22 04 08

Rallumez le feu !

GUY GILBERTUne belle archive du Grand Morning de Nostalgie que nous venons de retrouver. Il eût été bien dommage que ces podcasts fussent perdus. La rencontre entre Philippe Cantamessa, toujours en quête de la Voie, avec Guy Gilbert qui, après ses confessions, est revenu dans ce nouveau livre au texte de l'Évangile qu'il juge radical. Ce n'est pas un petit feu, c'est un brasier !?

  GUY GILBERT - Philppe Cantamessa 1
  GUY GILBERT - Philppe Cantamessa 2
  GUY GILBERT - Philppe Cantamessa 3
  GUY GILBERT - Philppe Cantamessa 4
  GUY GILBERT - Philppe Cantamessa 5

« Rallumez le feu ! : Vivre l'Evangile », Guy Gilbert, Philippe Rey, octobre 2007, 378p, 20€00

Acheter « Rallumez le feu ! : Vivre l'Evangile»

16 04 08

Le livre du record

KROLL Desperate BelgiumKroll nous confiait hors antenne lors de la dernière foire du livre de Bruxelles qu'il nourrissait quelques craintes au sujet d'une seconde publication annuelle de ses dessins.
Qu'il se rassure, Desperate Belgium est une grande réussite car à la qualité de l'humour et des dessins que nul Belge francophone n'ignore se greffe avec bonheur l'excellente narration journalistique par un autre Pierre, Bouillon. Desperate Belgium, Saison I, raconte les six premiers mois de ce qui pourrait bien être la dernière crise politique de la Belgique telle que nous l'avons connue.
Au terme (ceci n'est pas une allusion digne du Muppet Show!) de ce livre, vous n'ignorerez plus rien des enjeux, des causes et des intervenants de cet imbroglio politico-belgo-fédéral. Mieux. Vous aurez acquis cette connaissance au fil d'un texte tout en légèreté et de dessins tout en ironie et férocité.
A noter les bas de page (rappel d'un célèbre bas de page de Franquin et Yann & Conrad que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaitre) absolument hilarants, représentant une file de Belges typés et/ou célèbres attendant d'être consultés par un roi Albert II plus que jamais lucide, déprimé et en pantoufles.
Indispensable
.Brice Depasse

10 04 08

Réalités dures et idées molles

LITTELL 2008Dans Le sec et l’humide qui vient de sortir aux Éditions Gallimard à Paris, Jonathan Littell, auteur « goncourisé » et « grandprixdel’académisé » en 2006 pour Les Bienveillantes, se livre, selon ses propres dires, à l’anatomie d’un discours fasciste, celui que Léon Degrelle a éructé dans Feldpost paru à Bruxelles aux Éditions Ignis en 1942. Plus précisément, en se fondant sur les théories un tantinet fumeuses exposées en 1977 dans les Männerphantasien par Klaus Theweleit, un psychanalyste dans la lignée de Deleuze et Guattari (dont on sait aujourd’hui qu’ils furent, c’est le moins que l’on puisse dire, des idéologues à courte vue…), il prétend scruter le non-dit et dévoiler l’inconscient du maître du « Rex-appeal » des années noires. Pourtant, d’entrée de jeu, une grave lacune épistémologique sape les fondements de l’exposé de Littell : il ne s’est pas basé sur la version de 1942 éditée par Victor Meulenijzer mais bien sur la quatrième –il en existe une deuxième parue à Genève en 1949 aux Éditions du Cheval Ailé sous la houlette de Constant Bourquin et une troisième publiée en 1969 par Roland Laudenbach à La Table Ronde–, à savoir celle de Jean Mabire parue en 1987 aux Éditions d’Art et d’Histoire d’Europe sous le titre La campagne de Russie 1941-1945. Recourir à un texte retravaillé par quatre hommes de droite d’obédiences très différentes réduit très considérablement la portée du « corpus » en tant que donnée brute de l’inconscient du bouillant Bouillonnais, on en conviendra… Qui plus est, notre « analyste » ramène le combat des fascistes (réduits au seul état de « mâles-soldats » n’ayant jamais achevé la séparation d’avec leur mère) à une « maintenance du Moi [passant] par une série rigoureuse (…) d’oppositions, dont le second terme représente la menace qui guette le Moi-carapace, et le premier les qualités qui permettront au fasciste de le renforcer (…). La principale [opposition] (…) est celle du sec et de l’humide ; il y a aussi le rigide et l’informe, le dur et le mou, l’immobile et le grouillant, le raide et le flasque, le dressé et le couché, le propre et le sale, le cuit et le cru, le repu et l’affamé, le glabre et le velu, le clair et le trouble, le translucide et l’opaque, le mat et le luisant, le doux et le visqueux (…) ». Car « le fascisme est un mode de production de réalité, (…) pas une question de forme de gouvernement ou de forme d’économie, ou d’un système quel qu’il soit. »
Les victimes du système concentrationnaire nazi et leurs familles apprendront sans doute avec plaisir qu’elles n’eurent à subir que les effets d’un mode de production de réalité… Et que leurs bourreaux avaient tant besoin de s’éloigner de leur maman que leur vie et leurs actes furent en somme animés (nous résumons) par une quête balancée entre l’image positive d’une Infirmière blanche qui en aurait été –à leurs propres yeux– la doctoresse Jekyll et l’image négative d’une Prostituée rouge qui n’en aurait été que la Mrs Hyde. Il vaut sans doute mieux lire ça qu’être aveugle, certes… mais c’est tout juste ! Heureusement qu’il y a quelques photos très remarquables…
Bernard Delcord

Jonathan LITTELL, Le sec et l’humide, Paris, Éditions Gallimard, coll. « L’arbalète », 2008, 145 pp., 15,50 €

Commander «Le sec et l’humide»

09 04 08

Continuer à vivre ensemble

WEBERUn pays qui est né un soir, à la sortie d'un opéra, ne peut mourir sur une fausse partition.
Patrick Weber s'est offert un moment ludique de légèreté et d'espoir sur le grave sujet qui nous préoccupe tous dans ce petit pays qui ne devrait avoir que des petits soucis.
Une bonne raison chaque jour de rester Belge. Une bonne raison de croire en notre pays, nos gens, notre authenticité.

365 raisons de rester Belge, Patrick Weber, Racine, 2007, 384p, 24€95.

07 04 08

Au temps de Napoléon

MONTEILHETBonaparte victime de l'Ubris, le syndrome de la fuite en avant des dictateurs, vu par un de ses généraux, un noble survivant de l'Ancien Régime, voilà ce à quoi convie Hubert Monteilhet. Ce vieux de la vieille possède son sujet. Le décor tout d'abord, l'époque ensuite, le héros enfin. Aucune compassion, encore moins d'admiration pour le dernier monarque de la plus grande nation mondiale que fût la France. Monteilhet fait l'autopsie d'une époque, loin de la pensée unique. Remettre tout dans le contexte. Rien d'autre. C'est déjà beaucoup : c'est énorme. Il y a tant à apprendre ou plus simplement à découvrir parmi tout ce qui n'est plus.
Brice Depasse

  HUBERT MONTEILHET - Brice Depasse 1
  HUBERT MONTEILHET - Brice Depasse 2

Au Vent du boulet : Roman des temps napoléoniens, Hubert Monteilhet, Editions de Fallois, mars 2008, 259 pp, 20€00.

Acheter «Au Vent du boulet : Roman des temps napoléoniens»

24 03 08

BOGDANOV + MOTL = BIG BANG²

BOGDANOVOn a beaucoup parlé et écrit au sujet de la thèse de doctorat des frères Bogdanov. Crier à l'escroquerie et à la folie, c'est cependant mettre en cause les professeurs des doctorants mais aussi les revues scientifiques qui ont publié leurs articles. Pourquoi ? Parce que Igor et Grichka prétendent avoir trouvé une équation permettant de remonter avant le Big Bang, soit avant la "création" de l'univers. Et pourtant, il ne s'agit que de théorie, de mathématiques. Mais quand même !
Et voilà qu'au milieu de la tourmente surgit un physicien théoricien d'Europe de l'Est qui, après être passé par le professorat à Harvard, se penche sur la fameuse thèse et nous l'explique dans ce livre. Loin de moi la prétention de dire si tout cela est fondé; ma pratique des mathématiques et de l'astrophysique remonte au début des années quatre-vingts. Je dirai toutefois que le livre de Motl vous apportera énormément de connaissances sur la physique quantique et les mathématiques appliquées. En cela, il se révèle passionnant. Tout comme la manière dont les frères Bogdanov plient l'immensité de l'univers pour le rapprocher de l'infinitésimal. Si on ne comprend pas le second, on ne peut appréhender le premier. En cela, c'est déjà un grand pas pour nous.
Brice Depasse

  IGOR GRICHKA BOGDANOV - Brice Depasse 1
  IGOR GRICHKA BOGDANOV - Brice Depasse 2

L'équation Bogdanov : Le secret de l'origine de l'Univers ? , Lubos Motl, Presses de la Renaissance, janvier 2008, 240p, 19€00

Commander «L'équation Bogdanov : Le secret de l'origine de l'Univers ?»

Les Bogdanof12Photo : Alain Trellu

23 03 08

Un ouvrage de référence(s)

PAUL ARONUne large équipe d’historiens issus pour la plupart de l’Université Libre de Bruxelles (mais, et le fait est suffisamment rare par les temps qui courent pour être loué chaudement, rassemblant aussi des spécialistes flamands de premier plan) a planché durant plusieurs années sous la houlette de Paul Aron, le meilleur connaisseur actuel – avec Marc Quaghebeur – de l’histoire de nos lettres, et celle de José Gotovitch qui a dirigé durant de nombreuses années le CREHSGM* à Bruxelles, sur la rédaction d’un Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique qui vient de paraître chez André Versaille et fera incontestablement date. Si l’ouvrage ne consacre aucune entrée à des personnes, il traite en revanche d’un nombre impressionnant de thèmes, depuis la question juive, bien entendu (remarquablement cernée par Maxime Steinberg), jusqu’à la Résistance, l’Ordre nouveau, la collaboration, le Rexisme, la Légion Wallonie, la Légion flamande, la délation, le génocide, l’épuration, la Question royale, ou la Bataille des Ardennes, et il aborde aussi la bande dessinée, la caricature, l’édition, la littérature de langue française et wallonne, le théâtre, les prix littéraires, le roman policier, les droits d’auteur, la presse, la censure, pour ne reprendre que ce qui touche à l’écriture (saluons en particulier les contributions fort bien informées de Paul Aron, de Cécile Vanderpelen-Diagre et de Michel Fincœur sur ces différents sujets). Sans oublier les arts plastiques, le cinéma, la musique, le music-hall, l’opéra, la mode, les musées, le folklore, l’alimentation, le marché noir… Une mine d’informations nouvelles sur l’une des périodes historiques les plus mouvementées de la Belgique, indispensable pour comprendre les ressorts et les enjeux de l’évolution politique actuelle du pays.

Bernard DELCORD

* Centre de Recherches et d’Études historiques de la Seconde Guerre mondiale

Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique, sous la direction de Paul ARON et José GOTOVITCH, Bruxelles, André Versaille éditeur, 2008, 528 pp., 29,90 €

Commander «Dictionnaire de la Seconde Guerre mondiale en Belgique»

04 03 08

Amours, délices et orgasmes

VERHEGGEN« Un homme inverti en vaut deux », dit à peu près la sagesse populaire. Elle ajoutera désormais que « Sodome et grammaire », le nouveau livre de Jean-Pierre Verheggen, publié par les Éditions Gallimard à Paris, vaut assurément tous les bouquins en vente à la FNAC depuis des lustres ! Car le plus doué (n’en déplaise à certains pisse-froids – et copie – de l’Académie royale etcetera) des écrivains vivants de Ce Pays moribond sait y faire, question créations verbales et révisions grammaticales surréalistes… Épigone de Jarry, des dadaïstes, de Chavée, de Boris Vian et des deux Raymond (Queneau et Devos) autant que de Magritte ou de San-Antonio, l’auteur namurois du « Degré Zorro de l’écriture », de « Ridiculum Vitae », d’« Artaud Rimbur » et d’« On n’est pas sérieux quand on a 117 ans » a une nouvelle fois frappé très fort ! Si dans l’inoubliable « Écume des jours » de Boris Vian, on allait à la pêche dans les lavabos et Notre-Dame de Paris était confiée aux bons soins d’un chuiche et d’un bedon, chez Verheggen, « Tout fout Lacan ! L’évêché sont bouchés de l’intérieur (et) les curés ne sert à rien » tandis que le dangereux « Lavabo est à nouveau en fuite » après avoir pris « le Beur et l’argent du Beur », poursuivi par « les tireurs de litres » alors que « le marchand de tabac cent balles, le marchand de tabac vu Mirza, le marchand de tabac toute ta tête à toi et le marchand trop vite qui criait attendez-moi sont, tous, partis en fumée ! » Et que Baudelaire, cet anti-Belge, n’a pas hésité à dénaturer le talent de Félicien Rops en le faisant rimer avec la pyramide de Khéops plutôt qu’avec un bocal de rollmops, la Plaza de Toros de Torremolinos ou, mieux encore, l’organe de Priape, l’os de Dionysos. Visionnaire, il aurait alors pu s’écrier, à l’instar de Nicolas Sarkozy chez le pape : « Gsm ? Toi non plus ! SMS ? Moi non plus ! » Ah ! men, c’eût alors été un vrai latin de garenne !
Bernard DELCORD

Jean-Pierre VERHEGGEN, Sodome et grammaire, Paris, Gallimard, 2008, 168 pp., 19 €

Acheter «Sodome et grammaire»

25 02 08

L'alliance suprême

PELTLes grandes traditions philosophiques et religieuses convergent sur des points qui nous concernent de plus en plus : l'écologie pour respecter une nature qui nous fait vivre, l'alliance nécessaire de l'homme avec cette nature pour survivre (voir le réchauffement de la planète) et enfin, le rêve de puissance et de domination de l'homme sur la Nature qui nous emmène vers la catastrophe. Ainsi l'hindouisme, le taoïsme, le bouddhisme, l'islamisme, le judaïsme, le christianisme nous disent que le sort de l'homme et celui de la nature sont étroitement liés. L'homo économicus doit faire place à un homo spiritualis s'il veut avoir un avenir, tout simplement. Tel est le propos de Jean-Marie Pelt dans ce livre. Ecoutez-le ... avant de le lire ?

  JEAN-MARIE PELT - Brice Depasse 1
  JEAN-MARIE PELT - Brice Depasse 2

«Nature et spiritualité», de Jean-Marie Pelt, Fayard, 301p, janvier 2008, 19€00

Acheter «Nature et spiritualité»

25 02 08

Ingrid Betancourt : Lettres à maman par-delà l’enfer

BETTANCOURTIl est une urgence : se procurer le petit livre paru aux Editions du Seuil, qui reproduit l'intégralité de la lettre qu'Ingrid Betancourt adresse à sa maman, Mamita, ses enfants, Mélanie, Lorenzo et Sébastien Delloye, depuis la jungle colombienne. La lettre est datée du 24 octobre 2007.
Otage des Farc (Forces armées révolutionnaires de Colombie) depuis bientôt six ans - le 23 février - Ingrid Betancourt vit dans des conditions inhumaines, dégradantes : " Ici la jungle est très épaisse, les rayons du soleil y pénètrent difficilement. Mais c'et un désert d'affection, de solidarité, de tendresse, et c'est la raison pour laquelle ta voix est le cordon ombilical qui me relie à la vie." ( p14)
L'épuisement physique et moral donne à certains passages des allures testamentaires "la vie ici n'est pas la vie, c'et un gaspillage lugubre du temps" ( p 19) "...la mort m'apparaît comme une option douce." (p 16) mais l'essence de la lettre est un message d'amour, d'affection, d'humilité, d'admiration envers les siens et de foi en Dieu.
...ton désespoir est désormais notre urgence" (p 52).
Cette urgence est nôtre.
Apolline Elter

Lettres à maman par-delà l'enfer, Ingrid Betancourt, Mélanie et Lorenzo Delloye-Bettancourt, Paris, Le Seuil, janvier 2008, 62 pp. 7 €

Acheter «Lettres à maman par-delà l'enfer»

Ecoutez l'interview de Yolanda Pulecio, la mère d'Ingrid Bettancourt par Nicky en cliquant sur la couverture