19 11 15

Le bonheur, toujours le bonheur...

_bonheur lenoir.jpgFrédéric Lenoir nous parle du bonheur à travers les philosophes. Il s'en explique dans le prologue : « C'est un cheminement, plutôt, le plus vivant possible, ponctué d'interrogations et d'exemples concerts, dans lequel le lecteur croisera aussi bien l'analyse des psychologues que les derniers apports de la science. »

C'est un bonheur, sans jeu de mot, de parcourir ces pages écrites dans un langage clair, qui résume, explique, propose. Tout est bon à prendre, à écouter, pour se sentir mieux, pour toucher du bout de l'âme la vraie vie. Picorons quelques moments :

« Le bonheur épicurien se concrétise dans ce qu'il appelle l' « ataraxie » qui signifie « quiétude absolue de l'âme ». Cet état s'obtient par la suppression des craintes imaginaires et superstitieuses, par notre capacité à nous satisfaire de nos seuls besoins fondamentaux, et par la qualité de nos plaisirs – l’amitié étant sans doute le plus important. »

Les têtes de chapitres nous guident : Donner du sens à la vie ; Être heureux, c'est apprendre à choisir ; Tout être humain souhaite-t-il être heureux ? Etc. Bien sûr, il y a l'intérêt évident d'avoir les citations des philosophes – et elles sont aussi mises en exergue des chapitres :

Arthur Schopenhauer : « Les neuf dixièmes, au moins, de notre bonheur reposent exclusivement sur la santé. Un mendiant en bonne santé est plus heureux qu'un roi malade. »

Alain : « Il est impossible que l'on soit heureux si l'on ne veut pas l'être ; il faut donc vouloir son bonheur et le faire. »

Sénèque : « Pendant que l'on attend de vivre, la vie passe. »

Mais la science est elle aussi appelée à l'aide : « D'après le Pr Sonja Lyubomirsky (département psy de Californie) estime qu'à 50% les aptitudes au bonheur dépendent de la sensibilité de l'individu (déterminants génétiques), à 10% celles relevant de son cadre de vie et des conditions extérieures, à 40% celles qui sont tributaires de ses efforts personnels. »

Frédéric Lenoir nous parle de la contagion du bonheur : « L'une des clés de la sérénité consiste à ne plus se comparer, à se départir de l'esprit de rivalité, à chercher à surmonter toute jalousie. »

L'auteur dénonce la volonté des éducateurs de vouloir « remplir le crâne » des enfants en leur enseignant toutes sortes de connaissances, qui les aideront fort peu à vivre bien. Le vrai projet éducatif devrait consister à apprendre à l'enfant à développer son « jugement ». Car l'éducation doit apprendre à penser bien pour vivre mieux.

J'apprécie aussi que Tchouang-tseu et Montaigne ont un trait en commun : l'humour. Montaigne qui a choisi comme devise « Que sais-je ? »

Montaigne : « Il fallait s'enquérir qui est mieux savant, non qui est plus savant. Nous ne travaillons qu'à remplir la mémoire, et laissons l'entendement et la conscience vides. »

Tchouang-tseu : « Quiconque veut s'emparer du monde et s'en servir court à l'échec. »

 

Jacques MERCIER

Du Bonheur – Un voyage philosophique – Frédéric Lenoir – Le Livre de Poche – 240 pp – 6,60 euros.

19 11 15

La mort en partage

"Vous me coucherez nu sur la terre nue"" Ma mort m'appartient mais elle ne concerne pas que moi." 

Très investi dans l'accompagnement de fin de vie,fervent adepte de la pratique des soins palliatifs,  le théologien belge Gabriel Ringlet, ex-Vice-Recteur de l'Université catholique de Louvain, écrivain et poète, aborde sans fard ni tabou, avec une positive douceur,  la question de l'euthanasie. 

C'est assez courageux de sa part.

Parcouru d'anecdotes, de relations d'expérience -  celles du Professeur Christian de Duve, de Jacques Lusseyran, aveugle et résistant  [NDLR: lire à ce sujet Le voyant, Jérôme Garcin, en vitrine du blog] qui introduisit des séances de déclamation poétique au sein du camp de Buchenwald - et de références - entre autres, les sublimes Lettres de ma poupée de Kafka -  l'essai habille d'humanité, d'amour et de respect, la fin de vie, lui offrant une célébration qui se poursuit au-delà du trépas.

Cela fait du bien.

Et l'auteur, appelé en cette réflexion, en cette ...vocation,  par le docteur Corinne van Oost,  de s'interroger sur les rapports entre la technicité médicale  de l'euthanasie et  son accompagnement spirituel: 

" Laisse-t-on l'acte à sa seule technicité, même attentive et délicate, ou conduit-on la démarche spirituelle jusqu'au bout, c'est-à-dire jusqu'à sa dimension rituelle, Avec le recul et un début d'expérience, je découvre aujourd'hui cet appel comme une chance et une responsabilité, l'occasion de permettre à tous les acteurs de vivre, malgré et à travers la transgression, un moment d'exceptionnel intensité."

 Trangressive, certes, la pratique de l'euthanasie, indissociable dans le chef de Gabriel Ringlet de celle, majeure,  des soins palliatifs, est "acte posé, si j'ose dire, en état de légitime défense."

Ce qui n'exclut que " Que d'euthanasies pourraient être évitées si on passait en soins palliatifs  un peu plus tôt!" 

Tout est dit. Avec modestie.

Apolline Elter

"Vous me coucherez nu sur la terre nue" L'accompagnement spirituel jusqu'à l'euthanasie,  Gabriel Ringlet, essai éd. Albin Michel, septembre 2015,  248 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Documents, récits, essais | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 11 15

Sic

Les petites phrases qui ont changé l'histoire

Depuis l' "Oeil pour oeil, dent pour dent" qui fonde la loi du talion, jusqu'au célèbre "Indignez-vous" qui leva, il n'y a guère,  des foules, certains adages revêtent une portée historique,  qui traversent allègement les siècles et influencent parfois le cours de l'Histoire.

Florence Vidal s'est longuement interrogée sur l'origine de douze d'entre eux, nous livre le résultat d'investigations fouillées  et nous situe avec précision, la genèse de leur création , les circonstances de leur expression . Au fataliste Alea jacta est de Jules César , "dictateur idéal" succèdent  l'injonction pacifique de Jésus :"Aimez-vous les uns les autres,"  la tête plutôt bien faite que bien pleine de ce cher Montaigne, la constatation  galiléenne de la rotation de la terre - " Et pourtant, elle tourne"- , celle de la liberté des hommes et de l'égalité de leurs droits .... et l'impérieux"Je vous ai compris " adressé par Charles de Gaulle au peuple algérien...

Assurément, nous aussi, on a mieux compris...

 

AE

Les petites phrases qui ont changé l'Histoire, Florence Vidal, essai, Ed. Pygmalion, sept. 2015, 462 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Documents, récits, essais | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 11 15

Enchanté

Résultat de recherche d'images pour "ces amis qui enchantent la vie"S'il revendique la sélection subjective, voire fantaisiste,  de quelque cent-vingt écrivains, de littérature française et étrangère, toutes époques confondues, l'Académicien Jean-Marie Rouart la justifie de manière très convaincante: sa galerie de portraits - brossés avec brio - rassemble  tous les auteurs dont les oeuvres ont une portée autobiographique pour lui, entendez qu'elles l'ont constitué à un moment particulier de son existence.

" Je n'ai obéi qu'à mon penchant et à ma fantaisie. J'ai éludé à regret des monstres sacrés comme Goethe, Diderot, Byron, Dickens, au profit d'écrivains qui n'encombrent pas les autoroutes de la célébrité : P.-J Toulet, Luc Dietrich, Maurice Sachs, Malcolm de Chazal .. pour la simple raison qu'ils m'ont communiqué leur magie."

Classés selon une découpe thématique psycho-philosophique, en "soleils païens, magiciens, assoiffés d'absolus, fracasseurs de vitres, printemps foudroyés,  etc ...."  les portraits des écrivains s'enchaînent, alertes, scintillants, soutenus d'un extrait représentatif de leurs oeuvres.  L'occasion pour le lecteur de retrouver Rabelais, Cocteau, Colette, Lewis Carroll, Musset, Apollinaire, Zola, Genet, Céline, Cendrars, Jean d'Ormesson, Anaïs Nin, Gide, Balzac, Montaigne, Napoléon, De Gaulle, Baudelaire, Giono, Camus, Mauriac, Daudet, Carson McCullers... au gré de sa propre fantaisie, de s'offrir de nouvelles rencontres et  de se délecter de formules qualificatives, magistralement ciblées.

" L'Européen  fourdroyé", Stefan Zweig - cher à notre blog - est ainsi qualifié de 'Sainte-Beuve à qui auraient été donnés, en plus de l'intelligence, la passion et l'amour.

L'essai est brillant, la passion littéraire, généreuse.

Apolline Elter

Ces amis qui enchantent la vie, Passions littéraires,  Jean-Marie Rouart, essai, Ed. Robert Laffont, août 2015, 910 pp

06 11 15

L'homme réseau-nable

_réseau nable.jpgUn jeu de mot si approprié !

« L'homme réseau-nable » de Lionel Naccache n'est pas un livre à lire en une heure en diagonale, c'est un livre très intéressant et passionnant. Dans l'avant-propos, il définit l'ouvrage : « L'hypothèse centrale de ce livre est que la connaissance de l'architecture fonctionnelle des réseaux de neurones qui composent un cerveau peut nous aider à comprendre celle des réseaux interindividuels qui structurent les sociétés humaines. » 

Vous découvrirez la notion de « voyage immobile » avec entre autres cette uniformisation massive, que nous connaissons. Tous ces lieux qui sont identiques et nous l'impression de ne plus « voyager » : Le centre commercial, l'aéroport international, l'hôtel de l'homme d'affaires en voyage quelque part entre l'Asie du Sud-Est et l'Europe de l'Est, la salle du complexe de cinéma, le magasin Ikea d'Arhus au Danemark ou celui de Sendai au Japon, le café « branché » et connecté, la station balnéaire, celle de sports d'hiver... Sa théorie est que la crise d'épilepsie est un « voyage immobile » microcosmique ! Pour argumenter la thèse, il fait aussi appel aux mots : « « Convulsions de l'Histoire » : l’expression est devenue si banale aujourd'hui, que nous en oublions souvent le sens premier. « Convulsions », ou le symptôme le plus connu de l'épilepsie. »

Quelques chiffres aussi nous interpellent. L'auteur est neurologue, professeur de médecine à la Pitié-Salpêtrière, directeur d'une équipe de recherche à l'Institut du cerveau et de la moelle épinière. « Un neurone est en contact physique permanent avec environ 10.000 neurones. Si l'on considère qu'un cerveau humain compte environ 80 à 100 milliards de neurones, le nombre de points de circulation unidirectionnels de cette information nerveuse avoisine donc... les 10 exposant 11 x 10 exposant 4 divisés par 2, soit 5000 billiards de synapses ! »

Il faudrait évoquer la synchronisation des masses et des lieux habités « par l'établissement rapide et efficace de voies de circulation physique à grande échelle. Ces transformations incluent le développement important des lignes ferroviaires, ainsi que la massification du transport automobile qui ne devait plus être réservé aux seules élites. Dans l'Allemagne nazie, cette politique des transports trouvera son aboutissement le plus éloquent dans la marque-slogan Volkswagen, la « voiture du peuple ». Voitures du peuple qui propulsent les individus sur ces véritables faisceaux organisés que sont les autoroutes, dont les premières furent imaginées et conçues par le régime fasciste de Mussolini. »

Et de retracer notre évolution : « D'un point de vue évolutif, il ne fait aucun doute qu'une fois le cerveau devenu conscient, et donc riche d'un « format universel » de communication des contenus mentaux individuels, l'aventure sociale a dû connaître un envol sans précédent, un envol « pré-historique ». Puis ces sociétés ont fait leur entrée fracassante dans l'Histoire il y a environ six mille ans, avec l'invention des systèmes d'écriture et de lecture. Ces systèmes autorisent la transmission explicite de contenus mentaux et de postures cognitives à travers les générations. »

La réflexion d'Auguste Comte confirme joliment  : « Il y a plus de morts que de vivants, et ce sont les morts qui dirigent les vivants. »

J'en reste là, mais j'ajoute encore ce passage qui équilibre le côté « masse » et le côté « individu » : « Notre société a réussi à aménager une place pour la « raison de l'individu », aux côtés des places envahissantes de toutes ces autres raisons qui nous entourent depuis la nuit des temps : la raison du plus fort, la raison d’État, la raison de l'argent, la raison des intérêts collectifs, la raison de la nation, etc. Une place sans pareille pour la raison d'un bonhomme parmi des myriades. »

 

Jacques MERCIER

 

« L'homme Réseau-nable » (Du microcosme cérébral au macrocosme social), Lionel Naccache, Edition Odile Jacob, sciences, 150 pp. 22,90 euros.

 

 

25 10 15

« Toute littérature est assaut contre la frontière.» (Franz Kafka)

Histoire, forme et sens en littérature.jpgNé à Tournai le 11 décembre 1947, l’écrivain, poète, critique et essayiste belge de langue française Marc Quaghebeur dirige les Archives et Musée de la Littérature au sein de la Bibliothèque royale Albertine à Bruxelles et il préside l’Association européenne des Études francophones.

Centrées sur l’articulation entre histoire et esthétique, ses recherches, après s’être attachées notamment à Arthur Rimbaud (sa thèse de doctorat défendue à l’UCL s’intitule L'œuvre nommée Arthur Rimbaud), se sont concentrées sur les littératures francophones, de Belgique et d’Afrique principalement.

Il vient de faire paraître à Bruxelles, aux Éditions P.I.E. Peter Lang et dans la collection « Documents pour l’Histoire des Francophonies/Théorie » qu’il dirige, une passionnante compilation de courts essais (parus dans des revues universitaires publiées à Bruxelles, à Anvers ou à Gand, mais aussi à Poznań, à Paris, à Tübingen, à Vienne, à Bologne ou à Viseu au Portugal, et parfaitement accessibles à un public non spécialiste) intitulée Histoire, forme et sens en littérature – La Belgique francophone Tome 1 L’engendrement (1815-1914)dans laquelle il se penche, avec la sagacité, l’érudition et la science qu’on lui connaît dans ces matières complexes, sur la nature profonde de la littérature – en ce compris ses formes originales – et de la langue des écrivains belges francophones.

Voici ce qu’il en dit, en guise de présentation de son ouvrage :

« La Belgique ? Une entité pas comme les autres en Europe. La révolution de 1830 accouche d’un pays moderne. Il ne correspond pas à l’équation Langue/État/Nation.

De cette particularité surgit, en un demi-siècle seulement, la première littérature francophone consciente d’elle-même et porteuse de chefs-d’œuvre dans lesquels s’inventent des formes issues de cette histoire singulière.

Cette jeune littérature, qui émerge dès les années suivant la bataille de Waterloo et le Congrès de Vienne, se révèle très vite d’une grande richesse.

Dans ce premier tome d’une série de cinq, on comprendra combien les textes littéraires belges du XIXe siècle se démarquent subtilement ou ouvertement des modèles français : transgénérique et carnavalesque chez De Coster, mais aussi première fiction coloniale chez Nirep ; hantise du pictural chez Verhaeren ; questionnement de la langue chez Maeterlinck ; persistance du mythe nordique dans le dernier Eekhoud, dix ans après l’armistice de 1918 ; recours à la science-fiction chez Rosny.

Les mythes, les hantises, les singularités de cette littérature trament une cohérence que ce livre entend restituer ; une plongée nouvelle dans l’histoire et l’historiographie littéraire, au-delà de l’approche canonique traditionnelle. »

Table des matières :

S'inscrire au cœur du légendaire

Aux confins du réel ; au bord du fantastique

Se figurer à l'heure des littératures nationales

Le XVIe siècle, un mythe fondateur

Avatars et permanence du mythe du XVIe siècle

Se vivre à travers l'Europe

Bruxelles, ville d'accueil, creuset d'une littérature

De Paris à Bruxelles. Et de Bruxelles à Paris

S'inventer entre historisation et carnavalisation

Dire et transcender une Histoire qui échappe aux normes des États-nations.

La Légende d'Ulenspiegel de Charles De Coster

Science  et Zwanze à la conquête de l'empire  colonial.

Nirep et Les Mystères du Congo

S'écrire dans une langue à soi

Théorisation  de la littérature à la fin du XIXe siècle.

Nautet, Picard, Verhaeren, Maeterlinck, Mockel, Destrée

Un premier laboratoire

Le Cahier bleu de Maurice Maeterlinck

Le pictural comme métaphore du combat pour la littérature, James Ensor d'Émile Verhaeren

Se lire au tournant du siècle

De la scène à la flore, un même fil imaginaire

L'Intelligence des fleurs de Maurice Maeterlinck

Au seuil de 1914

La Force mystérieuse de Rosny aîné

Se dire après le désastre

Un regard étranger assoit le mythe de la Belgique

Magrice en Flandre de Georges Eekhoud

L’inoubliable figure d'Émile Verhaeren.

Il y a 40 ans de Maria Van Rysselberghe

Bernard DELCORD

Histoire, forme et sens en littérature La Belgique francophone Tome 1 L’engendrement (1815-1914)par Marc Quaghebeur, Bruxelles, Éditions P.I.E. Peter Lang, collection « Documents pour l’Histoire des Francophonies/Théorie » n°40, septembre 2015, 433 pp. en noir et blanc au format 15 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 47,10 €

19 10 15

« Notre personnalité sociale est une création de la pensée des autres. » (Marcel Proust)

Chroniques par Marcel Proust.jpgIssu d'une famille aisée et cultivée – son père est professeur de médecine à Paris–, Marcel Proust (1871-1922) fut un enfant de santé fragile et toute sa vie il aura des difficultés respiratoires graves causées par l'asthme.

Très jeune, il fréquente des salons aristocratiques où il rencontre artistes et écrivains, ce qui lui vaut une réputation de dilettante mondain. Profitant de sa fortune, il n'a pas d'emploi et il entreprend en 1895 un roman qui reste à l'état de fragments (publiés en 1952, à titre posthume, sous le titre Jean Santeuil).

En 1907, il commence l'écriture de son grand œuvre, À la recherche du temps perdu, dont les sept tomes sont publiés entre 1913 (Du côté de chez Swann) et 1927, c'est-à-dire en partie après sa mort ; le deuxième volume, À l'ombre des jeunes filles en fleurs, obtient le prix Goncourt en 1919. Marcel Proust meurt épuisé, le 18 novembre 1922, d'une bronchite mal soignée. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris, accompagné par une assistance nombreuse qui salue un écrivain d'importance que les générations suivantes placeront au plus haut en faisant de lui un véritable mythe littéraire. [1]

Les Éditions Gallimard à Paris ont réédité ces jours-ci dans la collection « L’imaginaire », ses Chroniques parues pour la première fois en 1927, et donc cinq ans après son décès, à l’instigation de son frère Robert.

Voici la présentation qu’il en donna à l’époque :

« M. Gallimard et moi avons réuni dans ce volume, sous le titre de Chroniques, un ensemble d’articles de mon bien-aimé frère Marcel Proust, articles parus au cours d’une période de trente années qui va de 1892 à 1921. La plupart de ces articles ont été publiés dans Le Figaro avec la direction duquel mon frère entretint toujours les plus amicaux rapports. Dès 1900, Gaston Calmette lui avait témoigné la sympathie la plus affectueuse en lui offrant la plus large hospitalité dans son journal, ce dont Marcel lui fut toujours très reconnaissant et le remercia plus tard en lui dédiant Du côté de chez Swann, et avec Robert de Flers, Marcel noua dès le collège les liens d’une amitié profonde qui ne s’est jamais démentie.

En dehors de ces articles publiés dans Le Figaro, les autres articles que contient ce volume ont paru dans Le Banquet, dans Littérature et critique, dans La Revue Blanche, dans La Nouvelle Revue Française. C’est dans La N.R.F. dirigée alors par le cher Jacques Rivière et qui était pour Marcel comme son foyer, qu’ont été publiés en 1920 et 1921 ses derniers articles.

Pour classer ces diverses études, nous les avons groupées sous quatre rubriques : Les salons. La vie de Paris – Paysages et réflexions – Notes et souvenirs – Critique littéraire.

Nous avons pensé que les lecteurs d’À la recherche du temps perdu seraient heureux de connaître de Marcel Proust jusqu’aux plus reculées de ses œuvres de jeunesse et de pouvoir ensuite suivre pas à pas l’évolution de sa pensée. »

Robert Proust, septembre 1927.

Des choses vues, donc, et par un témoin de la trempe de Victor Hugo ! [2]

Bernard DELCORD

Chroniques par Marcel Proust, Paris, Éditions Gallimard, collection « L’imaginaire », septembre 2015, 263 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 8,50 € (prix France)


[2] Choses vues est un recueil de notes et de mémoires de Victor Hugo, publié à titre posthume sous la forme de deux séries, en 1887 et en 1900.

02 10 15

Jean-Marie Rouart : un enchantement !

rouart amis.jpgDe temps à autre, la discussion de cet ancien directeur du Figaro littéraire m'enchante sur France 24 dans « Une comédie française » de l'excellente Roselyne Febvre. Jean-Marie Rouart aime passionnément la littérature, qui l'accompagne depuis toujours et même lui aurait la vie. Il rassemble dans « Ces amis qui enchantent ma vie » 120 écrivains avec une présentation subjective et un extrait choisi de l’œuvre. C'est un régal !

Si on trouve les grands noms d'hier et d'aujourd'hui (de Rabelais à Carson McCullers), ils sont justement très connus ou parfois moins. J'adore aussi les titres donnés aux chapitres qui les rassemblent : dans « Les fracasseurs de vitres », on trouve Rousseau et Céline, dans « Les magiciens » Cocteau ou Pierre Louÿs ou dans « Les monuments qu'on visite » Balzac, Simenon ou Proust.

Dans sa préface, Jean-Marie Rouart écrit : « Je pressentais le grand mérite des histoires : en troquant sa vie avec celle des autres, on ne gagnait pas forcément au change, mais on cessait de geindre sur la sienne. » ou « Je demandais aux livres : comment fait-on pour vivre, pour aimer, pour être heureux ? ».

Mais aussi, ce merveilleux hommage aux créateurs : « Une autre séduction m'attirer dans les livres : la passion vibrante de leur auteur pour exister. »

L'auteur s'interroge évidemment sur la trace qu'on laisse, comment et pourquoi, dans quelles circonstances ? Et d'écrire : « On n'existe que par des preuves, que ce soient des pierres taillées ou alors des mots. » ou « N'existe que ce qui a été raconté. »

Voici trois parmi de si nombreux extraits que j'aurais pu faire, mais que je vous engage à retrouver dans le livre :

Une phrase de Paul-Jean Toulet (classé dans « Les Magiciens ») : « Ce que j'ai aimé le plus au monde, ne pensez-vous pas que ce soient les femmes, l'alcool et les paysages ? »

A propos de l'effacement peut-être provisoire de Henry de Montherlant (classé dans « Les Moitrimaires ») dans l'univers littéraire actuel : « Notre époque veut que les artistes apportent, par leur existence et leurs actes, un certificat d'authenticité de leurs œuvres. »

Je retiens aussi (dans « Les Polémistes à poil dur »!), André Rouveyre et son « Discours d’expulsion de M.Paul Valéry à l'Académie française : « Il n'y pas de meilleur endroit pour accorder aux courtisans âgés sans propriété indépendante, un abri et des roses. » Ce qui prouve que Jean-Marie Rouart, académicien lui-même, est intelligent et possède un solide sens de l'humour et de l'autodérision.

Si je puis faire une petite parenthèse personnelle, je trouve un parallèle intéressant avec le choix des livres aimés et proposés par l'auteur et mon propre personnage du roman « Maître Gustave », qui définissait sa vie par les citations marquées dans les livres de sa bibliothèque !

Jean-Marie Rouart nous donne ici une nouvelle forme d'autobiographie, des reflets de ses propres idées et de ses convictions intimes. Une formidable façon d'entrer dans l'univers littéraire !

 

Jacques MERCIER

 

« Ces amis qui enchantent la vie » « Passions littéraires », Jean-Marie Rouart (de l'Académie française) ; édition Robert Laffont, 2015. 905 pp. 24 euros.

22 09 15

« La musique peut rendre les hommes libres. » (Bob Marley)

60 questions étonnantes sur la musique.jpgLes Éditions Mardaga à Bruxelles ont lancé en septembre 2015 une nouvelle collection de psychologie, « In psycho veritas », dont l’un des premiers titres publiés est 60 questions étonnantes sur la musique et les réponses qu’y apporte la science, un amusant – et passionnant – petit essai paru sous la plume de Valentine Vanootighem, docteure en psychologie et chercheuse à l'Université de Liège.

Très active dans le domaine de la vulgarisation scientifique, l’auteure est aussi chroniqueuse pour Psychologies Magazine Belgique et elle collabore au projet Psychopium.com, qui diffuse la psychologie scientifique au plus grand nombre. Elle est également passionnée par la musique, qu'elle pratique depuis sa plus tendre enfance.

Dans son ouvrage, elle répond, sur une double page et dans un langage accessible, en se basant sur des recherches scientifiques récentes, à des questions comme :

Comment se débarrasser d'un air qui vous trotte en tête ? Chante-t-on faux parce que l’on entend mal ? Les bébés préfèrent-ils les chants a capella ? Est-il dangereux de chanter au volant ? À quel âge faut-il commencer la musique ? Jouer d’un instrument améliore-t-il la mémoire ? La musique du restaurant peut-elle faire grimper l’addition ? Pourquoi la musique des films d’horreur nous angoisse-t-elle ? Faut-il écouter de la musique dans un bus bondé ? La virtuosité est-elle un don du ciel ? Étudier en musique mène-t-il à la réussite ? Faut-il écouter de la musique au travail ? Les émotions musicales sont-elles universelles ? Jouer d'un instrument rend-il plus intelligent ? La musique aide-t-elle à bien dormir ? Faut-il écouter de la musique après une attaque cérébrale ? La musicothérapie est-elle utile face à l’autisme ?

Si on se le demandait… Eh bien, maintenant on le sait !

Bernard DELCORD

60 questions étonnantes sur la musique et les réponses qu’y apporte la sciencepar Valentine Vanootighem, illustrations de Philippe de Kemmeter, Bruxelles, Éditions Mardaga, collection « In psycho veritas », septembre 2015, 144 pp. en bichromie au format 13,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 14,90 €

22 09 15

Musique : rythme et émotion

 

 

 

_musique beuzen.jpgL'auteur, Jean-Noël Beuzen, est violoniste dans l'Orchestre symphonique du rail, mais est psychiatre, ancien attaché à l'hôpital Sainte-Anne ! Il nous propose un extraordinaire voyage aux confins de trois territoires : la musique, l'émotion et la folie.

 

Tout d'abord, soulignons le style direct et simple ; loin des périodes littéraires et des métaphores. L'auteur définit d'ailleurs son ouvrage comme un album de photos qui montreraient les moments de rencontre entre une folie et une musique.

 

J'aime que le livre commence par le carnaval ! En place de l'explication traditionnelle du mot (carrus navalis, ce bateau porté en procession), il nous livre : « Une autre explication, qui paraît plus crédible, lui donne pour origine la locution « carnem levare » (en italien « carne vale », « adieu la viande »!), se rapportant à la tradition médiévale de clore la période précédant le carême par des fêtes et des libations, avant de faire quarante jours de pénitence par le jeûne et les privations. »

 

Voici quelques extraits pris dans la lecture :

 

« Nous n'avons pas d'émotions « gratuites », pour notre simple plaisir, détachées d'un contexte, d'une trajectoire. Nos émotions s’inscrivent dans une longue histoire qui débute dans la nuit des temps, et la musique les accompagne depuis le début. »

 

Plus étonnant encore :

 

« Pour la musique, nos deux cerveaux sont impliqués : le cerveau gauche prend en charge le rythme, tandis que la mélodie et l'harmonie sont du ressort du cerveau droit. »

 

« Le plaisir est ainsi fait qu'il est difficile de l'en passer une fois qu'on l'a connu. »

 

La musique est-elle universelle ?

 

« Un des critères qui fait que la musique est universelle est le rythme. Le battement est universel. Tout bat et tout est rythmé dans l'univers. »

 

Et de nuancer :

 

« Si la musique occidentale véhicule des émotions, la musique, dans d'autres cultures, possède des fonctions différentes : elle accompagne les rituels ou rythme le travail. »

 

A propos de la sonate de Vinteuil, que Marcel Proust écoutait durant son enfance :

 

« Pour Proust, le compositeur exprime dans chaque phrase, dans chaque thème, une véritable idée qui permet l'accès à un univers à la fois éternel et personnel, profond, enfoui, inaccessible à l'intelligence mais bien réel, celui de l'art qui dure, contrairement à l'amour. »

 

Une des plus belles définitions de l'audition de la musique :

 

« Écouter de la musique, c'est comme marcher dans un paysage familier, dans lequel pourtant tout peut changer en permanence sans que, pour autant, le paysage devienne étranger. »

 

« La musique est un pont entre les hommes, elle est aussi un pont entre soi et ses mondes, l'actuel et les imaginaires, en nous mettant en résonance avec eux. »

 

On trouve aussi dans le livre des analyses de morceaux célèbres, évidemment des avis sur le jazz et d'autres réflexions fort pertinentes sur l'influence de la musique sur nos comportements. Ainsi une analyse des ventes dans les grandes surfaces selon le genre de musique et le rythme...

 

Pour conclure, une citation de Shakespeare dans «  Le marchand de Venise » : « L'homme qui n'a pas de musique en lui et qui n'est pas ému par le concert des sons harmonieux est propre aux trahisons, aux stratagèmes et aux rapines. »

 

Jacques MERCIER

 

« La musique, entre génie créateur et vertu thérapeutique », Essai, Jean-Noël Beuzen, Odile Jacob, 2015, 284 pp. 24 euros.