03 11 13

« Un peu de tout »…

Autodictionnaire Voltaire.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 02/11/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Dans l'Autodictionnaire Voltaire qu'il a fait paraître chez Omnibus à Paris, notre compatriote André Versaille, grand spécialiste de la vie et des écrits du plus célèbre habitant de Ferney, synthétise la pensée du grand homme au moyen d'entrées qu'il a crées puis définies par des extraits de l'œuvre et de la correspondance du père de Zadig et de Candide.

Car Voltaire avait des avis sagaces sur tout : la Bible, la démocratie, le despotisme, Dieu, le fanatisme, l'intolérance, les jésuites, la justice et la religion, bien sûr, mais aussi sur des thèmes restés ou redevenus polémiques (les Arabes, l'athéisme, l'éducation des filles, l'esclavage, l'homosexualité, les Juifs, Mahomet, la notion de race) et même sur des sujets inattendus voire incongrus (l'adultère, les anthropophages, l'astrologie, la bigamie, la castration, le cul, le droit de cuissage, la fausse monnaie, les impôts, l'impuissance, le luxe, la merde, les sacrifices humains ou encore les testicules...)

Un inventaire à la Prévert, mais philosophique !

Bernard DELCORD

Autodictionnaire Voltaire par André Versaille, Paris, Éditions Omnibus, septembre 2013, 736 pp. en noir et blanc au format 11,6 x 17,6 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 28 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 11 13

Du new avec de l'old ?

Brassens.jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 26/10/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Le refrain de la nouvelle chanson à succès de Paul McCartney intitulée New présente de troublantes similitudes avec celui d'une chanson de Georges Brassens, Sauf le respect que je vous dois...

Bien qu'il s'agisse là, nous en sommes persuadé, d'un pur hasard et non pas d'un plagiat, on ne félicitera pas l'équivalent british de la Sabam et de la Sacem à qui ont été remises les partitions : cette boîte n'a, à l'évidence, pas fait son job de recherche quant à leur originalité.

Et espérons pour Sir Paul que les héritiers du poète sétois ne lui intenteront pas un procès, car ils auraient toutes chance de le remporter, à l'instar de celui du mari de Line Renaud, Loulou Gasté, contre Morris Albert pour sa chanson Feelings (1977) qui ressemblait à Pour toi (1956)...

Bernard DELCORD

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Musique | Commentaires (1) |  Facebook | |

03 11 13

Un roman courageux…

La Traîtresse.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 26/10/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Inspiré de faits réels, La Traîtresse, premier roman de Dominique Zachary, par ailleurs auteur de La patrouille des enfants juifs, un récit à succès qui fut adapté à la scène et en bandes dessinées, raconte par le menu la descente aux enfers d'une jeune enseignante accusée faussement à la Libération par la rumeur de collaboration avec les Allemands sous l'occupation nazie.

Dans cet ouvrage fort bien écrit, le thème ô combien touchy de l'épuration sauvage par une populace grossière est traité avec intelligence et sensibilité, ce qui change des habituels discours patriotards sur le sujet.

Sa lecture nous a remis en mémoire d'autres cas, comme celui d'un résistant authentique (il fut partisan FTP et dynamiteur de trains en France) que des « justiciers » autoproclamés estropièrent à vie après son retour en Belgique avant de lui présenter leurs plus plates excuses, ou comme celui du publiciste Robert Poulet condamné à mort à Bruxelles en raison d'un faux témoignage du secrétaire du Roi (Poulet avait écrit dans la presse censurée à la demande du souverain) ainsi que de la présentation au tribunal de documents trafiqués. On le relâcha de son ergastule sept ans plus tard comme si de rien n'était, mais sa fille, malheur suprême, se suicida par la suite en raison de cette cabale léopoldiste. C'est peu dire que notre homme – l'un de nos plus grands écrivains – garda une dent acérée contre la « démocrassouille » !

Voici en tout cas un livre-choc qui montre que la trahison n'est pas toujours où on le proclame...

Bernard DELCORD

La Traîtresse par Dominique Zachary, Paris, Éditions Michalon, octobre 2013, 256 pp. en noir et blanc au format 13 x 20 cm sous couverture brochée en couleurs, 17 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 13

Les bonnes recettes de madame Maigret

Simenon et Maigret passent à table.jpgDans Simenon et Maigret passent à table paru aux Éditions de la Table Ronde à Paris, le chroniqueur gastronomique français Robert Courtine (1910-1998), qui tint pendant quarante ans la chronique des bonnes tables dans les colonnes du Monde et qui était un intime de l'écrivain liégeois, a eu la savoureuse idée de fournir la recette des préparations culinaires citées dans les « Maigret » – il y en a au moins une par ouvrage – ainsi que des plats bourgeois mis au pinacle dans le privé par le père du célèbre commissaire.

Les plaisirs gourmands de Simenon et les meilleures recettes de madame Maigret, en quelque sorte, comme le homard à la crème, les escargots à l'alsacienne, la friture de goujons, la brandade de morue, les truites au bleu, le coq au vin blanc, le lapin farci, le bœuf miroton, le hochepot à la gantoise, le fricandeau à l'oseille, la blanquette de veau, les perdreaux au chou, le haricot de mouton, le navarin printanier, la choucroute à la parisienne, la salade de pommes de terre, le gâteau aux fraises, les œufs au lait ou la tarte aux mirabelles...

De la cuisine vintage ô combien délicieuse !

Bernard DELCORD

Simenon et Maigret passent à table par Robert Courtine, avant-propos de Sébastien Lapaque, Paris, Éditions de la Table Ronde, collection « La petite vermillon », septembre 2013, 268 pp. en noir et blanc au format 11 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,70 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage original la recette classique suivante :

ROGNONS D'AGNEAU AU MADÈRE

« – Pourrais-tu dire ce que tu as mangé ?

II répondit, faussement grognon :

– Des rognons d'agneau. »

Maigret et le corps sans tête.

Pour 2 personnes

Ingrédients :

6 rognons d'agneau

1 échalote

75 g de champignons de Paris

35 g de beurre

Quelques brins de persil

1 branche de thym

2 cuillerées à soupe de madère

Sel, poivre.

Recette :

Dépouiller les rognons de leur peau.

Les couper en deux et les dénerver.

Les laver à l'eau courante.

Les essuyer soigneusement puis les couper en lamelles.

Hacher finement l'échalote.

Hacher aussi, séparément, le persil.

Nettoyer et émincer les champignons de Paris.

Les cuire à feu doux avec 10 g de beurre.

Faire chauffer en casserole 25 g de beurre et y faire sauter rapidement les lamelles de rognons, à feu vif, en remuant sans cesse.

Lorsqu'elles ont perdu leur couleur, saler légèrement et retirer sur un plat chaud couvert et mis sur une casserole d'eau chaude.

Remettre la casserole au feu.

Y jeter l'échalote hachée et remuer vivement.

Mouiller avec le madère.

Poivrer.

Ajouter le thym puis les champignons et leur liquide de cuisson, et laisser cuire à feu doux.

Rectifier l'assaisonnement.

Laisser faire quelques bouillons à cette sauce et la verser sur les rognons, dans le plat.

Persiller et servir.

Le conseil de Courtine :

À défaut de madère, on peut utiliser du porto ou, mieux encore, un sherry fino.

Avec les rognons au madère, Maigret boit un hermitage rouge.

25 10 13

Les couleurs de la capitale wallonne...

Namur vue par les peintres.jpgNotre compatriote Fabien De Roose a fondé en 1991 avec d'autres historiens l'asbl DÉDALE [1] qui a pour but de permettre au plus grand nombre d'amateurs, néophytes ou chevronnés, d'aborder le domaine de l'art et de la culture de manière plaisante et conviviale. Il est aussi guide à la fondation Claude Monet de Giverny depuis deux décennies et il organise des promenades picturales un peu partout (d'Ostende à Pont-Aven en passant par la Catalogne, le sud de la France, la Normandie, Paris, Bruxelles et différentes régions de la Belgique).

Aux Éditions Racine à Bruxelles, il a publié un guide intitulé Namur vue par les peintres dans lequel il propose cinq promenades dans le temps et dans l’espace de la capitale de la Wallonie [2], à la rencontre des œuvres que lui consacrèrent des peintres, professionnels ou du dimanche, connus ou inconnus (Félicien Rops, Ferdinand Marinus, Mecislas de Rakowski, Auguste et Albert Dandoy, Renée Prinz, Henri Somers, François Lorand, Paule Bisman, Marie-Christine Demeure...), qui ont immortalisé le cadre de vie de la cité mosane.

En regard de chaque peinture, une photographie actuelle permet au lecteur de saisir les différences entre le tableau et la vue urbaine actuelle, et de constater les multiples mutations et transformations subies par la ville du XIXsiècle à nos jours.

De bien intéressants contrastes !

Bernard DELCORD

Namur vue par les peintres par Fabien De Roose, Bruxelles, Éditions Racine, collection « Promenades au cœur de la ville », décembre 2012, 152 pp. en quadrichromie au format 16 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 24,95 €



[1] Avenue de la Nivéole, 10 à 1020 Laeken.

[2] Promenade 1 : autour de la cathédrale ; Promenade 2 : au cœur de la vieille ville ; Promenade 3 : les rives de la Sambre ; Promenade 4 : au fil de la Meuse ; Promenade 5 : la vallée mosane de Namur à Profondeville.

Écrit par Brice dans Arts, Beaux Livres, Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 13

Pour se constituer une bonne cave à tous prix...

Guide Hachette des vins 2014.jpgL’édition 2014 du Guide Hachette des vins, la 29e de ce remarquable ouvrage collectif, rassemble comme chaque année une quantité impressionnante d’informations sur 40 000 bouteilles dégustées à l’aveugle cette année, dont une sélection de 10 000 vins entièrement renouvelée, parmi lesquels 500 coups de cœur, le tout réparti en 324 appellations d’origine différentes produites en France, en Suisse et au Luxembourg.

Des grands crus aux vins de pays en passant par les vins bio, le lecteur y trouve aisément ce qu’il cherche grâce à un classement par régions, appellations et noms de vins, à des onglets de couleurs, à une table des cartes, à un glossaire et à quatre index.

Pour chaque vin, en plus d’un commentaire détaillé, le guide indique son nom, le millésime dégusté, la note de dégustation, la superficie de production, le nombre de bouteilles produites, le mode d’élevage, la liste des bons millésimes, la fourchette de prix en euros, le rapport qualité-prix, le nom et l’adresse du producteur, l’horaire des visites, la possibilité d’acheter à la propriété, l’existence d’un gîte rural ou d’une chambre d’hôte (avec gamme de prix) et, bien entendu, son éventuelle classification « coup de cœur » par le jury. Dans ce dernier cas, l’étiquette du vin est reproduite en couleur.

Et cette année, ce sont bien entendu les exceptionnelles cuvées 2010 des vins du Bordelais  qui ont retenu l'attention toute particulière des testeurs.

Le vade-mecum indispensable de l’acheteur, du consommateur et de l’amateur du bien boire et du bien vivre !

Bernard DELCORD

Guide Hachette des vins 2014, ouvrage collectif, Paris, Éditions Hachette, septembre 2013, 1408 pp. en quadrichromie au format 14 x 22 cm sous couverture cartonnée bicolore, 29 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 13

Les mots d'aujourd'hui...

Le Robert illustré 2014.jpgSe basant sur un ordre alphabétique unique regroupant les noms propres et les mots du français usuel (en fournissant leur orthographe, leur conjugaison, leur étymologie, leurs synonymes, les expressions et les locutions...), Le Robert illustré 2014 & son dictionnaire internet constitue un outil fort complet avec ses 160 000 définitions aux multiples exemples, ses 35 000 noms propres de personnalités, événements, pays, régions, villes..., ses 2 000 dossiers et planches thématiques sur les grands domaines de la culture générale et les sujets forts du monde contemporain ainsi que ses 6 000 illustrations et cartes.

Il se complète d'une clé d'accès USB donnant accès jusqu'au 30 juin 2017 à un dictionnaire sur Internet avec de nombreux compléments exclusifs :

– 100 vidéos clés de l’Histoire de 1895 à nos jours sélectionnées et légendées par la rédaction du Robert en partenariat avec Gaumont Archives ;

– une banque d’images de 6 000 photos, 7 000 noms propres et 600 dossiers encyclopédiques supplémentaires, un conjugateur de 6 400 verbes, un atlas et une chronologie interactive, 1 000 notices d’œuvres, 3 200 citations… ;

– des mises à jour chaque mois.

Parmi les nouveautés de l'année, relevons l'intégration des belgicismes « brol » et « fricadelle » ainsi que de la kriek, celle des footballeurs Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, du pape François ainsi que des mots et expressions « exil fiscal », « triple A », « low-cost », « boson de Higgs », « bombasse » et « plan cul »...

Un dictionnaire up-to-date, on en conviendra !

Bernard DELCORD

Le Robert illustré 2014 & son dictionnaire internet, ouvrage collectif, Paris, Éditions Le Robert, mai 2013, 2 112 pp. en quadrichromie au format 16,5 x 24 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,99 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 10 13

Les parlers de chez nous…

Les langues régionales de Wallonie.jpgSe penchant dans Les langues régionales de Wallonie sur l'histoire, la sociologie et le sort actuel du wallon, du picard, du gaumais et du champenois, Michel Francard qui enseigne la linguistique à l'UCL, y démontre non seulement l'enracinement latin mâtiné de gaulois et de francique de ces langues romanes qui eurent jadis leur heure de gloire – avant que la bourgeoisie des débuts du siècle dernier eût sottement signé leur arrêt de mort pour imposer le français –, mais aussi la qualité et l'ampleur de leur production littéraire, qui va de la Cantilène de Sainte-Eulalie (début du IXe siècle) aux textes de son collègue Willy Bal (né en 1916), lui aussi linguiste de l'UCL, en passant par ceux de Géo Libbrecht, d'Auguste Laloux ou de Gabrielle Bernard.

On sait, bien entendu, le poids du folklore dans la survivance actuelle de ces idiomes, à Mons, à Namur, à Liège, à Bastogne, à Malmedy ou à Arlon, à travers des associations culturelles qui se repassent joyeusement le flambeau pour susciter la liesse populaire.

Et ce, sans le moindre complexe, à l'inverse des Calimeros flamingants n'ayant de cesse d'enquiquiner la terre entière pour assurer la contre-publicité de leurs idiomes qui, par leur faute, ont d'ores et déjà acquis en Europe le peu enviable statut de baragouin d'emmerdeurs…

Bernard DELCORD

Les langues régionales de Wallonie par Michel Francard, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck, septembre 2013, 215 pp. en quadrichromie au format 13 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,50 €

11 10 13

De John Wayne à Clint Eastwood…

Jerry Spring, l’intégrale en noir et blanc, tome 5.jpgLes Éditions Dupuis à Marcinelle ont fait paraître récemment le tome 5 de la série de compilations intitulée Jerry Spring, l’intégrale en noir et blanc par Jijé (alias Joseph Gillain, 1914-1980) rassemblant des albums parus en 1966 (Jerry contre KKK), 1966-67 (Le duel), 1974 (L'or de personne), 1976 (La fille du canyon) et 1977 (Le grand calumet), le tout complété de six planches et un dessin de la mini-série Que barbaridad! parue dans Le trombone illustré en 1977 et d'un court récit en trois planches, Le baron von Rischönstein chez les Empa-pahutés, publié en 1979 dans un numéro hors-série du magazine Tintin consacré au thème du western.

En voici la présentation de l'éditeur :

« Avec l'avènement des années 1960 puis 1970, l'image idéalisée du héros se fissure. L'évolution du western est à cet égard assez éclairante : des héros incarnés par John Wayne, on passe aux personnages plus complexes incarnés par le Clint Eastwood des films de Sergio Leone. Le vent de contestation qui souffle dans un monde en pleine mutation passe aussi par la bande dessinée, qui s'affranchit peu à peu de ses codes un peu rigides pour aller vers une bande dessinée plus adulte, plus politique aussi. Jijé, qui avait été ulcéré par la ségrégation et le racisme qu'il avait constatés lors de son périple américain, campe en 1966, avec le scénariste Jacques Lob, un face-à-face entre Jerry Spring et le Ku Klux Klan. Les réalités plus sombres de l'histoire du Far West sont ici invoquées, comme elles le seront ensuite dans Le duel, toujours avec Jacques Lob au scénario. Un nouvel élan créatif anime Jerry Spring. Pourtant, il disparaît du sommaire de Spirou, pour ne revenir que dans les années 1970, entre autres avec La fille du canyon, puis Le grand calumet, la dernière aventure du cow-boy. »

Des histoires passionnantes !

Bernard DELCORD

Jerry Spring, l’intégrale en noir et blanc, tome 5 par Jijé, Marcinelle, Éditions Dupuis, août 2012, 296 pp. en quadrichromie et en noir et blanc au format 30 x 22 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 28,00 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 10 13

Le retour du grand Jacques...

Brel rêver un impossible rêve.jpgIl y a 35 ans, le 9 octobre 1978, Jacques Brel s'éteignait à Bobigny avant d'être inhumé aux Marquises où il s'était retiré pour lutter – en vain – contre le cancer des poumons qui le rongeait.

Il avait 49 ans.

On le sait, notre grand Jacques a marqué son époque – et la nôtre – par des chansons qui secouèrent vigoureusement le cocotier (Les bourgeois, Les bigotes, Les Flamandes, Les biches, Ces gens-là, Les flamingants...), décrivirent le monde (Le plat pays, Amsterdam, Les Marquises) et le passé (Bruxelles, Pourquoi ont-ils tué Jaurès ?) ou renouvelèrent le genre amoureux (Ne me quitte pas, La chanson des vieux amants, Orly…), mais aussi par son jeu d'acteur dans des films mémorables (Mon oncle Benjamin, Les risques du métier, La bande à Bonnot, L'emmerdeur...) et dans une comédie musicale mythique (L'homme de la Mancha).

Dans Brel rêver un impossible rêve (paru chez Hugo et Cie à Paris), un remarquable essai biographique nourri des témoignages de proches ou de collaborateurs de l'artiste et illustré de photos prises par son photographe attitré, le journaliste français Alain Wodrascka ressuscite le poète qui, avec Brassens, Ferré et Ferrat, redonna à la chanson sa vigueur et sa créativité originelles, celles des œuvres d'un Rutebeuf ou d'un François Villon.

Chapeau bas !

Bernard DELCORD

Brel rêver un impossible rêve par Alain Wodrascka, photographies de Jean-Pierre Leloir, Paris, Éditions Hugo et Cie, septembre 2013, 144 pp. en quadrichromie au format 16 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,95 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |