16 05 12

Le vade-mecum des sorties à Bruxelles

Guide Delta Bruxelles 2012.jpgAinsi qu'il en est coutumier, le Guide Delta des hôtels et des restaurants de Bruxelles, dont vient de paraître la 35édition (celle de 2012-2013), recense par ordre alphabétique et pour un prix inchangé les 1300 restaurants, hôtels et salles de séminaire de la capitale de l’Europe et de ses environs proches (ceux de la zone téléphonique 02, avec 28 nouvelles entrées et 80 sorties – des établissements fermés ou ne répondant plus aux critères de sélection du Guide Delta) tout en permettant, par un système ingénieux de huit index placés en fin d’ouvrage, de sélectionner aussi les restaurants par commune d’implantation, par types de cuisine (allemande, argentine, autrichienne, belge, brésilienne, caribéenne, chinoise, congolaise, croate, espagnole, française, grecque, indienne, iranienne, italienne, japonaise, latino-américaine, marocaine, mexicaine, pakistanaise, portugaise, russe, scandinave, serbe, suisse, thaïe, tunisienne, vietnamienne… mais aussi à la bière, de bistrot, bio, bourgeoise, bruxelloise, familiale, de fusion, de terroir, végétarienne…), par catégories de prix, en fonction de leur ouverture (non-stop, tard le soir ou le dimanche), disposant de salons particuliers VIP, proposant un service banquets, des tables en plein air ou des animations.

Pour chaque établissement, l’ouvrage fournit une quantité considérable d’informations objectives (coordonnées diverses, nom du propriétaire, date de fondation, type de cuisine, gamme de prix, exemples de propositions à la carte, origine des vins, nombre de couverts, types de cartes de crédit acceptées, facilités pour les personnes handicapées, jeux pour les enfants à l'intérieur ou à l'extérieur de l'établissement, présence d'un bar, d’un fumoir, d’une terrasse, d'une piscine en plein air ou couverte, d'un garage, d’un parking ou d’un service voiturier…) complétées, quand l’entreprise les mérite, d’appréciations sous forme de logos (nombre de toques, beau cadre, belle cave, bon rapport qualité-prix, coup de cœur Delta…) et de commentaires rédigés par les chroniqueurs de la maison– qui ont opéré en toute indépendance, nous pouvons l’attester !

Comme le veut la tradition, le guide mentionne les lauréats annuels de la profession [1], mais il met aussi l'accent sur le travail de chefs prometteurs à suivre tout particulièrement durant les douze prochains mois [2].

Enfin, et l’initiative doit être vivement soulignée, ce guide renferme un « Passeport Delta » permettant à son utilisateur de bénéficier (sans qu’il doive l’annoncer au moment de réserver…) d’une remise de 30% (hors boissons et pour un montant maximum de 50 euros de réduction) dans 65 restaurants de qualité, ce qui représente pour lui une économie potentielle de… 3 250 euros !

Une seule utilisation de ce Passeport rembourse donc le prix d’achat du Guide !

Formidable, non ?

Bernard DELCORD

Guide Delta des hôtels et des restaurants de Bruxelles 2012, Bruxelles, Les Guides Delta, mai 2012, 404 pp. en quadrichromie au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 22,75 €



[1] Delta d’Or : Inada à Saint-Gilles ; Delta d’Argent : Va doux vent à Uccle ; Delta de Bronze : Leonor à Saint-Gilles. Lauréats par type de cuisine : Le Chapeau Blanc à Anderlecht (cuisine de brasserie) ; Maza'j à Auderghem (cuisine libanaise) ; Griekske Pirateke à Zaventem (cuisine grecque) ; Cravo & Canela à Saint-Gilles (cuisine brésilienne) ; Malambo à Etterbeek (cuisine argentine) et Capraia à Uccle (cuisine italienne).

À ces noms, il convient d'adjoindre les lauréats au titre du Guide Delta 2012 des hôtels et des restaurants de Belgique et du Grand-duché de Luxembourg, à savoir : Deltas d’Or : L'Éveil des Sens à Montigny-le-Tilleul et Bartholomeus à Knokke-Heist ; Deltas d’Argent : Duo à Eupen et Aneth à Bruges ; Deltas de Bronze : Hostellerie Dispa à Walcourt et Arenberg à Heverlee.

[2] Benjamin Laborie du Bowery à Schaerbeek et Vincent Vervisch de l'ER.PU.RE à Ixelles.

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 04 12

Patrimoine national...

Bières belges 2012-2013.gifLe passionnant petit ouvrage intitulé Bières belges 2012-2013, rédigé sous la direction de Louis Sparmont et publié à Bruxelles aux Éditions Néocity dans la fameuse collection des guides du « Petit Futé », constitue une mine de renseignements indispensables à tout amateur de « mousses » digne de ce nom : des anecdotes petites et grandes histoires sur les brasseries, des commentaires de dégustation, de « bonnes adresses » de bistrots, restaurants, caves à bières en France et en Belgique, l'histoire de la bière, sa fabrication, la manière de la déguster ainsi que des recettes culinaires.

Si vous aimez – avec modération, comme il se doit – les bières d'abbaye (d'Affligem, de Ciney, de Floreffe, de Forest, de Grimbergen, de Leffe, de Maredsous, de Saint-Feuillien, de Saint-Martin, des Rocs...), les trappistes (d'Achel, de Chimay, d'Orval, de Rochefort, de Westmalle, de Westvleteren...), les costaudes (Barbar, Bush, Bière des Ours, Duvel, Taras Boulba, Nostradamus...), les blanches (Bellevaux, des Honnelles, Mystic, Hoegaarden, Newton, Wittekerke...), les ambrées (Botteresse, Gauloise, Gruut...) les ales (Bolleke, Martin's, Palm...), les stouts (Hercule, Stouterik...), les spéciales (Triple d'Anvers, Betchard, Pannepot 2010, Gouden Carolus, Kwak...), celles qui ont du caractère (Corne du Bois des Pendus, Jazz Beer Bass, Fantôme, Jambe de Bois, Delirium Nocturnum, Cuvée des Trolls...), les gueuzes (Belle-Vue, Mort Subite, des Jacobins, Cantillon, Boon, Chapeau...) ou tout simplement les Pils (Bavik, Jupiler, Stella Artois, Bel, Cristal, Manneken Pils...), ce livre est fait pour vous !

Bernard DELCORD

Bières belges 2012-2013, ouvrage collectif sous la direction de Jean-Louis Sparmont, Bruxelles, Éditions Néocity, collection « Les guides du Petit Futé », janvier 2012, 212 pp. en quadrichromie au format 12 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,95 €

Nous avons recopié dans ce guide aux arômes de houblon les quelques lignes suivantes :

Le rêve américain

Le rêve américain des bières belges a commencé à se réaliser dans les premières années du 21e siècle, lorsque les exportations de "Belgian ales" outre-atlantique ont décollé de 62 000 hectolitres en 2000 à ... un million en 2010. Le phénomène n'a pas manqué d'étonner, de la part d'un pays connu essentiellement par ses Bud et autres Miller.

Mais voilà, la gamme extraordinaire des productions belges a trouvé ses amateurs aux États-Unis, même s'il ne s'agit pas (encore) du grand public. Le succès n'a pas tardé à y susciter des vocations et l'on y voit aujourd'hui fleurir des imitations, parfois fort réussies, de nos bières.

Paradoxalement, le goût prononcé de ce nouveau public américain pour des bières amères a traversé l'Atlantique dans l'autre sens, commençant à contester la tendance belge et européenne vers des bières douces. Un effet dont profitent pleinement certains de nos brasseurs, à commencer par les producteurs de gueuzes qui, s'ils rétablissent peu à peu leur notoriété en Belgique, jouissent depuis un certains temps déjà d'une assise confortable en Amérique.

De leurs côtés, certains « petits » brasseurs américains, assoiffés de renouveau, se lancent dans des produits extrêmes, des stouts très noirs, des liquides très maltés, ou houblonnés à outrance ou encore agrémentés d'épices particulièrement inattendues. On trouve ainsi des cartes de bières interminables, préparées avec du chocolat, de la vanille, du thé vert, des piments, du poivre... Ces boissons parfois extravagantes sont produites en quantités modestes et écoulées auprès d'un nombre restreint d'amateurs.

Certains se réjouiront de la panoplie de goûts ainsi proposée qui fait la part belle à l'amertume, mais l'on peut se poser des questions sur la portée réelle de ces numéros d'équilibriste, au moment où la culture populaire de la bière est menacée au sein même de ses sanctuaires comme la Belgique, l'Allemagne ou la République tchèque. En attendant, quelques brasseurs du Plat Pays se sont déjà mis à cette mode...

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 04 12

Tourisme de plein air...

La Belgique des motards.jpgL'aficionado de belles machines André Paquay, dans La Belgique des motards qu'il a fait paraître à Waterloo aux Éditions de la Renaissance du Livre, emmène sur un ton familier et convivial ses lecteurs à la découverte motorisée de Bruxelles et des dix provinces de notre plat pays.

À chaque province correspond un itinéraire accompagné d'une fiche technique proposant diverses visites culturelles ainsi que quelques établissements où refaire le plein d'énergie.

Pour suivre les itinéraires proposés, plusieurs solutions s'offrent à l'utilisateur : télécharger gratuitement les road books sur le site Internet de Tripy ou de De Rouck Geocart, utiliser les road books papier fournis avec le livre, se baser sur les cartes qui accompagnent les fiches techniques ou suivre tout simplement la liste des communes traversées.

En selle !

Bernard DELCORD

La Belgique des motards par André Paquay, Waterloo, Éditions de la Renaissance du Livre, janvier 2012, 109 pp. en quadrichromie (+ 14 roadbooks en noir et blanc) au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et jaquette plastifiée, 14,99 €

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 03 12

Au pays de Sœur Sourire

Guide des lieux dominicains.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de mars 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Présentant 474 abbayes, monastères, couvents, églises et autres vicariats de France, de Belgique méridionale et de Suisse romande ouvrant au public le patrimoine peu connu de leur grand ordre religieux, le Guide des lieux dominicains de Barbara Beaumont et Guy Bedouelle, paru aux Éditions Horay à Paris en 1994 et toujours disponible en librairie, complète habilement le Guide des monastères de Maurice Colinon – publié par le même éditeur – dont nous avons écrit récemment ici tout le bien que nous en pensons.

Mais qui était donc « Dominique-nique-nique » que chanta Jeanine Deckers alias Sœur Sourire – dont il n'est pas dit un mot dans la présentation de l'abbaye de Fichermont, un pieux mensonge par omission destiné sans doute à ne pas raviver les plaies d'un scandale fameux ?

On sait que le fondateur de l'Ordre des Prêcheurs, Dominique de Guzmán, est né après 1170 à Caleruega en Espagne. On le retrouve chanoine à Osma vers 1196 et il effectue en 1203 son premier voyage avec son évêque Diègue d'Osma, en Scandinavie.

En 1206, il rencontre les légats missionnaires du pape à Montpellier et prend la décision de prêcher contre les Cathares dans la « pauvreté volontaire ». En novembre de la même année, cette prédication est approuvée par Innocent III et Dominique fonde un monastère de sœurs à Prouilhe dans l'Aude.

L'année 1209 voit le sac de Béziers et la prise de Carcassonne par les croisés. En 1210, Dominique enseigne la parole du pape à Toulouse et il prêche le carême à Carcassonne en 1213. Il devient curé de la paroisse de Fanjeaux à Toulouse en 1214.

En 1215, Rome confirme le nom et la mission de l'ordre des dominicains, dont les frères essaiment en Espagne, à Paris, à Bologne et dans la Ville éternelle.

En 1220, notre homme préside au premier chapitre général (c'est le « concile » de l'ordre) des dominicains à Bologne, ville dans laquelle il meurt le 6 août 1221. Il a été canonisé par Grégoire IX en 1234.

Quoi que l'on puisse penser du côté guerrier et inquisiteur de leurs origines, les dominicains ont participé activement – et brillamment – à l'essor de l'Europe intellectuelle et artistique, sur le plan de l'architecture et de la décoration claustrales notamment, à l'instar de Fra Angelico.

Ce guide en est la preuve !

Bernard DELCORD

Guide des lieux dominicains par Barbara Beaumont et Guy Bedouelle, Paris, Éditions Horay, juin 2004, 311 pp. en bichromie au format 11 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 20 €  (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce Baedeker dévot les quelques lignes suivantes :

VAL DUCHESSE

Fondé en 1262 à Bruxelles par des moniales dominicaines.

Ce fut la première fondation d'un monastère de l'Ordre aux Pays-Bas : les sœurs ont donc devancé les frères dominicains de deux siècles en cette ville. La tradition en attribue l'initiative à saint Thomas d'Aquin qui, à l'occasion d'un voyage, aurait donné ce conseil à la duchesse Adeleyde de Bourgogne, veuve du duc de Brabant, Henri III.

La fondation prit donc le nom de Val-Duchesse et était située sur le territoire de ce qui est actuellement la commune d'Auderghem. Il y avait sur le site une chapelle romane du XIe siècle dédiée à sainte Anne. Cette chapelle servait pour les fidèles ; restaurée en 1917, elle se visite toujours. Les bâtiments monastiques furent construits le long des étangs formés par la Woluwe, et des vergers et cultures s'étendaient au loin. Ces Dominicaines étaient largement dotées en dîmes, droits et patronages ; la prieure portait le titre de Dame de Watermael et d'Ekeren. Une grande partie du monastère fut détruit par un incendie en 1562, mais reconstruit sur ordre de Philippe II. Néanmoins, les sœurs durent abandonner le site entre 1578 et 1585, à cause de l'influence du parti calviniste à Bruxelles.
La dernière prieure fit construire ce qui devint le château Sainte-Anne en 1780, mais Joseph II supprima le monastère en 1783. Ce qui en reste fut légué au roi des Belges en 1931 et devint finalement propriété d'État. C'est en ce lieu que furent menés, jusqu'en 1958, les travaux préparatoires au traité de Rome créant une Communauté européenne.

À voir : Le château, étant propriété royale, n'est pas normalement accessible au public, mais quelques jours par an, des visites sont proposées. On peut voir alors des bâtiments du XVIIIe siècle, ce qui reste du monastère des dominicaines, incorporés dans le château.

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 03 12

Délices sans frontières

Les 100 lieux de la gastronomie.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de mars 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Dans Les 100 lieux de la gastronomie paru aux Presses Universitaires de France dans la célèbre collection « Que sais-je ? », les deux fins becs Alain Bauer et Laurent Plantier, respectivement directeur du guide Champérard et directeur général du groupe Alain Ducasse, dressent la liste descriptive de leurs bonnes adresses sur les cinq continents, qu'il s'agisse des meilleures tables (la Maison Troigros à Roanne, le restaurant DOM à Sao Paulo, la Tour d'Argent à Paris, Charlie Trotter à Chicago, le Caffè Florian à Venise, le Refik à Istanbul), des hôtels de prestige (le Lake Palace à Udaipur en Inde, le Château Frontenac à Québec), des marchés d'exception (celui de Rungis, le bazar Khan el Khalili au Caire ou celui aux poissons de Tsukiji à Tokyo), des boutiques les mieux fournies (Eliseyevsky à Moscou, la fromagerie Neal's Yard Dairy à Londres ou Eataly, la grande surface turinoise du slow food...), ou des terroirs les plus authentiques (à l'instar des vignobles australiens de Barossa Valley, des marais salants de Guérande ou du site d'Alba, royaume de la truffe blanche italienne).

Si l'on n'y trouve qu'une maison belge, l'incontournable chocolatier Wittamer à Bruxelles (conseillons aux auteurs une prompte visite au « Hof van Cleve », le restaurant de Peter Goossens à Kruishoutem, 15e meilleure table du monde en 2011, selon le classement de la revue britannique Restaurant Magazine, référence mondiale en la matière), bien des classiques sont recensés (Paul Bocuse à Collonges-au-Mont-d'Or, Alain Ducasse, Senderens, Lasserre, Drouant et l'Atelier de Joël Robuchon à Paris, le Harry's Bar à Venise, la Torre des Saracino à Naples, le Daisy May'sBBQ à New York, le Hyotei à Kyoto...) ainsi que quelques découvertes pour globe-trotters (The Red Pepper à Hong Kong, le Tetsuya's à Sydney, le Sin Huat Seafood à Singapour, le Koju à Tokyo...).

Un voyage de rêve !

Bernard DELCORD

Les 100 lieux de la gastronomie par Alain Bauer et Laurent Plantier, Paris, Presses Universitaires de France, collection « Que sais-je ? », janvier 2012, 128 pp. en noir et blanc au format 11,5 x 17,5 cm sous couverture souple, 9 €

Pour vous, nous avons recopié dans cette nomenclature somptueuse un texte rafraîchissant :

ICEHOTEL

À Jukkasjdrvi (Suède).

Amateurs de sensations fortes, de nuits insolites, ce lieu complètement givré est pour vous.

L'arrivée se fait par traîneau, dans l'obscurité: en décembre, c'est la nuit totale à 200 km du cercle arctique.

Tout est blanc, silencieux. Tel un phénix qui renaîtrait du gel, cet incroyable hôtel ressurgit chaque hiver de la rivière lapone. La construction de ses 4 000 m2 est un véritable exploit nécessitant 3 000 tonnes de glace et 30 000 tonnes de neige.

Une douzaine de designers planchent chaque année sur sa reconstruction, toujours différente et plus grande compte tenu de sa popularité croissante. Ensuite, grâce aux canons à neige, il ne faut que quelques semaines pour créer une soixantaine de chambres, un hall de réception à colonnade, le fameux Ice Bar, une salle de cinéma, une chapelle et tout le mobilier.

Des artistes sculpteurs sont conviés pour décorer les espaces de leurs œuvres éphémères. À l'extérieur de l'hôtel, il peut faire jusqu'à -40°C. À l'intérieur, la température est plus clémente : de -5 à -8°C. Bien entendu, le dress code est ici particulier, la doudoune étant de rigueur.

Après avoir dîné au restaurant où l'on vous servira une cuisine scandinave moderne, tous les clients se retrouvent au bar pour se réchauffer en sirotant de réconfortants cocktails servis « in the rock », entendez dans un gobelet de glace. On échange ses impressions sur cette expérience, on rit, on danse...

On peut aussi essayer le Old Homestead, construit en 1768 et qui surplombe la rivière Thome, toujours avec une carte de produits locaux.

Tard dans la nuit survient un autre moment absolument féerique: le ciel étoilé s'illumine des aurores boréales. De gigantesques bandeaux d'un bleu vert lumineux voguent dans le vent cosmique...

Les chambres sont de véritables univers magiques aux reflets bleutés. Un lit de glace recouvert de peaux de rennes, de draps moelleux et de fourrures garantit une nuit chaude. Au petit matin, on vous apporte une boisson brûlante aux airelles. Puis, il est temps de se préparer pour participer au safari en motoneige jusqu'aux pâturages des élans. C'est grandiose.

Proposant une expérience de vie extrême et hors du commun, ce concept a tout naturellement été décliné au Canada et en Finlande.

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 02 12

« Une pierre donnée par un ami est une pomme. » (Proverbe marocain)

Maroc 2012.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de février 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Constituant la plus en vogue des destinations touristiques d'Afrique du Nord, le royaume chérifien évoque pour beaucoup d'entre nous de splendides palais entourés de somptueux jardins, des souks animés desquels s'échappe l'odeur mystérieuse des épices, de fascinants charmeurs de serpents à Marrakech...

Mais ce grand pays – dans tous les sens du terme –est bien plus que cela, comme le montre Philippe Gloaguen dans Maroc 2012, l'ouvrage très documenté et très complet qu'il a fait paraître tout récemment chez Hachette à Paris dans la fameuse collection des « Guides du routard » dont il est l'initiateur et le directeur.

Grâce à lui, même ceux de nos compatriotes qui en sont originaires pourront découvrir mille et une merveilles culturelles, historiques, géographiques ou gastronomiques insoupçonnées et se prendront à vouloir passer une nuit dans un riad ou déguster une traditionnelle pastilla au pigeon au son de la musique arabo-andalouse.

Mais un « routard », c'est aussi une mine d'informations pratiques et de cartes pour voyager hors des sentiers battus, pour découvrir les pépites cachées au coin bord du chemin (nombre d'adresses recensées dans l'ouvrage sont introuvables ailleurs) et pour aller à la rencontre d'hommes et de femmes simples et authentiques dans le respect mutuel.

Du tourisme éthique, ça ne court pas les rues !

Bernard DELCORD

Maroc 2012 par Philippe Gloaguen, Paris, Éditions Hachette, collection « Les guides du routard », janvier 2012, 638 pp. en bichromie au format 11,5 x 19,2 cm sous couverture brochée en couleurs, 13,90 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce guide très empathique les informations suivantes :

Les coups de cœur du routard

• Prendre le thé à la menthe sur une terrasse dominant la place Jemaa-el-Fna à Marrakech à la tombée du jour, en observant l'animation et en écoutant monter la rumeur.

• Vivre le temps d'une nuit comme un pacha en dormant dans un petit riad restauré et décoré dans les règles de l'art. Puis s'en souvenir pendant 1 001 nuits ...

• Découvrir les vallées de l'Atlas au printemps (comme celle qui mène à Imlil) lorsque les contrastes des couleurs sont saisissants : blancheur des cimes enneigées, rose des fleurs des arbres fruitiers, vert de l'herbe tendre, rouge orangé de la terre...

• Traverser l'oued au petit matin et flâner dans le ksar d'Aït-Benhaddou à la rencontre de ses habitants. Puis prendre de la hauteur en grimpant jusqu'au grenier collectif.

• Humer l'atmosphère d'Essaouira, une ville corsetée dans ses remparts, arrosée par les embruns et qui rappelle une Bretagne lointaine.

• Parcourir Fès, ville impériale à plus d'un titre, embellie par les dynasties successives et abritant toujours l'un des plus fascinants souks du pays.

• Poser son panier pique-nique dans le parc national de Tazzeka, à l'est de Fès, entre une visite dans les entrailles de la terre (gouffre de Friouato) et l'observation attentive de la faune.

• Arpenter de bon matin les ruines romaines de Volubilis, inscrites au Patrimoine mondial de l'Unesco. Ce sont les plus importantes du Maroc.

• Faire un petit tour au hammam pour transpirer, se libérer des toxines, se faire masser la couenne et accessoirement découvrir un univers insoupçonné au travers d'improbables vapeurs.

• Déambuler dans la kasbah des Oudaïa, au cœur de Rabat, un dédale de ruelles blanc et bleu qui dominent les flots de l'Atlantique. S'attarder dans son jardin andalou, véritable havre de paix.

• Effectuer une promenade nocturne sur le petit souk de Larache pour partager le paseo avec les habitants tout en flânant entre les échoppes colorées du bazar.

• Apprécier les gestes millénaires des artisans tanneurs à Tétouan, devant le camaïeu des bassins de teintures creusés dans le sol.

• Découvrir l'étonnante vitalité de Casablanca, en allant visiter la mosquée Hassan-II qui fit couler beaucoup d'encre lors de sa construction.

• Se faufiler dans la vallée des Aït-Bougmez, appelée aussi « la vallée heureuse », refuge aux affres de la vie moderne, paradis pour randonneurs.

• Admirer les cascades d'Ouzoud au printemps (et en semaine), une belle chute d'eau au cœur d'une végétation luxuriante.

• Méditer devant les vagues de la côte atlantique qui viennent se fracasser contre les falaises, près de Tan-Tan.

• Partir en trekking dans la vallée des Ammeln, au cœur de l'Anti-Atlas, pour gravir la Tête du Lion et rugir de plaisir.

• Se laisser bercer par le bruissement de l'eau qui sourd dans l'atrium de la grande source de Lalla Mimouna à Tinejdad, puis pousser la curiosité jusqu'au musée des Oasis, situé en plein cœur d'un ksar bordé de champs de blé. Visite incontournable pour ceux et celles qui veulent en savoir plus sur les conditions de vie des Berbères du Maroc à travers les siècles.

• Sillonner la route entre Rich (ou EI-Ksiba) et Imilchil, alternance de paysages arides et verdoyants, avec ses panoramas grandioses et sauvages. L'Atlas dans toute sa splendeur.

• Grimper jusqu'au col qui domine la vallée des Roses pour la vue sur les cimes enneigées du M'Goun.

• Partir à la découverte de la palmeraie de Tineghir, ses vergers et ses cours d'eau qui alimentent tout un réseau de petits villages. Au coucher du soleil, la vue sur ce labyrinthe végétal est somptueuse.

• S'égarer le dimanche dans les allées du souk de Rissani, entre les montagnes de dattes, le marché aux bestiaux et la pharmacie berbère. Puis prendre le temps du thé pour, chiffre à chiffre, marchander.

• Se sentir tout petit au creux des majestueuses gorges du Dadès ou de celles de Todgha.

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 02 12

Les clés du couvent

Guide des monastères.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de février 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Présentant 400 lieux de prière ouverts au public en France, en Belgique, au Grand Duché de Luxembourg et en Suisse, le Guide des monastères de Maurice Colinon, dont la 17e édition est parue aux Éditions Horay à Paris en 1996 et demeure disponible en librairie sans avoir pris une ride, ouvre aux croyants comme aux incroyants les portes d'un monde fascinant dans lequel des hommes et des femmes ont choisi de passer leur vie entière dans le silence et la prière, en maintenant cependant un contact permanent avec les réalités et les idées contemporaines.

Présent en Égypte et en Terre Sainte dès le IIIe siècle, le monachisme débuta en Occident quand Benoît de Nursie fonda l'abbaye du Mont-Cassin en 529 et rédigea la Règle de saint Benoît.

Selon celle-ci, l'ensemble des bâtiments composant le monastère doit être organisé de façon telle que la prière et la vie commune soient au centre. Le bâtiment principal du monastère est la chapelle à laquelle sont attachés le cloître, le déambulatoire, les salles communes (salle de chapitre, salle à manger, etc.) et les cellules ou le dortoir des moines.

Les monastères bénédictins et clunisiens furent conçus comme la cité idéale, un concept urbanistique visant à la perfection architecturale et humaine. L'exemple le plus connu est constitué par les « trois sœurs provençales » (abbayes de Sénanque, de Silvacane et du Thoronet, situées en Provence).

La population des monastères est composée de :

- Moines qui ont prononcé leurs vœux (stabilité, obéissance, conversion de vie chez ceux qui suivent la Règle de Saint Benoît ; pauvreté, chasteté, obéissance chez les autres religieux latins) et se trouvent attachés définitivement au monastère. Leur nombre varie d’un monastère à l’autre (par exemple : trois cents moines à Cluny à la fin du XIe siècle, quatre moines dans un prieuré dépendant de Cluny à la même période) ;

- Novices qui sont en formation pour devenir moines ;

- Familiers qui ne sont pas des religieux. Il s'agit souvent de serviteurs laïques qui logent soit au monastère soit en ville avec leur famille.

Suivant les familles monastiques, on peut trouver aussi des convers (religieux qui sont passés par le noviciat, mais ne sont pas moines de chœur) chez les Cisterciens et les Chartreux; des oblats réguliers qui portent l'habit de la communauté et vivent avec elle, sans avoir prononcé les vœux monastiques; enfin toute sorte d'hôtes à moyen ou long terme qui partagent la vie de la communauté, sans y être engagés.

Les officiers principaux du monastère qui en assurent l’organisation et veillent sur le bon fonctionnement de la communauté sont : l'abbé, le prieur, le chantre, le cellérier, le sacristain, l'hôtelier, le camérier, le réfectorier, l'infirmier. Ils jouissent en raison de leurs charges de certaines dispenses ou privilèges les distinguant des autres moines qualifiés de claustraux qui doivent suivre intégralement la vie commune.

L’abbé est à la tête de la famille monastique, il en est le père (abba en araméen). Il est élu par les frères et il est responsable du monastère au temporel (au Moyen Âge, il était seigneur féodal) comme au spirituel. Il nomme tous les officiers principaux de la communauté et donne son accord pour créer ou modifier les « coutumes » qui règlent dans le détail toute la vie des moines et du monastère. Il doit aussi assurer l'hospitalité publique et secourir les pauvres, les paysans et les seigneurs.

Le monachisme connut un grand développement au cours des siècles, et de nombreuses ramifications s'y sont fait jour au gré des réformes de la vie monastique.

Les principaux ordres masculins actuels sont les Bénédictins, les Carmes, les Chartreux, les Cisterciens (et leur variante des Cisterciens-Trappistes), la Communauté de Taizé, les Dominicains, les Franciscains et les Prémontrés tandis que les principaux ordres féminins sont les Bénédictines, les Carmélites, les Cisterciennes (et leurs variantes des Cisterciennes-Bernardines et des Cisterciennes-Trappistines), les Clarisses, les Dominicaines, les Sœurs de Bethléem et les Visitandines.

Le Guide des monastères de Maurice Colinon constitue quant à lui une somme de renseignements pratiques destinés à tous ceux, de plus en plus nombreux dans le monde moderne, qui souhaitent renouer, pour un temps plus ou moins long, avec leurs racines religieuses, morales ou philosophiques, quelles que soient par ailleurs leurs convictions personnelles.

Un ouvrage vraiment très spirituel !

Bernard DELCORD

Guide des monastères par Maurice Colinon, Paris, Éditions Horay, 17e  édition, juin 2006, 346 pp. en quadrichromie au format 11 x 21 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 20 €  (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce beau guide édifiant les quelques lignes suivantes :

ROCHEFORT

Abbaye Notre-Dame de Saint-Rémy

8-5580 Rochefort

Tél: 00 32 84 22 01 40

Trappistes. L'abbaye a été fondée en 1230 par Gilles de Walcourt, seigneur de Rochefort, pour des moniales cisterciennes. En 1464, elles furent remplacées par des moines du même Ordre. La vie monastique, supprimée à la Révolution française, a été reprise en 1887.

Voir. Le très beau porche d'entrée du XIIIe siècle.

Offices. En français et en grégorien. L'abbaye étant essentiellement un lieu de recueillement et de prière, les touristes n'y sont pas admis. L'église, qui se trouve à l'intérieur de la clôture, est accessible à tous pour la Messe et les différends Offices. En semaine : Vigiles à 3h30, Laudes à 6h30, Messe concélébrée à 7h suivie de Prime, Tierce à 9h, Sexte à 12h15, None à 14h15, Vêpres à 17h15, Complies à 19h15. Le dimanche : Prime-Tierce à 8h45, Messe concélébrée à 11h, Sexte-None à 14h15.

Accueil. l4 chambres, uniquement pour les messieurs et les jeunes gens désirant faire une retraite individuelle (possibilité de contact avec un moine). La place étant limitée, les moines ne peuvent accepter les personnes qui cherchent uniquement le repos.

Artisanat. Brasserie : bière spéciale "Trappiste de Rochefort". Vente en ville et dans la région, ainsi que dans tout le pays et à travers le monde.

Accès. Au S-E de Dinant par l'E 411 et la N 911.

SNCB : Jemelle, puis car pour Rochefort (4 km).

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 12 11

L’ami du voyageur, du gastronome et de la famille

Sans titre.jpgRédigé, entre autres, par votre serviteur, le Guide Delta 2012 des hôtels et des restaurants de Belgique et du Luxembourg(dont il existe aussi une version en néerlandais[1]) recense 2000 adresses, des plus étincelantes aux plus conviviales, réparties géographiquement par province mais aussi, pour ce qui concerne les restaurants, selon le type de cuisine (africaine, arabe, bangladeshi, belge, bourgeoise, de brasserie, chinoise, congolaise, contemporaine, créative, espagnole, éthiopienne, française, de fusion, gastronomique, grecque, indienne, internationale, italienne, japonaise, latino-américaine, libanaise, luxembourgeoise, du marché, marocaine, méditerranéenne, de la mer, du Monde, provençale, régionale, de saison, sarde, de terroir, thaïe, traditionnelle, tunisienne, végétarienne, vietnamienne…), selon le caractère calme et silencieux de l’établissements, en raison de son caractère de charme, de la présence d’un salon VIP ou de salles de séminaire et en fonction des coups de cœur de la rédaction.

 Les informations objectives sont innombrables (date de fondation de l’entreprise, présence d’un parking ou de facilités pour les personnes moins valides, moyens de paiement acceptés, nombre de couverts, types de décoration, d’ambiance et de musique en salle, prix moyens pratiqués, spécialité de la maison…), complétées de commentaires indépendants résultant de visites réalisées incognito durant l’année écoulée.

 De plus, suite à d’habiles négociations menées par la direction du guide, l’ouvrage comporte un passeport faisant bénéficier son possesseur d’une réduction de 30% dans 59 restaurants[2] rigoureusement sélectionnés par la rédaction, tous de grande qualité dans leur catégorie, soit une économie potentielle de 2 950 € !

 L’achat du guide se trouve donc amorti dès la première utilisation de ce passeport…

 Qui dit mieux ?

 Bernard DELCORD

 Guide Delta 2012 des hôtels et des restaurants de Belgique et du Luxembourg, ouvrage collectif, Bruxelles, Les Guides Delta, décembre 2012, 608 pp. en quadrichromie au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 24,75 €



[1] Delta Gids 2012 van 2000 restaurants, Hotels & seminars in België & Luxemburg.

[2] Il suffit de présenter son passeport au moment de l’addition, et il n’est donc pas nécessaire d’en faire mention au moment de la réservation, ce qui permet d’éviter d’éventuelles mauvaises surprises…

 

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 10 11

La valse des étiquettes

 

Savoir acheter.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter des guides gastronomiques belges DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

 

En faisant paraître chez Marabout à Paris un remarquable Savoir acheter. Guide des étiquettes, la journaliste Marie-Paule Dousset, une spécialiste des problèmes de consommation, a fait œuvre plus qu’utile puisqu’elle permet à l’utilisateur de son guide de décoder les étiquettes de presque tout ce qui fait notre quotidien en matière d’alimentation, de vins, de cosmétiques et de textile.

 

Grâce à elle, il est désormais possible de décoder aisément toutes les étiquettes mentionnant les ingrédients et les composants des produits, de reconnaître et de décrypter les additifs alimentaires et, last but not least, de traduire en français usuel le charabia tarabiscoté du marketing et les formules chimiques souvent bien compliquées.

 

Un ouvrage appelé, c’est évident, à devenir très vite le compagnon indispensable de tout consommateur intelligent !

 

Et prudent…

 

Bernard DELCORD

 

Savoir acheter. Guide des étiquettes par Marie-Paule Dousset, Paris, Éditions Marabout, septembre 2011, 640 pp. en noir et blanc au format 12,5 x 17,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 8,90 € (prix France)

 

Pour vous, nous avons recopié dans cet ouvrage indispensable compagnon du consommateur les lignes suivantes :

 

Les qualités des différentes huiles et leurs apports en omégas

 

Huile d’arachide : riche en omégas-6 et très pauvre en omégas-3.

Huile d’olive : très riche en omégas-6 et équilibrée entre omégas-6 et omégas-3.

Huile de colza : riche en omégas-3 et particulièrement bien équilibrée dans le rapport entre omégas-6 et 3, riche également en acides gras mono-insaturés (acide oléique).

Huile de germes de blé : riche à la fois en omégas-6 et en omégas-3, équilibrée dans le rapport entre omégas-6 et omégas-3.

Huile de maïs : très riche en omégas-6, mais déséquilibrée dans le rapport entre omégas-6 et omégas-3.

Huile de noix : très riche en omégas-6 et en omégas-3, bien équilibrée dans le rapport entre les deux omégas.

Huile de pépins de raisin : très riche en omégas-6 et très pauvre en omégas-3.

Huile de soja : riche à la fois en omégas-6 et en omégas-3, bien équilibrée dans le rapport entre omégas-3 et omégas-6.

Huile de tournesol oléique : très riche en acide gras mono-insaturé (acide oléique). Absence totale d’acide a-linolénique.

Huile de tournesol : très riche en omégas-6 et très pauvre en omégas-3.

Écrit par Brice dans Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 09 11

Bruxelles fait son cinéma

Et il a mille fois raison...

BruxellesFaitSonCinema.130.auto.jpg.resizer.pngCinéphile passionné..passionnant, Georges Lebouc nous revient avec un ouvrage bougrement sympathique: Bruxelles présenté par le biais du septième art.

Vous vous souvenez que Brussels by night, Daens, Rue Haute et même Odette Toulemonde ont été tournés dans la Capitale belge. Saviez-vous que des scènes et épisodes de Meurtres à domicile, Louis la Brocante, Les Anges gardiens, Préparez vos mouchoirs, Les Barons, Le Petit Nicolas, Rien à déclarer et de tant d'autres films-cultes y ont pris joyeusement leurs quartiers.

Bruxelloise de naissance, Audrey Ruston as Audrey Hepburn, viendra tourner à Schaerbeeck, quelques scènes d'Au risque de se perdre (1959)

Avec la complicité photographique de Laurent Poma, Georges Lebouc nous invite à une ballade instructive  à travers soixante lieux de tournage bruxellois - dont la situation est parfois occultée par le producteur- les cadres insolites et les cinémas oubliés. Truffés d'anecdotes plaisantes et de l'aimable franc-parler du critique bruxellois, les "pitch" sont, de surcroît,  lumineusement illustrés.

Apolline Elter

Bruxelles fait son cinéma, Georges Lebouc, photographies: Laurent Poma, essai, 180° éditions, sept.2011, 128 pp, 19 €

Écrit par Apolline Elter dans Beaux Livres, Guides | Commentaires (0) |  Facebook | |