14 04 10

Un petit livre X… XL !

Comment vivre avec un énorme pénisL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 14/10/2010 de l'hebdomadaire satirique bruxellois PAN :

« Énorme ? Mais où est la norme ? », s’interrogent le Docteur Richard Jacob & le Révérend Père Owen Thomas sous la plume de qui vient de paraître aux Éditions Blanche à Paris un petit guide pratique intitulé Comment vivre avec un énorme pénis, et la question, on en conviendra, est d’envergure ! Car être atteint d’HGM (c’est-à-dire d’hypertrophie génitale masculine) n’est à l’évidence pas une mince affaire… « Quels veinards ! », seriez-vous peut-être enclin à penser in petto, songeant à ceux que la nature a dotés d’un membre aux allures de manche de pioche. Que nenni ! Car, nous assurent nos auteurs amer(bre)loques habilement traduits en français par le Père Di Folco, nombre de ceux qui ont des allures de tripèdes souffrent dans leur chair (dès l’adolescence, d’ampoules aux mains et, plus tard, d’un complexe d’autoexclusion parce qu’ils se sentent à tous les coups hors normes et donc « anormaux »), dans leur tête (de nœud, à force…) et dans leurs relations bien évidemment distantes.
C’est donc à leur rendre l’espoir en leur proposant des activités salvatrices que se sont attelés nos deux défenseurs de l’humain trop humain : le « coming-out » du débraguettage, le « penis painting » si artistique, la méthode SPIT (stimulation, pénétration, injaculation, totalisation – rien à voir, donc, avec un ancien dirigeant socialiste belge, encore que, sait-on jamais…), le recours à la prière (« Seigneur, la taille de mon pénis n’a d’égale que la taille de ton amour pour moi… »), à l’opération/charcutage ou à la pensée positive (« Dieu a créé des tas de trucs vachement gros, par exemple :……. ») ainsi qu’à l’identification aux grands ancêtres (Albert Einstein, Benjamin Franklin, Napoléon Bonaparte, Mozart, Charles De Gaulle, Léonard de Vinci, Sigmund Freud, Winston Churchill et, bien entendu, P.T. Barnum…) qui tous en avaient gros sur la patate. Un livre qui fait du bien ! Surtout à ceux qui en ont une toute petite, au Seize, à la NV-A, au Belang, à l’Élysée, dans leur ranch du Texas ou ailleurs…
PANTHOTAL

Comment vivre avec un énorme pénis par le Docteur Richard Jacob & le révérend Père Owen Thomas, traduit de l’anglais par le Père Di Folco, Paris, Éditions Blanche, 2010,
126 pp. en noir et blanc au format 12 x 22 cm sous couverture brochée en couleur, 15 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 04 10

Au pays qui fait sourire…

Petites mythologies belgesVoilà que ressort aux Impressions Nouvelles à Bruxelles une édition revue et considérablement augmentée des savoureuses et pertinentes Petites mythologies belges de Jean-Marie Klinkenberg, ci-devant professeur de sciences du langage à l’Université de Liège, qui s’est penché avec délectation, à la manière des Mythologies de Roland Barthes, sur la quintessence de la Belgique. Car comment ne pas être fasciné par la présence, au cœur et à la tête de l’Europe, d’un pays qui, bien que n’existant pas, est né d’une côte, rit de lui-même, dit les choses telles qu’elle (ne) sont (pas) en parlant « sur » son français (tout en produisant les Maurice Grevisse, Joseph Hanse, André Goosse, Marc Wilmet et tutti quanti), est devenu le paradis du compromis et des meccanos institutionnels, se déchire pour l’Anderlecht ou le Standard, se réunit autour de ses sportifs nationaux et se trouve, chaque jour ouvrable, traversé en tous sens par des « nafteurs » qui ont « une brique dans le ventre » et dont certains mangent des mitraillettes arrosées par des trappistes tandis que d’autres admirent au musée des casseroles de moules peintes comme des Courbet par le surréaliste Marcel Broodthaers... Une chose est en tout cas bien certaine : si la Belgique (n’) existait (pas), il faudrait l’inventer !
Bernard DELCORD

Petites mythologies belges par Jean-Marie Klinkenberg, édition revue et augmentée, Bruxelles, Les Impression Nouvelles, avril 2009, 176 pp. en noir et blanc au format
14,8 x 21 cm sous couverture de carton léger en quadrichromie, 15 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 03 10

British Humour

Jeeves merciEn poursuivant avec Jeeves merci ! la publication des textes hilarants de Pelham Grenville Wodehouse (1881-1975) consacrés aux exploits abracadabrantesques de son célèbre et si britannique majordome, les Éditions Omnibus à Paris font mouche pour la troisième fois, et de bien belle manière ! C’est qu’il est bon de rire, surtout par les temps qui courent… Et que Wodehouse est un orfèvre en la matière, et quel orfèvre ! Pas un petit horloger de quartier, mais plutôt le Van Cleef & Arpels du genre, avec une production qui confine à l’industrie : il a écrit plus de 90 livres de récits (70 romans et 20 recueils de 200 nouvelles), plus de 100 autres récits en magazines, 400 articles, 19 pièces de théâtre et 250 chansons pour 33 comédies musicales (pour Jerome Kern, Cole Porter, Ira Gershwin…), tous comiques et (presque) tous excellents…
Comme dans les deux recueils précédents parus chez le même éditeur (Jeeves et Au secours ! Jeeves), les huit nouvelles aventures proposées ici de l’impeccable domestique et homme de confiance stylé qui sauve toujours son jeune maître, l'inepte Bertram Wooster (dit « Bertie ») de situations invraisemblables, constituent de véritables vaudevilles où s’accumulent les situations loufoques, les personnages excentriques, les rebondissements incessants, les dialogues subtils et pétillants (mêlant l'argot édouardien délicieusement suranné de l'aristocratie à une grammaire impeccable, Wodehouse était avant tout un magicien du langage, dont les images sont aussi insolites que drôles), dans des mécaniques narratives parfaitement huilées, à la manière de Gustave Feydeau, un autre grand bijoutier du rire.
Bernard DELCORD

Jeeves merci ! (Recueil rassemblant Bertie à la rescousse, Mon valet de chambre, Very good, Jeeves, Jeeves et la saison des amours, Sonnez donc, Jeeves, Toujours prêt, Jeeves ?, Gardez le sourire, Jeeves et Jeeves fait campagne) par Pelham Grenville Wodehouse, préface de François Rivière, Paris, Éditions Omnibus, janvier 2010, 1296 pp. en noir et blanc au format 13,2 x 19,8 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 27 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 03 10

Pour se faire bien voir…

Bréviaire des petits plaisirs honteuxL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 17/03/2010 de l'hebdomadaire satirique bruxellois PAN :

Charmant petit objet livresque présenté à l’ancienne dans du beau papier aux pages non coupées, le Bréviaire des petits plaisirs honteux de Charles Haquet et Bernard Lalanne qui vient de paraître à Paris aux Éditions JBZ & Cie réjouira les amateurs d’épicurisme de tous les instants, et ils sont innombrables ! Car quoi de plus jouissif, en somme, que de pouvoir avec aisance et en toute décontraction river son clou à un frimeur, se curer le nez, s’avachir dans un canapé, choquer son prochain, s’empiffrer, semer le doute, déblatérer quelqu’un, disperser ses vents alentour, savourer l’embarras d’autrui, emmerder le monde, jouer les radins, attiser une querelle de famille, faire bâiller les autres, provoquer une fausse joie, éternuer à la face des gens, faire pipi avec délectation, toutes choses que la morale ou les conventions réprouvent et auxquelles il est par conséquent si bon de s’adonner ? Tel est le propos des auteurs de ce petit guide du savoir-vivre égoïstement, qui suggèrent par ailleurs au lecteur quelques exercices pratiques d’approfondissement, comme apprendre de gros mots aux enfants des copains, lancer une rumeur et observer les proportions qu’elle prend en se propageant, casser son coup à un ami qui drague en lui demandant des nouvelles de sa femme ou encore amener sournoisement la conversation sur un sujet sinistre (maladie, accident…) afin de plomber l’ambiance d’un dîner… Effets garantis !
PANTHOTAL

Bréviaire des petits plaisirs honteux par Charles Haquet et Bernard Lalanne, Paris, Éditions JBz & Cie, mars 2010, 142 pp. en noir et blanc sous couverture brochée en couleur, 12,95 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (1) |  Facebook | |

10 02 10

C’est dur d’être mou !

La métaphysique du mouLa recension ci-dessous a paru dans l’hebdomadaire satirique bruxellois PAN le 18 juillet 2007. Notre ami Panthotal la dédie à Bernard-Henri Lévy, en lui signalant que s’il avait eu de meilleures sources, il n’aurait pas commis sa dernière (énorme) bévue…

Un nouveau livre de Jean-Baptiste Botul, c’est une fête de l’esprit ! Intitulé La métaphysique du mou, il vient de paraître aux Éditions des Mille et une nuits à Paris, et l’auteur y fait le tour d’un concept trop longtemps ignoré de la philosophie officielle, celui de la mouité, dont il analyse les conséquences sur l’Être, le néant, la charcuterie, le fromage, les seins des femmes, le transport des valises et les années trente…
Écrit en réalité par Frédéric Pagès, un agrégé de philosophie qui officie dans les colonnes du Canard enchaîné, ce petit bijou de canular littéraire succède à La vie sexuelle d’Emmanuel Kant, à Landru, précurseur du féminisme et à Nietzsche et le démon de midi, trois autres essais impérissables du botulisme, une maladie spirituellement transmissible !
PANTHOTAL

La métaphysique du mou par Jean-Baptiste Botul, Paris, Éditions Mille et une nuits, juin 2007, 109 pp. en noir et blanc au format 10,5 x 15 cm sous couverture brochée en quadrichromie, 3,50 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (1) |  Facebook | |

09 02 10

Forza Italia !

BerlusconneriesLe texte ci-dessous a paru dans la livraison du 10 février 2010 de l'hebdomadaire satirique bruxellois PAN :

Sous-titré « Les joies du camping et du bronzage », un recueil de citations de l’ineffable mini Mussolini (mais maxi maffioso) qui préside aux destinées de la péninsule italienne vient de paraître aux Éditions du Cherche Midi à Paris. Il s’intitule bien évidemment Berlusconneries et vaut son pesant de vin frelaté, de lait trafiqué et de magouilles macaroniques, ces autres spécialités de la Botte. Florilège : « L’histoire dira que George W. Bush a été un très grand président des États-Unis. Il m’a été très facile de partager ses décisions fondées sur l’amour de la liberté, la démocratie et le respect des autres » ; « Je suis du côté de l’Amérique avant même de savoir de quel côté est l’Amérique » ; « Que les Américains viennent investir en Italie : il n’y a plus de communistes mais de belles secrétaires » ; « Je suis plus pâle que Barack Obama, notamment parce que cela fait quelque temps que je ne m’expose plus au soleil » ; « Il faut [dit-il en interrompant le président du Togo qui, à un sommet de la FAO, parle de la faim dans le monde] abréger la durée des interventions parce que, même si ce n’est pas une tragédie, nous aussi nous avons faim » ; « La compétitivité, il faut l’avoir avec les filles » ; « Le point G des femmes, c’est la dernière lettre du mot ‘shopping’ » ; « Il n’y a aucune crise, la crise, c’est seulement une invention de la gauche » ; « Mon cerveau avance à une vitesse supérieure à celle des mots » ; « Je suis un gentilhomme, une personne comme il faut, un signore à la moralité absolue » ; « Je vous présente l’honorable Giuseppe Palumbo de Forza Italia. C’est un homme qui met la main à la pâte : il est gynécologue » ; « Je n’ai jamais adressé une insulte à
quiconque ! » ; « Veltroni est un couillon. » ; « Bossi est un judas, un traître, voleur de vote par effraction, receleur, escroc à double, triple, quadruple personnalité. Une crapule. » ; « Ils ont fait un test sur moi, sur mes fonctionnalités cérébrales et physiques et ils ont décidé que je suis un miracle qui marche » ; « Les fondateurs de Rome sont Romulus et Rémulus » ; « Seul Napoléon a fait plus » ; « Je passerai à l’histoire, préparez le monument ! ». Chose bien inutile, on en conviendra : ce monsieur Berlusconi est un monument vivant…
PANTHOTAL

Berlusconneries, Paris, Éditions du Cherche Midi, 2009, 126 pp. en noir et blanc au format
11 x 18 cm sous couverture brochée en couleur, 5 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 02 10

Un mal, des mots

Le fond de l'ère effraieL’article ci-dessous a paru dans l’hebdomadaire satirique bruxellois PAN du 3 février 2010 :

Dans Le fond de l’air effraie paru à Bruxelles chez Luc Pire, une compilation de billets radiophoniques lus à l’antenne de la RTBF, de France Inter, de Radio Suisse Romande ou de Radio-Canada et journalistiques publiées dans La Libre, Paris-Match, L’Écho et le Soir Magazine, notre compatriote Bruno Coppens se montre à l’égal de son maître Raymond Devos !
Se penchant sur les innombrables plaies et crises de notre époque, il y trouve l’occasion de développements où l’absurde se vêt d’une logique imparable et de bons mots comme : « Michel Daerden n’a pas l’adsl, il a un débit de paroles typiquement liégeois :’Cool et continu’, comme on dit à Seraing » ; « Pour un Suisse, un arbre, au fond c’est un porte-feuilles » ; « Si la vie attrape le gros coût, normal que vous attrapiez la grosse dette ! » ; « La mondialisation, une maladie très grave car dans ‘mondialisation’, vous avez dialyse, le fait d’injecter de l’argent frais en cas d’insuffisance vénale » ; « Entre ‘culte de l’argent’ et ‘argent occulte’, la frontière est ténue »…
Bruno Coppens brille également dans l’art de la fable à la manière Jean de de La Fontaine : « La Cigale et Defourny », « La Belle et la Dette », « Les Rois m’ont dit… », « La Mittal et la Fourmi »… et il s’intéresse avec ironie à « la fuite des cerveaux » en examinant les cas de Christine Ockrent et de Johnny Hallyday. Ajoutez à cela des dessins plus que décapants de Nicolas Vadot et vous aurez toutes les raisons de vous précipiter chez votre libraire…
PANTHOTAL

Le fond de l’air effraie par Bruno Coppens, Bruxelles, Éditions Luc Pire, janvier 2010, 128 pp. en quadrichromie au format 17 x 23 cm sous couverture brochée en couleur et à rabats, 16 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

15 01 10

Et alors ? Zéro est arrivé…

Sarko le best ofDans Sarko le best of qu’il a fait paraître récemment aux Éditions Points à Paris, le caricaturiste Plantu a rassemblé une compilation de 130 des innombrables dessins qu’il a consacrés depuis 1993 dans Le Monde et dans L’Express à l’actuel omniprésident de la France, de la planète et du pouvoir d’achat, vous savez bien : le Sarko-Schtroumpf dont on dirait, quand il parle, « qu’il a une petite bête qui le démange derrière le cou ». Car celui qui fut tour à tour vizir Iznogoud visant le califat de Jacques Chirac, ministre de l’Intérieur VRP des sociétés Kärcher et Rolex, exécuteur des basses œuvres expulsives, récupérateur des voix lepénistes, triomphateur de Ségolène Royal, fossoyeur de Bayrou, villégiateur chez les riches, époux de râleuse angineuse puis de chanteuse aphone, serveur de soupe pour socialistes affamés, essuyeur de pieds sur son Premier ministre ou encore népotiste bling-bling (entre autres…) est, pour Plantu, « un bon client » parce qu’il constitue une caricature ambulante et au petit pied, recourant sans rire à des formules chocs comme « j’irai chercher la croissance avec les dents » ou « la solution au chômage, c’est le travail ». Grâces soient donc rendues aux auteurs de ce petit livre d’histoire, à ranger précieusement dans la bibliothèque de l’honnête homme d’aujourd’hui, entre les « bushismes » de George W. “Caligula” et les « berlusconeries » du Néron de la Péninsule…
Bernard DELCORD

Sarko le best of par Plantu, Paris, Éditions Points, 2009, 160 pp. en quadrichromie au format 10,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleur, 6 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

26 11 09

À mourir de rire !

Une réplique qui tue par jour

















L'article ci-dessous a paru dans la livraison du 25 novembre 2009 de l'hebdomadaire satirique PAN à Bruxelles :

Vincent Perrot, ci-devant sociétaire des célébrissimes « Grosses Têtes » de Philippe Bouvard sur RTL, en connaît un fameux rayon question cinoche. Rien d’étonnant, par conséquent, à ce que les Éditions du Chêne à Paris lui ont demandé de composer un calendrier perpétuel regroupant 365 citations cinématographiques, petit festival de défouraillages en tous genres fort réussi et particulièrement réjouissant, question de rendre l’avenir de nos contemporains postmodernes un peu moins morose ou un peu plus radieux (selon qu’ils en aient à gauche et votent à droite ou rêvent d’une vie moins maladroite et votent à gauche, par exemple). Florilège : « Vous vous mariez à l’église ? Vous avez raison ! Tant qu’à faire une connerie, autant la faire en musique ! » (Le Zèbre, 1992).
« –T’as pas la télévision, toi ? –Ah non ! Comme cinéma à domicile, j’ai ma femme ! » (Marie-Octobre, 1959). « Je ne me suis jamais servi de mon intelligence, j’étais fonctionnaire ! » (Carré de valets, 1947). « –Ton père et moi, tu nous feras mourir de chagrin ! –Tant mieux, comme ça on ne retrouvera pas l’arme du crime ! » (Mélodie en sous-sol, 1963). « Quand on fera danser les couillons, tu seras pas à l’orchestre ! » (Marius, 1931). « Vous vous excusez ! Eh bien ! dites donc ! Je vous donne asile, vous couchez avec ma fille, vous disparaissez avec elle et quatre mois plus tard, vous vous excusez d’interrompre ma sieste ! » (Les Yeux de l’amour, 1959). « Deux milliards d’impôts nouveaux ! Moi, j’appelle plus ça un budget, j’appelle ça de l’attaque à main armée ! » (La Chasse à l’homme, 1964). « C’est avec les épouses tristes qu’on fait les veuves joyeuses ! » (La Nuit fantastique, 1942). « Mais enfin ! C’est un baiser que j’ai demandé, pas un car wash ! ». (Absolument fabuleux, 2001). « J’vais te dire une chose. J’ai jamais eu qu’une femme… Et puis c’était la tienne. » (La Soupe aux choux, 1981). « J’suis ancien combattant, militant socialiste et bistro. C’est dire si dans ma vie j’ai entendu des conneries ! » (Un Idiot à Paris, 1967). « Le mariage est comme une ville assiégée. Ceux qui sont dehors veulent y entrer et ceux qui sont dedans veulent en sortir. » (Mariages, 2004). « Je n’ai pas de sentiments, Walter, et si j’en ai un jour, ils ne triompheront pas de mon intelligence ! » (La Pianiste, 2001). « Ce n’est pas qu’on méprise les gens qui n’ont pas d’argent, c’est qu’on ne comprend pas pourquoi ils n’en ont pas… Ils n’ont qu’à en acheter ! » (Jet Set, 2000). Si l’adage est vrai, selon lequel « rire chaque jour fait vivre des vieux
jours », cette pinte de bon sang intitulée Une réplique qui tue par jour devrait être remboursée par la Sécu…
PANTHOTAL

Une réplique qui tue par jour par Vincent Perrot, Paris, Éditions du Chêne, septembre 2009, 365 pp. en bichromie au format 13 x 10 cm sous couverture brochée à rabats en deux couleurs, 14 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 11 09

Le rire est le propre de l’homme (Bergson)

Une réplique comique par jour

















L’animateur français de radio et de télévision Vincent Perrot est, on le sait, un très brillant cinéphile. Aussi les Éditions du Chêne à Paris ont-elles eu l’excellente idée de faire appel à lui pour composer un calendrier perpétuel intitulé Une réplique comique par jour regroupant 365 citations puisées dans les dialogues de films français classiques ou contemporains. Extraits :
« –Écoute, maman, j’en ai marre que tu m’autorises ou que tu m’interdises. J’ai 33 ans ! –Eh bien justement, c’est l’âge où on fait des bêtises. Regarde le Christ ! » (Le Garde du corps, 1983). « Ma femme aussi a un don pour l’écriture : elle remplit très bien les chèques ! » (Le Prix à payer, 2007).
« –Hello, sweet Prince ! Did you sleep well, dans la guest room de Madonna ? –Like a virgin ! » (People, Jet set 2, 2004). « –Stanislas de la Tour Maubourg. (Il lui fait le baisemain.) –Chouchou, d’la place Clichy. » (Chouchou, 2003). « –Qu’est-ce que tu attends pour te marier ? Si tu continues, tu finiras vieux garçon, maniaque et seul… –Tu veux que je te dise, pour moi le mariage, c’est passer sa vie à régler à deux une tonne de problèmes que je n’aurai jamais tout seul ! » (Marie-toi, 2009).
« –Mais oublions le film pour ce soir. Parlez-moi de vous, plutôt. –Odile ! Moi, c’est Odile. Pluto, c’est l’ami de Mickey ! » (La Cité de la peur, 1994). « –Est-ce que vous aimez la musique
classique ? –Obispo, des trucs comme ça ? » (Je vous trouve très beau, 2005). « –Fais pas attention, Théo est une brutalité de la guerre… –En langage clinique, on appelle ça un paranoïaque, en langage militaire, un brigadier ! » (Un taxi pour Tobrouk, 1960). « –On est vraiment très heureux d’être là. On est dans un lycée, ça nous rappelle notre enfance, comme une bouffée de…
–Haschich ! » (Paroles et Musique, 1984). « –Et maintenant, Blaze, flattez-moi. –Monseigneur est le plus grand de tous les grands d’Espagne. –Ce n’est pas une flatterie, ça, c’est vrai ! » (La Folie des grandeurs, 1971). « –La vérité, c’est que tu es mou et paresseux ! Tu es tout le portrait de ton oncle Émile. Celui-là, il ne passait jamais au soleil parce que ça le fatiguait de traîner son ombre ! » (Marius, 1931).
Un cadeau à (se) faire, qui permettra à chacun, dès janvier prochain, d’envisager l’avenir sous son côté radieux…
Bernard DELCORD

Une réplique comique par jour par Vincent Perrot, Paris, Éditions du Chêne, septembre 2009, 383 pp. en bichromie au format 13 x 10 cm sous couverture brochée à rabats en deux couleurs, 14 €

Écrit par Brice dans Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |