02 08 07

La jeunesse n'a pas d'âge

AUFRAYQui pourrait deviner en le voyant que Hughes Aufray est dans sa soixante-dix-huitième année? Le chanteur qui publiera un nouvel album à la rentrée, remontera sur la scène de l'Olympia avant de partir en tournée, monte toujours à cheval et s'occupe de sa grande famille.
A-t-il un secret pour prolonger ainsi sa jeunesse ? Il en a plutôt une multitude qu'il égrène dans ce livre au fil de ses expériences de vie. Il ne s'agit ici ni de remède miracle, ni de médecine parallèle, ni de traitements coûteux dont on trouve une abondante littérature chez des éditeurs occultes.
Comme l'écrit Muriel Barbéry :" Vivre, mourir : ce ne sont que des conséquences de ce qu'on a construit. Ce qui compte, c'est de bien construire."
Brice Depasse

  HUGHES AUFFRAY - Brice Depasse 1

  HUGHES AUFFRAY - Brice Depasse 2

29 07 07

La reine éternelle

MARIE STUARTAvec Marie Stuart, Hortense Dufour ajoute un tableau supplémentaire à sa grande galerie des personnages féminins historiques. Et Marie Stuart n'est pas des moindres; reine, cultissime quasi-martyre de la cause des femmes et du catholicisme, elle est encore aujourd'hui vénérée par de très nombreux cercles et associations.
Royauté, mariages, trahisons, France, meurtres, amour, duperie, Médicis, Ecosse, Angleterre, passion, décapitation, Hortense Dufour, vous emporte avec ce livre fleuve au siècle dramatique de l'enfant-reine. Editions du Rocher.
Nicky Depasse

HORTENSE DUFOUR - Nicky Depasse


Entretien dans les salons de l'hôtel Méridien

Horetnse Dufour
Photo : Nicolas Wibaut (Writer Pictures)

24 07 07

Si les accents du monde entier ...

ORSENNA« La grammaire est une chanson douce » et « Les chevaliers du subjonctif », ces livres atypiques, contes inattendus pour adultes et enfants dont le sujet est langue française, ont été de grands succès de librairie. Avec « La révolte des accents », Erik Orsenna pose une pierre supplémentaire à l’édifice du beau parler et du bien écrit. La langue française est de plus en plus malmenée par la raréfaction du manuscrit, les chats, mails, et autres textos. La cédille disparaît, l’accent aigu aussi au profit de l’infinitif, et j’en passe.
Jeanne est une insulaire qui rêve de trouver un emploi. Nantie d’une vue exceptionnelle, elle a réussi à se faire engager comme adjointe stagiaire au capitaine du port de l’île. Après un mois passé au sommet du phare en compagnie du capitaine, elle assiste à l’arrivée d’une jonque de comédiens. Ils ont monté les tréteaux, déroulé les calicots, joué « Roméo et Juliette » et s’en sont allés.
Mais les épices et les accents sont montés à bord de la jonque et ont quitté l’île. Il ne reste qu’un accent circonflexe et une kljukica (le petit v slave qui transforme le c en tch et le s en ch.
Sans les accents la vie est sans saveur, comme la nourriture sans epices. Jeanne est chargee par ses concitoyens de retrouver les accents. Un voyage initiatique qui la conduit dans l’Himalaya ou les accents du monde entier (français, portuguais, tibetains, arabes, persans, hebraiques), las d’etre maltraites, se sont regroupes en colonie au pied d’un glacier pour y vivre en liberte.
Leger comme du Baricco, le conte d’Erik Orsenna livre au lecteur une belle morale en conclusion de sa fable : les accents accentuent nos vies. Ne les abandonnez pas pendant vos vacances !
Brice Depasse

12 07 07

Le matricule des saints

REYNAERTNuit de la Saint Sylvestre, Gare Saint-Lazare, Saint-Honoré, nous vivons vraiment sur la planète des saints. Ils sont partout. Près de quarante mlle depuis le grand Saint Pierre (sommet de la hiérarchie) jusqu’au plus petit saint local d’une commune rurale des Philippines. Ca se bouscule donc aux portes du panthéon de la Sainte Mère (encore !) l’Eglise. Si leur nombre tend à montrer que nous n’avons rien à envier au polythéisme romain ou égyptien, nos grands ancêtres, les saints sont là pour nous montrer « que tout chrétien peut accéder à la vertu. »
François Reynaert, chroniqueur télé et radio, a publié dans le Nouvel Observateur, l’histoire d’une petite partie d’entre ces saints. « Avant de me plonger dans les innombrables ouvrages qui m’ont servie de documentation, j’ignorais à quel point l’eau bénite peut soûler. » Vrai, la plupart des gens qui colportent la bonne nouvelle sont d’un ennui de carême. Aussi, le propos de ce livre est-il de reprendre tout à zéro, garder la vérité des écritures et de donner un traitement plus léger voire franchement humoristique à la biographie de notre calendrier.
Divertissant et instructif.
Illustrations d'Emmanuel Pierre
Brice Depasse

10 07 07

La machine à chroniquer le temps

DORMESSONAh, le beau livre ! Odeur du temps. Gai comme lui et grave comme la vie. La vie qui avilit comme l’écrivait Régnier et comme le réfute les écrits de Jean d’Ormesson. Mais l’académicien n’est pas dupe. Si la vie n’avilit pas, elle ne fait pas de cadeau. Elle ne donne rien. Il faut lui prendre.
Et d’Omresson n’aura rien laissé sur le bord de la route.
Sa recette : l’admiration et l’humour. Admiration pour ce qu’ont fait de grand les hommes : la littérature et Venise. Admiration pour ce qu’a créé la nature: l’Homme et Venise.
Bien sûr, il n’y a pas que l’Homme et Venise dans ces chroniques du temps qui passe. Il y a aussi des hommes et des Venises.
Jean d’Ormesson aura donc fait deux cadeaux à sa fille Héloïse : la vie et ce livre. Nous profitons du second. Qu’il en soit remercié.
Brice Depasse
Extrait :
« Quel passé, quels souvenirs, quelle image de nous-mêmes laisserons-nous donc à ceux qui viendront après nous ? L’avenir est fait aussi de passé. Peut-être surtout de passé. Alors ? Que léguerons-nous en propre à l’avenir pour qu’il en fasse son passé ? Quelles Venises pour s’y promener ? Quelles places, quels ponts, quelles statues pour permettre aux jeunes gens de s’embrasser en beauté et de faire naître des amours qui ne soient pas sordides ? Quelles légendes, quels mythes, quelles traditions pour rêver ? Quelles inscriptions sur les murs ? Quelles vies charmantes et nobles pour enchanter nos petits-enfants ? A Venise comme ailleurs, on finit par se demander si, avec moins de machines et moins de politique mais parmi plus de beauté , les vies de nos grands-pères, malgré toutes les erreurs, ne valaient pas mieux que les nôtres. Et si ce passé, tant décrié et si souvent coupable, n’était pas plus généreux à l’égard de l’avenir que nos agitations d’à présent. »

01 07 07

Aphorismes selon Orban

ORBANChristine Orban en appelle aux plus grands depuis Aristote en passant par Freud, Verlaine, Tourgueniev, Spinoza, James, Hugo, j'en passe, pour évoquer tous ces mots qui parlent de la vie des hommes.
Etonnant mais la sauce ne prend pas et le lecteur se surprend à voler de plus en plus vite de page en page, de citations en italiques aux commentaires de l'auteure.
Reste un carnet qui n'était sans doute pas destiné à la publication. Décevant de la part d'un écrivain qu'on aime pour la finesse de son écriture.
Brice Depasse

Christine ORBAN, Petites phrases pour traverser la vie en cas de tempête... et par beau temps aussi, , 186 p., 12,50 € , Albin Michel

24 06 07

Sauvez le Darfour

DARFOURStéphanie Rivoal a renoncé à ses activités dans une banque d'affaires londonienne pour se consacrer à l'action humanitaire en Afrique. Une vocation qui l'a amenée à séjourner au Darfour dans les camps de réfugiés pendant presqu'une année. Le livre (préfacé par Samuel Le Bihan) qu'elle publie au Cherche Midi est un chant d'espoir au milieu de la misère et la détresse. Une seule condition : ces gens ont besoin de nous. Tous ! Ouvrez ce livre !
Nicky Depasse

STEPHANIE RIVOAL - Nicky Depasse 1

STEPHANIE RIVOAL - Nicky Depasse 2

SR darfour 5

DSC00039

17 06 07

Le monde selon Zemmour

ZEMMOURRencontre au Figaro avec le journaliste politique le plus populaire du moment (pour cause de samedi soir) : Eric Zemmour. Son essai, "Le premier sexe" avait secoué, la saison dernière, les milieux féministes et lui avait valu une volée de bois vert. Deux choses qu'il ne redoute pas, comme vous allez l'entendre.
Pour ma part, je voudrais juste dire qu'il faut avoir lu son livre pour le juger. Loin d'être réactionnaire, "Le premier sexe" est un essai plutôt révolutionnaire, anti-pensée unique. Et même si je suis loin d'adhérer à tout ce qu'il écrit, je dois reconnaître que sur le fond, Zemmour voit juste. Car il n'y a pas que du bon dans cette féminisation de la société, qui n'est pas le fait des femmes (et encore moins des féministes) mais des hommes.
Entretien. Première partie d'un entretien un peu bousculé. La suite, bientôt.

  ERIC ZEMMOUR - Nicky Depasse

DSC00089

17 06 07

Enfants non admis ?

ENTHOVENParler philosophie avec Raphaël Enthoven est aussi plaisant que d'en deviser avec Luc Ferry. Pourtant les deux hommes ne se rejoignent ni sur le fond ni sur la forme. Sauf quant à la prime approche : narturelle et non historique. C'est déjà ça.
La philosophie, un jeu d'enfant, paru chez Fayard va vous réconcilier avec la philo si jamais vous étiez fâché avec elle, non parce que c'est une question de survie mais parce qu'elle est source de bonheur intellectuel. Ce livre est aussi un portrait de philosophe. La petite histoire d'un prof de philo pas comme les autres. Parce que Papa, parce que les amis de Papa, on oubliera le reste car, comme le chante Raphaël, ça n'en vaut pas la peine. Très belle rencontre.

RAPHAEL ENTHOVEN - Brice Depasse 1
RAPHAEL ENTHOVEN - Brice Depasse 2

DSC00094

07 06 07

Essais orphelins

AMBROSIO orphelinsPour reprendre une qualification de quatrième de couverture, Charles D'Ambrosio est considéré comme l'un des écrivains américains contemporains les plus talentueux. En attendant le premier roman qu'il est entrain d'écrire dans sa maison en Oregon, le roi de la nouvelle nous gratifie d'un second livre, compilation de mini-essais publiés dans des magazines américains. De bons sujets servi par une très belle écriture qui évoque, je me répète, je sais (et alors?), je fais ce que je veux, les articles que les grands auteurs publièrent dans la presse au XIX° et au début du siècle dernier. L'Amérique est à votre porte.
Brice Depasse

  CHARLES D'AMBROSIO - Brice Depasse 1


Charles d Ambrosio 1 Photo : Edouard Smekens (Writer pictures)