13 11 06

Exclusif : Le nouveau Stephen King

stephenkingEn mars dernier, Stephen King déboulait dans les librairies avec une histoire de fin du monde, teintée d'imagerie très « série B ». Zombies, action, personnages en quête d'un nouveau mode de vie, « Cellulaire » plongeait ses racines dans le passé « populaire » de l'auteur de Bangor. Avec « Lisey's Story », publié il y a peu aux Etats Unis (et qui devrait faire son apparition chez nous dans quelques mois), le divertissement et l'aventure font place à une réflexion extraordinaire sur la création au travers d'un roman d'une densité qui en effraiera certains.
Avec pour prétexte, l'histoire de la veuve d'un auteur à succès aux prises avec son chagrin et la difficile tâche de se débarrasser des papiers de son mari, Stephen King tisse une histoire complexe, au carrefour de toutes les influences qui inondent son écriture depuis Carrie. Rien que ça !
Faut-il pour autant parler de livre « somme » ? Pas sûr. Car la bête n'est pas facile à apprivoiser. Si « Ca »constituait une réelle tentative de clore le chapitre « terreur classique », tout comme « Sac d'Os » était un premier essai de mêler étroitement la littérature classique et une sorte de terreur « adulte », Lisey's Story enfile avant tous les habits d'une incroyable déclaration d'amour de Stephen King pour celle qui l'accompagne depuis l'orée de sa carrière : sa femme Tabitha. A travers un tortueux labyrinthe métaphorique, où viennent s'entrechoquer monstres humains et créatures fantasmagoriques, situations de terreur quotidiennes et réflexions sur l'écriture et ses travers, ou encore considérations très personnelles sur les assuétudes, ce roman est un vrai patchwork où l'écriture, parfois totalement éclatée, se met au diapason du sujet abordé.
Flashback, rêves, rêves dans un rêve qui débouche sur un flashback. Stephen King se permet toutes les figures de style avec une assurance que seul peut apporter une expérience de trente ans et une confiance totale en la forme littéraire.
En l'état on est très proche d'un véritable chef d'oeuvre, un roman « total » dont la place n'est plus du tout sur l'étagère des ouvrages de « genre » mais clairement aux côtés d'autres écrits stupéfiants des collections blanches. Très proche. Pas tout à fait face à un chef d'oeuvre ?
Pourquoi ? Peut-être parce qu'à force d'écrire au coeur d'un univers très référentiel, King finit par en oublier le lecteur occasionnel celui qui ne connaît pas toutes les arcanes de son oeuvre (ou les détails de sa biographie officielle) et qui risque de finir noyé dans ce véritable déferlement narratif, cette vague surprenante de chapitres où la lecture à plusieurs niveaux ne constitue pas un « plus » mais une nécessité. Ce qui, pour le coup, rend la lecture du roman totalement passionnante pour les fans. Mais risque de laisser le lecteur « de passage » aux frontières de cette univers fascinant.
Bref un roman foisonnant, écrit avec le coeur, empli d'amour et traversé de fulgurances. Mais dont l'accès sans restriction est à réserver aux fans. Et aux lecteurs courageux.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (5) |  Facebook | |

12 11 06

Le choix de Thalie

PIC_0156Les parents le savent : le plaisir des livres commence dès le plus jeune âge. St Nicolas et le Père Noël arrivant à grand pas, c'est l'occasion rêvée de glisser dans les paquets un livre quis sans être une BD, pourra les amuser. Pour savoir lequel, Nicky a débuté son enquête chez Tropismes, auprès de Thalie, une passionnée de livres pour enfants.

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |

12 11 06

Je veux être un cheval

JeveuxêtreunchevalUne petite merveille signée Agnès Dessarthe.

TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 1

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |

12 11 06

Grignotin des bois

grignotinUn deuxième roman pour enfants.

TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 2

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 11 06

Mon copain Bo Gueugueu

bo gueugueude Marc Boutavant et Béatrice Fontanel.

TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 3

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (1) |  Facebook | |

12 11 06

Patacloc de Philippe Bertrand

pataclocLe coup de coeur de Thalie.

  TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 4

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 11 06

Uma de François Roca

uma

  TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 5

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

12 11 06

Les jardins suspendus de Géraldine Alibeux

Jardins supendus

  TROPISMES Thalie - Nicky Depasse 6

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 11 06

La dernière découverte de Françoise Hardy

anne perryFrançoise Hardy m'étonnera toujours. C'est une vraie passionnée de lecture. Ecoutez ! Interview intégrale ce premier décembre sur Nostalgie.

  FRANCOISE HARDY - Brice Depasse

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (2) |  Facebook | |

09 11 06

Le passage du gué de Jean-Philippe Blondel

BlondelVincent Engel vient de publier dans Victoire, le supplément du journal Le Soir, une chronique du "Passage du gué", un des meilleurs romans de cette rentrée (écoutez l'entretien avec l'auteur en cliquant sur la couverture) :
" "Passage du gué" est un dialogue à trois voix qui semble longtemps sans issue. Il y a Fred, d’abord, qui à l’occasion d’un marathon shopping, aperçoit deux êtres qui ravivent le passé. Quand il était surveillant d’un lycée, où enseignait Myriam. Un soir, il la surprend dans sa classe, après les cours, dans un moment de détente. Presque rien. Presque tout. Un de ces instants apparemment vide qui comptent plus que tous les autres. Myriam vit avec Thomas. Tous trois vont nous raconter leur vie, dans ces jeunes années. Le couple, la grossesse, la naissance. Et puis le drame. La venue de Fred, appelé par Thomas, souhaité par Myriam, et les rapports ambigus et paradoxaux qui se nouent entre eux. Les désirs, les fantasmes, les peurs, les angoisses. Blondel joue des voix multiples pour traduire la complexité des rapports humains, où chacun juge et interprète en fonction de ce qu’il imagine, et non de ce qu’il voit.
Un roman sur le deuil, sur l’amour, sur la construction de soi à un âge où l’on se croit adulte et où l’on est encore pétri de la fragilité de l’enfance, à laquelle il faut faire ses adieux. Passer le gué sans tristesse..."

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |