31 01 18

They had a dream…

Les Noirs américains – En marche pour l'égalité.jpgPap Ndiaye est un historien français, spécialiste des États-Unis, né le 25 octobre 1965 à Antony. Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé d'histoire, il est titulaire d'un doctorat de l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), où il fut maître de conférences avant d'être élu en 2012 professeur à l'Institut d'études politiques de Paris (Sciences Po).

Il a fait paraître en 2009 dans la collection « Découvertes Gallimard » un brillant petit essai bellement illustré, Les Noirs américains – En marche pour l'égalité, qui ressort à l’occasion du cinquantième anniversaire de l’assassinat du pasteur Martin Luther King Jr (1929-1968), militant non-violent pour les droits civiques des Noirs aux États-Unis, lauréat du prix Nobel de la Paix en 1964 après qu’il eut prononcé son fameux discours intitulé I have a dream à Washington le 28 août 1963.

Voici la présentation de l’ouvrage :

« Le 20 janvier 2009, Barack Obama est devenu le premier président noir des États-Unis. Un événement historique pour le monde entier, mais d'abord pour cette nation au lourd passé raciste. En effet, à l'abolition de l'esclavage par Lincoln en 1865 ne succède qu'un bref printemps démocratique : les lois Jim Crow imposent aux Noirs la ségrégation et la privation du droit de vote dans le Sud des États-Unis.

À partir de 1915, ils migrent par millions dans les grandes villes du Nord. Naissent alors les ghettos : Harlem à New York, le South Sicle à Chicago où, malgré des conditions de vie très dures, la culture afro-américaine se réinvente à travers le jazz et la littérature. En 1955, une certaine Rosa Parks [1] refuse de céder sa place à un Blanc dans un bus. L'incident met le feu aux poudres. Sous la conduite inspirée de Martin Luther King, le mouvement pour les droits civiques va gagner en dix ans le combat de l'égalité juridique.

Depuis, reste à remporter la bataille contre la misère et la marginalité... Au rythme des violences, des luttes, des conquêtes et des espoirs vécus par les Noirs américains, Pap Ndiaye retrace un siècle et demi d'histoire des États-Unis. »

Une histoire sanglante, hélas…

Bernard DELCORD

Les Noirs américains – En marche pour l'égalité par Pap Ndiaye, Paris, Éditions Gallimard, collection « Découvertes Gallimard », mars 2009, 160 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 18 cm sous couverture brochée en couleurs, 15,90 € (prix France)

[1] Le 1er décembre, à Montgomery, Alabama.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Histoire | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 01 18

Cuisine pour bébés...

Cuisiner au baby robot.jpgDans Cuisiner au baby robot – 140 recettes pour le bonheur des bébés (Paris, Éditions Larousse), Noémie Strok propose des préparations conçues spécialement pour l’utilisation du baby robot, l'ustensile indispensable à la bonne alimentation des bébés.

Il s’agit de recettes adaptées à chaque phase de la diversification : de 4 à 6 mois ; à partir de 6 mois ; à partir de 9 mois ; à partir de 12 mois.

Soupe de tomate à la feta et au basilic, crème de maïs, purée verte aux 3 légumes, petit pot de flétan aux tomates cerises, hachis Parmentier, potiron au sarrasin et au bœuf, osso buco aux petites pâtes, smoothie banane et fraise, mousse de pêche...

Pour les gourmets en couches culottes !

Bernard DELCORD

Cuisiner au baby robot – 140 recettes pour le bonheur des bébés par Noémie Strouk, photographies d’Amandine Honegger, stylisme de Sylvie Rost, Paris, Éditions Larousse, mai 2017, 208 pp. en quadrichromie au format 13,8 x 19,7 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 9,95 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil la recette suivante :

Poulet aux deux pommes

Pour un bébé à partir de 6 mois

Préparation : 15 minutes

Cuisson : 15 à 20 minutes

Ingrédients :

70 g de pomme

70 g de pomme de terre

10 g de poulet

Recette :

Lavez et pelez la pomme et la pomme de terre.

Coupez la pomme, la pomme de terre et le poulet en dés d’environ 1 cm de côté.

Déposez-les dans le panier du baby robot, puis remplissez la cuve d’eau jusqu’au niveau 3.

Lancez la cuisson.

Réservez le jus de cuisson et déposez les ingrédients dans la cuve.

Mixez et ajoutez du jus de cuisson petit à petit jusqu’à l’obtention d’une consistance lisse et homogène.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

31 01 18

Vous prendrez bien un peu de Witz

9782259230292.jpg

 C'est autour de la notion de Witz  intraduisible en français  - mettons que c'est un trait d'esprit - qu'Adam Biro articule ce plaisant abécédaire.

   Rappelons que, chère à notre blog, la collection des Dictionnaires amoureux laisse libre cours, subjectif parcours à son auteur.  Partant, le nombre des entrées, longueur et  prisme thématique relèvent, dans ce nouvel opus,  de l'arbitre pétillant d'Adam Biro, juif athée et d'une distinction bien établie entre les philosémites et ceux qui ne le sont pas. Ainsi "hitler" et sinistre compagnie se voient-ils privés de leur majuscule patronymique. Reconnaissons qu'il ne l'ont pas volé.

 Longue  et bavarde  ballade -  l'ouvrage compte  800 pages! -  le recueil nous révèle qu'il y a plusieurs variétés d'humour juif,  le séfarade, l'ashkenaze - mais aussi celui  qui est lié au continent, au pays de résidence.

   Un point commun : le lien que l'humour entretient avec le tragique. Dieu sait comme l'Histoire en a nourri le peuple juif. Une dimension mystique, également.

Jalonné du portrait de nombreuses personnalités, pimenté de nombreuses plaisanteries, le dictionnaire offre une incursion passionnante sur la mentalité juive et l'affirmation de la valeur suprême du judaïsme qu'est la vie.

 Apolline Elter

 Dictionnaire amoureux de l'Humour juif, Adam Biro, abécédaire, Ed. Plon,  sept. 2017,  800 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Dictionnaires, Humour | Commentaires (0) |  Facebook | |

29 01 18

Les trouvères du sud de la France…

Les troubadours.jpgMichel Zink (°1945), écrivain, médiéviste et philologue français, membre de l'Institut, est professeur honoraire au Collège de France est l’auteur de nombreux ouvrages [1] et il a étudié toute sa vie l'art des troubadours et leur poésie.

C’est donc très logiquement qu’il a fait paraître Les troubadours – Une histoire poétique (2013, Paris, Éditions Perrin), un essai très documenté qui a remporté le Prix Provins Moyen Âge 2014 et qui ressort en collection de poche dans une version révisée.

En voici la présentation de l’éditeur :

« Les troubadours sont, au XIIsiècle, les auteurs, immensément admirés, des plus anciennes chansons d'amour composées dans une des langues nouvelles de l'Europe, la langue d'oc. Le tremblement du désir et celui de la crainte, la ferveur et la frustration, la jalousie et la jouissance, tout cela ils l'ont dit de façon si nouvelle et si intense que leurs chansons résonnent encore dans les mots d'amour d'aujourd'hui.

Le livre de Michel Zink rend sa fraîcheur à cette poésie vieille de neuf siècles en la suivant dans ses méandres, en disant au fil des poèmes, qu'il cite en grand nombre, juste ce qu'il faut pour qu'elle nous parle, pour qu'elle nous enchante et pour qu'elle vive en nous. »

Et voici ce qu’en dit l’auteur :

« Ce livre se veut une histoire poétique des troubadours. Il tente de rendre à leur poésie sa fraîcheur en la suivant dans ses méandres, en disant au fil des chansons et à propos de chacune juste ce qu'il faut pour qu'elle nous parle, pour que sa subtilité apparaisse, pour que ses allusions s'éclairent, qu'elle nous enchante et qu'elle vive en nous. (…)

J'ai voulu les faire aimer autant que je les aime, faire sentir tout ce que leurs chansons recèlent de sophistication et de simplicité, de séduction et de profondeur. Comment rendre proche, immédiatement accessible, immédiatement savoureuse, une poésie d'amour vieille de neuf siècles, écrite dans une langue ancienne et à demi étrangère, parfois volontairement obscure et produite par une civilisation désormais si loin de nous ? »

Objectif atteint !

Bernard DELCORD

Les troubadours – Une histoire poétique par Michel Zink, Paris, Éditions Perrin, collection « Tempus », novembre 2017, 382 pp. en noir et blanc au format 11 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 9,50 € (prix France)

[1] Épinglons, entre autres, La Pastourelle – Poésie et folklore au Moyen Âge, Paris, Bordas, 1972, La Prédication en langue romane avant 1300, Paris, Champion, 1976 et 1982, Littérature française au Moyen Âge, Paris, PUF, 1992 et 2001, Le Moyen Âge de Gaston Paris, Paris, Éditions Odile Jacob, 2004, Bienvenue au Moyen Âge, Équateurs/France Inter, 2015.

28 01 18

« Ne laissez pas le brouhaha extérieur étouffer votre voix intérieure. » (Steve Jobs)

L'art de la délicatesse.jpg

Dominique Loreau vit au Japon depuis quatre décennies. Elle en a appris les coutumes, les traditions et applique à sa façon de vivre à l'européenne les pratiques ancestrales de ce pays.

Après le succès de L'art de la simplicité (Paris, Robert Laffont, 2005), L’art de l’essentiel (Flammarion, 2008), L'art de mettre les choses à leur place (J’ai lu, 2016) et Vivre heureux dans un petit espace (Flammarion, 2016), Dominique Loreau propose à ses nombreuses lectrices, dans L’art de la délicatesse (Flammarion, 2016), de profiter de tous les petits luxes qu’offre la vie, et dans Mon sac, reflet de mon âme (Flammarion, 2017), de faire de son sac à main l'aboutissement du minimalisme, l'outil de la liberté et de la légèreté.

En voici les sommaires :

L’art de la délicatesse

  1. Le luxe, un état d'esprit plutôt qu'une affaire de moyens
  2. L'art de dépenser intelligemment
  3. Artisanat et sur mesure, antidotes au bling-bling
  4. L'importance de la qualité
  5. Comment discerner la qualité.
  6. L'élégance : simplicité et raffinement
  7. Le luxe, c'est un style bien à soi
  8. Habiter un lieu avec naturel et liberté
  9. Le luxe de posséder peu.
  10. Enrichir sa vie en captant la beauté
  11. S'offrir un petit moment de luxe chaque jour
  12. L'utilité des occupations inutiles
  13. Voyager avec un but
  14. Vivre en harmonie avec les autres

Mon sac, reflet de mon âme.jpg

Mon sac, reflet de mon âme

Chapitre premier. Le nombre de sacs nécessaires

Chapitre 2. Qu'est-ce qu'un bon sac ?

Chapitre 3. Comment bien acheter son sac

Chapitre 4. Porter le sac qui nous va

Chapitre 5. L'organisation du sac grâce aux modules

Chapitre 6. Alléger son sac

Chapitre 7. Prendre soin de ses sacs

Chapitre 8. Du sac de voyage à un art de vivre minimaliste

Conclusion. Le sac, summum du minimalisme et ultime possession

De notre côté, nous conclurons cette recension par un proverbe chinois : « C'est par le bien-faire que se crée le bien-être ».

Bernard DELCORD

L'art de la délicatesse – Laissez la beauté se poser sur votre vie par Dominique Loreau, Paris, Éditions Flammarion, octobre 2016, 192 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 9,90 € (prix France)

Mon sac, reflet de mon âme – L'art de choisir, ranger et vider son sac par Dominique Loreau, Paris, Éditions Flammarion, mai 2017, 179 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 9,90 € (prix France)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Bien-être | Commentaires (0) |  Facebook | |

28 01 18

« Assez d'actes, des mots ! » (Graffiti de Mai 68)

L'almanach Larousse 2018 des amoureux des mots .jpgWendy Bouchard est journaliste et présentatrice à Europe 1 et sur France 3, où elle est actuellement en charge d'émissions culturelles après avoir animé, pendant quatre ans, Zone interdite sur M6. Elle est passionnée par l'histoire de la langue française et des chansons.

Bernard Fripiat est historien, féru de linguistique, auteur et comédien. Chaque dimanche, il anime sur Europe 1 une chronique dédiée au mot de la semaine. Il est scénariste de la web-série orthogaffe.com et l'auteur de nombreux ouvrages consacrés à la langue française, entre autres (L'Orthographe, 99 trucs pour en rire et la retenir, éditions Gunten).

On leur doit L’almanach Larousse 2018 des amoureux des mots fournissant, jour après jour, des explications passionnantes sur un mot particulier (canicule, encyclopédie, obsèques, police, scandale, ticket, vacances…) et sur une expression étonnante ou trompeuse (pourquoi dit-on « poisson d’avril » ? ou « dès potron-minet » ? Ou « une jeune fille au pair » ? ou « Tirer vengeance » ?), ainsi qu'une astuce d'orthographe.

Des rubriques variées permettent en outre de se remémorer des événements historiques et des chansons célèbres, de se pencher sur des étymologies curieuses, des familles de mots surprenantes, des citations décalées, des expressions francophones, des dictons populaires, des mots anciens (comme le crapoussin) et des difficultés lexicales (doit-on dire rabattre ou rebattre les oreilles ?)

De quoi appliquer la maxime de Georg Christoph Lichtenberg : « Se demander sérieusement tous les soirs ce que le jour nous a fait apprendre de neuf ».

Bernard DELCORD

L’almanach Larousse 2018 des amoureux des mots par Wendy Bouchard & Bernard Fripiat, Paris, Éditions Larousse, octobre 2017, 384 pp. en noir et blanc au format 19,5 x 23,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 19,95 € (prix France)

27 01 18

Le drame ..Mayerling

9782743642280.jpg

 Oppressant, paranoïaque, ce roman mélange un argument fantastique avec une satire de l'habitat- 
prison, où chacun surveille les autres et récrimine. Comme il est impossible, dans ces immeubles mal 
insonorisés où l'on s'entasse à la verticale, de ne déranger personne, on devient tous un peu fous.

On jurerait que le narrateur évoque " l'affaire Mayerling";  il se contente de résumer l'argument du Locataire chimérique, de Roland Topor (1964) et .... de nous emmener plus loin encore dans le récit d'un enchaînement inéluctable: la satire d'un désastre de copropriété.

 Heureux d'investir leurs deniers dans l'acquisition sur plan d'appartements cossus au sein de la résidence Mayerling, à Rouvières,  une série de couples et personnes isolées,  aimables, bien éduqués,  vont rapidement déchanter.

L'immeuble semble émettre des ondes maléfiques qui provoquent querelles intestines, maux, comportements fantasques, déjantés quand ils ne sont agressifs, corrompent les aliments, refoulent les "étrons"  peu engageants de WC mal connectés,  les odeurs  pestilentielles de déchets non évacués...

Spécialiste de l'accumulation loufoque et de la logique irrémédiablement destructrice de situations,  en apparence, banales, Bernard Quiriny nous offre un précipité de tous les problèmes d'acquisition immobilière partagée.

Le rendu en est incisif, drôle, ..jubilatoire

Une lecture  recommandée

Apolline Elter

L'affaire Mayerling, Bernard Quiriny, roman, Ed. Rivages, janvier 2018,  22 pp

 

Billet de faveur

AE : personnage aimable et attachant, Monsieur Paul développe une sorte de névrose acoustique face au comportement désinvolte et grossier des occupants de l’étage supérieur. S’ensuit un véritable rendu d’expertise en matière de protection sonore.  Ca sent le vécu ! Votre récit s’inspire-t-il d’expériences personnelles ?   

 Bernard Quiriny: ... De l'expérience personnelle de beaucoup de gens.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 01 18

Madeleines proustiennes d'une enfance soviétique

Le déjeuner de Pâques était l'un des cinq grands festins familiaux de l'année (les déjeuners du samedi et les thés vespéraux avec les amis qui débarquaient chez nous parce qu'ils avaient vu de la lumière, ne comptaient pas) et occupait la première place pour les efforts déployés.

Les préparatifs commençaient un an à l'avance, parce qu'il fallait dénicher les denrées indispensables.

FIC136264HAB0.jpg

S'il est coutume d'associer le régime communiste, qui sévit dans l'ex-Union soviétique , à son cortège de privations, de frustrations, il est moyen aussi de le  considérer sous un autre angle et par le prisme d'une petite fille, gourmande, qui s"éveille à la vie et la la tendresse d'une famille aimante.

La fillette qu'est l'auteur, dans les années soixante,  s'extasie des merveilles d'inventivité de son entourage et des spécialités quotidiennes, saisonnières et festives qui évoquent à son palais tant de madeleines proustiennes .

Vif, joyeux et frais, le récit est doté d'un carnet de recettes et d'un précieux glossaire

Souvenirs culinaires d'une enfance heureuse, Alice Danchokh, récit traduit du russe par Anne Coldefy-Foucard,  Ed. du Rocher,  janvier 2018, 220 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 01 18

Recettes d'enfance et de bonheur

Le déjeuner de Pâques était l'un des cinq grands festins familiaux de l'année (les déjeuners du samedi et les thés vespéraux avec les amis qui débarquaient chez nous parce qu'ils avaient vu de la lumière, ne comptaient pas) et occupait la première place pour les efforts déployés.

Les préparatifs commençaient un an à l'avance, parce qu'il fallait dénicher les denrées indispensables.

FIC136264HAB0.jpg

S'il est coutume d'associer le régime communiste, qui sévit dans l'ex-Union soviétique , à son cortège de privations, de frustrations, il est moyen aussi de le  considérer sous un autre angle et par le prisme d'une petite fille, gourmande, qui s"éveille à la vie et la la tendresse d'une famille aimante.

La fillette qu'est l'auteur, dans les années soixante,  s'extasie des merveilles d'inventivité de son entourage et des spécialités quotidiennes, saisonnières et festives qui évoquent à son palais tant de madeleines proustiennes .

Vif, joyeux et frais, le récit est doté d'un carnet de recettes et d'un précieux glossaire

Souvenirs culinaires d'une enfance heureuse, Alice Danchokh, récit traduit du russe par Anne Coldefy-Foucard,  Ed. du Rocher,  janvier 2018, 220 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 01 18

Le Maupassant anglophone…

Les papiers de Jeffrey Aspern (cover).jpgFigure majeure du réalisme littéraire anglo-saxon du XIXe siècle, l’écrivain américain naturalisé britannique en 1915 Henry James (New York, 1843-1916, Chelsea) a partagé sa vie entre les États-Unis et la Grande-Bretagne.

Son immense talent de conteur demeure très actuel et il est l'auteur de très nombreuses nouvelles et de plusieurs romans parmi lesquels Daisy Miller (nouvelle, 1878) [1], Washington Square (roman, 1880) [2], Portrait de femme (roman, 1881) [3], Les Bostoniennes (roman, 1886) [4], L’Élève (nouvelle, 1891) [5], Le Motif dans le tapis (nouvelle 1896), Ce que savait Maisie (roman, 1897) [6], Le Tour d'écrou (nouvelle, 1898) [7], Les Ailes de la colombe (roman, 1902) [8], Les Ambassadeurs (roman, 1903), ou encore La Coupe d'or (roman, 1904) [9]

Saluons la réédition aux Éditions de l’Aube à La Tour d’Aigues (Vaucluse), dans la collection de poche « Mikrós classique », d’un autre de ses romans célèbres, Les papiers de Jeffrey Aspern [10].

En voici le résumé :

« Dans un palazzo de Venise, à moitié en ruine, la vieille miss Bordereau n'en finit pas de mourir. Elle a été, dans sa jeunesse, le grand amour de Jeffrey Aspern, célèbre poète anglais, et la rumeur veut qu'il lui ait légué de nombreux manuscrits inédits.

Le narrateur, qui écrit un livre sur Aspern, est prêt à tout pour les acquérir. Prêt à tous les mensonges, toutes les bassesses, toutes les ruses, y compris tenter de séduire la malheureuse nièce de la vieille dame.

Mais il n'a pas mesuré la force de celle qui, au fil des pages, devient peu à peu le plus redoutable des adversaires ». [11]

À savourer comme un verre de très vieux Pure malt ou comme une tasse de thé noir de l’Assam…

Very very British!

Bernard DELCORD

Les papiers de Jeffrey Aspern par Henry James, roman traduit de l’anglais par Jean-Marie Le Corbeiller, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, collection « Mikrós classique », janvier 2018, 191 pp. en noir et blanc au format 12,6 x 19 cm sous couverture brochée en couleurs, 12 € (prix France

[1] Adapté au cinéma en 1974 dans le film éponyme réalisé par Peter Bogdanovich, avec Cybill Shepherd.

[2] Adapté au cinéma en 1949 sous le titre L'Héritière, film réalisé par William Wyler qui remporta quatre Oscars, dont celui de la meilleure actrice pour Olivia de Havilland dans le rôle de Catherine Sloper, et en 1997 sous le titre Washington Square par Agnieszka Holland, avec Jennifer Jason Leigh.

[3] Adapté au cinéma en 1996 sous le même titre par Jane Campion, avec Nicole Kidman dans le rôle-titre.

[4] Adapté au cinéma en 1984 sous le même titre par James Ivory, avec Madeleine Potter, Vanessa Redgrave et Christopher Reeves.

[5] Adapté au cinéma en 1996 sous le même titre par Olivier Schatzky, avec Vincent Cassel, Jean-Pierre Marielle et Caroline Cellier.

[6] Adapté au cinéma 2012 (What Maisie Knew), réalisé par Scott McGehee et David Siegel, avec Alexander Skarsgård, Julianne Moore et Steve Coogan.

[7] Adapté au cinéma en 1961 sous le titre Les Innocents, film réalisé par Jack Clayton sur un scénario de Truman Capote, et en 1971 sous le titre The Nightcomers (Le Corrupteur), réalisé par Michael Winner, avec Marlon Brando, ainsi que dans The Turn of the Screw en 1954, opéra en un prologue, deux actes et seize scènes, composé par Benjamin Britten.

[8] Adapté au cinéma en 1981 sous le même titre Benoît Jacquot et en 1997 par Iain Softley avec Helena Bonham Carter, nominée à l'Oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Kate Croy.

[9] Adapté au cinéma en 2000 sous le même titre par James Ivory, avec Uma Thurman, Jeremy Northam et Kate Beckinsale.

[10] Adapté au cinéma en 1947 sous le titre Moments perdus (The Lost Moment) par Martin Gabel, avec Susan Hayward et Robert Cummings et en 1982 sous le titre Aspern par Eduardo de Gregorio, avec Jean Sorel, Bulle Ogier, Alida Valli ainsi qu’au théâtre, avec succès, à Broadway en 1962, par Michael Redgrave. La pièce fut remontée de nombreuses fois depuis cette production originale. (Sources : Wikipédia.)

[11] Source : https://archive.org/details/HenryJames_LesPapiersDeJeffre...

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |