08 05 12

Huis clos

9782742799527.jpg" Mon nom est Arezki et, d'ordinaire, on ne m'appelle pas. J'ai trente ans et vis au sommet d'une tour claire noyée dans le ciel (...) La tête penchée dans le vide, les yeux fermés, je tente de comprendre le pourquoi d'une existence dénuée de sens, sans plaisir, menée à huis clos comme si le monde autour de moi avait disparu."

Issue du viol collectif de sa mère, la belle Nour, Arezki ignore tout des circonstances de sa naissance. Elles lui seront révélées de façon brutale via  son entourage et des chapitres "off" centrés sur quelques protagonistes de ce crime odieux:

"Nous vivions au coeur d'un système arabe où l'érotisme et la violence étaient les deux alibis d'une époque fondamentalement privée d'amour et qui trouvait dans l'échauffement sexuel une forme de compensation à son incurable sécheresse."

Tout est dit.

Finement ciselé d'une écriture choisie, travaillée, raffinée et dure à la fois,  le roman aborde le thème de la répression sexuelle, du  point de vue des hommes et d'une culpabilité traînée pendant plus de trente ans.

De Paris à l'Algérie, le destin maudit les auteurs d'un tel saccage.

Le plus surprenant est que ce  - court- roman ait été écrit par une femme et qu'il ait échappé à ma vigilance lors de la rentrée littéraire...

AE

L'ampleur du saccage, roman, Kaoutar Harchi, Actes Sud, août 2011, 120 pp, 15 €

Repository.jpgLe livre est repris à la sélection du prix du 2e roman  (Marche-en-Famenne) qui sera attribué ce dimanche 13 mai; Il avait été invité aussi à être de la sélection du prix IIe titre,  octroyé par la Maison Colophon, à Grignan..

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Rentrée littéraire, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

02 05 12

Le murmure des fantômes

grâce.jpg

       1981 : Grâce, 34 ans, avait jusqu'alors apparemment tout pour être heureuse. Un mari qu'elle aime d'un amour absolu, deux enfants, un travail. Mais ce bonheur n'est-il que vernis? Car elle ressent avec une acuité de plus en plus douloureuse l'éloignement de son mari, Thomas. Éloignement pour des raisons professionnelles, car ce dernier est représentant en électroménager et sillonne les routes, mais pas seulement. Éloignement affectif aussi. Et la venue de la toute jeune et séduisante fille au pair d'origine polonaise, Christina, de ne pas y être étrangère. Christina, Grâce en est convaincue, constitue un réel danger pour son couple. Et tombe en état de disgrâce. Pourquoi cette crainte à l'endroit de la jeune femme? Quelle est cette brèche qui a fragilisé leur couple au point de les rendre étrangers l'un à l'autre? Qui est donc cet Aurélien Bataille dont le prénom n'est jamais prononcé? Besoin de parler, d'habiller ses maux de mots. Alors Grâce écrit à son fantôme de mari des lettres qu'elle ne lui postera jamais.

      Noël 2010. Quand Nathan rejoint sa mère, Grâce, et Lise, sa soeur, pour les fêtes de fin d'années, l'ambiance de la maison familiale a changé. Quelque chose d'indéfinissable mais pourtant de bien palpable, rend l'atmosphère étrange, lourde. Des évènements inquiétants surviennent dans cette maison réputée être hantée. Et d'apprendre que son père, disparu de la circulation trente ans plus tôt, a refait surface. Une disparition auréolée de mystère, de non-dit. Une absence présente dans les esprits de tous mais inexistante dans les propos.L'heure est désormais venue de s'expliquer, de comprendre. Et Nathan pour ce faire, de dialoguer en pensées avec sa défunte femme, Cora, celle qu'il a tant aimée, celle qui lui a donné deux beaux enfants. Celle, la seule, qui a su dissiper en lui, le temps de leur relation, cette angoisse térébrante d'abandon. Son amour devenu fantôme suite à son décès en couches.

      A trente années d'intervalle, Delphine Bertholon nous invite à découvrir le dialogue virtuel entre Grâce et son fils Nathan, à pénétrer au coeur des secrets de famille, à entendre bruire les non-dits. De rebondissement en rebondissement, l'auteur nous entraine en apnée dans un thriller psychologique magistralement mené.

      De fait, il est impossible de ne pas succomber à la grâce folle de la plume de Delphine Bertholon... Envoutant!

P. 273 : J'ai passé ma vie à t'attendre, quand il aurait fallu que je ne cesse jamais d'être attendue par toi.

Sans arrêt, on se trompe.

Grâce, de Delphine Bertholon. Éditions jean-Claude Lattès, mars 2012. 356 P., 18€.

Karine Fléjo

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 04 12

" Un monde de passion peuplé de bien étranges oiseauxé

9791090175037FS.jpg" Ce n'est pas croyable! C'est le genre de choses qui ne se passe que dans les romans... Seize ans pour exhumer trois lettres d'un tiroir, ce n'est pas terrible pour un archéologue, tu l'avoueras!"

Surgissant dans la vie de Margaux après un silence inexpliqué de seize ans, Howard Lejeune, éminent archéologue, l'arrache à sa routine parisienne pour l'emmener en Syrie, sur un chantier de fouilles, majeur pour l'Histoire de l'Humanité: il s'agit d'expliquer le "destin ultime de Lugalzagezi", roi de Sumer et de dater sa mort avec précision.

Cédant à la double résurgence de sa passion amoureuse et scientifique, Margaux intègre l'équipe de la mission. Elle en observe les personnalités avec un regard empreint d'humour et d'acuité:

" Puis il y avait Clémence, la doyenne du groupe, qui exerçait la profession de paléoanthropologue. A plus de quatre-vingts ans, l'essentiel de ce qui différenciait cette antique demoiselle de son sujet d’étude était une couche de peau ridée recouvrant son ossature et le fait qu'elle avait l'usage de la parole. Clémence parlait plus que Cévé, ce qui n'était pas difficile, usant d'un vocabulaire suranné qui ne lui servait qu'à exprimer des idées positives et un émerveillement immarcescible pour tout ce qui l'entourait"

Oscillant entre complicité et ...frustrations, le couple  formé par Margaux et Howard s'engage dans le chemin ardu des fouilles  - on doit à Marie-Eve Sténuit une relation vivante et précise du mode opératoire de celles-ci - et de l'éthique scientifique.

"Les ruines n'ont pas de seconde chance"

L’ amour l'aura-t-il?

Le cinquième roman de Marie-Eve Sténuit confirme une plume très belle, subtile,  finement ciselée d'humour, d'(auto)-dérision et de rigueur philosophique.

Je vous le recommande.

AE

Le tombeau du guerrier, Marie-Eve Sténuit, roman, Ed. Serge Safran, avril 2012, 192 pp, 17 €

 Billet de faveur

AE : Marie-Eve Sténuit, vous êtes archéologue, vous dédiez le roman à un archéologue décédé, quelle est la part de vécu dans cette expédition en Syrie :

Marie-Eve Sténuit : Elle est importante bien sûr, certains passages du « Tombeau du guerrier » ont été écrits sur le terrain et les héros de ce livre sont des personnages mosaïques qui doivent chacun un petit quelque chose à l’un ou l’autre de mes collègues. Mais il s’agit tout de même d’une pure fiction. Il y a longtemps que j’avais envie d’écrire une histoire se déroulant dans milieu de l’archéologie, un monde de passions, peuplé de bien étranges oiseaux. Je crois pouvoir me permettre de le dire, puisque j’en fais partie...

AE :  « Avec  le recul, je réalise que c’est là que se joua mon destin, entre deux bouchées de magret et trois gorgées de graves. » déclare Margaux, émoustillée par ses retrouvailles avec Howard et un charmant dîner en tête-à-tête… On retrouve souvent des propos de table dans vos écrits,  des descriptions ..délicieuses,  rédigées avec un plaisir manifeste. La table a-t-elle une vocation destinale ?

Marie-Eve Sténuit : C’est vrai qu’en y repensant, il y a trois scènes de repas dans ce roman qui n’est pas tellement long. Trois tables différentes, trois atmosphères différentes. Ces scènes ne sont pas gratuites, des choses importantes s’y passent ou y sont dites. Un repas en tête-à-tête ou en famille n’est jamais quelque chose d’anodin. C’est un moment d’intimité et de partage, très révélateur, qui peut déboucher sur le meilleur ou sur le pire. Il y a des scènes de table dans chacun de mes romans, même dans « La veuve du gouverneur » où elles apparaissent plutôt « en creux » puisque je décris une situation de famine sur un navire en perdition et même dans « Le bataillon des bronzes » où les personnages sont des statues qui, en principe, ne mangent pas... Sans doute est-ce parce que je considère la gastronomie comme une des grandes réussites de l’Humanité et le signe d’un degré élevé de culture. (Ou plus prosaïquement parce que j’aime bien manger ?)

AE :  « L’Histoire aujourd’hui devenait mon histoire. Une histoire où la terre était aride, couverte de la poussière des siècles, de millénaires de naissances, d’amours, de destins et de morts. L’aventure que j’étais en train de vivre me parut soudain un grain de sable dans l’immensité de ce désert de civilisations enfouies. »

Est-il meilleure, plus sublime définition de votre métier, de votre passion :

Marie-Eve Sténuit : Il y a certainement beaucoup d’autres définitions possibles, mais l’archéologie est un certainement un métier qui vous donne une perspective particulière sur le monde d’aujourd’hui. A l’échelle de l’Humanité, le destin de nos petites personnes représente encore beaucoup moins qu’un grain de sable. Nous sommes des entités infimes sur la ligne du Temps et parmi les milliards d’êtres qui nous ont précédés et qui nous succèderont. Mais les efforts que nous faisons pour exister et pour faire quelque chose de nos vies ridiculement courtes est précisément ce qui fait notre grandeur et la valeur inestimable de chaque jour vécu, dont il ne faut surtout gaspiller aucune seconde. Jongler avec les millénaires vous apprend vite à remettre les événements à leur juste place.

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 04 12

Entre rêves et réalité

images.jpg« Constance n'insista pas, il ne fallait pas parler de ses nuits à Benjamin. C'était entre eux un accord tacite: il ne la mêlait pas à ses autres vies, elle ne lui posait pas de questions. » (Extrait p.102)

Quelques-unes des vies et morts de Benjamin P. est un roman qui nous emmène dans la vie de Benjamin... Vie parallèle ou vie réelle... Chaque nuit, Benjamin rêve ou cauchemarde...Tantôt il est un jeune garçon qui vole, tantôt peintre ou chanteur... Une vie nocturne qui le confronte à la mort, à des innovations importantes ou encore à des évènements, des personnages modernes... Toutes ces histoires folles sont entrecoupées de moments de vie « réelle ». Benjamin a la (mal)chance de vivre chaque nuit, une vie parallèle et différente, jusqu'à un tournant particulier de sa vie...

Quelques-unes des vies et morts de Benjamin P., un bouquin de fiction auquel on s'accroche, où à chaque chapitre, on a envie de connaitre la prochaine vie du héros. Des histoires inattendues mêlant la réalité, la famille, avec peut-être des espoirs et des rêves inconscients qu'il tente de réaliser toutes les nuits...

Quelques-unes des vies et morts de Benjamin P., Dominique Greusard, éd. Le Bas Vénitien, mars 2012, 184pp., 15€

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 04 12

Le chant des âmes

9782226240088.jpg      Quand reviennent les âmes errantes est un sublime drame choral à trois voix. Celui d'une femme Chun-niang, appelée dame Printemps, et de deux hommes, Jing Ko et Gao Jian-li, tous deux amoureux d'elle.

      Un ouvrage qui nous invite à nous interroger sur la passion des êtres humains dans toutes ses acceptions, sa noblesse et ses dangers : passion d'amitié, passion d'amour mais aussi passion pour les richesses, pour le pouvoir, pour la domination ou pour la possession. Car comme le souligne fort brillamment François Cheng, une amitié de même qu'un amour vrais, élèvent les âmes, les éclairent. Si d'aucuns ont le pouvoir de séparer les corps, personne n'a la possibilité d'enfermer les âmes, de les séparer. « Plus longue est l'absence, plus ardent devient le désir de l'attente. Pour peu que s'offrent un jour les retrouvailles, les coeurs épris, irrépressiblement, s'embraseront. » Cependant, il est des passions qui exaltent les instincts les plus vils de l'être humain. Rien de noble ici. L'humain devient inhumain. La soif de possession, de puissance est alors à l'origine de guerres inscrites en lettres de sang.

      Et c'est là que la petite histoire rejoint la grande.

      Chun-niang, Jing Ko et Gao Jian-Li forment un trio inséparable. Les deux hommes aiment passionnément Dame printemps, et réciproquement, sans que cela ne suscite de jalousie ni de sentiments mesquins entre eux. Jing Ko, valeureux guerrier incarne le Yang. Gao Jian-Li, artiste joueur de Zhou, symbolise le Yin. Une complétude, une synergie qu'ils vont mettre au service de la lutte contre la tyrannie, le despotisme ambiant. Au péril de leur vie. Mais si Chun-niang demeure physiquement seule, ses deux amours morts au combat dans d'horribles souffrances, chaque nuit de pleine lune, les âmes errantes des deux hommes viennent lui rendre visite et lui parler. «  L'âme? C'est bien par elle que la vraie beauté d'un corps rayonne, c'est par elle qu'en réalité les corps qui s'aiment communiquent. »

     Et ce sont ces dialogues nocturnes, empreints de sagesse, de poésie, d'une réflexion juste, profonde et sensible, que nous dessine la plume experte du calligraphe, poète et romancier François Cheng.

     Remarquable.

 

P. 46 : «  La grande affaire pour un artiste, j'en suis persuadé maintenant, c'est d'entendre et de donner à entendre l'âme qui l'habite et qui résonne de fait à l'âme cachée de l'univers. »

 

P. 52 : «  Si l'amour enseigne le don total et le total désir d'adoration, l'amitié, elle, initie au dialogue à coeur ouvert dans l'infini respect et à l'infini attachement dans la non-possession. »

 

NDT :les évènements relatés dans cet ouvrage ont eu réellement lieu dans la seconde moitié du troisième siècle avant notre ère.

Quant à ce qui s'est passé du côté des âmes, cela relève d'un autre ordre, d'une autre histoire...

 

Quand reviennent les âmes errantes, François Cheng. Éditions Albin Michel, avril 2012, 14€, 155P.

Karine FLEJO

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 04 12

Un Monde à la Page !

10003243SriLnka©R.Dominique_unesco_01.jpgCe lundi 23 avril, sous l’égide de l’UNESCO, il sera temps de fête la Journée Mondiale du Livre et du droit d’auteur. 24 heures entièrement consacrée à la célébration de notre objet fétiche à travers la planète entière ! On sait à quel point la lecture, l’écriture et l’éducation sont des clés essentielles pour assurer le développement social des jeunes... et des moins jeunes. L’UNESCO a donc décidé de fêter le livre, à travers le monde, depuis 1995. Vous pourrez trouver tous les détails de cette grande journée ICI, mais en attendant, l’équipe de Lire est Un Plaisir vous propose un véritable tour du monde littéraire avec un coup de projecteur sur leurs auteurs... venus d’ailleurs !

Entre un avion, un bateau et deux lectures de bio rock’n’roll, Brice Depasse nous confie : « Mes auteurs étrangers favoris : Philip Roth (Un homme, J’ai épousé un communiste), Umberto Eco (Le nom de la rose), Paul Auster (Brooklyn follies), Russell Banks (Trailer park, La réserve).Je sais, ce n’est pas original. ». Gwendoline Fusillier, qui passe une partie de ses journées à rattraper nos boulettes de mise en ligne prend tout de même le temps de lire « international ». La preuve : « Le premier qui me vient à l'esprit est sans doute: « Jamais sans ma Fille » de Betty Mahmoody, publié en 1987. Sinon dans un style plus léger j'aime beaucoup: Anna Sam: « Les tribulations d'une caissière » et « Conseil d'une amie à la clientèle » ou encore Sophie Kinsella avec sa série « Accro du shopping » et enfin Katarina Mazetti: « Le mec de la tombe d'à côté » et « Le caveau de la famille ». Quant à Jacques Mercier, lui qui a si bien incarné les quatre coins de notre Belgique dans Forts en Tête, il n’hésite pas à voyager entre les lignes : « J’adore Lawrence Durrell, surtout dans le "Quatuor d'Alexandrie", une tétralogie qui comporte : "Justine", "Mountolive", "Balthazar" et "Cléa". Il s'agit de la ville d'Alexandrie et de la même histoire vue par les protagonistes. J'ai peu rencontré d'atmosphère aussi fortes : peut-être chez F. S. Fitzgerald ? C'est dans "Justine" que l'auteur écrit : "Une ville devient un univers lorsqu'on aime un seul de ses habitants »... ». Quand à votre serviteur, c’est à travers les romans de Stephen King que, tout jeune, il a baigné dans la culture américaine... Avant de se forger un amour immodéré pour les thrillers au feu des brûlots incendiés par James Elroy, Ernest Hemingway ou encore Graham Masterton... Sans parler de Dona Leone et son oeuvre vénitienne !

Le monde entier célèbre le livre, durant toute une journée... Pour les 364 autres ? Lire est un Plaisir s’en charge !  

Chris Corthouts

06 04 12

Lothringen

9782702142974FS.jpg

 " Je croyais en la puissance de notre Führer. Je le trouvais piètre écrivain, je n'approuvais pas toutes ses idées mais je lui faisais confiance. Qui mieux que lui pouvait nous protéger? Or l'idée que les Amis viennent de si loin pour aider les Français et les Anglais à nous voler notre chère Lothringen m'angoissait"

Réfugiée, seule, dans la cave d'une maison lorraine détruite en 1944, par les bombardements alliés, Rosy, 14 ans, tente de survivre, resassant les souvenirs d'une très courte enfance ....

Peu à peu, elle s'affranchit de l'estime inconditionnelle que Mutti, sa mère, voue au Führer.

"J'ai fabriqué d'autres torches avec les pages de Mein Kampf, mais j'ai gardé celles où M. Hitler parle de la mort de sa mère. C'est la seule douleur que nous partagerons jamais. Mutti aurait soulevé la maison pierre après pierre pour me retrouver, ne serait-ce que pour s'assurer que je deviendrais la secrétaire de notre Fûhrer..."

Exercice subtil que de sonder la délicate position des Lorrains et des Alsaciens vis-à-vis de l'Occupant, de la France et d'un passé fait de revirements incessants. Nathalie Hug s"y emploie avec talent.

AE

La demoiselle des tic-tac, Nathalie Hug, roman, Calmann-Lévy, mars 2012, 200 pp, 15 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Littérature générale, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 04 12

L'amour aux trousses...

7ans.jpgCe que dit le quatrième de couv’ : Artiste bohème au tempérament de feu, Nikki fait irruption dans la vie sage et bien rangée de Sebastian. Tout les oppose, mais ils s’aiment passionnément. Bientôt, ils se marient et donnent naissance à des jumeaux : Camille et Jeremy.

Pourtant, le mariage tourne court : reproches, tromperies, mépris ; la haine remplace peu à peu l’amour. Au terme d’un divorce orageux, chacun obtient la garde d’un des enfants : Sebastian éduque sa fille avec une grande rigueur alors que Nikki pardonne facilement à son fils ses écarts de conduite. Les années passent. Chacun a refait sa vie, très loin de l’autre. Jusqu’au jour où Jeremy disparaît mystérieusement. Fugue ? Kidnapping ? Pour sauver ce qu’elle a de plus cher, Nikki n’a d’autre choix que de se tourner vers son ex-mari qu’elle n’a pas revu depuis sept ans. Contraints d’unir leurs forces, Nikki et Sebastian s’engagent alors dans une course-poursuite, retrouvant une intimité qu’ils croyaient perdue à jamais.

 

L’année dernière, lors de la sortie de L’Appel de l’Ange je parlais « d’évolution » dans le chef de Guillaume Musso, avec un glissement sensible de la comédie romantique et fantastique vers une forme de thriller « grand public », où les relations sentimentales se trouvaient tissées dans une intrigue au rythme endiablé. Avec 7ans Après, la transformation se poursuit… et l’ombre d’un certain Harlan Coben flotte clairement sur les premiers chapitres de l’aventure. Pied au planché, Guillaume Musso plonge tête la première dans le « cauchemar » de tout parent : la disparition inexplicable d’un adolescent. Une disparition d’autant plus problématique qu’elle surgit sept ans après un divorce pour le moins difficile. Avec un sens consommé de la narration et de ce que les américains appellent « l’exposition », soit la présentation de la toile de fond psychologique, historique et géographique sur laquelle le récit va se dérouler, ce nouveau Musso s’inscrit clairement dans la catégorie des ouvrages que l’on a toutes les difficultés du monde à déposer une fois entamer. On n’oubliera pas non plus ces dizaines de références qui font le plaisir des lecteurs attentifs, pépites extraites de la culture populaire, qui brillent discrètement au cœur de la trame et ne manqueront pas d’attirer le regard d’une génération biberonnées aux exploits de Marty McFly et des super-héros de la Marvel… sans pour autant laisser les novices sur le bord de la route.

Là où le roman perd un peu son objectif de vue, c’est lors de la troisième partie, la plus courte, où les héros sont soudain confrontés à une bande de trafiquants tout droits sortis d’une mauvaise série B. On sent l’auteur pressé de confronter ces personnages à un enjeu vital, mais l’exécution devient brouillonne, les relais narratifs improbables et ce qui aurait pu constituer un second volume se voit réduit à un enchaînement trop rapide de situations à peine ébauchées.

Reste que la part du contrat le plus importante que remplit Guillaume Musso avec ce neuvième roman, celle d’un plaisir innocent, d’une aventure relevée, d’un univers que d’aucun qualifierai de « naïf » alors qu’il s’agit avant tout d’une intraveineuse d’évasion, d’un roman de qualité qui s’inscrit dans une logique de pure divertissement. Certains y verront une démarche mercantile et insupportable dans un monde en pleine tourmente, d’autres vous diront que cesser de se prendre la tête pendant quelques centaines de pages ça peut aussi faire du bien… Et je suis de ceux là !

7 ans Après..., de Guillaume Musso. Editions XO. 400p.

30 03 12

La petite maman

    9782234071766.jpg  Année de transition pour Tracey Charles, onze ans. L'attachante gamine, qui vit dans le « neuf trois », va devoir jongler entre l'entrée au collège, la naissance de Saïa - sa petite soeur née d'une union entre sa maman portugaise et son beau-père japonais, les amours de son père agoraphobe avec Aminata la femme de ménage de l'immeuble, son premier vrai départ en vacances au delà du périphérique, sa nouvelle coupe de cheveux, le délitement de son amitié avec Cosimo, mais aussi ses premiers émois amoureux avec Rabah.

      Une enfant très intelligente, vive, drôle, entière, que la violence du quotidien avec sa mère, le divorce de ses parents, la pathologie de son père, ont obligée à grandir trop vite. Une adulte dans un corps d'enfant. Une petite maman pour sa soeur Saïa. Une enfant protectrice pour son papa. Une mère à la place de sa mère.

      Et quand le quotidien devient trop lourd, inquiétant, Tracey a un Dieu vers lequel se tourner : le chiffre Huit, auquel elle voue un véritable culte. «  Ô mon chiffre Huit, apaise mon sang qui bouillonne, mes nerfs qui grésillent et ma tête qui bourdonne. » Un soutien précieux et secret.

      Mais si très tôt elle doit endosser bien des responsabilités, apprendre à se gérer seule, elle n'a pas perdu sa candeur, sa fraicheur, son espièglerie, sa capacité d'émerveillement. Bien au contraire! Tracey nous entraine dans sa farouche joie de vivre, dans le sillage de ses rires, de son espièglerie. Et de rire aux larmes avec elle. Un humour qui permet à l'auteur d'aborder des thèmes comme la maltraitance, le divorce, l'intégration, le conflit des religions et des générations, la maladie psychologique, sans jamais s'appesantir. Un véritable tour de force.

 

      Alors cette année, belle ? Belle, assurément. Et même très très belle, à plus d'un titre. Car Cypora Petitjean-Cerf sait comme personne sublimer chaque petit bonheur du quotidien, faire percer le soleil dans les ciels gris, fleurir les sourires derrière les rideaux de larmes, rire de ce qui d'ordinaire accable, mais aussi et surtout, faire germer l'espoir en des sols à priori infertiles.

      Dire que j'ai aimé ce roman est bien trop faible : je l'ai adoré, adopté, dévoré... à moins que ce ne soit lui qui m'ait dévorée! Lisez-le, et alors Tracey deviendra pour vous aussi, cette gamine au coeur d'or que vous adopterez dans le vôtre. Une enfant qui vous accompagnera, longtemps, après avoir refermé le livre...

La belle année, de Cypora Petitjean-Cerf. Editions Stock, Février 2012, 317 P., 19,50€

Karine FLEJO

Écrit par Karine Fléjo dans Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 03 12

Palimpseste

418LPARErPL._SL500_AA300_.jpg" A présent, je me découvre comme un palimpseste. A la façon des moines du Moyen Age, nos parents nous ont inscrit d'autres textes sur un parchemin recouvert d'un récit bien plus ancien. Notre histoire commune est là, mais dessous, dans l'épaisseur du support, un message antérieur existe toujours, nous n'en savions rien mais il palpite comme un coeur dans un corps."

Tandis que sa mère est internée dans une maison de soin médicalisée, la narratrice rejoint une mission d'anthropologues, au Kosovo, chargés d'exhumer de nombreux  corps des charniers et de déterminer les circonstances de leur décès. Un travail de reconstitution qui lui permet de reconstruire sa propre vie, allégée des strates qui lui furent néfastes.

" J'ai creusé avec ma pioche, ma truelle, ma souffrance, ma peur, pour dégager cette forme indéterminée qui m'enferme; je l'ai déchirée au scalpel. J'ai mal à moi, à eux, j'ai mal, mais ma bouche tremble du désir de vivre."

Entrecoupé de séances d'analyse, nourri d'une réflexion profonde sur le sens de la vie,  du déclin mental, de la mort et des "deuils blancs " qu'il faut opérer,   le deuxième roman de Nicole Roland (Kosaburo 1945 - Actes Sud, 2011 - Prix Première 2011), inscrit  douleur et  douceur au coeur d'une écriture belle et confirmée.

AE

Les veilleurs de chagrin, Nicole Roland, roman, Actes Sud, janvier 2012, 232 pp, 18,9 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |