20 01 09

L'insoutenable réalité de l'Amour

FOENKINOSNé de parents soixante-huitards (C'est traumatisant de passer ses vacances en Inde quand on est enfant), Fritz se sent doué pour toutes les études. Tellement qu'il se retrouve finalement propulsé dans la vie active. Chez Larousse. Et dans la vie affective, avec Alice (Maintenant que tu as un emploi, il faut que je te présente à mes parents). Une vie amoureuse qui va être marquée ... par les séparations.
Depuis que je l'ai découvert avec son excellent Le potentiel érotique de ma femme, David Foenkinos ne m'a jamais déçu. Ce septième roman sur le véritable Amour, celui qui vous propulse dans la catégorie des êtres risibles, fait mouche avec son humour (quelques scènes d'anthologie comme le pétage de plombs du futur beau-fils au premier dîner chez les "futurs"), son décalage urbain (j'en avais besoin, comme pour me prouver que le monde féminin n'était pas une formule anéantie par le couple) et ses qualités littéraires toujours plus évidentes.
Retrouvailles à la "Maison" avec le romancier nouvellement dramaturge (Célibataires, avec Catherine Jacob et Christian Charmetant vient d'être joué avec succès au Studio des Champs Elysées).

  DAVID FOENKINOS - Brice Depasse 1
  DAVID FOENKINOS - Brice Depasse 2

Nos séparations, David Foenkinos, Gallimard, 2008, 177p., 16€00.

Photo : Alain Trellu

FOENKINOS

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 01 09

Ce matin dans le GM de Nostalgie

BLONDELLe nouveau roman des jeunes leaders de la littérature sur la sellette. Brice a ainsi évoqué ce matin le roman de Philippe Besson, “La trahison de Thomas Spencer”, mais aussi le livre d’Olivier Adam “Des vents contraires” et celui de Jean-Philippe Blondel “A contretemps”.
Des must au sein de cette rentrée de janvier.

  GM - Adam Besson Blondel

ADAMDes vents contraires, Olivier Adam, L'Olivier, janvier 2009, 254p., 19€00.

La trahison de Thomas Spencer, Philippe Besson, Julliard, janvier 2009, 270p., 19€00.

A contretemps, Jean-Philippe Blondel, Robert Laffont, janvier 2009, 252p., 19€00.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 01 09

L'exilée de St Germain

VISDEI_AlexandraUne table, le midi, aux Deux Magots, bd St Germain, boulevard des écrivains. Je retrouve la dramaturge roumaine, l'adorable et géniale Anca Visdei. Nous parlons de L'exil d'Alexandra l'adaptation romanesque de Toujours ensemble, la pièce de théâtre qui a fait son succès à New-York, Tokyo et en Avignon.
J'ai écrit tout le bien que je pensais de cette belle oeuvre (cliquez sur la couverture), cet échange de lettres entre deux soeurs que séparent le rideau de fer, les kilomètres et bientôt des décennies. Un document-fiction remarquable, drôle et émouvant sur la Roumanie de Ceaucescu et l'exil.
Brice Depasse

  ANCA VISDEI - Brice Depasse 1

Paris nov 0804Photo : Alain Trellu

L'exil d'Alexandra, Anca Visdei, Actes Sud, mai 2008, 20€.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 01 09

Don Giovanna alias Anca

VISDEI_seductriceCe roman est une pure merveille.
Du concentré de portraits d'un La Bruyère peint par un Don Juan féminin, à la sauce moderne version L'insoutenable légèreté de l'être. À travers la description de tous les hommes qu'elle a croqués dans sa vie de femme splendide et dévoreuse de chair et d'âme, la narratrice décrit son existence alors qu'elle est arrivée au constat de la solitude de l'éternel recommencement de l'Amour manqué.
Les personnages sont éblouissants autant que pathétiques, le style est remarquable. Un vrai feu d'artifice.

  ANCA VISDEI - Brice Depasse 2

VISDEI
Confessions d'une séductrice : L'éternelle amoureuse, Anca Visdei, Favre, mai 2008, 286p., 19€00.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 01 09

Scenarii Quiriny

QUIRINYJubilatoire. Tel est le mot qui résume le plaisir que Bernard Quiriny a dû éprouver en écrivant les quatorze nouvelles qui composent son recueil, celui que le lecteur ressent en les découvrant.
Des scenarii génialement absurdes, cyniques, farfelus, traités avec une logique implacable, imparable: du Geluck, Nothomb, d'Oultremont, Dahl, Aymé, Borgès, ... réunis, mêlés à la sauce d'encre de la plume quirinienne : une femme à la peau d'orange, sensuellement épluchée, un évêque dédoublé, un employé qui a un don d'ubiquité auditive, un groupe d'esthètes fascinés par les marais noires, ... et j'en passe. J'ai dégusté ces nouvelles comme des friandises, adhérant à cette "disposition d'esprit commune " dont l'auteur qualifie les familles littéraires.
C'est le premier traité de musicologie odoriférante", explique-t-il. Les compositeurs y sont classés selon les neuf groupes d'odeurs distingués au XIXe siècle par Zwaardemaker: éthérées, aromatiques, fragrantes, ambrosiaques, alliacées, empyreumatiques, capryliques, répulsives et nauséeuses.
Des zygomatiques suppliciés,
Un prix Rossel* 2008 largement justifié.
Apolline Elter

Contes carnivores, Bernard Quiriny, Seuil, mars 2008, 248 pp, 18 €

* Le prix littéraire le plus populaire de Belgique.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |

17 01 09

Les best sellers de 2008 : que des surprises !

MILLENIUMIncroyable (et rassurant) : parmi les meilleures ventes de l'année écoulée figurent quatre romans parus en 2006. Le premier tome de la série Millenium a été le livre le plus vendu en 2008, devant Titeuf (BD) et Guillaume Musso (en poche).
Avec Les hommes qui n'aimaient pas les femmes (1er, 512.800 exemplaires vendus), La fille qui rêvait d'un bidon d'essence (7è, 377.300) et La reine dans le palais des courants d'air (8è, 347.300), le Suédois Stieg Larsson truste 30% du top 10 2008.
Guillaume Musso, avec 475.400 exemplaires de l'édition Pocket de Parce que je t'aime occupe la seconde place et Anna Gavalda avec La consolante, son nouveau roman, avec 472.200 exemplaires la quatrième. Marc Levy est 5ème et 6ème avec Toutes ces choses qu'on ne s'est pas dites (470.200 ex.) et les Enfants de la liberté (chez Pocket, 379.100e x). Les yeux jaunes des crocodiles de Katherine Pancol (Livre de poche, 337.400 ex) est 9ème et Fred Vargas 10ème avec Un lieu incertain (Viviane Hamy, 335.700 ex).
L'élégance du hérisson (Gallimard) de Muriel Barbery, paru en 2006, s'est encore vendu à 281.600 exemplaires en 2008.
Autre surprise, les lauréats des prix littéraires : l'excellent Où on va, papa ?" de Jean-Louis Fournier, prix Femina 2008, s'est le mieux vendu avec 254.400 exemplaires écoulés, devant Syngué Sabour d'Atiq Rahimi, le Goncourt, qui plafonne à 180.600 exemplaires.
Plus que jamais le célèbre bouche-à-oreilles du bon public que nous sommes arrive à imposer aux grands vendeurs de livres. Tant mieux.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |

10 01 09

Concentré de Terreur

CHATTAM_trilogieFranchement ? Vous n’en avez pas marre de tous ces cadeaux de Noël dégoulinant de bons sentiments, de glucose et de lumière qui clignotent ? Non, mais, je veux dire, les DVD de comédies romantiques, les bouquins sur la cuisine de Patagonie ou les incontournables confections de parfum/chocolat/savon, c’est bien, surtout pour votre Tata Francine. Mais ne serait-il pas grand temps de mettre un peu de piment sous le conifère de saison ? Michel Lafon a donc pensé à tous ceux qui espèrent secouer un peu les vieilles habitudes et frissonner plutôt que cocooner au coin du feu ! Réddition des 1040 pages de la Trilogie du Mal, un seul et même volume qui permettra de découvrir pourquoi Maxime Chattam est devenu, en peu de temps, l’un des auteurs de thriller incontournables du nouveau siècle. L’Ame du Mal, In Tenebris et Maléfices témoignent de la montée en puissance d’un jeune écrivain qui avait très tôt compris toutes les subtilités d’un genre. Avec ses tueurs retords, ses décors grandioses et ses images frappantes (celle d’une jeune femme traversant Central Park, nue, scalpée, encore dans toute les mémoires … oui, je vous avais bien dit que nous n’étions pas dans le domaine de la gaudriole et des apéritifs sucrés ) cette trilogie montre aussi à quel point la terreur et le mal n’ont ni frontière, ni limite.
Depuis, certains diront que Chattam s’est « assagi » et qu’il est parti explorer des rivages plus « politiquement corrects ». J’avancerai simplement qu’il est nécessaire pour un auteur d’évoluer et que cette trilogie constitue de solides fondations sur lesquelles se construit peu à peu une véritable œuvre dans le sens le plus riche du terme.
Dr Corthouts

La Trilogie du Mal : L'Ame du Mal, In Tenebris, Maléfices, Maxime Chattam, Michel Lafon, décembre 2008, 1040p., 29€90.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 01 09

La traversée du désert

jarryCe roman est un bonheur à différents titres, qui correspondent à autant de lectures qu’Isabelle Jarry nous invite à lui donner… Le roman met en scène une narratrice, Ariane, dont le prénom n’est pas innocent : elle déroulera au long du récit le fil qui lui permettra, à la dernière page, de saisir le sens des événements qui surviennent dans cette Traversée du désert.
Elle se laisse convaincre par son vieil ami Gabriel Barthomieux (dont le modèle est Théodore Monod auquel Isabelle Jarry a consacré plusieurs ouvrages) de raconter la tragique expédition d’un certain Alexander Laing qui en 1826 fur le premier européen à entrer dans la ville mythique de Tombouctou… « Bien sûr, une telle expédition ne peut se raconter que sous la forme d’un roman », lui précise-t-il.
La traversée du désert est le roman de ce roman…Comment raconter la vérité de ce major écossais parti dans le désert, au lendemain de son mariage, à la recherche de l’embouchure du Niger ? Comment aborder les rivages intimes de ce personnage sans le ré-inventer ? Comment empêcher le personnage d’échapper au romancier ? Ainsi naîtra le récit d’Ariane, histoire qui emmêle pour l’enchantement du lecteur, les récits des différents protagonistes dans les déserts sahariens, à Rome ou à Paris…Le roman aborde, en filigrane, sans lourdeur (ce n’est pas un essai !) des interrogations passionnantes sur l’art et la science, l’Histoire et les histoires, la fiction et la réalité… « La traversée du désert » donne aussi l’occasion à Isabelle Jarry de rendre un magnifique hommage à Giordano Bruno, condamné par l’Inquisition après huit ans de procès à être brûlé vif. Par dessus tout (il) témoignait de la liberté nécessaire à l’esprit humain pour se déployer et s’épanouir.
Ce roman est une exploration magnifique de ce qui fait le romanesque… cette exploration de l’âme humaine, cette interrogation constante sur ce qui constitue un être, sur ce qui motive ses choix, mais aussi cette absence de réponse, ce vide d’une seule réponse… C’est un très beau livre sur la création, sur la disponibilité à l’autre, sur la nécessaire et inlassable curiosité de l’artiste pour la complexité des choses, ce chaos à partir duquel le romancier propose un ordonnancement plausible…Qu’il soit vrai ou pas, peu importe…c’est, comme dans la traversée du désert, il ne faut pas s’arrêter aux questions, mais porter le regard plus loin, sur les régions de l’âme où d’ordinaire on ne s’aventure pas, faute d’arrêt du mouvement, faute également de suspension du temps…. A lire ! Toutes affaires cessantes.
Edmond Morrel

  ISABELLE JARRY - Edmond Morrel 1
  ISABELLE JARRY - Edmond Morrel 2
  ISABELLE JARRY - Edmond Morrel 3

La traversée du désert, Isabelle Jarry, Stock, septembre 2008, 240p., 18€00.

Ecoutez tous les entretiens d'Edmond Morrel en cliquant sur la couverture du livre.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 01 09

"Nuage et eau" de Daniel Charneux

nuageeteauIl y a des lectures qui vous soulèvent et vous portent loin. De celles que l’on aimerait garder secrètes encore un peu, le temps de l’extase, sinon revivre ces pages les yeux fermés. A la faveur de l’année nouvelle, plongez-vous dans Nuage et eau comme en zazen, avec l’esprit du débutant, fait d’enthousiasme, de joie, de découverte, de curiosité souriante. Daniel Charneux y retrace la vie de Ryōkan (1758-1831). Très jeune, celui qui se nomme encore Eizo découvre la lecture et la poésie. Refusant de succéder à son père comme maire, il entre au monastère. Sur la voie de l’Eveil, devenu ermite, Ryōkan boit la nuit, s’enivre de son souffle, désire la lune, tête un galet à la mort de sa mère. Au soir de sa vie, il rencontre Teishin, une jeune moniale. Elle le bouleverse, il lui transmet son savoir. Ces deux spécialistes du silence, qui savent la faiblesse du langage vivront un amour dont ne parlent pas les chansons. Pourquoi en dire plus, si suffit pour connaître l’univers, une seconde de méditation silencieuse? Valérie Nimal

Ce livre a été finaliste du Prix Rossel et est sélectionné pour le Prix des Lycéens.

Nuage et eau, Daniel Charneux, éditions Luce Wilquin, 230 p., 2008, 20€

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 12 08

Sur la route

OUTERSIl y a quelques mois, lors de la parution du Voyage de Luca, Apolline Elter écrivait dans ces colonnes à quel point elle avait trouvé ce livre merveilleux. A la faveur d'une rencontre lors de la sortie des Madeleines de nos auteurs, je me suis aussi plongé dans le récit de la grande boucle autour des Etats-Unis, Mexique et Canada d'un jeune couple et de leur fils, Luca, âgé d'à peine deux ans. Trente mille kilomètres en sept mois à travers les déserts et les villes, le long des océans. L'insouciance et l'inconscience qui permet à la jeunesse de vivre un présent simple mais fou à en fabriquer des souvenirs d'aventures. Kerouac, London, Stevenson, Conrad ont précédé Luca et ses parents dans la mythologie des écrivains voyageurs. Ils passeront à la postérité que le nombre des lecteurs de ce récit leur donnera. Je voudrais vous tendre ce témoin, un petit livre de trois cents pages à la couverture rose. Et une porte sur l'immensité, la meilleure façon de ne pas mourir vivant.
Ailleurs existe.
Brice Depasse

Le voyage de Luca, Jean-Luc Outers, Actes Sud, Un endroit où aller, Janvier 2008, 301p, 19€80

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |