filiales de grands groupes toujours sous performantes en termes de gestion du cash et du BFR, parfois en crise de trésorerie.

C'est fort de ce curriculum vitae en acier trempé qu'il a fait paraître chez De Boeck Supérieur à Louvain-la-Neuve un essai particulièrement limpide intitulé Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition dans lequel il partage son expérience, rappelle un certain nombre de fondamentaux méthodologiques et fait bénéficier le lecteur d’un large panorama de situations concrètes rencontrées par des équipes opérationnelles sur le terrain.

Écoutons la présentation de sa démarche :

« Il existe une littérature abondante sur les opérations de fusion-acquisition. Malgré la diffusion régulière de bonnes pratiques dans la presse ou dans les ouvrages spécialisés, chaque année d’éminents instituts publient des statistiques qui démontrent qu’une opération de fusion-acquisition sur deux se solde par un échec, détruisant ainsi de la valeur au lieu d’en créer.

Quels enseignements tirer de la crise sur le plan des opérations de fusion-acquisition ? La sortie de crise est-elle propice aux opérations de fusion-acquisition ? Pour certaines entreprises la réponse est sans aucun doute positive : liquidités abondantes, endettement maîtrisé, concurrents affaiblis… Pour d’autres, la réponse est plus mitigée : encaisses de sécurité non encore complètement reconstituées, faible expérience en interne des opérations de M&A, nécessité pour croître de s’intéresser aux pays émergents, prix d’acquisitions encore très élevés, raréfaction du crédit, etc.

La plupart des responsables d’entreprises ont déjà rencontré à plusieurs reprises ces problématiques. Il n’en demeure pas moins que dans un monde qui évolue de plus en plus vite, ils ont en permanence besoin de repères sur le sujet des opérations de fusion-acquisition, de confronter leurs expériences à celles de professionnels aguerris et d’enrichir leurs bonnes pratiques. »

Clairement rédigé et aisément accessible à un public non initié, ce vade-mecum est complété par 16 vidéos, l'approche de deux cas concrets et un test d'autoévaluation.

Une référence indiscutable en la matière !

Bernard DELCORD

Les 100 premiers jours d'une opération de fusion-acquisition par David Brault, préface de Denis Dubois, postface de Jacques Tierny, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck Supérieur, collection « Comptabilité, contrôle & finance »,  mai 2012, 182 pp. en noir et blanc au format 17,5 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 36 €

25 06 14

Morts au champ d'horreur...

Charleroi – 21-23 août 1914.jpgDocteur en histoire, Emmanuel Saint-Fuscien enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales à Paris. Il a publié, rédigé avec Damien Baldin qui donne des cours sur l'histoire de la Première Guerre mondiale dans la même institution, un remarquable essai intitulé Charleroi – 21-23 août 1914 paru chez Tallandier en 2012, mais toujours disponible à la vente.

On se souviendra que Pierre Drieu la Rochelle, qui avait participé à la bataille dite des frontières entre la 5e armée française commandée par le général Lanrezac et la IIe armée allemande sous les ordres du Generaloberst von Bülow, en avait fourni une relation dantesque dans La Comédie de Charleroi, un texte qui pointait avec cynisme et désespoir aussi bien l'incurie de l'état-major de Joffre que l'impréparation des troupes françaises dont les pantalons garance, hérités de 1870, faisaient des cibles de choix et dont l'armement vétuste était inefficace contre les mitrailleuses et les canons allemands.

Nos deux historiens appuient ses dires quant à la puissance de feu des troupes du Reich et ils démontrent en outre la supériorité tactique des généraux du Kaiser en matière de progression systématique et d'engagement au combat.

 

Karl von Bülow.jpg

                                                                                 Karl von Bülow (1846-1921)

Avec un grand sens pédagogique et dans un style d'une belle limpidité, ils décrivent par ailleurs les événements dans les moindres détails, expliquent les erreurs, les aveuglements ou les traits de génie de l'un et l'autre camp tout en rendant justice au général Charles Lanrezac qui, parce qu'il avait compris que son armée risquait de se faire encercler par trois armées allemandes, décida seul le 23 août, en dépit des ordres de Joffre – (adepte passéiste de l'offensive à tout prix), le recul de ses troupes qui purent ensuite enrayer la progression de l'ennemi à l'issue de la bataille de Guise.

Charles Lanrezac.jpg

Charles Lanrezac (1852-1925)

Lanrezac contribua ainsi indirectement à la victoire ô combien décisive sur la Marne, quelques jours plus tard. Il fut néanmoins limogé le 3 septembre 1914 et remplacé par Louis Franchet d'Esperey. On lui reprochait entre autres son esprit critique et sa mésentente avec le maréchal anglais French. Désabusé, Lanrezac refusa en 1917 le poste de major général des armées que lui proposait Paul Painlevé, alors ministre de la Guerre.

Il y a 100 ans, la bataille de Charleroi se solda par la mort d'au moins 20 000 soldats français et allemands...

Une commémoration s'impose, à tout le moins par la lecture de l'ouvrage magistral d'Emmanuel Saint-Fuscien et Damien Baldin !

Bernard DELCORD

Charleroi – 21-23 août 1914 par Damien Baldin et Emmanuel Saint-Fuscien, Paris, Éditions Tallandier, collection « L'histoire en batailles », août 2012, 224 pp. en noir et blanc au format 13 x 20 cm sous couverture brochée en couleurs, 18,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 06 14

Pour marcher les yeux grands ouverts...

Atlas du street art et du graffiti.jpgFaisant le point sur des pratiques créatrices en plein essor à l'échelle mondiale, l'Atlas du street art et du graffiti de Rafael Schacter paru chez Flammarion à Paris en décrit les apparentements multiples (le spray can art, le pixâçao brésilien, le pop art et le land art américains, les pochoirs politiques argentins...) et les manifestations diverses, du graffiti traditionnel à l'intervention sculpturale, de l'affiche à la performance et de l'abstraction géométrique à la figuration photo-réaliste.

Très complet avec ses 750 illustrations, son focus sur 16 villes, ses 12 cartes originales créées par 12 artistes et son glossaire, ce fort bel ouvrage montre comment cet art populaire s'est développé dans des environnements très divers, de la métropole surpeuplée au désert perdu, et a été produit par des créateurs de toute nationalité, origine, religion ou culture, en présentant 113 artistes de 25 pays ainsi que le contexte historique de leur production et les influences qu'ils ont subies.

Après le road movie, voici donc le road museum...

Et son catalogue somptueux !

Bernard DELCORD

Atlas du street art et du graffiti par Rafael Schacter, préface de John Fekner, traduit de l'anglais par Denis-Armand Canal, Paris, Éditions Flammarion, mars 2014, 400 pp. en quadrichromie au format 22,8 x 24 cm sous couverture Intégra en couleurs, 39,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 06 14

Une grande dame des lettres mondiales...

Œuvres romanesques (Selma Lagerlöf).jpgRassemblant La Légende de Gösta Berling, Les Liens invisibles, Le Violon du fou, Le Cocher, Des trolls et des hommes, Le Banni, L'Anneau maudit et Le Livre de Noël, les Œuvres romanesques de l'écrivaine suédoise issue de la région du Varmland, Selma Lagerlöf (1858-1940, Prix Nobel de littérature 1909, mondialement connue pour sa nouvelle intitulée Le merveilleux voyage de Nils Holgersson à travers la Suède), ont été compilées chez Actes Sud, dans la remarquable collection « Thesaurus », après avoir été excellemment traduites par Marc de Gouvenain, Lena Grumbach, André Bellesort et Michel Praneuf.

En voici les résumés, aimablement communiqués par l'éditeur :

La légende de Gosta Berling (1891) est une saga mettant en scène, dans la première moitié du XIXe siècle, la vie brutale et fantastique d'une petite communauté du Varmland, où Gosta Berling, pasteur défroqué, joueur et débauché, répand joie et douce folie. Un roman étincelant qui a rendu Selma Lagerlöf célèbre.

Recueil de nouvelles mêle récits fantastiques, contes populaires, drames familiaux et nouvelles féministes Les liens invisibles (1894) réunit des textes à la fois tendres, inquiétants et féeriques, inspirés des légendes et de l'histoire du Varmland.

Dans Le violon du fou (1899), Gunnar, loin de chez lui, passe ses journées à jouer du violon au détriment de ses études. Lorsqu'il apprend que le domaine familial est en décrépitude, que sa mère est ruinée, il décide de rentrer, d'oublier sa musique et d'être enfin raisonnable. Confiant, le jeune héritier investit leurs derniers sous dans l'élevage, mais son troupeau est décimé par l'hiver. Impuissant, désespéré et honteux, il perd la raison.

Dans Le cocher (1912), Sœur Edith, une religieuse atteinte de tuberculose, a causé le malheur et la déchéance d'une famille dont elle prétendait arracher le père à l'alcoolisme. À l'agonie et prise de remords, elle fait chercher l'ivrogne. Ce dernier vient juste de mourir. Il a été condamné à conduire le chariot de la mort pendant douze mois, et sa première tâche consistera... à aller chercher sœur Edith.

Dans Des trolls et des hommes (1915-1921), Selma Lagerlöf met ses personnages aux prises avec des trolls ou des génies, des esprits ou des forces mystérieuses de la nature, avec un magnifique talent de conteuse et un profond humanisme.

Le banni (1918) raconte l'histoire d'un jeune homme, jadis confié par des parents trop pauvres à de riches Anglais de passage, qui revient au pays, poursuivi par la malédiction des hommes : lors d'une expédition polaire, il a survécu en mangeant de la chair humaine....

Selon sa volonté, le général Lowenskold fut enterré avec l'anneau d'or orné d'une agate offert par le roi Charles XII. Mais en voulant protéger le corps des détrousseurs, le paysan Bard s'approprie l'anneau. En rentrant chez lui, il découvre sa ferme brûlée et son troupeau décimé. Une terrible malédiction s'abat dès lors sur les possesseurs successifs de L'anneau maudit (1925).

Recueil de récits profondément empreint de foi religieuse, mais aussi de chaleur et de philosophie, Le livre de Noël (1945, posthume) fait émaner ce que l'on appelle volontiers la magie de la Nativité : un mélange de générosité et de mélancolie, de compassion et de joie.

Un auteur d'exception !

Bernard DELCORD

Œuvres romanesques par Selma Lagerlöf, Arles, Éditions Actes Sud, collection « Thesaurus », mai 2014, 1118 pp. en noir et blanc au format 14 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 29 € (prix France)

23 06 14

Si t'as pas tes tapas...

Tapas mania 100 recettes.jpgLe petit ouvrage intitulé Tapas mania 100 recettes paru chez Glénat à Grenoble rassemble les meilleures recettes d'accompagnements à l'espagnole pour apéritifs issues des fiches-cuisine du magazine ELLE.

On y trouve les préparations traditionnelles (croquettes au fromage, crème de piquillo au chèvre frais, calamars frits, tempuras de légumes, empanadas...), mais aussi des idées originales pour innover à l'apéritif (gaspacho granité à l'Espelette, croques au foie gras, boulettes de crevettes, sardines roulées à l'orange, papillotes jambon-figue, toasts jambon-mangue, bouchées de fruits secs aux fromages, tartines aux courgettes râpées...).

Chaque recette comporte une photo couleur, la liste des ingrédients, les temps de préparation et de cuisson, la recette proprement dite et des conseils indispensables.

À votre santé !

Bernard DELCORD

Tapas mania 100 recettes, ouvrage collectif, Grenoble, Éditions Glénat, collection « Fiches-cuisine Elle », octobre 2012, 208 pp. en quadrichromie au format 11,7 x 14,2 cm sous couverture gaufrée en couleurs, 7,50 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil pour réunions ensoleillées la recette suivante :

Salade de poulpe

Pour 4 personnes

Préparation : 10 minutes

Repos :1 heure

Pas de cuisson

Ingrédients :

600 g de poulpe au naturel

l poivron rouge

3 oignons frais

6 olives noires

1/2 citron vert

1 échalote

4 cuillers à soupe d'huile d'olive

2 cuillers à soupe de jus de citron

piment en poudre à volonté

Sel

Recette :

– Rincez le poulpe, épongez le et coupez le en lamelles.

– Pelez le poivron à l'épluche légumes et coupez-le en bâtonnets, en éliminant les graines.

– Pelez les oignons et coupez les en rondelles, partie verte comprise.

– Coupez les olives en lamelles, en éliminant les noyaux.

– Coupez le demi-citron vert en quatre quartiers.

– Pelez l'échalote et hachez-la très finement.

– Mettez-la dans une terrine avec le jus de citron, l'huile d'olive, le piment et du sel.

– Mélangez puis ajoutez le poulpe et mélangez encore.

– Ajoutez les autres ingrédients de la salade et mélangez délicatement.

– Couvrez la salade et réservez-la 1 heure au réfrigérateur avant de servir, garnie de quartiers de citron vert.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 06 14

Soins naturels...

Plantes aromatiques et médicinales.jpgDans son ouvrage intitulé Plantes aromatiques et médicinales publié dans sa traduction française chez Larousse à Paris au sein de la collection « L’Œil Nature » dont les guides sont des références largement reconnues pour la richesse et la fiabilité scientifique de leurs informations, la botaniste anglo-saxonne Lesley Bremness recense et montre 700 espèces du monde entier.

L'ouvrage est constitué d'une fiche par page comprenant une description de l’espèce ainsi que des photographies – il y en a plus de 1 500 – détourées (une vue générale et des détails) et commentées avec clarté et précision, pour permettre une identification rapide et précise du végétal.

Il fournit en outre des informations complémentaires sur la dénomination exacte, la famille, l'espèce, la taille, la distribution, l’habitat, les usages en herboristerie, les parties à utiliser et leur description après séchage.

Avis à tous les médecins en herbe !

Bernard DELCORD

Plantes aromatiques et médicinales par Lesley Bremness, photographies de Neil Fletcher et Matthew War, traduction française de Marc Baudoux et Valérie Garnaud, conseils scientifiques de Pat Griggs, révision scientifique pour la traduction française de Thierry Desgranges, Paris, Éditions Larousse, collection « L'Œil Nature », février 2012, 304 pp. en quadrichromie au format 14,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 17,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce guide d'identification les quelques lignes suivantes :

Romarin

Plantes aromatiques et médicinales (romarin).jpg

(Photo : Wikipedia [1])

Famille : labiées

Espèce : rosmarinus officinalis

Nom local : roumaniéou

Arbuste dense, semper virens, aromatique, à feuilles résineuses en aiguille. Au printemps, fleurs bleues délicates, riches en pollen, appréciées par les abeilles.

Usages :

La feuille est une ancienne herbe condimentaire utilisée surtout en Italie et avec les fruits de mer, le porc, l'agneau.

Antiseptique, antioxydante, elle conserve la nourriture, aide à la digestion des graisses, entre dans des composés amaigrissants. Les fleurs fraîches servent de garniture et sont cristallisées à des fins décoratives.

Distillées, elles donnent une eau de soins oculaires. L'extrait de feuilles est présent dans l'eau de Cologne, des rinçages pour cheveux foncés, des shampoings antipelliculaires. Le romarin stimule la circulation, soulage l'arthrose, accroît l'irrigation sanguine

Remarque :

Le distillat de sommités florales est revigorant, antibactérien et antifongique. Il stimule le système nerveux central et la circulation, en apaisant les douleurs musculaires.


[1] Pour des raisons techniques, il ne nous a pas été possible de reproduire des photographies extraites du livre.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Vie pratique | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 06 14

Les clés du succès...

Les outils du web hôtelier.jpgParticulièrement clair et efficace, le petit ouvrage intitulé Les outils du web hôtelier paru chez BPI à Paris sous la plume de Michel Hartbrod, Pierre-Emmanuel Sudres et Thomas Yung s'adresse non seulement aux entrepreneurs de l'hôtellerie et de la restauration à qui il fournit toutes les clés pour concevoir, faire vivre et évoluer un site Internet hautement profitable, mais il conviendra aussi à un vaste public de PME en tous genres soucieuses, à l'heure de la mondialisation, de faire connaître leurs activités ou leurs produits aux publics du B to B et du B to C.

Car les auteurs, après avoir rappelé que l'Internet ne connaît pas la crise, expliquent par le menu la façon de :

– Choisir un nom de domaine et une adresse e-mail.

– Concevoir l'architecture d'un site (choix des textes et des visuels).

– Protéger son nom de domaine.

– Gérer son site (en autonomie, via un hébergeur ou par l'entremise d'un webmaster).

– Le référencer (dans les moteurs de recherche, avec des mots clés, en recourant à un référencement naturel ou payant).

– S'adresser à l'internaute pour faire d'un visiteur un client?

– Se servir des intermédiaires gratuits ou payants (OTA, Facebook, Google +, Twitter, Pinterest, Instagram, Linkedin, Tumblr...).

– Communiquer (blog, newsletter...).

Et leur ouvrage se clôt par un lexique, des conseils aux webmasters, des informations diverses, une liste de sites pour assurer un suivi Internet ainsi qu'une bibliographie.

Il s'agit là, incontestablement, d'un véritable concentré de webmarketing volant au secours des petits entrepreneurs !

Bernard DELCORD

Les outils du web hôtelier par Michel Hartbrod, Pierre-Emmanuel Sudres et Thomas Yung, préface de Nicole Bricq, Paris, Éditions BPI, février 2014, 80 pp. en quadrichromie au format 17 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 20 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Vie pratique | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 06 14

« Qu'est-ce que la santé ? C'est du chocolat ! » (Anthelme Brillat-Savarin)

Le Goût du chocolat.jpgHistorien de la littérature italienne, essayiste, professeur à l'université de Bologne, Piero Camporesi (1926-1997) a publié une série d'essais majeurs sur l'imaginaire de l'époque moderne : La Chair impassible ; L'Officine des sens : une anthropologie baroque ; La Sève de la vie : symbolisme et magie du sang ; Le Pain sauvage : l'imaginaire de la faim, de la Renaissance au XVIIe siècle ; Les Baumes de l'amour ou encore Les Belles contrées : naissance du paysage italien.

On lui doit aussi, paru pour sa version française chez Tallandier à Paris, dans l'excellente collection « Texto » managée par Jean-Claude Zylberstein, un passionnant essai intitulé Le Goût du chocolat – L'art de vivre au siècle des Lumières qui se penche sur différentes thématiques révélatrices de la profonde modification des mentalités ainsi que des us et coutumes en France et en Italie à l'époque des Montesquieu, Voltaire, Rousseau et autres Madame de Pompadour ou Casanova : l'apparition d'un nouveau savoir-vivre, la tenue de réunions et de salons nocturnes plutôt que diurnes, une révolution dans les cuisines et chez les coiffeurs, l'abandon progressif de l'art baroque pour des formes plus gracieuses et légères, l'émergence de gourmandises nouvelles (parmi lesquelles le « breuvage indien », à savoir le chocolat) ou l'intérêt pour des fruits et des légumes venus de loin.

Voici ce que dit l'éditeur de cet ouvrage joyeusement savant :

« Ce chapitre gourmand de l'histoire des mentalités jette un regard friand sur les arts de la table et les nouvelles pratiques culinaires de l'Europe du XVIIIe siècle. Piero Camporesi y entraîne le lecteur dans une promenade a travers le paysage sensuel de la cuisine des Lumières. L'exotisme et la légèreté succèdent a la barbarie des tablées graisseuses afin d'exalter la finesse des corps. Sous sa plume, la lumière douce des chandeliers anime le chatoiement des couleurs et le ballet des mets. Tel un voyageur gastronome, il présente a travers une myriade de textes inédits les tables modernes et leurs délicieux ordres géométriques. Le raffinement et la sensualité des sociétés galantes s'incarnent dans ce goût du chocolat, auquel on prête les vertus les plus fantaisistes. »

Ce qui n'empêchait nullement la perfidie, comme le montre la citation suivante, particulièrement rosse :

L'abbé Dubos, chanoine de Beauvais, vécut familièrement avec Fontenelle, et ils se disaient amis. Un jour, le chanoine déjeunait en tête à tête avec l'auteur des mondes, et on leur présenta une botte d'asperges.

L'un les voulait assaisonnées d'huile, l'autre d'une vinaigrette. Les deux Socrate (car la sagesse n'exclut point la gourmandise) convinrent de les partager par moitié au profit de chacun. Avant que les deux plats ne fussent préparés, l'abbé Dubos fut frappé d'apoplexie. La domesticité fut en profond émoi. Fontenelle, le créateur des idées fines, fit grande preuve de zèle et courut en haut de l'escalier pour crier, afin que le cuisinier l'entendît : « Toutes les asperges à la vinaigrette, toutes les asperges à la vinaigrette ! » Quand le cadavre eut disparu, Fontenelle se mit à table et mangea toutes les asperges, prouvant par les faits que même l'apoplexie était bonne à quelque chose...

Une autre façon, pour d'aucuns, d'être chocolat !

Bernard DELCORD

Le Goût du chocolat – L'art de vivre au siècle des Lumières par Piero Camporesi, traduit de l'italien par Myriem Bouzaher, Paris, Éditions Tallandier, juin 2008, collection « Texto » dirigée par Jean-Claude Zylberstein, 267 pp. en noir et blanc au format12 x 18 cm  sous couverture brochée en couleurs, 8,11 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 06 14

Cueillettes amusantes...

Le Gratin des champignons.jpgLes dessins de Roland Sabatier, né en 1942, sont remarqués aussi bien dans des magazines pour la jeunesse que dans la presse réservée aux adultes. Dans les années 1980, il a fait partie des Humoristes Associés et a publié avec eux des recueils autour du vin, de la table, du ski et des sept péchés capitaux. Il a aussi nourri ses passions botaniques et mycologiques en illustrant plusieurs livres sur ces thèmes naturalistes.

Dans Le Gratin des champignons – une référence réclamée parue en 1986 enfin à nouveau disponible grâce aux Éditions Glénat à Grenoble –, « il croque (comme l'assure fort justement l'éditeur) les champignons les plus courants de nos contrées, les délicieux comme les vénéneux.

Mais l'humour de ce livre n'empêche pas qu'on peut lui faire confiance : il s'agit d'un guide d'identification remarquablement documenté, préfacé par Georges Becker, docteur ès sciences, ancien président de la Société mycologique de France.

Les espèces les plus répandues dans nos forêts et nos prairies – le gratin ! – y sont caricaturées, comme autant de personnalités, mettant en évidence leurs traits de caractères principaux, sympathiques ou inquiétants, leur habitat, leurs habitudes de vie et, bien sûr, leur comestibilité. Il devient alors impossible au débutant de les confondre ; mieux ! le passionné peut partir à leur recherche, fort de toutes ces informations astucieusement mises en scène.

Une galerie de portraits mycologiques où il est urgent de se promener, avant d'attraper son couteau et son panier ».

Et aussi – et surtout ! – pour éviter de donner raison à Sacha Guitry qui écrivait en 1935 dans les Mémoires d'un tricheur : « Nous étions douze à table. Du jour au lendemain, un plat de champignons me laissa seul au monde »...

Bernard DELCORD

Le Gratin des champignons par Roland Sabatier, préface de Georges Becker, Grenoble, Éditions Glénat, août 2012, 224 pp. en quadrichromie au format 14 x 22,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,99 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce livre de préparatifs d'omelettes la description suivante :

Coprinus comatus

Le Gratin des champignons  (Coprinus).jpg

Étymologie :

Coprinus grec : relatif aux excréments.

Comatus latin : chevelu.

Nom vulgaire :

Coprin chevelu.

Description :

Ce coprin chevelu a des mœurs bien curieuses, comme tous les coprins d'ailleurs.

Sa silhouette est cylindrique, avec un sommet lisse et jaunâtre, mais le corps du champignon est fait uniquement des lamelles qui sont extrêmement serrées et pendent du sommet vers le bas. L'ensemble est hérissé de mèches qui ont valu son nom à ce coprin.

Le pied est tout blanc, raide, creux, et porte à sa base les restes d'un anneau fragile. Mais, très vite, les lamelles s'écartent les unes des autres en partant du bord, deviennent noires, et se liquéfient complètement. Elles se résolvent alors en une encre qui emporte les spores.

Il aime les terres grasses et fraîchement remuées. Fréquent en automne, c'est un bon comestible à condition de le consommer très jeune.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 06 14

Roseaux penchants...

Les fées penchées.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 20/06/2014 de l'hebdomadaire M... Belgique qui a succédé à l'édition belge du magazine Marianne :

Notre compatriote Véronique Janzyk excelle dans les histoires courtes, comme en atteste son dernier recueil de nouvelles, Les fées penchées, paru chez Onlit Books à Bruxelles. Elle y mène le lecteur à la poursuite de quinze fées – des femmes a priori ordinaires – qui, ayant perdu leur baguette sur les chemins de la vie, sont sorties de l'ordinaire : une fan de Mylène Farmer, une adolescente dans un cimetière, une Brigitte Bardot en herbe devant des bébés phoques, une visiteuse d'hôpital, une dragueuse sur Facebook, une adepte du body-building, une Diane chasseresse, une maîtresse sado-maso, une retraitée en vacances, d'autres encore...

Brillant dans l'ellipse et précis dans l'allusion, le style narratif adopté par l'auteure oscille, lui aussi, entre poésie subtile, prose ramassée et récit clinique, faisant tenir ces héroïnes debout, comme par miracle.

À la manière de la tour de Pise, en quelque sorte...

Bernard DELCORD

Les fées penchées par Véronique Janzyk, Bruxelles, Éditions Onlit Books, février 2014, 98 pp. en noir et blanc au format 12 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Nouvelles | Commentaires (0) |  Facebook | |