23 05 12

Il faut tout réinventer !

Serres poucette.jpgMichel Serres expose, une fois de plus, l'état des lieux de notre civilisation avec lucidité, avec générosité et aussi avec poésie. Jusque dans le titre : "Petite Poucette" faisant allusion au conte mais aussi aux pouces utilisés avec tant de virtuosité par les jeunes utilisateurs des iPhones et autres liseuses ! "Sans que nous nous en apercevions, un nouvel humain est né, pendant un intervalle bref, celui qui nous sépare des années 1970." C'est la troisième grand révolution de la société occidentale que nous vivons en ce moment : après le passage de l'oral à l'écrit, celui de l'écrit à l'imprimerie, nous en sommes à celui de l'imprimerie à l'immatériel. Une nouvelle époque où tous nous avons voix au chapitre ! Michel Serres reprend point par point ce qui bouleverse la société actuelle : Par exemple, la connaissance "Pour le temps d'écoute et de vision, la séduction et l'importance, les médias se sont saisis depuis longtemps de la fonction d'enseignement."... avec une description des lieux qu'il connaît bien, comme professeur à Stanford University : "Les étudiants bavardent, dans un brouhaha, parce que tout le monde a déjà le savoir annoncé. En entier. A disposition. Accessible par Web, Wikipédia, portable, par n'importe quel portail. Expliqué, documenté, illustré, sans plus d'erreurs que dans les meilleures encyclopédies. Nul n'a plus besoin des porte-voix d'antan, sauf si l'un, original et rare, invente" et d'expliquer que tout le savoir est à portée de chacun. "Le seul acte intellectuel authentique, c'est l'invention. Préférons donc le labyrinthe des puces électroniques"! Retenons encore deux choses, pour nous qui sommes abreuvés d'informations et qui sur-consommons de la politique : "Concentrée dans les médias, l'offre politique meurt; bien qu'elle ne sache ni ne puisse encore s'exprimer, la demande politique, énorme, se lève et presse. La voix vote en permanence." Et enfin cette superbe image : "Les grandes institutions, dont le volume occupe encore tout le décor et le rideau de ce que nous appelons encore notre société, alors qu'elle se réduit à une scène qui perd tous les jours quelque plausible densité, en ne prenant même plus la peine de renouveler le spectacle et en écrasant de médiocrité un peuple finaud, ces grandes institutions, j'aime le redire, ressemblent aux étoiles dont nous recevons la lumière, mais dont l'astrophysique calcule qu'elles moururent voici longtemps." Quel magnifique destin que celui de ce philosophe, un Michel Serres qui parvient à mettre en mots, en phrases compréhensibles ce malaise que nous ressentons tous face à l'accélération des moyens de communication, de la mondialisation, de la perte des repères ! Merci.

Jacques MERCIER

"Petite Poucette" par Michel Serres, Edition le Pommier, 2012. 84 pp. 9,50 euros.

22 03 12

Dans les cuisines d'un mandat présidentiel

9782847243857.jpgBilan pour le moins documenté du quinquennat présidentiel, l'essai de Bruno Dive met en exergue les maladresses et les faux pas qui ont émaillé le mandat sans mettre en doute la sincérité, le courage  et la franchise..impulsive de "l'hyper-président".

Savoureux "zoom" de la cuisine interne du pouvoir, de relations, tensions, formules, bons mots et  anecdotes croustillantes, La métamorphose de Sarkozy, traque les constantes du  caractère - bouillant - de Nicolas Sarkozy en même temps que les révolutions internes que l'expérience lui impose: le mariage avec Carla Bruni l'attire vers une vie plus calme, des soirées retirées à regarder des DVD en leur home-cinéma, la cohabitation avec François Fillon l'amène à enfin conférer un semblant de place à ce dernier tandis que les relations avec  la chancelière allemande Angela Merkel virent au beau fixe, après une incompréhension initiale assez nébuleuse.

"Fillon a découvert que, quand on est loyal, on peut tout dire à Sarkozy explique un conseiller élyséen."

Kafkaïen en son titre, légèrement infantilisant en son portrait du président, l'ouvrage de Bruno Dive dissèque les faits, paroles et gestes d'un personnage attachant et marquant, que les Français se plaisent tellement à critiquer, qu'ils ne pourraient peut-être pas s'en passer.

Apolline Elter

La métamorphose de Sarkozy, Bruno Dive, essai, Editions Jacob-Duvernet, janvier 2012, 262 pp, 18,9 e

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Documents, récits, essais | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 01 12

Comment échapper à la "sélection naturelle" !

jesus darwin.jpgComme il n'y a pas de hasard, il était logique qu'après avoir lu "Jésus" de Petitfils (Voir dans les rubriques précédentes), je suive avec intérêt la présentation du livre "De Jésus à Jésus en passant par Darwin" du professeur Christian de Duve, prix Nobel de médecine. Dans cet essai, relativement court, l'éminent scientifique nous raconte le cheminement de sa croyance depuis le Jésus de son enfance jusqu'aux plus récentes réflexions scientifiques. "Tous ces enseignements étaient présentés dans un contexte religieux que je ne songeais pas à mettre en doute, d'autant plus qu'il répondait sentimentalement à une disposition qui me portait naturellement vers la ferveur." écrit-il. Beaucoup se reconnaîtront ! Et puis : "Il y eut néanmoins un prix à payer : les convictions religieuses qui avaient inspiré mes premières années ne résistèrent pas aux impératifs de raisonnement scientifique, au souci d'une perpétuelle remise en question et au refus des affirmations sans preuve." Et d'expliquer sa vue actuelle de l'évolution de l'espèce humaine. L'auteur raconte la sélection naturelle et notre seul espoir qui est l'épigénétique, le seul espoir de s'opposer à cette loi naturelle. Pour cela, il faut éduquer, avoir des éducateurs et c'est dans ce contexte qu'il présente les maîtres, les guides, les sages et donc Jésus. "Ce que Jésus enseigne, c'est exactement le comportement qu'il faut pour contrecarrer les méfaits de la sélection naturelle et sauver l'humanité de la perte à laquelle ses gènes la condamnent." Christian de Duve nous parle encore de cette notion de "l'ultime réalité", qui englobe l'ensemble de tout ce qui existe; un monde étrange qui pourrait sans doute un jour nous être accessible. Les poètes peuvent parfois y parvenir, par leur capacité émotive. Et de conclure sur le mot "Amour" ! (Une fois encore, j'ai pu immédiatement acheter, télécharger le livre en numérique et le lire... Je ne me lasse pas de cette facilité dans la transmission de l'art !)

Jacques MERCIER

 

"De Jésus à Jésus, en passant par Darwin", par Christian de Duve, Edition Odile Jacob, 2011. 91 pages. Broché: 8,55 euros. Numérique : 6,99 euros sur Kindle.

Écrit par Jacques Mercier dans Documents, récits, essais, Jacques Mercier | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 01 12

Jésus a existé !

Jésus petitfils.jpgC'est un travail remarquable de synthèse historique qu'a réalisé dans "Jésus" Jean-Christian Petitfils ! Se plaçant volontairement en dehors du champ religieux, il a confronté toutes les sources fiables, celles de ses confrères archéologues, ethnologues, etc. et bien entendu celles des textes, s'appuyant en particulier sur l'Evangile de Jean, le témoin privilégié. On apprend, par exemple, que l'expression "fils de Dieu" était largement utilisée avant l'avènement du Christ : "Dans les anciens royaumes d'Israël et de Juda, les rois étaient considérés comme "fils de Dieu"... L'auteur fait la part des choses entre la symbolique, les allégories et ce qui semble la vérité. Ce qui reste est l'essentiel, de toutes façons : "Dieu est amour" écrit dans sa première épître Jean l'évangéliste qui a le mieux compris son message. Sa bonté est infinie. Elle va au-delà de toute représentation." On y apprend aussi (avant la religion) ce qu'est la morale de Jésus : "Jésus vise l'intention qui renferme déjà en elle le mal. C'est dans la haine du prochain, plus encore dans la colère, la rancune, l'animosité que réside la racine du meurtre. C'est cette racine qui doit être éradiquée. D'où la nécessité d'une réconciliation des hommes entre eux, préalables à toute prière." On parle évidemment aussi de l'expression ambigüe "le fils de l'homme", des femmes, de la vie future. Un livre passionnant que j'ai lu (est-ce un détail) avec attention en version numérique ! Cela dit, a-t-on un message, aujourd'hui plus que njamais, plus vital que "Aimons-nous les uns les autres..." ?

Jacques MERCIER

"Jésus", par Jean-Christian Petitfils, Edition Fayard, 2011, 690 pages en version brochée, 23,75 euros.- en version kindle 18,99 euros.

31 12 11

L'au revoir à 2011

La nostalgie n'est pas la vocation de notre blog; l'hommage, oui. Ce dernier jour de l'an saluera une lecture marquante de 2011. Une lecture qui laisse des traces en l'esprit et un sentiment de reconnaissance.  David Servan-Schreiber est décédé le 24 juillet de cette année, vaincu par la rechute d'une tumeur cérébrale qu'il avait maîtrisée depuis bientôt vingt ans.

 "Le livre Anticancer  se terminait sur l'aveu que je ne savais pas combien de temps j'allais vivre encore. Mais que, quoi qu'il arrive, j'aurais été heureux d'avoir choisi le chemin qui consiste à cultiver au maximum toutes les dimensions de ma santé, car ce choix m'avait déjà permis de vivre une vie bien plus heureuse. Je réitère aujourd'hon-peut-se-dire-au-revoir.jpgui cette affirmation: il faut nourrir sa santé, nourrir  son équilibre psychique, nourrir ses relations aux autres, nourrir la planète autour de nous. C'est l'ensemble de ces efforts qui contribue à nous protéger, individuellement et collectivement du cancer, même si nous n'obtenons jamais de garantie à 100 %"

Confronté à la perspective inéluctable de son proche décès, le neuropsychiâtre repasse sa méthode au crible d'une analyse sans concession: avait-il tout faux quand il dispensait ses conseils anticancer, fruits de son expérience personnelle?

 Certainement pas: loin de l'aveu d'échec, l'auteur propose une nouvelle pondération des éléments et surtout, il constate que la principale erreur, en son chef, a été de ne pas respecter les rythmes que la Nature lui imposait. Le succès de ses ouvrages, les conférences et les besoins de la promotion à travers plusieurs continents  ont eu raison du rythme biologique qu'il aurait dû conserver.

 Le bilan se mue en credo et DSS d'affirmer, en une analyse lucide, honnête et personnelle, la nécessité d'être humble face à la maladie, celle de veiller à l'équilibre de son corps mais aussi de son environnement Partant, il propose une méthode d'approche des malades, simple et respectueuse.

 "Me découvrir fragile, mortel, souffrant, effrayé m'a ouvert les yeux sur l'infini trésor de la vie et de l'amour. Toutes mes priorités en ont été bouleversées, jusqu'à la tonalité émotionnelle de mon existence. Le fait est que je me suis senti beaucoup plus heureux après  qu'avant, ce qui est tout de même inattendu."

Un essai qui converse, convertit et conserve, au-delà du décès de David Servan-Schreiber, une extraordinaire force de vie.

 Apolline Elter

 On peut se dire au revoir plusieurs fois, David Servan-Schreiber, essai, Robert Laffont, juin 2011, 160 pp, 14 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Documents, récits, essais | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 12 11

S'exprimer avec concision, en 13 lignes !

13 lignes.jpgC'est un site, c'est une excellente idée aussi : s'exprimer en 13 lignes ! www.13lignes.be créé par Hugo Poliart. (13lignes.be)?
Le sous-titre du recueil est "c'est suffisant pour résumer la situation" ! Une excellente façon de comprendre l'essentiel, au fond ! Le reste n'est que littérature ! Comme on m'a demandé une préface et que j'en suis très honoré, je vous la recopie ci-dessous (elle compte 13 lignes évidemment !) :

Il ne faut pas être triskaidékaphobe* pour se lancer dans un tel projet ! Au contraire, il faut croire que le nombre treize porte chance. Au fil des pages, on s'aperçoit en tout cas que sont nombreux ceux qui ont eu et ont encore la chance de pouvoir s'exprimer et tout aussi chanceux ceux et celles qui partagent ces minutes de lecture. Car une minute de lecture dans l'océan de la communication, c'est deux fois rien et c'est infini à la fois. Ce n'est qu'une réflexion, qu'une information, qu'un sourire sans doute, mais qui peuvent changer l'existence. Tel est le pouvoir du langage ! Un mot peut transformer la vie, qu'on imaginait toute tracée et peut-être trop lisse ! Une phrase peut métamorphoser une journée, qu'on pensait terne et un peu mélancolique. Un texte peut sans aucun doute décider de notre destin, nous éclairer. Bonne lecture, je promets que l'étonnement sera au rendez-vous !

 *la peur du nombre treize (Merci, Monsieur Dictionnaire !)

13 lignes, Hugo Poliart, Caïra Edition, 2011, 256 pp. 19cm/17cm, 15 euros. 13lignes.be

 

12 12 11

Et voilà.. voilà la vie parisienne

Mise-en-bouche de notre semaine thématique , "Vie parisienne", les  Cocktails de Paris (1945-1990) proposent une sélection de chroniques et billets d'humeur écrits de la plume de Sébastien Dulac, dans la période qui va de l'immédiate après-guerre au début des années '90, sur la vie quotidienne de la Ville Lumière.

 

 

Alternant l'intérêt historique des événements évoqués - la prise de pouvoir de Charles de Gaulle (1958), le cessez-le-feu en Algérie (1961), les funérailles de Mistinguett (1956), ...- et l'observation fine, parfois caustique, de la vie quotidienne, les textes, rassemblés  de façon thématique et présentés par Hervé Gérard, avec la collaboration d'Annettte Snoy, offrent une plongée revigorante dans un passé pas si révolu,... qu'à première vue. L'ouvrage se conclut d'une belle "Mise en Seine" , sorte de lettre d'hommage à un Paris que Sébastien Dulac a tant aimé.

 

Apolline Elter

 

Cocktails de Paris (1945-1990) - Sébastien Dulac - Textes présentés par Hervé Gérard, 180 ° éditions, oct 2011, 232 pp, 17 €

Écrit par Apolline Elter dans Documents, récits, essais | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 11 11

Un explorateur du monde et de l'homme !

jlouis Etienne.jpgJean-Louis Etienne est médecin et explorateur. Il a beaucoup écrit déjà sur ses expéditions et la place de l'homme sur terre et dans l'univers, sa survie. Ce qui est intéressant avec cet auteur (de terrain) c'est qu'il décrit, analyse et livre ensuite sa sagesse. Avant de le suivre vers l'Antarctique, où son prochain périple scientifique va l'entraîner, lisez cet ouvrage, qui se conclut par "L'homme porte en lui l'intelligence de la solution" ! Souvent les textes sont livrés sous forme de réponses à des questions simples posées par vous et moi. Il aborde ainsi l'air, les poissons, l'eau, le climat, la civilisation du carbone, le génie de la nature, le mystère du vivant, etc. Je ne vous proposerai que cet extrait final du livre, adressé aux enfants "Ce sera votre monde !". Parmi les conseils : "Aimer ce que l'on fait et conserver sa liberté de décision", "Persévérer, même si le chemin est difficile... car on construit sa vie sur des réalisations, fussent-elles minimes, et non sur les frustrations de rêves inachevés" et j'aime aussi cette évidence, qu'il faut répéter en notre époque d'apparence et d'image : "Faites attention aux miroirs aux alouettes, une histoire d'amour à Sarcelles vaut bien mieux qu'un chagrin dans un palace à Bora Bora" ! Génial ! Et puis ces derniers conseils, en forme de conclusion : "Soyez inventifs, entreprenants, audacieux, apprenez à vous servir de vos dix doigts pour être plus autonomes, soyez individuellement responsables et collectivement solidaires. Soyez terriens et visez l'univers, il y a matière à explorer pour l'éternité, dans cette autre partie de soi où se cache la solution existentielle." Encore un de ces livres essentiels pour ne pas perdre courage, pour comprendre, pour avancer dans la vie avec les autres.

 

Jacques MERCIER

 

Nouvelles histoires naturelles (Quand l'homme entre en scène), par Jean-Louis Etienne. Edition Jean-Claude Lattès, 2011. 216 pages. 15 euros.

16 11 11

Un magnifique et émouvant témoignage !

nadia salmi.jpgC'est le premier livre de Nadia Salmi et il est magnifique ! C'est un roman, car on romance toujours un peu, les souvenirs se déforment, on ne se souvient pas de tout, mais c'est avant tout un récit poignant et qui nous bouscule avec un talent rare. La mission de Nadia Salmi, qui se découvre (comme dit le bandeau) parmi les 400.000 Français, petite-fille d'un soldat allemand, est de crier son amour, sa compréhension à sa mère ! Après avoir lu en avant-première le manuscrit, je ne peux que vous retranscrire des extraits de la lettre que j'ai envoyée à Nadia Salmi, croisée au hasard d'une interview (elle travaille pour le moment à la télévision à Lille, mais vit à Bruxelles).

Comme te traduire l'émotion que je ressens à la fin de la lecture de "Des étoiles sombres dans le ciel" ? Je suis touché, troublé, ému. C'est magnifiquement rendu. L'histoire multiple, compliquée, terrible est là, sous nos yeux, et avance peu à peu, au rythme des découvertes, des pleurs, mais avec une volonté, une force qui sont si belles. Tu as les mots justes et forts. Des trouvailles tout au long du récit : "Au moment où le stupide petit oiseau est sorti", par exemple. Ou encore le sommeil que Thérèse ne trouve pas avec "un mouton, deux brebis, trois agneaux..."; le jeu des 7 erreurs dans la lettre, la berceuse en ch'ti, ou "chaque jour que Satan fait", ou à la fin les défauts d'Hitler étalés sur la feuille... Et cette oiriginalité page 132 des courts extraits d'avant.
J'aime cette reconstruction, ces lettres, ces photos décrites; avec la documentation, la recherche. Les réflexions qui accompagnent : "Il faudrait pouvoir parler librement, écouter les témoignages des survivants avant qu'ils ne meurent", que nous pouvons appliquer à toutes les situations, même moins tragiques.
Quelques détails encore : la journée érotique et sensuelle sans mots crus. Quelle description !
La tribu, les réponses au questionnaire de Proust.
Le rejet de Noël, l'attirance vers les personnages orphelins.
Le courriel arrivé en Mauritanie.
Bref, tu as compris que je trouvais ton livre remarquable et digne cent fois d'être édité et partagé avec un grand public.

Nadia Salmi est une nouvelle écrivaine, n'en doutons pas ! Je ne peux que vous engager à partager sa création. Vous ne verrez plus le monde, l'humanité, de la même façon. Et c'est ça la qualité d'un livre : sa lecture nous change !
 
Jacques MERCIER
 
Des étoiles sombres dans le ciel, récit, Nadia Salmi, Editions OH !, 264 pp. Photo de couverture de la collection de l'auteur. Prix : 17,90 euros. www.oheditions.com et https://www.facebook.com/nadnad77

11 11 11

« Dura lex, sed Scolalex ! »

Annuaire de jurisprudence en droit de l’enseignement.jpgLe texte ci-dessous a été mis en ligne le 11/11/2011 dans les colonnes du magazine satirique belge sur Internet SATIRICON.BE (www.satiricon.be) :

 

Reprenant, classées en quatre catégories (le droit du personnel ; le droit des pouvoirs organisateurs ; le droit des parents et des élèves ; les principes généraux) quelque 1200 décisions de justice rendues en communauté française de Belgique depuis 1996 (tant par les tribunaux du travail que par le Conseil d’État, la Cour constitutionnelle et la Cour européenne), la compilation très étendue qu’a fait paraître Régis Dohogne à Waterloo aux Éditions Kluwer sous le titre Annuaire de jurisprudence en droit de l’enseignement, pour aride qu’elle puisse sembler au premier abord, s’avère un outil particulièrement utile pour qui a – ou pourrait avoir – maille à partir avec l’institution scolaire ou avec l’un ou l’autre de ses acteurs.

 

Ancien secrétaire général de la CSC-Enseignement, membre actuel de la cellule juridique de ce syndicat, rédacteur et animateur des codes Scolalex et conseiller social à la Cour du travail, Régis Dohogne est un éminent spécialiste de la question, qu’il aborde dans toute sa complexité.

 

Écoutons-le :

 

« La masse de textes juridiques ayant trait à l'enseignement donne parfois le tournis. Il faut dire qu'au-delà des textes spécifiques à cette profession, un nombre important de dispositions sociales concernent directement ou indirectement les enseignants.

Comme si cela ne suffisait pas, les intérêts dans l'univers éducatif sont parfois contradictoires et suscitent polémiques et conflits. Entre parents, professeurs, étudiants, pouvoirs organisateurs, nombreuses sont les situations qui donnent lieu à contestations. Enfin, cerise sur le gâteau, l'évolution institutionnelle de notre pays a créé des conflits de compétences. Les Pouvoirs publics, de leur côté, ne donnent pas toujours l'exemple d'une gestion rigoureuse des textes qu'ils sont pourtant si prompts à promulguer.

 

Pour gérer cette cacophonie, un recours : la Justice.

 

Mais quelle Justice ? Entre juridictions de droit commun, juridictions du travail, Conseil d'État, Cour constitutionnelle naissent également des conflits de compétences et des procédures de recevabilité.

 

Depuis près de 15 ans, Scolalex suit les soubresauts de ces causes. Durant ces années, la matière s'est accumulée puisque plus de 1 200 décisions de Justice ont été publiées. Il était utile (…) de procéder à un inventaire structuré de ces 15 années de jurisprudence. Une entreprise très lourde qui nous a permis de tracer les grandes catégories et les grands principes qui régissent le droit dans l'enseignement, quel qu'en soit le bénéficiaire ou l'objet. »

 

Un fil d’Ariane ô combien précieux pour qui aurait des velléités ou a la nécessité de s’aventurer dans les maquis d’une procédure !

 

PÉTRONE

 

Annuaire de jurisprudence en droit de l'enseignement par Régis Dohogne, Waterloo, Éditions Wolters Kluwer Belgium, octobre 2011, 177 pp. en noir et blanc au format 16 x 24 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 63 €