26 12 07

A propos d'une vie

Jean D'Ormesson02Mode d'emploi, explications, clés avec Jean d'Ormesson lui-même.

  JEAN d'ORMESSON - Brice Depasse 1

  JEAN d'ORMESSON - Brice Depasse 2

  JEAN d'ORMESSON - Brice Depasse 3

  JEAN d'ORMESSON - Brice Depasse 4


«La vie ne suffit pas : oeuvres choisies», Jean d’Ormesson, Bouquins, Robert Laffont, 2007, 1324p, 30€00

Acheter «La vie ne suffit pas : oeuvres choisies»

Photo : Alain Trellu

Écrit par Brice dans Jean d'Ormesson | Commentaires (0) |  Facebook | |

11 11 07

Grand entretien : Yannick HAENEL (troisième partie)

Yannick Haenel24"Nous passons notre temps à fraterniser dans l'inessentiel" Heidegger. Et Yannick Haenel d'ajouter, "il suffit d'allumer la télévision à n'importe quel moment ou de se rendre aux Galeries Lafayettes un jour de soldes."

  YANNICK HAENEL - Nicky Depasse 5

J'admire Sollers mais je ne suis pas son fils spirituel. Je ne suis le fils de personne".

  YANNICK HAENEL - Nicky Depasse 6

Photos : Alain Trellu

«Cercle», de Yannick Haenel, L’Infini, Gallimard, 501p, 21€00

Acheter «Cercle»

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

07 11 07

Amélie Nothomb, Prix de Flore 2007

NOTHOMB Ni d'eve ni d'adamParce qu'elle le vaut bien. Parce qu'il le valait bien ce "Ni d'Eve ni d'Adam". La référence à la pub de ce début d'article est aussi consternante que la majorité des articles fleurissant sur le Prix de Flore 2007. On invoque la ratio du prix à sa création par Beigbeder en 1994, les ventes astronomiques des livres d'Amélie, bref un tas de raisons pour lesquelles elle ne devrait pas recevoir ce prix. Et le roman dans tout ça ?
Au cas où cela intéresserait quelqu'un, nous l'avons trouvé enthousiasmant (voir notre chronique en cliquant sur la couverture), digne séquelle de celui qui lui valut le Prix de l'Académie Française et deux millions d'exemplaires vendus. Un pari difficile et réussi. Un rendez-vous et un ton inattendus. Voilà le livre qui méritait bien un Prix. Proficiat Amelieke.

  AMELIE NOTHOMB - Brice Depasse 1
  AMELIE NOTHOMB - Brice Depasse 2
Amélie Nothomb 01
Photos : (c) Marianne Rosenstiehl / H&K

Achetez Ni d'Eve ni d'Adam

Écrit par Brice dans Amélie Nothomb | Commentaires (0) |  Facebook | |

03 11 07

Birmanie, tout simplement

ONODITBIOBirmane, mot qui évoque la soie. Birmanie, nom d'un pays sur le fil ténu de la vie. L'incontournable injustice a sorti le pays de l'oubli. Avec "Birmane", roman qui suscite le questionnement, ouvre les portes d'un monde différent, conte une histoire sensuelle dans la moiteur des sentiments, Christophe Ono-Dit-Bio publie un livre imposant, enivrant.
César est un jeune secrétaire de rédaction que le drame de sa vie privée va pousser à jouer au grand reporter. Parti à la chasse au grand scoop, il trouve dans les veines d'un pays fascinant et dangereux sa propre vérité. Sa rencontre avec une femme médecin le poussera au-delà de ses ambitions, au plus loin de ses tourments, au plus profond de lui-même.
Nicky Depasse

Un entretien avec mon favori pour le Renaudot qui commence au téléphone et se termine dans les salons du Méridien :

  CHRISTOPHE ONO-DIT-BIOT - Nicky Depasse 1
  CHRISTOPHE ONO-DIT-BIOT - Nicky Depasse 2


«Birmane» de Christophe Ono-Dit-Biot, Plon, 441p, 21€

Acheter « Brimane »

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

18 10 07

La guerre et la paix

TOLSTOÏ « La Guerre et la Paix » tel que traduit en Français par la main de Léon Tolstoï est LE roman qui révolutionna le genre dans les années 1860. Anecdote amusante, c’est dans une conversation qu’il tînt avec Léon Proudhon à Bruxelles que Tolstoï trouva le titre de son livre. « La guerre et la paix » c’est l’histoire politique de la Russie (et sociale des Russes) à l'époque de Napoléon.
L’impossibilité pour les innombrables acteurs de ce drame de changer le cours de l’histoire n’est pas sans évoquer l’idéologie de la Russie des tsars rouges du XX° siècle.
Le nombre de destinées brassées par Tolstoï rend tout pitch impossible. Nous dirons qu’il parle tout à la fois de la noblesse russe, du servage, des grandes familles (les Rostov et les Bezoukhov), de la guerre, d’Austerlitz, de Napoléon et sa campagne de Russie.
Les adaptations cinématographiques ont été nombreuses depuis le fim (muet) de Yakov Protazanov et Vladimir Gardin en 1915 (et donc pendant le règne du dernier des Romanov) à la première adaptation télé de la BBC avec Anthony Hopkins.
Ci-dessous, le trailer de la version de King Vidor en 1956 avec Henry Fonda et Audrey Hepburn.

Écrit par Brice dans Classiques | Commentaires (0) |  Facebook | |

09 10 07

L'insoutenable légèreté de l'imposteur

O PPDA« Je suis donc née d’une tasse de café. Acheté au marché noir pour un prix prohibitif .» Voilà ce qu’apprend une mère mourante à sa fille, Youki Roussel, une jeune femme de 26 ans, malade, perturbée, en panne de père depuis sa naissance. Ainsi donc, elle est la fille du prix Nobel de littérature Pavel Kampa. Conçue pendant une brève histoire d’amour, alors que sa mère était la seule journaliste française à couvrir les «événements» de Prague en 1968. Après dix jours de passion folle, elle a fui les chars soviétiques et franchi la frontière. Les amants ne se sont jamais revus, ni reparlé.
« J’ai tant rêvé de toi. » Aujourd’hui, 27 janvier 1995, Youki rencontre ce père inexistant qui s’apprête à recevoir les honneurs de la France. Aujourd’hui résonne l’écho du dernier souffle, du dernier poème de Robert Desnos, mort dans les camps, à la libération. Aujourd’hui prend fin l’imposture. Aujourd’hui naît la vérité. Aujourd’hui commence à guérir une âme torturée. Aujourd’hui s’éloigne le spectre du suicide.
Injustement retiré de la sélection du Goncourt, «J’ai tant rêvé de toi» est un roman majeur. Je reste ébahi face au génie qui marie une telle science du canevas, du coup de théâtre avec une aussi belle plume, un style si délicat, un tel instinct littéraire.
Lire les frères Poivre d’Arvor n’est pas un plaisir, c’est une joie. Je tourne les pages de ce poignant hommage au poète français et de cette quête de salut d’une jeune anorexique en bout de course. «J’ai tant rêvé de toi» vous ouvrira un appétit littéraire gargantuesque.
Merveille, je vous dis.
Brice Depasse

Patrick Poivre d'ArvorComme l'an dernier, nous avons joint par téléphone, la moitié du binôme, Patrick Poivre d'Arvor.

  PATRICK POIVRE D'ARVOR - Brice Depasse

«J'ai tant rêvé de toi», Olivier et Patrick Poivre d’Arvor, Albin Michel, 257p, 18,50€

Acheter J'ai tant rêvé de toi

Écrit par Brice dans Littérature générale | Commentaires (0) |  Facebook | |

06 10 07

Prix Interallié 2007 : première

La première sélection du jury du prix Interallié est plus étroite vu son champ d'investigation restreint. Néanmoins, les paris semblent aussi ouverts au vu des romans retenus. Remise du prix, le 13 novembre


Pierre Assouline : "Le portrait" (Gallimard)
Clémence Boulouque : "Nuit ouverte" (Flammarion)
Charles Dantzig : "Je m'appelle François" (Grasset)
Christophe Donner : "Un roi sans lendemain" (Grasset)
Eric Fottorino : "Baisers de cinéma" (Gallimard)
Jean Hatzfeld : "La stratégie des antilopes" (Le Seuil)
Simon Liberati : "Nada exist" (Flammarion)
Christophe Ono-dit-Bio : "Birmane" (Plon)
Gérard Pussey : "Au temps des vivants" (Fayard)

Écrit par Brice dans Prix littéraires | Commentaires (0) |  Facebook | |

24 09 07

Le syndrôme 11 septembre

DANTEC ARTEFACT11 septembre 2001, 8 heures 46. De retour sur le théâtre des opérations, un homme sauve une fillette de neuf ans, seule survivante du 90ème étage de la tour du WTC où a eu lieu la première collision avec un avion de ligne. Cet homme n'est pas venu là par hasard. Il sait tout ce qui va se passer dans les moindres détails, y compris l'heure exacte de l'écroulement du gratte-ciel où il se trouve.
De l'autre côté de la frontière, un homme qui se prétend l'associé du diable, profite des vacances de ce dernier pour le remplacer. Il met le feu au centre de Montréal, enlève un extrêmiste islamiste, massacre une secte, diffuse les images de ses attentats, de toutes ses abominations sur internet et publie des lettres ouvertes.
Entre ces deux hommes, un écrivain réfléchit sur l'acte d'écriture, seul, au milieu d'une pinède toscane, au bord de la mer.
Trois fictions en une, c'est ce que nous propose Maurice G. Dantec, l'écrivain emblématique de la Science-fiction francophone, dans "Artefact", suite logique de son Amercian Black Box, son journal, et de ses deux romans autour de Grande Jonction. La toile de fond est identique : la fin du monde des hommes. Nous sommes au début de la grande guerre, la dernière, celle d'un nouveau genre. Le clash total entre un monde religieux et obscurantiste, celui des intégristes islamistes, et le monde occidental cristalisé par l'Amérique du Nord. Un même postulat : il n'y aura pas de vainqueurs. Que des vaincus.
140907_403003_eds Artefact est, de loin, le meilleur livre de Maurice Dantec depuis des années. Quant à la forme, les cinquante pages décrivant le crash du boeing et la descente contre la montre des escaliers du World Trade Center valent leur pesant d'or. Quant au fond, il n'y est plus question de Science-fiction mais de fiction. La synthèse incarnée de la névrose du 11 septembre. Un seul homme. L'auteur et le(s) personnage(s) central(aux) du livre. Le syndrôme des cavaliers de l'Apocalypse est galopant. Et Maurice Dantec de citer Saint Jean : "L'heure vient où quiconque vous tuera, pensera rendre un culte à Dieu."
Brice Depasse

  MAURICE DANTEC - Brice Depasse 1
  MAURICE DANTEC - Brice Depasse 2


140907_403002_eds

« Artefact, Machines à écrire 1.0 », Maurice G. Dantec, Albin Michel, 565p, 23€

Acheter Artefact

Photos : Edouard Smekens

Écrit par Brice | Commentaires (0) |  Facebook | |

01 07 07

Aphorismes selon Orban

ORBANChristine Orban en appelle aux plus grands depuis Aristote en passant par Freud, Verlaine, Tourgueniev, Spinoza, James, Hugo, j'en passe, pour évoquer tous ces mots qui parlent de la vie des hommes.
Etonnant mais la sauce ne prend pas et le lecteur se surprend à voler de plus en plus vite de page en page, de citations en italiques aux commentaires de l'auteure.
Reste un carnet qui n'était sans doute pas destiné à la publication. Décevant de la part d'un écrivain qu'on aime pour la finesse de son écriture.
Brice Depasse

Christine ORBAN, Petites phrases pour traverser la vie en cas de tempête... et par beau temps aussi, , 186 p., 12,50 € , Albin Michel

28 05 07

Un scaphandre et un papillon à Cannes

SCAPHANDRE pocheJean-Dominique Bauby nous avait boulversé il y a une dizaine d'années avec son récit, le premier livre écrit d'un battement de cils. Rédigé lettre par lettre selon le principe du oui et non par un auteur muré dans un corps inerte, "Le scaphandre et le papillon" est aujourd'hui porté à l'écran.
Sélection officielle du Festival de Cannes 2007, le film a valu à son réalisateur, Julian Schnabel, le prix de la mise en scène. Prix évident tant l'adaptation cinématographique respecte la narration si particulière, la réalité si cruelle.
A noter l'excellente distribution des rôles : Mathieu Amalric, Emmanuelle Seigner, Marie-Josée Croze, Hiam Abbass, Niels Arestrup, Marina Hands (qui vient de recevoir un César), Fiorella Campanella, Jean-Pierre Cassel (dont il s'agit de la dernière apparition à l'écran) et Emma de Caunes.
SCAPHANDRENous ne saurions trop vous recommander la lecture de ce livre poignant qui est un hurlement au "carpe diem", une leçon de vie phé-no-mé-na-le.
Disponible chez Pocket, il vient de reparaître en grand format chez Robert Laffont.
Brice Depasse

Écrit par Brice dans Cinéma et littérature | Commentaires (0) |  Facebook | |