01 07 15

Une mystique sans Dieu ?

_bologne.jpgCet essai de Jean-Claude Bologne, membre récent de notre Académie royale de langue et de littérature françaises en Belgique, journaliste, écrivain, critique, « Une mystique sans Dieu » est magistral. Non seulement parce qu'il est truffé de références et de citations, mais parce qu'il nous remet en question avec talent. C'est toujours le but d'un bon livre !

 

Pour résumer brutalement le propos, l'auteur rappelle que « Vide l'anagramme de Dieu » ! Jean-Claude Bologne part d'une « illumination » qui ne devrait pas nécessairement être associée à la religion.

 

Depuis une quarantaine d'années, l'auteur explore l'histoire et la littérature pour retrouver les signes de l'expérience qu'il a lui-même vécue. On retrouve les illuminations religieuses, mais aussi d'autres, qu'il assimile à un « mysticisme athée ». Il examine les pistes, les possibilités. Et c'est un travail qui nous transporte.

 

Par exemple, à propos de l'ascèse et de l'écriture qui mènent à cet éblouissement : « Une écriture est un « donné », sans complément d'agent, car je ne puis croire à une force transcendante qui me dicte mes propres mots, qu'il s'agisse de Dieu, d'une muse ou de la Nature. Non pas un « donné par », mais un « donné », tout simplement, que je n'ai pas à « prendre », qui s'impose comme une évidence. Il peut s'agir de la première phrase, de ce tremplin sans lequel le livre ne pourrait pas prendre son élan. Souvent, elle m'est révélée par la marche, et épouse son rythme. C'est ma façon d'échapper au mythe de l'inspiration extérieure. »

 

Il cite Marcel Moreau : « A travers sa déraison, le possédé de verbe rend superflue toute démarche qui consisterait à confier à l'ordre idéologique ou religieux, matériel ou immatériel, son besoin d'être « sauvé ». »

 

Parmi les noms les plus souvent cités, on trouve sans surprise : Maître Eckhart : « Les hommes qui demeurent dans leur essence attachés aux choses créées resteront pour l'éternité dans cette essence, qu'on appelle l'enfer. De même, ceux qui ne laissent demeurer en eux que Dieu seul resteront dans leur essence : Dieu deviendra leur essence et le restera pour l'éternité. »

 

J'aime énormément ce paragraphe qui fait un constat de la réduction des expériences à leurs effets physiques et qui n'apporte que désenchantement...

« L'art est devenu décoratif, et la musique une manière polie d'attendre un correspondant au téléphone, ou de meubler les insupportables minutes de silence dans un ascenseur, sinon dans les toilettes d'un aéroport.

La Nature bien peignée dans les jardins publics fait ressembler les parterres à des tombes attendant la Toussaint.

L'amour a été un des tabous de la fin du Xxe siècle, cantonné aux mièvreries de la collection « Harlequin ».

L'extase religieuse elle-même se réduit à une collection d'angelots de plâtre, petits putti joufflus et fessus. Comment y ancrer encore notre espoir d'absolu ? Ce serait folie ! »

 

Jacques MERCIER

 

« Une mystique sans Dieu », Essai, Jean-Claude Bologne, Albin Michel, 328 pp. 20,90 euros.

 

 

 

11 06 15

Un sixième sens !

_6e sens.jpgL'auteur est professeur à l'université de Lyon. André Holley a déjà publié « Eloge de l'odorat » et « Le cerveau gourmand ». Ici, il nous propose avec « Le sixième sens », une enquête neurophysiologique sur un sixième sens, un sens intérieur par rapport aux cinq autres qui sont extérieurs.

Cela ajoute une palette nouvelle à notre sensibilité. Nos émotions sont-elles aussi influencées par les informations silencieuses de notre organisme ? C'est une question passionnante et dont cette étude apporte une ouverture incroyable à nos propres expériences.

« C'est une évidence », écrit l'auteur « Le cerveau est organisé pour recueillir et exploiter des signaux qui décrivent l'état du corps et les confronte aux signaux du monde du dehors pour les interpréter ».

On apprend plein de choses ! Comme ceci, que le cerveau ne consomme qu'1 petit % d'énergie pour répondre aux stimuli extérieurs comme une image, une mélodie, une senteur, une saveur.

Le livre est illustré par des croquis, des plans, des coupes. Il est enrichi de références.

La conclusion est que le cerveau montre clairement qu'il traite comme un sens à part entière une vaste catégorie de messages qui lui parviennent de l'intérieur de l'organisme.

L'ultime chapitre s'intitule « Le dernier mystère qui reste » !

 

Jacques MERCIER

 

« Le sixième sens », une enquête neurophysiologique, André Holley, Essai, Collection sciences, Edition Odile Jacob, 218 pp. 22,90 euros.

07 05 15

Un très grand livre ! Cosmos...

 

_cosmos.jpgVoici un très grand livre ! Un de ceux qui peuvent bouleverser notre façon de penser, changer notre existence. A nouveau, je ne veux pas trop vous en dire, sinon qu'on peut comprendre à la fois que Michel Onfray est le philosophe, penseur, français le plus lu et aussi celui qui est le plus mal accueilli par les « pouvoirs » en place, dans tous les domaines...

J'espère que ces quelques mots appelleront votre curiosité...

Voici quelques phrases, choisies parmi les pages de notes que j'ai écrites en parcourant « Cosmos ».

 

« Nous nous détachons de plus en plus du réel pour nous contenter de jouir des images que nous nous faisons de lui. »

 

 

« Un rapport sain, apaisé, joyeux, courtois avec soi, les autres et le monde. Voilà vers quoi devrait tendre toute culture. »

 

Proverbe manouche : « Tout ce qui n'est pas donné est perdu. »

 

« Lentes, les émissions de télévision en direct étaient majoritaires au début de ce média ; trépidantes, elles sont devenues minoritaires, voire inexistantes. »

 

« La raison permettait la réflexion et s'adressait à l'intelligence de l'auditeur ou du spectateur ; la passion n'autorise que l'affect binaire, aimer ou détester, adorer ou haïr, kiffer ou niquer en vocabulaire postmoderne – le tout dans un faux temps, virtuel, devenu vrai, réel. »

 

« La confusion des temps empêche de partir à la recherche du temps perdu et de jouir du temps retrouvé, elle interdit qu'on connaisse la douceur de la nostalgie et la violence du désir des choses à venir. »

 

Spinoza : « Les hommes se croient libres parce qu'ils ignorent les causes qui les déterminent. »

 

« Le sexe, le sang, la mort : aucun animal n'y échappe ; les humains non plus, bien évidemment, eux encore moins que d'autres, même si certains d'entre eux montrent qu'ils le peuvent en indexant plus leur vie sur Eros que sur Thanatos – la tâche de toute philosophie digne de ce nom. »

 

« Les religions du Livre n'aiment et ne célèbrent que ce qui n'aime pas la vie.

 

Pour Celse : les animaux manifestent de l'intelligence ; ils construisent et bâtissent des cités comme les hommes ; ils témoignent de compassion envers leurs semblables ; ils s'avèrent prévoyants et sont donc capables de se projeter dans le futur ; ils enterrent leurs morts ; ils communiquent et disposent d'un langage qui leur permet d'échanger des informations sans se tromper ; ils disposent d'un savoir médicinal assimilable à de la magie ; ils prévoient l'avenir ; ils passent des contrats et honorent leurs serments ; ils se montrent doués de pitié filiale.

 

Le païen Celse n'avait pas mis de livres entre le monde et lui, il le voyait tel qu'en lui-même l'éternité ne l'a pas changé.

 

 

« Le nez dans les livres, les hommes ont cessé de le lever vers les étoiles. L'invention du livre éloigne le monde. La bibliothèque détourne du cosmos. »

 

« On découvrira que les intuitions atomistes d'il y a 25 siècles se trouvent globalement corroborées par les récentes découvertes scientifiques en la matière – alors que, depuis 2000 ans, la science n'a jamais confirmé une seule hypothèse chrétienne et les a même toutes invalidées – la géologie déclasse la thèse chrétienne de l'âge du monde, l'astronomie celle du géocentrisme, la psychologie celle du libre arbitre, le naturalisme darwinien celle de l'origine divine de l'hommes, l'astrophysique celle de l'origine créationniste du monde, etc. »

 

 

« Jésus, n'ayant jamais existé historiquement mais ayant été fabriqué par des juifs qui pensaient que le Messie annoncé était venu et qu'il était tellement vrai que ce qui fut prédit dans les textes s'est réalisé dans l'histoire, a généré une façon d'être, de penser, de peindre, de sculpter.

 

Le corps chrétien s'est construit sur cette fiction devenue réalité par la volonté des constructeurs de la mythologie chrétienne. »

 

« Constantin convertit l'Empire à la secte chrétienne en fabriquant du même coup la civilisation européenne. Les artistes furent les acteurs majeurs de cette scène historique, spirituelle, religieuse, idéologique.

 

Arcimboldo paraît être le premier à échapper à l'art chrétien. On ne trouve rien, dans sa trentaine de toiles connues, qui rappelle de près ou de loin le christianisme. »

 

« Le sublime surgit dans la résolution d'une tension entre l'individu et le cosmos. »

 

Michel Onfray dit qu'il s'agit ici de son « premier livre » (après 80 autres), je dirais qu'il est le plus important. Il s'agit d'une philosophie personnelle de la nature. Une sagesse humaine en harmonie avec le monde, tel est le propos.

 

Jacques MERCIER

 

« Cosmos », « Une ontologie matérialiste », Michel Onfray, Ed Flammarion 2015, 568 pp. 22,90 euros.

 

11 04 15

Mon père, cet anti-héros

MARC LAVOINE NICKY.jpg

Le père de Marc Lavoine a été ce qu'on aime appeler un vrai héros de roman.

C'est aujourd'hui chose faite. Quand Marc Lavoine raconte son père, le lecteur a vraiment l'impression de se trouver en pleine fiction, face à l'imagination débordante d'un écrivain.

Ecrivain, Marc Lavoine, l'est, à n'en pas douter. Un vrai conteur maniant très bien la langue écrite et sachant planter le décor des années 60, 70 et 80.

L'homme qui ment est une parfaite réussite qui en appelle d'autres.

Ecoutez notre entretien qui a été diffusé en février dans Café de Flore dernier sur Radio Judaïca ;


podcast

podcast

 

L'homme qui ment, Marc Lavoine, Fayard, janvier 2015, 198 pages, 17€00

LAVOINE_LIVRE.jpg

11 04 15

PMA, GPA, adoption, infertilté & cie

C1_LGCI.jpg

Près d'un couple sur cinq consulte pour infertilité dans nos pays. Entre l'annonce, qui tombe comme un couperet, et la découverte d'un monde hyper médicalisé où l'humain peine parfois à trouver sa place, la procréation médicalement assistée (PMA) apparaît souvent comme une jungle inhospitalière.

C'est afin de défricher avec humour et légèreté, mais également une certaine rigueur scientifique, les méandres de la PMA qu'Audrey Leblanc et Audrey Malfione ont écrit LE Guide des couples infertiles, qui vient de paraître aux éditions Ker.

Interview réalisée par Nicky et diffusée sur Radio Judaïca dans l'émission Café de Flore le jeudi 26 mars :

 
podcast


podcast

Guide de survie à l'usage des couples infertiles, Audrey Leblanc et Audrey Malfione, Ker éditions, 2015.

22 02 15

"Il faudra leur dire..."

9782221095928.jpgLa nuit du 30 janvier 1944, Ida, âgée de 14 ans est emmenée par trois soldats français. Née en France de parents juifs polonais, elle sera conduite seule vers l'enfer. Drancy, Birkenau, Auschwitz en février 1944, elle affrontera la proximité, la puanteur, la violence des camps. Elle luttera pour ne pas tomber malade du typhus. Elle y restera 17 mois dont deux hivers. Un simple numéro, une seule gamelle, mise au travail, Ida tentera de survivre à l'horreur.Elle échappera à la mort dès son arrivée au camp, tout simplement grâce à une coiffure qui lui donne l'allure d'une adolescente plus âgée. Elle s'en servira par la suite, ce qui la sauvera à plusieurs reprises. 

 

Au fil de ce livre intitulé "J'ai pas pleuré", Ida raconte ses conditions de vie, ses rencontres... Elle évoque régulièrement la chance dont elle a bénéficié. Affectée au commando de pierres, elle finira par travailler dans une usine d'armement. Les conditions de vie sont inhumaines, chaque jour, elle voit des compagnons d'infortune mourir de froid, de fatigue, de douleur... Les moindres détails de la vie au camp sont décrits. En janvier 1945, les Allemands évacuent Auschwitz. S'ensuit la marche de la mort pour Ida. Des kilomètres à marcher, en soutenant les autres qui n'avancent plus et finissent par périr sur le bord du chemin. Mais la maladie la rattrape. Emmenée dans une annexe du camp, elle sera soignée par Wanda, une infirmière déportée pour résistance. Elle cherchera à la revoir après sa libération, mais en vain. Ce n'est qu'en mai 1945, qu'Ida sera véritablement libre par des soldats soviétiques. Rapatriée en France, elle apprendra que son père ne reviendra pas.Haut et fort, elle clamera que si elle a craqué: "j'ai pas pleuré". 

 

Ce livre est né d'une rencontre particulière en 1988. C'était la première fois qu'Ida retournait à Auschwitz, elle a accepté d'accompagner un groupe de lycéens. Elle y rencontre Bertrand Poirot-Delpech. Ce dernier propose d'être son scribe. Ensemble, ils livrent aux lecteurs plus qu'un témoignage mais bien un espace de réflexion sur ce que des humains ont été capables de faire à d'autres humains.Mais il y a aussi tout "l'après". Comment tenter de revivre après tout cela?

L'auteur explique être investie de la mission de transmettre l'histoire. "L'oubli serait aussi intolérable que les faits eux-mêmes. (...) Je n'oublie pas que j'ai reçu une mission sacrée. Je revois les femmes qui me l'ont confiée, en partant pou Revier, l'antichambre de la mort:"Si vous rentrez, il faudra leur dire. Ils ne vous croiront pas, mais il faudra leur dire"."

"J'ai pas pleuré", est un livre poignant ouvrant sur d'autres perspectives de cette page noire de notre histoire. 

 

J'ai pas pleuré, Ida Grinspan et Bertrand Poirot-Delpech, éd. Robert Laffont, 252 pages, Paris, 2002

 

24 01 15

Une bibliothèque de rêve…

L'Internationale des francs-tireurs.jpgBruno de Cessole a été notamment journaliste au Figaro, à L'Express et au Point, et critique littéraire des Lettres françaises et des Nouvelles Littéraires. Il a dirigé La Revue des Deux Mondes et est actuellement rédacteur en chef du service culture de Valeurs actuelles. Il collabore également au journal Service littéraire.

Après son Défilé des réfractaires [1] en 2011, dans lequel il passait en revue les écrivains français véritablement anticonformistes et libres, la maison parisienne L’Éditeur a publié en 2014 son Internationale des francs-tireurs [2] qui le complète, puisqu’il y « convoque le panthéon mondial des écrivains libertaires ou contestataires », pour « acquitter une dette, celle contractée envers les auteurs qui l'ont nourri, éclairé ou encouragé ».

De Jane Austen à Stefan Zweig en passant par Karen Blixen, Giacomo Casanova, Franz Kafka, Anaïs Nin, Ezra Pound ou Virginia Woolf, l’auteur brosse 46 portraits d’écrivains connus ou méconnus du XVIIIe siècle à nos jours [3] dans un bel exercice d'invitation à la découverte ou à la relecture.

Car c’est un indéniable vent d’indépendance qui souffle dans les pages et les esprits de ces femmes et de ces hommes pour qui la plume crée le monde et le transforme, en dépit des pesanteurs contemporaines, du jugement de la société ou des bien-pensances de toutes obédiences.

Et pour être de bonne mesure, suggérons à Bruno de Cessole d’ajouter à sa liste déjà longue et fort pertinente les noms d’Hugo Claus, de John Flanders, d’Aldous Huxley, de Níkos Kazantzákis, de David Herbert Lawrence, de Boris Pasternak, de Chuck Palahniuk ou d’Alexandre Soljenitsyne pour garnir encore davantage les rayons de sa passionnante bibliothèque d’honnête homme vraiment libre…

Bernard DELCORD

L'Internationale des francs-tireurspar Bruno de Cessole, Paris, L’Éditeur, octobre 2014, 607 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 22 € (prix France)


[1] « D’Aymé à Houellebecq, de Berl à Camus, de Colette à Kundera, de Suarès à Modiano, de Queneau à Muray, une cinquantaine de portraits d’écrivains français du XIXe siècle à nos jours figurent dans cette anthologie subjective, partiale, voire de mauvaise foi, et dessinent une certaine idée de la littérature, que l’auteur a défendue et défend toujours dans la presse. » (Babelio)

[2] « Franc-tireur : soldat qui ne fait pas partie de l'armée régulière. »

[3] Jane AUSTEN, Thomas BERNHARD, Karen BLIXEN, Jorge Luis BORGES, Anthony BURGESS, Lewis CARROLL, Giacomo CASANOVA, Cyril CONNOLLY, Joseph CONRAD, Gabriele D’ANNUNZIO, Lawrence DURRELL, Nicolás Gómez DÁVILA, Knut HAMSUN, Jim HARRISON, Ernest HEMINGWAY, Samuel JOHNSON, Ernst JÜNGER, Ismail KADARÉ, Franz KAFKA, Rudyard KIPLING, Giuseppe Tomasi di LAMPEDUSA,, Giacomo LEOPARDI, Jack LONDON, Malcolm LOWRY, Norman MAILER, Henry MILLER, Yukio MISHIMA, Vladimir NABOKOV, Vidiadhar Surajprasad NAIPAUL, Friedrich NIETZSCHE, Anaïs NIN, Paul NIZON, George ORWELL, Fernando PESSOA, Ezra POUND, Gregor VON REZZORI, Ernst VON SALOMON, James SALTER, Arthur SCHOPENHAUER, Italo SVEVO, Henry David THOREAU, Robert WALSER, Oscar WILDE, Virginia WOOLF, Alexandre ZINOVIEV et Stefan ZWEIG.

23 01 15

Entrées en matière

" Stendhal se dévoile autant par ses goûts que ses dégoûts"

C'est sous le couvert de la table, de ses voyages et d'une vie dont Henri Beyle - as Stendhal - voulait croquer la beauté que Gonzague Saint Bris nous dresse le portrait alerte, vivant, hautement savoureux du célèbre auteur du Rouge et du Noir (1830), de La Chartreuse de Parme (1839) et de l'inachevé Lucien Leeuwen. 

Il s'est adjoint, en cette allègre entreprise, la complicité de Jean-Claude Ribaut, critique gastronomique et de Guy Savoy, le célèbre chef, issu du terroir natal de Stendhal, le Dauphiné. 

" Quel volupté gourmande d'être là quand il a interprété, restitué, réinventé et réenchanté les recettes de Stendhal , (...)"

Né à Grenoble, le 23 janvier 1783 - il aurait aujourd'hui, tout juste 232 ans - Henri Beyle perd tôt une Maman passionnément aimée. Il en recherchera la  trace parmi ses multiples conquêtes.  Des conquêtes militaires également que le jeune officier entreprend dans l'armée napoléonienne et qui le mènent à Berlin, Brunswick, en Russie....  et lui permettent d'incarner une bravoure exemplaire.

Féru de musique et d'Italie - les concepts sont liés - l'écrivain ne signera son premier roman, Armance, qu'à 44 ans.

Plus épris de la sociabilité qu'offre la table que du contenu de l'assiette , Stendhal semble vouer une prédilection aux épinards ... et auxpommes de terre frites qu'il découvre à Brunswick.

Distribuant quarante recettes inédites en "Entrées en matière", "Avant goûts", "Au coeur de l'action" et "Epilogues savoureux." , Guy Savoy décline un art multi-étoilé au firmament de la Littérature.

Apolline Elter

Le goût de Stendhal, Gonzague Saint-Bris et Guy Savoy, beau livre, éd. Télémaque, nov. 2014, 178 pp

07 01 15

Légendes... vivantes !

_brice legendes.jpg"La vie de chacun de nous est un roman", lit-on sur la couverture de "Légendes" de Brice Depasse... Soit ! Encore faut-il la raconter avec talent et la transmettre. Brice s'y entend comme personne pour nous faire vivre et revivre des "légendes" comme il le fait depuis des années sur Nostalgie !

L'intérêt est multiple : il y mêle avec émotion sa propre vie, et cela permet d'entrer dans le récit comme dans un roman autobiograhique; il y mêle des notes biographiques, des interviews, des photos. Bref, comment ne pas se plonger avec délice dans ce courant de notre propre existence. Car la chanson, la musique sont les bandes sonores de nos existences. Et leur souvenir c'est notre mémoire.

La chronologie nous permet de se resituer, de 1962 à aujourd'hui ! Avec les Stones, les Beatles, mais aussi le Grand Jojo, Jean-Luc Fonck. Avec deux jolis textes en préface et en postface de Joël Habay et de Marc Vossem, de sa radio préfére ! La caricature de la couverture est due à Frédéric Jannin ! Que des amis et des gens de qualité !

C'est un petit chocolat à déguster ! Brice est un maître-chocolatier !

Jacques Mercier

"Légendes" Brice De passe, essai, Edition Eric Lamiroy, 180 pages, 20 euros. www.lamiroy.be

07 01 15

Les âmes blessées

 

 

_cyrulnik ames blessees.jpgBoris Cyrulnik, en gros traits, est un psychiatre et un psychanalyste. Il a vulgarisé le concept de « résilience » ; il s'occupe de la protection de la nature et des animaux, du droit de mourir dans la dignité, etc.

Il détaille son parcours dans ses mémoires, dont le 2° tome « Les âmes blessées » vient de paraître.

On a déjà parlé de « Sauve-toi, la vie t'appelle », tome Un, où il raconte son placement d'enfant juif (père russo-ukrainien et mère polonaise). Son nom signifie « barbier-chirurgien ». Il est placé en pension, puis recueilli à Bordeaux. Il échappe à une rafle et vit dans une ferme jusqu'à la Libération...

Parmi les phrases retenues : « Voilà ce qui se passe quand on pense au passé. Le sel de nos larmes nous transforme en statue et la vie s'arrête »

« Aucune histoire n'est innocente. Raconter, c'est se mettre en danger. Se taire, c'est s'isoler. »

« Une vraie rencontre provoque une influence réciproque. Deux mondes intimes interagissent et chacun modifie l'autre »

Il raconte ici des décennies de psychiatrie, l'éthologie, la folie, la psychothérapie. Un parcours professionnel passionnant et traversé par des personnalités comme Jacques Lacan, Henri Ey et Jean Delay. (Je renvoie au livre) Je veux seulement donner envie de le lire et je picore.

Dans le prologue, Boris Cyrulnik écrit : «Je me suis fait psychiatre pour expliquer le nazisme. »

Quelques extraits de chaque chapitre :

Chapitre 1 : Psychothérapie du diable.

« Un savoir fragmenté aide à faire une carrière, en fabriquant des hyperspécialistes, mais un praticien, lui, doit intégrer les données et non pas les morceler. »

« Les idées qui triomphent dans une culture ne sont pas forcément les meilleures, ce sont celles qui ont été les mieux défendues par un appareil didactique. »

« Tout innovateur est un transgresseur puisqu'il met dans la culture une pensée qui n'y était pas avant lui. Il sera donc admiré par ceux qui aiment les idées nouvelles et détesté par ceux qui se plaisent à réciter les idées admises. »

« Dans notre contexte scientifique du XXIe siècle, la notion d'instinct est devenue un non-sens, au même titre que l'opposition entre inné et acquis. Et même la notion de pulsion freudienne finit par ne pas dire grand-chose, tant elle est floue. »

Chapitre 2 : Folie, terre d'asile.

« Parmi les publications de cette époque, deux idées ont marqué ma manière de découvrir la psychiatrie : le cerveau connaît la grammaire et un cerveau lésé n'est pas foutu. »

« C'est par fidélité à soi-même qu'il convient de s'opposer à la théorie qu'on défendait hier. »

« Quand une théorie évolue vers la dictature alors qu'elle parlait de liberté, ceux qui continuent à la suivre révèlent leur soumission et leur perte de jugement. »

« Les guerres sont des révolutions culturelles, puisque, après chaque destruction, il faut reconstruire et penser une autre manière de vivre ensemble. »

 « La psychiatrie n'est jamais loin de la poésie. »

« La pensée paresseuse aime les étiquettes. »

Chapitre 3 : Une histoire n'est pas un destin.

« La pensée fixiste est avantageuse parce qu'elle donne des certitudes et des clartés aveuglantes. C'est confortable de voir un monde immobile, mais c'est tellement abusif ! »

« Un clinicien est contraint à la pluridisciplinarité. Un malade s'assoit près de lui, avec son cerveau, son psychisme, son histoire, sa famille, sa religion et sa culture. »

Épilogue

« Je ne suis qu'un témoin qui, croyant raconter le réel, n'a fait que peindre les objets auxquels il a été sensible. »

« Tout récit, qu'il soit scientifique ou littéraire, est une falsification du réel. »

« J'ai toujours été réticent aux théories qui mènent au pouvoir. »

« Une partie importante de mon monde intime s'est construit autour de la représentation des camps d’extermination. »

« A cause de la guerre, j'ai été atteint très jeune par la rage de comprendre. »

J'ajouterai ceci, qui colle bien au sentiment que j'ai après la lecture du livre : Certains livres sont de vraies rencontres.

« Quand on sort d'un livre en éprouvant le sentiment d'avoir vécu un événement, c'est que nous l'attendions, ce livre, nous espérions le rencontrer. (C'est arrivé à Boris Cyrulnik avec « J'ai mal à ma mère » de Michel Lemay - 1979) »

 

Jacques Mercier

 

« Les âmes blessées », essai, Boris Cyrulnik. Edition Odile Jacob, 2014. 232 pages. 22,90 euros.