17 05 09

Jacques Chirac, précurseur ?

CHIRACD'origine normande, diplômée en droit des affaires et en droit international, Véronique Dorey a fait, en 2002, un passage au QG de Jacques Chirac. Elle signe un essai, auprès des Editions Racine - belges - qui présente Jacques Chirac sous un jour assez neuf, délié de sa bride présidentielle : Jacques Chirac , universaliste, précurseur de Barack Obama ? Avec une vision libérale comme corollaire politique et économique.
Et l'auteur de souligner l'importance de réalisations directement dues à Jacques Chirac, telle la Fondation qui porte son nom ou le Musée Branly. Le soutien marqué à la science et à la technologie révèlent l'humanisme de l'ancien président français, son intérêt vis-à-vis de tout ce qui peut améliorer la connaissance de l'Homme.
Comparant les actions - et personnalités - d'une série de leaders, dont Bill Clinton, Geroge.W. Bush, Nicolas Sarkozy, ....l'auteur consacre un chapitre entier à Barack Obama, personnage "solaire", pharaonique, qu'elle n'hésite pas à identifier à Toutankhamon: "Obama est le"visage", ce Toutankhamon qui renverse les données traditionnelles pour changer la "face" de ce qui décide et dirige pour nous. La "Renaissance". Obama est l'ambition maîtrisée et la responsabilité, le rayonnement d'un pays qui exige un bon dosage de fermeté et de règne diplomate. Un savant dosage d'instinct et d'amour de soi."
La seconde partie de l'essai se nourrit de contributions, entendez "interviews" d'une dizaine de personnalités de pays et cultures variées, Muhammad Yunus, fondateur de la Grameen Bank, Jean Chrétien, ancien Premier Ministre canadien, Charles Berling,... Point commun entre ces leaders: ce sont tous de grands humanistes.
En annexe - intéressante: La Déclaration universelle de droits de l'homme (datée du 10 décembre 1948)
Apolline Elter

Jacques Chirac, humaniste et universel, Véronique Dorey, Editions Racine, avril 2009, 24,95 €

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

08 05 09

Monsieur le gendre de la Marquise

GRIGNANJacqueline Duchêne nous offre, par le biais du portrait de François Adhémar de Monteil, comte de Grignan un éclairage passionnant sur le trio que formaient la Marquise de Sévigné, sa fille, Françoise-Marguerite, future comtesse de Grignan et le comte lui-même. Surnommé le "Matou", par deux fois veuf, François de Grignan épouse, en troisièmes noces, "la plus jolie fille de France", Françoise de Sévigné, laquelle a refusé prudemment les avances du Roi Louis XIV et rencontre, partant, quelque difficultés à trouver un beau parti. Embourbé dans une série de dettes et de charges, le comte réalise un mariage d'argent, lequel, heureusement n'est pas dénué de sentiment et de fierté envers sa nouvelle épouse. Cette dernière se reconnaît de la "disposition" envers lui...
De son côté, la Marquise est ravie que sa fille échappe à un mariage d'amour : "Son gendre ne lui fera jamais ombrage dans le coeur de Françoise, elle en est sûre".
Nommé Lieutenant général de Provence, François de Grignan doit se résoudre à partir seul: Françoise est enceinte et sa marquise de Maman a décidé de la garder à ses côtés. Elle accouche de Marie-Blanche qu'elle confiera à la garde de la Marquise, trois mois plus tard, le 4 février 1671, tandis qu'elle rejoint enfin son époux en Provence et découvre, au sommet d'un piton rocheux, le château de Grignan. Le couple Grignan aura six enfants, à la grande ire de la Marquise, inquiète pour la santé de sa chère fille. Louis-Provence, affublé d'un double prénom qui fait honneur tant au Roi qu'à la charge de son père et Pauline, future marquise de Simiane, seront les plus connus d'entre eux. Ecartelée entre l'interventionnisme de sa mère et sa réelle inclinaison pour son époux- preuve d'amour suprême que l'"héroïque signature" du 23 mai 1675, par laquelle elle délie son époux de toutes dettes sur sa dot et se porte caution des siennes - Françoise partagera sa vie entre Grignan et Paris. Elle s'occupera loyalement, de ses deux belles-filles, orphelines du premier mariage. Un train de vie excessif, lié aux besoins de la charge et au maintien du rang, des dettes et soutiens familiaux requis auront peu à peu raison de l'immense fortune des Grignan. Leur fille Pauline, devenue seule héritière, devra vendre l'intégralité des biens pour couvrir les dettes de la succession.
"Pauvre vieux Grignan, toute sa vie la proie des débiteurs, des prêteurs, étranglé par les arrérages, les contrats, voué à payer - avec un argent qu'il n'a point et qu'il doit emprunter - les créances de son père, de ses frères,de ses filles, de son fils, les siennes propres! Courageux vieux Grignan qui a su pourtant, au nom de son roi bien-aimé, gouverner au mieux pendant quarante-cinq ans la Provence, et en gérer les impôts plus habilement que ses ressources personnelles."
Apolline Elter

François de Grignan, Jacqueline Duchêne, Editions Jeanne Laffitte, octobre 2008, 176 pp, 22 €

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 04 09

Un gentleman des lettres

MERIMEEL’auteur de La Vénus d’Ille, de Carmen, de Colomba, de Mateo Falcone et d’une fameuse dictée, s’il a quelque peu sombré dans l’oubli de nos contemporains, demeure pour ses « happy few » un écrivain de talent doublé d’un homme passionnant (et inversement). C’est ce que vient opportunément rappeler le journaliste Pierre Pellissier en faisant paraître ces jours-ci chez Tallandier à Paris un Prosper Mérimée de derrière les fagots littéraires qui vaut son pesant de distinction(s). Car il retrace avec un beau brio et une grande vivacité de plume les travaux et les jours (il naquit à Paris en 1803 et mourut à Cannes en 1870) de l’un des plus augustes personnages des lettres et de la culture sous le Second Empire, ami de Hugo, de Stendhal, de Sand, de Musset, de Delacroix ou d’Ampère, Zorro de l’architecture publique avec Viollet-Leduc (nommé à l’inspection générale des Monuments historiques en 1834, il fut co-artisan du sauvetage de nombreux joyaux du patrimoine français comme Chinon, Vézelay, Saint-Savin, Chenonceaux, Saintes, Carcassonne, Orange, Cordes ou les arènes de Nîmes), grand voyageur (Angleterre, Espagne, Rhénanie, Corse, Italie, Grèce, Asie Mineure, Belgique, Pays-Bas, Suisse, Autriche, Hongrie, Bavière, Prusse, Écosse, parfois à plusieurs reprises, sans parler de ses innombrables tournées et visites d’inspection aux six coins de l’hexagone), séduisant coureur de femmes autant que de chemins, polyglotte émérite (il pratiquait à l’oral et à l’écrit le grec, l’anglais, l’arabe et le russe), académicien français (il succéda en 1844 à Charles Nodier) admirateur de l’œuvre de Walter Scott, traducteur de Pouchkine, Gogol et Tourgueniev, taulard en 1852, sénateur en 1853, qui vécut intensément et en dépit de la maladie (durant les 18 dernières années, probablement un cancer pulmonaire), six ou sept existences à la fois. Quels talents !

Bernard DELCORD

Prosper Mérimée
par Pierre Pellissier, Paris, Éditions Tallandier, mars 2009, 585 pp. au format 14,5 x 21,5 cm, 30 €

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 03 09

Une muse des yé-yés

HAASActuelle Madame Soleil sur les ondes françaises de RTL, Christine Haas n’est pas qu’une jolie astrologue en vue. C’est aussi une ex-égérie des yé-yés, ex-assistante du président Rosko (rappelez-vous : celui qui avait « marché sur l’eau » à l’antenne de Radio Caroline avant de rallier l’ex-Radio Luxembourg…), ex-épouse du parolier Jean-Michel Rivat (« Géant » pour Alain Chamfort, « Les premières jonquilles » pour Hugues Aufray, « Siffler sur la colline » et « Les Dalton » pour Joe Dassin, ou encore « Bébé requin » pour France Gall…).
C’est également une femme charmante et pétulante qui ressuscite sa jeunesse avec grâce dans un petit ouvrage de souvenirs joliment troussé, publié ces jours-ci par les Éditions Hors Collection.
Il s’intitule 2 minutes 35 de bonheur (la durée standard, dans les années 70, d’une chanson enregistrée sur un disque 45 tours) et on y voit revivre au quotidien, sous le regard d’une provinciale ingénue de 18 ans qui a rallié les beaux quartiers de Paris avec sa famille, les Michel Sardou (qui épousera la sœur de l’auteure, Babette), Claude François, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Joe Dassin, Stone et Charden, France Gall et autres Carlos. Sans révélations fracassantes ni indiscrétions tapageuses, mais avec un soupçon de nostalgie et quelques pincements au cœur, comme tout le monde…
Bernard DELCORD

2 minutes 35 de bonheur par Christine Haas, Paris, Éditions Hors Collection, mars 2009, 199 pp., 16 €

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (1) |  Facebook | |

01 03 09

Ca ne pleure pas, un homme

DELONA 44 ans, Anthony Delon se raconte pour la première fois. Son père, les femmes, jet set, faits divers, ne sont que des mots qui font les phrases des canards ou des rubriques people. Vous allez découvrir une vie très compliquée, une existence vécue comme une malédiction d'être qui se transmet de génération en génération. Aujourd'hui, Anthony Delon veut être le premier maillon d'une nouvelle chaîne qui tourne le dos à cette malédiction. Enfants. Espoir. J'aime.

  ANTHONY DELON - Nicky Depasse 1
  ANTHONY DELON - Nicky Depasse 2

Le premier maillon, Anthony Delon, Michel Lafon, 2008, 184p., 17€95.

DELON_AnthonyPhoto : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (2) |  Facebook | |

13 01 09

Forever Coco

GIDELCoco avant Chanel, le film d'Anne Fontaine avec Audrey Tautou et Benoît Poelvoorde sortira dans les salles le 22 avril prochain. L'occasion pour nous de nous replonger dans la biographie de la demoiselle d'Aubazine. Et pour cela, les livres ne manquent pas (les films non plus, me direz-vous). Reste à faire le tri. Parmi les ouvrages consacrés à la vie de Mademoiselle, j'épinglerai celui d'un des Monsieur biographie de la Rive Gauche, Henry Gidel.
Nous en parlons autour d'un café, en pleine heure d'affluence, chez nos amis des 2 Magots. Ambiance germanopratine pour parler phénomène typiquement Rive Droite. Et pourquoi pas ? Coco a toujours aimé associer le blanc et le noir.
Nicky Depasse

  HENRY GIDEL - Nicky Depasse 1

Paris nov 0806Coco Chanel, Henry Gidel, Flammarion, nouveau tirage de l'édition originale de juillet 1998, 437p., 23€, aussi disponible chez J'ai Lu, 379p., 7€60.

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 01 09

Un maître à penser

VOLTAIRELe professeur émérite de l’Université Libre de Bruxelles et académicien belge Raymond Trousson est l’un des plus brillants « dix-huitièmistes » de notre temps. Après avoir fait paraître chez Tallandier à Paris des imposantes biographies consacrées à la vie, à l’œuvre et aux idées de Jean-Jacques Rousseau (en 2003) et de Denis Diderot (en 2005), il vient de publier en 2008 un passionnant Voltaire chez le même éditeur, véritable mine d’informations sur le successeur de Racine et de Corneille autant que somme philosophique sur la pensée du prince des Lumières. Écoutons-le : « Dramaturge inégalé en son temps, il est aussi, avec La Henriade, le premier poète épique de la France. Ses écrits historiques, de l’Histoire de Charles XII à l’Essai sur les moeurs, ont renouvelé la conception de l’histoire en l’orientant vers l’étude des moeurs et des mentalités. Le conteur, avec Candide ou Zadig, demeure un maître incontesté. Philosophe déiste, dès les Lettres philosophiques il a lutté contre ce qu’il nommait “l’Infâme” – le fanatisme, les superstitions et les préjugés de toute sorte – et prêché inlassablement la tolérance. Aujourd’hui encore, son Traité sur la tolérance, publié en 1763, n’a rien perdu de son actualité. Champion de la réforme judiciaire, adversaire de la torture et de la peine de mort, défenseur de la liberté de penser, ses combats pour les Calas, les Sirven, les La Barre et autres, ont fait de lui le symbole de la résistance à toutes les oppressions, le dénonciateur infatigable des crimes contre l’humanité et la pensée, celui qui, contre toutes les résistances, n’a cessé de pousser “le cri du sang innocent”. Seigneur de Ferney, il a transformé, en quelques années, une bourgade misérable en une petite ville florissante où cohabitaient paisiblement catholiques et protestants. Tel est l’homme que la foule acclame en 1778 à Paris, où il vient mourir après vingt-huit années d’exil, et celui que la Révolution, le 11 juillet 1791, porte au Panthéon. Deux siècles plus tard, il demeure une référence universelle et l’ancêtre des intellectuels engagés, l’un de ceux qui ont contribué à édifier le monde moderne. » On ne saurait mieux dire ! Contempteur de tous les fanatismes, Voltaire (1694-1778) voit son œuvre encore vitupérée de nos jours par nombre de ceux que la liberté insupporte, corbeaux ensoutanés, petits rabbins obtus, gauchistes illettrés ou cagots barbus, en particulier ces derniers temps son remarquable Mahomet d’une belle actualité ! Il y établit un distinguo entre religion et superstition et il y affirme qu’on ne fait jamais de bien à Dieu en faisant du mal aux hommes…
À soumettre, par exemple, à tous ceux qui revendiquent aujourd’hui par les armes des terres que Dieu leur aurait données, alors même qu’ils sont incapables d’en fournir les contrats de cession signés de Sa main…
Bernard DELCORD
Voltaire par Raymond Trousson, Paris, Éditions Tallandier, 798 pp. au format 14,5 x 21,5 cm, 30 €

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (1) |  Facebook | |

13 12 08

L'impatience de vivre

rudyPlus qu'un roman, plus que l'histoire d'un pianiste virtuose de renommée mondiale, l'autobiographie de Mikhail Rudy est le parcours personnel des grands artistes (et intellectuels) qui ont fui la misère matérielle et morale des pays de l'URSS à l'ère du rideau de fer. Une époque où l'art était le seul moyen de fuir en dehors de la vodka.
Pour vous convaincre de la qualité du témoignage de ce digne héritier de Prokofiev, je vous invite à écouter notre entretien.

  MIKHAIL RUDY - Brice Depasse 1
  MIKHAIL RUDY - Brice Depasse 2
  MIKHAIL RUDY - Brice Depasse 3
  MIKHAIL RUDY - Brice Depasse 4

RUDY_portraitLe roman d'un pianiste, Mikhaïl Rudy, Ed du Rocher 2008, 204p., 19€90.

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 11 08

Une vie

HARDYAuprès de son arbre, Françoise Hardy, qui aime et a tant aimé les livres, vient d'écrire sa vie. Le lecteur n'est pas dupé. La belle y va carrément. Toute la vérité. Et bien écrite, s'il vous plaît.
Doit-on parler de beau livre : la réalité, la vie qui y est racontée n'est pas drôle. On garde à tout le moins un goût amer, on nourrit une certaine tristesse pour cette femme si belle, talentueuse et sensible à qui le destin semble avoir donné la gloire mais pas le vrai bonheur. Seulement des joies.
Mais quel est celui d'entre nous qui pourra se targuer une fois le bilan honnête de son existence rédigé, avoir été comblé par la vie ?
La plus belle autobiographie (avec celle de Fugain et de Bob Dylan) qu'il m'ait été donné de lire.

  FRANCOISE HARDY - Brice Depasse 1

A propos de Thomas mais aussi des débuts de sa carrière d'artiste :

  FRANCOISE HARDY - Brice Depasse 2

ATT00023
Le Desespoir des Singes et Autres Bagatelles, Françoise Hardy, Robert Laffont, 21€, 416p.

Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 11 08

Les autres bagatelles

FR HARDYOù il est question de Bob Dylan, des Beatles, Jean-Marie Perier, des tournées en Italie, du trac, du retour de Belgique avec Dutronc, de l'AB, ...

  FRANCOISE HARDY - Brice Depasse 3

Où Françoise parle de Mick Jagger, mai '68, Jacques Cancel, la solitude, le mariage, Jacques Dutronc, l'Amour, la littérature et des plus belles femmes du monde.

  FRANCOISE HARDY - Brice Depasse 4

Le Desespoir des Singes et Autres Bagatelles, Françoise Hardy, Robert Laffont, 21€, 416p.

Écrit par Brice dans Biographies | Commentaires (1) |  Facebook | |