Gwendoline Fusillier

Gwendoline Fusillier a écrit 44 notes

Toutes les notes par cet auteur

10/09/2011

Ondes de choc pour une décennie agitée

Blog-couv-ONDE-DE-CHOC.jpgPassionné par l'actualité et le dessin, Vadot a décidé de devenir dessinateur de presse à l'âge de 18ans. Dessinateur du Vif/L'Express depuis 1993 et de l'Echo depuis 2008 il nous propose ici un nouveau recueil de 150 dessins qui ont marqués la décennie 2001-2011 dans un bouquin intitulé Ondes de choc.

 

Il nous offre une vision décalée des évènements de ces 10 dernières années qui ont marqués l'esprit collectif.150 dessins classés par ordre chronologique, dix chapitres relatant différents faits d'actualité comme l'intervention de Bush en Afghanistan, la marée noire du Prestige, la présence au second tour de Jean-Marie Lepen, la capture de Saddam Hussein ou encore le Tsunami, la mort de Jean-Paul II...

 

Rencontre avec Nicolas Vadot.

 

Qu'avez-vous voulu montrer à travers ce livre?

J'ai voulu montrer que le monde a changé à vitesse grand V durant cette décennie. Et dans l'histoire moderne, je pense que c'est vraiment une décennie marquante. Le monde s'est un peu cherché pendant 10ans, il y a eu énormément de changements. On est passé d'un monde de Guerre Froide à un monde multipolaires.

 

La boucle est bouclée. On commence avec les attentats du 11 septembre 2001 et on termine par la mort de Ben Laden.

Exactement c'est tout à fait ça. Mais quand Ben Laden est mort on était déjà en train de faire le bouquin mais on va dire que cela m'a bien servi.

Maintenant je dirais que la boucle des attentats du 11 septembre et des années Bush est bouclée en partie. Bush nous a malheureusement laissé un héritage avec lequel on va vivre encore très longtemps. Mais je pense que ce qu'il s'est passé dans le monde arabe est un vecteur d'espoir.

 

Y'a t-il des dessins inédits?

Il y en a peut-être un ou deux. Tout le gros travail, c'était surtout d'élaguer. Il y avait à peu près 6000 dessins. J'ai d'abord fait une pré-sélection et puis j'ai demandé des avis extérieurs.

 

Quels dessins avez-vous privilégiés?

Je n'ai gardé que les dessins qui parlaient de sujets qui ont vraiment frappés la mémoire collective. Il y en a certains que j'aimais beaucoup mais qui étaient sur des sujets plus ponctuels. Je voulais garder cette vertu didactique du livre.

 

Le métier de dessinateur de presse est-il facile en Belgique?

On est parfois censuré mais c'est très rare. On vit dans une démocratie, on contribue à coup de petites pierres à préserver cette démocratie grâce à la liberté d'expression et de la presse.

J'ai de temps en temps des pressions mais c'est quand même assez rare, c'est vrai qu'il y a certaines formes de bienséance à respecter.

 

Qu'est ce qui fait une bonne caricature?

En fait il faut quatre ingrédients; il faut de l'humour si possible, de l'esprit de synthèse, du sens politique et beaucoup de mauvaise foi. Si on arrive à mélanger tout ça, ça marche! Il faut que le dessins marque l'inconscient, il faut que ce soit compréhensible en un clin d'oeil. Il faut vraiment être efficace car il y a beaucoup de concurrence d'images, ce qu'il n'y avait pas il y a 30-40ans.

 

 Vous avez des thèmes fétiches?

Un dessinateur de presse doit être capable de réagir sur tout ce qui se passe dans le monde. J'ai des thèmes que je préfère à d'autres évidemment, la politique internationale notamment. Tout ce qui est belgo-belge je le traite régulièrement mais ce n'est pas ce que je préfère. Et puis le dessin traverse les frontières, c'est un langage universel.

 

Un petit chat accompagne tous vos dessins, d'où vient-il?

Il est là depuis le début! Les gens me disent que j'ai voulu faire comme la souris de Plantu mais il était là avant. Quand j'ai commencé, je mettais un chien mais je n'aime pas les chiens. J'ai donc décidé de mettre un chat. Puis un jour il est devenu vert et voilà. Parfois je l'oublie et les gens sur mon mail; sur Facebook me demande où est le chat. C'est un peu une mascotte et puis il agit comme un gyrophare, il permet de bien dire aux gens même si je traite d'un sujet glauque ce n'est jamais qu'un dessin, d'ailleurs il y a un chat. N'oublions pas non plus que tous les palaces du monde lui sont ouverts, il va partout.

 

Quels sont vos projets?

En tant que dessinateur de presse, il y a toujours le Vif et l'Echo. Avec la Renaissance, on va faire un ou deux bouquins par an. Et puis j'ai la BD avec Maudit Mardi qui vient de sortir aux Editions Sandawe. Je suis également chroniqueur radio pour la RTBF. Une vie bien remplie c'est le moins que l'on puisse dire.

 

En parallèle à la sortie de ce livre, une exposition se tient du 8 septembre 2011 au 31 janvier 2012 au Musée Royal de l'Armée et de l'Histoire militaire de Bruxelles. Le visiteur peut découvrir des caricatures de Vadot mises en parallèles avec des dessins de Marec.

 

Ondes de choc, Nicolas Vadot, Renaissance du livre, septembre 2011, 128pp, 19€

Écrit par Gwendoline Fusillier dans B.D., Humour, Société | Commentaires (0) |  Facebook | |

Page précédente 1 2 3 4 5 Page suivante