16 07 07

Roman de gare

romandegareAprès "Les ambitieux" et "Odette Toulemonde", le nouveau film de Claude Lelouch a pour personnage principal un écrivain. On pourra arguer le hasard, j'y vois plutôt l'air du temps qui met de plus en plus en avant les auteurs populaires. Est-ce le phénomène du talk show télévisé qui popularise de plus en plus les hommes de plume ? A une époque où la Culture n'est pas au mieux de sa forme, il n'y a pas lieu de se plaindre de cette nouvelle médiatisation des romanciers.
Quant au film, heureuse surprise de découvrir un Lelouch revigoré par un thriller : "Roman de gare" est un excellent long métrage. Tellement que le cinéaste a voulu dans un premier temps masquer son identité pour que son oeuvre ne soit pas mort née à cause des a priori du public et de l'industrie cinématographique.
Un des films de l'été.
Brice Depasse



Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 06 07

Rencontre autour de nos amis les Terriens

TERRIENSA propos, je vous donne rendez-vous avec Bernard Werber ce mardi 5 juin à la Fnac de Bruxelles à 17 heures. Nous y parlerons de son premier long métrage, produit par Claude Lelouch, "Nos amis les Terriens", avec Pierre Arditi (dans le rôle de l'extraterrestre en voix off), Audrey Dana et Boris Ventura Diaz (les deux humains observés).
Regardez la bande annonce en cliquant sur l'affiche du film.

Werber Lelouch

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 05 07

Un scaphandre et un papillon à Cannes

SCAPHANDRE pocheJean-Dominique Bauby nous avait boulversé il y a une dizaine d'années avec son récit, le premier livre écrit d'un battement de cils. Rédigé lettre par lettre selon le principe du oui et non par un auteur muré dans un corps inerte, "Le scaphandre et le papillon" est aujourd'hui porté à l'écran.
Sélection officielle du Festival de Cannes 2007, le film a valu à son réalisateur, Julian Schnabel, le prix de la mise en scène. Prix évident tant l'adaptation cinématographique respecte la narration si particulière, la réalité si cruelle.
A noter l'excellente distribution des rôles : Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Marie-Josée Croze, Hiam Abbass, Niels Arestrup, Marina Hands (qui vient de recevoir un César), Fiorella Campanella, Jean-Pierre Cassel (dont il s'agit de la dernière apparition à l'écran) et Emma de Caunes.
SCAPHANDRENous ne saurions trop vous recommander la lecture de ce livre poignant qui est un hurlement au "carpe diem", une leçon de vie phé-no-mé-na-le.
Disponible chez Pocket, il vient de reparaître en grand format chez Robert Laffont.
Brice Depasse

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 05 07

Pride & prejudice

AUSTEN 2 AUSTEN DVDEt puisque nous parlons de d'"Orgueil et préjugés", je vous recommande non seulement le livre (édité chez 10:18) mais aussi la belle adaptation de Joe Wright aujourd'hui disponible en DVD.

La bande annonce :



Un extrait :



Le clip :

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 05 07

Des nouvelles de Stephen King

KING FATALMalgré sa décision, grandement médiatisée, de « prendre sa retraite », Stephen King n’a pas cessé d’être présent dans les rayons des librairies à travers des rééditions, des nouveautés ou encore des adaptations de ses œuvres, tant sur le grand que sur le petit écran La preuve nous en est encore donnée cet été avec la sortie de « 1408 », adaptation cinématographique d’une nouvelle parue dans « Tout est Fatal » avec John Cusack dans le rôle d’un journaliste sceptique qui passe une nuit d’horreur dans une chambre hantée.
Mais le vivier Stephen King n’est pas près de s’épuiser, puisqu’à l’horizon 2007-2008 d’autres projets s’annoncent, sous la houlette de metteurs en scènes dont la réputation n’est plus à faire.
« Brume », longue nouvelle issue du recueil éponyme est en plein tournage, sous la direction de Frank Darabont. Darabont qui s’est déjà attaqué par deux fois à l’univers kingien. Tout d’abord, avec un chef d’œuvre : « Les Evadés », alias La Rédemption de Shawshank, ensuite avec un drame solide, « La Ligne Verte ».
« Cellulaire », un vrai retour aux racines de l’horreur pour King sera mis en scène, dans quelques mois par Eli Roth, énervé de la caméra, connu des aficionados pour son cradingue « Hostel ».
Enfin, George Romero développerait non pas un, mais deux projets tirés des écrits de King, « From A Buick 8 », paru chez nous sous le tire de « Roadmaster » et « La Petite Fille qui aimait Tom Gordon » roman inhabituel et introspectif qui raconte l’errance d’une gamine perdue dans une forêt du Maine.

KING BRUMEMais tout ces projets cinématographiques ne doivent pas faire oublier que « Lire est un Plaisir ». King sera donc de retour au states dans quelques jours avec « Blaze », un roman qu’il attribue lui-même à son fameux pseudonyme : « Richard Bachman ». En clair, « Blaze » fait partie de ces romans que King a écrits avant de publier « Carrie », son premier succès. Longtemps présenté sur les sites de fans et dans les bibliographies autorisées comme un « manuscrit perdu » ou « inachevé », « Blaze » finit donc par sortir du bois, revu et corrigé par le maître lui-même. Inspiré à la fois par « Des Souris et des Hommes » et par l’enlèvement de Patty Hearst en 1974, « Blaze » raconte l’enlèvement d’un enfant par un géant un rien simplet et sa cavale à travers les Etats-Unis. Petit chef d’œuvre oublié ou manuscrit qui aurait mieux fait de rester dans un tiroir ? Foi de Dr Corthouts, dès que l’objet sera dans ma boîte aux lettres, je vous en donnerai des nouvelles !
Chris Cortouts

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 05 07

Sexe, mort et désespoir

ROTHAttention, chaud ! Ben Kingsley incarnera le professeur David Kepesh dans l’adaptation cinématographique de « La bête qui meurt », rebaptisé « Elegy » devant la caméra d’Isabel Coixet. Consuela, la jeune femme, dont il tombe éperdument fou d’amour prendra les traits de Pénélope Cruz. Dennis Hopper (tiens, tiens) et Debbie « Blondie » Harry complètent le casting. Si « La bête qui meurt » n’est pas le meilleur roman de Philip Roth, un des géants américains de la littérature contemporaine, il est un de ses plus torrides et … sombres.
Brice Depasse

PenelopeCruzBENKingsley

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 04 07

La chambre des officiers

DUGAIN CHAMBRE Le roman des gueules cassées. Celle de son grand-père. Premier livre qui vaut à l'auteur en herbe dix-huit prix littéraires et une adptation littéraire. Incontournable.

  MARC DUGAIN - Nicky Depasse 1


DUGAIN AFFICHE



Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 04 07

Fidèle en amitié

VARGASAmitié d'enfance avec Fred Vargas qui conduit aujourd'hui à l'écriture du scénario de "Dans les bois éternels" (Cliquez sur la couverture pour regarder la bande annonce du film qu'incrimine l'auteur de "La chambre de officiers").

  MARC DUGAIN - Nicky Depasse 2

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 04 07

Ne touchez pas la hache

BALZACBelle adaptation du roman de Balzac. Jacques Rivette remet au goût du jour "La duchesse de Langeais", une des grandes dames de littérature, femme dont la beauté et les parures ont innondé leur entourage de splendeur. Interprétée avec panache par Jeanne Balibar, Antoinette de Navarreins, femme exquise et avant-gardiste fit chavirer le coeur du général de Montriveau au premier regard. Mais, car il y a un mais, Antoinette se refusa à lui. Par jeu de séduction et aussi pour se protéger. Guillaume Depardieu qui incarne Armand de Montriveau est, dans ce film, touchant et irrésistiblement sensuel.
Honoré de Balzac publia ce roman pour la première fois en 1834 sous le titre "Ne touchez pas la hache" dans la revue L'Écho de la Jeune France. Cinq ans plus tard, dans la deuxième édition, il lui donna le titre de "La Duchesse de Langeais".
Nicky Depasse

Extrait : "N'être que votre ami ?" s'écria monsieur de Montriveau, à la tête de qui ce terible mot donna des secousses électriques. Sur la foi des heures douces que vous m'avez accordées, je m'endors et me réveille dans votre coeur ; et aujourd'hui, sans motif, vous vous plaisez gratuitement à tuer les espérances secrètes qui me font vivre. Voulez-vous, après m'avoir fait promettre tant de constance, et avoir montré tant d'horreur pour les femmes qui n'ont que des caprices, me faire entendre que, semblable à toutes les femmes de Paris, vous avez des passions, et point d'amour ? Pourquoi donc m'avez-vous demandé ma vie et pourquoi l'avez-vous acceptée ?
- J'ai eu tort mon ami. Oui, une femme a tort de se laisser aller à de tels enivrements quand elle ne peut ni ne doit les récompenser.
- Je comprends, vous n'avez été que légèrement coquette.
- Coquette ? ... je hais la coquetterie. Etre coquette, Armand, mais c'est se promettre à plusieurs hommes et ne pas se donner. Se donner à tous, c'est du libertinage."

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 04 07

Les enfants de choeur ou peut-être pas

PerrottaJe dirais plutôt les femmes désespérées qui parlent de tout et de rien, mélangent les discours de leur mari et accompagnent les enfants au parc. Elles rêvent d'autre chose et fantasment à longueur de journée.
Avec beaucoup d'ironie, Tom Perrotta dirige (de main de maître) le roman de la middle class américaine. De l'humour sur fond d'amour. Ce livre, best seller aux Etats-Unis, a été adapté au cinéma et est sorti en salle chez nous en janvier dernier (la couverture de l'édition poche chez Point décline l'affiche du film). Tom Perrotta rencontre un immense succès depuis l'adaptation d'un autre de ses livres, "Election", au cinéma.
Si "Little children" vous fera parfois grincer des dents, c'est parce qu'il révèle avec force le mal être conjugal.
Nicky Depasse

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |