10 03 10

L'insoutenable réalité de l'Amour

FOENKINOS_separationNé de parents soixante-huitards (C'est traumatisant de passer ses vacances en Inde quand on est enfant), Fritz se sent doué pour toutes les études. Tellement qu'il se retrouve finalement propulsé dans la vie active. Chez Larousse. Et dans la vie affective, avec Alice (Maintenant que tu as un emploi, il faut que je te présente à mes parents). Une vie amoureuse qui va être marquée ... par les séparations.
Depuis que je l'ai découvert avec son excellent Le potentiel érotique de ma femme, David Foenkinos ne m'a jamais déçu. Ce septième roman sur le véritable Amour, celui qui vous propulse dans la catégorie des êtres risibles, fait mouche avec son humour (quelques scènes d'anthologie comme le pétage de plombs du futur beau-fils au premier dîner chez les "futurs"), son décalage urbain (j'en avais besoin, comme pour me prouver que le monde féminin n'était pas une formule anéantie par le couple) et ses qualités littéraires toujours plus évidentes.
Entretien avec l'auteur de La délicatesse qui vient de se voir décerner le prix des lectrices de Gaël à la dernière Foire du Livre de Bruxelles.

  DAVID FOENKINOS - Brice Depasse 1
  DAVID FOENKINOS - Brice Depasse 2

Nos séparations, David Foenkinos, Folio, janvier 2010, 177p., 5€60.

Photo : Alain Trellu

FOENKINOS DEPASSE

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 02 10

Connaissez-vous Sherman Alexie ?

FLIGHTIl fait partie de la nouvelle génération d'écrivains indiens d'Amérique du Nord. Cet auteur prolifique et plusieurs fois primé nous livre Flight, qui parait en format poche. Le narrateur, un ado orphelin, mi-indien mi-irlandais, se fait appeler Spot, en référence à son acné qui le fait "mourir de honte". Hargneux et désespéré, le garçon recherche son identité, et celle de son père qui l’a abandonné. Après avoir été trimballé de familles d’accueil en maisons de redressement, Spot se retrouve à la rue. Il y fait de mauvaises rencontres et se laisse embarquer dans le braquage d’une banque. Blessé par balle, le gamin s’apprête à mourir. C’est là que l’auteur profite d’une faille pour distordre le temps et propulser son héros dans un étrange voyage à travers l’histoire de l’Amérique, dans la peau d’un flic, puis d’un soldat, d’un pilote...
Avec un humour féroce et une tendresse infinie pour son héros, Sherman Alexie nous ballade dans une Amérique au passé trouble, en proie au fanatisme, au racisme et au culte de la violence. Ce roman cru, débordant d’humour et de vie, ébranle nos convictions et nous laisse, pantelants, sur une note d’espoir.
Valérie NIMAL

Flight, Sherman Alexie, 10:18, février 2010, 201p., 7€40

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 02 10

Folie des Profondeurs

CHILDPeter Crane, ancien médecin de la Marine, est appelé d'urgence sur une plateforme pétrolière perdue au milieu de la mer du Nord pourenquêter sur plusieurs cas de maladies inexpliquées.Sur place, il réalise que les personnes atteintes travaillent sur un site classé top-secret, posé sur le fond de la mer quelque 2700 mètres sous la surface.
Il devra se rendre sur place pour les besoins de son enquête, là-même où se déroulent les fouilles visant à percer le secret de l'un des plus grands mystères de l'humanité : l'Atlantide...
Aux commandes d’une carrière d’auteur de thriller fantastique à succès avec son comparse Douglas Preston, Lincoln Child avait sans doute quelques heures à tuer, puisqu’il s’est lancé, depuis quelques années maintenant, dans une carrière solo… qui risque bien de connaître la même courbe ascensionnelle que celle qu’il poursuit en duo ! Et pour cause !
Avec une efficacité rare, l’auteur mixe des éléments scientifique avec une petite dose de mythe ancien pour concocter une histoire parfaitement charpentée et placée sous le signe du suspense et des révélations en cascades. Une fois collé au basque de Peter Crane, le personnage principale de cette aventure qui n’est pas sans rappeler Abyss de James Cameron, le lecteur aura toutes les difficultés de poser le roman, pressé d’en connaître les tenants et les aboutissants. De fait, ce Deep Storm ne vogue pas sous la bannière d’une époustouflante originalité, mais lorsque le steak archiduc est préparé avec une maestria, il vaut toutes les cuisines moléculaires du monde, non ?
Dr Corthouts

Deep Storm, Lincoln Child, J’ai Lu, janvier 2010, 438p., 7€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 01 10

Jardin de femmes

JARDIN2010A travers le portrait de la multitude de femmes qu'il a croisées dans sa vie, Jardin Jr (bonjour, Alain Delon) continue son auto-analyse avec brio, humour et lucidité. Peu m'importe de connaître la part de réalité et de romanesque, cette La Bruyèrade germanopratine m'a enchanté du début à la fin avec ses vérités sur l'expérience amoureuse de l'homme et de la femme sans cesse réinventée, jamais apprise, jamais comprise.
Cinq étoiles au prix d'un poche.

  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 1
  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 2
  ALEXANDRE JARDIN - Brice Depasse 3

Chaque femme est un roman , Alexandre Jardin, Livre de poche, janvier 2010, 295p., 6€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

05 01 10

La fesse est triste…

BATESHJe m'appelle Clara. J'ai quarante-cinq ans, j'en parais trente-cinq en hiver, encore moins en été. J'ai avec le sexe une relation passionnelle, personne n'a jamais bien compris comment je fonctionnais.Très jeune, j'ai collectionné les amants jusqu'à l'écœurement. La plupart de ces brèves étreintes ne m'ont pas laissé le moindre souvenir, je serais bien embarrassée de citer des prénoms. Mais très tôt, j'ai découvert l'orgasme...
Hé bien ! Histoire de se remettre de ce trop plein de bons sentiments et de guimauve qui transforme la période des fêtes en succursale des usines de Willy Wonka, que diriez vous d’un petit livre de fesses ? En tant que Docteur Corthouts, traiter pour une fois de corps tordus par la jouissance et non par la rigueur cadavérique, cela va me changer un peu les idées aussi, remarquez ! Sauf que… Sauf qu’il faut bien avouer que ce petit précis de poncifs et autres figures attendues de la sexualité d’un nouveau siècle n’est guère passionnant. En toute honnêteté, il faut avoir peu vécu pour qualifier de « scandaleux » les visites de l’héroïne et son « ami » dans les boîtes échangistes, les interludes dans les salons privés ou encore les saillies pseudo-sauvages sur tabouret de bar. Le tout étant noyé de réflexions convenues et blasées sur le sexe triste. Au final, tout cela manque franchement d’humour et d’une petite touche grivoise… L’approche porno chic en littérature offrant surtout au lecteur froideur et routine. Un comble non ?
Dr Corthouts

Itinéraire d’une scandaleuse, Clara Basteh, Pocket, novembre 2009, 217p, 5€90.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (1) |  Facebook | |

04 10 09

D'amour et d'amitié en Algérie

KHADRAC'est un très grand Khadra qui sort en poche cet automne.
Quel souffle ! La richesse, la misère, le soleil d'Algérie, les attentats, le maquis, les amours impossibles, l'amitié grégaire des ados, le charme de l'avant-guerre, le désert, la guerre d'indépendance, les fêtes, le racisme, l'Islam, la fierté, l'alcoolisme, le pardon, les anciens combattants, la vieillesse, le bon vin, l'anisette, les premiers émois, la première fois, ... tout sonne dans cette épopée où les destins personnels sont broyés par le grand marteau de l'Histoire.
Yasmina Khadra est, certes, un de nos grands producteurs de best sellers actuels mais son humanité, son talent et son style font de lui un des écrivains majeurs contemporains.
Quel beau et juste Prix Nobel de littérature il ferait.

   YASMINA KHADRA – Brice Depasse 1
   YASMINA KHADRA – Brice Depasse 2
   YASMINA KHADRA – Brice Depasse 3

La chronique sur Nostalgie lors de la parution de ce livre chez Laffont en 2008 :

   GRAND MORNING - Yasmina Khadra

Ce que le jour doit à la nuit, Yasmina Khadra, Pocket, septembre 2009, 437p., 7€30.

Yasmina Khadra04Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 09 09

Il était une fois en Ulster

CHALANDONJe n'aurais jamais écrit ce livre sur l'Irlande, du moins pas celui-là, sans la traîtrise de mon ami, m'a confié Sorj Chalandon hors antenne.
Voilà pourquoi dès les premières lignes, dès le titre, vous connaîtrez l'identité de celui qui a trahi l'IRA durant vingt-cinq ans au profit des Britanniques. Chalandon a juste travesti les noms. Pour le reste, les faits sont vrais.
Bien sûr (heureusement), le romanesque permet à l'auteur de réaliser ce qu'il n'a pas pu faire comme rencontrer son traître une dernière fois pour lui demander si même l'amitié était feinte.
Reste une histoire et des personnages poignants. La pauvreté. Les victimes. Les femmes (celles qui survivent). Les enfants (qui tombent sous les balles perdues). Les hommes (qui mènent une guerre que des lâches nomment terrorisme).Enfin le style Chalandon. Qui nous avait ébloui avec Une promesse (Prix Médicis 2006). De la vraie littérature.
Bernard Grasset aurait aimé.

  SORJ CHALANDON - Brice Depasse 1
  SORJ CHALANDON - Brice Depasse 2

Texte lu par Frédéric Lepers du Plaisir du Texte

Mon traître, Sorj Chalandon, Livre de Poche, septembre 2009, 224p., 6€00.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

17 05 09

Wish you were here

SAGANNouvelle mais intéressante publication d'inédits de Françoise Sagan, Bonjour New York est un recueil d'articles écrits pour le magazine "Elle" mais aussi Vogue, Senso, L'humanité, Le Monde ou L'Express.
Étonnants voyages avec Sagan dans le New York des années 50, une Jérusalem encore transjordanienne, Naples et Capri déjà très touristiques ou encore le Cuba castriste de 1960. Le portrait que dresse la toute jeune journaliste écrivain de Fidel Castro vaut à lui seul le détour.
Avec l'urgence et la concision des articles de presse, ce petit livre de poche (90 pages) vous embarque de personnage en souvenir, tel celui d'une journée de tournage avec Fellini où Sagan partage cette insouciance historique et inébranlable qui fait le fond de l'air en Italie.
Léger. Aérien. Un livre smart et nostalgique qui vous laissera un goût de culture humaniste rafraîchissant de jeunesse.
Brice Depasse

Bonjour New York, suivi de Maisons louées, Françoise Sagan, Livre de Poche, mai 2009, 90 p., 4€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 05 09

Anna Gavalda, ciné deuxième

GAVALDAÀ soixante-cinq ans, il est à l'âge des bilans. Elle en a moitié moins et rumine son chagrin. Celui d'avoir été plantée là avec ses deux filles par un mari volage parti pour une "femme moins usée". A priori, Pierre et Chloé n'ont pas grand chose à partager. Il en décide pourtant autrement, emmenant sa belle-fille sur un coup de tête pour quelques jours à la campagne. Au fil d'un long dialogue, ils vont peu à peu se livrer. Tombe alors le masque du "vieux con" autoritaire et hautain attribué un peu hâtivement par Chloé à son beau-père. L'homme renfermé aux jugements définitifs révèle une blessure et une sensibilité à fleur de peau, tandis que la jeune femme pleine de vie reprend le dessus sur l'épouse éplorée.
Le premier et court roman d'Anna Gavalda, que l'on devine atrocement autobiographique, apporte déjà les prémices de ce que sera « Ensemble et c'est tout », mais tarde un peu à s'envoler, comme si, durant les cinquante premières pages, l'auteure s'était débattue avec un sujet trop « proche » et une forme encore complexe à appréhender. En quête de sensiblité et d'efficacité à la fois, sans doute pressée de jeter les mots sur la page, comme dans un exercice de nécessaire catharsis, Anna Gavalda oublie que la narration doit aussi être nourrie d'attente, de détours et de perdition. Mais que l'on ne s'y trompe pas... et le futur nous l'a d'ailleurs bien confirmé, ce sont là des détails à côté de la charge émotionnelle que dégage ce récit puissant qui pilonne les clichés avec une sombre détermination.
Dr Corthouts

Je l'aimais, Anna Gavalda, J'ai lu, avril 2009, 4€80.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (2) |  Facebook | |

08 05 09

Sublime

FERNEYUn roman d'une beauté saisissante qui trace le destin de trois femmes: Valentine, Mathilde et Gabrielle. Elégance conjugale empreinte d'estime et d'indulgence, élégance maternelle déclinée de progénitures infinies et de la mutilation de leur perte. L'élégance des veuves à travers qui la vie passe et trépasse.
«Le premier goût du malheur, elle l'eut trois années avant la fin de son mariage: le septième enfant ne vécut qu'une journée, le temps de sourire aux anges et de partir les rejoindre".
Le récit, court, est mené selon un tempo alerte, un rythme, soutenu, réveillé de formules lapidaires, coupé de descriptions d'une beauté douloureuse et rare. L'introspection des émotions féminines y est précise, le langage, choisi.
"A côté d'elle Clotilde qui avait dix-sept ans, mais déjà des rondeurs et des timidités de très jeune femme, répétait les gestes de sa mère. A son insu, elle était à l'instant parfait du corps, celui de l'efflorescence aboutie, quand les délicats chemin de la croissance ont mené à une vénusté épanouie."
Sublime.
D'une beauté apaisante.
Un roman dont je vous recommande la lecture de toute instance.
Apolline Elter

L'élégance des veuves, Alice Ferney, Actes Sud, 1995, Babel 1997-2008, 6€50.

Écrit par Brice dans Poche | Commentaires (0) |  Facebook | |