10 12 17

Pour apprendre à cuisiner...

Techno Culinaire Bac Pro 3 ans.JPGProfesseur chef de cuisine honoraire du lycée technologique des métiers de l'hôtellerie Jean Drouant à Paris, Michel Maincent-Morel est l’auteur aux Éditions BPI à Clichy de Travaux pratiques de cuisine - Practical kitchen work - Technologie culinaire, de Cuisine de référence, de Technologie culinaire 1ère année et 2ème année, de BEP Technologie culinaire, et de La cuisine de référence, version complète (qui existe aussi en version espagnole, portugaise et italienne), tous couronnés d’un grand prix du meilleur ouvrage de l'Académie Nationale de Cuisine.

Robert Labat, quant à lui, est professeur d'enseignement professionnel honoraire à l’EREA-Cronstadt (Paris 15e) et on lui doit en tant qu’auteur chez BPI l'Aide-mémoire de l'apprenti cuisinier ainsi que l'Aide-mémoire des cuisines régionales françaises et des cuisines européennes et, en tant que co-auteur, Technologie culinaire 1ère année et 2ème année et BEP Technologie culinaire, grand prix du meilleur ouvrage 2003 de l'Académie Nationale de Cuisine.

Ils ont publié en 2009 [1], chez le même éditeur une bible intitulée Techno Culinaire Bac Pro 3 ans qui fut elle aussi lauréate en 2010 du Grand Prix de l’Académie Nationale de Cuisine.

Il s’agit d’un ouvrage très complet qui traite de l’histoire de la cuisine, du personnel de cuisine, des produits, des produits semi-élaborés, des cuissons, des préparations de base, des préparations culinaires, des procédés de conservation, des préparations culinaires élaborées à l’avance (P.C.E.A.), de l’éducation du goût, de l’odorat, de l’association des mets et des garnitures d’accompagnement, des relations cuisine/restaurant, des approvisionnements des services, des régions de France ainsi que des pays d’Europe.

Avis aux (futurs) professionnels de la gastronomie, aux fins becs et aux cordons bleus !

Bernard DELCORD

Techno Culinaire Bac Pro 3 ans par Michel Maincent-Morel et Robert Labat, Clichy, Éditions BPI, décembre 2009, 524 pp. en quadrichromie au format 21 x 29,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 28,70 € (prix France)

Pour vous, nous avons recopié dans ce référentiel culinaire l’image suivante :

LES CATÉGORIES DE LA VIANDE DE VEAU

Catégories du veau.jpg

[1] Ce best-seller est toujours disponible en librairie et chez l’éditeur.

09 12 17

« Le véritable enseignement n'est point de te parler mais de te conduire. » (Antoine de Saint-Exupéry)

Appren-tissages.jpgRassemblant des contributions remarquables, le premier numéro du très beau mook de pédagogie – sa maquette, elle aussi, est une belle réussite – intitulé Appren-tissages paru sous la direction de l’enseignant belge Gaël Bournonville et du célèbre théoricien et professeur d’université français (à l'université Lumière-Lyon 2) Philippe Meirieu a pris pour thème central « Entre deux mondes » et aborde en profondeur des sujets aussi divers que :

– Une interview d’Eirick Prairat, l’auteur d’Éduquer avec tact (Éditions ESF Sciences humaines, 2017) et la critique de son ouvrage par Christophe Quittelier ;

– Une présentation de l’exposition « L’école en Algérie, l’Algérie à l’école » à voir au Musée national de l’Éducation de Rouen (jusqu’au 2 avril 2018) ;

– Un long reportage d’Anne-Cécile Huwart intitulé « Ihsane, entre deux mondes » relatant l’année scolaire 2015-2016 d’une adolescente de 17 ans, issue de l’immigration et sourde, qui remporte haut la main le pari de l’intégration ;

– Un vaste débat d’idées entre Serge Dupont et Serge Tisseron qui répondent à la question : « Les jeunes sont-ils condamnés à devenir stupides ? » ;

– Un épais dossier sur « Les enfants Rom et l’école » constitué sous la houlette d’Aurore Dudka ;

– Commentée par Boris Cyrulnik, Darlène, une nouvelle inédite de Geneviève Damas, l’auteure du roman à succès Patricia paru chez Gallimard ;

– Un reportage de Gaël Bournonville intitulé « Rasmane, petit prince de Pô » dans lequel il suit l’aventure d’une école pour enfants des rues au Burkina Faso soutenue par l’association Éducation sans Frontières ;

– « Fenêtres sur cours Freinet » par Philippe Meirieu, à propos du récent congrès de l’Institut coopératif de l’école moderne (ICEM) qui a rassemblé plus de 700 participants et à travers les notes d’un groupe d’enseignants réunis autour du projet d’une nouvelle école secondaire qui verra le jour dans quelques mois ;

– Une réflexion approfondie sur les rapports entre « Pulsion et pensée à l’École », par Jean-Sébastien Philippart, philosophe et enseignant ;

– Une recension réflexive du film de Thierry Michel intitulé Une année dans une classe de Cheratte sise à proximité des vestiges industriels de l’ancien charbonnage du Hasard non loin de Liège, composée d’enfants d’origine turque et animée par « Madame Brigitte, une prof à l’ancienne » qui y fait des miracles.

Épatant, non ?

Abonnez-vous !

Bernard DELCORD

Appren-tissages 1– Un autre regard sur l’éducation, revue semestrielle collective sous la direction de Gaël Bournonville et Philippe Meirieu, Bruxelles, décembre 2017, 164 pp. en quadrichromie au format 21 x 24,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 23 € (abonnement pour 1 an = 2 numéros : 44 € ; abonnement pour 2 ans = 4 numéros : 88 € sur www.revue-apprentissages.com)

10 11 17

Retour aux sources…

Dictionnaire de pédagogie .jpgÀ l’heure où le monde politique belge francophone se gargarise en matière d’enseignement d’un pacte « d’excellence » qui s’avère aussi creux dans son contenu que vaniteux dans son appellation, sort à Paris, sous le titre Dictionnaire de pédagogie, une compilation de 250 articles extraits du gigantesque Dictionnaire de pédagogie et d’instruction primaire rédigé entre 1878 et 1887 sous la direction de Ferdinand Buisson (1841-1932, prix Nobel de la paix en 1927) pour la rédaction duquel il s'entoura de plus de 350 collaborateurs et qui fut la bible des « hussards de la République ».

Cette somme de plus de 1000 pages en deux colonnes revient aux fondamentaux et remet à l’heure quantité de pendules arrêtées chez nous depuis des lustres (l’époque du passage à l’enseignement « rénové » durant la décennie 1970 et son capotage immédiat, pour être précis) en raison de réformes absconses et chimériques (les maths modernes, la « nouvelle docimologie », la grammaire générative et transformationnelle, le constructivisme intégral…) prônées par des professeurs Nimbus de la pédagogie universitaire, par des inspecteurs souvent incompétents et parfois vénaux (il nous revient en mémoire ceux qui imposaient aux enseignants le manuel qu’ils avaient publié) et par les visées démagogiques des ministres qui se sont succédé (Laurette Onkelinx garantissait par exemple en 1996 que, grâce à ses réformes : « Tous les élèves seront bilingues au sortir du secondaire en 2001 »…)

Qu’on ne s’y trompe pas : il ne s’agit pas de prôner un retour pur et simple au système d’enseignement d’antan qui avait ses limites – ses qualités, aussi, en matière de formation orthographique notamment, loin de la catastrophe actuelle, y compris au sein du corps enseignant –, mais de rappeler que si l’apprenant doit être au centre des préoccupations de ses maîtres, toujours, il faut aussi que l’école soit pensée comme un tout, soutenu par tous, ouvrant à tout, et non pas comme un système dans lequel l’échec par manque de travail et d’étude, cette plaie contemporaine, mène de Charybde en Scylla, avec la descente aux enfers du général vers le technique et in fine vers le professionnel jugé comme infâmant par les élèves eux-mêmes et par leurs familles…

Homme de gauche, Ferdinand Buisson était un visionnaire et les articles de son ouvrage consacrés aux notions d’autorité, d’apprentissage, d’attention, de discipline, d’éducation, d’émulation, de punition, de récompense ou de vocabulaire sont autant de rappels à revenir à des pratiques qui ont fait leurs preuves.

Loin des lubies actuelles, comme celle qui veut que désormais, dans Ce Pays, l’élève arrivera en 5e secondaire sans redoubler, qu’il étudie ou pas, en raison de contraintes budgétaires…

Quelle misère !

Bernard DELCORD

Dictionnaire de pédagogie par Ferdinand Buisson, édition dirigée et établie par Patrick Dubois et Philippe Meirieu, préface de Pierre Nora, Paris, Éditions Robert Laffont, collection « Bouquins », août 2016, 1056 pp. en noir et blanc au format 13 x 20,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 32 € (prix France)

08 10 17

Une Rolls-Royce pédagogique…

Livre unique de français 1re – La vie en toutes lettres.jpgContenant un « livret repères » séparé présentant l’histoire de la littérature française, le manuel scolaire intitulé Livre unique de français 1re publié à Paris aux Éditions Hatier dans la collection « La vie en toutes lettres » s’adresse aux élèves de toutes les séries en France et convient parfaitement, moyennant quelques adaptations légères par l’enseignant, pour les cours de 6e année secondaire en Belgique francophone (filières générale, techniques de transition et techniques de qualification).
 
Il s’agit d’un ouvrage très richement illustré en couleurs qui favorise la liberté de parcours par un grand choix de textes, d’images et d’activités :
 
– Chaque séquence (il y en a 21) propose 2 corpus de thèmes, difficultés et approches pédagogiques variés.
– De nombreux prolongements : histoire des arts, lectures d’images, débats, activités TICE…
– Des pages « Découvrir » pour mettre la classe en activité avant d’entrer dans les textes.
– Des exercices de remédiation en langue, des entraînements progressifs aux épreuves écrites et orales du bac en France et propices à la préparation du CESS en Belgique.
 
Et qui fournit de nombreuses aides pour développer l’autonomie des élèves :
– Des repères chronologiques et des fiches d’histoire littéraire.
– Des cartes mentales pour mémoriser l’essentiel du programme.
– Des encadrés contextuels en marge des textes : vocabulaire, histoire, société…
– Des synthèses claires accompagnées d’auto-évaluations.
– Des méthodes bac pas à pas : exemples rédigés, exercices guidés, fiches conseils, schémas, bilan…

Livre unique de français 1re – La vie en toutes lettres (livre du professeur).jpg

Ce manuel, bien entendu, est complété d’un livre du professeur, mais aussi, également destiné à l’enseignant, d’un manuel numérique interactif enrichi (en ligne).

Un arsenal pédagogique d’une grande efficacité !
 
Bernard DELCORD
 
Livre unique de français 1re, ouvrage collectif, Paris, Éditions Hatier, collection « La vie en toutes lettres », mai 2016, 649 pp. en quadrichromie au format 19,5 x 26 cm sous couverture Intégra en couleurs, 32,50 € (prix France)
 
Livre unique de français 1re – Livre du professeur, ouvrage collectif, Paris, Éditions Hatier, collection « La vie en toutes lettres », août 2016, 368 pp. en quadrichromie au format 16,8 x 24 cm sous couverture brochée en couleurs, 23,40 € (prix France)
 
Livre unique de français 1re – Manuel numérique interactif enrichi pour l’enseignant, ouvrage collectif, Paris, Éditions Hatier, collection « La vie en toutes lettres », août 2016, en ligne, 59 € (prix France)
 
SOMMAIRE :
 
Initiation à l’histoire littéraire de l’antiquité au XXIe siècle
 
PARTIE I : LITTÉRATURE
 
Le personnage de roman, du XVIIe siècle à nos jours
– Le personnage dévisagé
– Du héros épique à l’antihéros
– Le goût de l’interdit : Corniche Kennedy, de Maylis de Kerangal
– Ellénore, une héroïne tourmentée : Adolphe, de Benjamin Constant
 
Le texte théâtral et sa représentation, du XVIIe siècle à nos jours
– Le destin du personnage tragique
– Duels au théâtre
– Comédie et enjeux amoureux : Le jeu de l’amour et du hasard, de Marivaux
– Mettre en scène le théâtre de l’absurde : La leçon, d’Eugène Ionesco
 
Écriture poétique et quête de sens, du Moyen Âge à nos jours
– Évasions poétiques
– Beauté et laideur en poésie
– La poésie du quotidien : Paroles, de Jacques Prévert
– Croisements artistiques : Romances sans paroles, de Paul Verlaine
 
La question de l’Homme dans les genres de l’argumentation, du XVIIe siècle à nos jours
– L’animal, miroir de l’humain ?
– Réflexions sur la vie et la mort
– La ville : liberté ou aliénation ?
– Saisir la vie : Regarde les lumières mon amour, d’Annie Ernaux
 
Vers un espace culturel européen : Renaissance et humanisme
– L’humanisme, un mouvement fondateur
– Un récit à tiroirs : L’Heptaméron, de Marguerite de Navarre
 
Les réécritures, du XVIIe siècle à nos jours
– Permanence des mythes antiques
– Variations sur le thème du mal
– Les amours contrariées, de Mme de La Fayette à Raymond Radiguet
 
PARTIE II : OUTILS
 
– Améliorer son expression
– Utiliser les outils d’analyse
– Maîtriser les objets d’étude
– Analyser l’image

PARTIE III : MÉTHODES
 
– Travailler en autonomie
– Réussir les épreuves du bac
– Activités et recherches TICE
 
ANNEXES
 
– Biographies
– Index des auteurs et des œuvres
– Index des œuvres d’art et des artistes
– Réponses aux tests

22 08 17

« Le désir de l'amour engendre l'amour. » (Tahar Ben Jelloun)

Dire l'amour en poésie .jpgConforme aux nouveaux programmes d’enseignement du français au collège et rédigée par Lucie Lelong, l’anthologie intitulée Dire l'amour en poésie publiée à Paris aux Éditions Gallimard dans la collection « Folio + Collège » propose, dans sa première moitié, 49 textes d’auteurs variés (cf. infra) articulés autour de 8 thématiques :
 
1. Expliquer l’amour
2. Rêver à l’amour
3. Déclarer sa flamme
4. Dire l’étreinte
5. Clamer sa passion
6. La plainte amoureuse
7. Taire l’amour ?
8. Dire l’amour et médire
 
La seconde moitié, purement pédagogique, se divise en 4 parties :
 
– Je découvre
(Situation de l'écriture poétique ; Orphée raconté par Eurydice ; Retour dans le passé : le lecteur de poésie à travers les âges ; Ce qu'il s'est passé dans l'histoire de la poésie ; Les origines et la postérité du poème « Le lac » ; Les mots ont une histoire ; Les noms propres sont porteurs de sens ; Dernières observations avant l'analyse)
 
– J’analyse
(Au cœur de la phrase ; La construction de l'anthologie ; Caractérisation des personnages ; Les intentions des auteurs : pourquoi écrire des poèmes d'amour ? ; Quelle vision de la femme dans les poèmes amoureux ? ; Résumons ! ; Exercices ; Jeu de lettres ; Le 20 sur 20)
 
– Nous avons la parole
(À nous de jouer ; Organisons le débat)
 
– Prolongements
(Groupement de textes, « De Narcisse au narcissisme : amoureux de soi-même » ; Histoire des arts)
 
Un bien bel outil !
 
Bernard DELCORD
 
Dire l'amour en poésie par Lucie Lelong, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio + Collège », mai 2017, 195 pp. en noir et blanc+ 2 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 3,90 € (prix France)
 
TABLE DES MATIÈRES
 
1. EXPLIQUER L’AMOUR
 
Jean-Baptiste de Grécourt, Qu'est-ce que l'amour ?
Jean de La Fontaine, L'Amour et la Folie
Pierre de Ronsard, Madrigal
Anonyme, Tourments sans passions...
Pierre de Marbeuf, Et la mer et l'amour
Jacques Prévert, Cet amour
 
2. RÊVER À L’AMOUR
 
Arthur Rimbaud, Sensation
Paul Verlaine, Mon rêve familier
Louise Gillot de Saintonge, Je croyais, en dormant...
Aloysius Bertrand, Madame de Montbazon
Robert Desnos, J'ai tant rêvé de toi
Charles Cros, Distrayeuse
 
3. DÉCLARER SA FLAMME
 
Charles Baudelaire, Chanson d'après-midi
Paul Verlaine, Green
Jean Tardieu, Étude de pronoms
Paul Eluard, Je t'aime
 
4. DIRE L’ÉTREINTE
 
Charles Baudelaire, Un hémisphère dans une chevelure
Pierre Alferi, Préservatif
Jacques Prévert, Alicante
Marc Papillon de Lasphrise, Ha Dieu ! Que j'ai de bien...
Robert Desnos, Coucher avec elle
Évariste de Parny, Le lendemain
 
5. CLAMER SA PASSION
 
LES TOURMENTS DE LA PASSION
Louise Labé, Je vis, je meurs…
Marc Papillon de Lasphrise, Je l'œilladais, mi-nue...
Marquise d'Antremont, Ô Mort ! anéantis mon être...
 
L'AIMÉE ADORÉE
Louis Aragon, Que serais-je sans toi...
Philippe Soupault, Georgia
 
6. LA PLAINTE AMOUREUSE
 
AMOUR IMPOSSIBLE
Jules Laforgue, Complainte-litanies de mon sacré-cœur
Louis Aragon, Il n'y a pas d'amour heureux
 
CŒURS BRISÉS
Alfred de Musset, À Mademoiselle ***
Paul Verlaine, Ô triste, triste était mon âme...
Christine de Pisan, Seulette suis et seulette veux être...
Léon Gontran Damas, Quand malgré moi...
 
LA MORT DE L'ÊTRE CHER
Alphonse de Lamartine, Le lac
Tristan l'Hermite, Sur un tombeau
Claude Esteban, Élégie de la mort violente (extrait)
 
7. TAIRE L’AMOUR ?
 
Marceline Desbordes-Valmore, Les séparés
Gabriel-Charles de Lattaignant, Les époux indiscrets
 
8. DIRE L’AMOUR ET MÉDIRE
 
LE TEMPS OU LA REVANCHE DE L'ÉCONDUIT
Pierre de Ronsard, Quand vous serez bien vieille…
Théophile de Viau, Ton orgueil peut durer...
Raymond Queneau, Si tu t'imagines…
 
DÉFIGURER : LA POÉSIE COMME MIROIR DÉFORMANT DE LA CRUELLE
Étienne Jodelle, Comment pourrais-je aimer...
Clément Marot, Le beau tétin
Clément Marot, Le laid tétin
 
SE SOUVENIR DE L'AMOUR
Alfred de Musset, Rappelle-toi
Guillaume Apollinaire, Le pont Mirabeau
Philippe Desportes, Est-il vrai qu'autrefois…
Paul Verlaine, Streets
Marceline Desbordes-Valmore, L'amour
 

08 08 17

Et sans calculette…

130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer.jpgLe petit cahier publié paru aux Éditions Larousse à Paris sous le titre 130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer rassemble des exercices d’arithmétique et d’algèbre préparatoires aux épreuves du certificat d’études (primaires) français de 1923.
 
Ceux qui le réussissaient (ils étaient nombreux et appartenaient à toutes les couches de la population), on le voit ici, avaient appris à calculer des débits de robinets qui fuient et de récipients qui se remplissent, des rentes viagères, des obligations remboursables, le loyer des domestiques, mais aussi des bénéfices, des escomptes, des faillites, des créances, ou encore le rendement d’une ferme ou d’une exploitation agricole, en hectares ou en centiares de terres de pommes de terre à labourer, en hectolitres de lait à produire, en stères de bois à remiser, et à vendre leur production au mieux selon les prix des engrais et du foin...
 
Mais aussi à résoudre des calculs algébriques sur des trains qui se croisent, des automobiles qui rattrapent des bicyclettes et à effectuer des mélanges et des partages, entre autres…
 
Comparez donc le contenu de ce petit ouvrage avec les questions du certificat d’études de base belge de ces dernières années…
 
Et riez si vous n’avez pas d’enfants à l’école primaire ! Ou pleurez, si vous en avez…
 
Bernard DELCORD
 
130 problèmes de baignoires qui fuient et de champs à labourer, ouvrage collectif, Paris, Éditions Larousse, février 2015, 64 pp. en bichromie au format 16,8 x 22 cm sous couverture brochée en couleurs, 4,99 € (prix France)
 
Pour vous, nous avons recopié dans ce cahier vintage les quelques exercices suivants :
 
LE CHAMP DE BLÉ (5 points)
 
On a récolté dans un champ de forme triangulaire pour 4 725 francs de blé à raison de 105 francs l'hectolitre. Sachant que l'hectare a produit 20 hl et que la base du champ est de 200 m, trouver sa hauteur.

LA CONTENANCE DU BASSIN (5 points)
 
Les ¾ de la contenance d’un bassin ont été remplis par un robinet en 2 h 15 m. Combien le robinet mettra-t-il de temps pour remplir le bassin ?

DE LA BIÈRE EN QUANTITÉ (10 points)
 
On emploie, pour fabriquer 10 hl de bière, 5 kg de houblon à 2,75 francs le kilogramme et 5 hl d'orge pesant 63 kg l'hectolitre et coûtant 105 francs le quintal. Combien faut-il d'hectolitres d'orge et de kilogrammes de houblon pour faire 24 hl de bière ? Quel sera, sur cette quantité de bière, le gain brut du brasseur, s'il vend le décalitre 9 francs ?

LES DEUX FRÈRES (5 points)
 
Au Japon, deux frères sont employés dans la même maison et ont le même salaire. Le 1er qui a travaillé 45 jours de plus que le cadet a gagné en plus 1 293,75 yens. Sachant qu'ils ont touché à eux deux 16 531,25 yens, calculer combien chacun d'eux a travaillé de jours.

LA PRAIRIE DE TRÈFLE (5 points)
 
Le trèfle perd environ 18% de sa masse en séchant. Combien une prairie de 3,64 ha fournira-t-elle de fourrage sec, si le rendement est de 164 kg par are ? Quelle est la valeur de la récolte à raison de 67,50 francs le quintal sec ?

LA BASSINE ÉTAMÉE (5 points)
 
L’alliage utilisé pour l'étamage se compose de 8 parties d'étain et de 2 parties de plomb. L'étain vaut 30 francs le kilogramme et le plomb 300 francs les 100 kg. À quel prix revient l'étamage d'une bassine qui exige 640 g de l'alliage ?

ÉCONOMIE DE BLANCHISSERIE (5 points)
 
Pour laver le linge d'un ménage, une blanchisseuse demande 15 francs par semaine. La ménagère préfère prendre deux fois par mois une femme à laquelle elle donne 10 francs chaque fois. On use, par lessive, 1,5 kg de savon à 3,50 francs le demi-kilogramme, 1 kg de cristaux de soude à 0,75 francs le kilogramme, 0,50 francs de bleu et 2,75 francs de combustible. Calculer l'économie annuelle.

09 05 17

L'Opéra dans l'histoire... une petite merveille !

 

 

opéra.jpg

« Ce livre s'adresse à tout mélomane et aux férus de grands « tubes ». Puisse-t-il enthousiasmer aussi les friands d'histoire culturelle ou d'histoires des mentalités, pour lesquels l'opéra reflétait la magnificence d'un prince. » écrit Bernard Wodon dans l'introduction de l'ouvrage : L'opéra dans l'histoire. D'autre part, Stefano Mazzonis di Pralafera, Directeur de l'Opéra Royal de Wallonie, note dans sa préface : « Par force de détails, précisions, anecdotes et autres curiosités, l'auteur invite le lecteur à découvrir les lieux magiques, où les sentiments des protagonistes sont traduits par les paroles et soutenus par la musique ».

Tous ces mots : friands, curiosités, magiques... ne peuvent qu'aiguiser notre appétit de connaissance.

Et puis, cela commence ainsi : « Les origines de l'opéra remontent à la Grèce antique. Tragédies ou comédies s'accompagnent de danses, de chœurs, de monologues, de duos récités et chantés.... » Et on embarque pour un merveilleux et passionnant voyage de quelques centaines de pages ! Une lecture musicale, qui plus est !

L'éditeur explique bien le propos : « Depuis 1600 en Europe, puis 200 ans plus tard en Amérique, l'opéra reflète les thèmes culturels et les différents aspects de la vie quotidienne. Neuf chapitres retracent chronologiquement cette histoire de l'opéra des origines à nos jours ; contexte historique, style lyrique, décor de théâtre et biographie des compositeurs regroupés par écoles jalonnent ce florilège des principales œuvres du répertoire. Cet outil indispensable en résume les arguments, clarifie les principaux termes musicaux et s'attarde parfois plus longuement sur les grands succès. »

Le livre s'adresse à tout mélomane, enseignant, étudiant, musicologue, ainsi qu'aux professionnels du spectacle, interprètes, programmateurs musicaux et décorateurs sonores.

Un mot de l'auteur : Bernard Wodon, Docteur en Philosophie et Lettres a déjà publié une Histoire de la musique chez Larousse et Mille ans de rayonnement artistique liégeois. Comme j'aime qu'il dédie son libre à sa maman qui a renoncé à sa carrière de cantatrice pour se dévouer pour ses enfants, tout en les sensibilisant aux grands succès du répertoire.

 

 

Jacques MERCIER

 

 

L'opéra dans l'histoire, Bernard Wodon, Les éditions de la province de Liège, 20017, 544 pp, 24 euros.

 

21 02 17

“My pharmacist is rich…”

L'anglais pharmaceutique.jpgAnne-Claire Lévy enseigne l'anglais à la Faculté de pharmacie de l'Université Paris-Sud. Elle est l’auteure, aux Éditions Ophrys à Paris, de L’anglais pharmaceutique, un précis de vocabulaire français-anglais / anglais-français qui s'adresse à tous les professionnels et aux futurs professionnels des produits de santé et qui répertorie environ 3 000 termes et expressions anglo-américains essentiels à la terminologie de la sphère pharmaceutique.

Or, qu'il soit pharmacien d'officine, hospitalier, biologiste, ou qu'il travaille dans l'industrie pharmaceutique, le rôle du pharmacien au sein de notre société est grandissant. Et l'utilisation de l'anglais dans la sphère pharmaceutique est désormais incontournable et quotidienne, si bien que l'anglais pharmaceutique est devenu une langue de spécialité à part entière.

Cet ouvrage reprend tout d’abord les grandes étapes de la vie d'un médicament, depuis la recherche fondamentale jusqu’à la pharmacovigilance, en passant par les développements clinique et préclinique ainsi que le circuit administratif, tandis que sa seconde partie est dédiée à la pharmacie d'officine.

Un outil des plus utiles, incontestablement !

Bernard DELCORD

L'anglais pharmaceutique – Recherche, industrie, officine par Anne-Claire Lévy, Paris, Éditions Ophrys, collection « Anglais de spécialité », avril 2016, 207 pp. en noir et blanc au format 15 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs, 26 € (prix France)

17 10 16

« Un repas est insipide, s’il n’est assaisonné d’un brin de folie. » (Érasme)

Grammaire illustrée du néerlandais (cover).jpgRééditée une première fois par votre serviteur en 1992 (la parution princeps datant de 1988) aux Éditions Didier Hatier à Bruxelles, la Grammaire illustrée du néerlandais de Gaston Rosen est toujours disponible sur le marché, aux Éditions Érasme à Namur cette fois.

Il s’agit d’un ouvrage didactique pérenne pour plusieurs raisons.

Tout d’abord, parce qu’il s’adresse au grand public, et pas seulement aux élèves et aux étudiants.

Ensuite, parce qu’il est d’une très grande clarté dans son exposé, au demeurant fort complet, de la morphosyntaxe de la langue de Vondel.

Mais aussi parce qu’il a une double matrice : son sommaire renvoie à un exposé de thèmes grammaticaux successifs en 200 unités et son index de mots clés en fin d’ouvrage renvoie directement aux unités concernées.

Grammaire illustrée du néerlandais (Hägar Dünor).jpg

(Ai-je dit quelque chose de mal ?)

Enfin, last but not least, parce que de nombreux exemples sont fournis sous forme de cartoons issus de la série mondialement célèbre des aventures du Viking Hägar Dünor dessinées par l’Américain Dik Browne.

Pour apprendre vite et en souriant…

Bernard DELCORD

Grammaire illustrée du néerlandais par Gaston Rosen, illustrations de Dik Browne, Namur, Éditions Érasme, mai 2015, 144 pp. en bichromie au format 19,5 x 28 cm sous couverture brochée en couleurs, 18 €

21 07 16

« Je regarde la grammaire comme la première partie de l'art de penser. » (Étienne Bonnot de Condillac)

Le bon Usage (16e édition).jpgOffrant 3 mois d’accès gratuit à la version électronique de l’ouvrage, la 16e édition du Bon Usage de Maurice Grevisse et André Goosse parue chez De Boeck supérieur à Louvain-la-Neuve constitue, on le sait, la grammaire française de référence qui apporte une réponse nuancée [1] à toutes les difficultés que l’on peut rencontrer.

C’est aussi la grammaire de l’usage, à travers l’observation constante de l’évolution du français actuel, dont témoignent 40 000 citations de 2 500 auteurs (mentionnés en couleur dans le texte et repris dans un index, ce sont deux nouveautés), issues d’œuvres littéraires et de la presse écrite.

C’est enfin l’outil de travail incontournable des écrivains, correcteurs, traducteurs, journalistes, rédacteurs, professeurs de français… ainsi que des étudiants et des amoureux de notre langue.

Rappelons au passage que les auteurs de cette somme monumentale sont belges.

En effet, né à Rulles près de Habay en 1895, Maurice Grevisse fut successivement instituteur, professeur de français puis docteur en philosophie et lettres à l’Université de Liège (1925). À partir de 1927, il enseigne à l’École royale des Cadets à Namur. Ayant accepté de refondre une grammaire scolaire existante, il rédigea une œuvre originale, Le Bon Usage, qui parut en 1936 et devint la préoccupation de toute sa vie. Les plus grands grammairiens et écrivains de l’époque, dont André Gide, ont salué ce travail minutieux. Plusieurs distinctions ont ponctué sa carrière admirable, comme le prix De Keyn de l’Académie royale de Belgique en 1939 et la médaille d’or de l’Académie française en 1946. Il a été nommé officier de la Légion d'honneur en 1971 et est décédé à La Louvière en 1980 après avoir confié les rênes à son gendre, André Goosse.

Celui-ci, né à Liège en 1926, a fait des études de philologie romane à l’Université catholique de Louvain où il a rencontré Marie-Thérèse Grevisse, fille de l’illustre grammairien. Ils se marieront en 1950. Professeur dans l’enseignement secondaire puis dans son université, il est entré à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique en 1976. Il en deviendra le secrétaire perpétuel de 1996 à 2001. Très vite associé à son beau-père, il a pris la succession afin d’assurer la pérennité du Bon Usage. Depuis, il continue à actualiser et enrichir ce gigantesque tableau de la langue française.

En son temps, la renommée de Maurice Grevisse était immense, et nous en voulons pour preuve une anecdote amusante que nous confia Marcel Jullian (1922-2004), qui devint directeur littéraire de la maison Plon en 1967 et fut l’éditeur des Mémoires d’espoir de Charles de Gaulle.

Jullian avait engagé dans son équipe de relecteurs l’écrivain belge Robert Poulet (1893-1989), fort tatillon en matière de style et qui n’hésitait pas à intervenir dans le texte du général. Celui-ci, estomaqué, demanda qui se permettait pareille audace…

N’osant expliquer qu’il s’agissait d’un ancien (injustement à notre sens, mais c’est une autre histoire…) condamné à mort pour collaboration avec les Allemands durant la Seconde Guerre mondiale, Jullian expliqua qu’il s’agissait d’un Liégeois.

« Et alors ? », demanda de Gaulle.

« Maurice Grevisse est liégeois », répliqua l’éditeur.

« Dans ce cas… », répondit de Gaulle.

Comme quoi…

Bernard DELCORD

Le Bon Usage (16e édition) par Maurice Grevisse & André Goosse, Louvain-la-Neuve, Éditions De Boeck supérieur, juillet 2016, 1750 pp. en bichromie au format 13,5 x 19,8 cm sous couverture cartonnée et jaquette en couleurs, 89 €

 

[1] Car jamais elle n’impose, mais suggère, en donnant les différents usages suffisamment courants pour être pris en considération.