16 12 13

A tavola !

Encyclopédie de la gastronomie italienne.jpgAprès 15 ans d'expérience dans différents restaurants en Ligurie et en Toscane, la cheffe Mia Mangolini s'est installée à Paris où elle a conseillé des restaurants et des entreprises tout en formant des chefs de brigade aux préparations culinaires de son pays. En 2007, elle a créé son atelier de cuisine italienne, « Cucina di Casa Mia », dans le XIXe arrondissement de la capitale française.

Elle vient de faire paraître chez Flammarion, préfacée par Carlo Petrini, le fondateur de l'Association Slow food, une remarquable Encyclopédie de la gastronomie italienne dans laquelle elle détaille notamment toutes les techniques indispensables pour réussir les pâtes fraîches, la polenta, le risotto, les gressins ou les différentes sauces à travers 250 gestes expliqués pas à pas et 120 recettes fondamentales issues des différentes régions de la Botte : minestrone à la ligure, calamars farcis à la mode de Lipari, carpaccio de Cipriani, espadon au salmoriglio, poisson à la livournaise, polpettone à la napolitaine, bœuf braisé au barolo, agneau à la calabraise, porc à la Lucana, lapin à la mode d'Ischia, spaghetti aux palourdes ou aux oursins, pappardelle au lièvre, raviolis sardes, risotto au noir de seiche, fondue à la valdôtaine, salade de Trévise, fèves à la bolognaise, ragoût de haricots à la florentine, chaussons aux figues et aux noix, tiramisu...

Parmi celles-ci, divers grands chefs brillant au firmament des tables ultramontaines présentent leurs plats emblématiques : Massimiliano Alajmo, Gaetano Alia, Massimo Bottura, Teresa Buongiorno, Flavio Costa, Accursio Craparo Enrico Crippa, Alfonso Iaccarino, Roberto Petza, Valeria Piccini, Nika Romito, Nadia Santini...

Enfin, résolument tourné vers le lecteur contemporain, l'ouvrage se complète, pour expliquer les techniques les plus délicates, de 8 vidéos accessibles sur Internet ou grâce aux QR codes lisibles sur Smartphones et tablettes.

Bravissimo a tutti !

Bernard DELCORD

Encyclopédie de la gastronomie italienne par Mia Mangolini, photographies de Francesca Mantovani, préface de Carlo Petrini, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2013, 463 pp. en quadrichromie au format 25 x 28 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 35 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage splendide la recette lombarde suivante :

Ris de veau en fricassée

Animelle  in fricassea

Pour 6 personnes

Temps de trempage des ris de veau : 4 heures minimum

Temps de préparation : 30 minutes

Temps de cuisson : 30 minutes

Ingrédients :

750 g de ris de veau

1 oignon

60 g de beurre

2 œufs

1 citron

12,5 cl de bouillon de bœuf

Sel, poivre

Recette :

Faites tremper les ris de veau pendant 4 heures au minimum dans de l'eau froide que vous renouvelez régulièrement.

Mettez de l'eau à bouillir pour y blanchir les ris de veau pendant 5 minutes.

Puis retirez leur peau.

Rincez -les à l'eau froide.

Coupez-les en morceaux.

Épluchez l'oignon et hachez -le.

Faites-le dorer avec le beurre dans une poêle, ajoutez les morceaux de ris de veau, salez, poivrez et laissez cuire à feu doux 15 minutes.

Dans un bol, fouettez les œufs avec le jus de citron et le bouillon.

Versez sur les ris de veau et mélangez en évitant de les faire bouillir.

Dès que la sauce devient assez épaisse, servez très chaud.

Suggestion mets/vin :

Ca' del Bosco, Chardonnay – Curtefranca  DOC

Le conseil du chef :

Vous pouvez préparer cette recette avec du poulet, du veau ou de l'agneau, en adaptant les temps de cuisson.

Ou l'agrémenter en y ajoutant des artichauts coupés en quartiers, blanchis au préalable.

Ou, aussi, en préparer une version végétarienne avec seulement les artichauts.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

14 12 13

Verba volant...

100 ans de radio en Belgique.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 14/12/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

On apprend dans 100 ans de radio en Belgique, un magnifique album paru à La Renaissance du Livre, que c'est dans notre pays que fut diffusé en date du 28 mars 1914 le premier programme radiophonique européen, un concert d'airs d'opérettes et d'opéras ainsi que de morceaux à la mode, bien entendu ponctués par La Brabançonne et La Marseillaise.

Une grande aventure commençait, dont Philippe Caufriez, Brice Depasse et Nicolas Gaspard, éminents spécialistes du micro s'il en est (ils œuvrent à la RTBF et sur Nostalgie), retracent l'histoire en détail avec force documents rares et passionnants.

L'occasion de se souvenir, entre autres, du fait que Théo Fleischman fut le premier speaker au monde à s'entourer d'une équipe de journalistes pour son journal parlé émis à partir du 1er novembre 1926, qu'avant d'être devenue la Casa Kafka chère à feu Alidor, la RTB(F) tint ses assises dans le superbe « bateau Flagey » conçu par Joseph Diongre, ou que bien des gens « allumaient le poste » pour les communiqués destinés à la batellerie ou aux colombophiles...

Et de ne pas oublier les noms de Luc Varenne, Armand Bachelier, Jean-Pierre Hautier, Gérard Valet, Jacques Mercier, Stéphane Steeman, Jean-Claude Menessier, Claude Delacroix, Marc Moulin, Marc Ysaye qui, avant Barbara Mertens, Pascal Vrebos ou Stéphane Pauwels, eurent aussi leurs auditeurs inconditionnels...

Bernard DELCORD

100 ans de radio en Belgique par Philippe Caufriez, Brice Depasse & Nicolas Gaspard, Waterloo, Éditions de la Renaissance du Livre, novembre 2013, 255 pp., 29,90 €

Écrit par Brice dans Belge, Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 12 13

Excitations multiples…

Traité des excitants modernes.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 07/12/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

À celles et ceux qui auraient manqué l'exposition « Balzac-Alechinsky, Le traité des excitants modernes » présentée au musée Balzac de Saché (Indre-et-Loire) du 1er juin au 30 septembre 2013 – et à celles et ceux qui l'ont vue –, nous ne saurions trop recommander la lecture passionnante du Traité des excitants modernes dans sa version de poche sortie en Arles chez Actes Sud dans la collection « Babel ».

C'est que ce texte, paru sous la plume de l'auteur de la Comédie humaine dans Pathologie de la vie sociale en 1839 et qui livre les observations inspirées à Honoré de Balzac (1799-1850) par les abus d'eau-de-vie, de sucre, de thé, de café ou de tabac, est brillamment illustré d'eaux-fortes et de linogravures de Pierre Alechinsky (1927-) accompagnées de libres variations textuelles de l'artiste belge, mais aussi de l'écrivain français Michel Butor (1926-).

Ainsi, dans Craintes et trouvaille, récit d'un apprivoisement réciproque entre le texte et son illustrateur, Alechinsky évoque, comme l'écho de son propre travail, les facéties de Balzac imprimeur, tandis que dans Scènes de la vie excitante, Michel Butor divertit le lecteur avec des historiettes drolatiques. Suivent deux lectures des conservateurs de musée Judith Meyer-Petit et Yves Gagneux : Quelques raisons et Impressions excitantes.

Un livre qui réveille !

Bernard DELCORD

Traité des excitants modernes par Honoré de Balzac, illustré par Pierre Alechinsky, avec des textes de Michel Butor et Pierre Alechinsky, lectures de Judith Meyer-Petit et Yves Gagneux, Arles, Éditions Actes Sud, collection « Babel », mai 2013, 93 pp. en noir et blanc  au format 11 x 17,6 cm sous couverture brochée en couleurs, 6,70 € (prix France)

07 12 13

Il était une fois...

Les belles histoires de l'Oncle Paul.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 07/12/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

C'est entre 1951 et 1954, soit quelques années avant la création de son Michel Vaillant en 1957 que le jeune dessinateur français Jean Graton (il est né en 1923) fit ses armes à Marcinelle en illustrant 148 planches des fameuses Belles Histoires de l'Oncle Paul qui, en quatre pages illustrées, faisaient dans le Journal de Spirou le récit d'un événement célèbre du passé ou retraçaient les épisodes marquants de la vie de l'un ou l'autre grand personnage d'antan.

Il passionna donc bien des jeunes gens en culottes courtes et des jeunes filles en robes vichy avec les exploits ou les découvertes des corsaires malouins, de la comtesse de Montfort, de Gutenberg, de Benjamin Franklin, de Thomas Edison, de trois enfants contre les Peaux-Rouges, de Georges Guynemer, de Raoul Wallenberg, de John Ford ou de l'équipage du sous-marin Sibylle et en expliquant ce qu'étaient les délices de Capoue, le coup de Jarnac ou l'épopée de Trafalgar, entre autres...

Saluons l'heureuse initiative des Éditions Dupuis qui ont accompli ces jours-ci un insigne « devoir de mémoire » – comme on dit en patagon contemporain – en rassemblant l'intégrale de ces courts récits dans un fort album cartonné plaisamment présenté par l'archiviste Morgan Da Salvia.

De la belle ouvrage !

Bernard DELCORD

Les belles histoires de l'Oncle Paul par Jean Graton, présentation de Morgan Di Salvia, Marcinelle, Éditions Dupuis, collection « Patrimoine », novembre 2013, 192 pp. en noir et blanc au format 21,5 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 22 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 12 13

Un grand rénovateur...

Donatello La renaissance de la sculpture.jpgDocteur en histoire de l'art de la Sorbonne, ancien pensionnaire de la Villa Médicis à Rome, Neville Rowley a consacré sa thèse à la pittura di luce, la peinture de lumière, vaste mouvement qui occupa la scène artistique dans l'Italie du XVe siècle. Il a collaboré à l'exposition « Giorgio Morandi » au Metropolitan Museum de New York (2008) puis a été commissaire de l'exposition « Villa aperta », à la Villa Médicis (2009).

Outre différents articles dans des revues scientifiques, il a publié deux ouvrages aux Éditions Gallimard : Piero della Francesca, d'Arezzo à San sepolcro (2007) et Fra Angelico, peintre de lumière (2011) et il vient de faire paraître chez À Propos à Garches, au sein de la collection « Dans l'univers de... » recommandée par l'Association nationale française des Conseillers pédagogiques, un remarquable petit essai didactique intitulé Donatello. La renaissance de la sculpture, très clair et fort bellement illustré, consacré au grand artiste florentin (ca 1386-1466), l'un des cinq rénovateurs de l'art italien avec Masaccio, Brunelleschi, Ghiberti et Luca della Robbia.

Voici la présentation de l'éditeur :

« Donatello ? Si le nom est connu, l'œuvre l'est moins. Pourtant, avec son style en perpétuel renouvellement, plein d'ingéniosité, doté d'une imagination des plus fertiles, Donatello va bouleverser l'art de la sculpture de la pré-Renaissance et il est l'un des acteurs majeurs de cet immense mouvement artistique et culturel qui naît à Florence au début du XVe siècle : la Renaissance. Puisant aux sources de la sculpture antique, il n'hésite pas à donner aux visages et aux poses de ses statues une expressivité jusque-là inédite, alors que la conscience individuelle commence à peine à s'affirmer.

Doté d'une énergie débordante et d'une imagination fertile, il travaille aussi bien l'argile et le bronze que le bois et le marbre, multiplie les commandes à Florence, Sienne et Padoue, et s'impose dans la sculpture monumentale aussi bien que dans le bas-relief. Plongé dans l'effervescence du début du XVe siècle à Florence, il eut pour ami et, à l'occasion, rival, l'architecte Brunelleschi, et fut protégé par Côme de Médicis, admirateur éperdu du génie de l'artiste.

Tout en nous faisant revivre l'effervescence des débuts de la Renaissance aux côtés de Donatello, Neville Rowley nous invite à une lecture lumineuse de ses œuvres, parfois empreintes d'une puissance presque martiale ou au contraire très émouvantes. »

L'occasion d'admirer de bien belles choses, comme le Christ en croix (ca 1408), le Saint Georges (ca 1417), la Vierge à l'enfant (ca 1420), le Couronnement de la Vierge (1434-1437), le David (ca 1435), l'Annonciation Cavalcanti (ca 1435), la Statue équestre du Gattamelata (ca 1443), Marie-Madeleine (ca 1453) ou encore Judith et Holopherne (1457-1564), un véritable éblouissement !

Bernard DELCORD

Donatello La renaissance de la sculpture par Neville Rowley, Garches, Éditions À Propos, collection « Dans l'univers de... », septembre 2013, 64 pp. en quadrichromie au format 15,2 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 12,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 12 13

« Toute confidence exige d'être méritée. » (Jean-Claude Pirotte)

Confidences sur la musique.jpgTantôt admirée, tantôt vilipendée, l'œuvre d'Igor Stravinski (1882-1971) n’a cessé de faire l’objet d’interprétations et de commentaires tranchés.

Dans ses Confidences sur la musique. Propos recueillis (1912-1939), un recueil de textes et d'entretiens choisis, édités et annotés par la musicologue belge Valérie Dufour – chercheuse au FNRS, elle enseigne à l'Université libre de Bruxelles – paru en Arles aux Éditions Actes Sud, le compositeur de L'Oiseau de feu (1910), Petrouchka (1911) et Le Sacre du printemps (1913) se livre longuement sur ses conceptions artistiques et autres.

L’ouvrage rassemble des écrits que le musicien et chef d'orchestre a publiés dans la presse avant 1940 et un choix d’entretiens accordés à la même époque par celui qui assurait que « le seul véritable commentaire d'un morceau de musique est un autre morceau de musique ».

Par le biais de ses attachements, de ses rejets et de son besoin de se faire entendre au-delà de sa musique, il y donne son approche de la modernité, de la révolution russe, de Constantinople, de l’inspiration, de la radio, du cinéma, du disque, du jazz, de Bach, de Tchaïkovski, de Picasso, de la France, de l’ordre, du christianisme ou de la beauté.

Un livre qui sonne juste !

Bernard DELCORD

Confidences sur la musique Propos recueillis (1912-1939) par Igor Stravinski, textes et entretiens choisis, édités et annotés par Valérie Dufour, Arles, Éditions Actes Sud, octobre 2013, 411 pp. en noir et blanc au format 11,5 x 21,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 25 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Musique | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 12 13

Des mots si doux...

Mots de table, mots de bouche.jpgSous-titré Dictionnaire étymologique et historique du vocabulaire classique de la cuisine et de la gastronomie, Mots de table, mots de bouche, le dictionnaire aussi savant que passionnant de Claudine Brécourt-Villars paru aux Éditions de La Table Ronde à Paris comprend 500  articles illustrés par des citations puisées dans près de 350  œuvres du XIVe siècle à nos jours.

Grâce à lui, vous saurez tout de l'histoire de la pêche Melba, du poulet Marengo, du Saint-Honoré, du veau Orloff et du homard à l'américaine ou thermidor, inventé celui-ci pour fêter le triomphe d'une tragédie de Victorien Sardou, et vous n'ignorerez plus pourquoi telle sauce s'appelle béarnaise, béchamel, Mornay, rémoulade, Robert ou Soubise et telle préparation à la Du Barry, à la Dugléré, à la Duroc, à la reine ou à la Richelieu, pour quelle raison telle pâtisserie est baptisée amandine, conversation, petit-four ou religieuse et ce qu'il en est des origines de l'aligot, des amourettes, du baba, de l'épigramme, de la crêpe Suzette, du flan, de la frangipane, de la marmelade, des paupiettes, des pets-de-nonne, du pot-pourri, des profiteroles ou du waterzooï...

Un puits de science gastronomique...

Bernard DELCORD

Mots de table, mots de bouche par Claudine Brécourt-Villars, Paris, Éditions de La Table Ronde, collection « La petite vermillon », septembre 2013, 439 pp. en noir et blanc au format 10,7 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 10,20 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce livre remarquable les quelques lignes suivantes :

Macédoine

Appellation attestée comme terme culinaire dans le Dictionnaire de l'Académie en 1740, donnée, par allusion plaisante à l'Empire d'Alexandre dans lequel s'affrontaient des peuples d'origine différente, à un mélange de légumes chauds ou froids, détaillés en petits dés et diversement assaisonnés (beurre fondu, vinaigrette, mayonnaise, etc.).

Se dit, par extension, d'un panaché de fruits coupés en menus morceaux, puis, par métonymie, des plats de légumes ou de fruits ainsi préparés.

« Ils aimaient les pâtés, les macédoines ornées de guirlandes de mayonnaise, les roulés de jambon et les bœufs en gelée : ils y succombaient trop souvent, et le regrettaient, une fois leurs yeux satisfaits, à peine avaient-ils enfoncé leur fourchette dans la gelée rehaussée d'une tranche de tomate et de deux brins de persil : car ce n'était, après tout, qu'un œuf dur. 

(Georges Perec, Les Choses, 1965.)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 12 13

Un destin hors norme !

Frida Une biographie de Frida Kahlo.jpgÀ l'occasion de l'exposition « Frida Kahlo/Diego Rivera. L'art en fusion » présentée jusqu'au 15 janvier 2014 au musée de l'Orangerie à Paris, les Éditions Flammarion publient Frida Une biographie de Frida Kahlo, un essai d'Hayden Herrera retraçant la vie mouvementée de cette artiste majeure et légendaire née avec le XXe siècle.

On y apprend que « l'artiste-peintre qu'on ne nommait que par son prénom était aussi chatoyante, dans ses robes traditionnelles colorées, que son langage était effronté. Mais elle était aussi sensible, abîmée et malade. Un accident de bus à 18 ans la plongea dans une souffrance physique constante. Depuis, Frida Kahlo ne cessa de vivre dans un "conflit entre une Frida morte et une Frida vivante", une dualité excessivement humaine . (...).

Jeune élève rebelle de l'École nationale préparatoire de Mexico, puis militante communiste, elle côtoya très tôt les muralistes et les artistes révolutionnaires. Elle créa un art singulier, comme un miroir de sa vie, qui suscita l'admiration de Pablo Picasso, Juan Miro ou encore Vassili Kandinsky. »

On y découvre aussi, à travers de nombreuses lettres et extraits de son journal intime, « qu'elle fut l'amie de Nelson Rockefeller, de Tina Modotti ou encore d'André Breton et qu'elle vécut ses drames amoureux avec Trotski ou Nickolas Muray sous l'ombre maritale, irremplaçable et mystique de Diego Rivera.

Soixante ans après sa disparition, l'histoire de cette femme à l'humour et à l'imagination débordants reste aussi extraordinaire, aussi bouleversante que sa légende et que son univers pictural. »

Et c'est peu de le dire...

Bernard DELCORD

Frida Une biographie de Frida Kahlo par Hayden Herrera, Paris, Éditions Flammarion, collection « Grandes biographies », octobre 2013, 634 pp. en noir et blanc et un cahier de 16 pp. quadrichromie au format 15 x 23,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 26 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 11 13

Les mots clés de la « der des der »…

Les 100 mots de la Grande Guerre.jpgÀ quelques mois du centenaire d'Août-14, dans Les 100 mots de la Grande Guerre, un essai paru aux PUF dans la fameuse collection « Que sais-je ? », l'historien français André Loez aborde le premier conflit mondial par autant de zooms sur des personnages, des lieux, des concepts, des événements, des batailles, des inventions, des faits sociaux, des conséquences qui en ont constitué la réalité et les prolongements.

Sont ainsi racontés brièvement l’entrée en guerre et ses causes, le déroulement du conflit, ses acteurs, la vie des soldats du front et celle des sociétés à l’arrière, l’empreinte laissée par la déflagration universelle, ainsi que sa mémoire.

L'auteur dresse aussi un panorama des savoirs actuels sur la « der des der », tout en résumant les questions encore débattues par les historiens.

Une mine d'informations !

Bernard DELCORD

Les 100 mots de la Grande Guerre par André Loez, Paris, Éditions des Presses universitaires de France, collection « Que sais-je ? », septembre 2013, 128 pp. en noir et blanc au format 11,6 x 17,6 cm sous couverture brochée en couleurs, 9 € (prix France)

Liste des 100 mots :

Alcool – Alliances – Alsace-Lorraine – Anciens combattants – Archéologie – Argot – Arme – Armistices – Artisanat de tranchées – Artistes, intellectuels, universitaires – « As » – Atrocités – Barbelé – Bataille de la Marne – Bataille de la Somme – Blessés – Bleu horizon – Blocus et guerre sous-marine – Brest-Litovsk – « Brutalisation » – Buts de guerre – Camaraderie – Caporetto – Censure – « Chanson de Craonne » – Chars d’assaut – Chemin des Dames – Cinéma – Clemenceau – Conscription et volontariat – Correspondance – « Coup de poignard dans le dos » – « Crapouillots » – Déclaration Balfour – « Der des ders » – Deuil – Économie de guerre – Églises et papauté – Embusqués – Empires coloniaux – Enfants et orphelins – Ennemi – Espionnage et « espionnite » – Fraternisations – Front/Arrière – Fusillés – Gallipoli – Généraux – Génocide des Arméniens – Grippe espagnole – Guerre courte – Guerre mondiale – « Guerre totale » – « Gueules cassées » – Guillaume II – Infirmières – Inflation – Médailles – Mines (guerre des) – Mobilisation – Monuments aux morts – Munitionnettes – Musées – Mutineries – Nationalités – Négociations secrètes – « No man’s land » – Obus – Occupations – Offensive – Officiers – Origines immédiates de la guerre – Pacifismes – Permission – Pétain – « Poilu » – Prisonniers – Profiteurs – Propagande – Prostitution – Reconstruction – Réfugiés – Régénération – Réparations – Révolutions – Rumeur – Sarajevo – Sépultures – "Shell-Shock" – Société des nations – Soldat inconnu – Soldats et travailleurs coloniaux – Témoignages – Traité de Versailles – Tranchées – « Union sacrée » – Verdun – Wilson – Ypérite – Zeppelin.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 11 13

Du bonheur pour toutes les saisons...

Almanach des terres de France 2014.jpgLe texte ci-dessous a été expédié dans la livraison de novembre 2013 de la newsletter des guides gastronomiques belges DELTA puis mise en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Présentée par Jean Anglade, le chantre de l'Auvergne (né en 1915, cet instituteur devenu agrégé d'italien en autodidacte a publié, en près d'un demi-siècle, 80 ouvrages parmi lesquels de nombreux romans, mais aussi des biographies, des livres d'histoire, des essais, des albums, des livres d'humour, des recueils de poésie, des pièces de théâtre, des traductions...), l’Almanach des Terres de France 2014 publié aux Presses de la Cité à Paris, qui en est à sa septième édition, compile pour l'année entière des informations innombrables sur des sujets variés (les fleurs et les plantes, les animaux domestiques, l'utilisation d'Internet, les curiosités historiques et géographiques, les paysages montagnards, les villes capitales – de la dentelle, du cuivre, de la pétanque, du surf... –, le nom des rues, les principaux faits d'histoire régionale française, les musées méconnus, les châteaux pittoresques, la généalogie, les émissions mythiques de la radio, les grands créateurs de mode, les figures de style...) en plus de ceux habituellement traités dans ce type d'ouvrage (éphémérides, anecdotes, recettes culinaires, jeux, énigmes, conseils de beauté et bien-être, astrologie, histoires drôles, suggestions de loisirs, de bricolage, de jardinage, trucs et astuces ancestraux, petits gestes écologiques, conseils pour la santé, coin des enfants...).

Sans oublier 52 extraits de romans régionalistes parus dans la collection « Terres de France » dont le succès éditorial n'est plus à démontrer !

Bernard DELCORD

Almanach des Terres de France 2014, ouvrage collectif sous la direction de Murielle Neveux & Anne-Laure Estèves présenté par Jean Anglade, Paris, Éditions des Presses de la Cité, collection « Terres de France », septembre 2013, 336 pp. en quadrichromie au format 19,1 x 23,8 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 22,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Vie pratique | Commentaires (0) |  Facebook | |