Karine Fléjo

image.jpegKarine profite de ses trajets en transports en commun parisien pour dévorer trois à quatre livres par semaine. « A Paris on y passe beaucoup de temps ! C’est une façon de transformer un moment pas très agréable en un trajet entraînant. »  De formation scientifique, la passion pour les livres de Karine s’est révélée très tôt. « Enfant, je dévorais des livres, y compris sur mes genoux à table, ce qui me valait de me les faire confisquer ! Mais je récidivais, incapable de m’arracher à une histoire captivante. » Au point que la lecture est devenue une drogue… « Je ne peux me passer de lire. C’est une fenêtre ouverte sur des univers différents, des rencontres avec des personnages qui nous suivent parfois la lecture finie, une évasion merveilleuse de l’esprit, une émotion forte quand le livre séduit. » Mais Karine consacre du temps à d’autres passions comme le sport et surtout l’art sous toutes ses formes. « Je dessine, j’aime faire des expositions, écouter de la musique. Mais il y a une activité qui m’est essentielle : l’écriture. »

 

 

- Son livre préféré ? L’intégrale des œuvres de Stefan Zweig

- Le livre qu’elle déteste ? « Je ne parle pas des livres que j'ai détestés. Je préfère mettre en avant ceux qui m'ont transportée. »

- Un souvenir ? « Ô combien émouvant, une rencontre humainement indiciblement riche: l'interview d'une heure que m'a accordée Eric-Emmanuel Schmitt en septembre 2011, à la faveur de la parution de La femme au miroir, chez Albin Michel. Une rencontre avec un homme d'exception. »

 

Facebook : Karine Fléjo

Blog perso : http://koryfee.over-blog.com

Twitter: @kflejo

 

Retrouvez tous les articles de Karine sur: http://lireestunplaisir.skynetblogs.be/karine-flejo/