21 07 05

Classiques

L'agenda des sorties de livres sur une saison est pléthorique. Et passer une année à sauter d'une nouveauté à l'autre, c'est passionant. Seule ombre _majeure_ au tableau : si on veut lire tous les ouvrages des auteurs qu'on rencontre, on ne trouve plus un instant pour ouvrir un autre livre. A titre d'exemple, si j'ai (bien sûr) reçu les Dan Brown, je ne les pas encore ouverts (ce sera chose faite, heureusement d'ici fin juillet). Oui, le chroniqueur littéraire a de la chance de remplir ses bibliothèques aux frais de la princesse. Oui il peut rencontrer (fugacement) les plus grands auteurs du moment. Non il ne fait pas ce qu'il veut, ne lit pas ce qu'il doit. Il ne peut espérer que Dieu lui prête vie pour profiter du temps qui lui restera pour se plonger dans l'immensité de ce qu'on appelle les classiques.

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 07 05

Marc-Aurèle

"La douceur est une force invincible : que fera le plus insolent des hommes si tu persistes à le traiter avec douceur ?" "Le peu de temps qui te reste à vivre, ne le perds pas à penser aux affaires des autres, à moins que ce ne soit pour le bien de la société". "Vouloir que les méchants ne commettent point de fautes, c'est folie. D'autre part, admettre qu'ils soient pour les autres les méchants qu'ils sont et vouloir en même temps qu'ils s'abstiennent de toute faute envers toi, c'est raisonner en insensé et en despote". Et dire que cet homme fut empereur. Que ne furent-ils tous pas taillés dans le même bois ! Et puisque le livre montré ci-contre recueille des écrits du stoïcien Epictète, cela me rappelle cette phrase de lui : "Ne demande point que ce qui arrive, arrive comme tu le veux mais veux ce qui arrive et tu vivras une vie heureuse."

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 07 05

Relisez Sénèque

Ressortez cet homme du contexte barbant des cours de latin. Oubliez que vous vous êtes ennuyé en le traduisant et lisez-le en français dans le texte. Comme Marc-Aurèle un siècle plus tard, Sénèque est un authentique philosophe dont la simplicité fait la force absolue. A l'heure où le monde occidental recherche encore la vérité auprès de gourous exotiques chinois, tibétains ou japonais (que je ne conteste pas) il serait bon de redécouvrir la sagesse des gréco-romains. S'il vous plaît, ne les snobez pas : des phrases aussi simples que "Il n'y a pas de vent favorable pour celui qui ne sait pas où il va" et "Les destins conduisent celui qui accepte et traînent celui qui refuse" peuvent vous mener loin si vous savez les garder en mémoire.

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (1) |  Facebook | |

05 07 05

Jean-Paul Sartre aurait été centenaire ...

le 21 juin dernier. Vingt-cinq ans après sa mort, les livres du père de l'existentialisme se vendent toujours par millions. Cela doit rassurer à une époque où la télévision prend de plus en plus du temps de la vie des gens. Autre conclusion (plus importante) : un quart de siècle après sa disparition, on commence à oublier les sympathies de Sartre pour Castro, Bader et le soviet suprême pour ne retenir que son oeuvre littéraire et philosophique. Le triomphe de l'art sur le (et la) politique.

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 06 05

Emile Zola forever

Innocemment, en montant de garde pendant mon service militaire, je suis parti avec un livre de poche, « Au bonheur des dames » d’Emile Zola. Loin d’y trouver l’auteur témoin de tous les malheurs sociaux, celui qui écrivait des bouquins à s’ouvrir les veines, j’ai découvert l’univers riche et toujours actuel d’un homme de génie. J’ai tout dévoré de lui : la saga des Rougon-Macquart, bien sûr, mais aussi « les trois villes » et « les évangiles ». Certes, Zola a inventé le roman noir moderne avec Thérèse Raquin mais il a surtout décrit le portrait exhaustif de toutes les âmes humaines qu’elles soient du second empire ou de l’ère internet. Le style de Zola est éblouissant, ses descriptions captivantes, son art inimitable. Arrachons cette étiquette de « roman social » que lui ont apposé nos professeurs ainsi que certains critiques littéraires pour redécouvrir avec des yeux neufs, des œuvres aussi monumentales que « L’argent », « L’œuvre », « Nana », « La bête humaine » ou encore « Germinal ».

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (4) |  Facebook | |