01 06 13

La Wallonie fan de Mao Tsé-toung ?

Le sourire de Mao.jpgLe texte ci-dessous a paru dans l'édition belge de l'hebdomadaire Marianne datée du 1er juin 2013 :

Imaginant la Wallonie de l'après Belgique comme une république populaire dirigée par un fan de Mao Tsé-toung givré au point de racheter sa dépouille à la Chine pour l'exposer dans un musée-prison, la BD intitulée Le sourire de Mao est une petite merveille d'intelligence, de subtilité et de prescience pour qui sait lire entre les cases.

Ainsi, sous son air bonhomme et derrière ses discours humanistes, le président wallon Delcominette cache un dictateur cynique s'appuyant sur une jeunesse embrigadée dans un mouvement façon Jeunes Gardes socialistes d'antan, mâtinées d'Hitlerjugend – les Jeunes Fauves de Hesbaye pour les filles et les Combattants de Liège pour les garçons –, et sur une police d'État dont la vocation est d'étouffer toute opposition dans l'œuf au sein de l'administration.

Le scénario est fort bien ficelé, le dessin très agréable et les clins d'œil amusants : l'aéroport de Charleroi s'appelle Namur Ouest, la devise du pays est Ludus pro patria , la RTBF est devenue Walinfo, il y a un hôpital universitaire Salvatore-Adamo, le président se fait acclamer aux cris de « capitaine » (n'est pas « Grand Timonier » qui veut...) et les nids de poules sur les routes sont plus nombreux que jamais.

Quant à la presse libre et subventionnée, elle est toujours à la botte du pouvoir.

Comme au temps de la Belgique fédérale...

Bernard DELCORD

Le sourire de Mao par Jean-Luc Cornette & Michel Constant, Paris, Éditions Futuropolis, mai 2013, 72 pages en quadrichromie au format 22 x 29,7 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 16 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 06 13

Le Stendhal belge

Tempo di Roma.jpgLe texte ci-dessous a paru dans l'édition belge de l'hebdomadaire Marianne datée du 1er juin 2013 :

Auteur (avec Jean Hubaux) en 1937 de Bourg-le-Rond, une sorte de Chaminadour en Wallonie, Alexis Curvers (Liège 1906-1992) est l'un de nos plus grands écrivains, à qui l'on doit Printemps chez des ombres paru en1939, mais surtout le remarquable et célébrissime Tempo di Roma qui obtint le prix Sainte-Beuve en 1957, fut adapté au cinéma en 1963, a été traduit dans nombre de langues et est sans cesse réimprimé depuis 1991 dans la collection « Espace Nord » rassemblant les fleurons du patrimoine littéraire belge francophone (la dernière date de décembre 2012).

Ce roman, rédigé dans une langue magnifique, est une sorte de city-movie entraînant le lecteur à travers les méandres de la Cité éternelle, tout en contrastes de pauvreté et de richesse, dans un tourbillon de fêtes et d'aventures façon Dolce vita de Fellini mâtinée de Mamma Roma de Pasolini.

En voici le pitch : au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Jimmy, un jeune homme sans fortune et sans relations arrive à Rome. Vivant d'expédients, il découvre peu à peu la ville tout en ayant des démêlés avec les milieux louches, les cercles mondains et le monde ecclésiastique. Il connaît en même temps une histoire d'amour avec une femme et une amitié à la fois intellectuelle, passionnée et ambigüe avec un homme brillant et mystérieux, Sir Craven.

Un bijou littéraire !

Bernard DELCORD

Tempo di Roma par Alexis Curvers, Bruxelles, Fédération Wallonie Bruxelles, collection « Espace Nord », décembre 2012, 509 pp en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 12,50 €

29 05 13

La culture, c'est comme la confiture...

Brèves de copies du Bac.jpgLes copies d'élèves recèlent, tous les enseignants le savent, de petits bijoux d'ignorance et d'incompréhension relevant parfois du surréalisme le plus pur.

Une nouvelle preuve vient d'en être administrée par les Éditions Chiflet & Cie à Paris qui mettent ces jours-ci sur le marché un hilarant Brèves de copies du Bac rassemblant des perles particulièrement remarquables (et authentiques).

Florilège :

« Exemples de mots-valises : malle, bagage, coffre, sac, sac à dos. »

« Dante est un humoriste italien qui est célèbre pour avoir écrit une comédie. »

« Une année-lumière est l'énergie que dépense un humain en une année pour s'éclairer. »

« L'atome a été découvert en Savoie. »

« Citez des couples d'homophones :

Jean Marais et Cocteau, Rimbaud et Verlaine, Delanoë mais je sais pas avec qui. »

« La Corée est une dictature avec son cruel président King Kong. »

« Maupassant a eu son premier succès en librairie avec Boule de snif. »

« Pythagore inventa la formule d'un triangle rectangle, le carré de la longueur de l'hippopotamus est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l'angle droit. »

« Freud a beaucoup écrit sur son sexe. »

« On a coupé la tête de la reine Marie-Antoinette parce qu'elle n'avait rien dedans. »

« Le kilomette est une unité de longueur qui vaut 100 mettes. »

« Le principe d'Archimerde... »

« Le cheval-vapeur est la quantité d'eau que perd un cheval par kilomètre. »

Et, last but not least : « Avoir une bone ortograf est indispansable dans la vie professionnel ».

Voilà des jeunes qui ont à l'évidence, comme l'assurait ma grand-mère, plus d'appétit que d'instruction !

Bernard DELCORD

Brèves de copies du Bac, ouvrage collectif, Paris, Éditions Chiflet & Cie, mai 2013, 126 pp en noir et blanc au format 12,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 05 13

Les tables de Bruxelles

Guide Delta Bruxelles 2013.jpgLa 36édition (celle de 2013-2014) du Guide Delta des hôtels et des restaurants de Bruxelles vient de paraître, en même temps qu'une nouveauté, la Delta Box, un coffret cadeau permettant d'offrir, parmi une sélection de 38 [1] restaurants gastronomiques établis en Belgique, un menu 4 services pour 2 personnes au prix de lancement de 99,90 € (au lieu de 129 €).

L'ouvrage recense par ordre alphabétique et pour un prix inchangé les 1100 restaurants, hôtels et salles de séminaire de la capitale de l’Europe et de ses environs proches tout en permettant, par un système très pratique de onze index placés en fin d’ouvrage, de sélectionner aussi les restaurants par commune d’implantation, par types de cuisine (allemande, argentine, autrichienne, belge, brésilienne, caribéenne, chinoise, congolaise, croate, espagnole, française, grecque, indienne, iranienne, italienne, japonaise, latino-américaine, marocaine, mexicaine, pakistanaise, portugaise, russe, scandinave, serbe, suisse, thaïe, tunisienne, vietnamienne… mais aussi à la bière, de bistrot, bio, bourgeoise, bruxelloise, familiale, de fusion, de terroir, végétarienne…), par catégories de prix, en fonction de leur ouverture (non-stop, tard le soir ou le dimanche), disposant de salons particuliers VIP, proposant un service banquets, un chef à domicile, des tables de plein air ou des animations.

Pour chaque établissement, l’ouvrage fournit une quantité considérable d’informations objectives (coordonnées diverses, nom du propriétaire, date de fondation, type de cuisine, gamme de prix, exemples de propositions à la carte, origine des vins, nombre de couverts, types de cartes de crédit acceptées, facilités pour les personnes handicapées, jeux pour les enfants à l'intérieur ou à l'extérieur de l'établissement, présence d'un bar, d’un fumoir, d’une terrasse, d'une piscine en plein air ou couverte, d'un garage, d’un parking ou d’un service voiturier…) complétées, quand l’entreprise les mérite, d’appréciations sous forme de logos (nombre de toques, beau cadre, belle cave, bon rapport qualité-prix, coup de cœur Delta…) et de commentaires rédigés par les chroniqueurs de la maison – dont votre serviteur – qui ont opéré en toute indépendance, nous pouvons l’attester !

Comme le veut la tradition, le guide mentionne les lauréats annuels de la profession [2], mais il met aussi l'accent sur le travail de chefs qui ont titillé les papilles des Bruxellois depuis plus de 25 ans [3].

Enfin, et l’initiative doit être vivement soulignée, ce guide renferme un « Passeport Delta » permettant à son utilisateur de bénéficier (sans qu’il doive l’annoncer au moment de réserver…) d’une remise de 30% (hors boissons et pour un montant maximum de 50 euros de réduction) dans 54 restaurants de qualité, ce qui représente pour lui une économie potentielle de… 2 700 euros !

Une seule utilisation de ce Passeport rembourse donc le prix d’achat du Guide !

Qui dit mieux ?

Bernard DELCORD

Guide Delta des hôtels et des restaurants de Bruxelles 2013, Bruxelles, Les Guides Delta, mai 2013, 372 pp. en quadrichromie au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 22,75 €



[1] À Bruxelles : Aux Beaumes de Venise, Les Brigittines « Aux Marches de la Chapelle », ER PU.RE, Leonor, La Fontaine de Jade, Le Coriandre. Dans le Brabant wallon : L’Avenue, Brasserie 135, Philippe Meyers, Le Pivert, Une Autre Histoire, Le Vert d’Eau. Dans la province de Liège : Les Sœurs Grises, Le Cyrano, L’Auberge de Spa, Le Coin des Saveurs, Carpe Diem, La Ferme Damzai, Le Shanghai, Chez Silvano – Le Bergerue, Le Vieux Cellier. Dans la province de Namur : Château de Namur, Le Moulin de l’Escaille, Hostellerie les Grisons, Les Jardins de mon Père, L’Espièglerie, Le Vin100. Dans la province du Luxembourg : L’Auberge de la Ferme, Château d’Hassonville, Le Cor de Chasse, La Régalade. Dans la province de Hainaut : La Part des Anges, Le Bouchon et l’Assiette, Pouic Pouic, Les Trois P’tits Bouchons, Maxens. En Flandre : Aneth, Le Manoir des Quatre Saisons.

[2] Delta d’Or : La Villa Lorraine à Uccle ; Delta d’Argent : Le Vintage à Watermael-Boitsfort ; Delta de Bronze : Wy à Bruxelles (Sablon). Lauréats par type de cuisine : Chez Max à Ixelles (cuisine bistronomique) ; La Cueva de Castilla à Schaerbeek (cuisine espagnole) ; Le Nénuphar à Woluwe-Saint-Lambert (cuisine vietnamienne) ; Coïmbra à Saint-Gilles (cuisine portugaise) ; Le Saint-Georges à Schaerbeek (cuisine de brasserie), Les Rives du Gange à Watermael-Boitsfort (cuisine indienne) et Madou's Provence à Bruxelles (cuisine méditerranéenne). À ces noms, il convient d'adjoindre les lauréats au titre du Guide Delta 2013 des hôtels et des restaurants de Belgique et du Grand-duché de Luxembourg, à savoir : Deltas d’Or : Philippe Meyers à Braine-l'Alleud et De Jonkman à Sint-Kruis ; Deltas d’Argent : Le Cyrano à Waimes et Jer à Hasselt ; Deltas de Bronze : Les Trois P'tits Bouchons  à Mont-sur-Marchienne et Kommilfoo à Anvers.

[3] Americo Serfilippi (L'Opéra à Waterloo), Abdellatif Bouassab (Aux Beaumes de Venise à Ixelles), Albert Michiels (Brasserie RN à Jette), Pierrino Pace (I Trulli à Saint-Gilles) et Roberto Ristuccia (New Epsom di Roberto à Schaerbeek).

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 05 13

Un événement à ne pas manquer !

Signac Les couleurs de l'eau.gifCoédité par Gallimard à Paris, le Musée des impressionnistes à Giverny et le Musée Fabre à Montpellier, le fort beau livre intitulé Signac Les couleurs de l'eau constitue le catalogue de la magnifique exposition présentée à Giverny jusqu'au 2 juillet 2013 puis à Montpellier du 13 juillet au 27 octobre.

On peut y admirer des œuvres venues non seulement de France, mais aussi prêtées  par des musées allemands, chypriotes, américains, finlandais, irlandais, japonais, néerlandais, anglais, russes et suisses, c'est dire si l'événement est d'importance pour les admirateurs de la production picturale de Paul Signac (1863-1935), le grand paysagiste français qui donna naissance au pointillisme avec le peintre Seurat et qui mit par ailleurs au point la technique du divisionnisme.

Avec Seurat et Pissarro, il formera aussi le groupe des « impressionnistes dits scientifiques » avant de devenir l’ami de Van Gogh peu de temps avant le suicide de ce dernier, et il sympathisera avec le symbolisme littéraire, surtout en Belgique.

Il fut en outre nommé peintre officiel de la Marine en 1915, ce qui explique la thématique de l'exposition de 2013.

Car, comme l'explique sa commissaire générale, Marina Ferretti Bocquillon :

« Depuis les premières marines peintes avec une vigueur et une liberté impressionnistes jusqu'aux amples architectures portuaires aux couleurs quasi fluorescentes d'après-guerre, la description de l'eau et du ciel offrirent à Paul Signac un inépuisable prétexte à multiplier les variations chromatiques. Comme Monet, Signac a en effet trouvé une source d'inspiration constante dans l'évocation de l'eau et de ses couleurs.

La réflexion de la lumière à la surface du fleuve et de la mer y fragmente le réel, et l'artiste, ardent défenseur de la couleur pure, trouva dans ce motif une illustration naturelle de la théorie néo-impressionniste de la division des tons. Épris de plein air, Signac fut aussi un marin averti. Il sut conférer au genre de la marine une rigoureuse modernité formelle sans renoncer à sa force d'évocation.

Car, au-delà de l'exigeante technique de la division des couleurs qui tend naturellement à l'abstraction, son œuvre véhicule une puissante poétique du voyage et de l'évasion ».

L'ouvrage qu'elle a dirigé contient bien entendu de somptueuses reproductions de tableaux, d'aquarelles et de dessins (environ 120), mais aussi de lettres, de photographies et de documents divers ainsi qu'un appareil documentaire et critique fourmillant d'informations passionnantes.

Un régal pour les yeux !

Bernard DELCORD

Signac Les couleurs de l'eau, ouvrage collectif sous la direction de Marina Ferretti Bocquillon, Paris, Éditions Gallimard, collection « Les grandes monographies », mars 2013, 237 pp. en quadrichromie au format 23 x 28,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 35 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Expositions | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 05 13

Pour se venger des casse-pieds...

150 idées pour emmerder le monde.gifDans son petit ouvrage intitulé 150 idées pour emmerder le monde paru chez First à Paris, Laurent Gaulet propose une centaine et demie de ripostes plus ou moins sournoises aux agressions des casse-pieds et des importuns qui nous pourrissent la vie parfois sans même s'en rendre compte et donnent tout son poids à l'assertion bien connue de Jean-Paul Sartre dans Huis clos : « L'enfer, c'est les autres ».

Pour aider le lecteur à se transformer à son tour en démon, l'auteur suggère, par exemple, de reculer d'une heure les horloges de son lieu de travail, de s'entêter à appeler une femme « monsieur » ou un homme « madame », de bâiller d'ennui quand on nous parle, de sortir le doigt de son nez juste avant de serrer la main de quelqu'un, d'enduire tous les interrupteurs des toilettes de son entreprise avec du yaourt au chocolat, de faire parler pendant une heure un démarcheur téléphonique sans rien lui acheter, de céder sa place à une femme sous prétexte qu'elle est enceinte alors qu'elle ne l'est pas, de transférer tous ses mails publicitaires à une personne que l'on vise ou encore, en voiture, imiter le GPS durant tout un parcours lorsqu'on est passager.

Ambiance garantie !

Bernard DELCORD

150 idées pour emmerder le monde par Laurent Gaulet, Paris, Éditions First, collection « Le petit livre », mars 2013, 160 pp en noir et blanc au format 8,5 x 12 cm sous couverture brochée en couleurs, 2,99 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (1) |  Facebook | |

18 05 13

Un Panthéon des lettres françaises

Quolibets.jpgEn se penchant, dans Quolibets paru aux Éditions L'Âge d'Homme à Lausanne, sur l'œuvre des 68 auteurs français qui comptent à ses yeux, l'essayiste belge Christopher Gérard a fait preuve d'un goût très sûr manifesté sur un ton bellement anticonformiste, résolument à contre-courant de la bien-pensance actuelle considérée à juste titre comme décadente par notre chroniqueur passionné de liberté et en vénération devant la langue française la plus pure.

C'est donc avec délectation que l'on découvre ses considérations à fleuret moucheté, par le biais de commentaires parfois insolents mais faisant toujours mouche, à propos de corsaires et d'irréguliers de la littérature d'hier et d'aujourd'hui, dont certains sentent le soufre : Jules Barbey d'Aurevilly, Jean-Baptiste Baronian, Henry Bauchau, Jacques De Decker, Michel Déon, Ghislain de Diesbach, Pierre Drieu la Rochelle, André Fraigneau, Corinne Hoex, Ernst Jünger, Jacques Laurent, Jean Mabire, Félicien Marceau, Michel Mohrt, Philippe Muray, Roger Nimier, Jean Raspail, Jacqueline de Romilly, Dominique de Roux, Stendhal, Pol Vandromme, Dominique Venner, Émile Verhaeren, Vladimir Volkoff, Paul Willems...

Mais aussi de talents trop peu connus, comme ceux de Jacques d'Arribehaude, d'Olivier Bardolle, d'Alain Bertrand, de Bernard du Boucheron, de Bruno Favrit, de Jean Forton, de Marc Hanrez, de David Mata, d'Anne Richter, d'Éric Werner, entre autres.

Une passionnante mise en perspective de la considération que nous livra jadis Robert Poulet, prince des critiques s'il en fut : « Dans la littérature française contemporaine, bien souvent les idées sont à gauche et le talent à droite... ».

Bernard DELCORD

Quolibets Journal de lectures par Christopher Gérard, Lausanne, Éditions L'Âge d'Homme, mai 2013, 224 pp. en noir et blanc au format 12,5x 19 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 14 €

15 05 13

Pour s'y retrouver facilement...

Grands courants de la littérature française.jpgAyant planché en 2007 (mais l'ouvrage, régulièrement réimprimé, est toujours disponible) pour les Éditions Averbode sur les Grands courants de la littérature française, Georges Legros, Michèle Monballin et Isabelle Streel ont produit un petit vade-mecum d'une belle pertinence et d'une grande clarté.

C'est qu'en quelques pages illustrées d'extraits parfaitement exemplaires, ils vont à l'essentiel de l'Humanisme, du Baroque, du Classicisme, des Lumières, du Romantisme, de la Modernité, du Symbolisme, du Surréalisme ainsi que de la culture contemporaine dans ses expériences et ses contradictions (Existentialisme, Théâtre de l'absurde, Nouveau Roman, Oulipo, Francophonie littéraire, Postmodernité...) dont ils remettent les idées en place avec une maestria digne de tous les éloges.

Une référence incontournable pour tous les lecteurs, étudiants ou pas !

Bernard DELCORD

Grands courants de la littérature française par Georges Legros, Michèle Monballin et Isabelle Streel, Éditions Averbode, 2007, 64 pp. en noir et blanc au format 20,8 x 29,3 cm (accompagnées d'une frise de 4 pages en quadrichromie) sous couverture brochée en couleurs, 12,90 €

12 05 13

Ruades dans les brancards

Rebelles et subversifs de nos régions.jpgL'ouvrage intitulé Rebelles et subversifs de nos régions des Gaulois jusqu’à nos jours, paru à Charleroi chez Couleur livre en 2011 mais toujours disponible, a été rédigé par un groupe d'historiens engagés (comprenez très à gauche) du Nord comme du Sud du pays, placés sous la houlette d'Anne Morelli pour remettre en mémoire quelques-unes des luttes qui agitèrent jadis et naguère notre (petite) terre d'héroïsme.

C'est que la rébellion contre le pouvoir du plus fort est, quoiqu'on en dise, une composante fondatrice de notre histoire : contre Jules César (plus par sauvagerie et par goût de la zizanie que par esprit de résistance, il faut bien l'avouer...), contre les seigneurs terriens et les puissants des villes au Moyen Âge, contre l'Église catholique et ses tenants à la Renaissance, contre les Hollandais et les riches en 1830, contre les bourgeois en 1848, contre les patrons quelques années plus tard, contre le réformisme syndical en 1932, contre le gouvernement Pierlot en 1944, contre Léopold III en 1950, contre la loi unique en 1960, contre la royauté aujourd'hui...

Car l'amour de la castagne n'est plus incarné de nos jours dans Ce Pays que par le parti flamingant et fascistoïde dirigé par l'ex-gros qui sévit désormais aux destinées d'Anvers...

Ô tempora ! Ô mores !

Bernard DELCORD

Rebelles et subversifs de nos régions des Gaulois jusqu’à nos jours, ouvrage collectif sous la direction d'Anne Morelli, Charleroi, Éditions Couleur livres, février 2011, 288 pp. en noir et blanc au format 15x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 24 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 05 13

« La meilleure des cuisines régionales » (Curnonsky)

La Bonne Cuisine du Périgord.gifLe texte ci-dessous a été expédié dans la newsletter d'avril 2013 des guides gastronomiques belges DELTA  puis mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

En 1929, Andrée Mallet-Maze dite La Mazille (1891-1984), célèbre Périgourdine, publie chez Flammarion, illustré par sa sœur Renée, un recueil intitulé La Bonne Cuisine du Périgord, le premier livre de cuisine de cette région réputée pour sa gastronomie régionale, un best-seller dont une nouvelle édition est désormais disponible.

L'auteure y a rassemblé 400 recettes traditionnelles, pour la plupart transmises oralement, plus savoureuses les unes que les autres, à l'image de son pays gourmand : des soupes, des terrines de foie gras, des omelettes, des poissons, des confits, des volailles, des champignons, du poulet crapaudine, de l'enchaud truffé, du millassou, de la flaugnarde, du nontronnais… sans oublier la cuisine sous la cendre, les desserts et entremets, les liqueurs et le fameux vin de noix périgourdins.

Le témoignage patrimonial vivant d'un savoir-faire ancestral reconnu bien au-delà des frontières de l'Hexagone...

Bernard DELCORD

La Bonne Cuisine du Périgord par La Mazille, illustrations de René Maze, Paris, Éditions Flammarion, mars 2013, 317 pp. en noir et blanc au format 18,5 x 26 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,90 € (prix France)

 Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage aux senteurs orientales la recette suivante :

LE COU DE MOUTON GRILLÉ

Ce plat excellent est assez peu connu.

Il mérite pourtant un peu de publicité, car il rend service quand on est à court d'imagination. De plus, il est aussi économique que simple à préparer.

Vous mettez à bouillir un cou de mouton avec assez d'eau pour le bien couvrir, plus un verre de vin blanc. Vous y ajouterez les légumes ordinaires du court-bouillon (carottes, oignon piqué de girofle, brin de céleri, ail, échalotes, bouquet garni, sel, poivre).

La cuisson demande deux heures et demie.

Lorsque le cou de mouton est égoutté, vous jetez le bouillon dont vous ne sauriez que faire (en général, les soupes à base de mouton ne sont pas très bonnes).

Vous essuyez la viande avec un torchon sec.

Ensuite, vous la roulez dans de l'huile, puis dans la chapelure.

Au moment du déjeuner, faites griller le cou de mouton à feu vif comme les pieds de porc pannés.

Lorsque vous l'avez retourné de tous côtés, vous n'avez plus qu'à le servir sur plat chauffé et avec une petite sauce obtenue en délayant une grosse cuillerée de bonne moutarde, avec un demi-verre d'huile de noix ou d'olive, que vous laissez tomber peu à peu comme pour faire une mayonnaise.

Quand le mélange est bien lié et assez épais, vous le salez légèrement et vous servez à table, en même temps que le cou de mouton grillé.

Celui-ci se mange aussi avec une sauce au vin blanc, ou bien avec une sauce tomate pas trop épaisse, mais bien riche en tomates.

La Mazille photo.jpg

La Mazille, ca 1920.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Gastronomie | Commentaires (1) |  Facebook | |