14 06 12

Jacques a dit

C'est à la lecture de l'excellente chronique, sur ce blog, de Jacques Mercier, que j'ai eu envie de découvrir l'ouvrage. Je vous en livre donc ma recommandation de lecture. Merci Jacques ...au pluriel.!

blog5095.jpg Animateur-vedette, avec André Rémy, de  Feu vert, l'émission-culte des têtes blondes (années '70), Jacques Careuil nous revient, de sa voix juvénile à l'accent bien trempé,  par le biais d'une autobiographie rédigée avec Claude Rappé.

Un récit attachant autant qu'intéressant.

"Je n'ai pas eu le père dont on peut rêver, mais il n'a pas eu non plus le fils qu'il espérait"

De  de sa prime enfance, marquée par le départ de son père, Henri Neulinger et les années de guerre, le jeune et solitaire Guido  - futur Jacques Careuil -  retiendra surtout la solide affection qui le lie à sa mère.

Années de scène, genèse de l'émission Feu vert, Liaison de trois ans avec le comédien Serge Michel et début de l'amitié vitale  qui le lie à Jacqueline Bir, ...sont l'objet de la deuxième étape de sa biographie.

L'animateur nous livre alors sans tabou, ni quelconque nostalgie, la vérité d'une homosexualité assumée et de diverses relations plus ou moins heureuses, mais aussi les coulisses de la grande RTB (F), les cabales menées et obstacles de carrière que son étiquette de gentil animateur lui valurent et qui le décidèrent à quitter délibérément la télévision publique belge.

Le "petit Careuil" était catalogué. On ne me prenait pas au sérieux. Lorsque je négociais une nouvelle saison, souvent, je n'obtenais pas une augmentation de cachets.

C'est une leçon pour beaucoup d'artistes médiatisés: quand vous tenez un succès, gardez-le! Il vous apparaîtra un jour que vous n'êtes pas assez payés, que vous êtes exploités, que votre nom vaut de l'argent, que vous aimeriez faire autre chose de plus valorisant.. Mais le jour où vous claquerez la porte, ou même si vous partez sans faire de bruit, personne, personne non, ne vous tiendra la main et on ne fera plus jamais  aucun bruit autour de vous. (...) Nous ne sommes rien dans la grande machine des médias (...) nous sommes jetables comme des mouchoirs en papier. Après, longtemps après, il vous restera des souvenirs à consigner dans un livre. J'insiste: il n'y a aucune aigreur dans ce que je viens de dire."

De cette Thaïlande où il réside aujourd'hui - Jacques Careuil partage sa vie entre Pattaya et Ibiza (Espagne) - ce "solitaire bien entouré" entend faire le point sur les idées reçues en matlère de prostitution thaïe.

Une façon de rendre hommage à la vie, à un "destin qui [lui] a régulièrement tendu la main " à un pays qui l'a accueilli, avec ce ton de simplicité et d'amène sincérité qui est la grande qualité de cet ouvrage.

Apolline Elter

 

Jacques Careuil, invité de Nathan Skweres et Brice Depasse dans le Grand Zapping de Nostalgie Pop Culture, écoutez :


podcast


podcast

 

 

Feu vert à Jacques Careuil. Rencontre avec Claude Rappé, biographie, éd. Jourdan, mai 2012, 234 pp, 15,9 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies, Brice Depasse, Podcasts | Commentaires (0) |  Facebook | |

13 06 12

Nos voisins Bercovici et Dal

Chers voisins, gilles dal, bercoviciInvités de Pop Culture, Philippe Bercovici et Gilles Dal sont venus parler de leur première collaboration BD, "Chers voisins", parue chez Dupuis. Une entrevue qui, vous le devinez, n'a pas été triste. Ecoutez, c'était le samedi 2 juin sur Nostalgie :


podcast



podcast


podcast

BERCIVICI_DAL.jpg



Écrit par Brice dans B.D., Brice Depasse, Podcasts | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 06 12

Didier van Cauwelaert, invité dans Nostalgie Pop Culture

 

Didier van cauwelaert, double identité

Podcast brut et intégral de l'entretien de Didier Van Cauwelaert avec Brice Depasse réalisé pour son émission Nostalgie Pop Culture.

Il y est question de Double identité, son nouveau roman et de l'adaptation de "Hors de moi" qui a donné l'an dernier le film "Sans identité".


podcast

13 05 12

William Shakespeare, un imposteur d'état ?

anonymous-movie-poster-01.jpgDepuis plus de deux siècles, des dizaines d'historiens y sont allés de leur théorie sur l'oeuvre de Shakespeare. Comment ce petit homme de Stratford a-t-il pu sans avoir reçu aucune éducation, à la fin du XVI° siècle manier la langue anglaise de la sorte ? Comment ce petit acteur qui en savait juste assez pour lire a-t-il pu être le plus grand poète de son temps et des siècles à venir ?

On a tout lu et tout entendu. Et on aura aussi tout vu avec ce film, Anonymous de ... Roland Emmerich. Comment le réalisateur (allemand) de tant de navets (américains) comme 2012, Godzilla, Universal soldiers ou encore Independance day a-t-il pu tourner un film aussi réussi, aussi touchant ? On parlera de rédemption ou de coup de génie mais en tous les cas on ne s'en plaindra pas.

Dans Anonymous, Emmerich reprend la théorie selon laquelle le véritable auteur de ces pièces et sonnets ne fut autre que le Comte d'Oxford, Edouard de Vere. Comment et pourquoi ? La réponse dans le film admirablement joué et tourné, une illustration supplémentaire de la cohabitation de l'art le plus noble et de la violence politique de cette époque.

Ce film m'a littéralement dévoré de bout en bout ; j'espère qu'il vous fera le même effet.

Brice Depasse

Anonymous, Roland Emmerich, DVD Columbia, mai 2012.

22 04 12

Un Monde à la Page !

10003243SriLnka©R.Dominique_unesco_01.jpgCe lundi 23 avril, sous l’égide de l’UNESCO, il sera temps de fête la Journée Mondiale du Livre et du droit d’auteur. 24 heures entièrement consacrée à la célébration de notre objet fétiche à travers la planète entière ! On sait à quel point la lecture, l’écriture et l’éducation sont des clés essentielles pour assurer le développement social des jeunes... et des moins jeunes. L’UNESCO a donc décidé de fêter le livre, à travers le monde, depuis 1995. Vous pourrez trouver tous les détails de cette grande journée ICI, mais en attendant, l’équipe de Lire est Un Plaisir vous propose un véritable tour du monde littéraire avec un coup de projecteur sur leurs auteurs... venus d’ailleurs !

Entre un avion, un bateau et deux lectures de bio rock’n’roll, Brice Depasse nous confie : « Mes auteurs étrangers favoris : Philip Roth (Un homme, J’ai épousé un communiste), Umberto Eco (Le nom de la rose), Paul Auster (Brooklyn follies), Russell Banks (Trailer park, La réserve).Je sais, ce n’est pas original. ». Gwendoline Fusillier, qui passe une partie de ses journées à rattraper nos boulettes de mise en ligne prend tout de même le temps de lire « international ». La preuve : « Le premier qui me vient à l'esprit est sans doute: « Jamais sans ma Fille » de Betty Mahmoody, publié en 1987. Sinon dans un style plus léger j'aime beaucoup: Anna Sam: « Les tribulations d'une caissière » et « Conseil d'une amie à la clientèle » ou encore Sophie Kinsella avec sa série « Accro du shopping » et enfin Katarina Mazetti: « Le mec de la tombe d'à côté » et « Le caveau de la famille ». Quant à Jacques Mercier, lui qui a si bien incarné les quatre coins de notre Belgique dans Forts en Tête, il n’hésite pas à voyager entre les lignes : « J’adore Lawrence Durrell, surtout dans le "Quatuor d'Alexandrie", une tétralogie qui comporte : "Justine", "Mountolive", "Balthazar" et "Cléa". Il s'agit de la ville d'Alexandrie et de la même histoire vue par les protagonistes. J'ai peu rencontré d'atmosphère aussi fortes : peut-être chez F. S. Fitzgerald ? C'est dans "Justine" que l'auteur écrit : "Une ville devient un univers lorsqu'on aime un seul de ses habitants »... ». Quand à votre serviteur, c’est à travers les romans de Stephen King que, tout jeune, il a baigné dans la culture américaine... Avant de se forger un amour immodéré pour les thrillers au feu des brûlots incendiés par James Elroy, Ernest Hemingway ou encore Graham Masterton... Sans parler de Dona Leone et son oeuvre vénitienne !

Le monde entier célèbre le livre, durant toute une journée... Pour les 364 autres ? Lire est un Plaisir s’en charge !  

Chris Corthouts

01 04 12

La Fiction rattrape la réalité !

bruit_avril.jpg


La date de publication de cette note a évidemment toute son importance... Il s'agit bien entendu d'un poisson...

Ce que dit le quatrième de couverture : Dans les locaux de Souvenirs, une des radios les plus écoutées de la Communauté française, le corps de B. Depace est retrouvé, sans vie, un lecteur MP3 au fond de la gorge. A-t-il voulu absorber l’album de trop ? La porte du bureau fermée de l’intérieur et le dernier message envoyé depuis son smartphone semble le confirmer. Mais la jeune inspectrice Gwenaëlle Fussili, fraîche émoulue de l’école de police d’Evere découvre rapidement qu’une brochette d’étranges personnages évoluait autour du spécialiste de la musique. Et que dire de son passé de producteur d'artistes ? Et de trapéziste sado-masochiste… Le mystère s’épaissit lors qu’un ancien présentateur de télévision contacte Gwenaëlle, prêt à lui faire des révélations fracassantes.

 

Cela devait arriver. A force d’occuper le devant de la scène musicale et littéraire de notre petite Communauté Wallonie Bruxelles, Brice Depasse (à peine déguisé dans cet ouvrage) devient le héros, mort, de son propre roman policier. Roman à clé, énigme complexe trempée dans un bon bain de couleurs locales, Passe un rock, ça fera du bruit ! voyage entre Bruxelles, Liège, Namur et Binche dans un festival de situations burlesques que ne renierait pas les Monty Python. L’auteur assure que tout est vrai dans ce roman, sauf ce qui ne l’est pas, bien entendu. On rit d’ailleurs de voir avec quel précision il dépeint le monde impitoyable des médias francophones belges, petite cour de récréation où les égos se télescopent pour des broutilles et où le pire des châtiments est de ne pas recevoir son badge V.I.P pour parader dans les allées de la Foire du Livre au soir de son inauguration officielle. Personne ne sort vraiment indemne de ce jeu de massacre… Et c’est peut-être là une des faiblesses de ce roman à la nitroglycérine : personne ne mérite d’être sauvé si l’on en croit l’auteur et en ces temps de cynisme galopant, un petit rayon de soleil, une jeune stagiaire pleine d’espoir ou même un chien de berger au poil brillant, était-ce trop demander ?

Passe un rock, ça fera du bruit !, de Christophe Collins. Editions des Ichtyologues Réunis. 224p.

 

26 03 12

Philippe Manoeuvre Brice Depasse en podcast

Philippe, Manoeuvre, 101 disques, fin du mondeLe premier volume de cette discothèque rock idéale a été un grand succès. Quelques années et saisons de la Nouvelle Star plus tard, Philippe Manoeuvre nous propose 101 albums de plus. Il ne s'agit plus d'indispensables à écouter avant de mourir mais avant la fin du monde, cette fois (sic !).

Il s'agit bien de la fin d'un monde, celui du disque, comme il l'écrit dans la dernière chronique à propos de Radiohead. Car on part une nouvelle fois des années 50 pour revenir à nos jours mais avec d'autres groupes et artistes ou un autre album d'une discographie déjà évoquée.

Philippe Manoeuvre parle de tout cela avec Brice Depasse dans un entretien très rock'n'roll enregistré pour Nostalgie Pop Culture lors de la Foire du Livre de Bruxelles. Pour l'écouter, cliquez sur la couverture du livre.

_MG_9304.jpg

29 02 12

Sex and books and rock'n'roll

foire du livre,bruxelles,2012La Foire du Livre de Bruxelles ouvre ses portes ce jeudi 1er mars. Avec un thème pareil, Brice Depasse se devait d'en parler. Il reçoit Ana Garcia, la Commissaire générale de la Foire, avec qui il parle de livres, de rock et ... de sexe. Ecoutez les six podcasts de l'émission en cliquant sur la photo.

31 12 11

A table avec Pierre Kroll!


PIERRE KROLL : Petits dessins assassins par BriceDepasse


Entretien réalisé par Nicky Depasse pour Livre de Bord sur Liberty TV
Avec la participation de Didier Reynders, ministre belge des affaires étrangères
Livre de Bord, une émission de Brice & Nicky Depasse
Décembre 2011

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Brice Depasse, Livre de Bord, Nicky Depasse, Vidéos | Commentaires (0) |  Facebook | |