05 03 18

Intuition

 

_thomassetie.jpgAvec une belle persévérance, Monique Thomassettie poursuit un prolifique travail d'écriture : nouvelles, textes, poèmes, journal. Ce livre Intuition est entièrement réalisé par elle-même, comme elle le signale : « Forme et fond ; inspiration / travail (écriture, peinture, dessin) ; structure ou archiecteure ; ainsi que la couverture. Et la composition / mise en page. Et l'insertion des images. Comme dans tous mes livres parus chez M.E.O. Et à Monéveil. La couverture présente est une huile de 19921 titrée « Villes promises ».

Ce tome VII contient de la poésie Ma lucide candeur ou Les Ajours de ma nuit, un Journal et l'Arc-en-ciel de mes orages, de courts textes.

Voici quelques mots trouvés dans le livre, dans les endroits poétiques) :

Les vrais poètes ne sont pas « voleurs de feu »

Le feu est en eux

 

En date du 7 juillet 2017 :

Au fond marin de mes yeux

revient un paysage

imaginaire, mais inspiré de mes voyages.

 

En septembre et titré « Musique » ces sublimes vers :

Toute enfance

est une éternité

inachevée.

 

Je vous laisse découvrir tout ce livre touffu, riche, varié, profond, poétique et sincère.

 

Jacques MERCIER

 

Inutition (Tome VII), Monique Thomassettie, 256 pp, 15cmX21cm, Edition Monéveilo, monique.thomassettie@belgacom.net (20 euros?)

 

 

 

 

 

04 03 18

Du bout du jour

_colmant.jpgC'est par les réseaux sociaux que l'écrivaine Martine Rouhart a pu découvrir la poésie de Philippe Colmant et lui écrire une préface. On y lit : « Une poésie introspective, une mise à nu, des descriptions pensives : l'univers de Philippe Colmant, qui nous livre ici un peu de son âme, touche par sa profondeur et sa sincérité. »

Ce que j'aime aussi dans « Du bout du jour », ce sont les photos réalisées par l'auteur lui-même. Ce sont des illustrations magnifiques.

Dès le premier court poème, on est emporté :

Il est de ces matins

Où, pris à contre-jour,

Le monde se résume

A ma fenêtre ouverte

Sur un jardin de pluie

Implorant le soleil.

 

Celui-ci :

J'ai appris l'essentiel :

Certains arbres sont creux

Pour abriter les rêves ;

D'autres, plus vigoureux

Pour nourrir de leur sève

Les racines du ciel

Et enfin, pour vous donner l'eau à la bouche et les mots dans le cœur :

Il reste quelques rêves

Oubliés par la nuit

Dans les replis du cœur

Où le jour n'entre pas.

 

Il me semble que c'est le onzième recueil de poème de Philippe Colmant depuis cinq ans. Mais ce poète prolifique ne déçoit pas et ajoute une fleur nouvelle au bouquet, à chaque parution.

 

Jacques MERCIER

 

« Du bout du jour », poèmes, Philippe Colmant. Éditions Demdel. 100 pp. 16Cm/24cm. 12 euros.

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

04 03 18

Trajectoires

_marotta.jpgFrédéric Marotta l'explique très bien dans sa préface : « Il existe différents genres de poésie et elle reste toujours aussi difficile à définir, mais elle demeure existante et riche de diversité dans de multiples productions de l'âme humaine sur notre planète Terre, en vers ou en prose, pourvu qu'elle éclose et que jamais elle ne tombe dans le néant. » Et plus loin : « Ne l'oublions pas, ce genre littéraire qu'est la poésie est né de la sensibilité et de l'imagination, et c'est en cela qu'il est essentiel. »

Les poèmes de Frédéric dans Trajectoires sont imprimés sur deux colonnes et peuvent presque se lire de droite à gauche. J'aime l'entrée en matière du premier, intitulé « Sauvage » :

Sybille / A recouvré tendresse / Après sauvages nuances / De noirs / Et de sombres envies / Grises, / Grisée, / Aigrie, / Avançant au hasard / Au-dessus du vide / Et de déferlantes passions.

J'apprécie aussi « Perle, sublime folie », où l'on découvre : « Néanmoins, / La tristesse se dissipe, / Le silence s'immobilise/ Enveloppant / Fêlure/ Et

« Tout est dans l'instant, / Où s'envole l'âme humaine / Rejoignant constellations / Témoignant de notre éternité... »

Et tout est dit, du poète visionnaire et inspiré !

Jacques Mercier

 

« Trajectoires » (aux confins de l'immensité), Poésie, Frédéric Marotta, Les Presses du midi, 82 pp, illustration de Yulia Philippe, 14,5cmX20,5cm , 12 euros. www.lespressesdumidi.fr

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 01 18

Il était un prince en poésie…

Nonante-neuf poèmes de Maurice Carême.jpg

Mondialement connu – et à juste titre – comme poète pour les enfants, l’instituteur et écrivain belge Maurice Carême (1899-1978) n’était pourtant pas que cela.

Car si quarante-cinq recueils de ses poèmes ont été publiés, parmi lesquels le célébrissime Mère (1935, Prix triennal de poésie 1937), on lui doit aussi deux ouvrages de traduction de poètes néerlandais et flamands, dix romans et compilations de contes, deux essais et un récit de voyage.

Parmi ces quarante-cinq recueils, épinglons Nonante-neuf poèmes, une anthologie parue tout récemment aux Impressions nouvelles à Bruxelles dans la collection « Espace Nord », dont le choix éclectique rend parfaitement compte des diverses facettes de son talent caractérisé par une grande simplicité de ton.

Florilège :

LE DIAMANT ET LA LUMIÈRE

– Je ne pesais pourtant

Que mon poids de lumière,

Disait le diamant.

– Bien sûr, dit la lumière,

Mais on devient pesant,

Plus pesant que l’argent

Dans la main des marchands.

(Poèmes pour petits enfants, 1976)

 

DEPUIS LE JOUR…

Depuis le jour où tu es morte,

Nous ne nous sommes plus quittés.

Qui se doute que je te porte,

Mère, comme tu m’as porté ?

 

Tu rajeunis de chaque instant

Que je vieillis pour te rejoindre ;

Si je fus ton premier tourment,

Tu seras ma dernière plainte.

 

Déjà, c’est ton pâle sourire

Qui transparaît sous mon visage,

Et lorsque je saurai souffrir

Longtemps, comme toi, sans rien dire,

 

C’est que nous aurons le même âge.

(La Voix du silence, 1951)

 

SOLDATS

Un soldat de bois

Ne mange que du chocolat

Un soldat d'étain

Ne mange que du massepain

Un soldat de plomb

Ne mange que des macarons

Un soldat de fer

Que des biscuits à la cuiller

Mais le vrai soldat

Ne mange, quand la guerre est là,

Que des vers de terre

Et des fleurs de cimetière.

(Le Moulin à papier, 1973)

 

Et si trois écoles en Belgique et seize écoles en France portent son nom ainsi qu’une promenade sur l’île de la Cité à Paris, plus de deux mille huit cents textes de Maurice Carême qui avait été élu « Prince en poésie » au Café Procope à Paris en 1972 ont été mis en musique par Darius Milhaud, Francis Poulenc, Henri Sauguet, Jacques Chailley, Florent Schmitt ou encore Carl Orff…

Du lourd, pour un auteur aux vers aériens, non ?

Bernard DELCORD

Nonante-neuf poèmes par Maurice Carême, choix anthologique et postface de Rony Demaeseneer, Christian Libens et Rossano Rosi, Bruxelles, Éditions Les Impressions nouvelles, collection « Espace Nord », décembre 2017, 155 pp. en noir et blanc au format 12 x 18,5 cm sous couverture brochée en couleurs, 8 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

25 10 17

Princesse des ténèbres…

Leçons de ténèbres.jpgToujours aussi talentueuse, la romancière et poétesse belge Corinne Hoex, avec Leçons de ténèbres, un recueil paru aux Éditions Le Cormier à Bruxelles, s’est lancée cette fois dans la composition d’un livret musical étonnant, le texte d’un Office des Ténèbres profane.
 
L'Office des Ténèbres est le nom donné dans le rite romain aux matines et aux laudes des trois derniers jours de la Semaine sainte (jeudi, vendredi, samedi) qui étaient anticipées le soir précédent. L'office devait « commencer de manière à finir après le coucher du soleil », d'où le nom de « Ténèbres ».
 
Ces offices revêtent un caractère de deuil, de tristesse et de douleur.
 
Le choix des psaumes y met sous les yeux les douleurs de la Passion de Jésus-Christ, le Jeudi saint, au Jardin des Oliviers ; le Vendredi saint, devant les tribunaux et au Calvaire ; le Samedi saint, au Sépulcre.
 
Les leçons du 1er nocturne sont tirées des Lamentations de Jérémie où le prophète pleure la ruine et la destruction de Jérusalem et de son temple.
 
Pendant le chant du Benedictus, on éteint progressivement 14 des 15 cierges placés dans un chandelier triangulaire et allumés avant l'office. Ensuite, le quinzième cierge, celui qui est placé au sommet du chandelier, est caché derrière l'autel jusqu'à la conclusion de l'office qui dure entre une heure trente et deux heures quarante-cinq.
 
Mais, sous la plume de Corinne Hoex, les lamentations de Jérémie sont remplacées par une citation vénéneuse des Fleurs du mal de Charles Baudelaire :
 
Comme tu me plairais, ô nuit ! sans ces étoiles
Dont la lumière parle un langage connu !
Car je cherche le vide, et le noir, et le nu !
 
Et Jésus se mue en Gesu… aldo (1566-1613), le sulfureux prince et compositeur italien (dont l’œuvre, relativement peu abondante, est presque entièrement consacrée à la voix traitée en polyphonie), qui assassina à Naples son épouse et l’amant de celle-ci dans la nuit du 16 au 17 octobre 1590, un « crime d’honneur » qui fit couler beaucoup d’encre jusqu’au XIXe siècle.
 
Par la suite, à partir de 1610 et après la mort de son fils né d’un second mariage, Gesualdo s’infligea des séances de pénitence, avec des pratiques de flagellation qui ont grandement contribué à sa célébrité posthume.
 
Très concentrées et suivant pas à pas la progression du rituel, les 48 courtes leçons de Corinne Hoex sont autant de diamants noirs qui scintillent dans la pénombre et ravivent l’effroi autour de la destinée du seul compositeur criminel qu’a connu la musique classique d’Occident.
 
Une prouesse technique hallucinante !
 
Au passage, saluons l’élection de Corinne Hoex à l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, au fauteuil 13, dans lequel elle a succédé le 29 avril 2017 à Françoise Mallet-Joris.
 
Une reconnaissance publique amplement justifiée !
 
Bernard DELCORD
 
Leçons de ténèbres par Corinne Hoex, avec une gravure originale de Véronique Goossens, Bruxelles, Éditions Le Cormier, septembre 2017, 71 pp. en noir et blanc au format 14,3 x 21 cm sous couverture brochée en couleurs et à rabats, 16 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 10 17

Leçons de ténèbres

_hoex.jpgLe texte de présentation du dernier livre de Corinne Hoex, sans doute écrit par les éditions Le Cormier, nous explique mieux que je ne puis le faire la démarche, l'origine, le pourquoi de « Leçons de ténèbres ».

« Chaque poème respire, tient son propre souffle, inscrit sa solitude, celle d'une indivisible et humaine condition »

Ce qu'il faut savoir c'est que les « Leçons de ténèbres » appartiennent à l'histoire de la musique liturgique depuis la Renaissance et l'époque baroque. Avec ces textes, nous sommes proches et loin des musiques de Carlo Gesualdo. Chaque mouvement des cinq suites poétiques qui composent le livre inscrit notre conscience du monde en un éternel présent, consignant l'évocation de cette condition humaine qui aura traversé toutes les époques.

Je picore pour vous quelques extraits, en avouant que cela ne peut pas refléter l'ouvrage qui doit être reçu dans son ensemble.

« Elles sont féminines. Plurielles. Envahissantes. Somptueuses. Terribles.

Elles sont l'autre côté. La face noire de la lumièe. Sa souffrance. Son vertige. »

Ou plus loin :

« T'effacer. Te dissoudre.

Mon âme est triste.

Mon âme est triste.

Et cette voix en toi.

Cette voix qui grandit. »

Ou encore :

« Et vacillant

cette flamme

dans l'instant dérisoire.

Vacillant dans l'espace obscur

plus vide qu'une tombe. »

J'ajoute seulement le bonheur de savoir que Corinne Hoex occupe désormais le fauteuil de Françoise Mallet-Joris l'Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique.

 

Jacques MERCIER

 

Leçons de ténèbres, poèmes, Corinne Hoex, Le Cormier, (14 cmX21 cm), 70 pp. 16 euros.

 

 

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 09 17

L'amour en poésie

_colmant.jpgCe n'est pas la première fois que j'attire votre attention sur le talent du poète Philippe Colmant, poète doublé d'un excellent photographe. « Nés du fleuve embrasé » se divise en quatre parties : le fleuve confident, messager, embrasé et sublimé. Le poème doit se savourer chacun pour soi ; c'est une infusion. Mais pour vous donner une idée de l'ouvrage, voici un court extrait.

 

C'est comme un paradis

Où poussent des récifs,

Etranges stèles noires.

C'est une crique calme

Où la mer se repose

Après avoir servi.

 

J'y allais le matin

Avec les veuves mortes

Pour écouter le chant

De lointaines sirènes

Et ramasser les corps

Des rêves immergés

Rejetés par la vague.

 

Il s'agit toujours d'amour et dans sa préface, Thierry Dekock écrit : « Ouvrir les yeux le matin et pouvoir dire « j'aime et je suis aimé », c'est vivre un rêve éveillé. » La poésie raconte aussi les rêves.

 

Jacques MERCIER

 

« Nés du fleuve embrasé », Philippe Colmant, poèmes, Editions Demdel, 16cm/24 cm, 138 pp, 12 euros.

Écrit par Jacques Mercier dans Belge, Jacques Mercier, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

22 08 17

« Le désir de l'amour engendre l'amour. » (Tahar Ben Jelloun)

Dire l'amour en poésie .jpgConforme aux nouveaux programmes d’enseignement du français au collège et rédigée par Lucie Lelong, l’anthologie intitulée Dire l'amour en poésie publiée à Paris aux Éditions Gallimard dans la collection « Folio + Collège » propose, dans sa première moitié, 49 textes d’auteurs variés (cf. infra) articulés autour de 8 thématiques :
 
1. Expliquer l’amour
2. Rêver à l’amour
3. Déclarer sa flamme
4. Dire l’étreinte
5. Clamer sa passion
6. La plainte amoureuse
7. Taire l’amour ?
8. Dire l’amour et médire
 
La seconde moitié, purement pédagogique, se divise en 4 parties :
 
– Je découvre
(Situation de l'écriture poétique ; Orphée raconté par Eurydice ; Retour dans le passé : le lecteur de poésie à travers les âges ; Ce qu'il s'est passé dans l'histoire de la poésie ; Les origines et la postérité du poème « Le lac » ; Les mots ont une histoire ; Les noms propres sont porteurs de sens ; Dernières observations avant l'analyse)
 
– J’analyse
(Au cœur de la phrase ; La construction de l'anthologie ; Caractérisation des personnages ; Les intentions des auteurs : pourquoi écrire des poèmes d'amour ? ; Quelle vision de la femme dans les poèmes amoureux ? ; Résumons ! ; Exercices ; Jeu de lettres ; Le 20 sur 20)
 
– Nous avons la parole
(À nous de jouer ; Organisons le débat)
 
– Prolongements
(Groupement de textes, « De Narcisse au narcissisme : amoureux de soi-même » ; Histoire des arts)
 
Un bien bel outil !
 
Bernard DELCORD
 
Dire l'amour en poésie par Lucie Lelong, Paris, Éditions Gallimard, collection « Folio + Collège », mai 2017, 195 pp. en noir et blanc+ 2 pp. en quadrichromie au format 12,5 x 17,8 cm sous couverture brochée en couleurs, 3,90 € (prix France)
 
TABLE DES MATIÈRES
 
1. EXPLIQUER L’AMOUR
 
Jean-Baptiste de Grécourt, Qu'est-ce que l'amour ?
Jean de La Fontaine, L'Amour et la Folie
Pierre de Ronsard, Madrigal
Anonyme, Tourments sans passions...
Pierre de Marbeuf, Et la mer et l'amour
Jacques Prévert, Cet amour
 
2. RÊVER À L’AMOUR
 
Arthur Rimbaud, Sensation
Paul Verlaine, Mon rêve familier
Louise Gillot de Saintonge, Je croyais, en dormant...
Aloysius Bertrand, Madame de Montbazon
Robert Desnos, J'ai tant rêvé de toi
Charles Cros, Distrayeuse
 
3. DÉCLARER SA FLAMME
 
Charles Baudelaire, Chanson d'après-midi
Paul Verlaine, Green
Jean Tardieu, Étude de pronoms
Paul Eluard, Je t'aime
 
4. DIRE L’ÉTREINTE
 
Charles Baudelaire, Un hémisphère dans une chevelure
Pierre Alferi, Préservatif
Jacques Prévert, Alicante
Marc Papillon de Lasphrise, Ha Dieu ! Que j'ai de bien...
Robert Desnos, Coucher avec elle
Évariste de Parny, Le lendemain
 
5. CLAMER SA PASSION
 
LES TOURMENTS DE LA PASSION
Louise Labé, Je vis, je meurs…
Marc Papillon de Lasphrise, Je l'œilladais, mi-nue...
Marquise d'Antremont, Ô Mort ! anéantis mon être...
 
L'AIMÉE ADORÉE
Louis Aragon, Que serais-je sans toi...
Philippe Soupault, Georgia
 
6. LA PLAINTE AMOUREUSE
 
AMOUR IMPOSSIBLE
Jules Laforgue, Complainte-litanies de mon sacré-cœur
Louis Aragon, Il n'y a pas d'amour heureux
 
CŒURS BRISÉS
Alfred de Musset, À Mademoiselle ***
Paul Verlaine, Ô triste, triste était mon âme...
Christine de Pisan, Seulette suis et seulette veux être...
Léon Gontran Damas, Quand malgré moi...
 
LA MORT DE L'ÊTRE CHER
Alphonse de Lamartine, Le lac
Tristan l'Hermite, Sur un tombeau
Claude Esteban, Élégie de la mort violente (extrait)
 
7. TAIRE L’AMOUR ?
 
Marceline Desbordes-Valmore, Les séparés
Gabriel-Charles de Lattaignant, Les époux indiscrets
 
8. DIRE L’AMOUR ET MÉDIRE
 
LE TEMPS OU LA REVANCHE DE L'ÉCONDUIT
Pierre de Ronsard, Quand vous serez bien vieille…
Théophile de Viau, Ton orgueil peut durer...
Raymond Queneau, Si tu t'imagines…
 
DÉFIGURER : LA POÉSIE COMME MIROIR DÉFORMANT DE LA CRUELLE
Étienne Jodelle, Comment pourrais-je aimer...
Clément Marot, Le beau tétin
Clément Marot, Le laid tétin
 
SE SOUVENIR DE L'AMOUR
Alfred de Musset, Rappelle-toi
Guillaume Apollinaire, Le pont Mirabeau
Philippe Desportes, Est-il vrai qu'autrefois…
Paul Verlaine, Streets
Marceline Desbordes-Valmore, L'amour
 

12 05 17

À la recherche du temps révolu…

Le temps de l'errance.jpgAprès Obscurité, un premier roman paru chez Chloé des Lys à Barry, en Wallonie picarde, et dont nous avons écrit dans ces colonnes tout le bien que nous en pensons, Jean-François Foulon revient – à nouveau chez cet éditeur – sur la scène littéraire avec un recueil de poèmes en vers et en prose intitulé Le temps de l'errance par lequel il entraîne le lecteur à la découverte de lieux divers, lointains ou non, réels ou pas, qui sont autant de prétextes de retours aux sources, de questionnements sur le monde comme il (ne) va (pas) et de miroirs des sentiments que fait naître la nostalgie du temps perdu.

Extrait :

 

Été pluvieux

 

Trois gouttes d'eau descendent lentement

Le long d'une feuille,

Vestiges d'une averse

Au cœur de l'été.

 

Trois gouttes d'eau qui coulent

Le long de ta joue,

Et ton cœur en pleurs

En plein juillet.

 

Trois gouttes d'eau qui tombent sur le sol

Puis s'évaporent

Dans la chaleur estivale.

 

Trois gouttes d'eau au goût de sel

Qui tombent sur ton cœur.

C'est tout l'été qui pleure.

 

Joli, n’est-il pas ?

Bernard DELCORD

Le temps de l'errance par Jean-François Foulon, Barry, Éditions Chloé des Lys, février 2016, 223 pp. en noir et blanc au format 14,7 x 20,7 cm sous couverture brochée en couleurs, 16,50 €

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |

10 05 17

Paroles d’or…

Ma petite poésie ne connaît pas la crise.jpgComme toujours, le nouvel opus, au titre cette fois très « bashungien », de l’ami Jean-Pierre Verheggen (°Gembloux, 1942), ne décevra pas les amateurs d’humour décapant dans des textes décalés !

On se souviendra d’abord qu’en 2009, son L'Oral et Hardi, joué et mis en scène par Jacques Bonnaffé, a été récompensé en France d'un « Molière » dans la catégorie « meilleure compagnie », sans que personne se soit avisé qu’il s’agissait d’un patchwork des discours du maire de Champignac dans les aventures de Spirou et Fantasio dessinées par André Franquin.

Il est vrai que la poésie de Verheggen « est avant tout une parodie de la poésie, une critique radicale de l'idéologie que véhicule ce genre et un pastiche burlesque de ses conventions. À partir de là, il développe dès 1968 le concept de réécriture et en applique les effets à des champs d'investigation plus larges, allant de la bande dessinée à la langue politique la plus stéréotypée, en passant par la perversion d'un langage par un autre, en l'occurrence du français classique et scolaire par son wallon maternel, sauvage et sexuel ».[1].

Cette fois, au cri de « Tout va très bien madame la Marcrise ! », il s’en prend avec une belle truculence libertaire aux petits et aux grands travers de notre époque.

Par exemple, à la passion dont s’est pris le bon peuple télévisuel de par chez nous pour les émissions culinaires en tout genre :

« Abonnez-vous à “la cuisine crapuleuse” et découvrez chaque semaine une recette inédite parmi :

l'académicien en rosette,

le faisan à l'andouille,

la bécasse marquée bécasse au front,

le clafoutis à la Jean-Baptiste Clément (en saison),

le loup façon mère-grand,

le chouchou de Bruxelles,

la souris d'agneau à la Mickey et ses mousses maison,

le soigneur sportif aux petits oignons,

la contractuelle à l'aubergine,

le vieux croûton dans son jus,

le pigeonné par une cocotte,

le chapon Banania,

l'enfant de chœur au vin de messe,

l'époisse marquée pas de chance,

le lapin à la prestidigitation aux deux chapeaux,

l'avocat aux marrons,

le ramenard à la fraise de grand veau,

le homard au « m'a tué »,

le boucher maturé,

le boss à moelle,

le poulet ripoux,

le petit vicaire à l'étouffe-chrétien,

l’idiot au beaujolais village

le dentiste à la fraise des bois (en saison),

le pêcheur durable,

le boulanger dans le pétrin,

le bûcheron de Noël,

etc. À suivre ! »

Un vrai cortège à la Prévert, non ? On aime aussi ses traductions latines, comme :

Ab imo pectore

Je lui ai charcuté la poitrine.

Lapsus calami

Elle s’est fait sucer par un calamar.

A parte

Elle a accouché toute seule.

In medias res

Au milieu de ta raie.

Deo gratias

Dieu est un peu gras !

La vraie science littéraire, en somme…

Bernard DELCORD

Ma petite poésie ne connaît pas la crise par Jean-Pierre Verheggen, Paris, Éditions Gallimard, mai 2017, 113 pp. en noir et blanc au format 21 x 20 cm sous couverture brochée en couleurs, 14,50 € (prix France)

 

[1] Alphabet des lettres belges de langue française, Promotion des lettres belges de langue française, Bruxelles, 1982, p. 302.

Écrit par Brice dans Bernard Delcord, Humour, Poésie | Commentaires (0) |  Facebook | |