Gwendoline Fusillier

Gwendoline Fusillier a écrit 44 notes

Toutes les notes par cet auteur

05/10/2016

Un livre pour faire passer la routinite aigüe

51wodqsyaTL._SX338_BO1,204,203,200_.jpg"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une", un titre qui dès le départ donne envie de se plonger dans ce roman de Raphaëlle Giordano. Et bien n'hésitez pas une seconde! 

Vous ferez ainsi la connaissance de Camille, presque la quarantaine, mariée, mère de famille avec un job passionnant... Mais la jeune femme qui a tout pour être heureuse, ne l'est pas. Elle souffre de "routinite aigüe". Elle fera la connaissance de Claude Dupontel. Cet homme, routinologue va clairement changer la vie de la presque quadragénaire. Il lui propose de lui venir en aide et ensemble, ils vont vivre des expériences hors du commun. 

Des rendez-vous inattendus, des défis plus originaux les uns que les autres... Camille va littéralement changer sa manière de vivre pour se faire du bien et enfin être heureuse. La jeune femme va repartir dans une vie meilleure à la conquête de ses rêves. Mais chut, il ne faut pas tout révéler!

A lire absolument, si vous êtes à la recherche de vous-mêmes, que vous vous posez des questions sur votre vie, votre famille, votre personnalité. Nul doute que vous profiterez des conseils donnés par le routinologue tout au long du bouquin. Après le récit, un petit vade-mecum vous est même proposé. A la fin de ce roman, on se remet en question, on fait le ménage dans sa vie et on élimine les personnes ou objets nuisibles! Un livre qui fait véritablement du bien au moral! Une première étape sur le chemin du bien-être. 

Question forme, la plume de l'auteure est agréable à lire, les chapitres sont courts et riches en citations. A lire, pour contrer ou anticiper la routine! 

Raphaëlle Giordano n'en est pas à son premier roman. Ecrivain, artiste, peintre, coach en créativité, elle est tombée dans la psychologie quand elle était petite. Elle en a fait sa grande spécialité. Ses premiers livres proposaient une approche sur le développement personnel.  

"Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une", Raphaëlle Giordano, éd. Eyrolles, 2015, 217 pages, 14,90 euros. 

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Bien-être, Gwendoline Fusillier, Romans, Société, Vie pratique | Commentaires (0) |  Facebook | |

Chroniques d'un avocat...

walgraffe.gif"Voici le trou, voici l'échelle: descendez", est le premier livre de René Walgraffe. Avocat dans la région couvinoise, l'homme de loi arrive tout doucement au terme de sa carrière... 

Il a décidé à travers ce livre, de faire une sorte de bilan. Au travers de 17 nouvelles, il revient sur des affaires qui ont marqué sa carrière d'avocat mais aussi de curateur. Volontairement des noms ont été changés, des situations ont été romancées, des dossiers ont été mélangés. Mais nul doute que certains se reconnaitront. Des situations cocasses, des dossiers durs comme les affaires de moeurs, des trahisons, des faillites, toutes sortes de sujets sont évoqués. Du moins nanti, au criminel en passant par le politique, de la victime au coupable, il a défendu toutes les classes de la société. 

Au fil de ces petites histoires, on est littéralement plongé dans la vie quotidienne de l'avocat couvinois. Avec son franc-parlé, il n'a pas peur parfois de dépeindre un portrait peu élogieux de certains confrères. "Les confrères qui pratiquent l'alpinisme ensemble m'ont toujours paru faire preuve de beaucoup d'inconscience, à moins d'être le premier de cordée, et encore", écrira-t-il. René Walgraffe amène également à réfléchir sur le fonctionnement de la justice belge actuelle. 

Le ton humoristique, parfois cru, caustique, croustillant mais humain pousse le lecteur à ne pas refermer le bouquin de sitôt. A lire sans modération!  

"Voici le trou, voici l'échelle: descendez", René Walgraffe, éd. Amalthée, 2016, 192 pages, 13,30euros

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Gwendoline Fusillier, Humour, Nouvelles | Commentaires (0) |  Facebook | |

22/02/2015

"Il faudra leur dire..."

9782221095928.jpgLa nuit du 30 janvier 1944, Ida, âgée de 14 ans est emmenée par trois soldats français. Née en France de parents juifs polonais, elle sera conduite seule vers l'enfer. Drancy, Birkenau, Auschwitz en février 1944, elle affrontera la proximité, la puanteur, la violence des camps. Elle luttera pour ne pas tomber malade du typhus. Elle y restera 17 mois dont deux hivers. Un simple numéro, une seule gamelle, mise au travail, Ida tentera de survivre à l'horreur.Elle échappera à la mort dès son arrivée au camp, tout simplement grâce à une coiffure qui lui donne l'allure d'une adolescente plus âgée. Elle s'en servira par la suite, ce qui la sauvera à plusieurs reprises. 

 

Au fil de ce livre intitulé "J'ai pas pleuré", Ida raconte ses conditions de vie, ses rencontres... Elle évoque régulièrement la chance dont elle a bénéficié. Affectée au commando de pierres, elle finira par travailler dans une usine d'armement. Les conditions de vie sont inhumaines, chaque jour, elle voit des compagnons d'infortune mourir de froid, de fatigue, de douleur... Les moindres détails de la vie au camp sont décrits. En janvier 1945, les Allemands évacuent Auschwitz. S'ensuit la marche de la mort pour Ida. Des kilomètres à marcher, en soutenant les autres qui n'avancent plus et finissent par périr sur le bord du chemin. Mais la maladie la rattrape. Emmenée dans une annexe du camp, elle sera soignée par Wanda, une infirmière déportée pour résistance. Elle cherchera à la revoir après sa libération, mais en vain. Ce n'est qu'en mai 1945, qu'Ida sera véritablement libre par des soldats soviétiques. Rapatriée en France, elle apprendra que son père ne reviendra pas.Haut et fort, elle clamera que si elle a craqué: "j'ai pas pleuré". 

 

Ce livre est né d'une rencontre particulière en 1988. C'était la première fois qu'Ida retournait à Auschwitz, elle a accepté d'accompagner un groupe de lycéens. Elle y rencontre Bertrand Poirot-Delpech. Ce dernier propose d'être son scribe. Ensemble, ils livrent aux lecteurs plus qu'un témoignage mais bien un espace de réflexion sur ce que des humains ont été capables de faire à d'autres humains.Mais il y a aussi tout "l'après". Comment tenter de revivre après tout cela?

L'auteur explique être investie de la mission de transmettre l'histoire. "L'oubli serait aussi intolérable que les faits eux-mêmes. (...) Je n'oublie pas que j'ai reçu une mission sacrée. Je revois les femmes qui me l'ont confiée, en partant pou Revier, l'antichambre de la mort:"Si vous rentrez, il faudra leur dire. Ils ne vous croiront pas, mais il faudra leur dire"."

"J'ai pas pleuré", est un livre poignant ouvrant sur d'autres perspectives de cette page noire de notre histoire. 

 

J'ai pas pleuré, Ida Grinspan et Bertrand Poirot-Delpech, éd. Robert Laffont, 252 pages, Paris, 2002

 

Un trio de choc!

9782266247566.jpgEve prend la fuite le jour de son mariage. Sur sa route vers le sud, elle croise le chemin d'Emile. Camionneur, bourru avec un coeur énorme. Après quelques kilomètres ensemble, ils se séparent. Mais leurs destins vont de nouveau se recroiser. La femme déEmile est partie il y a peu, il noie son chagrin dans l'alcool... C'est sans hésiter qu'il accepte d'accompagner Eve  vers la Toscane. Cette dernière qui se fait appeler Angie veut découvrir le secret lié à sa naissance.  Elle veut retrouver sa nounou d'enfance. Sur le chemin, le duo improbable rencontre Azraël, un ancien champion de patinage artistique. Tous à la recherche d'une vérité et d'un nouveau sens, ils vont atterrir dans la ferme d'un vieil anglais. 

Ils sont tous différents, ont tous des histoires différentes mais ont cette chose en commun, ils veulent la vérité sur le passé pour combattre l'avenir. Ensemble, ils vont vivre des histoires loufoques, des situations graves, parfois drôles, émouvantes. 

"Au bout du chemin", est un roman facile à lire abordant de nombreux thèmes; la solitude, l'amitié, la confiance, l'aventure... A certains moments, on sourit, on se met dans la peau de ces trois personnages attachant qui avancent sans se soucier et qui vivent une aventure incroyable. A d'autres, on est ému, solidaire, en colère. 

Je le recommande! 

Au bout du chemin, Patricia Hespel, éd. Les nouveaux auteurs (Pocket), Paris, 380 pages, 2013

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Gwendoline Fusillier, Humour, Littérature générale, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

Le témoignage d'une femme courageuse

9782352876762-G-210x344.jpgPoignant, incroyable, révoltant... Le témoignage d'Amale El Atrassi pousse à la réflexion. Cette jeune femme musulmane issue d'une famille de six enfants raconte l'enfer qu'elle a vécu pendant son enfance. Pour la première fois, une femme expatriée du Maroc raconte son quotidien. Les coutumes, le viol, l'exil forcé, la séquestration, elle évoque son histoire, où les femmes ne sont pas considérées comme elles le devraient.  

Elle est née en France, y est scolarisée et pourtant... La famille vit dans le petit village de Bourges. Un jour, les filles, lassées d'être considérées comme "moins que rien" feront une fugue à Paris. Une escapade vue comme une libération.  Mais le retour sera difficile. Elles seront battues, enfermée dans la cave. Un jour, lors d'un voyage au Maroc pour aller saluer la famille, elle sera abandonnée là pendant trois ans. Confrontée à la violence, au déni, elle survivra. ESon père lui répétant sans cesse, qu'elle allait pouvoir revenir... Mensonges. Un père violent, négligeant, violent et alcoolique. t ne doit son salut qu'à sa mère. Dans son livre, Amale livre aussi l'histoire de sa maman, mariée de force à l'âge de 16ans à cet homme.

Au fil des pages, l'auteur révèle des us et coutumes où se mêlent violence et brimades. Elle a fait preuve de courage en écrivant ce livre qui risque de lui attirer les foudres des siens. A noter qu'Amale est la soeur aînée du comique et animateur de télévision, Mustapha El Atrassi. Ce dernier n'a jamais souhaité s'exprimer sur le témoignage  de sa soeur. Par honte? Peut-être... Cet enfant Aujourd'hui encore, Amale se bat contre son passé. Agée de 38 ans, elle n'est pas reconnue comme  marocaine, ni française et pourtant elle est mère de quatre enfants nés en France. 

 

Louve musulmane, Amale El Trassi, éd. Archi Poche, Paris, 206 pages, Septembre 2014

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Biographies, Gwendoline Fusillier, Médias, Portraits, Récits, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

01/01/2013

Bonne année

Toute l'équipe de Lire est un Plaisir vous souhaite une excellente année 2013.

Que celle-ci soit à la hauteur de vos espérances, santé, prospérité, amour, amitié, bonheur, bref le meilleur!

bonne-annee-2013.jpg

Écrit par Gwendoline Fusillier | Commentaires (0) |  Facebook | |

29/10/2012

On a tous un "Bobo" en nous...

bobos2.jpg

Première expérience dans le monde des livres pour Myriam Leroy. La jeune femme bien connue pour ses chroniques sur Pure FM "Myriam Leroy n'aime pas" mais aussi dans la presse écrite, sort son premier bouquin, "Les Bobos, la révolution sans effort". Une compilation de ses chroniques sur La Première concernant le phénomène "Bourgeois Bohème".

 Un livre drôle à l'image de son auteur, qui dresse le portrait de ces personnes hors du commun. Au fil des chapitres, on apprend à les connaître en vacances, dans leur quotidien, leurs relations avec les autres... Des traits de caractère parfois absurdes, des situations abracadabrantes qui nous rappellent qu'au fond, on est tous un peu "bobo" dans l'âme...

Pour la jeune femme, le Bobo est principalement bruxellois, aime aller bruncher le dimanche, mange local, s'habille au marché Vintage de la Place Sainte-Catherine... et j'en passe... Si tout au long des pages, vous vous sentez proche de la description, c'est certainement que vous êtes un tant soit peu, un peu des leurs... Mais attention, ce n'est pas une tare!

Un livre amusant avec une description sarcastique, piquante mais très tendre... Bref, un livre qui vaut le détour et qu'il faut lire...

MyriamLeroy nous en parle...

Pourquoi avoir décidé d'écrire un livre?

Ce livre est une compilation de mes chroniques dans l'émission On n'est pas rentré sur la Première. En fait, un jour, NicolasVadot qui est chroniqueur dans l'émission m'a dit: "si tu décides de publier tes chroniques, je serais ravi de les illustrer". C'était très flatteur de sa part. C'est ainsi que l'aventure a commencé. Je n'avais pas de contact dans les maisons d'édition et il a fait en sorte que le livre soit publié.

Vous dressez un portrait peu flatteur des "Bobos"...

Je pense justement que non. Ce bouquin est très tendre, je les aime beaucoup. Et puis, je m'inspire beaucoup de moi et de ma petite sœur. C'est la "Bobo" par excellence, authentique. Je pense que c'est un clin d'œil malicieux! Mieux vaut être bourgeois et bohème que pauvre et polluant! 

Myriam Leroy, un peu "Bobo"?

Oui... Je n'aime pas la télévision, je fais attention dans mon alimentation à manger local, bio, je ne mets pas le chauffage... Mais dès que j'en ai l'occasion, je prends le premier avion pour partir loin... C'est hyper-cliché! Il m'est déjà arrivé de taper sur Google "dictature+jolis paysages" pour savoir dans quel pays j'allais partir pour découvrir de jolis paysages... (Rires).

Vous avez d'autres projets dans l'écriture?

Rien de très concret... J'ai écrit un roman mais il est dans le fond d'un tiroir et une pièce de théâtre... Il faut voir si elle plaira au commanditaire... Le projet qui me tient à cœur pour l'instant, ce sont les nouveaux podcasts développés par le Focus Vif... (Focus Store) Nous prenons des sujets culturels d'actualité et nous en débattons avec les autres journalistes du magazine.

Pour vous donner un petit avant-goût du livre de MyriamLeroy, regardez le teaser...


 

"Les Bobos, la révolution sans effort", Myriam Leroy, Ed. Renaissance du Livre, Octobre 2012, 128pp, 9,99€.

A noter: le bouquin ne se trouve pas dans les supermarchés car les supermarchés, ça n'est pas "Bobo"!

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Belge, Humour, Littérature générale, Portraits | Commentaires (0) |  Facebook | |

17/10/2012

25 ans, l'heure du bilan

 4473922-6718628.jpgEmma est une jeune femme pétillante, déjà ex-journaliste à 25 ans, elle s'est reconvertie plusieurs fois dans divers métiers. Aujourd'hui, elle pose ses valises aux Galeries Lafayette, à Paris. L'occasion pour elle de dresser un premier bilan... pas terrible, il faut le dire! Elle décide de repartir à zéro et de faire de l'année de ses 25 ans, un moment exceptionnel et déterminant.

 "Je suis comme vous, unique!", est le premier roman d'Astrid El Chami. D'origine franco-libanaise, l'auteur a grandi en Belgique avant de s'installer à Paris en 1999.

A travers son livre, elle emmène le lecteur dans les péripéties de la vie d'Emma, une jeune parisienne qui voit plutôt la vie en rose même si tout est gris. Anecdotes de travail, amours déchus, soucis familiaux,  Emma croque la vie à pleine dent sans se soucier. Le livre est divisé en deux parties, la seconde nous emmène dans deux scénarios bien différents mêlant rêve et réalité.

 "Je suis comme vous, unique!" fait partie de ses livres dont on n'a pas envie de tourner la dernière page... Ceux dont on a envie de connaître rapidement la suite, tant on est plongé aux côtés de l'héroïne, on partage son quotidien, voire même, on s'identifie à elle,  et finalement... on se dit que l'on est tous un peu comme Emma, uniques! Bref, un livre drôle, humain à découvrir rapidement...

  "Je suis comme vous, unique!", Astrid El Chami, Ed. La Bourdonnaye, 184pp. Un livre numérique à découvrir sur les traditionnelles plateformes de téléchargement.

 N'hésitez pas à consulter le blog d'Emma: http://leclindoeildemma.com/

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Humour, Récits, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

24/09/2012

Trois ombres au soleil...

troisombresrecto.jpgUn drôle de rendez-vous, des coïncidences, trois vies bien différentes qui se rencontrent... Un homme, deux femmes, qui vivent ensemble des aventures extraordinaires...

Il y a Loïc, un jeune homme à la recherche d'un boulot "qui fait n'importe quoi". Il y aussi Sofia, une belle étudiante blonde qui travaille pour payer ses études et, enfin, Marie, une vieille dame qui a bien vécu... Bref, trois personnalités opposées, discrètes qui se rencontrent au coeur du quartier bruxellois du Châtelain... La vieille dame joue tantôt le rôle de maman avec ses deux compères, tantôt, les rôles s'inversent et c'est elle qui revit une seconde jeunesse...  "Nous étions faits pour nous rencontrer lui et moi." Sofia, la jolie blonde, joue une fois le jeu d'amante, une autre fois le jeu de la bonne copine... Et enfin, Loïc a le coeur qui balance entre ces deux femmes. Avec la première il (re)vit des moments manqués, avec la seconde, une belle histoire... 

Ensemble, ils vont partager un quotidien différent, VIVRE pleinement ces moments qui ne sont qu'à eux. 

Bref, Trois ombres au soleil, c'est une histoire drôle, touchante, parlante, mystérieuse et surtout vraie... Le manque de description des personnages laisse place à l'imaginaire du lecteur. On vit, on partage un peu la vie de ces trois amis! L'intrigue tient le lecteur en haleine jusqu'à la dernière page...

Oeuvre d'un jeune auteur bruxellois, Trois ombres au soleil  est le premier roman de John.Henry.

Rencontre.

Qu'est ce qui vous a poussé à vous lancer dans l'écriture?

J'ai eu une révélation en voyant Stromae. Il était en cours avec moi et j'ai vu qu'il arrivait à percDSC_0434.JPGer. J'ai toujours eu l'impression qu'on venait chercher les gens en leur disant qu'ils allaient devenir des stars mais pas du tout. Alors je me suis dit, s'il y arrive pourquoi pas moi, et je me suis lancé! Je cherchais du travail et j'avais du temps donc j'ai commencé à écrire.

D'où vous vient l'inspiration?

Il y a beaucoup de vécu par exemple pour les lieux, je n'habitais pas loin, il y a aussi des histoires entendues. Au début, ça partait dans tous les sens, j'avais du mal à canaliser l'histoire car j'avais beaucoup de choses à raconter! Rien n'était programmé, j'écrivais au fur et à mesure.

Il y aussi des liens avec l'actualité?

Oui notamment avec la Tunisie... Mais j'ai écrit mon livre avant le printemps arabe.

Une anecdote, un souvenir particulier?

Il y a quelque chose de drôle... Dans mon livre, je parle par exemple des initiations à l'informatique pour les personnes âgées. Quand j'ai travaillé en tant que journaliste après avoir écrit mon livre, j'ai fait un reportage là-dessus. Autre coïncidence, le restaurant tunisien dont je parle dans mon livre existe bien. J'ai présenté le patron comme un militant mais sans vraiment le connaître... Et puis, j'ai croisé le vrai patron dans une manifestation... Il y a des choses qui se sont révélées après, la réalité qui revenait par rapport au roman... Souvent c'est l'inverse!

Au début du roman, vous conseillez à vos lecteurs de le partager, de le prêter...

Oui c'est un concept un peu différent. Ce n'est pas un bouquin comme les autres, il est publié dans une petite maison d'édition et je voulais le faire exister. Je propose aux lecteurs de le partager avec les autres, je pense que pour exister, il faut être lu et c'est ce que je veux, je veux qu'il soit lu un maximum.  J'ai envie de montrer aux lecteurs que c'est plus compliqué pour un jeune auteur de se faire connaître. J'ai d'ailleurs abandonné deux romans dans des lieux publics de Bruxelles et j'espère que les gens se le donneront.

Trois ombres au soleil, John.Henry, éditions Cholé des Lys, 2012, 274pp, 25€.

Intéréssé? Contactez l'auteur par mail à l'adresse: jhbrichart@gmail.com.

A noter: L'auteur sera en séance de dédicace lors du salon du livre de Marchienne (Charleroi) les 12 et 13 octobre prochains.

 

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Belge, Romans | Commentaires (2) |  Facebook | |

27/08/2012

Telle mère, telle fille!

206628_201442319888094_117386424960351_589355_6475342_n.jpgC'est avec grand plaisir que l'on retrouve Sophie Kinsella pour la suite des péripéties de Becky, l'accro du shopping... Après les confessions d'une accro du shopping, l'accro du shopping à Manhattan, dit oui, a une soeur, attend un bébé... Cette fois l'on retrouve Minnie... La jeune enfant du couple Bloomwood-Brandon... Une adorable petite fille déjà accro... au shopping!

Agée d'à peine deux ans, cette petite a déjà un caractère bien trempé et sait ce qu'elle veut! Elle est capable de retourner un magasin si elle n'obtient pas ce qu'elle désire! Capricieuse certes mais une petite fille adorable en fin de compte... Que l'on imagine aisément vêtue des plus grandes marques choisies par sa mère attentionnée. A deux, elles forment un duo de choc qui ferait bien tourner la tête de Luke, le seul homme de la maison.

Le sixième volet de cette série culte nous racontes une fois de plus les aventures hilarantes et émouvantes de Becky, pour qui la vie n'est pas toujours très rose. Des idées folles, une organisation de géant, des situations cocasses mais aussi quelques déceptions... Une nounou trop parfaite pour garder le petit diable, une maison de rêve qui leur passe sous le nez, un air de crise financière qui empêche de faire du shopping...Mais heureusement, Becky a TOUJOURS la solution!

Bref, un roman drôle, émouvant auquel on s'accroche du début à la fin... Un tome 7? D'après moi, le sixième opus laisse penser que oui.

Mini-accro du shopping, Sophie Kinsella, éd. Belfond, Mai 2011, 480pp, 19,30€.

Écrit par Gwendoline Fusillier dans Humour, Poche, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

1 2 3 4 5 Page suivante