21 08 17

« Tout ce qui passe n'est que symbole. » (Johann Wolfgang von Goethe)

Le Symbolisme .jpgLicencié en droit et diplômé d'histoire de l'art, Rodolphe Rapetti a été conservateur au musée d'Orsay, puis directeur des musées de Strasbourg. Il est à présent conservateur du Patrimoine à la Direction des musées de France.
 
Il a enseigné à l'École du Louvre, ainsi qu'à l'Université Paris-X Nanterre, et il a publié de nombreux ouvrages et articles consacrés à l'art du XIXe siècle, comme De Van Gogh à Kandinsky (Bruxelles, Fonds Mercator, 2012).
 
Il s'est en outre vu confier le commissariat scientifique de plusieurs expositions, parmi lesquelles « Odilon Redon » (Grand-Palais, 2011) et « Émile Bernard » (musée de l’Orangerie, 2014).
 
Il a fait paraître, cette fois dans la collection « Champs arts » des Éditions Flammarion à Paris, une nouvelle version revue et augmentée (deux versions précédentes ont vu le jour en 2005 et 2007 chez le même éditeur) de son maître ouvrage intitulé Le Symbolisme, l’une des synthèses les plus complètes, les plus pédagogiques et les plus réussies sur ce sujet complexe.
 
Voici ce qu’il en écrit :
 
« Courant de pensée innervant les arts et les lettres entre les années 1880 et la Première Guerre mondiale, le symbolisme porte en germe de nombreux aspects de l'art moderne, de l'abstraction au surréalisme.
 
En révolte contre une époque marquée par le positivisme et le progrès de la science, il fut essentiellement un art de l'idée et de la subjectivité, où se combinent quête de la modernité et recherche délibérée d'archaïsme.
 
Se nourrissant de la pensée philosophique des romantiques allemands, de la théorie baudelairienne des "correspondances" et de l'idée wagnérienne d'art total, il tend à une unité intemporelle entre l'homme et le monde, unité perdue qui ne sera retrouvée que dans l'évocation du mythe.
 
Les préraphaélites anglais, Gustave Moreau et Puvis de Chavannes comptent parmi les figures tutélaires de ce mouvement et nombre des personnalités les plus novatrices de cette période – Gauguin, Redon, Ensor, Munch ou Holder, niais aussi Burne-Jones, Böcklin, Khnopff et Klimt – figurèrent dans ses rangs. »
 
Cet ouvrage, qui représente la somme de plus de dix ans de recherches, situe le mouvement artistique symboliste dans son contexte historique, celui de l'Europe industrielle de la fin du XIXe siècle, et retrace ses liens avec l'évolution des idées et la littérature.
 
Il se présente comme une confrontation des postulats symbolistes, et principalement de l'idéalisme issu de la tradition néo-platonicienne, avec les enjeux essentiels de l'art à cette époque, à savoir la recherche de nouvelles structures formelles allant du cloisonnisme à l'usage de la couleur inobjective, la figuration du mythe ou la revendication de l'irrationnel, toutes analysées en profondeur.
 
Du grand art, lui aussi…
 
Bernard DELCORD
 
Le Symbolisme par Rodolphe Rapetti, nouvelle édition revue et augmentée, Paris, Éditions Flammarion, collection « Champs arts », septembre 2016, 402 pp. en noir et blanc + un cahier hors-texte de 8 pp. en couleurs au format 10,8 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)

21 08 17

« Fais-toi l'esclave de la philosophie pour jouir d'une vraie indépendance. » (Sénèque)

7 philosophes qui ont fait le XXe siècle .jpgPhilosophe et écrivain né en 1949 à Paris, Roger-Pol Droit a été chercheur au CNRS, enseignant à Sciences Po et il collabore au Monde des livres, au Point et aux Échos. Il est notamment l'auteur de Petites expériences de philosophie entre amis (Plon, 2012) et d'Une brève histoire de la philosophie (Flammarion, Champs, 2014).
 
C’est également chez Flammarion, dans la collection « Librio », qu’il a fait paraître un court essai intitulé 7 philosophes qui ont fait le XXe siècle dans lequel il décrypte les concepts, les combats et les démarches de la philosophie moderne à travers la pensée de Sigmund Freud, de Martin Heidegger, d’Hannah Arendt, de Jean-Paul Sartre, de Claude Lévi-Strauss, d’Albert Camus et de Michel Foucault.
 
Le tout dans des présentations courtes, simples, aisément compréhensibles, s’ouvrant par la fiche biographique de chaque auteur et se concluant par des conseils de lecture.
 
Pour les étudiants, et ceux qui l’ont été, un vade-mecum indispensable, à un prix démocratique !
 
Bernard DELCORD
 
7 philosophes qui ont fait le XXe siècle par Roger-Pol Droit, Paris, Éditions Flammarion, collection « Librio », août 2016, 89 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 3 €

18 08 17

« Tout l'art de la guerre est basé sur la duperie. » (Sun Tzu)

Sun Tzu Qui suis-je.jpgSaint-cyrien, breveté de l'École de guerre, le lieutenant-colonel Yann Couderc a servi sur plusieurs théâtres d'opération. Son intérêt pour l'Asie l'a conduit à entreprendre une étude approfondie de L'Art de la guerre de Sun Tzu et à développer sa propre réflexion sur la pensée du stratège chinois. Créateur et animateur d'un blog de référence, Sun Tzu France (http://suntzufrance.fr/), il est l'auteur de plusieurs publications sur le sujet. (1)
 
Sun Tzu est un général chinois du VIe siècle av. J.-C. (544-496 av. J.-C.). Il est surtout célèbre en tant qu'auteur de l'ouvrage de stratégie militaire le plus ancien connu : L'Art de la guerre.
 
L'idée principale de son œuvre est que l’objectif de la guerre est de contraindre l’ennemi à abandonner la lutte, y compris sans combat, grâce à la ruse, l'espionnage, une grande mobilité et l'adaptation à la stratégie de l'adversaire. Tous ces moyens doivent ainsi être employés afin de s'assurer une victoire au moindre coût (humain, matériel).
 
Les idées de L'Art de la guerre ont été reprises et adaptées par différents auteurs pour la stratégie, et notamment la stratégie d'entreprise.
 
Dans un sens plus large, L'Art de la guerre peut être interprété comme une méthode de résolution des conflits. (2)
 
Chez Pardès à Grez-sur-Loing, Yann Couderc a publié Sun Tzu Qui suis-je ?, un passionnant petit ouvrage très accessible et abondamment illustré dans lequel il se penche sur la destinée personnelle et sur la pérennité de l’œuvre de cet orfèvre de la stratégie guerrière.
 
Voici la présentation qu’il a faite de son ouvrage :
 
« Il y a encore cinquante ans, en dehors de quelques orientalistes, personne n'avait entendu parler de Sun Tzu. C'est là un paradoxe : alors que l'humanité s'est montrée peu avare en conflits et a toujours cherché à accroître son niveau de compétence dans le domaine militaire, la reconnaissance de Sun Tzu et de son traité, L'Art de la guerre, est assez récente. De ce personnage, dont la tradition situe la vie au VIe siècle avant Jésus-Christ, le peu que l'on sait est d'une origine tardive et d'une authenticité douteuse.
 
Sa première biographie a été rédigée quatre siècles après sa mort officielle et, curieusement, on ne trouve que très peu de traces de lui dans les annales. Une seule chose est certaine : nous possédons aujourd'hui un traité, intitulé L'Art de la guerre, dont l'existence est attestée depuis au moins 2 200 ans, dans lequel sont étudiés le caractère politique et psychologique de la guerre, le rôle du commandement, l'exploitation des dissensions chez l'ennemi, l'importance du renseignement, etc.
 
Nos connaissances sur Sun Tzu ont évolué depuis 1971, date de la première traduction française de L'Art de la guerre. Sun Tzu Qui suis-je ? se donne pour ambition de présenter une synthèse de ce que nous savons actuellement sur cet exceptionnel stratège, dont la parfaite connaissance du traité était au programme du recrutement de tous les officiers chinois jusqu'en 1905. »
 
Si vis pacem, para bellum (3), disaient nos anciens.
 
Une excellente raison pour se plonger dans la lecture de l’essai de Yann Couderc !
 
Bernard DELCORD
 
Sun Tzu Qui suis-je ? par Yann Couderc, Grez-sur-Loing, Éditions Pardès, collection « Qui suis-je ? », mai 2017, 128 pp. en noir et blanc au format 14 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France)
 
SOMMAIRE
 
INTRODUCTION - Références au texte de Sun Tzu
 
I. SUN TZU
1. Avant de commencer : Sun Tzu, Sun Wu ou Sun Zi ?
2. Ce que dit la tradition
3. Sun Tzu et les concubines du roi
4. Une histoire de Sun Tzu
5. Sun Tzu : un mythe ?
 
II. LE MONDE DE SUN TZU
1. L’époque des Royaumes combattants
2. Un environnement philosophique en pleine effervescence
3. La descendance de Sun Tzu
4. Wu Zixu, compagnon de Sun Tzu et auteur avant lui d’un Art de la guerre
5. Les personnages historiques de L’Art de la guerre
 
III. L’ART DE LA GUERRE
1. Le plus ancien traité de stratégie connu ?
2. Sun Tzu a-t-il écrit L’Art de la guerre ?
3. Comment a émergé le texte de L’Art de la guerre ?
4. Un texte qui ne se fige que plus de 500 ans après la mort de Sun Tzu
5. Le manuscrit du Yinqueshan : une lucarne ouverte sur le processus de composition
 
IV. L’HÉRITAGE DE SUN TZU
1. Sun Tzu en Chine
2. Sun Tzu en Occident
3. Sun Tzu aujourd’hui
4. Les raisons du succès
 
CONCLUSION
 
ANNEXES
I. Les grands lecteurs de Sun Tzu, une mystification
II. Repères chronologiques
III. Bibliographie
 
 
 (1) Comme sa thèse de doctorat : Sun Tzu en France, Nuvis, Paris, 2012.
 (2) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Sun_Tzu
 (3) « Si tu veux la paix, prépare la guerre. » (Phrase attribuée à l’auteur latin Végèce, fin du IVe siècle.)
 

15 08 17

« L'élection encourage le charlatanisme. » (Ernest Renan)

Petit manuel de la campagne électorale.jpgGrand spécialiste de la vie et des œuvres du célèbre orateur romain Marcus Cicéron, le professeur François Prost, ancien élève de l'École Normale Supérieure, est maître de conférences habilité à diriger les recherches à l'Université Paris-Sorbonne et membre de l'équipe de recherche E.A. 4081 « Rome et ses renaissances ».
 
Marcus Cicéron (né le 3 janvier 106 av J.-C. à Arpinum en Italie et assassiné le 7 décembre 43 av. J.-C. (1) par le Second triumvirat, sur ordre de Marc-Antoine)  et son frère cadet le militaire Quintus (né en 102 av. J.-C. à Arpinum et exécuté lui aussi en 43 av.  J.-C.) furent des hommes politiques romains influents.
 
Le tribun Marcus Cicéron réussit grâce à ses talents d’avocat à se constituer suffisamment d’appuis pour parvenir, en 63 av. J.-C., à la magistrature suprême, le consulat. Dans une République en crise menacée par les ambitieux, il déjoue la conjuration de Catilina par la seule force de ses discours, les Catilinaires. Ce succès qui fait sa fierté cause ensuite son exil en 58 av. J.-C., pour avoir exécuté des conjurés sans procès. Revenu à Rome en 57 av. J.-C., il ne joue plus de rôle important sur la scène politique, dominée par Pompée et César. Durant la guerre civile qui débute en 49 av.  J.-C., il rallie Pompée avec hésitation, puis est forcé de s'accommoder du pouvoir de César, avant de s’allier à Octave contre Marc-Antoine. Sa franche opposition à ce dernier lui coûte la vie en 43 av. J.-C. (2)
 
Quintus Cicéron fut édile en 66 av. J.-C. et préteur en 62 av. J.-C., puis, à sa sortie de charge, gouverneur de la province d'Asie pendant 3 ans et légat de la XIVe légion de Jules César pendant la guerre des Gaules, de 54 à 52 av. J.-C. En 51 av. J.-C., il quitte la Gaule et va rejoindre son frère, proconsul de Cilicie. Pendant les Guerres civiles, il embrasse le parti de Pompée, et obtient par la suite le pardon de Jules César. Ensuite, il est déclaré ennemi d’Antoine et fuit de Tusculum pour échapper à la colère de celui-ci. Il retourne chez lui à Arpinum ; un paysan le dénonce et il se rend alors pour sauver son fils qui se fait torturer. Ils sont tous deux mis à mort en 43 av. J.-C. (3)
 
François Prost a fait paraître aux Éditions Les Belles Lettres à Paris le Petit manuel de la campagne électorale de Quintus Cicéron et les Lettres à son frère Quintus (I, 1 et 2) de Marcus Cicéron, des textes latins révisés traduits, et commentés par ses soins.
 
En voici la synthèse :
 
« En 64 avant J.-C., Marcus Cicéron est candidat au consulat. Son frère cadet Quintus rédige pour lui un Petit manuel de la campagne électorale qui expose les rouages d'une élection à haut risque, et détaille les démarches attendues du candidat, offrant ainsi un tableau saisissant du système politique romain. Chemin faisant, il pose des questions toujours d'actualité : comment concilier séduction électorale et fidélité à soi-même et à ses principes ? Comment rassembler le plus grand nombre autour de sa candidature, et ménager les intérêts des diverses classes sociales ?
 
Quelques années plus tard, Quintus dirige la province d'Asie : Marcus lui adresse alors deux longues lettres qui examinent son exercice et brossent le portrait du gouverneur idéal, autour d'autres questions fondamentales : comment exercer un pouvoir absolu sans verser dans la tyrannie ? L'éducation intellectuelle peut-elle garantir la moralité du dirigeant et lui imposer le souci des valeurs humaines ? »
 
Du texte de Quintus, particulièrement actuel, il ressort que le principe d'une campagne électorale reste le même que de nos jours : s'assurer le soutien des personnages influents et se concilier la masse des électeurs en les manipulant subtilement.
 
Et l’auteur indique la marche à suivre pour obtenir ce résultat, par des conseils précis et méthodiques…

Bernard DELCORD
 
Petit manuel de la campagne électorale par Quintus Cicéron & Lettres à son frère Quintus (I, 1 et 2) par Marcus Cicéron, édition bilingue des textes latins traduits, révisés et commentés par François Prost, Paris, Éditions Les Belles Lettres, collection « Commentario », mars 2017, CLXXV +253 pp. en noir et blanc au format 13,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 27 € (prix France)
 
 
(1) Calendrier julien.
(2) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Cic%C3%A9ron
(3) Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Quintus_Tullius_Cicero

14 08 17

Vues de droite…

Ce que penser veut dire.jpgPersonnage complexe, l’écrivain et philosophe Alain de Benoist de Gentissart (né en 1943) est l'auteur d'une centaine de livres consacrés pour la plupart à la philosophie politique et à l'histoire des idées.
 
Titulaire des diplômes de droit constitutionnel à la faculté de droit de Paris, puis de philosophie, de sociologie et d'histoire des religions à la Sorbonne, il a frayé dans sa jeunesse avec l’extrême droite française (il rédigea en 1960 des articles dans le mensuel d'Henry Coston, Lectures françaises, et, entre 1963 et 1965, des ouvrages prônant la défense de l'Algérie française et de l'Organisation armée secrète ainsi que du régime d'apartheid en Afrique du Sud, avant de se tourner vers la philosophie politique et de participer, en 1968, à la création du Groupement de recherche et d'études pour la civilisation européenne (GRECE), principal mouvement de la « Nouvelle Droite », de prendre en 1969 la direction de la revue Nouvelle École, de devenir éditorialiste de la revue Éléments en 1973 et de fonder Krisis en 1988, toutes choses qui lui valent une réputation des plus sulfureuses.
 
Pourtant, dans les colonnes de Krisis qu’il qualifie comme « de gauche, de droite, du fond des choses et du milieu du monde », il pratique l'ouverture vers plusieurs courants d'idées et penseurs extérieurs au milieu néo-droitier, comme Jean Baudrillard, Régis Debray, Jean-François Kahn ou Michel Jobert, voire engagés au sein de la gauche antilibérale, tels Bernard Langlois et Ignacio Ramonet.
 
En juin 1978, son livre Vu de droite (paru chez Copernic l’année précédente, republié aux Éditions Le Labyrinthe en 2001) a obtenu le grand prix de l'essai décerné par l'Académie française.
 
Bien que se positionnant toujours très à droite, Alain de Benoist s’est vigoureusement opposé aux considérations antimusulmanes et anti-immigration du Front national français et, depuis 1986, il préconise le soutien aux luttes pour l'autonomie des peuples du tiers monde et l'alliance avec celui-ci contre l'impérialisme, tout en affinant une pensée qui n’hésite pas à convoquer Karl Marx, Martin Heidegger, Gustave Le Bon ou Friedrich Nietzsche en approfondissant des thèmes aussi divers que le paganisme, l'immigration, les races, les racismes et les identités, l'antiaméricanisme, la construction européenne, la lutte contre le néolibéralisme, l'écologie, la philosophie politique ou encore l'histoire. (1)
 
Il a fait paraître à Monaco, aux Éditions du Rocher, Ce que penser veut dire – Penser avec Goethe, Heidegger, Rousseau, Schmitt, Péguy, Arendt... un essai tout à la fois original, profond et politiquement incorrect qui juxtapose des synthèses de la pensée d’un nombre considérable de philosophes pour en tirer une Weltanschauung qui à nos yeux ne manque pas d’intérêt, même si nous ne la partageons pas.
 
Voici la présentation qu’en donne l’auteur :
 
« "Penser à" n'est pas la même chose que penser tout court. La tâche de l'historien des idées consiste à étudier et à faire connaître l'œuvre de ceux qui ont proposé diverses grilles d'interprétation, diverses façons de voir et de comprendre le monde, révélant ainsi ce que penser veut dire. À l'époque moderne, Rousseau s'est efforcé de penser la nature de l'homme et l'origine de la société, Cari Schmitt la nature du politique, Karl Marx l'essence du capitalisme.
 
Sigmund Freud et Carl Jung ont tenté de jeter les bases d'une psychologie des profondeurs, Gustave Le Bon s'est penché sur la psychologie des foules, Jules Monnerot a analysé le phénomène totalitaire, Michel Villey a entrepris de révéler la véritable nature du droit.
 
C'est l'œuvre de ces penseurs et de bien d'autres, de Heidegger à Arthur Koestler, de Goethe à Georges Sorel, de Nietzsche à Montherlant, de Leo Strauss à Jean Baudrillard, de Charles Péguy à Hannah Arendt, de Denis de Rougemont à Julien Freund, qui est présentée de façon vivante et pédagogique dans ce livre.
 
Tous ces auteurs attestent que le travail de la pensée a joué un rôle décisif dans l'histoire, entraînant des mutations bien différentes des révolutions bruyantes, des grandes explosions que tout le monde connaît, mais qui sont restées sans lendemain.
 
"Les révolutions silencieuses sont les plus efficaces", disait Jünger. Ce sont peut-être aussi les plus passionnantes. »
 
Un livre qui déplaira aux tenants de la pensée unique…
 
Et qui a donc beaucoup pour nous plaire !
 
Bernard DELCORD
 
Ce que penser veut dire – Penser avec Goethe, Heidegger, Rousseau, Schmitt, Péguy, Arendt... par Alain de Benoist, Monaco, Éditions du Rocher, avril 2017, 375 pp. en noir et blanc au format 14 x 22,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,90 € (prix France)
 
TABLE DES MATIÈRES
 
Sommaire
 
Avant-propos
 
JEAN-JACQUES ROUSSEAU (1712-1778)
Un révolutionnaire conservateur
 
JOHANN WOLFGANG VON GOETHE (1749-1832)
Le pari faustien
 
LES ROMANTIQUES ALLEMANDS
L’âme des peuples
 
KARL MARX (1818-1883)
Le fétichisme de la marchandise
 
GUSTAVE LE BON (1841-1931)
La psychologie des peuples
 
SIGMUND FREUD (1856-1939)
La découverte de l'inconscient
 
CARL GUSTAV JUNG (1875-1961)
Le monde des archétypes
 
CARL SCHMITT (1888-1985)
La dialectique de l'ami et de l'ennemi
 
MARTIN HEIDEGGER (1889-1976)
Nihilisme et métaphysique de la subjectivité
 
EMMANUEL BERL (1892-1976)
Un homme de gauche de droite
 
HENRY DE MONTHERLANT(l895-1972) 
L’alternance et la hauteur
 
ERNST JÜNGER (1895-1998)
L’Anarque face au règne des Titans
 
LEO STRAUSS (1899-1973)
Athènes et Jérusalem
 
BERTRAND DE JOUVENEL (1903-1987)
Un « passeur » transversal
 
KONRAD LORENZ (1903-1989)
L’homme est par nature un être de culture
 
ARTHUR KOESTLER (1905-1983) 
Contre le réductionnisme
 
HANNAH ARENDT (1906-1975)
La déréliction existentielle de l'homme moderne
 
DENIS DE ROUGEMONT (1906-1985)
Le fédéralisme intégral
 
RAYMOND ABELLIO (1907-1986)
Un « homme du souterrain »
 
JULES MONNEROT (1909-1995)
Les totalitarismes comme religions séculières
 
JACQUELINE DE ROMILLY (1913-2010)
L’héritage grec
 
MICHEL VILLEY (1914-1988)
La généalogie du droit
 
JULIEN FREUND (1921-1993)
L’essence du politique
 
JEAN CAU (1925-1993)
Une conception solaire de la vie
 
JEAN BAUDRILLARD (1929-2007)
La disparition du réel
 
JEAN-CLAUDE MICHÉA (né en 1950)
De l'utilité du regard en arrière
 
TROIS ENTRETIENS :
 
– FRIEDRICH NIETZSCHE (1844-1900)
La pensée de l'Éternel Retour
 
– GEORGES SOREL (1847-1922)
Le syndicalisme révolutionnaire
 
– CHARLES PÉGUY (1873-1914)
Mystique et politique
 

13 08 17

Un livre passionnant : "Sapiens" !

sapiens.jpgAvant même que j'en termine la lecture (512 pages), je peux déjà affirmer que c'est le livre le plus passionnant que j'ai lu « de ma vie » ! Sapiens de Yuval Noah Harari. (Albin Michel pour cette version française)

 

C'est Stefan Liberski qui le lisant en vacances m'en a conseillé la lecture. J'ai croisé d'autres amis onccupés de le lire, comme Thomas Gunzig. Depuis quelques jours, je lis, je note les phrases, j'essaie de bien comprendre notre histoire, car le sous-titre est « Une brève histoire de l'humanité ».

 

Harari cite Jared Diamond, auteur de De l'inégalité parmi les sociétés, comme l’une de ses principales sources d’inspiration pour l’écriture de son livre. Diamond avait en effet montré qu’il était possible de « poser de vraies grandes questions et d’y répondre scientifiquement 

 

Voici ce qu'en dit le résumé de Wikipédia :

Le livre propose une vue d’ensemble de l’histoire de l’humanité et de son évolution depuis les premiers hommes de l’Âge de pierre jusqu’au xxie siècle.Le principal argument avancé par l’auteur au cours de cette vaste étude est que l’Homo sapiens doit son statut d’espèce dominante au fait qu’il est le seul animal capable de coopérer efficacement avec un grand nombre de ses semblables. Harari explique cette capacité qui distingue l’Homo sapiens des autres animaux par sa faculté de croire en des choses qui n’existent que dans son imagination, telles que les dieux, les nations, l’argent et les droits de l’homme. L'une des thèses défendues par l’auteur est donc que tous les systèmes de coopération humaine à grande échelle — les religions, les structures politiques, les réseaux de travail et les institutions légales — sont en définitive des fictions.

Parmi les autres sujets au cœur de Sapiens, figurent la monnaie, présentée comme un système de confiance mutuelle ; le capitalisme, présenté comme une religion plutôt que comme une théorie économique ; l’empire, décrit comme le régime politique qui a rencontré le plus de succès au cours des deux mille dernières années ; le traitement réservé aux animaux domestiques, décrit comme l’un des plus grands crimes de l’histoire ; le progrès, qui n’a pas forcément rendu les hommes plus heureux que par le passé ; les humains, en passe d’évoluer pour devenir des dieux.

Harari revient sur son projet d'écriture et les idées développées dans Sapiens dans un site qu'il consacre à son livre.

 

Pour ma part, pour vous laisser votre propre lecture, je ne vous donne ci-dessous que quelques courtes réflexions prises ça et là :

 

Contrairement au mensonge, une réalité imaginaire est une chose à laquelle tout le monde croit ; tant que cette croyance commune persiste, la réalité imaginaire exerce une force dans le monde.

 

Pris un par un, voire dix par dix, nous sommes fâcheusement semblables aux chimpanzés. Des différences significatives ne commencent à apparaître que lorsque nous franchissons le seuil de 150 individus.

 

Si nos esprits sont ceux des chasseurs-cueilleurs, notre cuisine est celle des anciens fermiers.

 

L’évolution repose sur la différence, non pas sur l’égalité.

 

Malheureusement, les sociétés humaines complexes paraissent nécessiter des hiérarchies imaginaires et une discrimination injuste.

 

Comment se fait-il que, dans la seule espèce dont la réussite dépende avant tout de la coopération, les individus qu’on suppose les moins coopératifs (les hommes) dominent ceux qui passent pour les plus portés à coopérer (les femmes) ?

 

Etc. Je vous le redis : un livre très important et qui pourrait changer nos vies !

30 07 17

« “Qu'on ne me touche pas ! Je suis inviolable !” Dit la Belgique. – C'est, hélas ! Incontestable. Y toucher ? Ce serait, en effet, hasardeux, Puisqu'elle est un bâton merdeux. » (Charles Baudelaire)

Baudelaire au pays des Singes.jpgGrand spécialiste de Georges Simenon et des poètes français du XIXe siècle, l’écrivain belge Jean-Baptiste Baronian, qui a produit une œuvre prolifique de romans, de contes, de beaux livres, d’essais et de biographies (notamment celles de Baudelaire, de Verlaine et de Rimbaud chez Gallimard et le fameux Dictionnaire Rimbaud chez Robert Laffont dans la collection « Bouquins »), s’est penché, dans Baudelaire au pays des Singes publié à Paris chez Pierre-Guillaume de Roux, sur un phénomène étrange et quelque peu infantile, la furieuse détestation de la Belgique qui nouait les viscères de l’auteur des Fleurs du mal.
 
Voici le résumé qu’en donne l’auteur :
 
« Le 24 avril 1864, Baudelaire arrive à Bruxelles, capitale d'un tout jeune royaume (il a été créé en 1830), dont il ne connaît pas grand-chose, hormis quelques lieux communs. Il envisage de n'y rester que deux ou trois semaines, le temps de donner quelques conférences, de proposer sa collaboration à L'Indépendance belge, le plus important quotidien du pays, de rencontrer les éditeurs des Misérables de Victor Hugo, et de prendre des notes en vue d'un ouvrage sur "les riches galeries particulières" de la Belgique.
 
Or, très vite, tous ces projets tournent court. Au point de le rendre belgophobe du jour au lendemain. Mais quelles sont les raisons exactes de ces échecs à répétition ? Et comment expliquer que Baudelaire persiste à séjourner deux années entières dans ce pays qu'il déteste et où, surtout, il s'ennuie "mortellement" ? »
 
Si mortellement que c’est à Namur, sous les voûtes de l’église Saint-Loup, un monument de l’ordre des jésuites (!), que le poète atrabilaire, irascible et surtout déçu dans ses ambitions fut frappé le 15 mars 1866 d’une « éclipse cérébrale » suivie deux semaines plus tard d’un ictus hémiplégique, des accidents cérébraux qui provoquèrent son décès le 31 août 1867…
 
Bernard DELCORD
 
Baudelaire au pays des Singes par Jean-Baptiste Baronian, Paris, Éditions Pierre-Guillaume de Roux, mai 2017, 154 pp. en noir et blanc au format 12,3 x 19,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 19,50 € (prix France)

30 06 17

Le bonheur de lire Jean d'Ormesson !

guide égarés.jpgVous avez peut-être manqué la sortie de ce merveilleux livre de Jean d'Ormesson ? C'est le moment de le découvrir. Ce « Guide des égarés » est comme toujours une source de beauté et de réflexion. Des courts textes dont les enchaînements vont de soi, comme si nous poursuivions avec l'auteur une longue et douce pensée toujours renouvelée.

Voici quelques phrases pour vous donner le ton :

 

La lumière n’est peut-être rien d’autre que le premier et le plus simple de nos bonheurs.

 

Nous ne voyons les arbres, la mer, les îles du Dodécanèse, les astres dans le ciel, les champs de lavande au printemps, les objets de chaque jour, le visage des êtres aimés que parce que la lumière nous les offre.

 

Nous pouvons vivre – plus ou moins bien – sans livres, sans rêves, sans idées, sans amour. Nous ne pouvons pas nous passer de l’air que nous respirons et que nous ne voyons pas.

 

Tout passe. Rien ne dure. Mais, dans un triangle, le carré de l’hypoténuse est égal, a toujours été égal et sera toujours égal à la somme des carrés des deux autres côtés.

 

Mais, au lieu de considérer le mal comme la rupture scandaleuse d’un ordre universel dominé par le bien, peut-être devrions-nous inverser la perspective. Et voir le bien comme une exception lumineuse dans un monde où règne le mal.

 

Vivre, c’est d’abord essayer d’éviter le pire. Et le pire n’est pas toujours la mort.

 

Entrer dans ce monde est un mystère. En sortir est un mystère. Et l’entre-deux, que nous appelons la vie, est encore un mystère.

 

Chacun a le droit, et peut-être le devoir, d’être heureux.

 

Le bonheur n’est pas un but, encore moins une carrière ou une obligation, mais un don gratuit, une surprise et la récompense de ceux qui ne passent pas leur temps à le cultiver.

 

Rien n’échoue comme le succès.

 

Mieux vaut parfois aimer les autres que de leur dire notre vérité. Il y a quelque chose de supérieur à la vérité – comme d’ailleurs à tout le reste : c’est l’amour.

 

Nous ne savons ni pourquoi nous sommes nés ni ce que nous devenons après la mort. Nous sommes tous des égarés.

 

Jacques MERCIER

 

« Le guide des égarés », Jean d'Ormesson, Edition Gallimard, 2016. 118 x 185 mm , 128 pp. 14 euros.

30 06 17

Tout commence à Sumer

 

 

histoire sumer.jpgOn n'en finit pas de découvrir la richesse de la civilisation sumérienne. Elle date de 3000 ans avant notre ère ! Certains pensent qu'une civilisation plus avancée de l'univers est venue donner l'impulsion nécessaire pour cet épanouissement. Ce qui est sûr c'est qu'une série impressionnante de « premières » dans nos civilisations actuelles sont nées à Sumer.

Ce livre « L'histoire commence à Sumer » est la référence historique, écrite il y a déjà quelques décennies par Samuel Noah Kramer, qui enseignait à l'Université de Pennsylvanie. Depuis lors bien des découvertes ont eu lieu, de nouveaux écrits, mais c'est une excellente base pour explorer les nouveaux rebondissements...

Quelques exemples de premières :

 

Les premières écoles :

Après que Sumer eut été progressivement conquis, dans le dernier quart du IIIe millénaire, par les Sémites akkadiens, les professeurs sumériens entreprirent la rédaction des plus vieux « dictionnaires » que l'on connaisse. Les conquérants sémitiques, non seulement avaient emprunté aux Sumériens leur écriture, mais ils en avaient conservé précieusement les œuvres littéraires, qu'ils étudièrent et imitèrent longtemps, après que le sumérien eut disparu comme langue parlée. D'où le besoin de « dictionnaires » dans lequel les expressions et les mots sumériens fussent traduits en akkadien.

 

Le premier Moïse :

Quand le monde eut été créé et que le sort de Sumer et de la cité d'Ur eut été décidé, An et Enlil, les deux principaux dieux sumériens, nommèrent roi d'Ur le dieu de la lune, Nanna. Celui-ci à son tour choisit Ur-Nammu comme son représentant terrestre pour gouverner Sumer et Ur. Les premières décisions du nouveau chef eurent pour objet d'assurer la sécurité politique et militaire du pays.

 

La première cosmologie :

Pour expliquer la marche et le gouvernement de l'univers, les philosophes sumériens avaient recours non seulement à des personnalités divines, mais aussi à des forces impersonnelles, à des lois et règlements divins, les « me ». Ce mot est attesté dans un grand nombre de documents : on constate notamment que des « me » président au devenir de l'homme et de sa civilisation.

 

Notre auteur en énumère environ cent. (Une soixantaine est intelligible aujourd'hui)

 

Les premiers animaux des fables :

Ces compilations de proverbes et de dictons ne nous traduisent qu'un aspect de la littérature sapentale des Sumériens. Ils connaissent d'autres genres d'écrits utilitaires destinés à inculquer la « sagesse » et par là l'exercice d'une vie équilibrée et heureuse.

L'almanach du fermer offre un exemple de traité didactique ; et sous son air de narration sans autre but que le plaisir littéraire, la Vie d'un écolier est au fond une sorte de portrait moral. Autre genre : la controverse.

 

Premiers parallèles avec la Bible, le paradis :

Il est passionnant de suivre le cheminement des idées et des œuvres à travers ces vieilles civilisations, des Sumériens aux Babyloniens et aux Assyriens, aux Hittites, aux Hurrites et aux Araméens. Les Sumériens n'exercèrent évidemment pas une influence directe sur les Hébreux, puisqu'ils avaient disparu bien avant l'apparition de ces derniers. Mais il n'est guère douteux qu'ils influencèrent profondément les Cananéens, prédécesseurs des Hébreux en Palestine. C'est ainsi qu'on peut expliquer les nombreuses analogies relevées entre les textes sumériens et certains livres de la Bible.

 

Le premier Noé :

Le déluge via Babylone et remontant à Sumer.

 

Le premier symbolisme sexuel :

Les chants érotiques qui célébraient le mariage d'un roi-berger et de la déesse de la fertilité pourraient fort bien être les précurseurs du Cantique des Cantiques, cette suite disparate de chants d'amour sensuels dont la présence dans l'Ancien Testament, aux côtés du Livre de Moïse, des Psaumes où domine la prière et du Livre des Prophètes plein d'appels tonnants à la morale, a toujours surpris et laisse encore perplexe plus d'un spécialiste de la Bible.

 

La première légende de la résurrection :

La déesse de l'amour, que ce soit la Vénus romaine, l'Aphrodite grecque ou l'Ishtar des Babyloniens, a toujours enflammé l'imagination des hommes et surtout des poètes. Les Sumériens l'adoraient sous le nom d'Inanna, la « Reine du ciel ».

 

Le premier saint Georges :

Avant Saint Georges : Héraclès et Persée.

La mise à mort du Dragon était un thème familier de la mythologie sumérienne dès le IIIe millénaire avant Jésus-Christ.

 

L'été est une période propice à la découverte, n'hésitez pas à vous ouvrir de nouveaux horizons sur notre passage sur Terre !

 

Jacques MERCIER

 

« L'histoire commence à Sumer », Samuel Noah Kramer, Essai, Champs Histoire, Flammarion 86/94. 320 pp. 9 euros.

 

19 06 17

« La littérature est une affaire sérieuse, pour un pays, elle est, au bout du compte, son visage… » (Louis Aragon)

De la Révolution à la Belle Époque.jpgAlain Viala est historien et sociologue de la littérature française. Professeur émérite à la Sorbonne, il enseigne à l'université d'Oxford. Il est l'auteur de Naissance de l'écrivain. Sociologie de la littérature à l'Age classique (Éditions de Minuit), du Dictionnaire du littéraire et de La France galante (Presses universitaires de France). Paul Aron est professeur de littérature à l'Université libre de Bruxelles. Il est l'auteur de nombreux ouvrages dont, aux Presses universitaires de France, Histoire du pastiche. Ensemble, ils ont publié Sociologie de la littérature (Presses universitaires de France) et Les 100 mots du littéraire (Presses universitaires de France).

Ces deux spécialistes se sont associés une nouvelle fois pour faire paraître chez cet éditeur le troisième volume de la collection « Une histoire brève de la littérature française », intitulé De la Révolution à la Belle Époque dans lequel ils passent au peigne fin le contexte (historique, sociologique, politique, culturel…) et l’histoire de la production foisonnante des œuvres littéraires et artistiques françaises entre 1789 et 1914, issues d’auteurs et d’artistes innombrables qui ont marqué et marquent encore l’histoire de la pensée mondiale.

C’est qu’à cette époque, comme l’écrit Alain Viala : « Avec la Révolution française, triomphe de la liberté comme idéal, nous entrons dans une longue période faite de turbulences politiques et de bouleversements sociaux, durant laquelle le littéraire est, plus que jamais, investi dans les débats. Les romantiques crient leur “mal du siècle”, les réalistes dressent le portrait d'une société inégale, les naturalistes dénoncent et accusent. Les poètes établissent des canons qu'ils s'empressent de transgresser et les dramaturges expérimentent ».

Un essai passionnant qui mène le lecteur à (re)découvrir l’impact des Maximilien Robespierre, Jacques-Louis David, André Chénier, Madame de Staël, Alphonse de Lamartine, François-René de Chateaubriand, Charles Fourier, Victor Hugo, Stendhal, Honoré de Balzac, Alfred de Vigny, George Sand, Alfred de Musset, Alexandre Dumas fils, Théophile Gautier, Gérard de Nerval, Gustave Flaubert, Émile Zola, Gustave Courbet, Guy de Maupassant, Joris-Karl Huysmans, Jules Vallès, Charles Baudelaire, Paul Verlaine, Arthur Rimbaud, Ernest Renan, Lautréamont, Maurice Maeterlinck, Claude Debussy, Léon Bloy, Stéphane Mallarmé, Maurice Barrès, Marcel Proust, Charles Péguy, Pierre Loti, Francis Jammes, Georges Rodenbach, Guillaume Apollinaire, Paul Claudel, Alfred Jarry, Blaise Cendrars, et bien d’autres encore…

Une synthèse éclairante et éclairée !

Bernard DELCORD

De la Révolution à la Belle Époque par Alain Viala avec la collaboration de Paul Aron, Paris, Presses universitaire de France, collection « Une histoire brève de la littérature française », mai 2017, 397 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 22,00 € (prix France)