28 09 13

Ridiculus politicae…

Perles parlementaires (4e édition).jpg

Le texte ci-dessous a paru dans la livraison du 28/09/2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Fruit du travail d'une vie de collectionneur, les Perles parlementaires de Paul Quimper, dont la 4édition vient de paraître aux Éditions Horay à Paris (elles intègrent des bourdes proférées en France), demeurent d'une belle actualité, tant l'éloquence des politiciens continue de laisser à désirer.

Révision de quelques classiques :

« Dire qu'il faut faire payer les riches est une affirmation gratuite ! »

« Les producteurs de lait sont en ébullition ! »

« Vous allez ouvrir la boîte des pandores... »

« La lutte contre le tabac est une œuvre de longue haleine ! »

«S'agissant de la natalité, monsieur le ministre, le ballon est dans votre camp ! »

« Le couperet est tombé sur les bourses ! »

« On laisse implanter des usines là où elles pourraient être implantées ailleurs ! »

« On assiste à un boom du gaz ! »

« Vous enfoncez des portes ouvertes en annonçant davantage de procédures d'expulsion... »

« Les statistiques, c'est comme la mini-jupe : ça cache l'essentiel et ça donne des idées ! »

« Nous sommes d'accord pour n'être pas d'accord ! »

« Je suis un élu du peuple, j'ai le droit de dire n'importe quoi ! »

En effet ! Comme d'habitude... Et comme en Belgique, sûrement !

Bernard DELCORD

Perles parlementaires par Paul Quimper, Paris, Éditions Horay, 4édition, septembre 2013, 132 pp. en noir et blanc au format 12 x 12 cm sous couverture brochée en couleurs, 5,99 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 08 13

Un kit de survie...

Le Guide des emmerdeurs.jpgL'article ci-dessous a paru dans la livraison du 17 août 2013 de l'édition belge du magazine MARIANNE :

Dans Le Guide des emmerdeurs, des cons et des importuns, paru aux Éditions Tut-tut à Paris, Stéphane Rose – co-créateur des Gérard qui couronnent chaque année les plus mauvais animateurs et les pires émissions de télévision – dresse l'inventaire des casse-pieds les plus fréquents et fournit le mode d'emploi pour les neutraliser rapidement.

Grâce à ses conseils, on ne redoutera plus les méfaits ou la survenue de l'enfant roi qui hurle dans le TGV, de la petite vieille qui veut passer avant vous à la caisse du supermarché, de l'employé d'un call-center qui appelle à 8 heures du matin pour vous vendre une cuisine, du collègue bobo écolo, de la rombière féministe obsessionnelle, de l'idiot qui klaxonne dans les embouteillages, du gars qui flippe en avion et communique son stress à tout le monde, de l'ami qui ne va jamais bien, de celui qui a un petit talent de guitariste ou du voisin bruyant qui ne supporte pas le bruit...

« Et si ça ne marche pas, conseille l'auteur, assommez-les avec ce livre. Un bon coup sec, cela devrait suffire... »

Bernard DELCORD

Le Guide des emmerdeurs, des cons et des importuns par Stéphane Rose, Paris, Éditions Tut-tut, mai 2013, 195 pp. en noir et blanc au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 13 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 06 13

Un vrai dictionnaire qui fait rire !

crétin.jpgSous le titre "Le crétin tel qu'on le parle" et "ou le jargon des élites", Pierre Chalmin nous donne à lire, à observer, à commenter tout le charabia que l'on suit dans les médias. Non seulement c'est un arrêt sur image, sur mot, devrait-on dire, car tout change vite, surtout la mode, mais c'est en même temps une vue plus profonde qu'il n'y paraît sur notre société ! Cet auteur nous avait déjà donné un succulent "Dictionnaire des injures littéraires" et nous savons qu'il est "correcteur", soit qu'il corrige précisément toutes ces dérives artificielles de l'utilisation du langage. Au hasard du livre, je vous cite : "Accidentogène" pour dangereux, "Durable" pour écologique, "Leadership" pour direction, "Lisibilité" pour clarté, "Optimiser" pour améliorer, etc. Un régal pour tous ceux qui ont envie d'une langue juste, claire et simple; à l'opposé des langues de bois, des discours brumeux et pédants des gens de pouvoir, quel qu'il soit ! Une belle entreprise de dénonciation, c'est certain ! En 1925, on trouvait déjà un tel ouvrage "Le Musée des erreurs" de Curnonsky et Bienstock et dans leur préface cette phrase : "Les gens à court d'idées sont toujours à court de mots, et ils tournent la difficulté en remplaçant le terme propre par un doublet de leur invention". La meilleure illustration est sans doute "solutionner" pour éviter la conjugaison ignorée de résoudre ou "promotionner" pour promouvoir !

 

Jacques MERCIER

"Le crétin tel qu'on le parle" de Pierre Chalmin, les Editions de Paris Max Chaleil, 2013, 80 pp. 9 euros.

 

 

29 05 13

La culture, c'est comme la confiture...

Brèves de copies du Bac.jpgLes copies d'élèves recèlent, tous les enseignants le savent, de petits bijoux d'ignorance et d'incompréhension relevant parfois du surréalisme le plus pur.

Une nouvelle preuve vient d'en être administrée par les Éditions Chiflet & Cie à Paris qui mettent ces jours-ci sur le marché un hilarant Brèves de copies du Bac rassemblant des perles particulièrement remarquables (et authentiques).

Florilège :

« Exemples de mots-valises : malle, bagage, coffre, sac, sac à dos. »

« Dante est un humoriste italien qui est célèbre pour avoir écrit une comédie. »

« Une année-lumière est l'énergie que dépense un humain en une année pour s'éclairer. »

« L'atome a été découvert en Savoie. »

« Citez des couples d'homophones :

Jean Marais et Cocteau, Rimbaud et Verlaine, Delanoë mais je sais pas avec qui. »

« La Corée est une dictature avec son cruel président King Kong. »

« Maupassant a eu son premier succès en librairie avec Boule de snif. »

« Pythagore inventa la formule d'un triangle rectangle, le carré de la longueur de l'hippopotamus est égal à la somme des carrés des longueurs des côtés de l'angle droit. »

« Freud a beaucoup écrit sur son sexe. »

« On a coupé la tête de la reine Marie-Antoinette parce qu'elle n'avait rien dedans. »

« Le kilomette est une unité de longueur qui vaut 100 mettes. »

« Le principe d'Archimerde... »

« Le cheval-vapeur est la quantité d'eau que perd un cheval par kilomètre. »

Et, last but not least : « Avoir une bone ortograf est indispansable dans la vie professionnel ».

Voilà des jeunes qui ont à l'évidence, comme l'assurait ma grand-mère, plus d'appétit que d'instruction !

Bernard DELCORD

Brèves de copies du Bac, ouvrage collectif, Paris, Éditions Chiflet & Cie, mai 2013, 126 pp en noir et blanc au format 12,5 x 17,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 10 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 05 13

Pour se venger des casse-pieds...

150 idées pour emmerder le monde.gifDans son petit ouvrage intitulé 150 idées pour emmerder le monde paru chez First à Paris, Laurent Gaulet propose une centaine et demie de ripostes plus ou moins sournoises aux agressions des casse-pieds et des importuns qui nous pourrissent la vie parfois sans même s'en rendre compte et donnent tout son poids à l'assertion bien connue de Jean-Paul Sartre dans Huis clos : « L'enfer, c'est les autres ».

Pour aider le lecteur à se transformer à son tour en démon, l'auteur suggère, par exemple, de reculer d'une heure les horloges de son lieu de travail, de s'entêter à appeler une femme « monsieur » ou un homme « madame », de bâiller d'ennui quand on nous parle, de sortir le doigt de son nez juste avant de serrer la main de quelqu'un, d'enduire tous les interrupteurs des toilettes de son entreprise avec du yaourt au chocolat, de faire parler pendant une heure un démarcheur téléphonique sans rien lui acheter, de céder sa place à une femme sous prétexte qu'elle est enceinte alors qu'elle ne l'est pas, de transférer tous ses mails publicitaires à une personne que l'on vise ou encore, en voiture, imiter le GPS durant tout un parcours lorsqu'on est passager.

Ambiance garantie !

Bernard DELCORD

150 idées pour emmerder le monde par Laurent Gaulet, Paris, Éditions First, collection « Le petit livre », mars 2013, 160 pp en noir et blanc au format 8,5 x 12 cm sous couverture brochée en couleurs, 2,99 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (1) |  Facebook | |

20 04 13

Un beau ridiculum vitae...

Un jour, je serai Prix Nobelge.jpgLe texte ci-dessous a paru le 20 avril 2013 dans l'édition belge de l'hebdomadaire Marianne :

Ayant décidé non pas de poétiser plus haut que son luth, mais d'aller à la postérité (contrairement à Alphonse Allais qui préférait aller hériter à la poste), notre compatriote – par ailleurs ni con ni patriote – Jean-Pierre Verheggen s'est fendu, chez Gallimard à Paris, d'Un jour, je serai prix Nobelge, un texte par lequel il postule à la plus haute distinction honorifique de Ce (petit et plat) Pays qui donna à la francophonie ses lettres de noblesse par l'entremise des chansons du Grand Jojo, des cours de savoir-vivre de Jef Kazak et de la prose politique du maire de Champignac.

Si la concurrence est rude, notre homme ne manque pas d'arguments, excipant qu'il peut d'un ridiculum vitae à faire pâlir le Baudelaine de Coluche ou le Rimbot de Guy Bedos, qui ne sont pourtant pas de la petite bière !

Qu'on en juge :

Il croule sous les honneurs, comme le Prix « Marins d'eau douce » dans le cadre des « Voyageurs étonnés d'être à Saint-Malo » ou le Grand Prix Jean de La Fontaine décerné par l'Académie de Fontaine-l'Évêque pour « Le rat Deville et le rat Duchamp ».

Il fut conseiller conjugal pour familles de mots recomposées. Il s'est penché, pour le Journal international de l'Automobile Club, sur « Les problèmes de stationnement à Mégara ». Il a chanté les vertus et la suavité incomparables du pet de nonne, ce beignet soufflé en alizé de bure. Il est l'auteur du fameux Casse-toi, vieille Muse ! Il a narré les aventures méconnues de Popeye privé d'épinards et d'Icare dans son jus...

Voici quelques perles parmi ses hilarantes traductions gréco-latines : – Festina lente : Tina est un peu lente de la fesse. – Verba volant, scripta manent  : quand Verba est au volant et Scripta aux manettes, c'est dans le fossé direct ! – Gnôthi seauton : à force de te goinfrer de gnocchi, tu vas bientôt peser cinq à six tonnes. – Carpe diem : Dieu a pêché gros ! – Castigat ridendo mores : même quand on le castra pour affaire de mœurs, il se bidonnait...

Pas de toute, à l'en croire, il finira dans les Emmanuelle scolaires !

Bernard DELCORD

Un jour, je serai prix Nobelge par Jean-Pierre Verheggen, Paris, Éditions Gallimard, avril 2013, 132 pp. en noir et blanc au format 14 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 15,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 04 13

« Kangourou, puce géante » (Jules Renard)

Histoires naturelles.jpgLe texte ci-dessous a paru dans la newsletter d'avril 2013 des guides gastronomiques belges DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

En 1894, l'écrivain français Jules Renard (18-1910) faisait paraître son célèbre roman autobiographique Poil de carotte, mais aussi les savoureuses Histoires naturelles que les Éditions Soliflor à Bruxelles ont eu l'excellente idée de remettre ces jours-ci sur le marché, dans une version merveilleusement illustrée par Benjamin Rabier (1864-1939).

Un petit bijou livresque qui permet de découvrir une facette plus tendre d'un écrivain souvent sarcastique et drôle, ami en son temps d' Alphonse Allais, d'Edmond Rostand, de Courteline, des Goncourt, de Tristan Bernard, de Lucien Guitry, d'Octave Mirbeau ou de Sarah Bernhardt et connu aujourd'hui du grand public par les fréquentes citations de son œuvre dans la très populaire émission « Les grosses têtes » de Philippe Bouvard...

Bernard DELCORD

Histoires naturelles par Jules Renard, illustrations de Benjamin Rabier, Bruxelles, Éditions Soliflor, novembre 2012, 167 pp. en quadrichromie au format 15 x 15 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 15 €

Pour vous, nous avons extrait de cet ouvrage souriant les quelques brèves observations suivantes :

L'écureuil

Du panache ! Du panache ! Oui, sans doute ; mais, mon petit ami, ce n'est pas là que ça se met.

Le cafard

Noir et collé comme un trou de serrure.

Le ver luisant

Que se passe-t-il ? Neuf heures du soir et il y a encore de la lumière chez lui.

La baleine

Elle a bien dans la bouche de quoi se faire un corset, mais avec ce tour de taille....

Le brochet

Immobile à l'ombre d'un saule, c'est le poignard dissimulé au flanc du vieux bandit.

Les fourmis

Chacune d'elles ressemble au chiffre 3. Et il y en a i il y en a ! Il y en a 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3 3... jusqu'à l'infini.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 01 13

To be or not to be bobo !

bobos.jpgIl est difficile de réussir la transposition de chroniques faites pour l'antenne, dans ce cas-ci la radio, dans un livre écrit. Pourtant en l'occurence, c'est non seulement jouissif mais cela prend une nouvelle dimension. Grâce aussi sans doute aux dessins de Nicolas Vadot qui soulignent si bien les propos. Donc, Myriam Leroy dans l'émission d'Olivier Monssens, qui préface l'ouvrage, "On n'est pas rentré" de la Première propose régulièrement une rubrique sur "Les Bobos". Dans l'avant-propos, Olivier cite Burgalat de passage sur antenne qui déclara "To be or not to be bobo" ! Pour rappel, le bobo est donc le "bourgeois-bohême". Pour le définir je prends cet extrait de la quatrième de couverture : "Sociostyle apparu il y a une dizaine d'années, le bobo est aujourd'hui au sommet de sa gloire. Pur produit de notre temps, agaçant et attachant à la fois, il n'est pas à une absurdité près. Il mange local mais voyage lointain, il s'habille vintage mais cher, il milite pour davantage de mixité sociale mais met ses enfants à l'école Decroly..." On découvre donc les travers et le charme des bobos comme les Martine : à la mer, à la ferme... Ici "les Bobos et..." les congés, les Flamands, et bébés, et cinéma, et musique... et puis j'ai eu la surprise (on ne me l'avait pas dit) de me découvrir cité trois fois dans la chronique "Les bobos et les réseaux sociaux" ! Myriam Leroy raconte que le Bobo n'est pas très Face Book, mais "lorsqu'il s'abaisse à faire un tour sur Face Book, il observe toujours ce même rituel : lire les statuts de Jacques Mercier, qui lui font croire à un monde meilleur (exemple : "Quand vous prenez conscience que rien ne vous manque, le monde entier vous appartient, dixit Lao-Tseu)." Et je vous laisse découvrir la suite. Ce monde des Bobos très bien décrit, avec l'intelligence et l'humour qu'on connaît à Myriam Leroy (par ailleurs, spécialiste des séries en DVD !), bénéficie ausi d'une édition vraiment très soignée, mise en page, caractères, illustrations, etc. Un livre à boire par petites gorgées jusqu'à l'ivresse !

Jacques MERCIER

"Les Bobos" (la révolution sans effort), par Myriam Leroy, La Renaissance du Livre, 128 pp. Illustrations de Vadot.

Écrit par Jacques Mercier dans Humour, Jacques Mercier, Médias, Société | Commentaires (2) |  Facebook | |

22 12 12

Éclats de rire assurés !

Dictionnaire amoureux de l'Humour.gifLe Dictionnaire amoureux de l'Humour que Jean-Loup Chiflet a fait paraître récemment aux Éditions Plon à Paris est un véritable petit bijou d'inventivité, de drôlerie et d'esprit !

De Rabelais à Fernand Raynaud, de Montesquieu à Coluche, de Voltaire à Georges Wolinski, de Diderot à Jean Yanne, de Gustave Flaubert à Valérie Lemercier, d'Anatole France aux Monty Python, de Georges Feydeau à Frédéric Dard, de Jules Renard à Bourvil, des Pataphysiciens aux Oulipiens et de Molière à Antoine Blondin, sans oublier Jonathan Swift, Talleyrand, Winston Churchill, Sacha Guitry, Pierre Dac, Alexandre Vialatte, Jules Romains, Francis Ponge, Jacques Prévert, Eugène Ionesco, Woody Allen, Georges Perec, Emil Cioran, Le Canard enchaîné, Charlie Hebdo, Pierre Desproges, Philippe Geluck, les surréalistes belges et tant d'autres, l'auteur a essayé d'analyser le mécanisme complexe de l'humour : s'agit-il vraiment d'un « excès de sérieux », comme le pensait Tristan Bernard, ou d'une « tentative pour décaper les grands sentiments de leur connerie » comme le laissait plutôt entendre Raymond Queneau ?

Vaste débat...

En voici quelques arguments :

S'agissant, par exemple, de jeux de mots : « Madame Bovary passait son temps à tromper l'ennui et son mari. » (Gustave Flaubert) ; « En voyant le lit vide, il le devint. » (Ponson du Terrail) ; « À défaut de sonnettes, ils tirent la langue. » (Paul Valéry).

De définitions de mots croisés : « N'est baisée que par des hommes du monde – Main (Max Favalelli) ; « A réussi à se caser comme nègre en littérature – Tom » (Robert Scipion) ; « Mesure de redressement –aphrodisiaque » (Léo Campion).

De leçons de vie : « Je me serais bien suicidé, mais j'étais en analyse avec un freudien de stricte obédience, et ils vous font payer les séances manquées. » (Woody Allen) ; « En France, le ridicule ne tue pas. On en vit. » (Henri Jeanson) ; « Comment rira celui qui mourra le dernier ? » (Jacques Sternberg).

De constats scientifiques : « Tout corps plongé dans une baignoire reçoit un coup de téléphone. » (Francis Blanche)

De slogans politiques : « Le Bas-Var aux Bas-Varois ! » (Alphonse Allais)

De beauté féminine : « Elle était vraiment très belle ; même les valises qu'elle avait sous les yeux venaient de chez Gucci. » (Kenny Everett)

D'histoire « C'est en 1967 que Magritte cassa sa pipe. » (Alain Dantinne)

D'autodérision : « Je suis aveugle, mais on trouve toujours plus malheureux que soi... J'aurais pu être noir. » (Ray Charles)

Et de constats de toutes sortes : « Les marmottes qui pissent au lit passent un sale hiver. » (Vincent Haudiquet) ; « Le problème des vacances, c'est qu'on ne peut pas téléphoner du bureau. » (Jean-Jacques Vanier) ; « Lorsque les gens mangent, ils en profitent pour alimenter la conversation. » (Raymond Devos)

De quoi convaincre les esprits les plus chagrins !

Bernard DELCORD

Dictionnaire amoureux de l'Humour par Jean-Loup Chiflet, dessins d'Alain Bouldouyre, Paris, Éditions Plon, collection « Dictionnaires amoureux », novembre 2012, 706 pp. en noir et blanc au format 13 x 20 cm sous couverture brochée en couleurs, 24 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 12 12

C'est pour rire tout de suite et pour emballer...

url.jpg

Actualité des beaux livres oblige, nous remplaçons cette semaine encorel'édition de nos blondes pensées du lundi, par la chronique d'un ouvrage qui les remplace avantageusement.

 

De tous les peuples de la Gaule, les Belges ne sont pas les moins rieurs.  Ils rient même de très bon coeur. 

"L'humour belge existe bel et bien: les francophones septentrionaux, séparés de l'Hexagone au motif que Bonaparte et Grouchy n'utilisaient pas de téléphones portables à Waterloo, se sont façonné une manière d'être, de penser et de rire qui n'appartient qu'à eux."

Des illustres "classiques" de l'humour belge, Bossemans et Koppenolle, Beuuulemans et compagnie, à la génération qui sévit aujourd'hui, Geluck, "Taloches" et ..compagnie, Bernard Marlière recueille un florilège d'extraits, sketchs, aphorismes, .....dont certaines nous reviennent à l'esprit, hilarantes madeleines enfouies dans  nos zygomatiques.

"L'humour est une façon de se tirer d'embarras sans se tirer d'affaire" 

affirmait Scutenaire. Est-il meilleure défintion de notre manière de vivre, de gouverner.

Jef Kazak, Hergé, Manu Thoreau (le faux Monsieur Sécurité), Stéphane Steeman, Paolo Doss, Jannin et Liberski, Bruno Coppens, Raymond Devos, Thomaz Gunzig ... et Tiyl Uilenspiegel ne diront pas le contraire qui vous convient en une joyeuse "Absurdie" de bons mots.

AE

Anthologie de l'humour belge. Du Prince de Ligne à Philippe Geluck, Bernard Marlière, ed. Jourdan, novembre 2012, 544 pp, 21,9 €

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |