25 08 13

Les lads des écuries d'Augias

La véritable histoire des Gracques.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 24 août 2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

En 133 avant J.-C., Rome, qui sort d'une troisième guerre contre Carthage, est au bord de la faillite : les finances sont asséchées, les populations en quête de travail s'agglutinent dans les insulae de la capitale et la corruption règne à la tête de l'État (politiciens véreux, arrangements mafieux, élections truquées, meurtres et conspirations y sont légion).

C'est dans ce climat trouble que deux frères, les intègres tribuns de la plèbe Tiberius et Caius Gracchus, font voter une série de lois remettant le peuple au centre du débat public.

En révélant les manœuvres politiciennes du Sénat corrompu, les deux hommes provoquent un mouvement d'insurrection inédit dans l'histoire de la République romaine. La riposte du Sénat, impitoyable, ne tardera pas...

Dans La véritable histoire des Gracques (Les Belles Lettres à Paris), Christopher Bouix, jeune professeur des universités Paris III et de la Sorbonne, a réuni et commenté plus de cent cinquante textes d'auteurs antiques (Cicéron, Pline l'Ancien, Plutarque, Salluste, Sénèque, Tacite, Tite-Live...) pour faire pénétrer le lecteur dans les coulisses d'un système politique en perdition et suivre l'itinéraire de deux des figures les plus controversées de l'histoire de Rome.

Un récit palpitant aux accents – de Wallonie... – résolument contemporains !

Bernard DELCORD

La véritable histoire des Gracques, textes réunis et commentés par Christopher Bouix, Paris, Éditions Les Belles Lettres, collection « La véritable histoire de... » dirigée par Jean Malye, mars 2012, 180 pp. en noir et blanc au format 11 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 13,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 08 13

Les mots du quotidien

Quand votre culotte est devenue pantalon.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 24 août 2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Algorithme, août, barème, boycotter, calepin, catogan, chauvinisme, dahlia, diesel, frangipane, guillotine, lyncher, macadam, macchabée, pantalon, poubelle, salmonelle, saxophone, silhouette, strass, ubuesque, volcan... À l'origine de ces mots, on trouve un être humain à la personnalité peu banale : découvreur, inventeur, savant, artiste. Mais aussi des héros de la mythologie gréco-romaine ou d'œuvres littéraires.

Quant à bermuda, bougie, cachemire, camembert corbillard, cravate, dauphin, jockey, faïence, frigidaire, lycée, pactole, robinet, sardine, satin, tequila..., ils sont issus de noms de choses, de villes, de marques ou de régions.

C'est ce que révèle, entre autres et avec beaucoup de verve, le journaliste et poète Daniel Lacotte dans Quand votre culotte est devenue pantalon, un amusant ouvrage retraçant l'histoire de chacun de ces vocables et la façon dont ils sont entrés dans la langue française.

Un petit bijou d'étymologie !

Bernard DELCORD

Quand votre culotte est devenue pantalon par Daniel Lacotte, Paris, Éditions Pygmalion, mars 2012, 371 pp. en noir et blanc au format 11 x 18 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 14,90 € (prix France)

23 08 13

« Famille, je vous hais ! » (André Gide)

Celles d'avant.jpgOn sait tout le bien que nous pensons de l'œuvre de notre compatriote Corinne Hoex dont les romans Le Grand Menu (L’Olivier, 2001, réédité par Les Impressions Nouvelles en 2010), Ma robe n’est pas froissée (Les Impressions Nouvelles, 2008), Décidément je t’assassine (Les Impressions Nouvelles, 2010) et Le Ravissement des femmes (Grasset, 2012) ont fait sensation en raison notamment de la dureté des sentiments qu'ils expriment sur un ton délicat avec une construction parfaite.

L'auteure a également publié plusieurs livres de poésie : Cendres (Esperluète, 2002), Contre Jour (Le Cormier, 2009), La Nuit, la mer (Didier Devillez, 2009), Juin (Le Cormier, 2011), N.Y. (La Margeride, 2011), Rouge au bord du fleuve (Bruno Doucey, 2012) et L’Autre Côté de l’ombre (Tétras Lyre, 2012), et elle a fait paraître récemment Celles d'avant aux Éditions Le Cormier à Bruxelles, un recueil dans lequel elle renoue brillamment avec ses vieux démons, les rapports familiaux et l'emprise maternelle, qu'elle aborde cette fois par le biais du fantastique traité au scalpel.

« Corinne Hoex pratique une poésie volontiers narrative, d’une trompeuse simplicité, qui privilégie une langue épurée où chaque mot, choisi avec une parfaite justesse, fait mouche dans la sensibilité du lecteur.

Les celles d’avant du titre, ce sont d’inquiétants fantômes qui murmurent dans la nuit et s’invitent sans façon, c’est le poids obsédant des générations antérieures dont il est impossible de se défaire. Le tout traité avec une belle âpreté, entre humour noir et cauchemar fantasmatique », peut-on lire en guise de présentation de l'ouvrage.

Frissons subtils garantis !

Bernard DELCORD

Celles d'avant par Corinne Hoex, Bruxelles, Éditions Le Cormier, mars 2013, 55 pp. en noir et blanc au format 12,7 x 20,3 cm sous couverture brochée en couleurs, 16 €

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil frémissant les quelques lignes suivantes :

 

la seule chose vivante c'est le trou

il le faut

tu es au fond

personne ne sait où ça commence

où ça finit et où ça commence

mais le trou est vivant

 

malgré le noir

il y a l'odeur

 

commencer a été

une mauvaise expérience

regarde dans les yeux

une mauvaise expérience

sur le plan de l'amour

jusqu'où faut-il creuser

 

dans le noir aveugle

Écrit par Brice dans Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 08 13

Une caverne d'Ali-Baba !

À la rencontre des grands Écrivains français.jpgContenant 50 fac-similés de lettres, documents et manuscrits exceptionnels, À la rencontre des grands Écrivains français paru chez Larousse est un magnifique livre-objet conçu par Jérôme Picon pour présenter autant d'auteurs à travers le moment culturel qui lui est particulier.

Des illustrations de l'édition princeps du Gargantua de Rabelais, par exemple, et la pièce signée de la main de Louis XIV et de Colbert fondant le Théâtre-Français (21 octobre 1680) où brilleront Racine et Molière, des illustrations des Fables de Jean de La Fontaine, un fragment manuscrit des Pensées de Pascal, un extrait du manuscrit du Paradoxe sur le comédien de Diderot, une page de l'herbier de Jean-Jacques Rousseau, des épreuves d'impression de romans de Balzac, maculées de corrections, le manuscrit autographe du fameux « Demain, dès l'aube... » de Victor Hugo, un dessin de Charles Baudelaire par lui-même, un poème recopié à la plume d'Arthur Rimbaud, des notes de Zola préparatoires à la rédaction de L'Assommoir, une lettre de Marcel Proust, une autre de Louis-Ferdinand Céline, des dessins en couleurs du Petit Prince par Antoine de Saint-Exupéry, une lettre de Sedar Senghor à en-tête de l'Assemblée nationale, un portrait au pastel et fusain d'Arthur Adamov par Antonin Artaud, une photo de l'Île de Mount-Desert où vivait Marguerite Yourcenar, une page de manuscrit dactylographié de Georges Simenon ou encore une carte de Frédéric Dard à Roger Valuet.

Le tout complétant un texte très clair de Jérôme Picon, abondamment et judicieusement illustré et fourmillant d'anecdotes révélatrices.

Une réussite éclatante !

Bernard DELCORD

À la rencontre des grands Écrivains français par Jérôme Picon, Paris, Éditions Larousse, octobre 2011, 128 pp. en quadrichromie au format 24 x 29,7 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 29,90 € (prix France)

17 08 13

Du Céline made in USA...

Le Festival de la couille.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 17 août 2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Le saviez-vous ? Aux États-Unis, il existe deux festivals de la couille (Testy festy ou Testicule Festival en anglais). L’un se tient à Oakdale, en Californie, l’autre à proximité de Missoula, dans le Montana.

Celui d’Oakdale sert à collecter des fonds pour un Musée du cow-boy et les participants peuvent y déguster des testicules de taureau à volonté.

Quant à celui, érotique, de Missoula, le journaliste et écrivain satirique Chuck Palahniuk – né en 1962, il est membre du mouvement dit d'Anticipation sociale – en a brossé un portrait particulièrement décoiffant dans un recueil de reportages intitulé Le Festival de la couille et autres histoires vraies dont la traduction française a paru chez Denoël puis en version de poche chez Gallimard, un ouvrage dont la critique, allez savoir pourquoi, a fort peu parlé.

Outre la description de cette partouze géante au fin fond de l'Ouest américain et l'évocation de personnages ordinaires mais peu banals, l'auteur y relate un combat de moissonneuses-batteuses, une expédition en sous-marin nucléaire, la construction d'un château en béton, un face-à-face improbable avec Marilyn Manson ou les promenades d'un escort boy avec un malade en phase terminale, autant d'évocations d'une Amérique déjantée et méconnue dont il s'est fait le chroniqueur dans un style minimaliste des plus efficaces.

Dans ce recueil où se mêlent subversion, tendresse et humour décapant, Chuck Palahniuk démontre combien la réalité peut dépasser la fiction la plus délirante, et on ressort éberlué de ce voyage au bout du bizarre et du tragique...

Bernard DELCORD

Le Festival de la couille et autres histoires vraies par Chuck Palahniuk, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio », octobre 2009, 362 pp. en noir et blanc au format 10,8 x 17,9 cm sous couverture brochée en couleurs, 7,70 € (prix France)

17 08 13

Un kit de survie...

Le Guide des emmerdeurs.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 17 août 2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Dans Le Guide des emmerdeurs, des cons et des importuns, paru aux Éditions Tut-tut à Paris, Stéphane Rose – co-créateur des Gérard qui couronnent chaque année les plus mauvais animateurs et les pires émissions de télévision – dresse l'inventaire des casse-pieds les plus fréquents et fournit le mode d'emploi pour les neutraliser rapidement.

Grâce à ses conseils, on ne redoutera plus les méfaits ou la survenue de l'enfant roi qui hurle dans le TGV, de la petite vieille qui veut passer avant vous à la caisse du supermarché, de l'employé d'un call-center qui appelle à 8 heures du matin pour vous vendre une cuisine, du collègue bobo écolo, de la rombière féministe obsessionnelle, de l'idiot qui klaxonne dans les embouteillages, du gars qui flippe en avion et communique son stress à tout le monde, de l'ami qui ne va jamais bien, de celui qui a un petit talent de guitariste ou du voisin bruyant qui ne supporte pas le bruit...

« Et si ça ne marche pas, conseille l'auteur, assommez-les avec ce livre. Un bon coup sec, cela devrait suffire... »

Bernard DELCORD

Le Guide des emmerdeurs, des cons et des importuns par Stéphane Rose, Paris, Éditions Tut-tut, mai 2013, 195 pp. en noir et blanc au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 13 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 08 13

Une œuvre bouleversante...

Le Grand Meaulnes.jpgParue chez Casterman à Bruxelles, l'adaptation en BD par Bernard Capo du Grand Meaulnes, le chef-d'œuvre – et unique roman publié d'Alain-Fournier (1886-1914), qui rata de peu le Goncourt 1913 – constitue une incontestable réussite graphique et un vibrant hommage artistique.

On le sait, ce récit romantique et poignant fut inspiré à son auteur (mort à la guerre en pleine fleur de l'âge) par son enfance dans le département du Cher, à Épineuil-le-Fleurie, ainsi que par son amour éperdu et sans retour pour une belle jeune fille, Yvonne de Galais.

L'ouvrage a bouleversé des millions de lecteurs pendant des décennies et il est classé à la neuvième place des cent meilleurs livres du XXe siècle.

C'était une gageure que d'en restituer le contenu au moyen de cases illustrées, sans lui faire perdre sa force d'évocation par le sfumato, sorte de brume des souvenirs qui constitue l'une des plus grandes clés de l'œuvre, mais tout en conservant une grande précision dans la représentation des personnages et des lieux.

Nul doute que, parce qu'il a brillamment atteint son but, Bernard Capo redonnera une nouvelle jeunesse à cette magique histoire d'amour éternel !

Bernard DELCORD

Le Grand Meaulnes par Bernard Capo & Alain-Fournier, Bruxelles, Éditions Casterman, octobre 2011, 64 pp. en quadrichromie au format 24 x 32 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 16 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 08 13

Mots utiles... on ne sait jamais !

L'argot des prisons.jpgSous-titré Dictionnaire du jargon taulard & maton du bagne à nos jours, L'argot des prisons paru chez Horay à Paris sous la plume de Jean-Michel Armand devrait figurer dans toutes les bibliothèques privées, parce qu'on ne sait jamais, et en particulier dans celles du personnel politique de langue française qui, par les temps qui courent, constitue à l'évidence un public de choix pour cet ouvrage pittoresque et très documenté.

Avoir à déplier son accordéon (son casier judiciaire), subir une descente à la cave (synonyme : fouille à cul...), avoir la chiasse (des ennuis), partager sa cellule avec un capuccino (détenu noir, mais très clair de peau), un blanc (innocent), un blédard (fauché, sans ressources), une bite-de-riz (asiatique), un boucan (détenu agité) ou un fatigué (fou), rêver à du caviar (une prostituée particulièrement belle, à déguster lentement) plutôt que de se faire mêler (dérouiller par d'autres détenus) ou subir une hagra (injustice), éviter de se banner (fumer du haschich ou du crack), craindre la dasse (le sida) et user de la technique du yoyo pour communiquer par la fenêtre avec un fil entre les cellules...

Des éventualités auxquelles le lecteur concerné pourra se préparer linguistiquement en toute innocence !

Bernard DELCORD

L'argot des prisons par Jean-Michel Armand, Paris, Éditions Horay, novembre 2012, 238 pp. en noir et blanc au format 16 x 16 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 18 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Dictionnaires | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 08 13

Idées yankees...

Nouveaux penseurs de la gauche américaine.jpgParu chez Couleurs livres à Charleroi, l'essai du diplomate belge à Wallonie-Bruxelles International Pierre Ansay intitulé Nouveaux penseurs de la gauche américaine lance le lecteur à la découverte d'une terra incognita, celle des idées qui, à l'instigation de deux professeurs de Harvard, un Américain, John Rawls (1921-2002), et un Belge, Philippe Van Parijs (né en 1951, il enseigne aussi à Louvain-la-Neuve), agitent les deux grandes écoles de philosophie politique des États-Unis et du Canada, la communautarienne (avec Charles Taylor, Michaël Sandel, Michaël Walzer et Alasdair MacIntyre) et la libérale (avec John Rawls, Philippe Van Parijs, Ronald Dworkin, Wim Kymlicka et Thomas Nagel).

Des débats qui, si leurs conclusions ne sont pas toujours convaincantes à nos yeux, traitent de la liberté, des traditions, de la diversité culturelle, de l'intégration et de la cohésion sociale, des conflits institutionnels, de l'évolution des familles avec la montée des revendications féministes, de la formation professionnelle et de l'enseignement en rapport avec les questions de justice sociale, autant de questions cruciales aux antipodes des âneries mises en avant par les télévangélistes et les partisans bornés du Tea-party.

Un livre qui prouve en tout cas, et c'est réjouissant, qu'il y a encore une vraie pensée spéculative en Amérique, et donc pas uniquement des techniciens, des technocrates et des juristes mus par le seul appât du gain...

Bernard DELCORD

Nouveaux penseurs de la gauche américaine par Pierre Ansay, Charleroi, Éditions Couleurs livres, avril 2011, 189 pp. en noir et blanc au format 13,5 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Philosophie | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 07 13

Buonissimo !

Nadia & Giovanni Santini dans votre cuisine.jpgCordon-bleu s'il en est, Nadia Santini a été élue « Meilleure chef femme du monde » en 2013 et son fils Giovanni l'accompagne aux fourneaux du restaurant trois étoiles Dal Pescatore , une grande maison de bouche italienne sise aux abords de Mantoue.

Ils ont fait paraître chez Flammarion à Paris un livre de recettes intitulé Nadia & Giovanni Santini dans votre cuisine, dans lequel ils détaillent les 170 préparations qui ont fait leur réputation, comme la soupe à l'orge perlé et aux haricots, le gâteau de chicorée rouge de Trévise à la bagna cauda piémontaise, le riso aux choux et au pesto, le risotto aux silures et à la ciboulette, le foie gras aux cerises, les petits gris aux cèpes et au beurre persillé, les lasagnes au calamar et à l'encre de seiche, les bucatini à l'amatriciana, la daurade aux pois chiches et au chou vert, le saint-pierre aux artichauts, la longe de bœuf aux herbes, la potée lombarde, le jarret de veau au four, les raviolis de pintade au fenouil, la selle de chevreuil aux châtaignes glacées, la purée de pain au poivre noir, le gâteau de roses, la tarte aux mûres ou encore les maccheroni d'ananas frais à la menthe et au coulis de framboises.

Des assiettes inspirées par les traditions qui vous enverront au firmament de la gastronomie !

Bernard DELCORD

Nadia & Giovanni Santini dans votre cuisine par Nadia & Giovanni Santini, photographies de Francesca Brambilla et Serena Serrani, Paris, Éditions Flammarion, juin 2013, 235 pp. en quadrichromie au format 18 x 25,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 25 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil ensoleillé la recette alléchante suivante :

CALAMARS GRATINÉS AU CITRON

Pour 4 à 6 personnes

Préparation : 40 minutes

Cuisson : 10 à 15 minutes

Ingrédients :

600 à 800 g de calamars

100 g de beurre

1 gousse d'ail

3 cuillerées à soupe de chapelure

1 cuillerée à café de persil haché

1 citron

1 œuf

Sel, poivre

Recette :

Nettoyez les calamars en retirant les poches d'encre, les yeux, la partie nerveuse qui se trouve entre les tentacules et lavez-les très soigneusement.

Faites fondre le beurre dans une petite poêle et ajoutez-y l'ail coupé en deux qui servira simplement à aromatiser le beurre.

Retirez la poêle du feu et ajoutez la chapelure, le persil, le zeste de citron et l'œuf entier.

Remuez la préparation avec une cuillère, salez et poivrez, puis farcissez les calamars.

Fermez-les à l'aide d'un cure-dent ou bien avec de la ficelle et une aiguille.

Versez l'huile, l'anchois, le romarin haché dans une poêle.

Une fois que l'anchois a bien fondu, ajoutez les calamars et enfournez à 160°C (th. 5/6) pendant 10 à 15 minutes.

Si vos calamars sont petits, vous pouvez terminer la cuisson directement dans la poêle.

Servez avec une polenta chaude.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |