05 07 07

L'étrange Mr Strange

DEB 4 Strange blackUn des actuels best sellers étrangers. "Jonathan Strange et Mr Norrell" de Susanna Clarke a paru sous deux couvertures différentes chez Robert Laffont. Un livre à lire ab-so-lu-ment ! Ecoutez Déborah vous en parler avec passion.

  DEBORAH - Nicky Depasse 4


DEB 4 Strange white

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 07 07

Et maintenant ... la jeunesse !

DEB 6 MourlevatLa prodigieuse aventure de Tillmann Ostergrimm de Jean-Claude Mourlevat (Illustré par Marcelino Truong) a paru chez Hors Piste (Gallimard).

  DEBORAH - Nicky Depasse 6

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 07

Rédemption pas très orthodoxe pour Beigbeder

BEIGBEDERLe héros de 99 francs ayant raté sa réinsertion à sa sortie de prison est parti, grâce au piston de papa, pour la Russie à la recherche DU top model qui pourrait incarner l'image de la maison L'IDEAL ("car vous êtes unique!"). Ce séjour, vous le devinez, va déraper sur tout autre chose : l'Amour (enfin) à quarante ans. Octave va se repentir de ses (mauvaises) (in)actions. La retraite en Russie.
Prenant le contrepied de la majorité des critiques, je ne prétendrai qu'une chose : j'ai lu le dernier Beigbeder. En entier.
Je ne me vante pas. Comme tous ceux qui l'achèteront (et ils seront très nombreux), j'ai lu le dernier roman Beigbeder intégralement. Très bon. Atypique. Drôle, humoristique (à la Romain Gary c'est-à-dire grave), désespéré mais pas désespérant, bien écrit, dérangé, dérangeant (vous l'attendiez mais ce n'est pas une figure de style) et finalement touchant. Octave fait pitié. Octave est très-trop (bistro!) Beigbeder qu'il soit authentique ou fiction. J'adore. J'ai dévoré. Le proclame haut et fort.
Brice Depasse

FREDERIC BEIGBEDER - Brice Depasse 1
FREDERIC BEIGBEDER - Brice Depasse 2


250607_51168002_eds
Photos : Edouard Smekens / Writer Pictures





250607_51168008_eds

Quand Brice fait découvrir à Frédéric qu'il n'y a pas que de la Vodka au bar de l'hôtel Méridien.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 06 07

La rentrée littéraire de Bernard Grasset

GRASSETAu terme d'une saison en demi-teinte au niveau des ventes (par rapport à 2005 et son prix Goncourt), mais très bonne au niveau éditorial, la maison Grasset prépare sa rentrée 2007. Elle reste la seule à organiser une visite bruxelloise et nous ne pouvons que l'en remercier. Emmanuel Carcassonne, l'éditeur, a dévoilé à Nicky les principaux atouts de la maison pour l'automne et la saison des prix.

MANUEL CARCASSONE - Nicky Depasse

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 06 07

Vivre est un village où j'ai mal aimé

TEULE

Par Vincent Engel (visitez son site).


Le magasin des suicides, Jean Teulé, Paris : Julliard, 2007. 157 p. 17 €

C’est sans doute le roman le plus étonnant que j’ai lu ces derniers mois ! Décalé, décapant, délirant : “Le magasin des suicides” raconte l’histoire de la famille Tuvache, spécialisée dans les accessoires indispensables pour ne pas se louper. Leur devise : “Vous avez raté votre vie ? Avec nous, vous réussirez votre mort !”
L’action se situe du côté du XXIIe siècle. Le monde est ravagé par les dégâts climatiques et le dégénérescence radicale de la morale politique. Le commerce de Mishima et Lucrèce Tuvache est florissant comme une couronne mortuaire. Sauf que, dans leur famille, le petit dernier, Alan rompt avec la tradition : il est souriant et optimiste.
On croit entendre murmurer les Monthy Pyton : “Always look at the bright side of life !” Petit à petit, Alan impose son cercle vertueux. Tout est dans le regard, chantonne-t-il… Jusqu’à la chute, sommet (si j’ose dire) de ce petit bijou d’humour noir, dans une langue pince-sans-rire qui n’hésite pas à caviarder Aragon pour remettre la poésie dans la vie.

Pour écouter l'interview de Jean Teulé à propos du Magasin des suicides, cliquez sur la couverture.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 06 07

A emporter absolument dans vos valises, cet été !

COHENExceptionnel ! Le page turner total ! Epoustouflant ! Ce livre captivant où l'émotion vous prénètre page après page, m'a fait sombrer dans une lecture à la fois, enivrante, déroutante et mystérieuse. Des phrases comme des frissons où l'âme vagabonde au fil du temps. "J'aurais préféré vivre" est un premier roman très réussi, celui de Thierry Cohen. Les mots qu'il écrits vous empêchent de dormir avant d'avoir fini de les lire.
Imaginez que l'homme qui se suicide par dépit amoureux se réveille un an plus tard marié à celle qui s'était refusée à lui ...
Ah oui ! Thierry Cohen existe; je l'ai rencontré (contrairement aux rumeurs qui ont sévi sur internet). Interview aux deux Magots. Merci Thierry, pour ce très beau roman qui devrait être des grands best sellers de l'été. Il en a toutes les qualités.
Nicky Depasse

THIERRY COHEN - Nicky Depasse 1
THIERRY COHEN - Nicky Depasse 2


DSC00051

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 06 07

Esprits libres : videocast

ESPRITS illu2 La dernière d'Esprits Libres de cette saison, c'était hier soir en live sur France2 et en podcast via notre site. Pour regarder (et surtout écouter) les entretiens de Guillaume Durand avec Jean d'Ormesson, Yann Quéffelec, Patrick Mahé, Stéphane Bern, Christine Orban et surtout Philippe Djian cliquez sur l'icône ci-dessous.

17 06 07

DVD : Tell no one - Ne le dis à personne

CANETC'est la première adaptation d'un roman d'Harlan Coben qui sort aujourd'hui en DVD. Une adaptation cinématographique due non pas comme c’est la coutume, au rouleau compresseur normalisant d'un grand studio hollywoodien, mais bien à la caméra de ... Guillaume Canet ! L'histoire est aujourd'hui connue pour avoir alimenté bon nombre d'interviews pendant la promo du film : Canet est tombé raide dingue de « Ne Le Dis à Personne » dès la première lecture et n'a eu de cesse de convaincre Harlan Coben de lui laisser tenter l'aventure de l'adaptation « locale » de cette histoire qui se déroule, dans le roman, à New York et dans les alentours immédiats.
Un pari osé pour le second film d'un acteur-réalisateur qui ne s'est encore jamais exprimé dans le genre ultra codé que représente le polar cinématographique.
Alors, une réussite ? Oui, sans aucun doute. Une réussite d'autant plus intéressante qu'elle ose jouer la carte de l'adaptation tout en conservant, de bout en bout, l'essence même du roman de Coben. Evidemment, ce qui fait la force des livres de l'américain, cette mise en scène résolument hitchcockienne des déboires d'un homme comme les autres face à l'incompréhensible complexité d'une machination qu'il tente à la fois de comprendre et de déjouer, s'avère du pain béni pour les caméras. Mais de nombreux metteurs en scène ont souvent commis le péché d'un trop grand respect de l'oeuvre originale (oui Ron Howard, je te parle mon bonhomme... un « vrai » scénario pour ton Da Vinci Code, plutôt qu'une photocopie en triple interligne du roman original, c'eut été plus malin) pour encore imaginer.
Chris Corthouts

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 06 07

L'Imaginaire, deuxième

ARATUDAutre intérêt de l'édition limitée de l'Imaginaire pour ses trente ans, retrouver des auteurs immenses que la pléthore de publications risque de confiner à un public trop restreint. Antonin Artaud, le grand poète de la première partie du XX° et Julio Cortazar, en sont.
"Qui suis-je ?
D'où viens-je ?
Je suis Antonin Artaud
Vous verrez mon corps actuel
Voler en éclats
Et se ramasser
Sous dix mille aspects
Notoires Un corps neuf
Où vous ne pourrez
Plus jamais
M'oublier. »

ANTONIN ARTAUD - Gaston Ferdière


CORTAZAR

Julio Cortazar, l'illustre intellectuel compatriote de Jorge Luis Borges (né à Ixelles, en Belgique) ! Je me rappelle l'avoir découvert, adolescent, dans la première édition des Nouvelles Histoires Extraordinaires de Poe par Folio (dont le fondateur fut aussi Antoine Gallimard). Ecoutez l'incipit de ce récit, Tous les feux le feu, lu par André Dussolier.

JULIO CORTAZAR par André Dussolier

julio-cortazar

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

16 06 07

Les voleurs de rêves

HADJAJMilitant des droits de l’Homme et écrivain, Bachir Hadjadj est né en Algérie en 1937. Il a vécu la colonisation française de son pays puis le régime étouffant de Houari Boumediène, après l’Indépendance. Son ouvrage, « Les voleurs de rêves » (ed. Albin Michel) mêle étroitement l’histoire d’un pays à celle d’une famille : la sienne.
Un siècle et demi, cent cinquante ans sont ainsi passés au crible au fil des pages. Entre le témoignage, le document et l’autobiographie, un livre à lire d’urgence !
Caroline Martin

  BACHIR HADJAJ - Caroline Martin

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |