04 04 13

Que faisiez-vous avant le Big Bang ?

Edgar Gunzig.jpgVous allez en apprendre beaucoup dans ce nouveau Mémo de Jacques Mercier tout en vous amusant. Des choses hallucinantes sur la création de l'univers, bien sûr, mais aussi sur Edgar Gunzig.

Ecoutez, c'était dans Café de Flore, en mars dernier.


podcast

NICKY JACQUES 2.jpgCafé de Flore, une émission de Nicky Depasse, chaque lundi et jeudi à 13 heures sur Radio Judaïca.

 

Photo : Gianni Candido

11 01 13

Nos origines

 

origines.jpgNotre univers remonte à quelque 14 milliards d'années. Toutes les sciences, de l'astronomie à la neurobiologie, de la physique à la chimie, mais aussi l'anthropologie, la primatologie, la géologie, tentent d'élaborer notre histoire. Trinh Xuan Thuan nous raconte le plus simplement possible cette grande fresque magnifique. On passe de la double hélice de l'ADN aux nébuleuses bariolées. Cela concerne l'homme, bien sûr, on se souvenant de ce que 50 milliards est le nombre total d'individus à avoir jamais vécu sur Terre depuis l'aube de l'humanité. On doit aussi savoir qu'une cellule vivante est une communauté élaborée et fonctionnelle de grosses molécules appelées protéines. Il y a plus de molécules dans une cellule que d'humains sur la Terre. Et si l'on reste dans les nombres « astronomiques », il faut savoir que dans notre corps, organisme d'une complexité inouïe et résultat de l'union de 10.000 milliards de cellules (cent fois plus que le nombre d'étoiles dans une galaxie !)... Sachons aussi que la biologie moléculaire nous dit sans équivoque que tous les êtres vivants sur Terre – humains, animaux, insectes, plantes ou fleurs – descendent d'un seul et même ancêtre. « Comment les premiers acides aminés sont-ils apparus sur Terre ? Sont-ils nés sur place ou tombés du ciel, voilà qui reste un mystère. Il existe vingt types différents d'acides aminés : ils sont les mêmes partout, aussi bien chez l'être humain que chez la bactérie, le dauphin, la libellule ou la rose» écrit l'auteur. J'aime aussi cette comparaison musicale que je ne lis que pour la première fois chez un scientifique : « La nature est comme le joueur de jazz : une fois un thème principal établi – ici la mise en place, dans les organismes, de mécanismes permettant de se reproduire et d'échanger de l'oxygène, de la nourriture et des déchets avec le milieu extérieur -, elle brode à l'infini sur ce thème pour inventer la nouveauté. » Bref, vous l'aurez compris : un livre complet et passionnant qui nous permet d'être et de réfléchir à ce qu'est « être » ! Une réflexion qui ne peut que rendre toute chose relative et même... nous rendre optimiste !

 

 

Jacques MERCIER

 

 

 

« Origines », « La nostalgie des commencements », Trinh Xuan Thuan, Ed Folio, essais. 546 pp. Édition 2010 mise à jour.

 

29 03 12

Tout l'Univers...

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le big bang.gifLe texte ci-dessous a été envoyé dans la newsletter de mars 2012 des guides gastronomiques DELTA avant d'être mis en ligne sur leur site (www.deltaweb.be) :

Nouvelle venue aux Éditions Hatier à Paris, la collection – remarquablement illustrée – des « Guides visuels » est destinée par ses concepteurs aux esprits curieux et pressés, et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle atteint parfaitement son but !

En témoigne l'ouvrage du directeur de collection, Philippe Tamic, intitulé Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le big bang, qui fait le point sur l'histoire et les conséquences d'une théorie énoncée par l'astrophysicien belge Georges Lemaître (1894-1966), ami d'Albert Einstein ainsi que d'Edwin Hubble et... prêtre catholique (il était même « monseigneur ») professant à l'université de Louvain.

L'auteur rappelle au passage que le nom de big bang fut donné à cette théorie par l'un de ses plus farouches opposants, Fred Hoyle (1915-2001), sujet de Sa Majesté britannique, qui l'utilisa pour la première fois en 1949, par dérision, dans une émission radiophonique de la BBC.

Car ce citoyen de la Perfide Albion était fort incrédule ! Mais il avait peut-être quelques raisons de l'être...

Alors que le maestro Einstein pensait que l'Univers est statique, notre ecclésiastique natif de Charleroi le voyait dès 1931 en expansion à partir d'un atome primitif extrêmement dense et chaud qui aurait explosé en libérant une énorme quantité de matière et d'énergie.

Cette intuition était la bonne et on sait aujourd'hui que ce big bang s'est produit il y a 13,7 milliards d'années.

L'ouvrage revient sur les contributions essentielles du physicien russe Alexandre Friedmann (l'autre « père » du big bang) dont deux équations firent admettre son erreur à Einstein, les découvertes des astronomes de Harvard Henrietta Leavitt et Harlow Shapley, puis celles d'Edwin Hubble, qui amenèrent au consensus actuel de la communauté scientifique internationale et à l'attribution de trois prix Nobel de physique (le dernier datant de 2011).

Une théorie qui, si elle demeure hypothétique comme toutes les théories, n'en a pas moins ouvert les portes de la connaissance des quarks, de l'antimatière, des nébuleuses, des trous noirs et des particules éphémères et permet à chacun d'entre nous de lever les yeux au ciel d'une nouvelle manière.

« Amen ! », comme aurait dit don Camillo...

Bernard DELCORD

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le big bang par Philippe Tamic, Paris, Éditions Hatier, collection « Guides visuels », janvier 2012, 160 pp. en quadrichromie au format 11 x 16 cm sous couverture brochée en couleurs, 10,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Astrophysique | Commentaires (0) |  Facebook | |

20 10 11

Réconcilier la science et Dieu ?

Le Lotus et le Cosmos.jpgLongtemps j'ai cru que les religions remplissaient par des "mystères" nos ignorances scientifiques ; je sais aujourd'hui après la lecture de plusieurs ouvrages passionnants de Trinh Xuan Thuan ("La mélodie secrète" ou "L'infini dans la paume de la main") que la science peut s'accommoder de l'existence d'un Dieu ! Dans "Le Cosmos et le Lotus", sous-titré "Confessions d'un astrophysicien", le célèbre savant d'origine vietnamienne, mais éduqué à la française et formé aux Etats-Unis, explique son parcours professionnel et personnel, mais aussi en deuxième partie de l'ouvrage, il détaille très clairement le point actuel de ses recherches. Le titre le dit, il est imprégné de traditions bouddhiste et confucéenne, mais finalement n'est pas d'accord avec tous leurs préceptes. Il m'est difficile de rendre compte de mes notes de lecture (j'en ai une dizaine de pages, des notations qui me paraissent essentielles pour ma propre compréhension de l'existence), donc j'essaie d'esquisser des pistes. Sur l'unicité de la nature : "La nature est donc belle parce qu'elle possède un ordre, parce qu'elle est régie par des lois. Plus étonnant encore, ces lois peuvent être exprimées en termes mathématiques". L'auteur met aussi en parallèle, ce qui me réjouit, le processus de la création scientifique et celui de la création artistique. "Quand on crée une oeuvre d'art, on a le même sentiment de s'être approché un bref instant de la Vérité éternelle, d'avoir soulevé un modeste pan du Grand Mystère". Sa grande idée est, bien sûr, que tout a été prévu pour que l'homme apparaisse et puisse contempler la création, ici et maintenant. Que nous sommes reliés à tout. "Le simple fait de respirer nous relie à tous les êtres qui ont vécu sur le globe". Mais aussi "Nous descendons tous d'un seul et même organisme, une cellule primitive datant d'environ 3,8 milliards d'années". On connaît un peu cette théorie des atomes qui changent en onde ou en point selon l'observateur. "Ce concept de changement perpétuel et omniprésent rejoint ce que dit la cosmologie moderne : tout bouge, tout change, tout évolue, tout est impermanent, du plus petit atome à l'univers entier en passant par les galaxies, les étoiles et les hommes." Et cette incroyable affirmation, qui nous donne de l'espoir, qui gonfle l'âme : "Si l'univers est aussi vaste, c'est pour permettre notre présence. Si l'univers est tel qu'il est, c'est parce que l'homme est là pour l'observer et se poser des questions." Il reste bien des problèmes à régler (comme l'unification des quatre forces fondamentales dans la nature) et nous connaissons aussi le théorème de Gödel qui dit qu'il existe une limite à notre connaissance d'un système donné, car nous faisons nous-mêmes partice de ce système. L'auteur nous parle encore de tant de choses : de la liberté, de la spiritualité, de la créativité... Un livre qui exalte, qui nous change !

Jacques MERCIER

"Le Cosmos et le Lotus", Trinh Xuan Thuan, édition Albin Michel, 264 pp. 19 euros.