31 12 11

Philosophie divinatoire et ludique

  Le jeu du Phénix.gif

 Philosophe et écrivain, Vincent Cespedes, par ailleurs auteur de L'homme expliqué aux femmes paru chez le même éditeur, propose chez Flammarion sous le titre Le jeu du Phénix un tarot original et ludique, à la fois jeu de société, outil d'introspection et base d'échange, qui aidera son ou ses utilisateur(s) à répondre à toutes leurs interrogations existentielles et à celles de leurs proches.

  L'ensemble se compose d'un tapis de jeu, de 26 cartes et d'un livret décrivant 50 flammes (franches et folles, paires et impaires) aux noms évocateurs comme Foyn (la réinvention de soi), Le Voyage, Le Masque fou, L'Élixir, L'Épée, La Tour, le Masque, Le Dragon, L'Arbre, La Licorne, La Perle, L'Œil, L'Or, La Tortue, L'Enfant...

  On peut y jouer de différentes façons, en quatre parties (La Lumière, L'Entretien, La Voie et Le Profil), et même prolonger sa formation et ses échanges sur un site Internet dédié (http://jeuduphenix.com).

  Une invention qui aurait sûrement plu à Socrate, qui professait qu'il fallait se connaître soi-même...

  Bernard DELCORD

  Le jeu du Phénix par Vincent Cespedes, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2011, 128 pp. au format 16,2cm x 27,7 cm, 19,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Philosophie | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 12 11

Une œuvre impériale

 Sans titre1.jpgEn réunissant dans César, l’intégrale les planches hebdomadaires que Maurice Tillieux, le génial créateur de Gilles Jourdan, a données aux hebdomadaires Moustique et Spirou entre 1959 et 1966, les Éditions Dupuis à Marcinelle mettent à la disposition du public actuel un condensé d’humour caustique et bon enfant dans lequel le double imaginaire de l’auteur, un dessinateur de comics trips des familles, se heurte à l’inflexibilité tatillonne de son voisin, l’agent de police Petitcarné, aux caprices d’Ernestine, la fille insupportable d’icelui, et à la fainéantise crasse d’Églantine, sa femme de ménage qui, si elle a un fameux poil dans la main, n’en a pas moins la langue fort bien pendue…

 L’occasion pour Tillieux de faire montre d’un talent graphique certain, rehaussé de traits d’humour et de calembours du meilleur effet, reflets d’un âge d’or merveilleux, celui de l’école belge du Neuvième art qui se déploya tout au long des Golden Fifties et Sixties, dans le droit fil de la production des pionniers inoubliables, Hergé, Franquin et Jijé notamment.

 Quels talents !

 Bernard DELCORD

 César, l’intégrale par Maurice Tillieux, Marcinelle, Éditions Dupuis, novembre 2012, 340 pp. en quadrichromie au format 22 x 30 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 39 €

Écrit par Brice dans B.D., Bernard Delcord | Commentaires (1) |  Facebook | |

13 12 11

Guerre en outre-tombe…

 Sans titre8.jpgDans Opération Mincemeat paru en traduction française chez Ixelles éditions à Bruxelles, le rédacteur en chef adjoint du Times de Londres, Ben Macintyre, ressuscite l’aventure ébouriffante du cadavre d’un homme n’ayant jamais existé, le major William Martin, dont le corps fut repêché par un beau matin d'avril 1943, au large de l'Andalousie, par un pêcheur espagnol.

 Il s’agissait en réalité de la dépouille d'un Gallois indigent déguisé par les soins du MI5 en agent secret britannique dont la mission aurait échoué, puisqu’il transportait des documents secrets de la plus haute importance, révélateurs des préparatifs d’un débarquement anglo-américain en Grèce et en Sardaigne.

 Bien entendu, ces informations étaient inexactes, et les espions nazis tombèrent magnifiquement dans le panneau, ce qui permit aux Alliés de débarquer (presque) tranquillement en Sicile.

 L’auteur, qui a eu accès à de nombreux documents privés et inédits ainsi qu’aux archives du Security Service, piste les tenants et les aboutissants de cette « intox » célèbre en montrant comment, partie de Londres, elle atterrit sur le bureau du Führer à Berlin en passant par Madrid, après avoir transité dans les eaux glacées d’un loch écossais et le long des côtes de Sicile.

 Une mystification morbide qui épargna bien des vies !

  Bernard DELCORD

 Opération Mincemeat par Ben Macintyre, traduction de Danielle Lafarge, Bruxelles, Ixelles éditions, novembre 2011, 380 pp. en noir et blanc au format 15 x 23 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 22,90 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |