04 01 18

Le trésor des émotions

 9782749150604WEB.jpg

" Les émotions sont nos trésors. Je ne comprends pas pourquoi on les étouffe. On les tasse. Sous prétexte de devenir adulte. On ne les dit plus. Pourquoi?  Ca ne se fait pas. Ca devrait se faire."

Une écriture qui lui ressemble.

Une générosité aussi.

A l'image de la vibrante comédienne répond un roman sensible, d'ouverture.

Incarnée en Rita as Marguerite, une comédienne, bloquée dans un système de vie et de.... finances défectueuses, Clémentine Célarié nous invite à côtoyer la "différence", la vie au sein d'un institut peuplé de "zombies".

Et d'organiser une série d'ateliers - théâtraux - qui permettront à chacun d'exprimer la fantaisie qui est en lui, sa folie, aussi. 

Par cette découverte émerveillée de la différence - celle que fustigent les Autorités et autres êtres bien pensant - Rita réveille la liberté à laquelle elle aspire, révèle la poésie qui vit en elle.

Une lecture vitaminée.

Une interrogation  assez percutante sur le départ entre la norme et l'anormalité.

Apolline Elter

 A la folie, Clémentine Célarié, roman, Ed. Le Cherche Midi, oct. 2017, 272 pp

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 01 18

Ne pas se laisser abattre

9782367624372-001-T.jpeg

Entreprendre l'année par la lecture d'un Harlan Coben, c'est s'assurer quelques soirées, bien addictives, au coin du feu, réchauffer les routes hivernales - prudence! -  de l'écoute  audiolivresque d'un thriller de haute facture.

C'est toute l'ardeur que je vous souhaite....

Non remise du stress post-traumatique des combats en Afghanistan, Maya Stern, tireuse d'élite et ex-militaire affronte le deuil de son mari, Joe Burkett, assassiné en plein coeur de Central Park.  Elle découvre bientôt que l'arme qui a exécuté Joe est celle qui a tué sa chère soeur Claire, quelques temps auparavant...

La jeune femme ne peut se laisser abattre: elle doit veiller sur Lily, leur fille de deux ans et distinguer,  au sein de son entourage,  les forces amies des ennemies.

Ainsi est mis en place l'échiquier d'une intrigue efficace - on peut faire confiance au "boss du thriller" - dont la fin, fatalement, vous surprendra...

Je ne vous en dis pas davantage

Apolline Elter

Double piège, Harlan Coben, thriller traduit de l'anglais (USA) par Roxane Azimi, Ed. Belfond + Audiolib, 2017, texte intégral lu par Marie-Eve Dufresne, 1 CD-MP3, durée d'écoute: 9h55

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres, Harlan Coben | Commentaires (0) |  Facebook | |

27 12 17

Ardente lecture

G00895.jpg

«Il se souvint des conseils du vieux de Sulphur Creek. Ce dernier lui avait exposé avec la plus grande gravité la règle de survie selon laquelle aucun homme ne doit voyager seul dans la région du Klondike, quand la température passe au-dessous de moins quarante-cinq degrés. Néanmoins, il s’y était risqué. Il avait eu l’accident tant redouté et il était seul.» 

Accompagné de son seul chien, un homme affronte les forêts du Grand Nord, la neige, le  froid -   -  50° C  - tentant de rejoindre le camp des siens, avant la nuit tombée. Mais ses membres s'endolorissent, se gèlent. Il lui faut construire un feu. Il y met toute sa rage,  son désespoir, puisant dans son instinct de survie la force de rassembler des brindilles.

Choisie et lue par la comédienne Julie Sicard pour compte du Grenier des Acteurs de la Comédie française, la nouvelle revêt, sous sa voix, une puissance visuelle, une intensité dramatique hors du commun.  Le froid engourdit votre esprit tandis que crépitent, fragiles,  les premières flammes, celles qui vont peut-être lui sauver la vie.  Tel le Passeur d'eau (Emile Verhaeren), l'homme défie avec ardeur la puissance confondante de la nature et de la météo. 

Un récit flamboyant. 

Une lecture sublime, que vous savourerez, cocoon,  yeux fermés et en famille plénière ...au coin du feu.

Apolline Elter

Construire un feu, Jack London, nouvelle, traduite de l'anglais(États-Unis) par Paul Gruyer et Louis Postif, texte intégral lui par Julie Sicard, Ed. Gallimard, Ecoutez lire/ Grenier des Acteurs,  23  nov.2017 1 CD MP3- durée d'écoute +/- 50 min.

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 12 17

Ambiance délétère…

Un nouveau dans la ville.jpgAuteur de 193 romans, de 158 nouvelles, de plusieurs œuvres autobiographiques et de nombreux articles et reportages publiés sous son propre nom, ainsi que de 176 romans, de dizaines de nouvelles, de contes galants et d’articles parus sous 27 pseudonymes, Georges Simenon (Liège, 1903 – Lausanne, 1989), l’inventeur du fameux commissaire Maigret, est l’écrivain belge le plus lu dans le monde (les tirages cumulés de ses livres atteignent 550 millions d’exemplaires) et le plus traduit (3 500 traductions en 47 langues).

Il a par ailleurs vécu durant dix ans sur le continent nord-américain, entre 1945 et 1955, au Canada d’abord (1945-1946), aux États-Unis ensuite [1] et une dizaine de ses romans se situent aux States, parmi lesquels Un nouveau ans la ville, écrit en octobre 1949 à Desert Sands, Tucson (Arizona), publié en 1950, et qui a reparu dernièrement aux Éditions Omnibus à Paris avec de magnifiques illustrations de Jacques de Loustal (°1956), un fervent admirateur de l’œuvre du maître liégeois, qui excelle à recréer ici l'ambiance d'une petite ville yankee sous la neige, avec ses cafés et ses personnages ordinaires ou pittoresques.

Voici le pitch de ce polar :

« Au début de l'hiver, dans une petite ville, débarque un inconnu, quelconque à tout point de vue. Malgré son apparence, Justin Ward possède une grosse liasse de billets qu'il porte toujours sur lui. Ce n'est pas son statut d'étranger à la région qui attire l'attention (la tannerie voisine emploie des immigrés), mais bien son extrême réserve... »

Une histoire glauque à souhait !

Bernard DELCORD

Un nouveau dans la ville par Georges Simenon, illustrations de Jacques de Loustal, Paris, Éditions Omnibus, octobre 2016, 191 pp. en quadrichromie au format 19 x 25,5 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 28 € (prix France)

[1] En Californie, puis en Floride et en Arizona en 1947, à Carmel-by-the-Sea (Californie, 1949), avant de s'établir en juillet 1950 à Lakeville dans le Connecticut. (Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Georges_Simenon)

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Romans | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 12 17

Le meilleur de la Botte…

Cucina italiana.jpgDans Cucina italiana – Mes recettes préférées, paru aux Éditions Racine à Bruxelles, Carlo de Pascale, ancien chef de restaurant, animateur de cours de cuisine et chroniqueur culinaire à la radio et à la télévision (RTBF), propose 70 recettes simples, celles qu'il aime faire et refaire, un condensé de l'Italie gourmande assorti d'un petit dictionnaire et d'anecdotes historiques.

Une belle succession d’antipasti (bœuf cru à la piémontaise, fleurs de courgettes frites, artichauts à la romaine…), de pizze (Margherita, foccacia…), de pasta (paccheri aux tomates cerises et au provolone, spaghetti alla carbonara, orecchiette au brocoli-rave, pâtes et haricots à la manière toscane…), de risotti (au safran façon milanaise, aux cèpes, aux petits pois, aux calamars et à l’encre de seiche…), de gnocchi (de pommes de terre au pesto, de potiron au beurre et à la sauge…), de secondi piatti (osso buco ou escalope à la milanaise, filets de poulet à la pistache et à la salade d’oranges, roulades de porc à la napolitaine, vitello tonato…) et de dolci (tiramisu aux fraises, biscuits toscans aux amandes et au vin doux, panna cotta au café, glace à la pistache et au sirop d’oranges sanguines…)

Par tous les temps, du soleil dans les assiettes !

Bernard DELCORD

Cucina italiana – Mes recettes préférées par Carlo de Pascale, Bruxelles, Éditions Racine, octobre 2017, 174 pp. en quadrichromie au format 19,5 x 25 cm sous couverture cartonnée en couleurs, 24,95 €

Pour vous, nous avons recopié dans ce recueil transalpin la recette napolitaine suivante :

Linguine alle vongole

(Linguines aux palourdes)

Ingrédients pour 4 personnes :

350 g de linguine

1 kg de palourdes

1 bouquet de persil plat

2 gousses d’ail

3 cuillers à soupe d’huile d’olive

Sel

Poivre du moulin

Recette :

Bien rincer les coquillages 10 minutes sous l'eau courante afin de les débarrasser des résidus de sable éventuel.

Faire bouillir une casserole de 4 litres d'eau salée à 8 g/1.

Émincer l'ail.

Émincer le persil.

Dans une grande sauteuse, faire revenir le tout doucement dans l'huile d'olive (l'ail ne doit pas se colorer).

En même temps, mettre les palourdes dans la sauteuse et les pâtes dans la casserole.

Monter la flamme sous les palourdes, et remuer délicatement.

Les palourdes vont s'ouvrir tandis que les pâtes cuisent.

Égoutter (peu) les pâtes (garder une louche d'eau de cuisson) quand elles sont encore très al dente, les verser ensuite dans la sauteuse contenant les palourdes et y poursuivre la cuisson.

Ajouter le persil émincé.

Ajouter un peu d'eau de cuisson pour « détendre » les pâtes.

Dresser sur des assiettes individuelles, en rajoutant un filet d'huile d'olive et en répartissant les coquillages sur chaque assiette, un tour de poivre du moulin, et, surtout... pas de fromage !

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Cuisine | Commentaires (0) |  Facebook | |

23 12 17

Psychothérapie de Dieu

psy de dieu cyrulnik.jpgEncore une fois c'est une analyse passionnante que nous livre Boris Cyrulnik dans « Psychothérapie de Dieu ». On ne peut résumer le propos ni le détailler, mais voici quelques extraits qui vous donnent des pistes.

Tout d'abord un état des lieux :

« Parmi les 7 milliards et demi d’êtres humains sur la planète, plus de 4 milliards croient qu’une force surnaturelle appelée « Dieu » nous aime et nous protège : 3,5 milliards sont monothéistes, Chrétiens et Musulmans (je ne compte pas les Juifs qui ne sont que 14,5 millions). 1,5 milliard concerne les philosophies religieuses asiatiques. 2,5 milliards sont mal analysés dans ce livre parce que je n’ai pas su découvrir les religions inconnues ou éphémères qui naissent et meurent chaque jour. »

Ensuite, quid de la religion ?

« Aucun bébé n’est croyant quand il arrive au monde. Ce n’est que lorsqu’il accède au monde des mots, au cours de sa troisième année, que ses parents parviennent à lui présenter leur Dieu. »

« Dieu ne tombe pas du ciel, il s’enracine dans une relation affective structurée par des récits d’alentour, familiaux et culturels. C’est cette convergence qui explique pourquoi le simple fait de penser à Dieu crée un étonnant sentiment d’intimité. »

« Les milieux qui n’offrent rien à leurs enfants les privent de tuteurs de développement, ils en font des errants sans rêves et sans projets dans un désert de sens où les gourous viennent faire leur marché. »

« Quand le scoutisme, les ONG, les études et le travail viennent à manquer, les sectes accourent pour prendre la place. »

« Le besoin de réassurance et de vision claire explique le phénomène actuel du retour du religieux et de l’intégrisme. Les parents démocratiques, en respectant la liberté de leurs enfants, décident de les laisser libres de leur choix religieux, ce qui provoque une incertitude. »

« L’image dominatrice et sécurisante est répartie entre les parents, les éducateurs, les philosophes, les écrivains, les comédiens et les chanteurs qu’on voit à la télé. »

Mais aussi la cause de l'extrémisme religieux :

« À cette même époque, les terroristes assassinaient les innocents au nom de Dieu et d’une morale que je jugeais perverse, car elle était centrée sur un groupe clos, sans Autre et sans partage. Ces hommes veulent imposer leur croyance qui n’est que soumission à une entité dictatoriale qui commande le crime pour prendre le pouvoir. »

Boris Cyrulnik s'affirme depuis longtemps comme un des grands penseurs de notre temps, avec une influence sur nos idées, sur notre façon de voir nos civilisations, que personne n'atteint.

 

Jacques MERCIER

 

« Psychothérapie de Dieu », essai, Boris Cyrulnik, Edition Odile Jacob, 320 pp, 14X22cm, 22,90 euros.

22 12 17

Le sourire de la Joconde

Selfie.jpg A l'heure où le pied de sapin se jonche de cadeaux variés et de livres multiples, il fait  bon se pencher sur les lectures de nos têtes blondes et - qui sait  - programmer une visite du Louvre à l'agenda des vacances de Noël...

C'est le propos du sympathique ouvrage écrit par Catherine de Duve, illustré par Filippo Farneti.

Inscrite dans l'événement annuel de la Nuit des Musées, la narration invite tout simplement  Monna Lisa - dotée d'un double "n" pour la festive occasion - à sortir du carcan de sa toile et d'un sourire par trop figé...

Ce faisant, elle rencontre Tom et Lili, leur évoque son histoire et certaines déclinaisons bizarres de la célébrissime oeuvre.

Mon selfie avec la Joconde, Catherine de Duve et Filippo Farneti, en collaboration avec Barbara Tazzari, livre illustré, Ed. Kate'Art, novembre 2017, 32 pp, 13.95 €

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Beaux Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

21 12 17

Manderley ..revisité

9782356419385-T (1).jpg

 

" Je m'étais fourvoyée comme une pauvre imbécile en territoire sacré." 

Publié en 1938, le chef d'oeuvre de la romancière britannique Daphné du Maurier bénéficiait, voici deux ans d'une nouvelle traduction opérée par Anouk Neuhoff pour compte des éditions Albin Michel. Les éditions Audiolib ont embrayé le pas qui éditaient voici quelques mois la version audiolivresque de ce bijou.

Attention : l'écoute en est particulièrement addictive, la diction de Virgnie Méry parfaitement adaptée aux différents intervenants; seule l'accumulation de passés simples à la première personne du pluriel alourdit çà et là  la fluidité du débit.

L'argument

Jeune femme de compagnie de Madame Van Hopper, en séjour à Monte Carlo, la narratrice se voit incongrûment proposer le mariage par Maximilien de Winter, frais veuf quadragénaire.  Elle débarque ainsi dans le domaine grandiose et fascinant de Manderley , découvrant le prestige du manoir, les us de la société alentour et d'une domesticité qu'il lui faut désormais diriger. Mais la timide jeune femme tarde à s'imposer, se sent traquée par la présence  trouble et persistante de la défunte Rebecca, l'ex Mrs de Winter ...

Ses rapports avec Madame Danvers, la gouvernante, sont grevés du spectre du regret : Madame Danvers adulait Rebecca, méprise la nouvelle arrivée.

Un bal est donné, dans la propriété qui va faire basculer l'équilibre du nouveau couple, la vérité hâtivement admise sur les vraies circonstances de la mort de Rebecca.

Un thriller passionnant qui voit défiler les heures d'écoute plus rapides que TGV

Je vous en conseille l'écoute

Apolline Elter

Rebecca, Daphné du Maurier, roman, traduit de l'anglais par Anouk Neuhof, (Ed. Albin Michel, 2015), texte intégral lu par Virginie Méry, Ed Audiolib, 2016, durée d'écoute: 15h54

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Audio Livres | Commentaires (0) |  Facebook | |

19 12 17

Bel hommage

9782390250340 (1).jpg

 Nous ne pouvons mieux conclure cette décade consacrée à la célèbre écrivain, premier membre féminin de l'Académie française - qu'en célébrant la parution, ce jour, du magnifique album de vie que Michèle Goslar lui consacre.

Fondatrice  en 1989 du CIDMY - Centre International de Documentation Marguerite Yourcenar - à Bruxelles , la biographe peut prétendre à une connaissance intime de la femme de lettres. Croyez-moi, c'est un exploit car la vie privée de Marguerite Yourcenar était chasse gardée, la diffusion de ses photos,  aussi. Une partie de ses archives est du reste consignée, résolûment cadenassée,  jusqu'en 2037, année cinquantenaire de son décès.

 Alors célébrons à notre tour ce magnifique hommage au trentenaire de sa disparition  - le 17 décembre 1987 -  en découvrant  une  " Yourcenar" de l'intérieur,  ses enfance, jeunesse, maturité, relations familiales  -  père, demi-frère, odieuse grand-mère,   bonnes, .... -  amours déçues, comblées (Grace Frick) , passion de l’Histoire,  du voyage - instrument de vraie connaissance humaine - philosophie, rapport à la nature , à la vie, à la mort.

 Une biographie introspective, richement illustrée de photos singulièrement vivantes

 Vous l'aurez compris: je suis conquise et vous recommande vivement la découverte de ce joyau.

 Apolline Elter

 Yourcenar en images, Michèle Goslar, Ed Racine,  beau livre, déc.2017, 208 pp

Billet de faveur

AE : Michèle Goslar, pouvez-vous rappeler,  à l’intention des visiteurs du Pavillon,  comment est née votre passion pour Marguerite Yourcenar. Avez-vous eu l’occasion de la rencontrer ?


Michèle Goslar :: Ma passion pour Yourcenar est née de la lecture de Mémoires d'Hadrien qu'un professeur m'avait conseillé de lire "plus tard" et que je n'ai redécouvert, par hasard que vingt ans après ce conseil judicieux. Cette lecture m'a bouleversée et j'ai plongé dans tous les écrits de Yourcenar. 

C'est un autre hasard de vacances manquées en mer qui m'a amenée à vouloir la rencontrer l'été 1987 à Petite Plaisance. La rencontre a été manquée et c''est en apprenant sa mort quelques mois plus tard que j'ai décidé de lui consacrer mon temps, mon énergie et de la rencontrer vraiment en rédigeant sa biographie et en lui consacrant un Centre de Documentation.Trente ans après, mon enthousiasme est resté intact.

 

Écrit par Apolline Elter dans Apolline Elter, Biographies | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 12 17

Sans avoir l’air d’y toucher…

En love mineur.jpgParues aux Éditions Quadrature à Bruxelles, les 17 nouvelles rassemblées dans En love mineur, le nouveau recueil de Dominique Costermans, par ailleurs auteure de l’inoubliable Outre-Mère [1], constituent un véritable régal de variations subtiles sur le thème de l’amour abordé en fines touches allusives par des zeugmes, des répétitions, des pirouettes, des flash-backs… brillantes facettes de ces petits bijoux littéraires qui entraînent le lecteur un peu partout – à Bruxelles, en Italie, au Portugal, en Grèce, dans les Alpes, à Charleroi… – sur une jolie carte de Tendre où les plages, les villes, les villages, les routes, les rues et les chemins, mais aussi les lasagnes aux artichauts et les confitures de citron mènent à l’émoi.

D’exquises esquisses, comme disait Serge Gainsbourg…

Bernard DELCORD

En love mineur par Dominique Costermans, Bruxelles, Éditions Quadrature, décembre 2017, 116 pp. en noir et blanc au format 13,5 x 21,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 15 €

[1] Un roman publié en janvier 2017 chez Luce Wilquin à Avin.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Nouvelles | Commentaires (0) |  Facebook | |