03 04 07

La huitième symphonie

SEVRANMais où Pascal Sevran peut-il bien trouver des tels titres : « Le privilège des jonquilles » en 2006, « La mélancolie des fanfares » aujourd’hui, un huitième volume du carnet de bord de la traversée sans Stéphane qui faillit ne pas voir le jour. Au printemps de l’année dernière, l’épreuve lui paraît insurmontable. « Et pour dire quoi, raconter quoi ? Peut-être la lassitude ..." Et puis, l'été dernier, la nécessaire envie de s'écrire reprend ses droits. Ce qui nous permet aujourd'hui de retrouver Pascal Sevran avec un double plaisir. Littéraire d'abord, car c'est une joie d'égérner les jours e compagnie d'une telle plume. Vital ensuite pour les vérités énoncées (à coups de klaxon) sur la vie de l'auteur et sur celle des autres, c'est-à-dire les nôtres.
Si les personnages récurents sont de retour (Serge T., Philippe Besson, Jack Lang, ...) de nouvelles figures apparaissent avec bonheur (France Gall, Samuel Benchetrit, Nicolas Sarkosy) avec pour cadre Paris, Morterolles, Arcachon et la côte d'Opale.
"La mélancolie des fanfares", c'est la vie et les propos sur la vie en comapgnie de grands noms comme Jouhandeau, Céline ou Cocteau. Mais c'est aussi l'opinion (les opinions) d'un auteur qui se livre à un journal intime dont la vocation est d'être lu par le plus grand nombre (succès énorme oblige).
Certains sont choqués. Hurlent. Estent (ou le prétendent). Il est vrai que Pascal Sevran me heurte aussi, parfois. Et c'est d'autant plus inattendu que je me sens en phase avec lui. Mais, franchement, y a-t-il lieu de s'en offusquer ? Ne vaut-il pas mieux se féliciter (bonjour Daninos) qu'un auteur aussi talentueux s'exprime sans ambage au risque de déplaire ?
Une ombre au tableau. Pascal Sevran m'a déclaré ne pas avoir réussi à se mettre à écrire son neuvième tome. Cette Mélancolie des fanfares sera-t-elle le chant du cygne d'une belle aventure littéraire ?
Extrait :
« Le sexe sans amour, c’est possible, voire recommandé pour la santé mentale et physique. L’amour sans le sexe n’est pas l’amour, cela porte le nom vague d’amitié. Si vite dit. Banal. Provisoire, de toute façon. Le sexe est partout, dans le métro, au bal, sur les escalators des Galeries Lafayette, à la piscine, dans les toilettes de la gare du Nord. L’amour n’est jamais là où on le cherche, mais juste à côté, c’est ce qui fait son prix. Le sexe est partout, à portée de nos bouches, offert ! L’amour, lui, est introuvable. Beaucoup se contentent de sa contrefaçon. »

160307_5000107_gum_small

Photo : Guillaume Michon / Writer pictures

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 07

Les passants du passé

GIUDICELLI PASSANTSMémoire mosaïque des gens qui ont traversé notre vie. Certains y sont restés quelques années, d'autres ont été d'épéhémères rencontres, mais tous nous ont marqués. Rencontres burlesques, situations dramatiques, amours déçues, Christian Giudicelli se raconte dans ce beau livre, à travers les passants de sa vie depuis l'enfance jusqu'à Radio France, en passant par la Faculté et le théâtre, les rencontres littéraires et les errances nocturnes d'un auteur qui aimât (et aime encore) les hommes comme les femmes quoiqu'"une fois qu'on a connu la force de l'homme, on ne peut jamais l'oublier."
Quel beau livre ! Quelle belle interview !
Merci Christian d'avoir été ce passant qu'on n'oublie pas. Vous repasserez ?

CHRISTIAN GIUDICELLI - Brice Depasse 1

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 07

Face au miroir : la fiction et la vie

PAUL NIZON LIVRETSur la couverture, Paul Nizon se regarde, en scène dans un grand miroir. A partir d'aujourd'hui (nous sommes en 1973), ce ne sera plus la passé mais le présent. Sa fiction va se nourir de sa propre réalité mais elle traitera de l'homme dans la ville, la grande ville.
"Le livret de l'amour" est le second volume du journal de l'écrivain helvétique le plus célèbre hors de ses frontières.
Zürich, Londres, Paris (où il vit toujours) : l'auteur pense, écrit, correspond, se raconte, lui et ses alter egos.
Brice Depasse

Extraits :
"Vincent Van Gogh ne recherchait pas un modernisme, il voulait au contraire atteindre ce qui le boulversait tant chez les vieux maîtres, leurs qualités humaines surtout, leur éthique. Dans une certaine mesure, c'est malgré lui qu'il est devenu un novateur ... Van Gogh est convaincu de sacrifier sa vie à son oeuvre. Tous les grands artistes, il les voit comme des martyrs, mais aussi comme des messagers qui se passent le flambeau en une sorte de course de relais. Lui-même se voyait comme un "précurseur", comme un Jean-Baptiste, le pionnier d'un art à venir. Et il voulait, par son art, créer des êtres qui aient une auréole, tout en restant parfaitement ordinaires.
"J'ai trouvé le sujet de mon nouveau livre, ... ce sera un livre sur le rêve de la vie et sur les pertes. Echouer dans le rêve de sa vie."

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 07

Judas le bien-aimé de Gerald Messadié

MESSADIE JUDAS

Par Vincent Engel (visitez son site).


Même d’un simple point de vue littéraire, peu d’histoires sont plus extraordinaires et fascinantes que celle du Christ. Pas besoin de croire pour comprendre que cet homme, dont l’existence historique fait peu de doutes, fut un personnage fascinant et remarquable.
Presque aussi fascinant, parce que pendant 2000 ans présenté comme son ombre maléfique, Judas est un acteur déterminant dans l’aventure christique. Depuis mon enfance, je n’ai jamais cru au scénario du traître : sans lui, le Christ n’aurait été qu’un des multiples agités mystiques de cette époque. Il est lié à Jésus de la manière la plus fondamentale.
La récente révélation de “L’évangile de Judas”, à partir de manuscrits de la Mer Morte, confirme cette lecture. Et le roman de Gerald Messadié raconte avec infiniment de force et de sagesse cette histoire qui n’a pas cessé de captiver et d’interroger. Et comme il conclut lui-même, ces différences radicales avec les Évangiles canoniques ne changent rien au message profond du Christ.


Dans l’interview qu’il m’a accordé, Messadié revient sur cette enquête bien plus passionnante, finalement, que celle du Da Vinci Code, puisqu’elle s’articule autour de questions essentielles et non anecdotiques


ÉCOUTEZ L'INTERVIEW DE L'AUTEUR


Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 03 07

Le journaliste français

JournalisteFrancais

Par Vincent Engel (visitez son site).


Tuyêt est une petite fille, en 1963. A Saïgon. La guerre avance, elle devine son ombre; son souffle, un jour d’attentat, la fait trébucher et tomber dans les bras d’un journaliste français… Rêve ou réalité ? Après, c’est le retour au pensionnat des bonnes soeurs, où sa mère l’a mise pour lui offrir le plus crucial des dons : l’instruction. De son côté, cette mère bouge, agit, essaie de sauver ce qui peut l’être, après avoir perdu son mari dans le maquis.
C’est un premier roman bouleversant et d’une maturité exceptionnelle. La voix de l’enfant oscille entre la part de rêve que l’on quitte à regret, et la responsabilité des “grands” où l’on plonge avec déférence, en songeant à l’exemple maternel et au sacrifice paternel. On passe de l’humour tendre à la colère, de l’Orient à l’Occident, de Tuyêt la rebelle à Claire la docile. Un récit où l’amour est partout présent, mais toujours caché, pudique, passager clandestin d’un monde en guerre. Une grande leçon de littérature pour une dure leçon d’Histoire…


ÉCOUTEZ L'INTERVIEW DE L'AUTEUR


Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 03 07

Le choix des libraires : La Licorne

DEBORAH 52Toujours à la recherche de libraires passionés par les livres, par les romans, je rencontre Deborah, recommandée par Robert et Laure Zaigue de la Librairie française à Londres. Deborrah n'en manque pas, de passion pour la littérature. Chaque jour, elle conseille ses clients à la Licorne, Chaussée d'Alsemberg à Uccle (Bruxelles).
Première sélection : "52 ou la seconde vie" de Geneviève Brisac chez L'Olivier.
Nicky Depasse

DEBORAH - Nicky Depasse 1

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 03 07

Mangez-moi, mangez-moi, mangez-moi

DEBORAH DESARTHECe livre d'Agnès Desarthe par chez L'Olivier fut le Prix La Licorne lors de la dernière Fureur de Lire.

  DEBORAH - Nicky Depasse 2

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 03 07

Chemin de gloire, chemin de mort

HALIMI

Par Vincent Engel (visitez son site).

La Kahina est une femme d’exception. Ne cherchez pas, elle ne se présente pas aux présidentielles ; au VIIe siècle, elle a conduit les tribus berbères dans la guerre contre l’envahisseur arabe. Chrétiens, païens et juifs lui ont fait serment de fidélité et l’ont suivie jusqu’à la mort.
Magicienne, guerrière et amante, elle fascine. Elle a choisi comme amant son jeune prisonnier arabe, Khaled, bien qu’elle sache qu’il la trahira. Khaled, lui, est déchiré entre son attirance pour cette femme qui pourrait être sa mère, et qui l’a d’ailleurs adopté, et sa haine pour l’ennemie de son peuple. Il rêve de retrouver sa dignité, de contribuer à la victoire des siens.
Le récit de Gisèle Halimi, militante infatigable du droit des femmes et des plus faibles, épouse cette magie. Dans une mélopée envoûtante, elle décrit la force et la cohérence d’un destin particulier, soumis à la versatilité des foules, promptes à aimer dans la victoire, à gronder dans l’adversité et à haïr dans la défaite. Rien de nouveau sous le soleil…
Ecoutez notre interview de Gisèle Hilimi en cliquant sur la couverture.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 03 07

Le plus royal des Maharadjah

DEGRECEAu royaume de l'aventure, les destins sont parfois royaux. Celui du Bourbon qui devint Rajah est étonnant. Son histoire est contée par un Michel de Grèce (toujours) aussi charmant que cultivé. Son livre est (une fois de plus) plaisant et captivant, l'angle d'attaque est inattendu, les rebondissements spectaculaires. Et tout cela est vrai. A peine croyable.
Nicky Depasse

MICHEL DE GRECE - Nicky Depasse 1

Photo : Edouard Smekens / Writer Pictures

070307_3001003_eds

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 03 07

Fantômes contre fantômes

MICHELDEGRECE LADYBERESFORD"Le ruban noir de Lady Beresford" était paru en 2005 chez XO (cliquez sur la couverture, vous pourrez réécouter notre entretien de l'époque).

MICHEL DE GRECE - Nicky Depasse 2

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |