10 04 16

Trésor pharaonique…

Découvrir Toutankhamon.jpgRédigé par Zahi Hawass, un grand égyptologue égyptien personnellement impliqué dans les recherches autour du jeune pharaon énigmatique, Découvrir Toutankhamon – De Howard Carter à l’ADN paru à Monaco aux Éditions du Rocher constitue une nouvelle étude complète et entièrement illustrée relative à l'état actuel des connaissances sur la vie, la mort et l'enterrement de Toutankhamon (né vers -1345 et mort vers -1327) à la lumière des dernières enquêtes archéologiques et des technologies de pointe.

Zahi Hawass y replace le pharaon dans le contexte plus large de l'histoire égyptienne, démêle la relation complexe entre les différents membres de la famille royale et les circonstances entourant la vie de Toutankhamon.

Il explique également succinctement le contexte religieux et les croyances complexes dans l'au-delà qui ont défini les nombreuses caractéristiques de la tombe de Toutankhamon et de son fabuleux trésor, découverts par l'archéologue britannique Howard Carter le 4 novembre 1922.

L'histoire de l'exploration de la Vallée des Rois est évoquée. Le tombeau et les découvertes les plus importantes sont décrits et illustrés, et la momie du roi est présentée en détail.

La description du dernier examen de l'ADN des momies de Toutankhamon et des membres de sa famille est l'une des parties les plus étonnantes du livre et elle démontre que les méthodes scientifiques peuvent produire des résultats inédits, comme la preuve que le pharaon avait un pied bot et souffrait de la malaria.

Bernard DELCORD

Découvrir Toutankhamon – De Howard Carter à l’ADN par Zahi Hawass, préface de Jaromir Malek, traduit de l’anglais par Thomas Bauduret, Monaco, Éditions du Rocher, novembre 2015, 264 pp. en quadrichromie au format 23 x 29 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 39 € (prix France)

06 04 16

Un ouvrage pionnier...

L'automne de Moyen Âge.jpgL’historien néerlandais Johan Huizinga (1872-1945), l'un des fondateurs de l'histoire culturelle dans la lignée de Jacob Burckhardt (1818-1897), est également l'auteur de L’automne du Moyen Âge (paru en 1919), un essai aussi novateur que magistral.

Huizinga a fait ses études de lettres à Groningue et a passé ensuite quelques mois à Leipzig, où il a suivi les cours du linguiste allemand Karl Brugmann (1849-1919). Durant ses études, il s'intéresse à l'Inde et apprend le sanskrit. Il soutient en 1897 une thèse sur le rôle du bouffon dans la dramaturgie indienne.

Ensuite, il enseigne pendant huit ans l'histoire dans un collège de la ville d'Haarlem. En même temps, il donne des cours à l'université d'Amsterdam en études orientales. En 1905, il devient professeur d'histoire générale et néerlandaise à l'université de Groningue, poste qu'il quitte en 1915 pour une chaire d'histoire à l'université de Leyde où il enseigne jusqu’en 1942. À cette date, il est emprisonné par les nazis à Sint-Michielsgestel. Il est décédé en février 1945, sans avoir pu vivre la libération de son pays.

À partir de 1905, Johan Huizinga effectue des recherches en histoire du Moyen Âge et de la Renaissance. Il s’intéresse beaucoup à l’art et au spectacle. Dans L'Automne du Moyen Âge, son approche diffère de l’interprétation alors dominante, entre autres, de celle de Jules Michelet.

Huizinga remet en cause la définition de la frontière qui sépare le Moyen Âge de la Renaissance. Il décrit également le Moyen Âge tardif non comme une période de renaissance, mais comme une période pessimiste et décadente, notamment du point de vue démographique. Cette lecture du Moyen Âge va être développée plus tard par de nombreux historiens médiévistes et par son « vieil ami », José Ortega y Gasset.

Pour ce faire, Huizinga analyse les idées, les rêves (l’idéal chevaleresque ou l’idéal courtois), les émotions, les images produites durant cette période. Cet ouvrage, qui lui apporte une renommée importante, est largement reconnu comme une contribution de première importance à l’histoire de cette période, et comparable à l'autre classique, Civilisation de la Renaissance en Italie (1860), de Jacob Burckhardt.

Le livre se distingue également par la présentation de la vie culturelle dans une langue riche aux qualités littéraires, et traite principalement l’histoire de la France et de la partie sud des Pays-Bas de la période du bas Moyen Âge, (XIVe et XVe siècles) jusqu’à la Réforme et à la période de la Renaissance [1].

Un essai majeur, salué par Marc Bloch et Lucien Febvre, où Johan Huizinga révèle les nouveaux domaines de l'histoire : le corps, les saveurs, les sens, les rêves, les idées, les émotions et l'imaginaire.

Bernard DELCORD

L'automne du Moyen Âge par Johan Huizinga, précédé d’un entretien de Claude Mettra avec Jacques Le Goff, Paris, Éditions Payot & Rivages, collection « Petite biblio Payot Histoire », juin 2015, 494 pp. en noir et blanc au format 11 x 17 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 10,70 € (prix France)

Table des matières :

Chapitre I – L’âpre saveur de la vie

Chapitre II – L’aspiration vers une vie plus belle

Chapitre III– La conception hiérarchique de la société

Chapitre IV – L’idée de chevalerie

Chapitre V – Le rêve d’héroïsme et d’amour

Chapitre VI – Ordres de chevalerie et vœux

Chapitre VII – Importance de l’idéal chevaleresque dans l’art militaire et dans la politique

Chapitre VIII – L’amour stylisé

Chapitre IX – Les conventions amoureuses

Chapitre X – Le rêve de vie idyllique

Chapitre XI – La vision de la mort

Chapitre XII – La pensée religieuse se cristallise en images

Chapitre XIII – Types de vies religieuses

Chapitre XIV – Émotions et phantasmes religieux

Chapitre XV – Le symbolisme à son déclin

Chapitre XVI – Vers l’abandon des images

Chapitre XII – Les formes de la pensée reflétées dans la vie pratique

Chapitre XVIII – L’art et la vie

Chapitre XIX – Le sentiment esthétique

Chapitre XX – Le verbe et l’image (1)

Chapitre XXI – Le verbe et l’image (2)

Chapitre XXII – L’avènement de la forme nouvelle

 

[1] Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Johan_Huizinga

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 04 16

Quand les historiettes font la grande histoire…

La Petite Histoire – 20 moments méconnus mais décisifs de l'histoire du monde.jpgProfesseur d’histoire-géographie dans un collège du nord de la France, Didier Chirat a de toute évidence le tour pour captiver ses élèves avec des historiettes aussi frappantes que révélatrices de la mentalité de leur époque.

Nous en voulons pour preuve celles qu’il a rassemblées dans La Petite Histoire – 20 moments méconnus mais décisifs de l'histoire du monde paru chez Flammarion au sein de la collection de poche « Librio », des anecdotes savoureuses qu’il expose en deux pages et un encadré.

À quelle colère doit-on l'invention du pneu ? Pourquoi n'existe-t-il pas de prix Nobel en maths ? Pour quelle raison triviale le premier animal à aller dans l'espace était-il une chienne ? D'où vient l'appellation « cocktail Molotov » ? Et la marque Nike ? Comment Raspoutine a-t-il fait pour sembler « ressusciter » lors de son assassinat ? Quelle est l'origine de la pâtisserie qu'on appelle « croissant » ? Pourquoi la devise anglaise “God save the King” est-elle d'origine française ? Comment a-t-on découvert l'anesthésie ?

Vous le saurez, et d’autres choses encore, en dévorant son petit ouvrage grâce auquel, en prime, vous rirez aux meilleures facéties d'Albert Einstein !

Bernard DELCORD

La Petite Histoire – 20 moments méconnus mais décisifs de l'histoire du monde par Didier Chirat, Paris, Éditions Flammarion, collection « Librio », avril 2016, 93 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 3 €

Sommaire :

Un roi perse fait fouetter la mer

Rome sauvée par des oies

Une impératrice chinoise fait d'un portrait deux coups

Clotaire serial killer

Un cadavre au banc des accusés : le pape Formose

Le fantôme d'Anne Boleyn

Une sainte qui meurt dans la nuit du 4 au 15 octobre

La guerre contre les Turcs donne naissance au croissant

Une ville de la Somme doit son nom à un courtisan

Un mari cocu défie le Roi-Soleil

Un postérieur royal béni par les Anglais

Louis XVI, un « mari à deux tiers »

Les premiers trains terrifiaient les hommes

L'anesthésie, née des soirées étudiantes

Le pneu est né d'une colère

Pourquoi il n'existe pas de Nobel en maths

Plus increvable que Raspoutine, tu meurs !

Un cocktail explosif pour le ministre de Staline

Des avions de bois et des chars en caoutchouc pour tromper Hitler

Deux équipementiers sportifs nés d'une brouille entre frères

Pourquoi le premier animal de l'espace fut une chienne

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 04 16

L’art occidental pour tous...

Bescherelle Chronologie de l’histoire de l’art.jpgRédigée par une équipe de spécialistes de haut niveau, mais parfaitement accessible au lecteur profane, la Chronologie de l’histoire de l’art de la Renaissance à nos jours parue aux Éditions Hatier à Paris dans la fameuse collection « Bescherelle » dessine un panorama vivant et remarquablement illustré où sont mis en lumière les moments clés de l’art visuel occidental à travers des œuvres, des artistes et des contextes.

Au début de chaque siècle, une grande frise chronologique permet de situer les œuvres, puis, au fil de doubles pages, l’ouvrage les présente en fournissant un éclairage sur les mutations artistiques en jeu. À intervalles réguliers, des dossiers thématiques mettent le focus sur des genres ou des courants, tandis qu’en fin d’ouvrage, un glossaire précise le vocabulaire usuel en histoire de l’art et un index détaillé permet de s’orienter aisément.

Du concours lancé en 1401 à Florence pour l’exécution des portes nord du baptistère de San Giovanni jusqu’à la réalisation en 2006 du film Zidane, un portrait du XXIe siècle par Douglas Gordon et Philippe Parreno, les auteurs dressent ainsi l’inventaire de mille et une merveilles issues du génie d’un nombre impressionnant de créateurs inspirés.

Un livre de toute(s) beauté(s) !

Bernard DELCORD

Bescherelle Chronologie de l'histoire de l'art de la Renaissance à nos jours, par Gutemie Maldonado, Marie-Paule Martin, Natacha Pernac & Neville Rowley, Paris, Éditions Hatier, collection « Bescherelle », octobre 2015, 432 pp. en couleurs au format 15 x 22,5 cm sous couverture Integra en quadrichromie, 19,50 € (prix France)

Écrit par Brice dans Arts, Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 04 16

« Lorsque je rêve de la vie après la mort, l’action se passe toujours au Ritz. » (Ernest Hemingway)

Tout sur le Ritz.jpgErnest Hemingway affectionnait l’hôtel de la place Vendôme, qui ouvre à nouveau ses portes après quatre ans et 140 millions d’euros de travaux. Si le romancier américain se vantait d’avoir été le premier à en franchir le seuil à la Libération, l’Histoire retient que le Ritz fut, après le Trocadéro, le deuxième bâtiment parisien sur lequel flotta à nouveau le drapeau tricolore.

Inauguré en 1898, dirigé d’abord par César Ritz (1850-1918), le génial créateur suisse, avec son ami le chef cuisinier, restaurateur et auteur culinaire français Auguste Escoffier (1846-1935), de l’hôtellerie moderne et de luxe, puis présidé par son fils Charles Ritz (1891-1976) avant d’être revendu, en 1979 à Mohammed Al-Fayed, l’établissement parisien qui porte haut le nom de son créateur est devenu mythique à travers le monde.

Riche d’anecdotes, de petites et de grandes histoires, ce palace très prestigieux doit en effet d’être entré dans la légende aux stars qui y séjournèrent.

C’est, entre autres, ce que rappelle l’écrivain suisse Claude Roulet (né en 1951) qui fut assistant du président du Ritz pendant un quart de siècle – de 1980 à 2004 – et qui a pu rencontrer d’anciens clients et employés pour recueillir leurs souvenirs dans Tout sur le Ritz !, le récit passionnant d’une épopée originale et vivante de l’hôtellerie, de la gastronomie, de la mondanité et de la fête qui vient de ressortir aux Éditions de La Table Ronde à Paris (l’ouvrage avait paru en 1998, chez le même éditeur, à l’occasion du centenaire de l’hôtel).

Ainsi, Marcel Proust, habitué des lieux, y fêta son prix Goncourt en 1920. Un soir, au bar, Francis Scott Fitzgerald, évincé par une jeune femme, mangea pétale après pétale le bouquet d’orchidées qu’il lui destinait. Pendant la Seconde Guerre mondiale, lors d’une alerte, Coco Chanel se glissa dans l’abri anti-aérien du sous-sol, suivie à bonne distance par sa domestique portant son masque à gaz sur un coussin. Hermann Gœring choisit le hall du Ritz pour exhiber comme un jouet son bâton de maréchal tout neuf, constellé de diamants. Le restaurant servit de décor au coup de foudre d’Ingrid Bergman et du photographe Robert Capa, puis, bien plus tard, au dernier dîner de la princesse Diana.

Comme le rappelle Claude Roulet, le Ritz fut aussi le théâtre de tous les possibles : la métamorphose du rez-de-chaussée en réplique miniature du souk de Casablanca le temps d’une fête ou encore, parce qu’une riche cliente réclamait hors saison un plateau d’oursins, l’affrètement d’un avion-taxi…

Le nec plus ultra

Bernard DELCORD

Tout sur le Ritz ! par Claude Roulet, Paris, Éditions de La Table Ronde, collection « La petite vermillon », mars 2016, 223 pp. en quadrichromie au format 11 x 17,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 7,10 € (prix France)

17 03 16

Une fratrie unie

téléchargement.jpg " (...) la maison d'Orléans joua un rôle clé dans les principaux événements qui marquèrent la France pendant près de deux siècles. D'abord la guerre entre Armagnacs et Bourguignons, qui ensanglanta le pays durant vingt-huit ans. Puis le relèvement du royaume face à l'Angleterre, dans laquelle  Dunois, le bâtard d'Orléans, prit une part glorieuse. Enfin les guerres d'Italie lancées par Louis XII et François Ier pour récupérer l'héritage de leur grand-mère, Valentine Visconti." 
 

On ne peut mieux résumer le propos.

Lorsque Louis, duc d'Orléans, frère du roi Charles VI est sauvagement assassiné le soir du 23 novembre 1407, il laisse quatre fils, Charles, 13 ans, Philippe, 11 ans, Jean, 7 ans et un bâtard âgé de 5 ans, nommé Jean lui aussi. Sa veuve, Valentine Visconti, ne survit que d'un an à ce terrible deuil.

Point de départ du récit, le meurtre entraîne une période troublée, sanglante et ...complexe pour la France qui voit se succéder querelles intestines - celles des Orléans contre les Bourguignons - mariages et alliances éphémères et résurgences régulières du conflit contre l'Angleterre.

Epopée d'une fratrie unie, le récit reconstitue avec ferveur et précision le devenir de chacun des protagonistes: capturé à la bataille d'Azincourt, Charles consacrera ses vingt-cinq années de captivité en Angleterre à l'écriture de poèmes; Philippe, meurt à 24 ans, d'une épidémie tandis qu'il combat à la fois Bourguignons et Anglais; Jean connaît lui aussi une longue captivité en Angleterre - 32 ans - tandis que son homonyme bâtard libère vaillamment la France du joug anglais. Il est aidé dans cette entreprise par Jeanne d'Arc, libératrice d'Orléans.

Les quatre frères d'Orléans. Violences et passions au temps de la Guerre de Cent Ans, Gérard de Senneville, essai historique, Ed. de Fallois, 15 mars 2016, 384 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 02 16

L’État, c’était lui…

Louis XIV, roi de la démesure .jpgJournaliste, écrivain, chroniqueur à la télévision et à la radio, Henri-Jean Servat excelle à raconter la petite et la grande Histoire.

Avec l’aide du journaliste Mathieu Banq, dans Louis XIV, roi de la démesure, un beau livre-objet publié chez Larousse à Paris, il partage avec le lecteur, dans de brèves notices alertes et bien informées, sa passion pour le Roi-Soleil, le Grand-Siècle et les coulisses de Versailles.

Écoutons leur invitation :

« Vous pensez tout savoir de Louis XIV ? Ses innombrables maîtresses, son goût pour les arts, la guerre contre l'Espagne, la révocation de l'Édit de Nantes, etc. Mais connaissez-vous l'existence de Marie Mancini, le premier et seul véritable amour de Louis ? Saviez-vous qu'il a dû s'exiler enfant, pendant trois ans sur les routes de France, ou qu'à l'âge de cinquante ans, il a épousé en secret Madame de Maintenon ? Auriez-vous deviné que Versailles avait été bâti et détruit plusieurs fois pour répondre aux exigences changeantes du souverain ? Et que dans les couloirs de ce fastueux palais régnait une odeur épouvantable ?

Ouvrez [avec nous] les grilles de ce château splendide pour découvrir les arcanes de la cour et suivez toute l'histoire du règne du Roi-Soleil [1], des événements politiques, économiques et culturels aux plus secrètes préoccupations du souverain. Entrez dans l'intimité de Louis XIV et découvrez comment il se lavait, s'habillait, ce qu'il mangeait, comment il se soignait… »

Leur ouvrage somptueux contient en outre plus de 300 illustrations, parmi lesquelles des documents inédits et des fac-similés exceptionnels comme des plans du château de Versailles et de ses jardins à l'époque de sa construction, une lettre de d'Artagnan à Colbert sur l'arrestation de Nicolas Fouquet, un ordre signé du Louis XIV pour payer les poètes Racine et Boileau, le dessin de la table d'un festin donné par le roi en mars 1680, une lettre de Madame de Maintenon sur la conception de l'école de Saint-Cyr...

Louis XIV roi de la démesure (portrait du roi Louis XIV enfant par Claude Mellan).jpg 

Portrait du roi Louis XIV enfant par Claude Mellan.

Craie noire sur papier, 1644.

Un magnifique voyage dans le temps, à la rencontre du fameux monarque absolu qui assurait avec un peu de désabusement que « quand on peut tout ce que l'on veut, il n'est pas aisé de ne vouloir que ce que l'on doit… »

Bernard DELCORD

Louis XIV, roi de la démesure par Henri-Jean Servat et Mathieu Banq, préface de LL. AA. RR. les princesses Béatrice et Anne de Bourbon des Deux-Siciles, Paris, Éditions Larousse, collection « Les documents de l’Histoire », octobre 2015, 127 pp. en quadrichromie au format 26 x 31 cm accompagnées de fac-similés et sous couverture cartonnée en couleurs, 29,95 € (prix France)

 

[1] Louis XIV est né le 5 septembre 1638 au Château Neuf de Saint-Germain-en-Laye et il est mort le 1er septembre 1715 à Versailles.

01 02 16

« Des moutons dirigés par un lion sont plus redoutables que des lions dirigés par un âne. » (Douglas MacArthur)

Les bourdes militaires.jpgLe troisième numéro de la revue « Folle Histoire » dirigée par Bruno Fuligni aux Éditions Prisma à Gennevilliers est consacré aux Bourdes militaires et il s’avère parfaitement réjouissant tout en donnant une fois de plus raison à Georges Clemenceau qui assurait que « la guerre est une chose trop grave pour être confiée à des militaires » !

Écoutons Bruno Fuligni :

« Des guerres ont été déclenchées pour un seau, un cochon, une taxe sur le whisky ou un match de football. Une bombe atomique a rasé Hiroshima à cause d'une mauvaise traduction. La principauté du Liechtenstein fut envahie par erreur. Et si la guerre anglo-zanzibarite n'a duré que trente-huit minutes, celle qui opposa les îles Sorlingues aux Pays-Bas s'étala sur 335 ans, si bien que plus personne ne se souvenait du conflit en cours quand des érudits proposèrent de signer le traité de paix qui y mettrait fin, en 1986.

Stratèges fous, tacticiens idiots, putschistes maladroits, assassins en uniforme, inventeurs d'engins délirants : l'art militaire présente une fantastique galerie de modèles à ne pas suivre.

Autant d'histoires qui paraîtraient risibles, si elles n'avaient causé des millions de morts ! »

Une pierre blanche dans le jardin des pacifistes !

Bernard DELCORD

Les Bourdes militaires, ouvrage collectif sous la direction de Bruno Fuligni, Gennevilliers, Éditions Prisma, mai 2015, 210 pp. en noir et blanc au format 15,4 x 23 cm sous couverture brochée en couleurs, 17,50 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié ces quelques lignes écrites par Bruno Fuligni :

La guerre des Gâteaux (1838-1839) – La France se sucre

Indépendant en 1821, le Mexique est perpétuellement secoué de révoltes et de pronunciamientos. Les finances du nouvel État, désastreuses, ne permettent guère de régler les engagements internationaux et, quand la France du roi Louis­ Philippe demande en plus qu'on indemnise les ressortissants français dont les biens ont été détruits dans les émeutes, c'est non.

Paris exige 600 000 pesos pourtant, et ne veut pas céder. Un pâtissier français de Veracruz, en particulier, se trouve lésé, si bien que la flotte française, en mars 1838, fait le blocus du port. Les tractations s'éternisant, c'est la poudre qu'on fera parler : le 27 novembre 1838, les canonniers français bombardent le fort de Saint-Jean-d'Ulloa, qui doit se rendre.

Cette canonnade demeurera le seul fait d'armes de la guerre des Gâteaux, ainsi qu'on surnomme bientôt cette action de recouvrement en faveur d'un pâtissier. Elle fera quatre-vingt-quinze morts du côté mexicain, douze chez les Français, ainsi que des centaines de blessés. Parmi ceux-ci, le général Antonio López de Santa Anna, l'ancien dictateur, le vainqueur d'Alamo. Après avoir échoué à conquérir le Texas, il a perdu la faveur des Mexicains, mais ce fin politique a décidé de se refaire en prenant le commandement des troupes mexicaines de Veracruz. Il laisse une jambe dans la bataille, membre martyr qu'il va enterrer en grande pompe, avec les honneurs militaires. Héros national pour sa résistance aux Français dans la guerra de los Pasteles, il sera de nouveau porté au pouvoir en 1840.

La France, entre-temps, aura obtenu, le 3 septembre 1839, la signature d'un traité de paix garantissant le versement par le Mexique d'une indemnité de réparation. Pour les vétérans de la guerre des Gâteaux, la Monnaie de Paris émettra une médaille commémorative – même pas en chocolat.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 01 16

« C’est singulier, on peut dire : je serai guillotiné, tu seras guillotiné, mais on ne peut pas dire : j'ai été guillotiné. » (Danton)

Raccourcis.jpg« La mécanique tombe comme la foudre, la tête vole, le sang jaillit, l’homme n’est plus », déclara le Dr Joseph-Ignace Guillotin (1738-1814), député du Tiers-État de la ville et des faubourgs de Paris aux États Généraux de 1789 et humaniste convaincu, devant l’Assemblée nationale française le 1er décembre de la même année.

Il n'imaginait pas que cinquante mille personnes allaient périr sur sa planche fatale…

Se penchant sur leur cas dans Raccourcis Dernières paroles stupéfiantes et véridiques devant la guillotine, un recueil de paroles de condamnés à mort célèbres ou anonymes (prononcées entre la Révolution française et l’abolition de la peine de mort en 1981) paru aux Éditions Prisma à Gennevilliers, Bruno Fuligni, diplômé de Sciences-Po, régent du Collège de Pataphysique et auteur prolixe autant que passionnant, a rassemblé nombre de pieds de nez face à la mort, de cris du cœur et d’adieux grinçants qui composent un saisissant traité d'humour noir.

Écoutons ce qu’il en dit :

« Princes, tribuns ou simples truands, quelques-uns ont trouvé l'énergie d'un ultime coup de griffe ou d'un dernier coup de gueule. Soucieux de soigner leur sortie, les guillotinés ont parfois fait assaut d'esprit et de panache, de passion et d'orgueil, de défi et de gouaille, avant de basculer dans le néant.

Les plus cabots ont multiplié les prises de parole, aux différentes étapes de leur calvaire : au réveil, à la toilette, devant l’aumônier, en paraissant devant la populace avide de sang frais, ou bien, pour les mieux trempés, sur la machine elle-même. »

Un ouvrage à couper la chique !

Bernard DELCORD

Raccourcis Dernières paroles stupéfiantes et véridiques devant la guillotine par Bruno Fuligni, Gennevilliers, Éditions Prisma, avril 2015, 192 pp. en quadrichromie au format 15 x 23 cm sous couverture brochée au format inédit en biais couleur acier façon guillotine, 13,95 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié ces mots d’avant le grand plongeon :

« Quel fatal désir que la renommée, j’ai voulu être quelque chose. » (Olympe de Gouges, femme de lettres et féministe, exécutée à Paris le 3 novembre 1793)

« Canaille imbécile, qui meurs de faim, va donc à la section chercher tes quatre onces de pain : moi, je m’en vais le ventre plein ! » (Antoine Quentin Fouquier-Tinville, accusateur public du Tribunal révolutionnaire, exécuté à Paris le 7 mai 1795)

Ayant goûté son verre d’eau-de-vie : « Ce n’est pas ça, ce n’est pas digne de Poncet ; il m’en faut de meilleure. » (Barthélemy Poncet, bagnard évadé, voleur et assassin, exécuté à Versailles le 8 février 1866)

Ayant bu le verre de rhum : « Je voudrais bien encore une cigarette. » (Aimé-Thomas Barré, maître-chanteur, voleur et assassin d’une femme, exécuté à Paris le 7 septembre 1878)

À la foule : « C’est beau, n’est-ce pas, l’agonie d’un homme ! » (Raymond Callemin alias Raymond-la-Science, membre de la « bande à Bonnot », exécuté à Paris le 21 avril 1913)

Refusant la cigarette et le verre de rhum : « Vous savez bien que je n’ai jamais été buveur ni fumeur… et puis, c’est mauvais pour la santé. » (Henri-Désiré Landru, assassin de dix femmes et d’un adolescent, exécuté à Versailles le 25 février 1922)

Au procureur qui le réveille : « – Ta gueule ! – N’avez-vous pas de déclaration à faire ? – Je viens de la faire ! » (Marcel Petiot, médecin et assassin d’au moins vingt-sept personnes, lui-même revendiquant soixante-trois victimes, exécuté à Paris le 25 mai 1946)

« Ah ! c’est ce truc-là ! » (Louis Mathiau, assassin, exécuté à Paris le 24 janvier 1956)

« Où que c’est-ce qu’il est, le bourreau ? Où que c’est-ce qu’il est, le bourreau ? » (Roger Bontemps, meurtrier d’un gardien de prison et d’une infirmière pris en otage avec son complice Buffet, exécuté avec celui-ci à Paris le 28 novembre 1972)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 01 16

« Il pousse plus de choses dans un jardin qu’on en a semé. » (Proverbe serbo-croate)

Mon agenda du jardin 2016 .jpgJardinier en chef du Domaine national de Trianon et du Grand Parc de Versailles, Alain Baraton anime aussi des chroniques radiophoniques consacrées au jardin et aux plantes.

Il a fait paraître chez Flammarion Mon agenda du jardin 2016, un bien bel outil énumérant le sui vi des travaux à effectuer au jardin (dates de semis, météo, mouvements de la lune…) et illustré de conseils pour soigner ses plantes ainsi que d'anecdotes sur l'histoire des différentes espèces. Conçu comme un livre de bord du jardinier, il peut être conservé pour permettre une comparaison, d'une année sur l'autre, des poussées, des variétés semées ou des récoltes.

Le livre de bord des mains vertes !

Bernard DELCORD

Mon agenda du jardin 2016 par Alain Baraton, Paris, Éditions Flammarion, août 2015, 208 pp. en quadrichromie au format 16 x 22,2 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 17,90 € (prix France)

Nous avons recopié dans ce précieux vade-mecum ces quelques lignes instructives :

Pourquoi la digitale s'appelle-t-elle ainsi ?

Si vous glissez un doigt dans une fleur, vous constaterez qu'il s'adapte merveilleusement, un peu comme un dé de couture et dans les campagnes les enfants jouaient avec, bien évidemment. D'où les innombrables surnoms de la digitale ! Elle est aussi appelée gants de coucou, gants de bergère, gants de la Vierge, doigts de loup ou encore cloche, poupée, et cette liste est loin d'être exhaustive. Mais attention, c'est une des fleurs les plus toxiques. Donc, pas de digitale dans les jardins fréquentés par les tout-petits.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |